Navigation – Plan du site
À propos de livres

Raynaud Philippe, L’extrême gauche plurielle. Entre démocratie radicale et révolution

Paris, Autrement, 2006, 200p.
Razmig Keucheyan
p. 210-212

Texte intégral

1La discussion des idées de penseurs de droite par des penseurs de gauche est fré­quente aujourd’hui. L’inverse se vérifie moins fréquemment. En effet, les cas de pen­seurs de droite discutant les théories de penseurs de gauche sont rares, en particulier pour ces deux dernières décennies. À cet égard, la publication par Philippe Raynaud de L’extrême gauche plurielle. Entre démocratie radicale et révolution, est un évé­nement particulièrement intéressant. Philippe Raynaud compte parmi les plus brillants penseurs de la droite française contemporaine. Professeur de philosophie politique à Paris II, proche de feu la Fondation Saint-Simon et membre du comité de rédaction de la revue Commentaire, il se réclame d’une tradition libérale spécifiquement française allant de Benjamin Constant à Aron via Tocqueville. L’intérêt qu’il manifeste pour les nouvelles théories critiques témoigne de ce qu’un seuil de contestation du néolibé­ralisme a sans doute été franchi ces derniers temps, de sorte que ces théories ne resteront plus désormais sans réponse de la part des intellectuels dominants.

2Dans la première partie de son ouvrage, Raynaud passe en revue quelques-unes des grandes thématiques sociales et politiques autour desquelles convergent les « nouvelles radicalités ». Ainsi de la question de l’État-nation et de son rôle dans la mondialisation, du problème de l’héritage du colonialisme, de l’analyse des formes nouvelles de l’impérialisme, ou du statut des minorités ethniques et sexuelles dans les sociétés actuelles. Sans grande surprise, Raynaud pointe les grandes différences de sensibilité existant au sein de l’extrême gauche contemporaine. Peu de choses réunissent le « sou­verainisme » de gauche défendu par Bernard Cassen et par des secteurs importants du Parti communiste français et la critique internationaliste du capitalisme à laquelle se livrent trotskistes et néo-anarchistes. L’unité de la gauche radicale, dit Raynaud, est pour l’heure essentiellement négative, c’est-à-dire qu’elle se pose en s’opposant à un adversaire commun davantage qu’en suivant un agenda politique autonome.

3L’un des motifs de l’étonnement de Philippe Raynaud réside dans la survivance, au sein des mouvements de contestation du néolibéralisme, de puissants courants trots­kistes. À de rares exceptions près, il n’existe plus aujourd’hui en Europe de mouve­ments maoïstes. Les différents partis communistes du continent ont quant à eux, pour la plupart, renoncé à la rupture avec le capitalisme, souvent sans se l’avouer explici­tement. Les idées libertaires sont certes fortement représentées dans le mouvement al­termondialiste, mais le type d’anarchisme qui y a cours a peu à voir avec celui de Ba­kounine et Kropotkine. Cependant, moyennant quelques ajustements stratégiques aux coordonnées de la période, les trotskistes comptent actuellement parmi les principaux moteurs de la contestation du néolibéralisme, et sont présents dans tout ce qui res­semble de près ou de loin à un mouvement social.

4Selon Raynaud, deux facteurs expliquent l’extraordinaire plasticité du trotskisme. Le premier est que ce courant est le seul à pouvoir se réclamer d’Octobre 1917 sans avoir à assumer la part d’ombre des régimes communistes réellement existants. Com­me le dit Daniel Bensaïd, l’un des principaux théoriciens de la Ligue communiste ré­volutionnaire (lcr), « De quoi devraient se repentir ceux qui sont restés commu­nistes sans avoir célébré le petit père des peuples ? ». Certes, les trotskistes n’ont pas manqué d’apporter leur soutien à des processus révolutionnaires dont l’issue s’est rapi­dement avérée désastreuse. Leur conception de la nature de l’urss (rapports de pro­duction socialistes “trahis” par une direction bureaucratisée) les a conduits à adopter des positions rétrospectivement indéfendables, comme par exemple le soutien à l’inva­sion soviétique de l’Afghanistan. Mais leur absence de responsabilité directe dans les tra­gé­dies du XXe siècle, combinée avec leur participation jamais démentie aux luttes so­ciales, leur permet d’incarner aujourd’hui une forme d’ “authenticité” révolu­tionnaire.

5Le second facteur expliquant le dynamisme du trotskisme est que celui-ci ne se ré­duit pas à une doctrine abstraite véhiculée par des partis organisés sur le principe du “centralisme démocratique”. Il existe aussi, pour reprendre une expression d’Edwy Plenel (ancien directeur du journal Le Monde et ex-militant de la lcr) un « trots­kisme culturel ». Selon Raynaud, les mouvements trotskistes procurent à leurs adhé­rents d’importants bénéfices moraux, intellectuels et sociaux. Ceux-ci passent par la transmission d’une mémoire des luttes passées, par la lecture méticuleuse des classi­ques du marxisme et (dans le cas de la lcr) par une forme d’ouverture de princi­pe à tout ce qui se produit de neuf dans la société.

