Navigation – Plan du site

Recompositions et résistances de la masculinité et de la féminité, de la paternité et de la maternité à l’épreuve du congé parental pris par les hommes en France

Recombinations and Resistances of Masculinity and Feminity, of Paternity and Maternity in the Case of Fathers’ Parental Leave in France
Hélène Trellu
p. 123-141

Résumés

En France, rares sont les pères qui prennent un congé parental d’éducation ; cet article porte sur ces hommes très peu nombreux au plan statistique. Nous nous demandons dans quelle mesure l’expérience du père au foyer permet de construire une paternité et une maternité singulières ? Cette contribution se base sur une recherche empirique menée auprès de pères en congé parental et de leur conjointe. Tout d’abord, il convient de décrire le profil de ces couples qui sont atypiques par rapport aux autres couples avec enfants. Notre réflexion porte ensuite sur la dimension créatrice ou le caractère novateur des pratiques parentales des pères rencontrés et, au-delà, sur les recompositions des rôles parentaux engagées à cette occasion. De nouvelles pratiques se mettent en place, des renégociations apparaissent et contribuent à une redéfinition des identités masculines et féminines.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les parents rencontrés lors de l’étude bénéficiaient de l’Allocation parentale d’éducation. Bien qu (...)

1En France, rares sont les pères qui prennent un congé parental d’éducation ; si la mesure n’est pas réservée aux seules femmes, dans les faits, ces dernières sont pratiquement les seules à en profiter. L’Allocation parentale d’éducation1 (encadré 1) permet aux parents d’interrompre leur activité professionnelle pour élever leurs enfants. Les hommes comme les femmes peuvent bénéficier de cette mesure, mais seulement 2 % des bénéficiaires sont des hommes. Cette configuration peut constituer une innovation de par sa faible représentativité au plan statistique et son application concrète d’une renégociation des rôles parentaux. L’étude de ces couples atypiques peut nous renseigner sur les recompositions de la paternité et de la maternité mais également de la masculinité et de la féminité. Il convient alors d’appréhender les transformations des rôles et des identités durant cette période. Nous présupposons, d’une part que la recomposition des rôles paternels induite par la prise d’un congé parental infère une recomposition des rôles maternels, d’autre part, que les recompositions engagées conduisent à une redéfinition du masculin et du féminin.

Encadré 1 : Le congé parental en France.

Le congé parental est ouvert à tout salarié qui justifie d’un an d’ancienneté dans l’entreprise à la date de naissance d’un enfant ou de l’arrivée au foyer d’un enfant adopté de moins de 16 ans. Le congé parental a une durée initiale d’un an au plus. Il peut être prolongé deux fois pour prendre fin au plus tard au troisième anniversaire de l’enfant ou à l’expiration d’un délai de trois ans à compter de l’arrivée de l’enfant au foyer, quelle que soit la date du début. Pendant le congé parental le contrat de travail est suspendu. Aucune rémunération ou indemnité n’est due au salarié.

Parallèlement, des allocations permettent de financer ce temps de cessation ou de réduction d’activité professionnelle. En 1985, une Allocation parentale d’éducation a été créée. Initialement réservée aux familles ayant au moins trois enfants dont un de moins de trois ans, elle est depuis 1994 attribuée dès le deuxième enfant. Pour en bénéficier, il faut pouvoir justifier d’une activité professionnelle antérieure suffisante. Une prestation forfaitaire peut être versée jusqu’au troisième anniversaire du dernier enfant. Le montant de cette allocation dépend du taux d’activité du parent. Pour une cessation totale d’activité, le parent recevait en 2003 496 euros. Depuis le 1er janvier 2004, la Prestation d’accueil du jeune enfant (paje) se substitue à l’ensemble des prestations liées à la petite enfance (apje, afeama, aged, ape, aad) pour tous les enfants nés, adoptés ou recueillis en vue d’adoption à partir de cette date. Cette nouvelle prestation regroupe l’ensemble des allocations versées pour la garde des jeunes enfants. Un Complément libre choix d’activité remplace l’Allocation parentale d’éducation ; les conditions d’attribution sont plus strictes concernant l’activité professionnelle antérieure. Il concerne également les parents qui n’ont qu’un enfant puisqu’il permet à ces derniers de cesser ou de diminuer leur activité professionnelle pendant les six premiers mois suivant la naissance. Avant la naissance ou l’adoption, le demandeur doit avoir exercé une activité professionnelle pendant deux ans et cumulé la validation de huit trimestres d’assurance vieillesse dans les deux ans qui précèdent la naissance ou l’adoption d’un enfant de rang 1, dans les quatre ans précédents s’il s’agit d’un enfant de rang 2, et dans les cinq ans pour un enfant de rang 3 ou plus.

Une option est désormais offerte aux parents de trois enfants ; ils peuvent bénéficier d’un congé parental plus court mais mieux indemnisé. Sa durée est limitée à un an mais il est rémunéré 750 euros par mois.

2Deux ancrages sociologiques guident notre réflexion sur l’étude des pères qui prennent un congé parental. Le premier s’inscrit dans la lignée des travaux questionnant l’égalité des sexes et la construction des identités de genre. Tout au long de l’histoire, les hommes se sont efforcés de marquer la différence sexuelle ; il s’agissait pour eux d’affirmer leur pouvoir et de repousser l’indifférenciation sexuelle. L’organisation sexuée des sphères publique et privée est le reflet de cette construction de la différence des sexes. Dans le contexte de l’extension du salariat féminin, la répartition des temps sociaux entre les hommes et les femmes est un enjeu fondamental. Les enquêtes “emploi du temps” révèlent cependant que le noyau dur des tâches domestiques et parentales repose toujours sur les femmes, bien que ces dernières soient actives professionnellement. Ainsi, la réussite scolaire des filles, la biactivité des couples, ou encore plus largement, l’émancipation féminine n’ont pas fondamentalement changé la répartition sexuée des tâches dans le couple. L’articulation des sphères publique et privée ne se conjugue encore qu’au féminin. Le modèle de l’homme pourvoyeur principal de revenus est toujours fortement présent ; si l’on ajoute les écarts de salaire entre les hommes et les femmes, une offre de systèmes de garde ne répondant pas toujours aux contraintes professionnelles des unes et des autres, il est plus rentable pour la plupart des couples français de faire en sorte que ce soit la femme qui prenne en charge l’éducation des enfants en cessant ou en diminuant son activité professionnelle.

  • 2 Sur la question, voir Singly F. (de), 1993, 1996, 1997.

