Navigation – Plan du site

La fête thématique, nouveau visage de la fête locale en Provence (France)

The Theme Festival, a New Look at Local Festivals in Provence (France)
Laurent Sébastien Fournier
p. 165-174

Résumés

En s’interrogeant sur la construction des fêtes locales contemporaines, cet article essaie de mettre en relation une tendance actuelle qui consiste à doter les fêtes de prétextes thématiques, et la globalisation générale des rapports sociaux au sein des communautés locales. L’exemple de la Provence, dans le Sud de la France, montre que les thèmes choisis se rapportent massivement à la nature ou au passé. Un rappel des origines historiques de ce genre spécifique de fêtes locales permet de mettre en lumière les changements qui ont touché la structure des fêtes au cours du 20e siècle et qui ont conduit à l’élaboration de programmes recomposés et diversifiés. Les enjeux des nouvelles fêtes thématiques apparaissent alors clairement : visées commerciales, esthétiques et identitaires sont combinées pour présenter d’une manière pédagogique et consensuelle la vitrine d’un territoire et d’une culture locale résolument ouverte sur la société globale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur ces correspondances entre les organisations corporatives d’Ancien Régime et le système des fête (...)

1Même lorsqu’elles sont dites “locales”, les fêtes prennent toujours sens par rapport à un contexte englobant. C’est pourquoi l’étude de la catégorie “fête locale”, de sa variabilité, de ses spécificités, de ses limites, dans une région touristique de la France méridionale, ouvre nécessairement sur des enjeux sociaux plus généraux. L’expression “fête locale” renvoie à des fêtes qui étaient historiquement basées sur des communautés relativement closes. Il y avait là un ensemble de cultes et de rites concernant des corporations, des congrégations religieuses ou des communes. Ces communautés se prenaient elles-mêmes comme prétexte pour assurer leur ressourcement, leur refondation périodique. Dans certains cas idéaux connus des historiens, une même fête, dédiée à un saint patron, concernait à la fois une profession, une paroisse et un quartier réputé pour abriter un nombre significatif de représentants de la dite profession1. La fête locale avait alors un ancrage à la fois professionnel, religieux et territorial, ce qui la qualifiait triplement pour être une occasion notable de réjouissances publiques et de piété.

2Aujourd’hui, dans le contexte contemporain de mobilité générale et de médiatisation qui a succédé à la révolution industrielle et à l’exode rural, comment ces fêtes locales, anciennement basées sur des systèmes de correspondances symboliques, fondent-elles leur légitimité ? Malgré la disparition de l’ordre ancien des corps, la déchristianisation, la mobilité sociale et spatiale, des fêtes locales sont créées, toujours plus nombreuses, sur des prétextes objectifs essentiellement thématiques. L’approche sociologique et ethnographique permet de cerner les enjeux et les raisons de l’apparition de ce nouveau genre de fêtes, d’en comprendre les principaux registres de construction et de voir comment leurs organisateurs ont réussi à substituer aux principes anciens de légitimation de nouvelles règles permettant de valoriser culturellement les fêtes.

I. Les nouvelles fêtes de village : des fêtes thématiques

  • 2 Depuis le mouvement des Félibres animé par Frédéric Mistral, qui a (ré)inventé plusieurs fêtes au d (...)

3Un inventaire des fêtes dans les villages de la Provence arlésienne (Bouches-du-Rhône), région réputée pour la haute conscience qu’ont ses habitants de la spécificité de ses rituels festifs2, montre quels sont les thèmes de prédilection des nouvelles fêtes locales. Sur une centaine de fêtes recensées en 1999, un bon tiers d’entre elles renvoient à des fêtes thématiques récemment créées.

4Sur cette trentaine de fêtes thématiques, le groupe le plus important est constitué par des fêtes consacrées à des produits du terroir : les produits liés à l’olive sont fêtés dans cette région qui a reçu trois Appellations d’origine contrôlée (a.o.c.) oléicoles depuis 1997 ; le foin est célébré dans plusieurs localités où il bénéficie lui aussi d’une appellation d’origine contrôlée ; le riz, titulaire d’une Indication géographique protégée (i.g.p.), est fêté à Arles ; la pomme est à l’honneur dans une plaine maraîchère qui souffre régulièrement de sa surproduction. Il y a une congruence remarquable, pour ce premier thème, entre les initiatives de création de fêtes et la mise en place de procédures de labellisation des produits concernés. Le seul produit fêté non labellisé, la pomme, fait l’objet d’une demande de protection et survit grâce à des primes européennes à la destruction des surplus de récoltes. Tous ces produits, très sensibles sur le plan économique, en appellent ainsi à une valorisation culturelle qui passe souvent par la mise en place de fêtes thématiques, même si le rapport de la fête au produit-support est sujet à variations.

