Navigation – Plan du site
À propos de livres

Aït Abdelmalek Ali, Territoire et profession. Essai sociologique sur les formes de construction des iden­tités modernes

Paris, eme, Proximité-Sociologie, 2005, 261p.
Jean-Alain Goudiaby
p. 192-193

Texte intégral

1Si la question identitaire demeure par principe une des préoccupations les plus an­ciennes des sciences sociales, l’approche proposée ici par Ali Aït Abdelmalek est par­ticulièrement originale, en cela qu’il aborde la construction des identités nouvelles au travers des facettes du territoire et de la profession.

2On sait l’importance des activités professionnelles dans la formation des identités, qu’il s’agisse de la représentation ou de la construction de soi et des autres. On sait également le rôle du territoire dans ces processus. Mais, en croisant la dimension ter­ritoriale (horizontale) et la dimension professionnelle (verticale), on découvre com­ment l’une et l’autre interagissent pour composer une nouvelle identité individuelle et collective. L’identité est, pour l’A., ce dans quoi je me reconnais et dans quoi les au­tres me reconnaissent. Cette production des identités individuelles et collectives est analysée à partir d’un travail de terrain portant sur 29 exploitations agricoles de 3 can­tons du Pays du Redon en Bretagne. En effet, la profession agricole est confrontée à un double changement, sectoriel et territorial. Trois groupes de chefs d’exploitation sont identifiés : les paysans nationaux, les agriculteurs et les entrepreneurs européens. Cette différenciation se base sur le rapport différencié qu’entretient chaque groupe avec la profession et le territoire.

3Deux orientations ont guidé ce travail. D’une part, la volonté de lier une sociologie du travail agraire et une sociologie de la socialisation et, d’autre part, la nécessité de comprendre les mutations de la société française à travers des individus et des sujets territorialisés. De ce fait, ce qui reconfigure la profession agricole et crée un nouveau rapport au territoire, ce sont les différentes prescriptions planifiées de l’État français et de l’Union européenne. Dès lors, entre en jeu le positionnement des médiateurs dans la mise en œuvre des politiques édictées. L’A. identifie trois types de médiateurs : les professionnels, les élites administratives et les élus. La tâche essentielle de chaque médiateur serait « d’aider les acteurs à tirer le meilleur profit de leur compétence, de leur situation, de leur connaissance avec la meilleure efficacité possible ». Des diffé­rentes médiations peuvent naître des tensions.

4Aït Abdelmalek, nous montre combien les paysans sont restés attachés au territoire local (village, terroir ou “pays”) tandis que les chefs d’entreprise agricole sont plutôt pluriterritoriaux. Ce qui est mis en cause, ce sont les lieux primaires de socialisation. De là, la position occupée dans la division du travail et dans le rapport à l’État laisse une nouvelle autonomie aux individus dans la construction de leur identité. L’identité elle-même ne saurait être une valeur donnée une fois pour toutes. Elle est en construc­tion et renferme une dimension publique non négligeable. L’étendue des lieux de défi­nition des identités devient une variable à prendre en compte. Il est donc évident pour Aït Abdelmalek que l’agglomération devient un niveau territorial pertinent où se défi­nissent les identités. Toutefois, le territoire n’épuise pas, à lui seul, la définition de soi et des autres. À cette dimension, il faut ajouter celle qui relève de la profession. Il y aurait donc une agrégation entre le territoire et la profession dans la construction des identités modernes. Telle est la thèse défendue ici par l’A.

5À la lecture de cet ouvrage, on peut relever une mobilisation importante d’une litté­rature sur les différentes problématiques abordées (par exemple les travaux sur les campagnes françaises, sur les identités ou encore sur les institutions). Il est important de noter une approche plurielle des notions ou concepts, la notion d’identité par exem­ple. Cette démarche renforce la clarté des propos et les situe dans un contexte théo­rique défini. Il y a là un effort constant de définition des concepts, des réalités étu­diées. Les hypothèses tout au long des chapitres permettent de ne pas perdre le fil de la démons­tration et de l’argumentaire.

6En somme, l’ouvrage de Aït Abdelmalek est à bien des égards intéressant et met en évidence des processus de définition des identités, notamment dans la profession agri­cole. Bien que cette étude soit faite au niveau d’exploitants agricoles en Bretagne, elle questionne la territorialité des professions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Alain Goudiaby, « Aït Abdelmalek Ali, Territoire et profession. Essai sociologique sur les formes de construction des iden­tités modernes », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-1 | 2007, 192-193.

Référence électronique

Jean-Alain Goudiaby, « Aït Abdelmalek Ali, Territoire et profession. Essai sociologique sur les formes de construction des iden­tités modernes », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-1 | 2007, mis en ligne le 10 mars 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/532

Haut de page

Auteur

Jean-Alain Goudiaby

CNRS, Université de Toulouse le Mirai

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org