Navigation – Plan du site
À propos de livres

Honneth Axel, La réification. Petit traité de Théorie critique

Paris, Gallimard, 2007, 141p.
Nicolas Marquis
p. 202-203

Texte intégral

1Le dernier ouvrage d’Honneth est ambitieux et annonce, comme son titre l’indique, un traité de théorie critique, aussi petit soit-il. On le sait, la volonté d’Honneth est de procéder à une réactualisation de l’héritage laissé par les générations successives qui ont fait et font encore l’École de Francfort. Prenant acte d’un décalage de contexte entre les époques de Lukacs, d’Adorno, d’Horkheimer et de Marcuse, pour ne citer qu’eux, et la nôtre, Honneth redouble d’efforts ces derniers temps pour asseoir la pertinence d’une perspective sur le monde social qui à ce jour est selon lui indépassée : celle de la Théorie critique.

2En s’attaquant au concept de réification, il prend la problématique de l’actualité de cet héritage à bras le corps. En effet, cette catégorie éveille souvent les soupçons (jus­tifiés) que l’on peut avoir face à la ligne la plus dure du matérialisme historique et de ses rejetons. Honneth aura bien du mal à démontrer l’usage que l’on peut encore fai­re de pareil concept, pour lequel il dit cependant déceler actuellement un regain d’in­térêt.

3L’idée de réification fut forgée par G. Lukacs dans Histoire et conscience de classe (1923). Elle recouvre chez lui le processus par lequel une relation prend le caractère d’une chose. Ni erreur épistémique, ni faute morale, il s’agirait plutôt d’une praxis manquée, qui contreviendrait selon Honneth à certaines règles de base de la pratique humaine. Honneth entame son exercice en relevant une série d’apories dans l’intuition fondamentale de Lukacs. Parmi celles-ci, mentionnons le peu de justifications concep­tuelles mobilisées pour asseoir l’idée, si l’attitude réifiante devient la seconde nature de l’homme, que le capitalisme doit en être tenu pour le principal responsable. Autre point problématique, la volonté, pourtant lé­gitime, de Lukacs de construire le concept de réification sans référence aucune à la mo­rale. Ce serait se fourvoyer dans la mesure où parler d’une pratique manquée suppose que l’on ait en tête un modèle au­quel on puisse l’évaluer, c’est-à-dire que l’on suppose l’exis­tence d’une pratique qui serait suf­fisamment bonne pour respecter des règles fondamentales (encore à définir) de la praxis humaine.

  • 1 Ce qui le sépare de Lukacs, qui différenciait fortement l’attitude marquée par la connaissance et l (...)

4On se rend vite compte que le travail sur le concept de réification pour Honneth est un prétexte pour formuler une théorie de l’action informée, d’une part, par l’héritage de la Théorie critique, et d’autre part par l’idée de reconnaissance, cheval de bataille de l’A. Appelant en renfort Heidegger, Dewey et Cavell, Honneth propose de mettre en chair l’idée d’une pratique manquée que qualifie la réification. Il soutient que toute action (même rationnelle), et plus largement tout rapport au monde, possèdent un mo­ment qua­litatif, c’est-à-dire un moment de ressenti pour l’individu qui suppose une participation intéressée au monde. Bref, toute action est sous-tendue par un enga­gement, la pers­pective de l’observateur rationnel ne pouvant advenir qu’ensuite. Ce moment, Honneth le qualifie de reconnaissance, et il soutiendra que celle-ci précède inéluctablement l’attitude de connaissance1. Ceci lui permet de ressaisir l’idée de réi­fication comme l’oubli de cette tonalité affective première, de ce moment de par­tici­pation engagée de l’individu dans son environnement, de la perspective d’intéres­sement qui caractérise l’enracinement premier dans l’expérience qualitative. L’attitude réifiante est envisa­geable chez l’individu dans son rapport à autrui (objectivation de l’autre et oubli du fait que, pour le comprendre, je dois me sentir d’une certaine ma­nière “impliqué” en lui), dans une moindre mesure dans son rapport à l’environnement (où pour Honneth, l’attitude de reconnaissance n’est pas constituable comme condition sine qua non de celle de connaissance), mais aussi dans son rapport à soi-même. On peut en effet oublier ou nier le moment où l’on se sent impliqué dans ses propres ex­périences (cf. le « souci de soi » heideggérien). « Pour comprendre ce que veut dire en général le fait d’avoir des désirs, des sentiments ou de se proposer des buts, nous devons préa­lablement les avoir éprouvés comme une partie de notre soi qui mérite d’être acceptée, comme quelque chose qu’il importe de rendre intelligible à nous-mêmes et aux partenaires de nos interactions » (p.106).

5Assurément, il s’agit d’un ouvrage de philosophie sociale. Qui plus est, son allé­geance à la théorie critique est explicite. Néanmoins, au-delà de la qualité de l’écriture et de la dimension d’exégèse d’œuvres connues mais peu explorées, on peut faire le pari qu’il s’agit d’un ouvrage intéressant pour le sociologue et l’anthropologue dont le travail possède, de près ou de loin, une dimension critique, et peut-être pas seulement pour eux. D’une part, Honneth esquisse une théorie de l’action appuyée conceptuellement et empiriquement (dans une bien moindre mesure) qui nous invite à déconstruire la caté­gorie d’action, ce qui n’est pas inintéressant car les discours qui la mettent en exergue sans la questionner sont souvent par trop achalandés. D’autre part, il nous invite à re­considérer le lieu d’où l’on parle lorsque nous effectuons une cri-tique. Est-il possible, comme le croyait Lukacs, de parler de réifi­cation sans se frotter à la question de la « bonne » expérience ? La philosophie sociale doit-elle se borner à constater les insuffi­sances d’une société par rapport à des principes de justice ? La so­ciologie et l’anthro­pologie doivent-elles, dans la mesure qui est la leur, éga­lement s’y cantonner ? Peut-être, mais comme le souligne l’A., ce serait oublier que des sociétés peuvent échouer sur un plan normatif autrement qu’en violant des principes de jus­tice dont on voudrait considérer qu’ils sont universels.

Haut de page

Notes

1 Ce qui le sépare de Lukacs, qui différenciait fortement l’attitude marquée par la connaissance et l’attitude marquée par la reconnaissance : Honneth soutient que toute expérience de connaissance repo­se sur ce soubassement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Marquis, « Honneth Axel, La réification. Petit traité de Théorie critique », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-2 | 2007, 202-203.

Référence électronique

Nicolas Marquis, « Honneth Axel, La réification. Petit traité de Théorie critique », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-2 | 2007, mis en ligne le 07 mars 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/490

Haut de page

Auteur

Nicolas Marquis

Université catholique de Louvain (ANSO)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org