5Un deuxième groupe de fêtes concerne non pas les produits du terroir eux-mêmes, mais les techniques et les activités liées aux cycles de transformation de ces produits. Au premier chef, les techniques de la viti-viniculture sont présentées lors des fêtes des vendanges ou du vin, sans que le raisin ne soit fêté par ailleurs pour lui-même. Dans le même sens, l’huile d’olive et les mouliniers sont fêtés, tout autant que l’olive.

  • 3 Voir les analyses produites par Garnier J.-C. et al., 1997.

6Un autre groupe de fêtes prend pour thème l’animal domestique, considéré comme outil de travail ou comme ressource vivrière. Les fêtes du chien et du cheval se multiplient et renvoient à la fois aux utilisations historiques (élevage, chasse, labours) et actuelles (loisirs, sports) de ces animaux. Consacrées aux ruraux comme aux urbains, les fêtes de la transhumance3 prennent place dans ce groupe de célébrations.

7Le reste des fêtes thématiques est composé de festivités consacrées à des éléments jugés marquants dans la culture régionale. Plusieurs d’entre elles concernent le tissu et le costume provençal, quelques unes concernent des personnalités célèbres, d’autres sont dédiées à des éléments de folklore, d’autres encore se rapportent à des monuments ; il en existe même une qui est dédiée au thème du printemps.

  • 4 Pour témoigner de la prolifération des motifs de fêtes dans la société contemporaine, on peut relev (...)
  • 5 Sur la question plus large de la fabrication de l’authenticité, on renvoie aux travaux de Warnier J (...)

8Le genre des fêtes thématiques diversifie ainsi à l’infini ses prétextes4. Cependant, pour l’essentiel, les thèmes inventoriés sont relativement homogènes. Ils concernent majoritairement la culture régionale, la nature et le passé, l’authenticité5. Pour mieux comprendre cette tendance, il semble nécessaire d’interroger l’évolution historique et les acteurs du paysage festif régional.

II. A l’origine des fêtes thématiques, la construction des identités culturelles

  • 6 Agulhon, ainsi, a étudié les abbayes de jeunesse comme corporations sociales (Agulhon M., 1966) ; V (...)
  • 7 A cet égard, un travail comme celui de Champagne est salutaire en ce qu’il met au jour concrètement (...)

9Les historiens de la fête fournissent peu de données concernant l’existence de fêtes thématiques dans le passé. En Provence, les formes classiques de fêtes locales qui ont été répertoriées concernent des villages ou des fractions de villages (la jeunesse, tel quartier, telle confrérie, telle profession), c’est-à-dire des populations, des groupes sociaux, mais pas des objets ou des valeurs culturelles6. Les fêtes “des moissons” ou “des vendanges”, reconnues par les folkloristes, toujours a posteriori, comme des types homogènes, ne sont pas identifiées en tant que telles dans les sources. Si leurs pratiques étaient effectivement unifiées autour de rituels récurrents, les moissonneurs du dix-septième ou du dix-huitième siècle avaient sans doute beaucoup plus le sentiment de fêter la fin de leur travail ou la générosité du propriétaire qui les employait que l’idée abstraite de la moisson7. La fête locale, à cette époque, se passait de toute justification destinée à un public extérieur, même si un tel public était parfois présent.

10Pour autant, l’existence de fêtes thématiques n’est pas un phénomène très récent. Elle semble associée à une distanciation, à une prise de conscience progressive de la valeur “exotique” de tout rituel festif aux yeux d’un public extérieur. Dès la fin du dix-neuvième siècle, ainsi, «des fêtes mettent en valeur le folklore ou la vie locale pour attirer les touristes ou répondre à leur attente» (Duflos-Priot, 1995 :26). En 1886, les fêtes qui ont lieu à Paris dans la grande nef du Palais de l’industrie et qui présentent le folklore provençal se proclament “fêtes du soleil”. A Arles, Frédéric Mistral crée les “fêtes du costume”, où les jeunes filles revêtent pour la première fois le costume régional. Dans des régions comme le Berry ou la Bretagne, des pratiques traditionnelles locales sont mises en scène par des initiateurs qui appartiennent à une culture sensiblement différente de celles qu’ils présentent. En 1891, une société de musique de la ville de Châteauroux, en costumes typiques, organise une “fête des blés” dans le village de Sancoins (Cher). De Paris, le chansonnier régionaliste Théodore Botrel fonde en 1905 le “Pardon des Ajoncs” de Pont-Aven, dans le but d’en faire une importante attraction estivale. La même année, un groupe d’écrivains lance la première “fête des filets bleus” à Concarneau, dans le but de «venir en aide aux pêcheurs dont le métier est soumis à de nombreux aléas» (Duflos-Priot, 1995 :27).

  • 8 La fête aristocratique, elle, savait déjà se mettre en scène depuis longtemps. Qu’on songe aux fête (...)