3Un deuxième ancrage sociologique retient notre attention. Pour certains sociologues, comme François de Singly, la paternité relationnelle (la conscience paternelle, le vécu de la relation) s’est substituée à la paternité institutionnelle (définie par l’institution du mariage)2. Si auparavant la paternité s’inscrivait naturellement dans le cadre du mariage, elle semble être aujourd’hui liée à la volonté masculine de s’investir pleinement dans la relation à l’enfant. Les lois sur l’autorité parentale de 1970 et sur la coparentalité de 1993 ont contribué à une redéfinition de la paternité. L’objectif poursuivi était de resserrer les liens entre le père et le tout jeune enfant, dans une perspective de dénaturalisation des compétences féminines et masculines. D’une façon générale, les politiques familiales concourent, par des mesures concrètes, à définir de nouveaux repères ; c’est le sens du congé de paternité et du livret de paternité, institués en 2002. De plus, une nouvelle figure, le “nouveau père”, apparaît dans la famille, figure largement relayée par la presse féminine, la télévision et la radio. Les “nouveaux pères” s’impliquent certes davantage auprès des enfants tout en recherchant une conjugalité plus égalitaire, mais ces innovations en matière de pratiques paternelles restent plus souvent du domaine des intentions et des aspirations que de celui des réalisations concrètes (Singly, 1996). Quoiqu’il en soit, les transformations liées à la structure familiale concourent à transformer la paternité.

4Un premier constat émanant de ces deux perspectives se dessine : les représentations de la paternité se sont plus transformées que les pratiques en elles-mêmes. On le voit, la paternité comme la maternité sont au cœur de tensions importantes : d’un côté, des représentations fortement sexuées des identités paternelle et maternelle poussent à la reconduction des inégalités dans les investissements familiaux des hommes et des femmes ; de l’autre côté, les aspirations démocratiques de nombreux couples poussent à une plus grande égalité parentale et conduisent les hommes à accorder plus de temps et d’attention à leurs enfants. Ceci étant, des innovations voient le jour parmi lesquelles la configuration de couples au sein desquels le père prend un congé parental.

5L’objet de cet article vise à comprendre si et comment le congé parental pris par le père permet aux hommes et aux femmes de construire une paternité et une maternité singulières. Nous fonderons notre réflexion sur un travail empirique (encadré 2) mené auprès de pères bénéficiant de l’Allocation parentale d’éducation et de leurs conjointes. Cette recherche nous permet de dévoiler une combinaison inédite de formes identitaires.

Encadré 2 : Méthodologie de l’enquête.

Le travail, engagé dans le cadre d’une thèse de sociologie, a privilégié une approche compréhensive pour avoir accès au sens que ces pères donnent à leurs pratiques, aux systèmes de valeurs et aux repères normatifs à partir desquels ils orientent leurs choix. L’approche qualitative s’est faite par entretiens biographiques menés auprès de vingt-sept pères bénéficiant de l’Allocation parentale d’éducation. La plupart des conjointes ont également été rencontrées à cette occasion afin d’appréhender les regards croisés que portaient les hommes et les femmes sur les recompositions engagées à la faveur de cette expérience. Le questionnement portait sur le contexte familial et professionnel, les motivations du choix, les réactions de l’entourage, les pratiques quotidiennes, la répartition des tâches domestiques et parentales, la vision de la paternité et les recompositions et changements qu’une telle organisation a pu introduire au sein du couple, les enfants y compris, dans la façon de considérer les hommes et les femmes…

Pour entrer en contact avec ces pères, nous avons sollicité la Caisse d’allocation familiale du département du Finistère qui dispose du fichier des inscrits à l’Allocation parentale d’éducation ; 97 courriers ont ainsi été expédiés. Les pères qui acceptaient de nous rencontrer pouvaient prendre contact par téléphone ou par mail. 27 pères ont réagi dans la semaine suivant la réception du courrier, les 2/3 par téléphone et le reste par mail.

6Avant de répondre à notre questionnement, il convient de préciser le profil de ces couples. Ensuite sera évoquée la dimension créatrice ou le caractère innovateur des pratiques parentales de ces hommes et nous finirons en décrivant les recompositions des rôles parentaux et des identités de genre engendrées par cette situation atypique.

I. Sociographie des pères en congé parental : une population aux contours spécifiques

7Décrire l’échantillon rencontré nous permet déjà de préciser en quoi ces couples sont atypiques par rapport aux autres couples avec enfants.

A. Dans la société française en général

8Une étude quantitative réalisée par la cnaf nous permet de mieux connaître les pères qui bénéficient de l’Allocation parentale d’éducation en France (Boyer/Renouard, 2003 ; Boyer, 2004). Ces pères ont en moyenne 36 ans, ils sont plus âgés que leur conjointe de 2,7 ans et ont, en moyenne, 2,6 enfants à charge. Les situations de séparation ou de veuvage restent exceptionnelles.

9L’étude révèle que 70 % des pères qui utilisent l’ape optent pour l’allocation à taux plein, c’est-à-dire que la majorité d’entre eux décident de cesser totalement leur activité professionnelle, les 30 % restants gardent un pied dans la vie active.

10Concernant leur situation professionnelle, les ouvriers sont légèrement surreprésentés par rapport aux autres hommes éligibles à cette prestation (40 % contre 36,9 %) ; les employés sont quant à eux fortement surreprésentés (39 % contre 11,1 %). Ainsi, près de 80 % de ces pères appartiennent aux catégories socioprofessionnelles “ouvriers” et “employés”. Ils se distinguent également des autres pères qui ne prennent pas l’ape par un taux de chômage trois fois plus élevé. Avant de percevoir l’ape, 78 % de ces pères exerçaient une activité professionnelle et 21 % étaient au chômage. Les couples au sein desquels l’homme reste au foyer sont également atypiques au niveau du diplôme, de la catégorie socioprofessionnelle et du salaire de la conjointe. En effet, 65 % d’entre elles ont un diplôme supérieur à leur conjoint, ce qui n’est le cas que pour 32 % des conjointes des hommes éligibles à cette prestation. Les conjointes sont pour la moitié d’entre elles dans une catégorie socioprofessionnelle supérieure à celle de l’homme, ce qui représente 4 fois plus que le nombre des conjointes des hommes éligibles à cette prestation. Elles sont d’ailleurs 90 % à avoir une activité professionnelle, elles ont un salaire net supérieur de 430 euros au salaire de leur conjoint avant qu’il ne bénéficie de cette allocation.

B. Dans notre enquête empirique

11Les caractéristiques de notre échantillon sont proches des données de la cnaf. Les pères interrogés ont en moyenne 34,5 ans et 2,33 enfants à charge. Ils sont un peu plus jeunes que la moyenne générale des pères bénéficiaires de l’Allocation parentale d’éducation. Dix-neuf pères ont choisi d’interrompre totalement leur activité professionnelle, les huit pères restants ont réduit leur temps de travail et ont conservé un temps partiel. Dans ce cas, le mercredi est souvent le jour chômé.

