Navigation – Plan du site

Masculinité et paternité à l’écart du monde du travail : le cas des pères au foyer en Belgique

Masculinity and Paternity outside the Working World : the Case of Stay-at-home Fathers in Belgium
Laura Merla
p. 143-163

Résumés

Cet article, rédigé à partir d’une recherche doctorale portant sur 21 pères au foyer, s’intéresse à la difficulté qu’il y a pour un homme de gérer une image positive de soi qui se détache de la référence au travail professionnel, et ce à la fois vis-à-vis de soi-même et dans les relations à autrui. Nous mettrons en lumière la subsistance des normes de la division sexuelle du travail qui transparaît au niveau des interactions avec autrui dans et en dehors du contexte domestique ; nous examinerons également les stratégies que les pères au foyer mettent en place pour réduire la portée identitaire et relationnelle du manque de légitimité auquel ils sont confrontés. Nous mettrons en particulier l’accent sur le rôle joué par la référence au travail professionnel à la fois dans la définition de soi “pour soi” et dans la présentation de soi à autrui. En conclusion, une définition originale de l’identité de genre sera proposée.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1 Voir par exemple Méda D., 1995.
  • 2 A ce propos, on verra, entre autres Barrère-Maurisson M.-A., 1992 ; Hochschild A., 1997 ; Maruani M (...)

1 Contrairement aux courants qui, au cours des années 1990, prédisaient et appelaient de leurs vœux la “fin du travail” en tant que valeur dominante1, le travail “professionnel” continue à occuper une place prépondérante dans l’organisation des sociétés occidentales et dans la vie des individus. Comme Ferreras le souligne, «Malgré la situation de chômage et d’insécurité d’emploi qui s’est progressivement installée depuis les années 1970 sur les marchés du travail en Europe occidentale, ou en partie à cause d’elle, les enquêtes sur les valeurs montrent comme le travail reste, voire est devenu, comme écrit Sainsaulieu, ‘la plus importante machine à produire de l’identité sociale, loin devant le quartier, la famille, les lois, les études’» (Ferreras, 2004). Diverses études menées sur les situations de chômage et le vécu qu’elles entraînent ont montré à quel point la privation de travail professionnel est source de déstabilisation identitaire et de perte d’estime de soi. Les travaux de D’Amours, Lesemann, Deniger et Shragge ont mis en évidence le fait que le chômage peut être vécu «comme une blessure identitaire, un bouleversement profond du rôle et de la place occupée dans la famille et la société, une perte d’autonomie et de pouvoir» (D’Amours et al., 1999). Historiquement, le travail professionnel a occupé une place centrale pour la construction des identités masculines. Même si, comme l’ont notamment démontré les travaux de Maruani et de Battagliola, et comme le proclame l’ouvrage de Schweitzer, les femmes ont “toujours” travaillé, l’industrialisation et la séparation spatio-temporelle du travail-production (travail professionnel) et du travail-reproduction (travail domestique et familial) ont généré un type particulier de rapport social et de division du travail entre hommes et femmes (Battagliola, 2000 ; Maruani, 2000 ; Schweitzer, 2002). Au milieu du XXe siècle, les hommes se définissaient principalement par le travail professionnel, alors que les femmes, confinées au foyer, se définissaient (ou plutôt étaient définies) par leurs rôles domestiques, même lorsqu’elles continuaient à exercer une activité professionnelle (Dubar, 2000). Ce modèle a été largement contesté par les mouvements féministes, au point d’aboutir à une modification de l’articulation du modèle familial au modèle professionnel ; cette dernière se caractérise aujourd’hui par l’occupation simultanée des deux espaces et la nécessité d’élaborer des stratégies de gestion de l’inscription dans ces deux dimensions2.

  • 3 Source : Institut national de Statistiques.
  • 4 Source : Office national de l’Emploi.
  • 5 La majorité des utilisatrices du crédit-temps se situent dans la tranche d’âge des 25-40 ans. Sourc (...)
  • 6 Source : Office national de l’Emploi.

2 L’évolution du taux d’emploi des femmes belges mariées ayant au moins un enfant de moins de 6 ans atteste de cette évolution : il est passé de 56,9% en 1989 à 69,5% en 1999 (oecd, 2001). Actuellement, on peut identifier en Belgique deux modèles prédominants de répartition de l’emploi dans les familles comptant au moins un enfant de moins de 6 ans : le travail à temps complet pour les deux parents, et le travail à temps partiel pour la mère et à temps plein pour le père (oecd, 2001). Cette observation confirme en partie la persistance de l’attribution prioritaire du travail reproductif aux femmes et du travail professionnel aux hommes. Ainsi, en 2000, 39,3% des femmes travaillaient à temps partiel pour 5,4% des hommes. Parmi ces femmes, 55% travaillaient à temps partiel pour raisons familiales3. En 2004, 77% des contrats à temps partiel concernaient des femmes (onss, 2005 :36-37). Si l’utilisation du régime de crédit-temps montre une évolution favorable en matière d’équilibre entre les sexes (la part des femmes étant passée de 83% en 2001 à 62% trois ans plus tard4), l’importance de la proportion d’hommes de plus de 50 ans qui utilisent ce type de système laisse penser qu’il s’agit davantage d’une manière pour eux d’adoucir leur fin de carrière que d’une volonté d’articuler vie professionnelle et soin des enfants5. De même, si la présence des hommes dans le régime du congé parental a cru de manière significative (passant de 6,4% des bénéficiaires en 2001 à 15% en 2004), elle demeure minime comparativement à celle des femmes6. Les enquêtes budget/temps confirment par ailleurs la persistance des différences entre hommes et femmes en matière de travail domestique et de soin des enfants (Fusulier/Merla, 2003). Toutes ces données suggèrent qu’en Belgique, en dépit d’évolutions mineures, l’articulation entre vie professionnelle et vie familiale passe largement par un retrait partiel ou total des femmes du marché du travail.

3 Dans certains couples pourtant, cette articulation passe par un retrait du marché du travail, non des femmes, mais bien des hommes, que ce retrait soit volontaire ou non. Cet article s’appuie précisément sur une recherche doctorale portant sur les pères “au foyer” : des hommes qui se sont retirés du marché du travail dans le but explicite de s’occuper de leur(s) enfant(s) alors que leur compagne demeure professionnellement active (Merla, 2006). Nous allons nous pencher sur la difficulté qu’il y a pour ces hommes à gérer une image positive de soi qui se détache de la référence au travail professionnel, et ce à la fois vis-à-vis de soi-même et dans les relations à autrui.

II. Perspective théorique

4 Cette recherche s’appuie avant tout sur une approche phénoménologique et constructiviste du monde social qui considère la perception du monde de la vie quotidienne comme une construction sociale (Williame, 1973 ; Schütz, 1987 ; Marquet, 1991 ; Berger/Luckmann, 1996). Le genre, principe guidant notre perception du monde (Delphy, 2001 :30-31), n’est pas considéré comme une essence émanant du sexe biologique d’un individu, mais comme un élément participant à l’appréhension et à la présentation de soi, constamment (re)produit et remis en question dans le contexte des interactions (Kimmel, 2000). En tant qu’ingrédient clé de l’identité, il contribue à la construction du sens et à l’agencement des expériences signifiantes du fondement de l’identité personnelle. En d’autres termes, le genre participe tant à l’assignation qu’à l’appropriation identitaire au niveau personnel.

  • 7 ConnelL R. W., 1999, p.36. Des travaux comme ceux de Tolson A., 1977 ; Messerschmidt J., 1993 et St (...)
  • 8 Ce niveau global renvoie à “l’ordre de genre”, structure historiquement construite des relations de (...)
  • 9 Pour une discussion du concept, voir notamment Coltrane S., 1994 ; Connell R. W., 1987, 1999 ; Conn (...)
  • 10 Voir à ce propos Connel R. W., 1999.

