Navigation – Plan du site

Trois thèses en guise de contribution à une sociologie de la globalisation

Three Theses Contributing to a Sociology of Globalization
Bernard Francq et Geoffrey Pleyers
p. 1-11

Résumés

Mouvement, concept, processus, phénomène… l’altermondialisme cumule les modes de lecture et les investigations. Les auteurs, après avoir situé brièvement les lignes de partage des contributions réunies dans ce numéro, reviennent sur les différentes approches développées depuis 2002 par des numéros spéciaux de revues. C’est l’occasion pour eux de mettre en évidence trois thèses qui constituent autant d’interrogations sur les épreuves subjectives, l’importance de l’interconnectivité et la nature du mouvement altermondialiste.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Des chercheurs du Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS, École des hautes études (...)

1Comment appréhender aujourd’hui les rapports existant entre un mouvement (l’altermondialisme), un concept (la société civile mondiale) et un phénomène historique comme la mondialisation ? Les contributions réunies dans cette livraison tentent de répondre à cette question. L’état des lieux que nous présentons ne relève ni du compte rendu ni du comptage des multiples facettes d’un mouvement ou d’un phénomène ; il s’agit de chercher à voir comment la sociologie, voire les sciences politiques, sont interpellées par la globalisation et ce dans le cadre d’une recherche européenne portant sur les dimensions de l’altermondialisme1. D’emblée, deux lignes de force traversent les contributions réunies. La première est centrée sur la manière dont la globalisation interpelle la sociologie (D. Martuccelli, A. Farro, K. McDonald). La seconde envisage les modalités d’un autre monde politique possible à partir de ce que certains nomment un peu facilement une utopie : l’émergence d’une société civile mondialisée, réticulaire ou non (D. Held, M. Kaldor, I. Ferreras, J. Juris). Pour mieux percevoir ce que nous avons cherché à composer ici, il n’est pas inutile de faire un travail de balisage par rapport à quelques publications marquantes, notamment dans le champ des revues, afin de prendre nos marques en énonçant un certain nombre de thèses qui ouvrent le débat.

I. Un autre monde possible…

2Cette expression est devenue la bannière d’un mouvement qui a voulu quitter les terres de la négativité (anti-global ou no global) pour mettre en avant son apport alternatif (alter-global) à la construction du monde. En 2003, M. Wieviorka rappelait que le point de vue de la recherche devait prendre distance par rapport à l’unité postulée d’un mouvement comme l’altermondialisme ; il affirmait qu’il ne s’agissait pas non plus « d’être aveugles à des tendances plutôt sombres en son sein » (Wieviorka, 2003 :8). Si cette posture est présente tout au long des contributions réunies ici, avec des intensités différentes que le lecteur percevra aisément, il n’en reste pas moins que la connaissance de la mondialisation et du mouvement anti- ou altermondialiste occupe le devant de la scène éditoriale et politique.

3Disons d’emblée que notre volonté n’était pas de faire un numéro rassemblant des points de vue relatifs à la mondialisation, à la globalisation ou aux composantes du mouvement dans ses variantes oppositionnelles ou plurielles. On ne compte plus les livres, les numéros spéciaux de revues consacrés aux enjeux, aux problèmes, aux errements, aux apports… de ce que certains appellent la “mouvance” de la globalisation. A cela il faut ajouter que dans les programmes des départements de sociologie, depuis une dizaine d’années, la sociologie de la mondialisation a pris une place non négligeable dans l’enseignement de la discipline et dans le regroupement de chercheurs qui, au-delà de la géopolitique, du développement, de la sociologie historique, s’interrogent sur ce qui fait sens aujourd’hui dans cette mouvance.