12Les diplômes et la situation professionnelle de chacun(e) dessinent des configurations de couple singulières par rapport aux autres couples avec enfants. L’hétérogamie caractérise la majorité de ces couples, dans le sens d’une hypogamie féminine. Les hommes sont plus nombreux à être dans une catégorie socioprofessionnelle inférieure à celle de leur conjointe que dans les autres couples. Dix-huit hommes sont ouvriers ou employés, sept femmes sont dans ces mêmes catégories ; neuf hommes et dix-neuf femmes appartiennent aux catégories cadres, professions intellectuelles supérieures ou professions intermédiaires. Une des conjointes rencontrées est commerçante à son compte. A part un cas de chômage, toutes les femmes ont un emploi. Majoritairement, elles ont un salaire plus élevé que leur conjoint ; plus des deux-tiers d’entre elles ont un diplôme de niveau supérieur au partenaire masculin.

13Ces couples ont fait le choix de “l’homme au foyer”, ce qui répond entre autres, à une logique pécuniaire. Il n’est pas opportun économiquement que la femme bénéficie d’un congé parental car elle a un salaire supérieur à son conjoint. D’autres raisons s’ajoutent évidemment ; ce choix provient d’une conjonction de facteurs tels que la volonté du père de s’investir, la difficulté à trouver un mode de garde adapté, la situation professionnelle précaire de l’homme… Nous n’entrerons pas dans ces détails, mais nous nous concentrerons plutôt sur la manière selon laquelle les membres de ces couples vivent leur paternité et leur maternité.

II. Les pères au foyer : “inventeurs” d’une nouvelle manière d’être père ?

A. Situation rare et besoin de reconnaissance sociale

14Lors du premier contact téléphonique avec les pères bénéficiaires de l’Allocation parentale d’éducation, une première discussion allant souvent jusqu’à quinze minutes s’engageait naturellement ; ils étaient très bavards sur le sujet. Leur empressement à fixer un entretien au plus vite laissait transparaître un besoin de parler. Ils sont plusieurs à avoir expliqué qu’ils avaient accepté l’entretien pour savoir s’ils étaient dans la “norme”, si les autres pères qui bénéficiaient de cette mesure ressentaient la même chose qu’eux, et qui ils étaient. Qu’une femme bénéficie de l’Allocation parentale d’éducation apparaît comme une chose naturelle, légitime ; par contre quand il s’agit d’un homme, cela étonne, fait débat. Ces pères n’avaient pas eu l’occasion de rencontrer des hommes ayant fait le même choix qu’eux ; ils étaient donc curieux de connaître le profil des pères en congé parental :

On s’est dit, tiens il y a quelqu’un que ça intéresse quand même. Et puis sincèrement, moi je serais curieux de savoir comment eux, ils le vivent… c’est de la curiosité… (Emmanuel, 33 ans).

Je voulais savoir si je ne suis pas un extraterrestre (Clément, 38 ans).

15Ces pères paraissaient également flattés qu’on puisse s’intéresser à eux ; ils semblaient ressentir le besoin de partager leur expérience, d’où la récurrence des expressions suivantes dans les entretiens : « ça fait du bien d’en parler », « je n’en parle pas souvent ». Finalement, ils disaient se sentir assez isolés dans leur choix, dans le sens où ils ne connaissaient pas d’autres hommes partageant cette même situation ; certains ont d’ailleurs affirmé qu’ils aimeraient intégrer une association de pères en congé parental. Les personnes en congé parental qu’ils rencontraient étaient uniquement des femmes et ils ne se sentaient pas proches d’elles. Ils estimaient ne pas avoir l’occasion de s’identifier à quelqu’un, ils se retrouvaient face à une absence de modèle et exprimaient des difficultés à se positionner en tant que père au foyer, et plus largement à construire leur identité de père au foyer.

16La construction identitaire suppose une double identification : la différenciation qui mobilise la singularité de quelqu’un par rapport à une autre personne et la généralisation qui renvoie à l’appartenance commune, c’est-à-dire au point commun réunissant des individus par rapport à un autre groupe (Dubar, 2000). En prenant appui sur les travaux de Claude Dubar, nous remarquons que les pères rencontrés mettent en avant leur différence par rapport aux autres pères et se définissent ainsi en opposition à ceux-ci ; le principe de différenciation est ici mis en œuvre. Par contre, ne connaissant pas d’autres pères en congé parental, le processus de généralisation ne peut pas se faire, et c’est cette absence d’identification à un groupe qui semble expliquer l’ambivalence de leurs propos, allant de la fierté d’avoir fait ce choix à une impression de ne pas être à sa place.

17La demande de reconnaissance sociale de ces hommes est d’autant plus partagée qu’ils sont confrontés à des réactions négatives de la part de leur entourage, des institutions et/ou du monde professionnel. S’ils ont bien souvent des retours positifs de la part des femmes, qui souhaiteraient, elles aussi, que leur conjoint participe davantage à l’éducation des enfants, ils regrettent que les autres hommes ne s’intéressent pas à leur mode de vie et se sentent parfois à l’écart :

Je vois ça avec les copains, dans les discussions, c’est souvent le travail, il n’y a que ça et moi, je n’y trouve pas mon compte (Benoît, 34 ans).

  • 3 Au sens de Goffman, les personnes discréditables possèdent un stigmate qui n’est pas visible immédi (...)

18De la même manière que les personnes discréditables vont apprendre à dissimuler certaines informations pour ne pas être discréditées, certains pères rencontrés développent des stratégies allant en ce sens3. Par exemple, dans les milieux masculins, comme sur le terrain de football, Alexandre évite de parler de sa situation d’homme au foyer, en usant de stratégies et de formulations vagues pour dissimuler sa situation :

Au foot, ils ne le savent pas, je leur dis que je suis mon propre patron, ils savent presque tous que ma femme tient un bar-restaurant… Ils ne savent pas exactement que je suis en congé parental, ils pensent qu’on tient le bar, ma femme et moi, et que c’est quand même moi qui dirige la maison.

19Dans le cadre familial, les réactions sont plus diverses : ce choix peut être tout à fait accepté comme il peut interpeller. Quand il est accepté, l’entourage met en avant la relation singulière qui existe entre le père et ses enfants, et le nouvel équilibre sexué qui se dessine, allant peut être vers une plus grande égalité entre les sexes. Quand des réactions négatives se manifestent dans la famille, elles peuvent venir d’hommes ou de femmes qui estiment que la place d’un homme n’est pas au foyer. Les remarques entendues par ces pères peuvent être de deux ordres : soit leur propre famille leur reproche de faire les tâches traditionnellement attribuées aux femmes (le ménage, la cuisine…) et par extension de se déviriliser, soit elle ne trouve pas logique que ce soit la femme qui ait une activité professionnelle, présupposant que cette dernière est plus ou moins contrainte de travailler pour faire vivre sa famille car son conjoint est “fainéant”.