11Parce que les fêtes populaires apprennent, avec l’aide d’intermédiaires culturels, à se mettre en scène8, les prétextes thématiques se multiplient. Au premier congrès international de folklore, qui célèbre la naissance du Musée national des arts et traditions populaires (23-28 août 1937), une “fête de la moisson” reconstituée ouvre le programme, sous la bénédiction d’un gouvernement de Front Populaire : distanciation folklorisante semble alors rimer avec émancipation populaire.

  • 9 Dans une perspective plus générale, Bausinger a étudié en Allemagne les relations entre culture fes (...)

12Ces exemples préfigurent les motivations des fêtes locales actuelles. L’apparition de prétextes thématiques qualifiant les fêtes locales semble donc liée à la constitution d’un regard extérieur sur les cultures locales et à la capacité pour les acteurs de ces cultures de proposer une image d’eux-mêmes à un public extérieur9. Dans cette perspective, il semble logique que les fêtes thématiques aient été inventées et se soient développées dans le contexte de la société d’affluence, à partir des années 1970.

13L’histoire fournit donc des indices forts pour vérifier notre hypothèse d’une adéquation entre l’apparition des fêtes thématiques et l’ouverture des communautés locales à la société globale.

III. Quand les programmes révèlent du sens

14La comparaison des programmes de fêtes de création ancienne et d’invention récente permet de préciser les façons selon lesquelles les fêtes locales sont actuellement mises en œuvre.

  • 10 Sur les fêtes de ce type, une abondante littérature existe. Les plus récentes contributions pour le (...)
  • 11 Au sens de Van Gennep (Van Gennep A., 1981), revisité par Turner (Turner V. W., 1990).

15Dans une fête dite “traditionnelle”, comme celle qui est organisée par la confrérie de saint Eloi à Mollégès (Bouches-du-Rhône) et qui perpétue des rituels agraires anciens liés à la fin des moissons10, les participants mettent un point d’honneur à conserver l’ordre des étapes de la fête. Des séquences rituelles successives s’enchaînent clairement dans un espace homogène, unifié par le cercle que décrit la procession centrale d’une charrette attelée de nombreux chevaux richement harnachés. Dans ce contexte, les séquences temporelles renvoient aux phases successives d’un rite de passage11. Une première course de la charrette, rapide, au début de la fête, sépare et disjoint dans un flot de poussière le public apeuré (phase de séparation d’avec le quotidien) ; une période d’attente marquée par les libations et la commensalité s’ensuit (phase de latence) ; un défilé ordonné et solennel où la charrette est bénie marque, le lendemain, le retour à la vie normale (phase d’agrégation). La fête, ici, ordonne le temps et l’espace autour d’une communauté fermée sur elle-même, à l’image du cercle des chevaux. Hors du rituel central de la circum-ambulation de la charrette, il n’y a de place que pour les forains, dont les rapports avec le voyage et la marge sont par ailleurs connus.

  • 12 Il faudrait évoquer ici, dans une perspective comparative, les travaux de Robert sur l’espace des c (...)

16L’observation spatiale et temporelle du déroulement d’une fête thématique de création récente donne des résultats tout autres12. Par exemple, la fête des olives vertes de Mouriès (Bouches-du-Rhône) a été fondée aux alentours de 1970 par le maire du village. Elle a lieu chaque année à la fin du mois de septembre et rassemble aujourd’hui de nombreuses associations locales. Son observation révèle un ensemble d’activités extrêmement hétérogènes, juxtaposées et qui ont toutes lieu en même temps dans un espace éclaté. Une seule activité concerne directement le produit support : c’est le “concours de cassage d’olives”, qui prend place le samedi à 15 heures dans la rue principale et voit s’affronter trois catégories de compétiteurs (hommes, femmes, enfants), qui doivent casser le maximum d’olives pendant des périodes de trois minutes.

  • 13 Sur les règles du “sport traditionnel” que constitue la course camarguaise, nous renvoyons à Pelen (...)

17Le samedi se prête à la découverte de l’espace festif du village, à travers des animations qui se prolongent toute la journée. Le public flâne entre la foire et les expositions (art, véhicules anciens) ou visite les oliveraies et les moulins. On peut l’appréhender plus facilement en termes de flux que de groupes marqués. La fête est beaucoup plus une déambulation profane de groupes affinitaires restreints qu’une succession ordonnée de gestes rituels. La journée du dimanche semble nettement plus homogène et conforme à la structure des fêtes “traditionnelles”, mais c’est dans une visée spectaculaire que les thèmes clefs de la culture régionale sont mis en valeur. Le matin, un défilé folklorique majestueux permet à environ 300 figurants de présenter des costumes folkloriques, des vieux outils, des calèches, des musiques et des chorégraphies régionales. L’après-midi, un spectacle aux arènes mobilise les amateurs de folklore régional et de tauromachie camarguaise13. Puis, l’apéritif dansant et le bal du soir concluent la fête. Le lendemain, l’après-midi bouliste n’attire que les passionnés munis de leurs licences ; il n’a pas grand rapport avec le reste de la manifestation.

