Navigation – Plan du site
À propos de livres

Thelen Lionel, L’exil de soi. Sans-abri d’ici et d’ailleurs

Bruxelles, Publication des Facultés universitaires Saint-Louis, 2006, 316p.
Jean-Louis Siroux
p. 207-209

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, issu de sa thèse de doctorat, l’A. propose une analyse des con­ditions d’existence des sans-abri de long terme au sein de trois pays européens (Belgique, France, Portugal). Il ambitionne de la sorte à la fois de dégager les par­ticularités de chaque cadre national (notamment en ce qui concerne les structures d’ac­cueil), mais il vise aussi et surtout à mettre en exergue certains invariants, inhérents à la nécessaire adaptation au monde de la rue. Dans ce sens, l’objectif majeur de son tra­vail consiste bien à rendre compte de ce processus de désocialisation qui résulte d’une transformation progressive du rapport à soi (à son corps, à l’estime de soi, etc.) et aux autres (le peu de contact entre sans-abri, les rapports bien souvent teintés de méfiance ou de dévalorisation avec le monde extérieur, l’installation dans le flou et le provi­soire, peu propices à l’établissement de liens sociaux durables, etc.). Transformations que l’A. examine au moyen des concepts d’ “exil de soi” et de “déni des autres”.

2L’un des intérêts de l’ouvrage réside dans la pluralité des approches méthodo­logiques adoptées par l’A. pour aborder un sujet particulièrement sensible. Lors de ses différents “terrains”, Thelen privilégie alternativement la casquette du chercheur (dans le cadre d’entretiens avec des responsables associatifs notamment), du bénévole (distributeur de soupe populaire, accompagnateur d’une éducatrice de rue de nuit, etc.) ou du sans-abri lorsque, comme à Paris et Lisbonne, il partage pendant plusieurs mois la vie quotidienne de sans-abri sans dévoiler son identité professionnelle. « Tout en sachant qu’il me serait impossible de ressentir ce que peut éprouver une personne réellement sans toit stable, il me fallait intégrer — de la façon se voulant la plus pro­che des conditions de vie à la rue — le choc que pouvait représenter le fait de se re­trouver sur le trottoir pour le sans-abri ‘novice’«  (p.35). Anticipant les réserves et les critiques récurrentes face à ce type d’intervention, il consacre d’ailleurs un chapitre méthodologique à défendre la pertinence d’une telle approche pour la compréhension en profondeur des caractéristiques d’un mode de vie qui s’ancre souvent dans le “non-dit” et dans des logiques pratiques difficiles à approcher autrement que par l’expé­rience directe. Les journées rythmées par les heures d’attentes ou les heures de som­meil saccadées, l’absence d’intimité dans un univers où se confondent espace privé et public, l’humiliation ressentie lorsqu’une responsable des structures d’accueil se pré­sente à vous munie de gants de latex et d’un masque blanc de type chirurgical, cons­tituent autant d’expériences pratiques parfois difficilement verbalisables dans le cadre d’entretiens traditionnels. Ainsi, au risque de voir l’acteur présenter une vision offi­cielle de lui-même ajustée aux attentes de son interlocuteur ou, plus prosaïquement, de le voir revisiter ou passer sous silence certains pans de son existence pour rendre un peu plus supportable sa situation actuelle, se juxtapose surtout le fait que toute expérience ne se traduit pas spontanément dans le discours. Dans cette perspective, les données micro- et macrosociales, issues d’observations ou de l’expérience directe se complètent utilement et leur croisement apporte un certain équilibre à l’analyse.

3Trois chapitres sont consacrés à l’analyse des données empiriques, chaque cadre national faisant l’objet d’un chapitre spécifique. Si chacun d’entre eux présente bien entendu des caractéristiques qui lui sont propres, l’A. vise surtout, à travers la des­cription de la dureté du quotidien des sans-abri (et des stratégies destinées à y faire face), à montrer la progressive constitution de ce qu’il qualifie d’ « habitus de survie ». La protection de soi par l’intermédiaire d’un certain mutisme, la transformation radi­cale du rapport à l’ « à venir » (Bourdieu) ou l’adaptation aux conditions de vie qui ont cours dans les structures d’accueil constituent quelques facteurs qui participent à l’émergence de cet “habitus de survie”. Le chapitre parisien est ainsi principalement axé autour de la description (et de la dénonciation) de l’une de ces structures, le chapsa. La description “de l’intérieur” (l’A. y étant entré en tant que sans-abri) des conditions de vie qui y règnent (insécurité, insalubrité, petites et grandes humiliations) est assez édifiante et justifie à elle seule la lecture de l’ouvrage.

4Il faut noter enfin que la pluralité des référents ne se manifeste pas seulement d’un point de vue méthodologique, mais aussi sous l’angle théorique et disciplinaire. Par des incursions chez Goffman, Bourdieu, Turner ou Foucault, l’A. revisite en effet tou­te une série de grands concepts sociologiques (le “cadre”, l’ “habitus”, le “souci de soi”) qu’il confronte à ses observations empiriques. L’exercice est intéressant et pour­rait toucher de près aux préoccupations de chercheurs travaillant sur des probléma­tiques connexes. De même, d’un point de vue disciplinaire, c’est à la fois la sociologie, l’anthropologie, la psychologie, voire même la neurophysiologie qui sont convoquées lors de l’élaboration du cadre théorique. Cette diversité témoigne de la richesse de l’entreprise mais en souligne peut-être aussi les limites. La démarche est par moment clairement exploratoire et s’expose inévitablement à certaines critiques. On pourrait regretter, par exemple, que l’insistance sur des facteurs psychologiques au détriment de facteurs plus macrosociaux (les politiques sociales sont peu évoquées) puisse entraîner une lecture en terme de psychologisation des trajectoires sociales des sans-abri, négligeant de la sorte les facteurs politiques qui les gouvernent en amont. Et ce d’autant plus que l’on devine, à lire la critique que propose l’A. des analyses de Patrick Declerck (auquel il reproche, notamment, de médicaliser la question, con­tribuant ainsi à dédouaner les pouvoirs publics de leurs responsabilités), que telle n’est probablement pas son intention. Il est d’ailleurs tout à son honneur, en optant pour une approche théorique qui assume le risque d’enjamber les cloisons entre disciplines et sous-disciplines, de susciter quelques réserves et d’ouvrir ainsi le débat. Et cela l’est d’autant plus face à un sujet aussi sensible que celui-ci. Il n’est en effet jamais aisé, pour aucun chercheur, d’évoquer les conditions d’existence et le mode de vie des do­minés du monde social, en évitant tout à la fois les écueils du misérabilisme et du po­pulisme. À ce titre, la lecture de l’ouvrage de Thelen se révèle particulièrement stimulante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Siroux, « Thelen Lionel, L’exil de soi. Sans-abri d’ici et d’ailleurs », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-1 | 2007, 207-209.

Référence électronique

Jean-Louis Siroux, « Thelen Lionel, L’exil de soi. Sans-abri d’ici et d’ailleurs », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-1 | 2007, mis en ligne le 10 mars 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rsa.revues.org/546

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Siroux

Université catholique de Louvain, ANSO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org