20Quelques pères font également état de propos ou de situations gênantes dans leurs contacts avec certaines institutions. L’exemple des dossiers administratifs qui indiquent, parmi les statuts possibles, la situation de femme au foyer mais pas celle d’homme au foyer est significatif. La violence symbolique est forte quand ils doivent cocher la case “femme au foyer”. Parfois leur statut semble également difficile à faire accepter à l’école où “l’heure des mamans” est encore d’actualité. Du côté des employeurs, beaucoup ont été surpris de cette possibilité offerte aux hommes de prendre un congé parental d’éducation ; certains ont accueilli ce type de demandes en croyant qu’il s’agissait d’une boutade. Si au final la prise d’un congé parental a été acceptée par les employeurs, certains employés avouent avoir subi des pressions et ils sont d’ailleurs plusieurs à appréhender leur retour au travail. Dans une certaine mesure, on peut dire que ces pères sont en avance par rapport à une organisation sociétale qui, dans les faits, a encore des difficultés à concevoir qu’un père puisse être au foyer. Les représentations sociales en la matière sont prégnantes.

21Pour autant, les pères au foyer se disent fiers de leur choix, fiers d’avoir osé prendre un congé parental pour s’occuper de leurs enfants. Ils disent aimer le côté provocateur de leur manière de vivre leur paternité, le côté hors du commun. Notons tout de même que ce sentiment d’extraordinarité semble être partagé, pour une majeure partie d’entre eux, surtout dans les premiers mois du congé parental. Au fil du temps, ils se sentent davantage obligés de se justifier de crainte des regards désapprobateurs, curieux voire rieurs des autres. Du moins c’est en ces termes qu’ils disent ressentir ces regards :

Je me justifie avant même qu’on me pose la question parce que j’aimerais pas qu’on dise, ah celui là c’est un fainéant… (Emmanuel, 33 ans).

22Si dans un premier temps, ils sont fiers de leur “originalité” (rappelons qu’ils ne sont que 10 000 en France à être dans cette situation), il devient ensuite plus pesant pour eux de devoir expliquer sans cesse aux uns et aux autres les raisons de leur choix. La première fois que deux personnes se rencontrent, la question du métier exercé est souvent posée. L’activité professionnelle est fortement constitutive de l’identité d’un homme, elle donne un statut et offre une réponse relativement simple à cette question. Être père au foyer, par contre, n’est pas toujours un choix facile à revendiquer et cela nécessite à chaque fois une explication.

B. Deux générations qui s’opposent, deux formes de paternité en miroir

23Dès les années 1970 en France, nous avons assisté à une remise en question de l’organisation sociale traditionnelle, et notamment du modèle de la famille conjugale traditionnelle. Les pères rencontrés soulignent la grande différence qui existe entre leur manière d’exercer la paternité et celle de leur propre père. La question générationnelle est palpable en termes d’images de la paternité. « Pour appartenir à une génération, il convient d’avoir partagé un destin et vécu ensemble des évènements ou des périodes marquants : une guerre, une révolution, une crise économique, un saut technologique, etc. » (Préel, 2000 :17). Les pères opposent, pour la plupart, les deux générations : la leur, c’est-à-dire celle où les pères s’occupent de leurs enfants (même si ce n’est pas le cas de tous les pères et que de nombreuses études soulignent la répartition inégale des temps professionnel, parental et domestique), et celle de leur père, marquée par une répartition très sexuée des rôles. En questionnant les hommes rencontrés sur la manière dont leur propre père exerçait sa paternité, on interroge les générations familiales (grands-parents, parents, enfants…) ; ces dernières sont aussi des générations historiques dans la mesure où, du fait des différences d’âges des membres de la famille, elles se situent à des périodes différentes de l’histoire (Attias-Donfut, 2000).

24De fait, les hommes interrogés prennent appui sur la différence générationnelle pour expliquer les manières différentes d’être père. Le rôle de parent a fortement évolué avec le temps :

Ma mère encore ça passe, mais mon père euh, non. Il n’a pas digéré ! Maintenant un peu plus. Il trouvait complètement fou que moi, je m’arrête pour m’occuper des enfants, tiens. C’est la vieille génération. Ça, il n’arrive pas à comprendre que, que nous on puisse s’arrêter, lâcher son travail… (Nicolas, 38 ans).

25L’opposition à la génération précédente est forte dans les discours ; les pères interrogés disent exercer leur paternité de manière totalement différente et l’identification à la génération précédente est absente. Au-delà de la différence dans les soins donnés aux enfants par les hommes, c’est la valeur travail qui est remise en question. Les pères rencontrés se démarquent d’une identité exclusivement définie par le travail professionnel ou exclusivement liée au fait d’être à la maison. Ils relatent le fort investissement professionnel de leur propre père aux dépens de la famille :

Lui il était archi-absent, il avait une idée de son travail archi-valorisante, archi-valorisée (Clément, 38 ans).

26Dans le récit des pères au foyer, l’absence leur propre père, pris par leur activité professionnelle, semble avoir été courante et évidente ; les témoignages soulignent également le manque de contact. L’absence du père est fortement ressentie comme un manque et tend peut être à expliquer le contre-pied qu’ont pris les pères rencontrés en décidant de rester un temps au foyer pour s’occuper de leurs enfants. Les pères justifient leur situation actuelle en regard de leur passé. Nous ne pouvons occulter le caractère particulier d’un récit de vie, les individus cherchent à donner un sens à leur histoire, à la reconstruire a posteriori (Dubar, 2000). Les discours deviennent plus virulents quand les histoires familiales sont plus dures (divorce, père absent, violence) comme ce fut le cas pour Bertrand (32 ans) :

Mes parents étaient divorcés. Je n’ai pas connu mon père, c’est ma mère qui nous a élevés. On était 6 enfants… L’amour des enfants, c’est super. Ce n’est pas du tout de famille, je crois que c’est l’instinct… C’est sûr que je ne voudrais pas qu’ils revivent ce que moi j’ai vécu. C’est l’amour des enfants. Je ne voudrais pas qu’ils fassent partie d’une famille de divorcés parce que c’est dur. Justement, il n’y a pas eu cette présence et j’ai envie, peut-être un peu trop, qu’il y ait cette présence là.

  • 4 Les pères d’aujourd’hui rejettent, pour certains, le modèle du père antérieur défini essentiellemen (...)