  • 14 Bien que nous récusions la réalité d’une fête idéal-typique au sens wéberien, on doit noter la récu (...)

18Ainsi, alors que la fête locale classique se concentrait pour l’essentiel autour d’éléments inchangés14, les programmes des fêtes thématiques plus récentes se signalent par leur caractère diversifié et éclectique. A partir de cet état des lieux du paysage festif local, comment aller vers une interprétation générale du renouvellement des formes festives en contexte de modernité ?

IV. Entre commerce, esthétique et identité

19Les fêtes thématiques, inventées en juxtaposant des éléments hétérogènes aux éléments de base des fêtes locales provençales, poussent ces dernières à diversifier leurs propres programmes. La multiplication des fêtes thématiques, dans ce contexte, pourrait s’expliquer simplement comme un effet de surenchère : on diversifie et on recompose  l’ensemble des fêtes locales pour être à la hauteur des fêtes thématiques lancées par les villages voisins. Mais l’argument laisse dans l’ombre des enjeux plus profonds.

  • 15 Le géographe Di Méo est bien conscient des aspects festifs de ces «modèles secondaires de la fête». (...)
  • 16 Weber décrit ainsi les foires du dix-neuvième siècle (Weber E., 1983, pp.582 sqq.).

20Le premier de ces enjeux est d’ordre commercial. Les fêtes thématiques s’adjoignent souvent des foires, et de nombreuses foires sont par ailleurs créées15. Cependant, les foires actuelles ne sont plus, comme par le passé, consacrées aux échanges économiques de bétail et de denrées de base, ni à la négociation annuelle des contrats de travail16. Foires à la brocante, à l’artisanat, aux vieux métiers, aux fleurs, vide-greniers, tels sont quelques uns des motifs de foires relevés sur le terrain. Des brocanteurs et d’autres professionnels y proposent non des biens de consommation courante, mais des bibelots précieux, des productions artisanales, des antiquités, du mobilier et des objets du passé, des produits de l’agriculture biologique. A la valeur commerciale des biens exposés s’ajoutent des critères de rareté, de pureté, de goût, associés à des objets qui renvoient principalement aux idées de nature, de passé et d’authenticité. Ainsi, l’enjeu commercial des fêtes actuelles doit être dissocié de toute considération utilitaire. Si commerce il y a dans les fêtes, c’est le plus souvent en référence à une esthétique de la nature et du passé.

21Les enjeux commerciaux des fêtes thématiques, ainsi, se doublent d’enjeux esthétiques. Par exemple, les “marchés à l’ancienne” permettent à des agriculteurs de s’habiller en costumes traditionnels régionaux pour proposer de vieilles variétés de primeurs dans des contenants anciens. Il y a là d’une part volonté de profiter d’une occasion festive pour écouler une part de sa production, et d’autre part choix consenti de se mettre en scène comme producteur authentique. Ce choix de se mettre en avant, de présenter des productions locales dans un cadre volontiers folklorisé, empreint d’éléments rappelant la nature et le passé locaux, renvoie à des enjeux encore plus généraux, qui renvoient à l’identité ou au patrimoine.

22Récupérant à leur compte les éléments des fêtes anciennes, les nouvelles fêtes thématiques n’hésitent pas à se présenter comme “traditionnelles”. En Provence, elles utilisent volontiers tout l’arsenal des costumes folkloriques ou des jeux taurins locaux. Mais c’est en dehors du contexte rituel ancien que ces éléments apparaissent, puisque la dimension dramatique et codifiée des séquences rituelles anciennes est ici remplacée par des projets conscients, plus ou moins spectaculaires, de valorisation identitaire du local. A la différence de certaines fêtes anciennes, recomposées ou maintenues par traditionalisme, on est ici dans une dimension proprement patrimoniale, qui combine la présentation esthétisée d’un héritage culturel et le souci d’un développement culturel axé sur le commerce des produits locaux et l’affirmation de l’identité.

23On peut alors se demander pourquoi les fêtes locales actuelles se développent autour de tels enjeux, dans la mesure où ces derniers les différencient très fortement des fêtes anciennes, dont les fonctions canoniques étaient concentrées sur le ressourcement périodique des communautés locales.

V. Inventer des fêtes pour s’ouvrir au monde

24Les enjeux des fêtes locales actuelles ne renseignent pas vraiment sur les raisons de l’évolution générale du paysage festif régional. Pour comprendre les ressorts du changement, il est nécessaire d’indexer les fêtes au contexte qui les a vues se constituer.

  • 17 C’est la «subversion des institutions paysannes par le désir urbain», dont parle la sociologie rura (...)