5 L’un des apports majeurs de l’approche socioconstructiviste du genre a été précisément de montrer la pluralité des définitions du masculin et du féminin, non seulement dans le temps et l’espace, mais également au sein d’une même culture et d’une même époque, en fonction de la classe sociale, de l’ethnicité, de l’âge, de la sexualité et/ou du niveau d’éducation (Kimmel, 2000). Comme Connell s’est attachée à le montrer, ces types pluriels de masculinités qui coexistent dans un milieu social particulier ne bénéficient pas de la même reconnaissance sociale7. Au niveau de la société globale, les points-clés de l’organisation des relations de genre sont, nous dit l’auteure, stylisés et simplifiés autour de la domination des hommes sur les femmes8. Cette domination constitue la base des relations entre hommes et définit, à un moment donné, une forme de masculinité dite hégémonique9, construite en relation avec différentes masculinités subordonnées et avec les femmes, celles-ci demeurant l’ “autre” par excellence dont les hommes doivent se démarquer. Cette masculinité hégémonique constitue un idéal-type, un prototype de la masculinité qui se situe au sommet de la hiérarchie des masculinités présentes dans une société à un moment donné. Ce rapport hiérarchique se décline sur le mode de la complicité (en ce qui concerne les formes de masculinités qui bénéficient de la domination masculine sans incarner tous les traits de la version hégémonique), de la subordination (les masculinités gay se situant, à cet égard, au bas de l’échelle hiérarchique de genre entre hommes par leur assimilation à la féminité) et/ou de la marginalisation (comme c’est le cas pour les masculinités de minorités ethniques)10. Cette position hégémonique est susceptible d’être contestée, et est donc pleinement historique. Or, les références faites par de nombreux auteurs à une “crise de la masculinité” renvoient précisément à la difficulté à identifier, dans les sociétés occidentales contemporaines, une définition de la masculinité qui occupe une telle position hégémonique. A côté de normes renvoyant à une définition “traditionnelle” du masculin (par référence au modèle dominant né de la révolution industrielle) foisonnent une série d’autres normes, plus ou moins contradictoires, sans que ne se dessine à ce jour un modèle alternatif qui prendrait le pas sur le premier.

  • 11 Comme Duret le souligne : «Vouloir devenir un homme dans une société instable ne revient plus à se (...)

6 La reconnaissance de la multiplicité du genre laisse entrevoir le jeu relatif dont disposent les individus à l’égard des normes : celles-ci exercent une influence sur les pratiques qui ne saurait être assimilée à un conditionnement automatique. Ce constat fonde la possibilité de définir l’appréhension et la présentation de soi en tant qu’individu masculin et/ou féminin, non pas comme l’application automatique, à soi, des normes assignées, comme l’endossement aveugle de typifications socialement construites, mais comme un processus dynamique de gestion de la tension entre attribution et identification11.

7 C’est précisément de cette tension entre attribution et identification aux normes de genre, que révèle avec force l’étude des pères “au foyer” qui transgressent les normes de la division sexuelle du travail, qu’il sera question dans cet article. Celui-ci se déclinera en deux temps. Le premier correspond au repérage, au travers du compte rendu que les pères au foyer nous ont fait, des normes de genre qui ressortent de leur confrontation à autrui et qu’ils sont censés transgresser. Le second s’attachera à proposer une typologie des modes de gestion de la transgression à partir des stratégies que ces pères mettent en place, consciemment ou non, pour gérer le manque de légitimité auquel ils sont confrontés.

III. Méthodologie et description de la population étudiée

8 Cette enquête se centre sur 21 hommes, vivant en couple avec une femme active sur le plan professionnel et demeurant, ou ayant demeuré à la maison dans le but explicite de s’occuper de leur(s) enfant(s) pour une durée minimale de 6 mois. Le recrutement s’est opéré principalement via la publication d’annonces dans divers médias francophones (magazines spécialisés dans le domaine de la famille, revue féministe, publications syndicales et page web de l’Université catholique de Louvain) et a été complété par le recours à des informateurs (collègues, amis, personnes ayant répondu aux annonces parues dans la presse). Le texte des annonces a été modulé afin de toucher des individus ayant un rapport varié à la dénomination de “père au foyer” et/ou n’ayant pas “choisi” volontairement d’occuper cette position. Les médias ont été retenus en fonction de leur public de prédilection (lectorat des classes moyennes-supérieures, ou comprenant une large proportion de classes plus populaires). La population étudiée compte cependant une large proportion d’individus des classes moyennes-supérieures. Comme le tableau 1 le montre, les niveaux d’éducation sont relativement élevés. La majorité des individus ont entre 30 et 40 ans, le nombre d’enfants présents au foyer est relativement élevé, et dans la plupart des cas, l’enfant le plus jeune était âgé de moins de 1 an au début de l’arrêt de travail. Les statuts varient fortement : chômage, crédit-temps, congé parental (donnant tous les trois le droit à une allocation), travail indépendant ou absence pure et simple de statut.

  • 12 Voir en particulier le chapitre The Constant Comparative Method of Qualitative Analysis dans Glaser(...)

9 Les entretiens semi-directifs, d’une durée de 2 à 4 heures, se sont déroulés au domicile familial dans la majorité des cas. A deux exceptions près, la partenaire n’était pas présente pendant l’entrevue. La méthode d’analyse, proche de la méthode de la comparaison constante mise au point par Glaser et Strauss pour faire émerger une théorie fondée12, a visé à faire apparaître, par comparaison systématique entre les entretiens, des catégories d’analyse progressivement enrichies et intégrées jusqu’à ce qu’une théorie soit délimitée. Ainsi, tous les entretiens ont fait l’objet dans un premier temps d’une analyse individuelle, afin de dégager la cohérence propre à chaque discours. Ces analyses, réalisées au fur et à mesure de la récolte des données, nous ont également permis de dégager progressivement les catégories d’analyse ; ce travail a été réalisé avec l’aide du logiciel NVivo.

Tableau 1 : Description de la population étudiée.

Niveau d’étude

Secondaire inférieur

1

Secondaire supérieur

1

Supérieur non-universitaire

6

Universitaire

13

Age des pères au foyer pendant l’arrêt de travail

20-29

5

30-39

9

40-49

5

50+

2

Nombre d’enfants

1

1

2

11

3 et plus

9

Age du plus jeune enfant au début de l’arrêt de travail

Entre 0 et 1 an

13

Entre 2 et 3 ans

3

Entre 4 et 5 ans

3

6 ans et plus

2

Statut (* système suédois)

Sans statut ou travailleur indépendant

10

Chômeur

6

En crédit-temps

2

En congé parental*

1

Pensionné

1

10 Lors de chaque analyse individuelle, les catégories repérées ont été confrontées à celles dégagées précédemment, les enrichissant ou apportant de nouvelles catégorisations. Une fois ce travail exploratoire achevé, une première analyse transversale a été effectuée sur base de 14 analyses individuelles. Celle-ci a permis de tester et d’enrichir la structure d’analyse construite au fil du temps. Les entretiens suivants ont également été analysés individuellement, puis injectés dans l’analyse transversale, apportant de nouvelles informations au fur et à mesure que des profils variés venaient compléter notre corpus d’entretiens, et ce jusqu’à ce qu’un niveau de saturation soit atteint et que les hypothèses et modèles d’interprétation soient stabilisés.

IV. Appréhension subjective de l’invalidation de la paternité au foyer et normes de genre

  • 13 Les hommes de notre enquête ont également rapporté des réactions positives soutenant leur investiss (...)

