Navigation – Plan du site
À propos de livres

Turcotte Paul André, Remy Jean, Médiations et compromis. Institutions religieuses et symboliques sociales. Contributions à une relecture des classiques de la sociologie

Paris, L’Harmattan, 2006, 284p.
Felice Dassetto
p. 212-213

Texte intégral

1Cet ouvrage écrit en collaboration est une relecture exemplaire des classiques de la sociologie, et notamment de leurs textes relatifs au religieux, sous l’angle d’un fil con­ducteur : celui d’une sociologie des médiations, des compromis, des transactions. Autant de termes spontanément assez compréhensibles, mais qui nécessitent que l’on en définisse plus clairement le sens. À signaler ainsi les lectures de Durkheim par J. Pradès, de Weber par J. Séguy et J. M. Ouédraogo, de Simmel par J. Remy, de Marx et Engels par I. Varga et les synthèses de P.-A. Turcotte. Des références multiples ou des analyses spécifiques de l’institution religieuse, en particulier catholique (J. Remy, X. Itçaina et J. Palard), proposent des analyses empiriques relatives aux thématiques générales traitées.

2Ces auteurs veulent contribuer à approfondir le paradigme sociologique délaissé par une sociologie conflictualiste et par une sociologie individualiste. Ils entendent ainsi jeter un regard sur les processus par lesquels les sociétés se construisent par le biais de médiations, de compromis, de transactions, termes plus ou moins équivalents, mais qui évoquent des dimensions différentes.

3Car on pourra mettre l’accent sur les processus de négociation et de compromis que l’on peut déceler, à la suite de Durkheim, au niveau des États ou, à la suite de l’analyse wébérienne, sur le plan des institutions religieuses. On est là devant des institutions de natures diverses (religieuse, politique, syndicale…) qui, pour assurer leur survie ou pour garantir un bénéfice aussi généralisé que possible à ceux qu’elles considèrent comme leurs populations de référence, négocient rationnellement la sauvegarde maximale de leurs intérêts ou procèdent à des compromis plus ou moins implicites. Une sociologie historique comparée pourrait probablement mettre en évidence que ceci est le propre de toute société. Ou, plus exactement, elle pourrait mettre en évidence comment toute société, y compris la société contemporaine et ses institutions, connaît des espaces re­levant du négociable et d’autres du non-négociable. La question étant de savoir pour­quoi certaines choses sont à certains moments de l’ordre du négociable ou au contraire du non-négociable.

  • 1 Voir par exemple, parmi les premières références : Remy J., Voyé L., Servais E., Produire ou re­pro (...)

4Notamment à partir d’une relecture de Simmel, J. Remy creuse un paradigme sur lequel il travaille depuis de nombreuses années1, celui de la transaction. La vision de la société qui s’en dégage est celle d’une construction dynamique, d’un équilibre instable (qui pourrait être éclairé selon J. Remy par le modèle cybernétique), s’érigeant par le flot incessant des interactions réciproques construites à travers les dimensions rationnelles et non rationnelles de l’agir et par la médiation de la corpo­réité. Vision simmélienne qui, selon Remy, implique comme postulat l’obligation d’opérer cons­tamment des transactions. Ceci est le propre de la modernité, car celle-ci impose « la transaction [comme…] un mode d’interaction orienté vers le changement […] dans une nécessaire orientation dans un environnement mouvant » (p.256). En appliquant cette idée à l’agir institutionnel, J. Remy introduit et explore le concept de “gou­vernance” sous l’angle sociologique, l’exigence de procéder par une logique de “gou­vernance” découlant du constat relatif à des situations dans lesquelles aucun acteur n’« a la capacité d’induire l’orientation à lui seul en réduisant les apports des au­tres à des adaptations complémentaires » (p.261). “Gouvernance” est ainsi entendu comme « un sys­tème d’action fédérateur d’une pluralité de systèmes relativement au­tonomes » (p.261) pou­vant aboutir à des formes de compromis.

5Ce paradigme aux aspects multiples (transaction, négociation, compromis) fait certainement partie d’un regard assez partagé par la sociologie contemporaine. C’est ainsi que les références à la théorie de la justification de Thévenot et Boltanski ou aux synthèses relatives à la théorie du compromis (voir M. Nachi, dans Information sur les sciences sociales, 2004, 6, pp. 131-143) sont signalées.

6Paul-André Turcotte, coordinateur du volume avec Jean Remy, parcourt les classiques de la sociologie de la religion (pp. 17-46) pour voir comment, de Engels à Certeau en passant par Troelsch et Weber, on a analysé le paradoxe des religions, et singulièrement du christianisme, constamment tendu entre une altérité et une immer­sion dans l’histoire et dans le monde et opérant par là des transactions multiples, voire des compromissions. Transactions entre le charisme et l’institutionnalisation, entre l’utopie et l’ancrage historique, entre l’idéal et le concret social.

7Que ce soit en général ou en relation plus spécifique avec les phénomènes religieux, il res­te la question de savoir si ce paradigme peut devenir un paradigme exclusif de l’interprétation des sociétés. Car au sein de celles-ci, y compris au sein des sociétés contemporaines, tout n’est pas négociable, tout n’est pas l’objet de transactions. Il s’agirait alors d’explorer de manière plus approfondie une sociologie des conditions de possibilité du négociable et du non-négociable, de ce qui peut faire l’objet de trans­ac­tions et de com­promis et de ce qui ne le peut ou ne parvient pas à le pouvoir à un mo­ment et dans une conjoncture historique donnés. Ce qui renvoie en définitive à une théorie de l’action et de la société qui saisit la complexité de la construction sociale, la­quelle ne peut pas être ramenée à une construction totalement ouverte, mais ne peut être que tension entre construction à venir et déjà-là social, innovation et compromis, changement et reproduction, la question sociologique étant de savoir à quelles condi­tions l’une ou/et l’autre sont possibles.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple, parmi les premières références : Remy J., Voyé L., Servais E., Produire ou re­produire ? Vol. 1. Conflits et transaction sociale. Vol.2. Transaction sociale et dynamique culturelle, Bruxelles, Vie ouvrière, 1978 et 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Felice Dassetto, « Turcotte Paul André, Remy Jean, Médiations et compromis. Institutions religieuses et symboliques sociales. Contributions à une relecture des classiques de la sociologie », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-2 | 2007, 212-213.

Référence électronique

Felice Dassetto, « Turcotte Paul André, Remy Jean, Médiations et compromis. Institutions religieuses et symboliques sociales. Contributions à une relecture des classiques de la sociologie », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-2 | 2007, mis en ligne le 10 mars 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/500

Haut de page

Auteur

Felice Dassetto

Université catholique de Louvain (ANSO)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org