25Des éléments aussi notoires que la sécularisation, l’industrialisation, la mécanisation de l’agriculture, l’augmentation du niveau de vie, l’essor des media et du tourisme, le retour à la nature qui a suivi l’exode rural, ont mis en péril le maintien des rituels festifs en Europe, puis ont accompagné leur revitalisation progressive (Boissevain, 1992 :8 sqq.). Dans le cadre de cette société ouverte, pacifique, unifiée, les cultures locales et régionales ont dû médiatiser leurs contenus et leurs références. Confrontées aux jugements et aux questionnements des touristes comme des néo-résidents venus des villes, les institutions locales ont été obligées de s’adapter17. Les fêtes locales, autrefois principalement consacrées aux communautés qui les organisaient, ont ainsi succombé à de nouvelles exigences de communication et se sont ouvertes à un public extérieur.

26A cet égard, il est particulièrement significatif de noter la récurrence des différentes formes d’exposition. Si, en lui-même, le thème est déjà un “exposé” du motif de la fête, il s’accompagne de plus en plus d’expositions véritables. A Mouriès, les artistes locaux peignent le terroir, les voitures anciennes représentent un passé glorifié pour ses prouesses techniques, les outils oléicoles évoquent la ruralité et la mémoire locale. Chaque fois, la fête se projette sur la nature ou le passé proches, par la monstration annuellement réitérée d’éléments propres à emblématiser l’identité.

  • 18 A Mouriès, les plus hauts représentants de la filière professionnelle oléicole interviennent réguli (...)

27Ainsi, la fête thématique et ses avatars répondent aux exigences nouvelles d’un contexte ouvert sur l’extérieur, en présentant un programme résolument pédagogique. Ce programme, selon les cas, peut être élaboré au sein des associations locales, ou faire appel à des personnalités reconnues pour leurs compétences dans la société globale18. La fête locale fait intervenir des experts, fournit des analyses scientifiques, accueille des conférences, ce qui entraîne des interactions de plus en plus nombreuses avec la société globale.

28Les nouvelles fêtes constituent ainsi des réponses locales à la globalisation des rapports sociaux dans une société ouverte. A la fois lieux d’échanges économiques, moments d’affirmation d’une esthétique spécifique, supports de discours identitaires et patrimoniaux et vecteurs d’une pédagogie active, elles assurent l’intégration sociale périodique de classes de population hétérogènes.

VI. De la fête traditionnelle répétée à la fête thématique construite

29Cette situation d’ouverture des fêtes locales répond au choix des organisateurs de toucher un public le plus large possible, composé d’habitants du cru, de touristes de passage et de néo-résidents. Cela permet de faire face au changement social en ajustant culture locale et société globale autour de références partageables et compréhensibles par tous. Ces références sont le plus souvent des objets matériels ou des produits locaux relatifs à la nature ou au passé, brandis comme prétextes thématiques et facilement reconnaissables comme emblèmes.

30Si le fait de doter les fêtes d’un prétexte objectif semble en soi de peu d’importance, il n’en recouvre pas moins des changements notables dans la mentalité des concepteurs de fêtes. Parce qu’un objet se substitue à un sujet, comme dans le cas où la fête de saint Honoré, patron des boulangers, devient fête du pain, les organisateurs se mettent à cultiver un rapport conscient et distancié à leur propre culture et à leur propre patrimoine. En assignant à la fête un objet, les concepteurs de fêtes se croient à même de construire objectivement leur propre culture, ce qui est en rupture avec la situation ancienne où les fêtes, marquant le retour d’une saison ou d’un cycle rituel, étaient plus ou moins considérées comme des fatalités ou des obligations sociales.

  • 19 Les anthropologues anglais MacClancy et Parkin prennent l’exemple du culte de saint Besse qui avait (...)
  • 20 Voir à ce sujet Bonnet qui avance le concept de «vitrine identitaire» (Bonnet J., 1996).

31La situation, bien sûr, est plus nuancée. La revitalisation et la construction moderne des rituels européens, notées par Boissevain, ne devraient pas occulter complètement la continuité remarquable de certains motifs folkloriques19. Mais si l’on assume la proposition selon laquelle les populations européennes actuelles «sont devenues touristes par rapport à leur propre mode de vie» (Boissevain, 1999 :462), alors on peut comprendre la nature et l’importance du changement survenu. Ce changement touche à la manière de se représenter la fête autant qu’à son contenu. La thématisation des fêtes actuelles implique une distanciation, qui se traduit souvent par un glissement du rituel religieux vers le spectacle profane et pose la fête comme un nouvel enjeu d’animation et de valorisation culturelle aux yeux des acteurs locaux. Il y a alors mise en place d’un rapport d’extériorité de la fête par rapport à la communauté qui l’organise, qui permet de construire de nouveaux rites festifs en organisant, en prévoyant, en gérant la fête comme une “vitrine” du patrimoine local20. Pour se rendre compte de la réalité de cette situation, où une concertation de plus en plus fine préside à l’élaboration des programmes festifs, il suffit de renvoyer aux nombreux dépliants, prospectus et programmes de ces nouvelles fêtes, qui sont de plus en plus conçus et diffusés par des professionnels. Dans ce cadre, les thèmes festifs, que l’on retrouve de proche en proche et de région en région, et qui forment en eux-mêmes des objets homogènes, participent d’une dynamique de communication et d’information, qui participe elle-même à la construction de nouvelles représentations locales de l’identité.