11 Les hommes qui s’engagent dans la paternité au foyer s’exposent à une série de réactions négatives pouvant rendre leur situation difficile à assumer13. Ces marques invalidantes seront présentées en fonction du contexte d’interaction dans lequel elles prennent place : situations quotidiennes de face à face, espaces publics liés au soin des enfants et réseaux sociaux.

A. Rappels à l’ordre dans le contexte des interactions

12 Les pères au foyer que nous avons rencontrés ont souvent, à des degrés divers, le sentiment d’être confrontés à des réactions leur rappelant directement ou de manière subtile qu’ils transgressent trois ensembles normatifs fondés sur les croyances suivantes : le soin des enfants est une prérogative féminine ; un homme doit être actif sur le plan professionnel et/ou le pourvoyeur principal des revenus du ménage ; un père au foyer n’est pas “masculin”.

1. Le soin des enfants est une prérogative féminine

13 L’écrasante majorité des pères de notre étude déclarent être régulièrement exposés à des remarques leur rappelant que le soin des enfants est “une affaire de femmes”, que les mères “sont naturellement plus qualifiées” dans ce domaine. Des membres de la famille, certains amis, des personnes anonymes rencontrées à l’extérieur ou certains professionnels de l’enfance comme des gardien(ne)s d’enfants ou des pédiatres, considèrent la mère comme la principale responsable du soin des enfants, ou expriment des doutes sur la réalité de l’implication paternelle dans ce domaine.

Samuel (43 ans, 2 enfants, au foyer pendant 2 ans): J’ai rencontré et été moins bien accueilli par des personnes […] qui ne pouvaient pas imaginer un seul instant cette situation-là, ou qui imaginaient moins facilement cette situation-là, et qui donc marquaient une certaine inquiétude à voir donc, un homme avec des grosses pattes […] prendre soin du nouveau-né et s’occuper un petit peu de questions de problèmes qui …, dont en général, les hommes ne se mêlent pas. […] et avec une tendance de s’adresser à la maman, plutôt qu’aux deux ou exclusivement au papa dans certains cas.

14 On retrouve des réactions similaires vis-à-vis de l’utilisation du congé parental, censé être réservé aux femmes.

  • 14 Le français n’étant pas la langue maternelle de Karl, nous avons légèrement retravaillé cet extrait (...)

Karl (35 ans, 2 enfants, au foyer depuis 17 mois) : […] mais je peux dire que parfois c’est un problème pour les autres gens, parce qu’ils considèrent le congé parental comme une prérogative féminine. Et parfois, c’est : ‘mais qu’est-ce que tu fais ? C’est ma place ! ’. Et ce n’est pas très facile d’entrer dans ce régime pour les hommes14.

15 Des exemples du même type se retrouvent de manière récurrente dans d’autres études : rappel de la responsabilité première de la mère en ce qui concerne le suivi scolaire (de la part d’enseignant(e)s), santé de l’enfant (de la part de pédiatres), remises en questions de la capacité des hommes à s’occuper correctement d’un enfant, questions sur les raisons de l’absence de la mère… (Harper, 1980 :181-182 ; Lutwin/Siperstein, 1985 :280-281 ; Smith, 1998 :149). Smith rapporte dans ses travaux la soumission récurrente des pères au foyer à une série de tests (comme la préparation de pâtisseries pour l’école, par exemple) dont la réussite conditionne l’acceptation, par les autres mères notamment, de l’idée qu’ils ont effectivement les compétences requises pour assumer leur rôle, et qu’ils le remplissent réellement. Il met également en lumière une série d’interactions sociales au cours desquelles le statut de père au foyer à plein temps est oublié, délibérément ou non, par un interlocuteur et qui laissent, selon lui, transparaître l’idée, tantôt que le père au foyer n’est pas entièrement responsable des enfants, tantôt qu’il n’est pas possible qu’un homme se définisse prioritairement par le biais du soin donné aux enfants plutôt que par référence au travail professionnel à temps plein, si ce n’est sur une base temporaire (Smith, 1998 :149).

2. Assignation masculine au travail professionnel et/ou à la fonction de pourvoyeur principal de revenus

  • 15 Texte traduit par l’auteur.

16 Le rappel du caractère féminin du soin donné aux enfants va souvent de pair avec un autre rappel : celui de l’assignation des hommes au travail professionnel et/ou à la fonction de pourvoyeur de revenus. Diverses études menées en Australie, au Canada et aux États-Unis mettent en lumière de manière écrasante et lancinante le lien entre identité masculine et travail professionnel, que ce soit au cours des interactions avec autrui ou dans les propos que les pères au foyer tiennent sur eux-mêmes (Doucet, 2004 ; Harper, 1980 ; Smith, 1998). Dans son étude portant sur des pères au foyer canadiens, Doucet met en avant l’entrelacement entre cette norme assignée et son appropriation subjective par les individus qui expriment à plusieurs reprises l’idée que l’attachement au travail professionnel est typiquement masculin (Doucet, 2004). Comme l’auteur le dit, «En faisant référence à une ‘affaire d’hommes’, ces pères font implicitement référence au lien entre masculinité dominante ou hégémonique et travail professionnel, ainsi qu’au sentiment corollaire de vertige que les hommes ressentent quand ils cessent de donner une place centrale au travail rémunéré dans leur identité» (Doucet, 2004 :289)15.

17 Les commentaires qui soulignent l’anormalité de l’écartement de la sphère professionnelle sont récurrents dans tous les témoignages que nous avons recueillis. Une partie des critiques, en insistant sur le fait que l’individu va “vivre aux crochets de sa femme”, reposent sur l’idée que c’est à l’homme qu’incombe la mission de subvenir aux besoins de la famille :

Grégoire (39 ans, 2 enfants, au foyer depuis 8 ans): Avec ma belle-mère par exemple ça a été vraiment le vide total. […] elle ne me considère pas du tout. […] c’est encore de temps en temps les réflexions avec les enfants ‘il faut bien que maman travaille pour vous nourrir’ ou des choses comme ça.

18 Les commentaires de la belle-mère de Grégoire trouvent un écho dans plusieurs autres situations, où le père au foyer se voit accusé plus ou moins directement de profiter de son épouse, même lorsque qu’être père au foyer est une situation par défaut comme dans le cas de Jean-Paul.

Jean-Paul (57 ans, 4 enfants, au foyer depuis 16 ans) : Quand l’aîné est né, je n’avais pas de statut officiel puisque je n’étais pas naturalisé. […] J’ai été jusque chez l’autre sénateur bourgmestre à A. pour lui expliquer ma situation. Il m’a traité de proxénète parce que je faisais travailler mon épouse à ma place, alors que je ne pouvais pas travailler du fait que je n’avais pas de statut.

  • 16 Harper fait remarquer à propos de sa propre enquête relative aux pères au foyer australiens, que le (...)

19 Selon certains pères au foyer, le fait qu’un homme puisse décider de rester à la maison pour s’occuper des enfants, renonçant ainsi à s’investir dans le travail professionnel, peut être ressenti comme une menace par d’autres hommes16.

Philippe (40 ans, 2 enfants, au foyer pendant 2 ans et demi) : ça les inquiète quand même un peu, eux. Le fait que je ne travaille pas et que je puisse me sentir… […] c’est plus une inquiétude, un peu comme si vous voyez une personne en chaise roulante, vous avez quelque part une petite inquiétude de vous retrouver en chaise roulante quand même. […] beaucoup de mes amis sont journalistes, c’est ça en premier qui fait qu’ils sont un homme, ils sont d’abord journalistes. Donc imaginer qu’ils puissent perdre leur travail, euh, c’est une perte d’identité très grande pour eux.