  • 1 Voir la comparaison audacieuse à laquelle se livre Balibar entre les stratégies révolutionnaires de (...)

6La seconde partie de L’extrême gauche plurielle consiste en une discussion des idées de quatre penseurs critiques contemporains : Daniel Bensaïd, Toni Negri, Alain Badiou et Étienne Balibar. Le problème autour duquel s’organise l’analyse de Raynaud est celui du rapport qu’entretient chacun de ces penseurs avec le marxisme. Étienne Balibar est certainement celui qui a pris le plus de distance avec ce courant. L’idée de “politique des droits de l’homme” qu’il développe implique une conception pluraliste du rapport entre la politique et l’économie qui rompt avec la thèse de la détermination de la première par la seconde défendue par les formes classiques du marxisme. De surcroît, pour Balibar, la réduction des formes extrêmes de violence, y compris de violence révolutionnaire, est une condition de l’exercice de la politique1. Il ne peut être question en ce sens d’une violence “bonne”, dont l’exercice servirait à faire ad­venir une société juste.

  • 2 Voir Hardt M., Negri T., Empire, Paris, Exils, 2000.

7Toni Negri et Alain Badiou sont sans doute ceux de ces auteurs qui combinent avec le plus de succès innovation théorique et radicalité politique. Negri est l’auteur, avec Michael Hardt, d’un ouvrage qualifié par certains de « Manifeste communiste du XXIe siècle », à savoir Empire2. Le constat du dépérissement de la classe ouvrière indus­trielle, doublé de l’émergence de nouvelles formes de précarité, l’ont conduit à subs­tituer au concept de prolétariat celui de “multitude”, considéré comme le nouveau sujet de l’émancipation. Negri et Hardt ont par ailleurs développé une conception aussi ori­ginale que controversée de l’impérialisme contemporain, qui se distingue à bien des égards de l’approche marxiste de ce phénomène.

  • 3 Badiou A., Le siècle, Paris, Seuil, 2005.

8Alain Badiou est quant à lui l’auteur d’une œuvre foisonnante et inclassable, qui s’étend d’une métaphysique de l’ “événement” à l’analyse de la fondation de l’univer­salisme par saint Paul, en passant par une sombre et profonde méditation sur la nature du XXe siècle3. Militant d’une organisation maoïste répondant au nom de “L’Orga­nisation politique”, Badiou soutient notamment l’idée que la défense des sans-papiers est la lutte par excellence d’où renaîtra le projet communiste. La pression que les flux migratoires internationaux exercent sur le capitalisme, et les efforts incessants mais dérisoires des pays du centre pour les réguler, rendent le sans-papier par essence in­conciliable avec le système.

9La thèse principale que défend Philippe Raynaud est contenue dans le sous-titre de son ouvrage. L’extrême gauche, dit l’auteur, est en tension permanente entre la « dé­mo­cratie radicale » et la « révolution ». Selon Raynaud, une part importante des re­ven­dications des mouvements sociaux actuels sont compatibles avec le libéralisme. Elles consistent soit à exiger l’application effective de principes que les libéraux sont ac­cusés de se borner à énoncer, soit à radicaliser ces principes. Par exemple, la re­connaissance du droit des minorités n’est autre qu’un appel à l’élargissement à des per­sonnes qui en sont exclues de droits qui concernent déjà la majorité de la population. De même, la critique de la politique étrangère des États-Unis est souvent menée au nom du respect de la légalité internationale.

10Ainsi, selon Raynaud, l’extrême gauche « est en quête d’une alternative globale au “système” comparable à ce que promettait autrefois le marxisme dans ses diverses versions, mais elle est elle-même trop pénétrée de l’imaginaire démocratico-libéral pour pouvoir proposer une telle alternative ». Raynaud a certainement raison sur ce point. L’extrême gauche a d’ailleurs d’excellentes raisons d’être pénétrée par l’“ima­ginaire démocratico-libéral”. Comme Raynaud le reconnaît lui-même, la formation de cet imaginaire est en large part le fruit des luttes sociales qu’elle a livrées au cours des siècles passés.

Haut de page

Notes

1 Voir la comparaison audacieuse à laquelle se livre Balibar entre les stratégies révolutionnaires de Lé­nine et Gandhi, dans “Lénine et Gandhi : une rencontre manquée ? ”, in Bidet J., Dir., Guerre impériale, guerre sociale, Paris, PUF, 2005.

2 Voir Hardt M., Negri T., Empire, Paris, Exils, 2000.

3 Badiou A., Le siècle, Paris, Seuil, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Razmig Keucheyan, « Raynaud Philippe, L’extrême gauche plurielle. Entre démocratie radicale et révolution », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-2 | 2007, 210-212.

Référence électronique

Razmig Keucheyan, « Raynaud Philippe, L’extrême gauche plurielle. Entre démocratie radicale et révolution », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-2 | 2007, mis en ligne le 07 mars 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/498

Haut de page

Auteur

Razmig Keucheyan

Université de Paris IV-Sorbonne (CESS)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org