27D’après nos témoins, l’absence physique et/ou affective de leur père les pousse à réfléchir à leur manière d’être père à leur tour. S’opposent alors deux générations et deux manières d’être père : l’évolution de la figure du père se perçoit dans les rapports intergénérationnels dans la famille4. Contrairement à ce qu’on aurait pu penser, les hommes rencontrés n’ont pas été socialisés dans un environnement où le père était très présent auprès de ses enfants, bien au contraire. En cela, ils sont “créateurs” d’une nouvelle façon d’être père. Si leur propre histoire tend à expliquer leur rapport à la paternité, les changements sociétaux ne sont pas non plus sans influence. Nous avons déjà souligné que l’arrivée massive des femmes sur le marché du travail et l’autonomie financière qui en a découlé, la maîtrise de la procréation et les évolutions juridiques sont autant de facteurs qui ont contribué à transformer les rapports entre les sexes. Si cette transformation n’a pas supprimé les inégalités entre les hommes et les femmes en termes de répartition des tâches parentales et domestiques, elle a engendré tout de même une crise des rôles masculins et féminins et des transformations identitaires (Dubar, 2000). Le modèle traditionnel sur lequel la génération précédente, et bien d’autres avant elle, s’est appuyée a perdu de sa vigueur. Les “nouveaux pères” peuvent-ils alors être un modèle sur lequel les hommes rencontrés peuvent s’appuyer ?

28L’expression “nouveaux pères” désigne les pères moins autoritaires, plus disponibles, qui donnent le biberon, changent les couches… Cette expression a largement dépassé le cadre médiatique pour être également utilisée dans des écrits plus spécialisés. Yvonne Knibielher rappelle que l’on parlait déjà des “nouveaux pères” au siècle des Lumières pour désigner ces hommes qui avaient fait évoluer l’image des pères en valorisant l’amour paternel à côté de l’autorité (Knibielher, 1987). Depuis le pater familias, la paternité a évolué et plusieurs générations de “nouveaux pères” se sont succédées. Les “nouveaux pères” sont construits socialement : les représentations et pratiques liées à cette expression évoluent au cours du temps ; elles évoluent également en fonction des significations que lui attribuent les individus. Le modèle du nouveau père que nous convoquons ici est celui du père contemporain. Comment les pères interrogés se saisissent-ils de ce modèle ?

29Deux réactions se dégagent. La première est celle des pères qui acceptent cette appellation dans la mesure où ils ont peut-être fait évoluer les mentalités en s’écartant de l’image d’un père autoritaire et éloigné des attendrissements. Un bémol se glisse tout de même dans leur discours : ce “nouveau père” médiatisé est peut-être davantage celui qui est, certes, impliqué dès la grossesse, présent en ayant une relation privilégiée avec ses enfants, mais c’est aussi celui qui est inséré professionnellement, qui a un emploi stable et qui peut subvenir financièrement aux besoins de ses enfants. En cela, il s’inscrit dans une évolution générale de la paternité plus que dans la singularité du père au foyer.

Oui je me reconnais là dedans, mais ça pour moi c’est…, je pense que les nouveaux pères, c’est un phénomène général… Le choix d’élever leurs enfants d’une autre manière. Mais aussi des pères qui bossent vraiment… Je ne pense surtout pas être dans les pionniers. Je pense que maintenant, c’est un phénomène qui est plus général (Denis, 31 ans).

30Pour ces pères au foyer, le “nouveau père” n’est pas non plus celui qui se comporte comme une femme au foyer, à qui incombent les tâches domestiques et parentales. Ils n’entrent pas dans un modèle de type universaliste mais défendent plutôt un modèle égalitaire en termes de partage des temps de vie sociaux.

31La seconde réaction relevée est celle des pères rejetant cette expression :

Nouveau père, je dirais être père, c’est tout quoi Nouveaux pères vraiment là, c’est de la communication (Baptiste, 37 ans).

C’est une image, ça fait mode… (Kévin, 40 ans).

32Les nombreux articles de presse et les reportages sur les “nouveaux pères” montrent l’intérêt que suscite ce phénomène, mais ceci ne fait pas office de modèle pour les hommes rencontrés, au sens où ils pourraient s’y identifier. Certains pères se mettent à distance de cette expression, ils semblent être passés à l’étape suivante et montrent que les normes et valeurs de la paternité évoluent sans cesse : les “nouveaux pères”, ce ne sont pas eux.

33Le congé parental est vécu comme une situation qui différencie les pères au foyer des autres hommes. Ils affirment fortement leur différence par rapport à la génération de pères qui les précède en refusant de reproduire le schéma de leurs parents mais ils sont paradoxalement mal à l’aise dans le rôle qu’ils occupent (ambivalence des propos, réactions de l’entourage…). Cette absence de modèle les pousse à être créateurs d’une nouvelle manière d’être parents et d’être en couple. Créateurs dans le sens où ils ne peuvent pas s’identifier à un modèle de paternité et revêtir les habits du père au foyer associé à ce modèle. Créateurs parce qu’ils n’ont pas la possibilité d’entrer directement dans un rôle préétabli. C’est à eux d’inventer leur rôle et d’en définir les contours. Pour cela, ces pères et leurs conjointes recomposent les rôles et les identités de chacun(e). Ces remaniements participent à la création d’une nouvelle paternité.

III. Recompositions des rôles parentaux et des identités masculines et féminines

34La répartition des tâches domestiques et parentales évolue d’une génération à l’autre mais également au cours du cycle de vie. Les jeunes générations sont beaucoup plus enclines à défendre l’égalité des sexes dans le couple que les générations précédentes. Pour autant, une fois que ces mêmes jeunes ont fondé une famille, les aspirations démocratiques défendues quand ils étaient célibataires ont tendance à s’estomper au profit d’un retour à des rôles sexués plus traditionnels (Attias-Donfut, 2001). Les changements intervenant dans la biographie individuelle occasionnent des remaniements dans la manière de se définir en tant qu’homme et femme d’une part, et dans les pratiques qui en découlent d’autre part. Il s’agit de se demander ce qu’il en est pour les couples qui font le choix de “l’homme au foyer”.

35Le temps du congé parental est un moment de la biographie individuelle de ces hommes et de l’histoire familiale de ces couples. Des recompositions et des renégociations se font jour durant ces trois ans. De nouvelles pratiques se mettent en place et contribuent à des changements sociaux au sein de la sphère conjugale et à une redéfinition des identités. Dans la lignée des travaux de Françoise Hurstel (Hurstel, 1999), nous considérons que les hommes qui restent au foyer reconstruisent pendant cette période une nouvelle identité masculine et paternelle. De plus, nous ne pouvons occulter la notion de couple ; cette redéfinition des identités a également des répercussions sur l’identité de la femme qui, de la même façon, recompose son identité féminine et maternelle.

A. Au foyer mais avant tout un homme

  • 5 En règle générale, la présence de jeunes enfants (moins de 6 ans) induit une diminution de la durée (...)