20 Les témoignages s’accordent pour montrer que le travail professionnel semble bien demeurer le principal critère de valorisation et de reconnaissance de l’identité masculine.

Grégoire (39 ans, 2 enfants, au foyer depuis 8 ans) : Entre hommes c’est difficile de ne pas, comment dire, se faire valoriser par son travail. Mais qu’on fasse n’importe quoi, de toute manière à partir du moment où on fait du travail, même si c’est un bête travail manuel ou quelque chose, c’est valorisant de toute façon.

21 Nous avons vu qu’au travers des interactions avec différentes personnes, proches ou moins proches, les pères au foyer sont confrontés à un manque de valorisation et de légitimité de leur engagement. Les difficultés à élaborer une vision positive et valorisante du statut de père au foyer sont renforcées par la place subjective que prend le travail professionnel dans la vie des hommes de notre étude. Pour beaucoup, il représente une source importante de reconnaissance, de validation et de valorisation des compétences. C’est une source de contacts sociaux, un médium qui permet à ceux qui l’exercent d’acquérir une identité sociale. Il représente, de l’aveu même de plusieurs pères au foyer, une dimension importante de l’identité masculine.

Philippe (40 ans, 2 enfants, au foyer pendant 2 ans et demi): Enfin on est quand même programmé dans notre identité d’homme pour travailler. […] inconsciemment, c’est quand même bien ancré dans la culture que le fait de travailler c’est quand même mieux.

22 On notera toutefois que ces mêmes pères (ou d’autres) font référence au fait que le travail professionnel acquiert progressivement le statut d’une norme universelle s’appliquant tant aux hommes qu’aux femmes.

Brice (37 ans, père de 2 enfants, au foyer depuis 1 an) : La situation en Belgique n’est pas favorable, pour les femmes et pour les hommes, hein. Le modèle de société qu’on a c’est que pour vivre tous les deux travaillent. […] On est axés dans une mentalité travail ici.

3. Remise en question de la conformité des pères au foyer à diverses normes masculines

  • 17 Le renvoi à l’homosexualité qui se situe, selon Connell, au bas de l’échelle hiérarchique des mascu (...)

23 Le fait de ne pas travailler professionnellement et, de surcroît, de s’investir dans le travail ménager et le soin des enfants, terrains “féminins”, expose les hommes que nous avons rencontrés à une mise en doute de leur masculinité. Celle-ci, au-delà de franches remarques, passe plutôt par un sentiment diffus, dans le chef de nombreux pères au foyer, de se trouver exposés à un climat général qui remet en question leur conformité à d’autres normes dominantes de la masculinité, comme l’hétérosexualité ou la force (physique ou morale)17.

Jean-Paul (57 ans, 4 enfants, au foyer depuis 16 ans) : Il doit y avoir sûrement des gens qui disent ‘mais celui-là, il manque, bon, il manque de force virile ou il fait des tâches à la limite avilissantes’, entre guillemets. ‘Se mettre à quatre pattes pour nettoyer par terre, ah, un homme qui se met à quatre pattes pour passer le torchon, quand même ! ’ Je suis certain qu’il y a certains qui le pensent mais qui ne me le disent pas.

Samuel (43 ans, 2 enfants, au foyer pendant 2 ans) : Papa poule est parfois considéré comme une vraie poule, donc pas un homme. Et j’ai entendu dire des choses et d’autres : ‘qu’est-ce qu’il est gentil, il est trop gentil pour un homme’.

  • 18 Garfinkel H., 1984. On peut également l’interpréter d’une autre manière (interprétation qui peut se (...)

24 Dans les récits relatifs aux réactions d’autrui que les pères au foyer nous ont livrés, nous avons observé la quasi-absence de références directes à la masculinité et à son déni explicite. Russell avait fait le même constat dans son propre travail, et se demandait s’il ne fallait pas y voir le signe soit d’un refus, soit d’une difficulté pour les hommes d’aborder ce genre de sujet (Russell, 1983). On pourrait en effet y voir le signe du processus, mis au jour par Garfinkel dans sa célèbre analyse du cas d’Agnès, consistant à minimiser ou à évacuer une question qui renvoie à sa propre identité de genre18.

  • 19 On notera que, pour les hommes rencontrés, l’assignation à la fonction de pourvoyeur principal de r (...)

25 Les pères au foyer qui vivent en Belgique sont ainsi principalement confrontés, dans leurs interactions quotidiennes et à des degrés divers, à deux normes en concurrence. La première leur assigne le travail professionnel et leur enjoint d’assumer un rôle de pourvoyeur principal de revenus, les femmes étant reléguées dans la sphère domestique et du soin des enfants19. La seconde assigne le travail professionnel aux hommes, s’étend également aux femmes mais pose que lorsqu’il s’agit d’articuler vie professionnelle et vie familiale, c’est bien à ces dernières qu’il revient de réduire leur investissement professionnel (ou d’y renoncer pour un temps plus ou moins long).

B. Espaces publics “genrés”

26 Les espaces publics ne sont pas neutres au regard du genre (McDowell, 1999). Dans divers quartiers, les espaces dédiés aux enfants (plaines de jeux, entrées ou sorties des écoles en matinée ou en fin d’après-midi, centres de jours accueillant les parents et leurs enfants…) sont occupés quasi exclusivement par des femmes. C’est aussi le cas des centres commerciaux ou des magasins en fonction des produits qui y sont vendus ou du moment de la journée. La présence d’un homme, qu’il soit seul ou avec ses enfants, peut paraître étrange. Cette visibilité accrue et les réactions qu’elle provoque sont autant de rappels du fait que ces hommes ne se trouvent pas dans un rôle ou un lieu appropriés à leur genre. La configuration des espaces publics et la localisation des espaces réservés aux enfants dans des lieux “féminins” en particulier, comme l’aménagement de tables à langer dans les toilettes pour femmes, constituent un rappel supplémentaire des normes de genre. Ces processus, dont les hommes de notre étude font état, sont également pointés par d’autres auteurs (Smith, 1998 :153-155). Les pères belges rapportent en outre que de tels processus s’appliquent également aux espaces “masculins”, comme les clubs sportifs ou les magasins de bricolage, dans lesquels un père accompagné de jeunes enfants peut dénoter.

Serge (47 ans, 2 enfants, au foyer pendant 2 ans): Par exemple, quand je vais au Brico, ou si je vais commander des matériaux, ou bien… c’est rare de voir un homme avec un petit, un petit dans les bras.

C. Accès et maintien dans les réseaux sociaux genrés

  • 20 Ceci transparaît également dans Smith C. D., 1998.

27 Ce qui se joue, au-delà de la présence dans des lieux alloués à l’un ou l’autre genre, c’est également l’accès aux réseaux qui s’organisent autour de ces lieux. La plupart des études qui traitent de l’expérience des hommes à la maison mentionnent le sentiment de solitude dont souffrent les pères au foyer (Harper, 1980 ; Russell, 1983 ; Lutwin/Siperstein, 1985 ; Haas, 1992 ; Smith, 1998). Notre étude montre combien ce sentiment de solitude s’enracine dans un contexte particulier. D’un côté, les pères au foyer peuvent éprouver des difficultés à s’intégrer aux groupes et réseaux de mères qui gravitent autour de l’école ou qui s’inscrivent dans le quartier20. D’un autre côté, certains peinent à maintenir leur inscription dans des groupes masculins organisés autour de la pratique d’un sport ou d’un hobby, en raison de la distance qu’ils ressentent avec les autres hommes.