  • 21 On rejoint ici les analyses des géographes, par exemple Di Méo, pour qui la fête, en rappelant à la (...)

32Ces représentations locales, dans un monde contemporain marqué par la mobilité et les medias, renvoient à une dialectique entre le local et le global et permettent de comprendre sur quels modèles territoriaux sont construites les fêtes locales. Si les fêtes agraires ou corporatistes du passé étaient établies sur le modèle structurel du cercle, inscrites dans le cycle des saisons et axées sur le cercle de la sociabilité villageoise, les fêtes thématiques actuelles visent à intégrer des produits agricoles ou des biens manufacturés dans des flux. Elles sont devenues des enjeux de commerce et de communication. Les fêtes thématiques, qui se surimposent aux anciennes fêtes plus qu’elles ne les remplacent, rendent ainsi compte de nouvelles façons de se représenter l’espace21, en même temps qu’elles témoignent des changements culturels et sociaux qui ont affecté les communautés qui les organisent.

VII. Conclusion

33En combinant la mise en valeur des spécificités identitaires locales et la présentation de valeurs globales rattachées à la nature, au passé, à l’authenticité, les nouvelles fêtes thématiques permettent finalement la définition de nouvelles unités territoriales, mais aussi sociales et symboliques, pour des populations qui s’ouvrent de plus en plus au monde environnant. Lors de ces fêtes sont exprimés publiquement les sentiments d’appartenance à de nouvelles entités territoriales. Les fêtes participent de la construction des identités locales et dépassent les références habituelles des fêtes “traditionnelles” au village ou à la région dans son ensemble.

  • 22 Ce qui est vraisemblable du point de vue de leur organisation, mais n’a jamais empêché la présence (...)

34Si les fêtes locales furent un jour celles de communautés fermées22, la médiatisation actuelle des fêtes par leurs thèmes permet aujourd’hui, dans nos sociétés contemporaines, de donner à voir périodiquement une identité imaginée et proposée à autrui en fonction d’un intérêt pédagogique supposé. Tout en combinant intérêt commercial et présentation plus ou moins spectaculaire de marqueurs identitaires qui définissent de nouveaux territoires, la fête thématique se présente alors comme une espèce d’écomusée temporaire, qui fait vivre organiquement un territoire autour de sa population, de ses produits locaux, de ses savoir-faire et de ses pratiques, qui met en avant un certain nombre de valeurs, et qui sert de liant culturel pour fédérer des populations d’origines différentes. Elle est l’objet d’une concertation de plus en plus importante, qui fait appel à toutes les bonnes volontés pour construire un programme attractif et capable de contenter le plus grand nombre. En même temps, elle échappe de plus en plus à la structuration centralisatrice des municipalités ou des confréries, pour être confiée à des associations ou à des réseaux d’associations. Plus ouvertes, plus éclectiques et plus hétérogènes que par le passé, ces fêtes ont pourtant du mal à concurrencer ou à remplacer les fêtes construites selon les modèles anciens, qui continuent à exister parallèlement. Ainsi, les nouvelles fêtes locales, avec leurs prétextes thématiques et leurs fonctions nouvelles, renforcent le paysage festif plus qu’elles ne le bouleversent vraiment.

Haut de page

Bibliographie

Agulhon M., 1966, La sociabilité méridionale. Confréries et associations dans la vie collective en Provence orientale à la fin du 18e siècle, 2 tomes, Aix-en-Provence, Publications des Annales de la Faculté des Lettres d’Aix.

Bausinger H., 1988, “Anmerkungen zum Verhältnis von öffenticher und privater Festkultur”, inDüding D., Öffentliche Festkultur, Hambourg, Reinbek, pp.390-404.

Boissevain J., 1992, Revitalizing European Rituals, Londres/New York, Routledge.

Boissevain J., 1999“Continuity and Revitalization in European Ritual : The Case of San Bessu”, Journal of the Royal Anthropological Institute, vol.5, n°3, pp.461-462.

Bonnet J., 1996, “Les vitrines identitaires, une nouvelle source pour l’étude des recompositions identitaires”, in Carbonell C.-O., Dir., De l’Europe, identités et identité, Toulouse, Presses universitaires des sciences sociales de Toulouse, pp.183-190.

Bromberger C., 1989, “Ethnographie”, in Collectif, Provence : Provence-Alpes-Côte d’Azur, Paris, Ed. Christine Bonneton, pp.85-249.

Caisson M., 2001, “La terre et le ciel : complexité des représentations religieuses dans le monde méditerranéen”, in Albera D., Blok A., Bromberger C., Dir., L’anthropologie de la Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose, pp.387-405.