36Les pères interrogés vont à l’encontre du discours sur le père “démissionnaire” ou “défaillant” qui renvoie à l’affaiblissement de l’autorité paternelle et à la perte de lien père/enfant, en particulier suite à la séparation du couple. Dans la situation qui nous intéresse, la paternité se vit dans un contexte de démocratisation parentale. Les hommes rencontrés sont dans une logique de partage des tâches domestiques et parentales. Contrairement à ce que l’on observe dans les autres couples5, l’arrivée des enfants n’a pas été pour eux synonyme d’un désengagement net de l’homme et d’un engagement plus fort de la femme dans les tâches domestiques. Mais depuis que ces pères sont au foyer, un réajustement supplémentaire s’est opéré dans l’organisation familiale allant vers un partage plus égalitaire des tâches. Pour autant, si les hommes au foyer participent incontestablement aux tâches domestiques, ils n’ont pas le sentiment “d’en faire plus” que leurs conjointes. Ils recherchent une répartition égalitaire des charges domestiques et parentales et n’acceptent pas forcément d’augmenter leur part de la charge domestique sous prétexte qu’ils sont au foyer. Leur investissement plus important dans les activités liées à la prise en charge des enfants va de pair avec l’augmentation du temps passé avec ceux-ci. Au-delà d’un discours égalitaire, les comportements allant en ce sens sont effectifs mais une nuance s’impose. Bien qu’ils soient au foyer, ces pères sont dans la situation d’une « paternité conditionnelle » (Modak/Palazzo, 2002) : les pères sélectionnent les tâches et gardent ainsi une certaine liberté dans leur participation. Classiquement, les activités liées au linge restent l’apanage des femmes comme dans les autres couples contemporains (Kaufmann, 1992). Ces pratiques, transmises de génération en génération, ne sont pas simples à renégocier.

37On se rend bien compte que le changement social (à travers ici une pratique novatrice) peut s’accompagner de résistances. Des freins viennent contrer les nouveaux comportements des hommes (Devreux, 2004), parmi lesquels on citera la persistance des rôles traditionnellement attribués aux hommes et aux femmes :

En tout cas je ne prends pas le rôle de ma femme. Quand elle arrive du boulot, c’est elle qui les change, c’est elle qui les met en pyjama, c’est elle qui les douche. On fait chacun notre boulot. Si c’est moi qui vais les laver le premier, je les lave. C’est moitié, moitié (Bertrand, 32 ans).

38Les propos de Bertrand sont également significatifs de la manière dont il perçoit les tâches domestiques et parentales : il s’agit pour lui d’un travail. En se mettant en congé parental, il a certes quitté son emploi momentanément mais n’a pas arrêté de travailler. D’autres pères sont dans cette même logique en précisant qu’ils travaillent.

39Nous l’avons vu, l’absence d’identification à un modèle plus ou moins préétabli complique la manière selon laquelle les pères au foyer se pensent et se perçoivent. Si une de leurs craintes, en prenant en charge majoritairement les tâches domestiques et parentales, est d’être assimilés à une femme, c’est que ces tâches sont encore très liées dans les représentations communes aux rôles de la femme et de la mère. En plus, le ménage, les courses, les soins aux enfants sont des activités peu valorisées, en manque de reconnaissance. En faisant le choix de rester au foyer, ces pères réalisent une avancée en termes de négociation des temps dans le couple, mais ils restent confrontés aux institutions, aux organisations sociales, aux politiques publiques et aux représentations sociales qui conditionnent, via le système de genre, l’identité et le statut du père, et par extension celui de la mère.

40Le récit que les pères au foyer font de leurs journées est souvent marqué par des occupations qu’ils rapprochent davantage du masculin. Nous sommes en présence d’un discours de revirilisation. En dehors du jardinage, du bricolage ou autres travaux de force, les travaux en lien direct avec le logement sont plébiscités par ces pères :

Je m’occupe des gamins mais je m’occupe de choses aussi qui sont plus mecs, c’est à dire que j’ai fait la maison déjà. Quand je n’ai pas les enfants, je vais couper du bois, faire des trucs qui, quelque part, entrent dans le cadre de ce qu’eux [les autres pères] ont connu, c’est à dire qu’on apporte, l’homme apporte, je ne sais pas quoi, ce qui est un peu physique… C’est vrai, je ne fais pas la lessive ou je ne fais pas ça, mais il y a des trucs que je fais qui sont des trucs de machos si on veut, enfin des trucs de mecs parce que j’ai un peu de temps même si je prends les gamins avec moi, j’ai le temps de faire des trucs, on a été acheter un tracteur-tondeuse l’autre jour, c’est pas ma femme qui l’aurait fait, on a été le faire avec les gamins (Etienne, 37 ans).

41Sur les vingt-sept hommes rencontrés, onze rénovent leur habitation, les travaux vont de la peinture à l’agrandissement de la maison. Pour ces pères, ces travaux sont l’occasion de montrer qu’ils participent à la construction du foyer familial, non pas en apportant l’argent mais en procurant un cadre de vie agréable. Ils veulent nous dire que ce n’est pas parce qu’ils sont au foyer qu’ils en sont moins “hommes” (du moins dans leur manière de concevoir les identités de genre). Il est essentiel pour eux de se différencier des femmes au foyer, non pas qu’ils cherchent à dévaloriser ce qu’elles font ; au contraire, ils soulignent le manque de considération dont elles sont l’objet dans la société actuelle. Ils peuvent s’identifier à ces femmes vis-à-vis du statut “au foyer”, mais souhaitent se différencier d’elles au niveau de l’appartenance de sexe.

B. Une femme très investie professionnellement, mais avant tout une mère

  • 6 En termes de déroulement de carrière, trois situations étaient et sont possibles : les femmes inact (...)

42L’imbrication de la vie professionnelle et de la vie familiale demande aux couples d’établir des arrangements. Aujourd’hui, les interruptions de carrière des femmes sont moins fréquentes. Si auparavant les interruptions étaient définitives à l’arrivée des enfants, elles le sont moins maintenant et plus courtes6. Mais de nettes différences entre les hommes et les femmes subsistent en termes de déroulement des carrières (Daune-Richard, 2001). Les carrières masculines suscitent encore une forte mobilisation familiale et jouissent d’une plus forte mobilité professionnelle. Quelques femmes, comme celles rencontrées, se lancent pourtant dans des carrières ascendantes. Ces couples, en situation d’hypogamie féminine, misent davantage sur la carrière de la femme et l’homme se mobilise en ce sens. Certaines femmes ont accepté une mutation ou une promotion, ont obtenu un concours et leur investissement professionnel a engendré une réorganisation familiale impliquant que l’homme reste au foyer pour un temps donné.