4Il n’est pas inutile de parcourir brièvement, de manière non exhaustive, l’apport d’un certain nombre de revues francophones qui constituent des balises pour ceux qui considèrent la mondialo-globalisation comme l’affaire du 21e siècle. Pour ce faire, repartons, chronologiquement, de ce qui fut une des grands-messes universitaires que la Faculté des sciences économiques, sociales et politiques de l’Université catholique de Louvain organisa en 2001 sous le titre fastueux Les défis de la globalisation. Babel ou Pentecôte ? Ce colloque réunissait tout ce qui, de près ou de loin, manifestait une volonté de communiquer sur le sujet. Il n’est pas sans intérêt de rappeler les contours de cette opération qui visait à mettre à plat une mondialisation encore qualifiée de “concept à la mode” ; une telle démarche nécessitait un travail de clarification et de distinction par rapport à la notion de globalisation. Celle-ci finit d’ailleurs par l’emporter, comme le titre de la publication qui s’en suivit l’atteste.

5Comment le monde universitaire louvaniste s’organisa-t-il pour appréhender ce que recouvrait ce changement mondial qui déniait la fin de l’Histoire ? Il publia un inventaire impressionnant (730 pages, quelques trente contributions), assez révélateur de la façon dont, académiquement et interdisciplinairement, il pouvait se saisir des facettes de ce changement. Cinq thèmes étaient abordés (la concurrence mise au service du développement mondial ; dysfonctionnements et fragmentation dans le développement ; dialectique entre global et local ; divers champs de la mondialisation : économico-managérial, culturel et politique ; l’éthique comme base pour des alternatives) sous le triple registre des opportunités, des menaces et des voies d’action possibles soulevées par la globalisation. La conclusion de l’ouvrage énumérait un certain nombre de questions tournant autour du constat de l’unité et de la diversité généré par les effets perceptibles des processus de globalisation : si un autre monde est possible, quel en serait l’impact sur l’extension spatio-temporelle mondiale, sur la survie des États-nations, sur la répartition et la production en tant qu’indices du différentiel de pouvoir ? Que choisir entre le fait d’admettre que l’évolution semble inéluctable et les multiples résistances à l’échelle tant locale que globale ? Comment imaginer une architecture nouvelle de la gouvernance mondiale et à partir de quelles réformes ? Quel rôle joue l’internet comme possibilité du développement de la diversité culturelle ou comme menace d’homogénéisation culturelle ? Est-il possible d’envisager une éthique globale, des valeurs et des finalités internationales ?

II. Les composantes d’un mouvement : un questionnement récurrent

6Ces différentes questions n’ont pas cessé d’animer un débat dont les observateurs ont presque tous souligné qu’il avait été porté et développé par le mouvement altermondialiste. Depuis le colloque de 2001 organisé à Louvain-la-Neuve, nous pouvons recenser un ensemble de contributions qui égrènent les dimensions de ce débat. De la Revue du Mauss qui, dès 2002, pointait la question de la nature d’une mondialisation autre que néolibérale, à Manière de voir, dont la dernière parution en 2007 est consacrée aux Dossiers de la mondialisation, les investigations ont porté de manière cumulative, successive et récurrente à la fois sur le phénomène globalisation et sur le mouvement altermondialiste.

7En 2002 et 2003, deux numéros de la Revue du Mauss (20, Quelle autre mondialisation ? et 21, L’alteréconomie) ouvraient avec beaucoup d’à-propos, sous la plume d’A. Caillé, un questionnement relatif à ce qui « dans le discours de contestation de la globalisation relève de la nostalgie impuissante ou de l’utopisme stérile ? ». La parole était donnée aux deux camps (les partisans et les critiques) afin de voir « comment ils jugent d’articuler le possible et le souhaitable » par rapport à la mondialisation effective et à son alternative (Caillé, 2002 :6). Cette alternative était notamment économique, puisque le n° 21 de la revue a voulu répondre à l’épineuse question de savoir si un autre monde était possible sans une autre économie. Les réponses n’allaient pas de soi entre les trois pistes répertoriées : l’économie informelle, le tiers secteur et l’économie solidaire. En 2003, la revue Mouvements présentait un dossier (Seattle, Florence, Porto Alegre : l’autre mondialisation) qui s’ouvrait sur un constat : l’émergence, sur la scène mondiale, d’un nouvel acteur modifiant « l’axe de gravité du débat politique dans de nombreux pays en contraignant les partis et les associations à discuter des thèmes et des propositions qu’il agite » (Mouvements, 2003 :5). Les coordinateurs du numéro soulignaient qu’ils avaient « voulu concentrer [leur] attention sur le mouvement lui-même, ses composantes, ses perspectives, ses débats fondamentaux, ses cultures politiques » (Op. cit. :7).