Champagne P., 1977, “La fête au village”, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n°17-18, pp.73-84.

Charuty G., 2001, “Du catholicisme méridional à l’anthropologie des sociétés chrétiennes”, in Albera D., Blok A., Bromberger C., Dir., L’anthropologie de la Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose, pp.359-385.

Di Méo G., Dir., 2001, La géographie en fêtes, Paris, Ophrys.

Duflos-Priot M.-Th., 1995, Un siècle de groupes folkloriques en France, Paris, L’Harmattan.

Duret E., 1993, “Les charrettes festives en Provence rhodanienne. Variations d’un rite et de son espace de référence du 18e au 20e siècle”, Le Monde Alpin et Rhodanien, n°1/2, pp.35-61.

Garnier J.-C., Labouesse F., Laurence P., Salmon C., 1997, Les fêtes de la transhumance dans le Midi méditerranéen et leur développement récent : contextes, enjeux, significations, rapport final de recherche, Montpellier, INRA/Direction du patrimoine.

Gueusquin M.-F., 2000, La Provence arlésienne, traditions et avatars, Arles, Actes Sud/r.m.n.

MacClancy J., Parkin R., 1997, “Revitalization or Continuity in European Ritual ? The Case of San Bessu”, Journal of the Royal Anthropological Institute, vol.3, n°1, pp.61-78.

Marié M., Viard J., 1980, La campagne inventée, Le Paradou, Actes Sud.

Pelen J.-N., Dir., 1987, Le pays d’Arles par ses gens : sentiments d’appartenance et référents d’identité, Créhop/p. n. r. de Camargue/Mission du patrimoine ethnologique.

Pelen J.-N., Martel C., Dir., 1990, L’homme et le taureau en Provence et Languedoc. Histoire, vécus, représentations, Grenoble, Glénat.

Robert V., 1996, Les chemins de la manifestation, Presses universitaires de Lyon.

Schippers T. K., 1986, Temps vécus, temps perçus. Au fil des saisons en Provence intérieure, Paris/Marseille, c.n.r.s.

Strong R., 1991, Les fêtes de la Renaissance (1450–1650). Art et pouvoir, Arles, Actes Sud/Éditions Solin (1973).

Turner V. W., 1990, Le phénomène rituel : structure et contre-structure, Paris, P.U.F. (1969).

Van Gennep A., 1981, Les rites de passage, Paris, Picard (1909).

Vovelle M., 1976, Les métamorphoses de la fête en Provence de 1750 à 1820, Poitiers, Aubier-Flammarion.

Warnier J.-P., Dir., 1994, Le paradoxe de la marchandise authentique. Imaginaire et consommation de masse, Paris, L’Harmattan.

Weber E., 1983, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale. 1870/1914, Paris, Fayard/Ed. Recherches (1976).

Wylie L., 1958, Village in the Vaucluse, Cambridge (Mass.), Harvard university Press.

Haut de page

Notes

1 Sur ces correspondances entre les organisations corporatives d’Ancien Régime et le système des fêtes locales, on trouvera des exemples classiques dans Agulhon M., 1966 ou Vovelle M., 1976. Au sujet du parallélisme entre l’affiliation aux saints patrons et le clientélisme politique en anthropologie de la Méditerranée, on lira les récentes remarques de Charuty G., 2001, pp.364 et 369, ou celles de Caisson M., 2001, p.388.

2 Depuis le mouvement des Félibres animé par Frédéric Mistral, qui a (ré)inventé plusieurs fêtes au début du vingtième siècle, de nombreux auteurs ont noté la “brillance identitaire” et l’attrait touristique de cette région de basse Provence. On retiendra Pelen J.-N., 1987 et Bromberger C., 1989.

3 Voir les analyses produites par Garnier J.-C. et al., 1997.

4 Pour témoigner de la prolifération des motifs de fêtes dans la société contemporaine, on peut relever par exemple les thèmes suivants à travers des prospectus publicitaires de grande diffusion : fête des grillades, fête des envies, fête du confort, fête de la main verte, fête des prix, fête de la maison, fête des clients, fête des courses…

5 Sur la question plus large de la fabrication de l’authenticité, on renvoie aux travaux de Warnier J.-P., 1994.

6 Agulhon, ainsi, a étudié les abbayes de jeunesse comme corporations sociales (Agulhon M., 1966) ; Vovelle a étudié les trains et les romérages dans le cadre des communautés villageoises qui les organisaient (Vovelle M., 1976).

7 A cet égard, un travail comme celui de Champagne est salutaire en ce qu’il met au jour concrètement les transformations radicales des fêtes paysannes au vingtième siècle (Champagne P., 1977). On est bien loin des interprétations magico-religieuses et anhistoriques des premiers anthropologues.

