Navigation – Plan du site
À propos de livres

Ferréol Gilles, Dir., La parole en sociologie. Recherches et débats

Poitiers, Éditions de la mshs, 2006, 228p.
Yves Jean Belœil-Benoist
p. 199-200

Texte intégral

1La rareté même de ce type de publication en fait sa richesse et son originalité : une douzaine d’articles de jeunes docteurs en sociologie ou d’actuels doctorants. Un moyen de valoriser d’une part, par la reconnaissance que constitue le fait d’être publié, le travail accompli par des étudiants, et, d’autre part, un moyen privilégié de rendre publiques des voies (et des… voix) originales de recherche. C’est aussi un acte de confiance envers des étudiants et leurs capacités à mener des investigations solides.

2En effet, ce livre rassemble les actes du séminaire doctoral “La parole, le parlé, le parlant” et de la Journée d’études “Contextes sociaux et usages de la parole”. Avec l’aide de Julien Bernard, doctorant en sociologie, patronné par la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS) et le laboratoire de recherche Identité et Connaissance des Territoires et Environnements en Mutation (ICoTEM) de l’université de Poitiers, Gilles Ferréol a dirigé les réflexions sur les enjeux de la parole en vue de la compréhension des faits sociaux.

3L’intérêt de ce volume est de mettre d’abord en exergue les liens entre oralité et écrit dans une recherche méthodologique et épistémologique en sociologie (ce qui n’est pas sans rappeler les derniers écrits sur La Mémoire, l’histoire, l’oubli de Paul Ricœur). Aujourd’hui plus qu’hier, la seule attention est portée au travail de l’écriture ; or, cette dernière n’est que la phase ultime d’une enquête, d’un protocole, où, le plus souvent, a été privilégié le travail de l’oralité. Dès lors, comment retranscrire, écrire, ré-écrire, les effets de la parole ? Comment faire mémoire des mots entendus en pas­sant d’un langage oral à un langage écrit ? Comment donner du sens à une élocution, un accent, une hésitation ? La compréhension des faits sociaux ne peut plus négliger cette dimension, que ce soit avec les non-dits en milieu carcéral, les silences dans les milieux professionnels (« Je n’ai rien dit de tel, je l’ai pensé… »), la difficulté des usa­ges (notamment celui « des notions de sale et de propre »), la relativité de tout témoi­gnage autobiographique (où le choix des mots n’est jamais neutre même s’il peut être inconscient) et, sans oublier, que toute parole est représentation, mise en scène, dans une objectivation complexe des transcriptions dans la mesure où, en plus, une distance inévitable s’instaure entre émetteur et auditeur (cas des rapports de domination, étu­diés, dans ce volume, au cœur de la société wolof). Tous les aspects ont une prégnance à considérer, qu’ils soient sémantique, sémiologique, syntaxique, lexical ou, simple­ment pragmatique ; réception d’un message, contexte d’énonciation, intention du lo­cuteur ne sont jamais sans valeur.

4Si ces études invitent à la plus grande vigilance axiologique sur les “cris” de la so­ciété, à une authentique attitude d’écoute — instant délibéré d’identification momen­tanée à la personne —, c’est bien, au fond, du lien social qu’il s’agit ; ce lien, si cher aux sociologues, se forge, se modifie, s’amplifie, se métamorphose, se rompt parfois, suivant des modalités précises où la parole n’est pas plus neutre que “le regard de l’autre”. La parole a un pouvoir dans tout processus de structuration sociale, en pas­sant par la construction en acte des objets socialement, sociologiquement, signifiants, dans un espace référentiel.

5Cette publication est donc la manifestation d’un souci d’objectiver ce qu’apporte la définition de la parole à la connaissance sociologique. Sans aucun doute, il y a dans ces pages quelque chose d’essentiel.

6Les derniers articles constituent une riche ouverture sur “oralité et littérature” ; l’étude de la parole chez George Orwell, les références à Louis Ferdinand Céline, à Raymond Queneau ou à James Joyce laissent à l’esprit la trace d’un enjeu puissant – « Si le parlé était écrit… » – pour une meilleure compréhension fondamentale de la société… et des autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Jean Belœil-Benoist, « Ferréol Gilles, Dir., La parole en sociologie. Recherches et débats », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-1 | 2007, 199-200.

Référence électronique

Yves Jean Belœil-Benoist, « Ferréol Gilles, Dir., La parole en sociologie. Recherches et débats », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-1 | 2007, mis en ligne le 10 mars 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/538

Haut de page

Auteur

Yves Jean Belœil-Benoist

CPGE Lycée Vial, académie de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org