28 Ces difficultés peuvent trouver leur source dans la configuration spatio-temporelle de l’espace en fonction du genre, mais aussi dans d’autres mécanismes. Primo, elles peuvent résulter de la résistance de certaines femmes à accepter la présence d’un homme dans leur groupe, de la peur ressentie par certains hommes de voir leurs tentatives être interprétées comme des stratégies de séduction, ou de leur difficulté à s’adapter à des thèmes de discussion nouveaux ou embarrassants.

Laurent (35 ans, 2 enfants, au foyer depuis 1 an) : Et c’est vrai qu’on est beaucoup seul. Surtout comme homme au foyer. Une femme au foyer, euh, bon, je caricature un peu mais […] ne fût-ce que faire des activités avec d’autres mamans, ben, c’est quelque part plus automatique. […] j’ai une amie là à P., euh, […] je sais que par exemple tous les mercredis, elle est seule avec ses enfants. […] mais c’est moins normal que si c’était mon épouse qui téléphonait en disant : ‘tiens on fait un truc ? ’. Mais tout de suite, bon, la question ne se poserait pas, mais là, je suis un homme, elle est une femme, et vous voyez je suis marié, enfin elle a des enfants… C’est peut-être moi hein, qui réfléchis trop en étant ambigu dans ma relation avec cette personne. Mais, euh, oui, ben, c’est clair que c’est moins euh… de façon générale, c’est moins évident pour un homme.

  • 21 Cette idée est également exprimée par l’un des pères interrogés par Harper, qui dit avoir constaté (...)

29 Secundo, la distance entre sa propre vie (centrée en grande partie sur le soin des enfants), et la vie des autres hommes (centrée en grande partie sur leurs activités professionnelles), peut peser sur les relations, notamment au travers des sujets de discussion21.

Grégoire (39 ans, 2 enfants, au foyer depuis 8 ans) : Les autres papas ben pff, à part parler du travail où moi je suis carrément sorti, parler du football ça m’intéresse pas du tout […] Donc parfois je me sens un petit peu hors du coup quoi. […] Je me sens moins pris par la discussion et peut-être même mis à l’écart.

30 Le caractère délégitimant qui découle des relations interpersonnelles et des structures spatiotemporelles a des conséquences importantes sur les dynamiques identitaires des pères au foyer. Le manque de reconnaissance et de légitimité auquel ils sont confrontés rend problématiques la manière dont ils se présentent au cours des interactions et la façon dont ils s’appréhendent subjectivement. L’appréhension et la présentation de soi en tant que père au foyer ne vont pas de soi. En réaction, les hommes rencontrés mettent en place, consciemment ou non, de multiples stratégies pour limiter l’impact négatif des réactions d’autrui et tenter de construire/maintenir une image positive d’eux-mêmes, comme nous allons le voir dans la section suivante.

V. Une typologie des modes de gestion de la transgression

31 Les mécanismes au travers desquels les pères au foyer tentent de gérer les images négatives qui leur sont accolées en raison de la transgression des normes de genre qu’ils opèrent sont nombreux. Ils se jouent à plusieurs niveaux qui s’entremêlent : celui du discours que l’individu se raconte à lui-même et dans lequel il projette des images de soi qui circonscrivent la portée des critiques de diverses manières ; celui de la présentation de soi au cours des interactions, dans laquelle peuvent se mêler projection d’images positives de soi et anticipation des critiques.

32 Ces stratégies, nombreuses, se recoupent de manière variable pour former trois modes de gestion de la transgression. En effet, que ce soit au niveau du discours sur soi ou des interactions, on peut situer les différentes images projetées par les pères de notre enquête sur un axe qui oscille entre deux figures idéal-typiques. La première est celle de la transgression assumée. La deuxième est celle de la conformité, en dépit des apparences, à la norme de l’attachement au travail professionnel ; nous l’appellerons transgression circonscrite. A ces deux figures vient s’en ajouter une troisième, intermédiaire : celle de la transgression médiée par un jeu stratégique de gestion de la présentation de soi.

A. La figure de la transgression assumée

33 Ce premier mode de gestion de la transgression est fondé sur une vive critique de la société actuelle, de ses valeurs, des modes de vie dominants et du “conformisme” ambiant. Sont principalement visés la centralité du travail professionnel et de la carrière dans la définition de soi (et, en particulier, des individus masculins), et le manque de place accordé à la famille. Les pères au foyer se présentent en tant qu’individus ayant développé une capacité de distanciation à l’égard des critiques (distanciation fondée notamment sur le non-conformisme), ayant relativisé la place qu’occupe la dimension professionnelle dans leur identité et vivant en accord avec leurs valeurs.

Hervé (41 ans, 3 enfants, au foyer depuis 4 ans) : moi j’ai jamais, jamais suivi le chemin traditionnel et j’ai toujours bien aimé faire ce que j’avais envie. Et je n’aime pas trop suivre les pressions. Si vous faites comme tout le monde, moi je suis malheureux. Moi j’ai envie d’être libre.

Brice (37 ans, 2 enfants, au foyer depuis 4 ans): On fait passer la valeur du travail avant toutes les autres valeurs, et en plus, quelque chose d’aberrant, on fait passer la compétition avant l’entraide. C’est lamentable un truc comme ça.

34 Le discours sur autrui conforte ces idées et fonde une représentation d’un soi plus moderne, plus libre et bénéficiant globalement d’une meilleure qualité de vie que les autres, qualité qui rejaillit sur l’ensemble des membres de la famille :

Bruno (49 ans, 4 enfants, au foyer depuis 9 ans) : parfois je m’interroge sur la manière dont les autres font, alors je me dis ‘si on travaillait tous les deux je ne sais pas ce que ce serait’. […] je me dis ‘ça doit être l’enfer pour pas mal de gens, ça doit être vraiment…’ […] Nous, ce qu’on a, c’est la qualité de vie.

35 Dans le cas de la transgression assumée, l’identification à la dénomination de “père au foyer” est totale : elle est le support de la définition de soi et de la présentation de soi au cours des interactions ; elle peut prendre la forme d’une revendication dans les échanges avec autrui.

Brice (37 ans, 2 enfants, au foyer depuis 4 ans) : maintenant quand on me demande ce que je fais, je dis que je suis homme au foyer. Et je crois que je fais aussi exprès de le dire pour choquer les gens (rire).

B. La figure de la transgression circonscrite

36 Le deuxième mode de gestion des images négatives associées à la paternité au foyer consiste à circonscrire l’étendue de la transgression des normes dominantes de la masculinité en réintroduisant l’idée du maintien d’une forme d’attachement à la sphère professionnelle. Le discours sur soi s’articule alors autour de trois mécanismes. Le premier consiste à remettre en question la frontière qui sépare travail professionnel et travail domestique.

Jean-Paul (57 ans, 4 enfants, au foyer depuis 16 ans): en soi c’est un travail à part entière. Si on veut seulement bien le faire, c’est un travail à part entière.

Colin (36 ans, 3 enfants, au foyer depuis 3 ans et demi) : Quand je me sentais diminué c’est quand j’ai été au chômage quelques mois là je me sentais inutile. Mais ici pas du tout. Je me sens même fort utile.

37 Le deuxième mécanisme s’appuie sur la qualification (semi-) professionnelle de diverses activités extradomestiques (comme la photographie, la réparation de voitures anciennes…), ce qui permet de se définir comme un individu aux multiples facettes parmi lesquelles le travail professionnel continue à occuper une place (plus ou moins) importante.

Armand (50 ans, 4 enfants, au foyer pendant 9 ans) : Et puis j’ai été bénévole, c’était aussi important. C’était professionnel. Bénévole, sans doute, mais c’était professionnel.