8Arrêtons-nous sur les contours de ce numéro dans la mesure où il définit au moins quatre enjeux qui constituent des routines du débat relatif au sens du mouvement altermondialiste. Le premier enjeu porte sur la dénomination du mouvement (passage de anti- à alter-). Le deuxième a trait à une nouvelle culture politique qui se cherche et se forme. Le troisième concerne la composition du mouvement, « à la fois en termes des courants politico-culturels qui s’y investissent et des expériences et des pratiques qui y sont représentées » (Op. cit. :9). Le quatrième soulève le problème des modes de gestion des discussions à l’intérieur du mouvement : faut-il privilégier des formes d’organisation souples ou d’autres conceptions, plus bureaucratiques ou autoritaires, caractéristiques des “internationales classiques”. Outre ces enjeux, une interrogation est devenue lancinante : vers quelles convergences s’oriente un mouvement aussi varié, hybride voire disparate, caractérisé par des rassemblements (les forums sociaux mondiaux) qui drainent de plus en plus de monde… et de mondes différents.

9En 2004, trois numéros de revues ont abordé, selon des approches diverses, ce que N. Mayer et J. Siméant nomment dans la Revue française de science politique (volume 54, n° 3) « L’espace de l’altermondialisme ». Autour du thème Les ong face aux mouvements altermondialistes, la volonté était de croiser « deux approches généralement séparées, la sociologie des mouvements sociaux et celle des relations internationales » (Mayer/Siméant, 2004 :373). Ce numéro a été parfaitement complété par la livraison 68 de la revue Politix. On y trouve de longues contributions consacrées aux militants de l’altermondialisme. Les auteurs y prennent une forte distance critique par rapport à la « nouveauté » du mouvement et cherchent à traiter « la question des conditions de convergence et de rapprochement de traditions si variées en partant d’une sociologie des militants qui s’y engagent » (Politix, 2004 :9). Il y est beaucoup question de l’altermondialisme en réseaux, voire de réseau de réseaux de militants.

  • 2 On notera la parution d’un guide critique de la pensée de quelques dix-huit intellectuels qui, de S (...)

10La même année, les Actes de la recherche en sciences sociales (n° 151-152) se sont interrogés sur les différentes figures intellectuelles néolibérales (courtiers internationaux, élites globales, auditeurs divers, mercenaires de l’impérialisme…) au travers d’une sociologie des intellectuels de la mondialisation, en l’occurrence ici de ses partisans2. La Revue Nouvelle n’a pas manqué d’apporter sa pierre à l’édifice en essayant d’identifier les frontières existant « entre position politique et analyse sociologique, d’une part, et entre militantisme tiers-mondiste des organisations non gouvernementales de développement et le mouvement altermondialiste, de l’autre » (Kwaschin, 2005 :22). La Revue du Mauss a prolongé son questionnement sur les déclinaisons du préfixe “alter” appliqué à la démocratie (participative, délibérative ou multitudinesque) et à l’économie, autour des thèmes d’une possible décroissance démocratique et d’une nécessaire redéfinition de la richesse (Revue du Mauss, 2005). I. Wallerstein ouvre le numéro avec un article intitulé Le Forum social mondial à la croisée des chemins et s’interroge sur l’avenir de ces rassemblements (Wallerstein, 2005 :33-40).