43Si les femmes oscillent entre tension et culpabilité à l’égard de leur ambition professionnelle et de leur rôle de mère, le fait que leur conjoint reste au foyer tend à relativiser, pour partie, cette culpabilité. Elles culpabilisent moins d’être engagées professionnellement dans la mesure où leurs enfants ne subissent pas les conséquences de ce choix : succession de modes de garde, longues journée hors du domicile, réveil aux aurores… Elles sont rassurées de laisser leurs enfants avec leur père :

Quand je suis au travail et que je sais que les enfants sont à la maison avec leur papa, moi ça me rassure. Je suis dans mon travail et je n’ai pas à me soucier d’eux, c’est confortable pour moi (Clara).

44Si nous regardons plus attentivement notre échantillon, cinq femmes occupent un poste de cadres supérieurs, quatorze font partie de la catégorie “professions intermédiaires” et une est commerçante, les autres sont employées ou ouvrières. Ainsi malgré l’écart de diplôme et de revenus entre les femmes et leurs conjoints, les femmes ayant une profession intermédiaire ne sont peut-être pas aussi polarisées sur leur emploi que peuvent l’être certaines femmes cadres, qui, pour leur part, sont en plus davantage en mesure d’assurer l’externalisation d’un certain nombre de tâches domestiques. L’engagement professionnel des mères ne signifie pas un désengagement de la sphère familiale. Les femmes, même en ayant une activité professionnelle, conservent ce que Monique Haicault appelle la « charge mentale » : elles gardent une part importante de la gestion des tâches parentales et domestiques (Haicault, 1984, 2000). A défaut de parler de “double journée”, expression qui fait davantage référence à une juxtaposition du temps professionnel et du temps familial sans véritable interconnexion, l’auteure souligne l’intrication des temps sociaux de la femme. Cette charge mentale portée par les femmes, observée chez les couples bi-actifs, se perçoit également chez celles dont le conjoint est au foyer. Elles conservent tout ce qui concerne la logistique : gestion des emplois du temps, des menus, prise de rendez-vous… Cette gestion de la vie quotidienne peut être la conséquence d’un moindre investissement de l’homme au foyer, mais elle révèle également la difficulté qu’ont ces femmes à laisser “leur” place à leur conjoint dans la sphère familiale. Prenons l’exemple d’une discussion entre Émilie et son conjoint au sujet du bain des jumeaux :

Lui : Parce que moi, je voyais que ça [le bain] se passait bien le matin, je n’avais aucun souci, on a fait pendant deux ou trois jours le soir, sur trois fois qu’on a fait le soir, deux fois ça s’est mal passé.

Elle : Tu vois il y a des moments comme ça, le bain, pour que je te dise ‘on le fait le soir’, il a fallu que j’insiste parce que lui n’était pas d’accord. Mais, bon, c’est vrai que ça va en général dans mon sens.

[…]

Elle : Parce que là, bon, je suis quand même obligée de faire avec le papa. Il faut laisser la place.

45Contrairement aux hommes très investis professionnellement, ces femmes ne désinvestissent pas pour autant la sphère familiale. Elles semblent avoir besoin de reprendre le contrôle de la sphère domestique, d’entrer à nouveau dans les rôles traditionnels. Il est bien difficile de remettre en cause les systèmes de pensée et les pratiques confortant les identités de genre. Les mères font preuve, elles aussi, de résistances au changement social dans certains domaines. Il y a sans cesse alternance entre changement social et résistance au changement. Les propos des pères et des mères sont significatifs, ils reflètent les tensions qui les animent au regard des conceptions traditionnelles et contemporaines de la masculinité et de la féminité. Aspirations démocratiques et pratiques sont souvent en opposition, symbolisant probablement la période de mutation (forcément complexe) dans laquelle la paternité et la maternité se sont engagées. L’image qu’ils transmettent à leurs enfants préoccupe également les parents, ils accordent de l’importance par exemple à développer des jeux virils avec leurs fils. Ils ne veulent surtout pas leur transmettre une image trop féminisée de l’homme.

46La difficile répartition des tâches domestiques et parentales dans les couples où l’homme est au foyer met au jour la volonté de ces hommes et de ces femmes de ne pas transgresser totalement les habitudes et les modèles en cours, l’homme restant associé à la virilité et la femme à la gestion du foyer. On mesure les contradictions qui existent entre ces deux aspirations : d’un côté, vouloir s’affranchir des stéréotypes, des rôles traditionnels de sexes, de l’autre, ne pas vouloir trop s’en écarter et conserver des attributs spécifiquement masculins ou féminins.

IV. En conclusion…

47Les couples au sein desquels le père prend un congé parental sont peu nombreux d’un point de vue statistique et leur étude offre un regard sur des pratiques et des négociations qui vont à l’encontre du modèle dominant. Ces couples peuvent constituer un observatoire intéressant pour étudier l’évolution de l’égalité entre les hommes et les femmes dans la société et la redéfinition des identités qui en découlent.

48Deux résultats majeurs se dégagent de cet article. D’une part, nous avons souligné le caractère innovant des pratiques de ces pères dans la mesure où ils sont inventeurs d’une paternité contemporaine. Nous avons souligné que ce choix n’est pas indépendant de leur situation socio-économique : hypogamie féminine et valorisation de la carrière féminine participent de ce processus. Leur histoire familiale joue également un rôle dans la manière dont ils conçoivent la paternité et la maternité. La socialisation familiale et les processus d’identification au parent du même sexe peuvent conduire à la reproduction des identités de genre. Dans le cas présent, ces pères s’opposent plutôt au modèle proposé par leurs parents. Cette différenciation générationnelle engage les pères sur un chemin parfois semé d’embûches : réactions de l’entourage, besoin de reconnaissance sociale, absence de repères, recherche de modèles…

49D’autre part, nous avons décrit les processus dans lesquels s’engagent ces hommes et ces femmes dans le cadre de la configuration singulière de l’homme au foyer. Ils revisitent les représentations traditionnelles des rôles du père et de la mère, et par extension de l’homme et de la femme. Leurs pratiques montrent une égalité parentale et domestique plus importante que dans les autres couples avec enfants ; elles montrent également une répartition des temps inverse de celle que l’on rencontre couramment. En cela, des remaniements identitaires se produisent. Les recompositions de la paternité et de la maternité sont néanmoins freinées par des résistances provenant de la société mais également des acteurs et des actrices de ce changement social. Elles restent empreintes, dans une certaine mesure, de stéréotypes de sexe. La construction des identités en cours pendant la période du congé parental est faite de tensions entre innovation et tradition, d’une part, et entre visée égalitaire et différenciation de sexes, d’autre part. Il conviendrait maintenant de s’interroger sur la pérennité des recompositions engagées car l’expérience du congé parental est passagère, elle s’arrête au plus tard aux trois ans du dernier enfant. Dans quelle mesure, à l’issue de cette parenthèse, les hommes ne réendossent-ils pas une forme de paternité plus traditionnelle ? Ou au contraire, dans quelle mesure cette expérience marque-t-elle durablement les représentations et la façon de vivre la paternité en supposant que le choix du congé parental traduisait déjà une mutation engagée en amont ?