8 La fête aristocratique, elle, savait déjà se mettre en scène depuis longtemps. Qu’on songe aux fêtes pastorales et aux bals masqués des cours, fêtes “thématiques” avant l’heure, ou à l’imbrication de la fête, du théâtre et du pouvoir à Florence sous les Médicis. Sur ces questions, qui orientent la recherche vers les rapports du pouvoir et de la mise en scène artistique, on renvoie au travail de Strong sur les fêtes de la Renaissance (Strong R., 1991).

9 Dans une perspective plus générale, Bausinger a étudié en Allemagne les relations entre culture festive privée et culture festive publique. Il analyse les influences respectives de la sphère publique et de la sphère privée dans l’évolution historique de la célébration des fêtes du cycle de vie (anniversaire, communion) et du cycle annuel (Noël, Pâques). Il montre par exemple comment la fête de Noël participe au 19e siècle de la modification des rapports public/privé lorsque la famille du Kaiser la choisit pour s’y mettre en scène publiquement (Bausinger H., 1988). Transposée à notre terrain, cette perspective permet de comprendre comment les moissons ou d’autres activités professionnelles, d’abord affaire des propriétaires privés ou des confréries, ont pu rallier des regards extérieurs et devenir des emblèmes identitaires, prétextes à des fêtes publiques.

10 Sur les fêtes de ce type, une abondante littérature existe. Les plus récentes contributions pour le terrain considéré sont celles de Duret E., 1993 et Gueusquin M.-F., 2000.

11 Au sens de Van Gennep (Van Gennep A., 1981), revisité par Turner (Turner V. W., 1990).

12 Il faudrait évoquer ici, dans une perspective comparative, les travaux de Robert sur l’espace des cortèges et des manifestations au 19e siècle (Robert V., 1996).

13 Sur les règles du “sport traditionnel” que constitue la course camarguaise, nous renvoyons à Pelen J-N./Martel C., 1990.

14 Bien que nous récusions la réalité d’une fête idéal-typique au sens wéberien, on doit noter la récurrence de certains éléments. En croisant les données fournies par Wylie, Schippers et Bromberger, on peut dresser de ces ingrédients la liste suivante : bal, pétanque, messe, procession, animations foraines, apéritifs, repas, aubades, quêtes (Wylie L., 1958 ; Schippers T. K., 1986 ; Bromberger C., 1989).

15 Le géographe Di Méo est bien conscient des aspects festifs de ces «modèles secondaires de la fête». A propos des foires, il relève leur aspect social et ludique, dans «le temps non contraint des loisirs» (DiMéo G., 2001, pp.3 et 7-8).

16 Weber décrit ainsi les foires du dix-neuvième siècle (Weber E., 1983, pp.582 sqq.).

17 C’est la «subversion des institutions paysannes par le désir urbain», dont parle la sociologie rurale. On verra à ce sujet Marié et Viard qui insistent sur le cas des fêtes de village comme institutions paysannes (Marié M./Viard J., 1980, pp.103-108).

18 A Mouriès, les plus hauts représentants de la filière professionnelle oléicole interviennent régulièrement. Une malle pédagogique, préparée par des professionnels, a été amenée en 2002 de Manosque. A Nîmes, un colloque scientifique a accompagné l’édition 2002 des “Journées méditerranéennes de l’olivier”.

19 Les anthropologues anglais MacClancy et Parkin prennent l’exemple du culte de saint Besse qui avait été étudié par Robert Hertz en 1912 et estiment que les fêtes européennes sont restées globalement inchangées au cours du 20e siècle. Selon eux, la thèse de Boissevain serait restrictive en étant fondée sur les notions durkheimiennes de rituel et de déritualisation (Boissevain J., 1992 ; MacClancy J. /Parkin R., 1997).

20 Voir à ce sujet Bonnet qui avance le concept de «vitrine identitaire» (Bonnet J., 1996).

21 On rejoint ici les analyses des géographes, par exemple Di Méo, pour qui la fête, en rappelant à la fois l’être et la différence d’un groupe territorialisé, offre à ce dernier de nouvelles possibilités de contact et de partage et de nouvelles capacités créatrices (Di Méo G., 2001, p.19).

22 Ce qui est vraisemblable du point de vue de leur organisation, mais n’a jamais empêché la présence d’un public extérieur chaudement attendu, comme en témoignaient les banderoles “Honneur aux étrangers” suspendues à l’entrée des villages en fête (Bromberger C., 1989).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Sébastien Fournier, « La fête thématique, nouveau visage de la fête locale en Provence (France) », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-2 | 2007, 165-174.

Référence électronique

Laurent Sébastien Fournier, « La fête thématique, nouveau visage de la fête locale en Provence (France) », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-2 | 2007, mis en ligne le 07 mars 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rsa.revues.org/474 ; DOI : 10.4000/rsa.474

Haut de page

Auteur

Laurent Sébastien Fournier

Université Paul Valéry - Montpellier III.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org