11Le mouvement s’essoufflerait-il au fil des forums sociaux mondiaux ? Souffrirait-il des pratiques multiples qui semblent poser de plus en plus de problèmes en termes d’orientation, de communication, d’organisation, d’élargissement et d’approfondissement de la “mouvance alter” ? Cette question a été soulevée en 2005 par la revue L’Économie politique dans un numéro intitulé L’altermondialisme a-t-il un avenir ? On y trouve un certain nombre de contributions qui proposent de mettre en perspective le devenir du mouvement, en répertoriant ses défis, mais aussi en identifiant certaines problématiques telles que le nécessaire renouvellement des forums sociaux, les pièges à éviter (limites de l’élargissement, impasses de l’approfondissement), les contradictions inhérentes aux trois composantes du mouvement (néomarxiste, nationale-républicaine, libertaire). Ces contradictions sont en effet à ce point hétérogènes que certains se demandent comment elles peuvent converger au-delà d’une dénonciation répétitive du capitalisme mondial.

12L’altermondialisme est entre deux pièges et si les incertitudes sont notables quant à son avenir, c’est parce que, pour E. Fougier, elles « proviennent en partie de la volonté des principaux mouvements d’éviter les travers passés, en particulier du mouvement communiste. Cela se traduit par un refus de structurer le mouvement et de le fermer, un refus de toute hiérarchie et de mouvements leaders, des divisons du passé, de tout engagement politique direct et a fortiori de toute forme d’accession violente au pouvoir » (Fougier, 2005 :66). Les apories générées par cette dimension postcommuniste feraient problème pour résoudre les pièges de l’élargissement et de l’approfondissement du mouvement.

  • 3 Pour être complet, cet « affrontement » est « celui du marché contre l’État, du secteur privé contr (...)
  • 4 Il serait notamment utile de s’intéresser à la production des différentes facettes de la société gl (...)

13Dernièrement, les Dossiers de la mondialisation publiés dans Manière de voir (janvier-février 2007) réaffirmaient que ce phénomène constitue « l’affrontement central de notre temps »3. Cette analyse, comme celles que nous avons évoquées dans ce tour d’horizon heuristique (certes incomplet4) des numéros spéciaux consacrés à l’altermondialisme, est révélatrice de ce qui constitue un travail de questionnement sur les dimensions du mouvement en tant que mouvement social, éventuellement nouveau, et sur son moteur : la recherche d’un autre monde possible.

14L’apport des contributions réunies dans cette livraison de Recherches sociologiques et anthropologiques prolonge ce travail tout en lui donnant une coloration spécifique. Les points saillants peuvent être présentés comme autant de thèses à mettre à l’épreuve dans les recherches menées avec les acteurs, partisans ou adversaires, de la mondialisation pour cerner les enjeux qui traversent aujourd’hui les débats, et surtout les pratiques de la construction d’un autre monde possible. Ce sont les conditions nécessaires, mais non suffisantes, pour conforter une sociologie de la globalisation.

III. Trois thèses

A. Thèse 1

15La globalisation a un effet majeur sur la sociologie dans la mesure où elle interpelle cette dernière quant à la manière de rendre compte de la construction du monde et de l’individu. Cette interpellation, qui s’inscrit dans la poursuite du projet sociologique défini par C. W. Mills, comporte trois exigences : la nécessité d’une sociologie des épreuves, le dépassement d’une approche limitée à l’explication de l’émergence de mouvements sociaux à partir de la mobilisation des ressources, une prise de distance critique par rapport à une conception sui generis de l’autonomie de l’acteur.

16Dans L’imagination sociologique, C. W. Mills définissait le programme majeur de la sociologie comme étant la nécessité de révéler des épreuves individuelles par rapport à des enjeux collectifs (Mills, 1967). Alors que la globalisation démultiplie les tensions dans les sphères économique, sociale, politique, culturelle (par exemple quant à la manière de vivre la complexité du monde entre le Nord et le Sud, ou comme condensation d’inégalités injustes), les épreuves individuelles se multiplient aussi. Ces dernières ne peuvent se réduire à la seule mobilisation de ressources ni à une autonomie qui limiterait l’acteur social ou le sujet à n’être que son propre point de référence.