38 Le troisième mécanisme vise à (ré)inscrire l’arrêt de travail dans un processus plus global de prise de recul vis-à-vis de l’activité professionnelle précédemment exercée, préparant à un futur retour au travail et/ou offrant la possibilité de développer ou d’entretenir des compétences qui seront mises à profit sur la scène professionnelle. C’est le cas pour Bruno, ancien kinésiste et thérapeute, qui voit dans l’investissement dans la paternité au foyer un moyen de développer ses compétences d’écoute et d’accompagnement.

39 Le discours sur soi et la présentation de soi au cours des interactions se nourrissent mutuellement pour soutenir et rendre plausible le maintien de l’inscription dans le champ du travail professionnel, l’élaboration d’une image de soi en tant que travailleur passant autant par l’histoire que chacun se raconte à lui-même que par l’image que les autres personnes impliquées dans ces activités renvoient.

40 On notera que l’implication dans des activités extradomestiques permet également de faire la démonstration de la conformité à d’autres normes dominantes de la masculinité, certaines activités étant réputées requérir des “qualités masculines” comme la force physique, ou étant considérées en soi comme “masculines”, comme la conduite d’un bus scolaire ou l’entretien de voitures anciennes.

  • 22 Les trois positionnements à l’égard de la dénomination de “père au foyer” (identification totale, i (...)

41 Le rapport à la dénomination “père au foyer” ne s’opère pas ici de la même manière que dans le cas de la transgression assumée. Il se décline selon deux modes : “l’identification-distanciation” et le rejet22. Le premier mode désigne notamment un rapport ambigu à la dénomination, l’accent étant mis sur l’absence d’alternative rendant mieux compte de la “réalité” de la situation et sur le refus de se voir réduire à l’une des multiples facettes de son identité.

John (47 ans, 3 enfants, au foyer depuis 1 an) : Un père au foyer, c’est une construction, un terme étrange. Et je ne connais pas les alternatives. Je ne sais pas. […] Je me souviens de mon beau-père qui disait quelque chose sur les pères au foyer et ma réaction immédiate a été ‘je n’aime pas la façon dont ça sonne’.

Yvan (29 ans, 2 enfants, au foyer depuis 5 ans) : Moi je vais dire, je suis à la maison avec les enfants, je m’identifie pas quoi, c’est pas, euh, c’est un de mes aspects, mais j’estime que je fais autre chose.

42 Le second mode renvoie, comme son nom l’indique, au recours à une autre dénomination, celle-ci maintenant alors explicitement un lien avec le travail professionnel.

Auteur : Et vous vous considérez plutôt en année sabbatique ou papa au foyer ?

Claude (39 ans, 3 enfants, au foyer depuis 2 ans) : (Rire) Plutôt en année sabbatique. Pour moi ce ne sera jamais mon identité de dire ‘je suis papa au foyer’.

C. Figure de la transgression médiée par la gestion stratégique de la présentation de soi

  • 23 Les trois formes de gestion de la transgression renvoient toutes d’une manière ou d’une autre à des (...)
  • 24 Ce mécanisme peut être assimilé à l’évaluation prospective des retombées émotionnelles à laquelle S (...)

43 Entre les deux figures que nous avons dessinées ci-dessus se profile une troisième, axée sur la gestion de la transgression, non plus en fonction d’une concordance entre (non-)endossement subjectif et intersubjectif, mais plutôt en fonction de la gestion stratégique de la présentation de soi aux interlocuteurs en présence23. L’analyse du rapport à la dénomination de “père au foyer” révèle en effet la possibilité d’une tension entre appréhension et présentation de soi. Cette tension peut se concrétiser par un véritable travail de test des personnes en présence, ce test visant à anticiper leur positionnement à l’égard de la paternité au foyer24.

44 La troisième manière de gérer la non-conformité aux normes dominantes renvoie à ce mécanisme. Au cours des interactions avec autrui, l’individu va moduler la façon dont il se présente en fonction de l’idée qu’il se fait des retombées que la présentation de soi en tant que père au foyer aura sur l’interaction et, plus largement, sur lui-même. En cas d’évaluation positive, la transgression est assumée :

Joseph (47 ans, 4 enfants, au foyer depuis 4 ans) : j’ai un nouveau plombier, […] je trouve […] qu’il a des idées intéressantes et tout, ben, lui le sait. Mais je sais que dans sa mentalité ça ne choque pas. Donc je lui en ai parlé.

45 Dans le cas contraire, l’inscription dans la sphère professionnelle sera soit explicitement mise en avant, soit sous-entendue. Un tel mécanisme est facilité par l’exercice d’activités extradomestiques qui peuvent potentiellement être considérées comme des activités professionnelles ou par la possibilité de faire référence à un statut, comme le chômage ou la retraite, qui se définit dans un rapport au travail professionnel :

Yvan (29 ans, 2 enfants, au foyer depuis 5 ans) : Souvent j’essaye plutôt pas de mentir mais de (rire) plutôt mettre un flou pour ne pas raconter des cracks non plus hein. […] Oui, c’est vrai que j’ai l’occasion de travailler de temps en temps […] et j’insiste plutôt là-dessus […] Oui, pour donner on va dire une vision qui correspond plus à ce que les gens ont envie d’entendre.

VI. Conclusions

46 Au travers des deux sections de cet article, consacrées respectivement aux normes de genre qui émergent, dans le récit des père au foyer rencontrés, de leur confrontation à autrui et aux stratégies de gestion du manque de légitimité qui en résulte, nous avons pu mettre en lumière la persistance des normes de la division sexuelle du travail, le rôle primordial joué par autrui dans le rappel de ces normes dans le contexte des interactions et le travail de gestion de l’appréhension, et surtout de la présentation de soi, qui repose, pour les individus confrontés au renvoi par autrui d’une image négative d’eux-mêmes, sur la capacité à “tricoter”, pour reprendre les mots de Martuccelli, «un maillage [leur] permettant de faire face» (Martucelli, 2002 :78).

  • 25 Une telle définition participe d’un positionnement qui rejette toute assimilation automatique entre (...)

47 Les résultats de notre enquête nous amènent à proposer une définition originale de l’identité de genre. L’identité de genre et, en particulier, l’appréhension et la présentation de soi en tant qu’individu masculin et/ou féminin s’articulent autour d’une tension dynamique entre, d’une part, des normes “assignées”, dans le stock social de connaissances, aux individus de sexe masculin pour les masculinités, et aux individus de sexe féminin pour les féminités, et qui servent à appréhender le monde sous une forme typifiée et à orienter les pratiques, et, d’ autre part, des éléments personnels de l’identité à partir desquels les individus donnent sens à leur pratiques et peuvent, dans un processus réflexif, remettre en question le lien entre masculinités/féminités, normes assignées et sexe biologique25.

  • 26 Comme Connell lui-même le souligne, les masculinités ne sont ni fixes, ni homogènes, mais sous tens (...)

48 L’engagement dans la paternité au foyer met en effet en jeu l’appréhension et la présentation de soi en tant qu’individu masculin dans un contexte normatif qui privilégie, dans une grande mesure, l’investissement exclusif des hommes dans la sphère professionnelle, le domaine du soin des enfants étant encore largement considéré comme une sphère de compétence féminine. L’assignation du travail professionnel aux hommes est apparue comme une norme dominante de la masculinité faisant sens dans une plus ou moins large mesure pour les hommes rencontrés. Les images que ceux-ci projettent d’eux-mêmes, que ce soit en leur for intérieur ou dans le contexte des interactions, qu’elles soient discursives ou incarnées, dessinent les contours de masculinités multiples qui combinent, de manières diverses, conformité aux normes dominantes et formes alternatives de masculinités, notamment en fonction du contexte. Nous rejoignons le constat que Doucet fait à propos de sa propre recherche sur les pères au foyer : ces hommes s’inscrivent dans des formes de masculinités qui ne sont ni subordonnées, ni complices, ni hégémoniques, mais le résultat dynamique et évolutif de processus hautement complexes et contradictoires (Doucet, 2004 :296). Les pères au foyer créent de nouvelles formes de masculinités au travers d’un équilibre délicat entre assimilation et rejet des normes dominantes26.

