Navigation – Plan du site
À propos de livres

Berger Peter L., Invitation à la sociologie

Paris, La Découverte, 2006 [1963], 249p.
Nicolas Marquis
p. 196-197

Texte intégral

1L’invitation à la sociologie de Peter Berger est la réédition d’un ouvrage initiale­ment paru en 1963. Né en 1929, P. Berger est un des grands noms de la sociologie amé­ricaine actuelle, notamment connu chez nous pour un ouvrage coécrit avec Th. Luck­­mann et paru trois ans après la première édition de Invitation à la sociologie : The Social Construction of Reality, qui constitue une étape importante dans l’approche dite du constructivisme social en réactivant la tradition phénoménologique en sociologie initiée par A. Schütz. L’ouvrage qui nous occupe est loin de ces préoccupations théo­riques particulières, et vise plutôt à dé­fendre la pertinence de la passion revendiquée par l’A. pour ce que d’aucuns ont qualifié de sport de combat (terme qui gagne en pertinence à la lecture du livre de Berger !).

  • 1 Revue française de sociologie, Vol.6, n°1, 1965.

2Pour Isambert, « il est rare de pouvoir qualifier de “plaisant” un ouvrage qui s’occu­pe de sociologie »1. Plaisant et intéressant, cet ouvrage l’est à plus d’un titre. Il y a bien sûr d’abord la verve et le style de Berger, agréable, impertinent et faisant souvent mouche. Ensuite, du point de vue du fond de la réflexion, la satisfaction est souvent de mise. Loin d’être sus­cep­tible d’intéresser uniquement les novices ou les profanes de la discipline, l’ouvrage possède plusieurs atouts qui pourront plaire aux sociologues plus avertis. La gageure est en effet de taille : rendre la sociologie attractive, ce qui suppose aussi que l’on donne quelques éléments de définition, et que l’on reprenne à bras le corps les débats fondamentaux qui la constituent. Bref, on pourra trouver dans le discours de l’A. de précieuses indications à l’usage des praticiens qui ont à faire face, plus souvent qu’à leur tour, au regard dubitatif de leurs con­citoyens s’interrogeant : « Mais, au fond, la sociologie, c’est quoi ? ». Praticiens à qui, alors qu’ils essayaient tant bien que mal de s’en sortir en faisant désespérément appel à des no­tions parfois ésotériques, est asséné le coup fatal : « Oui, d’accord, mais ça sert à quoi ? ».

3On pardonne alors plus facilement à Berger de parfois forcer le trait pour chercher des réponses à ces questions déconcertantes. Il faut retenir de cet ouvrage la définition générale de la sociologie comme une « forme de conscience ». Globalement, la socio­logie doit être comprise comme une manière d’aller voir ce qui se passe “derrière”, de ne jamais s’arrêter à la façade d’un individu, d’une interaction, d’un groupe, d’une société, qui masque leurs structures respectives. Il s’agit donc pour l’A. d’ériger l’irres­pect bien compris en mé­thode de recherche, de démystifier les discours et de désubstantifier les entités collectives jusqu’à plus soif. Le sociologue est celui qui refuse de se complaire dans les évidences, qui cherche à retracer les processus de cons­truction de la réalité et qui traite de la localisation sociale des hommes et des idées. On sent évidemment les affinités avec l’approche socio­logique du constructivisme social que Berger développera en propre.

4Berger reprend à cet égard quelques débats fondamentaux qui caractérisent (parfois sclérosent) l’approche sociologique, et participent à sa silhouette austère. Ainsi en va-t-il du couple déterminisme-liberté. À travers trois regards particuliers (l’homme dans la société, la société dans l’homme et la société comme mise en scène), Berger nous invite à revisiter les fondements de l’idée souvent fort mal acceptée par les non-socio­logues selon laquelle « la plupart du temps, le jeu a déjà été “fixé” longtemps avant que nous ne montions sur scène. Tout ce qu’il nous reste à faire, le plus souvent, est de jouer notre rôle avec plus ou moins d’enthousiasme » (p.125). Mais l’invitation à la sociologie qu’il propose passe aussi par la relativisation théorique de cette « claus­trophobie sociologique » afin de rendre l’abord de la discipline plus attrayant en carac­térisant l’acteur comme ontologiquement libre, mais de mauvaise foi lorsqu’il prétend ne pas pouvoir faire autrement.

5Il ne fait nul doute que cette caractérisation de la sociologie est historiquement da­tée et serait bien moins reçue aujourd’hui par ceux qui, tenants du tournant pragma­ti­que par exem­ple, déplorent que la sociologie garde son vieux réflexe d’aller “cher­cher derrière” ce qui lui est donné à observer. On trouvera à juste titre simpliste, sans doute, cette caractérisation du sociologue comme celui à qui « on ne la fait pas », que Berger utilise pour dessiner la plus-value du regard de la discipline. Reste qu’il serait bien pré­tentieux de dire que la quarantaine d’années qui nous séparent de la première édition de l’ouvrage de Berger ont permis à la dis­ci­pline de dépasser totalement cette posture, qui n’est d’ailleurs certainement pas exempte d’excellentes caractéristiques destinées à perdurer.

6On terminera en soulignant l’extrême lucidité dont Berger fait preuve aux divers moments de son écriture (texte de 1963, postface de 1992, préface de 2006) quant à l’état structurel de la discipline et aux dangers qui la menacent : l’esprit de clocher, l’insignifiance, le ratio­nalisme, l’idéologie notamment, mais aussi l’âpreté du monde académique dans lequel doi­vent évoluer les jeunes et moins jeunes praticiens, âpreté dont il est clair qu’elle ne favorise pas le développement sain de la discipline que Berger a constituée en passion.

Haut de page

Notes

1 Revue française de sociologie, Vol.6, n°1, 1965.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Marquis, « Berger Peter L., Invitation à la sociologie », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-2 | 2007, 196-197.

Référence électronique

Nicolas Marquis, « Berger Peter L., Invitation à la sociologie », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-2 | 2007, mis en ligne le 07 mars 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/483

Haut de page

Auteur

Nicolas Marquis

Université catholique de Louvain (ANSO)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org