17Une sociologie des épreuves subjectives permet de rendre compte de la multiplicité des tensions que soulèvent la globalisation et le processus d’individuation. Les épreuves subjectives envisagent la manière dont les individus sont produits et se produisent (D. Martuccelli). Par épreuves subjectives, il faut entendre « des défis divers, socialement produits, inégalement distribués, que les individus sont contraints d’affronter. Et comme c’est le cas lors de toute épreuve, les individus peuvent, en se mesurant à elles, “réussir” ou “échouer”. Les épreuves ne sont donc pas “indépendantes” des positions et des états, mais elles sont hétérogènes au sein d’une même position et d’états semblables. Multiples, elles expliquent les sentiments souvent ambivalents qu’ont les acteurs puisque ce qu’ils “gagnent” d’un côté, ils le “perdent” d’un autre. En tout cas, c’est par rapport à elles que bien de leurs caractéristiques sociales et individuelles (en termes de genre, d’âge, d’état de santé, de ressources matérielles) prennent sens. Jamais directement, mais toujours au travers de l’état social entourant l’individu. Le problème principal n’est pas dès lors essentiellement de quantifier les ressources disponibles par un individu mais de saisir en acte, c’est-à-dire au sein d’un état social, et en fonction du domaine abordé, les épreuves qu’il affronte effectivement » (Martuccelli, 2004 :307).

18En ce qui concerne la manière dont les individus vivent les tensions et les interdépendances qui qualifient la globalisation, si les épreuves subjectives dépassent le comptage des ressources, voire des capitaux, il faut étendre cette proposition à la façon dont il convient de saisir les mouvements sociaux. Ceux-ci ne peuvent être appréhendés uniquement par la mobilisation d’un ensemble de ressources dans une logique instrumentale. En effet, l’action de l’altermondialisme peut être lue plus finement, elle peut être appréhendée comme une tension entre un substrat culturel de résistance et d’affirmation subjective et la recherche d’une rationalisation politique des initiatives (A. Farro). L’attention portée au substrat culturel et aux flux de communication éclaire d’un regard nouveau les épreuves subjectives, qu’il s’agisse du rapport à l’Histoire (vivre dans un monde mondialisé), de la transformation vers un autre monde possible, de l’engagement dans une action locale et globale, ou de la recherche du rapport à un “Autre” multiple.

19Les épreuves subjectives, le sens de l’action des mouvements sociaux posent la question de l’intentionnalité des acteurs à travers les espaces d’expériences qu’ils construisent. Cette intentionnalité soulève la question de l’autonomie de l’individu (autonomie organisationnelle, délibérative, réticulaire, identitaire…). Un ensemble d’analyses privilégient une lecture du mouvement altermondialiste comme étant centré sur l’affirmation d’un “activisme autonome”, comme expérience publique de soi (K. McDonald). C’est oublier les désordres concrets qu’entraînent les actions et la vulnérabilité qu’elles engendrent. La métaphore des marionnettes développée par K. McDonald permet de souligner la dimension critique de l’expérience corporelle, et pas seulement rationnelle, de l’action. C’est à travers des formes d’expériences où l’autonomie se conjugue avec la vulnérabilité que les acteurs sociaux et culturels construisent (en tant qu’épreuve subjective) les rapports à l’autre comme condition de vie. Bref, un questionnement anthropologique sur la construction de soi est au cœur de l’engagement altermondialiste.

B. Thèse 2

20La globalisation réinterroge les fondements et les usages du politique tant dans l’épreuve de la transformation historique des institutions que dans celle des rapports à la technologie. Dans cette dernière perspective, Internet peut servir de support ou être constitutif d’une galaxie de réseaux.

