Navigation – Plan du site
À propos de livres

Boussard Valérie, Dir., Au nom de la norme. Les dispositifs de gestion entre normes organisationnelles et normes professionnelles

Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2005, 225p.
Silvia Giraldo
p. 197-198

Texte intégral

1À travers une petite dizaine d’études de cas, l’ouvrage propose de revoir l’oppo­si­tion entre logique managériale et logique professionnelle et d’examiner les résultats de leur confrontation et de leur articulation. Cet ouvrage collectif, dirigé par Valérie Boussard, réunit huit textes répartis sur trois chapitres. Il s’agit de contributions présentées lors du congrès de l’Association française de sociologie en février 2004, ce qui explique à la fois la diversité des terrains de recherche (secteurs privé, public, industriel, de service) ainsi que des approches et grilles théoriques sur lesquelles se basent les analyses. Toutefois, et cela vaut la peine d’être souligné, cet ensemble fait apparaître une grande complémentarité des textes et une cohérence évidente dans les con­clusions respectives des auteurs.

2L’excellente introduction de Valérie Boussard fait bien plus que tracer le fil rouge et présenter les objectifs poursuivis par cette publication. L’auteur y propose une lecture des différents chapitres inspirée par la sociologie des professions. Elle mérite vraiment d’être lue par ceux et celles qui traitent des groupes professionnels ou occu­pationnels. La première partie du livre souligne l’importance de la dimension norma­tive des outils ou dispositifs de gestion qui porte une nouvelle définition des profes­sionnalismes (exogènes) et qui se heurte aux normes professionnelles endogènes aux groupes. Les textes de la seconde partie vont déconstruire cette vision qui oppose logique managériale et logique professionnelle. Les acteurs de la mise en œuvre des dispositifs de gestion y apparaissent en “professionnels” lorsqu’ils font leur travail d’organi­sation et le dispositif y est présenté comme une ressource leur permettant d’asseoir leur légitimité en tant que professionnels. Dans la troisième partie les auteurs étudient les dispositifs de gestion au centre des relations entre groupes professionnels. Les dispositifs sont alors avant tout des ressources à disposition des groupes pro­fessionnels pris dans des rapports hiérarchiques.

3La première partie de l’ouvrage comprend trois études de cas ; Fabrice Jubert fait l’analyse de l’utilisation de dispositifs de gestion des risques par des électriciens dans un centre de production, Hélène Buisson-Fenet étudie le cas d’un logiciel de gestion des flux scolaires dans l’Éducation nationale et, pour finir, Xavier Albanel présente une analyse du dispositif mis en place pour l’évaluation des enseignants. Cette premiè­re partie tend à faire apparaître combien les managers à travers des dispositifs de ges­tion visent à modifier l’activité et l’organisation du travail selon une logique essentiel­lement bureaucratique (rationalisation et efficience), sans tenir compte des fondements professionnels et en induisant une redéfinition des modèles professionnels des tra­vail­leurs. Toutefois, nos trois auteurs concluent sur l’importance des acteurs dans la réelle mise en œuvre, traduction et réappropriation du dispositif, suivant des logiques profes­sionnelles ou des logiques propres à l’organisation qui préexistent au dispositif.

4La seconde partie de l’ouvrage comprend deux articles. Éric Drais étudie la diffu­sion de dispositifs de management de la sécurité dans deux entreprises de bâtiment. Michel Catla analyse quant à lui un dispositif de gestion de la main-d’œuvre appelé “groupement d’employeurs” et adressé à des tpe. Pour Éric Drais, son étude com­parative montre combien les acteurs et leur logique professionnelle ainsi que l’envi­ronnement (l’organisation) « décident » de la mise en place et de la pérennité d’un dis­positif. Michel Catla arrive à des conclusions similaires en montrant comment le dispo­sitif et les acteurs qui le portent sont le fruit de dynamiques professionnelles. Drais et Catla, en se centrant sur les acteurs de la mise en œuvre des dispositifs de gestion, nous montrent combien la promotion d’un dispositif et son efficacité constituent pour ces derniers des moyens pour redéfinir leur territoire professionnel et leur légitimité en tant qu’acteurs d’un groupe professionnel.

5La dernière partie comprend trois articles. Jean-Luc Metzger et François-Xavier Schweyer étudient les ingénieurs biomédicaux comme groupe professionnel émergent, ainsi que le rôle du logiciel de gestion du plateau technique hospitalier dans les rap­ports entre les différents groupes professionnels. Marie-Noëlle Pécout analyse les ef­fets de l’outil de gestion de maintenance assisté par ordinateur (gmao) sur les prati­ques de travail et sur la définition des territoires professionnels. Thomas Re­verdy traite de la mise en place de progiciels standardisés au sein de différentes entre­prises. Il sou­ligne l’importance des situations de travail préexistantes et des rapports asymétriques entre catégories d’acteurs qui viennent définir à leur tour les effets de l’outil de ges­tion. Il nous montre combien l’outil est à la fois structurant, combien il vise à imposer un modèle organisationnel, tout en concluant sur l’appropriation stratégique qui en sera faite par les acteurs. Il insiste également sur l’asymétrie des relations entre acteurs. Tous les groupes professionnels ne se servent pas des dispositifs avec le même effet.

6Les différentes contributions sont agréablement rédigées et merveilleusement intro­duites par Valérie Boussard. Pour les pressés, centrez-vous sur l’introduction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvia Giraldo, « Boussard Valérie, Dir., Au nom de la norme. Les dispositifs de gestion entre normes organisationnelles et normes professionnelles », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-2 | 2007, 197-198.

Référence électronique

Silvia Giraldo, « Boussard Valérie, Dir., Au nom de la norme. Les dispositifs de gestion entre normes organisationnelles et normes professionnelles », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-2 | 2007, mis en ligne le 07 mars 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/484

Haut de page

Auteur

Silvia Giraldo

Université catholique de Louvain (ANSO)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org