Haut de page

Bibliographie

Attias-Donfut C., 2000, “Rapport de générations. Transferts intrafamiliaux et dynamique macrosociale”, Revue Française de Sociologie, vol. 41, n° 4, pp. 643-684.

Attias-Donfut C., 2001“Sexe et vieillissement”, in Blöss T., Dir., La dialectique des rapports hommes-femmes, Paris, PUF, pp. 197-215.

Battagliola F., 2004, Histoire du travail des femmes, Paris, Éditions La Découverte.

Blöss T., Frickey A., 2001, La femme dans la société française, Paris, PUF.

Boyer D., 2004, “Les pères bénéficiaires de l’APE : révélateurs de nouvelles pratiques paternelles ? ”, Recherches et prévisions, n° 76, pp. 53-62.

Boyer D., Renouard S., 2003, “Les pères bénéficiaires de l’allocation parentale d’éducation”, L’essentiel, cnaf, n° 17, pp. 1-4.

Daune-Richard A. M., 2001, “Hommes et femmes devant le travail et l’emploi”, in Blöss T., Dir., La dialectique des rapports hommes-femmes, Paris, PUF, pp. 127-150.

Degenne A., Lebeaux M.-O., Marry C., 2002, “Les usages du temps : cumuls d’activités et rythmes de vie”, Économie et statistique, n° 352-353, pp. 81-99.

Desplanques G., 1987, Cycle de vie et milieu social, Collections de l’INSEE, série D, n° 117.

Devreux A. M., 2004, “Les résistances des hommes au changement social : émergence d’une problématique”, Cahiers du Genre, n° 36, pp. 5-20.

Dubar C., 2000, La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, Paris, PUF.

Goffman E., 1975, Stigmates. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Les éditions de Minuit.

Haicault M., 1984, “La gestion ordinaire de la vie en deux”, Sociologie du Travail, n° 3, pp. 268-275.

Haicault M., 2000, L’expérience sociale au quotidien. Corps, espace, temps, Presses de L’Université d’Ottawa.

Hurstel F., 1999, “Identité masculine, inversion des rôles parentaux, fonction paternelle”, in Marciano P., Coord., Le père, l’homme et le masculin en périnatalité, Erès, pp. 115-129.

Kaufmann J. C., 1992, La trame conjugale. Analyse du couple par son linge, Paris, Nathan.

Knibielher Y., 1987, Les pères aussi ont une histoire, Paris, Hachette.

Méda D., 2001, Le temps des femmes. Pour un nouveau partage des rôles, Paris, Flammarion.

Modak M., Palazzo C., 2002, Les pères se mettent en quatre ! Responsabilités quotidiennes et modèles de paternité, Lausanne, Publications universitaires romandes, Cahiers de l’eesp 34.

Préel B., 2000Le choc des générations, Paris, Éditions La découverte.

Singly F. (de), 1993, Sociologie de la famille contemporaine, Paris, Nathan, (2e édition réactualisée : 1996).

Singly F. (de), 1996Le soi, le couple et la famille, Paris, Nathan.

Singly F. (de), 1997“Conclusions”, in Conseil de l’Europe, Promouvoir l’égalité : un défi commun aux hommes et aux femmes, Actes du séminaire international de Strasbourg, 17-18 juin, pp. 77-86.

Haut de page

Notes

1 Les parents rencontrés lors de l’étude bénéficiaient de l’Allocation parentale d’éducation. Bien que cette mesure soit aujourd’hui remplacée par le complément libre choix d’activité, nous utiliserons l’appellation “Allocation parentale d’éducation” dans notre texte pour nous en tenir à la réalité de la situation des personnes interrogées.

2 Sur la question, voir Singly F. (de), 1993, 1996, 1997.

3 Au sens de Goffman, les personnes discréditables possèdent un stigmate qui n’est pas visible immédiatement (Goffman E., 1975).

4 Les pères d’aujourd’hui rejettent, pour certains, le modèle du père antérieur défini essentiellement par son rôle de pourvoyeur de revenus et de détenteur de l’autorité (Singly F. (de), 1996). Les mutations de la paternité peuvent passer, entre autres, par un rejet des modèles hérités.

5 En règle générale, la présence de jeunes enfants (moins de 6 ans) induit une diminution de la durée du travail professionnel de la femme et une augmentation équivalente de celle de l’homme (Méda D., 2001). Ainsi, pour les couples bi-actifs, la part prise par les hommes dans le temps de travail professionnel global du ménage augmente de façon continue avec le nombre d’enfants, alors que leur contribution au travail domestique a tendance à diminuer. Les femmes, à l’inverse, voient leur temps de travail professionnel diminuer avec le nombre d’enfants, plus particulièrement quand elles sont à temps plein (Degenne A. et al., 2002).

6 En termes de déroulement de carrière, trois situations étaient et sont possibles : les femmes inactives toute leur vie, à l’inverse celles actives en continu, et enfin les femmes qui alternent les périodes d’activité professionnelle et les périodes au foyer. Les enquêtes “Famille” de 1982 et 1990 donnent à voir la répartition des femmes par le type de trajectoire professionnelle selon la génération (générations 1918-1922 à 1941-1945). La part des actives continues est de plus en plus importante d’une génération à l’autre et concerne près d’une femme sur deux pour la génération de 1941-1945. A l’inverse, les inactives totales décroissent : cette catégorie concernait une femme sur cinq pour la génération de 1918-1922 et moins d’une femme sur dix pour la génération de 1941-1945. Les actives discontinues sont proportionnellement de moins en moins nombreuses et sont presque à part égale avec les actives continues (Desplanques G., 1987 ; Desplanques G., Raton I., Thave S., 1991 cités inBattagliola F., 2004). La naissance du premier ou du deuxième enfant est moins synonyme aujourd’hui d’un retrait d’activité professionnelle même temporaire. Même au troisième enfant, les arrêts d’activité sont proportionnellement moins nombreux ; au début des années 2000, 52% des mères de trois enfants étaient actives contre 30% au milieu des années 1970 (Blöss T., Frickey A., 2001).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Trellu, « Recompositions et résistances de la masculinité et de la féminité, de la paternité et de la maternité à l’épreuve du congé parental pris par les hommes en France », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-2 | 2007, 123-141.

Référence électronique

Hélène Trellu, « Recompositions et résistances de la masculinité et de la féminité, de la paternité et de la maternité à l’épreuve du congé parental pris par les hommes en France », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-2 | 2007, mis en ligne le 07 mars 2011, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rsa.revues.org/471 ; DOI : 10.4000/rsa.471

Haut de page

Auteur

Hélène Trellu

Université de Bretagne occidentale – Atelier de recherche sociologique (EA3149).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org