21Dans un monde interconnecté, il est devenu impensable que chaque État résolve seul des défis mondiaux comme la préservation de l’humanité et de la planète ou la coordination des relations internationales (D. Held). Ce constat exige que l’on prenne en compte une autre vulnérabilité que celle rencontrée plus haut à propos de l’acteur. Il s’agit ici de prendre la mesure d’une vulnérabilité plus géopolitique, afin de repenser les problèmes relatifs à la solidarité, à la justice sociale, à la démocratie et à l’efficience politique à l’échelle d’une gouvernance mondiale centrée sur le fait de “rendre compte” (accountability). Une telle approche peut faire l’objet d’un programme de sécurité humaine ou encore d’une autre mondialisation, social-démocrate, qui replace la citoyenneté au cœur de la gouvernance ou d’un nouveau “contrat mondial”. Il s’agit d’une nouvelle manière (plus cosmopolite) de repenser des institutions politiques mondiales qui soient accessibles à l’ensemble des membres de la “communauté des égaux”.

22L’interconnectivité, la montée en puissance des interdépendances à l’échelle globale implique un travail réflexif sur le concept de société civile. Pour M. Kaldor, ce concept place l’acteur social au centre ; il est en effet défini comme un processus à travers lequel les acteurs négocient, débattent, luttent, sont capables d’agir publiquement, font pression pour l’émergence d’une société civile mondiale. Ce passage du concept au processus et à la forme politique permet alors d’envisager, de manière réaliste, une recomposition des rapports entre État, marché et société civile. Ceux-ci sont alors considérés comme des espaces interdépendants ayant leur place dans un système de gouvernance mondiale. Ce processus est à n’en pas douter l’un des enjeux du mouvement altermondialiste lorsqu’on envisage la possibilité d’une rencontre avec le mouvement syndical (I. Ferreras). En toile de fond, une telle rencontre serait aussi la rencontre de deux cultures associatives et mobilisatrices très différentes.

  • 5 « Le rôle effectif majeur d’Internet […] réside plutôt dans son adaptation spontanée aux fonctions (...)

23Internet est, par excellence, l’outil de l’interconnectivité. Il permet de faire de la politique autrement, en réunissant les conditions d’une convergence entre des réseaux de taille et d’importance inégales. Comme laboratoire (J. Juris), comme espace et flux de communication (A. Farro), la galaxie Internet serait le lieu où cette autre manière de faire de la politique viendrait compléter, voire renforcer les interactions en “face-à-face” où « tout n’est pas global mais rien n’est plus seulement local » (D. Martuccelli). Pour le moment, les pratiques au sein du mouvement altermondialiste soulignent l’opposition entre deux visions de la démocratie, l’une verticale et intégrée, l’autre horizontale et décentralisée. Les réseaux de toutes sortes y occuperaient une place centrale. Reste à voir ce qu’ils transportent et si, comme le souligne B. Latour, ils ne se cantonnent pas à être des « intermédiaires », soit « ce qui véhicule du sens ou de la force sans transformation » (Latour, 2006 :58). Le débat est d’autant plus ouvert que, comme le relève P. Rosanvallon, Internet n’est pas seulement un média (Rosanvallon, 2006) ; c’est aussi une forme sociale et une forme politique qui incarne aujourd’hui, comme composante de la contre-démocratie, une fonction de surveillance5. Nous permettrait-il également de reconstituer le rapport entre politique et société ou de créer du collectif, deux défis majeurs pour le mouvement altermondialiste ?

C. Thèse 3

24Comment appréhender aujourd’hui les rapports existant entre un mouvement (l’altermondialisme), un concept (la société civile mondiale) et un phénomène historique comme la mondialisation, nous demandions-nous au début de cette contribution. Certainement en sortant de la confusion qui peut exister entre type sociétal et mode de modernisation.