Haut de page

Bibliographie

Barrère-Maurisson M.-A., 1992 , La division familiale du travail : la vie en double, Paris, PUF.

Battagliola F., 2000, Histoire du travail des femmes, Paris, La Découverte.

Berger P., Luckmann T., 1996 , La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Collin.

Coltrane S., 1994, “Theorizing Masculinities in Contemporary Social Science”, inBrod H., Kaufman M., Eds., Theorizing Masculinities, Thousand Oaks, Sage Publications.

Connell R. W., 1987, Gender and Power, Stanford, Stanford University Press.

Connell R. W., 1999 , Masculinities, Cambridge, Polity Press.

Connell R. W., 2000 , The Men and the Boys, Berkeley, University of California Press.

Connell R. W., Messerschmidt J. W., 2005 , “Hegemonic Masculinity. Rethinking the Concept”, Gender and Society, 19 (6), pp.829-859.

D’Amours M., Lesemann F., Deniger M.-A., Shragge E., 1999 , “Les chômeurs de longue durée de plus de 45 ans : entre exclusion et réflexivité”, Lien social et Politiques – RIAC, 42, pp.121-133.

Delor F., 1997, Séropositifs. Trajectoires identitaires et rencontres du risque, Paris, L’Harmattan.

Delphy C., 2001, L’ennemi principal. 2) Penser le genre, Paris, Syllepse, coll. Nouvelles questions féministes.

Doucet A., 2004 , “It’s Almost like I Have a Job, but I Don’t Get Paid : Fathers at Home Reconfiguring Work, Care and Masculinity”, Fathering, vol.2, n°3, pp.277-303.

Dubar C., 2000 , La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, PUF, Paris, Le Lien Social, Paris.

Duret P., 1999, Les jeunes et l’identité masculine, Paris, Puf.

Ferreras I., 2004 , Le travail démocratique. Du caractère expressif, public et politique du travail dans les services. Le cas des caissières de supermarché syndiquées en Belgique, Dissertation doctorale de Sociologie, Louvain-la-Neuve, Département des Sciences politiques et sociales.

Fusulier B., Merla L., 2003 , “Articuler vie professionnelle et vie familiale : enjeu de société, enjeu pour l’égalité”, Les Cahiers de l’Éducation permanente : Quel genre pour l’égalité ?, n°19, pp.119-136.

Garfinkel H., 2004 , Studies in Ethnomethodology, 10th edition, Oxford/Cambridge, Polity Press.

Glaser B., Strauss A., 1967 , The Discovery of Grounded Theory. Strategies for Qualitative Research, Chicago & New York, Aldine & Atherton.

Haas L., 1992 , Equal Parenthood and Social Policy. A Study of Parental Leave in Sweden, New York, State University of New York Press.

Harper J., 1980 , Fathers at Home, New York, Penguin Books.

Hochschild A., 1997 , The Time Bind : When Work Becomes Home and Home Becomes Work, New York, Metropolitan Books.

Kaufmann J. C., 2004, L’invention de soi. Une théorie de l’identité, Paris, Armand Colin.

Kimmel M., 2000; The Gendered Society, New York, Oxford University Press.

Lutwin D., Siperstein G., 1985, “Househusband Fathers”, inHanson S., Bozett F., Dimensions of Fatherhood, London,Sage Publications, pp.269-287.

Marquet J., 1991, Nomisation et réalité dynamique. Contribution à la sociologie compréhensive, Louvain-la-Neuve, Academia, Coll. Hypothèses.

Martuccelli D., 2002, Grammaires de l’individu, Paris, Folio Essais, Gallimard.

Maruani M., 2000, Le travail et l’emploi des femmes, Paris, La Découverte.

McDowell L., 1999 , Gender, Identity and Place. Understanding Feminist Geographies, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1999.

Méda D., 1995 , Le travail. Une valeur en voie de disparition, Paris, Champs Flammarion, Aubier.

Merla L., 2006 , Appréhension et présentation de soi et transgression des normes de la division sexuelle du travail : le cas des pères “au foyer”, Dissertation doctorale de Sociologie, Louvain-la-Neuve, Département des Sciences politiques et sociales.

Messerschmidt J., 1993, Masculinities and Crime : Critique and Reconceptualization of Theory, Lanham, Rowan & Littlefield.

Messner M. A., 1997 , Politics of Masculinities : Men in Movements, Thousand Oaks, Sage Publications.

oecd, 2001, oecd Employment Outlook, Paris, oecd.

onss, 2005, Emploi salarié (ONSS) du troisième trimestre 2004, Bruxelles, Office national de sécurité sociale.

Russell G., 1983 , The Changing Role of Fathers ?, St Lucia, University of Queensland Press, 1983.

Schütz A, 1987 , Le chercheur et le quotidien. Phénoménologie des sciences sociales, Paris, Méridiens Klincksieck.

Schweitzer S., 2002, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes aux 19e et 20e siècles, Paris, Émile Jacobs.

Smith C. D., 1998, “ ’Men Don’t Do this Sort of Thing’. A Case Study of the Social Isolation of Househusbands”, Men and Masculinities, vol.1, n°2, pp.138-172.

Staples R., 1982, Black Masculinity : the Black Male’s Role in American Society, San Francisco, Black Scholar Press.

Tolson A., 1977 , The Limits of Masculinity, London, Tavistock.

Williame R., 1973, Les fondements phénoménologiques de la sociologie compréhensive : Alfred Schütz et Max Weber, La Haye, Martinus Nijhof.

Willis P., 1977, Learning to Labour : How Working Class Kids Get Working Class Jobs, Farnborough, Saxon House.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Méda D., 1995.

2 A ce propos, on verra, entre autres Barrère-Maurisson M.-A., 1992 ; Hochschild A., 1997 ; Maruani M., 2000.

3 Source : Institut national de Statistiques.

4 Source : Office national de l’Emploi.

5 La majorité des utilisatrices du crédit-temps se situent dans la tranche d’âge des 25-40 ans. Source : Office national de l’Emploi.

6 Source : Office national de l’Emploi.

7 ConnelL R. W., 1999, p.36. Des travaux comme ceux de Tolson A., 1977 ; Messerschmidt J., 1993 et Staples R., 1982 ont joué un rôle pionnier dans la mise en évidence de la diversité des formes de masculinité produites en fonction de la classe sociale ou de l’ethnicité. D’autres travaux ont abordé la question au niveau d’un même contexte institutionnel. Parmi ceux-ci, les premiers se situaient dans le champ de l’éducation. On retiendra par exemple Willis P., 1977.

8 Ce niveau global renvoie à “l’ordre de genre”, structure historiquement construite des relations de pouvoir entre hommes et femmes et de définition du masculin et du féminin.

9 Pour une discussion du concept, voir notamment Coltrane S., 1994 ; Connell R. W., 1987, 1999 ; Connell R. W./Messerschmidt J., 2005 ; Messner M. A., 1997.

10 Voir à ce propos Connel R. W., 1999.

11 Comme Duret le souligne : «Vouloir devenir un homme dans une société instable ne revient plus à se couler dans un modèle normatif, les références masculines se sont largement diversifiées […] La principale difficulté pour les jeunes n’est donc pas la disparition de modèles masculins, toujours bien présents, mais la nécessité de leur donner un sens personnel» (Duret P., 1999, p.157)

12 Voir en particulier le chapitre The Constant Comparative Method of Qualitative Analysis dans Glaser B., Strauss A., 1967, pp.101-115.

