Navigation – Plan du site
À propos de livres

Policar Alain, La justice sociale. Les enjeux du pluralisme

Paris, Armand Colin, 2006, coll. Cursus Sociologie, 208p.
Régis Malige
p. 208-210

Texte intégral

1Le monde occidental est traversé par une diversité de cultures et de valeurs profon­dément hétérogènes et souvent inconciliables. Le caractère définitif du pluralisme, le respect des différences, le droit à la liberté individuelle, l’exigence permanente de jus­tice sociale et d’éga­lité structurent l’ouvrage d’Alain Policar qui, en sept chapitres, tente d’éclairer les inter­ro­gations liées à l’altérité et au multiculturalisme, tout en pro­posant une construction possible d’un universalisme authentique.

2En ouverture, la philosophie utilitariste est abordée dans ses principes, ses diffi­cultés ou ses impasses. Rappelant la méconnaissance, les confusions et le travestis­sement de cette théorie, Policar insiste sur cette éthique normative et sa nature consé­quentialiste à la recherche constante de la maximisation du bien-être collectif (Ben­tham, Stuart Mill, Sidgwick). Cette nécessité de réaliser le bonheur du plus grand nom­bre se heurte toutefois à des problématiques tenant au renoncement au plaisir person­nel, au sacrifice, à la rationalité ou à la morale (Harsanyi). Dans ce contexte, l’in­contournable théorie de John Rawls, fine­ment restituée, tente de dépasser ces limites. Prenant appui sur le concept fondamental d’équité, les principes de justice (liberté et égalité), définis derrière un « voile d’ignorance » garantissant aux acteurs la non-prise en compte de leurs conditions sociales, résultent d’un accord équitable conclu dans une situation hypothétique originelle. Si le contractualisme rawlsien se dé­marque de la perspective téléologique de l’utilitarisme classique accordant trop peu de place à l’au­tonomie individuelle, certains auteurs le considèrent néanmoins comme in­suffisam­ment égalitaire (Nozick, Fishkin, Dworkin, Cohen).

3La justice distributive de Rawls prête le flanc à d’autres critiques. Ainsi, pour les te­nants des doctrines néolibérales (Hayek), l’illusion constructiviste, suivant laquelle la société est organisée selon la raison, doit faire place à un rationalisme de type évo­lutionniste dégagé des contraintes de l’action consciente et volontaire. En outre, il con­vient d’accorder la priorité à la liberté et de renoncer à toute logique interven­tion­niste considérée comme irresponsable et non productive. Le principe de différence est éga­lement contesté par Nozick qui voit dans la redistribution une violation des droits fon­damentaux des acteurs et une atteinte notable au concept d’individualisme posses­sif (propriété de soi). De leur côté, les idées communau­tariennes (Taylor, Sandel, Wal­zer…) font de la justice sociale une question d’inter­prétation culturelle et abordent des préoccupations très contemporaines. La justification des droits des minorités, et partant l’attribution de citoyennetés différen­ciées, peuvent-elles garantir l’autonomie de l’indi­vidu ? C’est l’occasion pour Alain Policar d’interroger le libéralisme politi­que, d’étu­dier les reproches qui lui sont adres­sés, notamment le statut désincarné et abstrait de la personne humaine, et de se demander si cette pensée est véritablement distante de tout attachement communautaire.

4L’échec de l’optique communautarienne dans sa tentative de contestation des prin­cipes libéraux fondamentaux conduit à chercher ailleurs une éventuelle alternative. Après avoir rappelé les origines historiques et théoriques des thèses républicaines (Aristote, Machiavel, Montesquieu, Rousseau…), Policar insiste sur l’antagonisme ar­tificiel existant entre celles-ci et le libéralisme. Ces diverses confrontations observées depuis quelques années s’orientent en termes normatifs vers l’étude paradigmatique du pas­sa­ge de la redistribution à la recon­naissance (Fraser). En dépit d’effets pervers, il appa­raît possible de réconcilier les deux logi­ques, d’une part en combattant l’institution­na­lisation des hiérarchies, injustes sources de su­bordination, et, d’autre part, en re­nonçant au modèle néolibéral. La démocratie délibérative et l’éthique habermassienne de la discussion satisfont à cette exigence de réciprocité et montrent le caractère décisif de la construction de la volonté générale dans le processus du débat public.

5Si le consensualisme d’Habermas souffre d’un excès de confiance dans le règle­ment des conflits, l’approche de Gutmann et Thompson maintient le désaccord moral, auto­risant les individus à œuvrer ensemble pour des causes autres que celles qui les sépa­rent. Dans ce contexte, la tolérance ne peut être oubliée. Si elle est porteuse d’affron­tements de raisons divergentes la distinguant de tout scepticisme ou relati­visme moral, elle est la condition d’un universalisme raisonnable fondé sur la sauve­garde des parti­cularités collectives et sur notre appartenance commune à l’humanité.

6De nombreux encadrés, une solide bibliographie, des utilitaires concluent la lecture de ce livre original et de grande qualité, doté d’une écriture accessible et d’un plan très rigoureux. Au final, un excellent instrument de travail pour tous publics en quête de réflexion approfondie sur la justice sociale dans nos sociétés contemporaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Malige, « Policar Alain, La justice sociale. Les enjeux du pluralisme », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-2 | 2007, 208-210.

Référence électronique

Régis Malige, « Policar Alain, La justice sociale. Les enjeux du pluralisme », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-2 | 2007, mis en ligne le 07 mars 2011, consulté le 22 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/497

Haut de page

Auteur

Régis Malige

Université de Franche-Comté (LASA)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org