25A. Touraine rappelait qu’« en fait, nos sociétés doivent toujours être considérées de deux points de vue, recevoir deux définitions différentes. La première est que ces sociétés appartiennent à ce qu’on peut appeler un type sociétal, un type général d’organisation sociale. C’est ainsi que nous avons parlé de société industrielle et, avant, de société marchande, et que, depuis quelques années, nous nous habituons à parler de notre société d’information ou de communication. Nous acceptons tous que de tels types sociétaux soient définis à la fois par des forces de production et par des représentations générales de la vie sociale, une certaine conception du temps, de l’espace, etc., et aussi par des rapports et des conflits sociaux. […] Mais il existe une deuxième manière de définir nos sociétés. Non pas par le type auquel elles appartiennent, mais par leur mode de modernisation, leur mode de transformation et de changement historique. […] La société industrielle, ce n’est assurément pas la même chose que de parler de mode d’industrialisation. Une société est industrielle ; un processus d’industrialisation se fait sous la direction d’une bourgeoisie nationale ou étrangère ou d’un État national ou étranger. C’est dans cette perspective-là qu’on emploie des mots comme capitalisme, socialisme, dépendance, colonisation, etc. » (Touraine, 2002 :257). En ce qui concerne « l’altermondialisme », si « la globalisation correspond à un mode capitaliste extrême de modernisation, catégorie qui ne saurait être confondue avec un type de société, comme la société féodale ou la société industrielle » (Touraine, 2005 :46), elle se caractérise par le passage d’un mouvement qui se déclarait antiglobal à un mouvement altermondialiste, tout en soulignant la place centrale de ce dernier. Au fond, le sens principal de la globalisation réside dans le passage d’une période dominée par les problèmes structurels générés par un système socioéconomique à une époque où c’est le triomphe du capitalisme, et donc d’un certain mode de gestion du changement historique, de modernisation qui l’emporte.

IV. Conclusions

26Ces différentes thèses sont au cœur du travail de recherche entamé à l’échelle européenne par les chercheurs du cadis à partir de la question de la nature du mouvement, à la fois sociale, historique et culturelle. Cette question est plus essentielle que celles du repérage du “nouveau” ou de l’essoufflement d’un mouvement qui ne se réduit pas aux regroupements des forums sociaux mondiaux. C’est ici aussi que la trame se dessine entre une approche qui prend en compte les épreuves subjectives des individus par rapport à la globalisation, et une autre (conjointe), qui envisage les architectures multiples de la société civile mondiale, le monde des réseaux. Cette trame renvoie encore et toujours au projet sociologique de C. W. Mills : l’analyse conjuguée des épreuves individuelles et des enjeux collectifs qui permet de prendre la plus nette distance par rapport à une sociologie de l’ordre social.

Haut de page

Bibliographie

Caillé A., 2002, “Présentation”, Revue du Mauss, 20, pp. 5-21.

Collectif, 2006, La planète altermondialiste, Paris, Textuel.

Delcourt J., Woot de Ph., Dir., 2001, Les défis de la globalisation. Babel ou Pentecôte ?, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain.

Fougier E., 2005, “L’altermondialisme entre deux pièges”, L’Économie politique, 25, pp. 59-66.

Kwaschin J., 2005, “De l’altermondialisme en général et en particulier”, Revue Nouvelle, 4, pp. 22-24.

Latour B., 2006, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte.

Martuccelli D., 2004, “Pour une sociologie de l’individuation”, in Caradec V., Martuccelli D., Dir., Matériaux pour une sociologie de l’individu. Perspectives et débats, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, pp. 295-315.

Mayer N., Siméant J., 2004, “L’espace de l’altermondialisme”, Revue française de science politique, 54, 3, pp. 373-378.

Mills C.W., 1967, L’imagination sociologique, Paris, François Maspéro.

Ramonet I., 2007, “Le marché contre l’État”, Manières de voir - Le Monde diplomatique, 91, février-mars, pp. 4-5.