13 Les hommes de notre enquête ont également rapporté des réactions positives soutenant leur investissement au foyer et émanant tant de leur partenaire, de membres de la famille proche et d’amis, que de personnes plus anonymes. On notera toutefois que l’accent a davantage été mis par les répondants sur les réactions négatives. Il est difficile d’avancer une explication à cela. Peut-être avons-nous insisté davantage, sans le vouloir, sur cet aspect. Peut-être ces pères qui témoignaient pour la première fois d’une situation hors normes ont-ils ressenti le besoin de nous confier avant tout leurs soucis. La durée relativement longue des entretiens devait toutefois permettre aux personnes interrogées de rapporter ce qu’elles tenaient absolument à dire, puis de prendre le temps d’aller au-delà et d’être en confiance pour franchir les barrières qui peuvent empêcher l’évocation d’éléments jugés très personnels. Il se peut par ailleurs que ces hommes, déjà confrontés à un manque de reconnaissance en dehors du foyer, soient particulièrement sensibles aux réactions de leur conjointe. Ajoutons enfin que dans les cas où le soutien de la partenaire allait de soi, les pères ont accordé moins de place à celle-ci dans leur récit.

14 Le français n’étant pas la langue maternelle de Karl, nous avons légèrement retravaillé cet extrait afin de le rendre plus compréhensible.

15 Texte traduit par l’auteur.

16 Harper fait remarquer à propos de sa propre enquête relative aux pères au foyer australiens, que le fait d’être confronté à une personne qui rejette le rôle de pourvoyeur de revenus ne menace pas seulement le pouvoir qui est associé à ce modèle, mais également sa pertinence (Harper J., 1980, p.182).

17 Le renvoi à l’homosexualité qui se situe, selon Connell, au bas de l’échelle hiérarchique des masculinités, est également signalé dans Smith C. D., 1998, p.148 et Lutwin D., Siperstein G., 1985.

18 Garfinkel H., 1984. On peut également l’interpréter d’une autre manière (interprétation qui peut se combiner à la précédente), en faisant l’hypothèse, en tout cas dans notre propre étude, qu’il n’est plus de bon ton à l’heure actuelle de faire ouvertement et explicitement référence à la masculinité au cours des interactions avec autrui.

19 On notera que, pour les hommes rencontrés, l’assignation à la fonction de pourvoyeur principal de revenu fait peu sens, la distance subjective étant grande à son égard. Le calcul coûts/bénéfices effectué au moment de prendre la décision, et tendant à montrer les avantages de la paternité au foyer notamment sur les finances du ménage, est aussi utilisé par la suite pour faire la démonstration des économies qui résultent de la présence du père au foyer (qui effectue certains travaux lui-même, prend le temps de partir à la recherche des “bonnes affaires”, s’occupe lui-même des enfants…). Ceci permet aux pères au foyer de conforter l’idée qu’ils contribuent aussi financièrement au ménage.

20 Ceci transparaît également dans Smith C. D., 1998.

21 Cette idée est également exprimée par l’un des pères interrogés par Harper, qui dit avoir constaté l’amenuisement progressif des sujets de discussion qu’il pouvait aborder avec les autres hommes en général et ses anciens collègues en particulier (Harper J., 1980, p.48). L’auteur montre que les pères associent leur sentiment d’isolement au fait qu’ils ne peuvent compter, comme les femmes, sur le soutien d’un groupe de pairs partageant les mêmes expériences. Ils font également référence aux barrières qui rendent difficile la communication entre hommes et femmes, que ce soit à l’occasion de consultations dans des centres de soin des enfants, dans les plaines de jeux ou au jardin d’enfant, les femmes ayant tendance, selon l’un d’eux, à se montrer embarrassées ou méfiantes (Harper J., 1980, p.59-60).

22 Les trois positionnements à l’égard de la dénomination de “père au foyer” (identification totale, identification/distanciation et rejet) présentent des similitudes avec la description des pôles identitaires des homosexuels que Delor élabore dans son ouvrage sur la séropositivité et les trajectoires identitaires des homosexuels en Belgique (Delor F., 1997). L’auteur distingue quatre manières pour les homosexuels de se positionner vis-à-vis de leur préférence sexuelle. La première consiste à réprimer la préférence par anticipation du rejet qu’elle pourrait occasionner. Les trois autres sont autant de formes d’acceptation de la préférence, accompagnées de la gestion de l’identité sociale sur trois modes différents : la clandestinité, le compromis et l’affirmation/revendication. Ce dernier mode de gestion de l’identité sociale homosexuelle est proche des stratégies de revendication de certains hommes qui s’identifient totalement à la dénomination de père au foyer, à ceci près qu’elles ne peuvent prendre, pour ces derniers, la forme d’une action collective, étant donné le caractère marginal de telles pratiques et l’absence de réseaux de pères au foyer. Les stratégies consistant à adapter la présentation de soi en fonction des interlocuteurs en présence qui caractérisent l’identification/distanciation correspondent à la description de la gestion de l’homosexualité sur le mode du compromis. Nous avons également pu identifier une série de cas dans lesquels les pères au foyer établissent une séparation claire entre appréhension et présentation de soi qui se rapproche dans une certaine mesure du mode de la clandestinité que l’on retrouve dans les travaux de Delor.

23 Les trois formes de gestion de la transgression renvoient toutes d’une manière ou d’une autre à des formes stratégiques de présentation de soi. La troisième se centre sur celle dans laquelle cette présentation stratégique est la plus saillante et, probablement, la plus consciente.

24 Ce mécanisme peut être assimilé à l’évaluation prospective des retombées émotionnelles à laquelle Stryker et Burke assignaient un rôle essentiel dans l’élaboration des choix identitaires préalables à l’action (cités par Kaufman J. C., 2004).

25 Une telle définition participe d’un positionnement qui rejette toute assimilation automatique entre sexe et genre. A notre sens, nous ne pouvons parler de masculinité et/ou de féminité que dans la mesure où ces catégories font elles-mêmes sens pour la manière dont les individus que nous avons étudiés se présentent aux autres et se définissent eux-mêmes. Cette conception se situe au cœur de notre définition de l’appréhension et de la présentation de soi en tant qu’individu masculin et/ou féminin, qui résulte de l’appropriation subjective de l’assignation à l’une de ces catégories ou, au contraire, d’une distanciation à son égard.

26 Comme Connell lui-même le souligne, les masculinités ne sont ni fixes, ni homogènes, mais sous tension, au niveau interne comme au niveau externe (Connell R. W., 2000, p.13).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Merla, « Masculinité et paternité à l’écart du monde du travail : le cas des pères au foyer en Belgique », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-2 | 2007, 143-163.

Référence électronique

Laura Merla, « Masculinité et paternité à l’écart du monde du travail : le cas des pères au foyer en Belgique », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-2 | 2007, mis en ligne le 07 mars 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/473 ; DOI : 10.4000/rsa.473

Haut de page

Auteur

Laura Merla

Anthropology and Sociology School of Social and Cultural Studies. University of Western Australia.

Articles du même auteur

  • Le cas des migrants salvadoriens vivant en Australie occidentale
    Managing Emotions in the Context of Filial Duties. The Case of Salvadorian Migrants Living in Western Australia
    Paru dans Recherches sociologiques et anthropologiques, 41-1 | 2010
  • Présentation [Texte intégral]
    Les dynamiques de soin transnationales entre émotions et considérations économiques
    Paru dans Recherches sociologiques et anthropologiques, 41-1 | 2010
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org