Rosanvallon P., 2006; La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Seuil.

Touraine A., 2002, “Passé et avenir du travail”, in Collectif, L’économie, le travail, l’entreprise, Paris, Poches Odile Jacob, Université de tous les savoirs 3, pp. 257-258.

Touraine A., 2005, Un nouveau paradigme. Pour comprendre le monde d’aujourd’hui, Paris, Fayard.

Wallerstein I., 2005, “Le forum social mondial à la croisée des chemins”, Revue du Mauss, 26, pp. 33-40.

Wieviorka M., Dir., 2003, Un autre monde… Contestations, dérives et surprises dans l’antimondialisation, Paris, Balland, Voix et Regards.

Dossiers de revues (par ordre chronologique)

“Quelle autre mondialisation ?”, Revue du Mauss, 20, 2002.

“L’alteréconomie. Quelle autre mondialisation ? (fin)”, Revue du Mauss, 21, 2003.

“Seattle, Florence, Porto Alegre : l’autre mondialisation”, Mouvements, 25, 2003.

“Les ong face aux mouvements altermondialistes”, Revue française de science politique, 54, 3, 2004.

“Sociologie de la mondialisation”, Actes de la recherche en sciences sociales, 151-152, 2004.

“Militants de l’altermondialisation”, Politix, 68, 2004.

“De l’altermondialisme en général et en particulier”, Revue Nouvelle, 4, 2005.

“L’altermondialisme a-t-il un avenir ?”, L’Économie politique, 25, 2005.

“Alterdémocratie, alteréconomie”, Revue du Mauss, 26, 2005.

“Les dossiers de la mondialisation”, Manière de voir – Le monde diplomatique, 91, 2007.

Haut de page

Notes

1 Des chercheurs du Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS, École des hautes études en sciences sociales, Paris) se sont associés pour mener une recherche sur le sens de l’engagement altermondialiste aujourd’hui en Italie, en Grande-Bretagne, en Espagne, en France et en Belgique. Un des objectifs est de comparer les revendications, les mobilisations altermondialistes, les vécus et les modes d’engagement.

2 On notera la parution d’un guide critique de la pensée de quelques dix-huit intellectuels qui, de Samir Amin à Immanuel Wallerstein en passant par Pierre Bourdieu, John Holloway, le Sous-commandant Marcos et Joseph Stiglitz, constitueraient la “galaxie alter”, (Collectif, 2006).

3 Pour être complet, cet « affrontement » est « celui du marché contre l’État, du secteur privé contre les services publics, de l’individu contre la collectivité, des égoïsmes contre les solidarités » (Ramonet I., 2007 :4).

4 Il serait notamment utile de s’intéresser à la production des différentes facettes de la société globale à travers une analyse de la revue Multitudes (animée par Toni Negri et Yann Moulier-Boutang). Ceci exigerait la rédaction d’un article à part entière.

5 « Le rôle effectif majeur d’Internet […] réside plutôt dans son adaptation spontanée aux fonctions de vigilance, de dénonciation et de notation. Mieux, Internet est l’expression réalisée de ces pouvoirs » (Rosanvallon P., 2006 :75).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Francq et Geoffrey Pleyers, « Trois thèses en guise de contribution à une sociologie de la globalisation », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-1 | 2007, 1-11.

Référence électronique

Bernard Francq et Geoffrey Pleyers, « Trois thèses en guise de contribution à une sociologie de la globalisation », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-1 | 2007, mis en ligne le 09 mars 2011, consulté le 22 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/505 ; DOI : 10.4000/rsa.505

Haut de page

Auteurs

Bernard Francq

Professeur, Unité d’anthropologie et de sociologie, Université de Louvain, Louvain-la-Neuve ; chercheur au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS), EHESS, Paris.

Articles du même auteur

Geoffrey Pleyers

Chargé de recherche FNRS auprès de l’Université de Louvain ; chercheur au centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS), EHESS, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org