Navigation – Plan du site

La fonction prénominale

The Prenominal Function
Colette Méchin
p. 165-180

Résumés

Dans la société française actuelle, le choix du prénom est l’objet d’une quête de sens et d’une stratégie d’élaboration importantes. Une enquête auprès des acteurs de cet acte essentiel permet 1) de revisiter un des lieux communs les mieux établis concernant l’adoption conformiste de “noms à la mode”, 2) de met­tre au jour à travers les récits circonstanciés des témoignages recueillis le processus complexe en action dans la nomination, 3) de s’interroger sur l’évolution du choix du prénom par abandon du vieux code de reconduction des prénoms traditionnels.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1 Le rôle des médias sera analysé dans un ouvrage de l’auteur à paraître : Le prénom mode d’emploi.
  • 2 La bibliographie en ce domaine est immense mais elle ne concerne pas vraiment la perspective adopté (...)

1La loi de 1993 qui, en France, permet aux parents de nommer à leur convenance leurs enfants, génère régulièrement un certain nombre de craintes relatives à ceux qui, pense t-on, choisissent sans discernement un prénom. Parmi les nombreux avatars de cette croyance, on retiendra la curiosité qui suit 1. En juin 1998, la finale de la Coupe du monde de football qui se tient à Paris voit triompher l’équipe de France. Le délire cocardier qui s’en suit aura, curieusement, des retombées dans le domaine de la préno­mination. Dans le Nouvel Observateur du 31 décembre 1998, on peut lire un article intitulé : La foire aux prénoms. Le sous-titre annonce : Ni Trois-Zéro, ni Onélécham­pion, mais déjà des Zidane. Vient l’introduction : « Depuis 1993, tout est permis ou presque en matière de noms pour nos chérubins. C’est ainsi qu’on découvre des Jospin et des Lambada, des Djonathane et des Channel… ». A vrai dire, l’idée d’un dé­voiement dans l’usage des prénoms n’est pas nouvelle. Lorsque l’usage du réemploi systématique de prénoms empruntés aux générations passées disparaît en France vers la fin du XIXe siècle, l’idée que ce choix relève désormais du hasard ou s’opère par mimétisme (en ce sens on incrimine “la mode”) s’impose comme lieu commun. Plus on avance dans le XXe siècle, plus est retenue comme règle explicative l’idée d’une fantaisie débridée ou d’une consommation, jugée servile et irresponsable, des prénoms des “héros” de l’actualité. Pour tenter de dépasser l’aspect stérilisant et quelque peu péjoratif d’une telle théorie, j’ai voulu, par une écoute attentive des différents protago­nistes, tenter de rendre compte de l’état d’esprit qui préside à la confection, au sens manufacturier du terme, du nom personnel dans une société singulière actuelle. Ma formation d’ethnologue m’a fait choisir une démarche qualitative qui prétend rendre compte d’un usage à la fois actuel (et moderne), fortement déterminé culturellement, qui met à contribution, sans que les enjeux en soient véritablement conscients, l’histoire personnelle des individus (mais en cela la nomination resterait du ressort de la psychologie 2 ) autant que le système de représentations en cours dans la société.

  • 3 Le moment choisi se situait la plupart du temps après la naissance, mais à plusieurs reprises, l’en (...)
  • 4 D. Combes et A.-M. Devreux notent : « Si les femmes sont systématiquement concernées par [la] ques­ (...)

2L’enquête a été réalisée de 1998 à 2003 avec l’aide d’étudiants de l’université Marc Bloch de Strasbourg, à partir d’un canevas de questions ouvertes modulable, dans une quarantaine de familles résidant en France (mais pas exclusivement en Alsace). La re­présentation statistique n’était pas prise en considération, puisque les démographes ont, dès longtemps, que l’on me pardonne l’expression, déblayé le terrain. Certains entre­tiens ont été réalisés avec de jeunes parents saisis au plus près du temps de la nais­sance 3 ; dans ce cas, il s’agissait le plus souvent de femmes que d’hommes, ceux-ci étant moins “disponibles” 4. L’enquête a également été menée auprès de grands-parents, d’adolescentes, de gens se considérant comme qualifiés pour énoncer un “discours-sur… ” (fonctionnaires de l'état civil, sages-femmes, enseignants).

3De nombreux récits ont ainsi été récoltés, enregistrés au magnétophone puis retrans­crits. Mais la démarche choisie ne se limitait pas à solliciter des explications fournies par les parents et les proches pour justifier du choix de tel ou tel prénom, elle entendait mettre au jour le processus complexe en action dans la nomination : ce qui met en scène l’histoire personnelle des père et mère, de leur famille respective et, bien en­tendu, de leur culture. Se sont ainsi révélés les goûts artistiques et littéraires de certains témoins (une chanson, le héros d’un roman, le nom d’un acteur), leurs rapports aux prénoms en général (ceux des autres, ceux de leurs animaux familiers… ) et au leur en particulier. L’hypothèse initiale de cette étude peut alors s’énoncer ainsi : plutôt que d’affirmer, comme le prétend la doxa, qu’à un moment donné l’engouement pour tel ou tel prénom est déterminé par l’air ambiant et que les gens décervelés sont “victimes” des modes, il convient de considérer qu’il existe dans une société donnée un consensus d’idées et d’usages tel que défini par Durkheim :

L’ensemble des croyances et des sentiments communs à la moyenne des membres d’une même société forme un système déterminé qui a sa vie pro­pre ; on peut l’appeler la conscience collective ou commune. […] Elle est indépendante des conditions particulières où les individus se trouvent placés […] Elle est la même au Nord et au Midi, dans les grandes villes et dans les petites, dans les différentes professions (Durkheim, 1967a :46).

II. Comment être unique sans être singulier ?

4L’analyse de Norbert Elias définit précisément le processus en œuvre dans l’acte de nomination tel qu’il fonctionne dans les sociétés modernes :

Il n’est indiscutablement jamais très facile de maintenir le juste équilibre entre la capacité d’être pareil aux autres dans ce que l’on fait ou ne fait pas, et la capacité de se montrer unique, entièrement différent des autres. […] Sous une forme ou sous une autre, l’effort pour parvenir à cet équi­libre implique un certain nombre de tensions caractéristiques. Mais de quelque façon qu’on les considère, ce ne sont pas des tensions entre les besoins naturels de l’ “individu” et les exigences antinaturelles d’une “société” qui lui serait extérieure, mais des tensions et des difficultés propres à l’individu qui sont liées au schéma spécifique des normes com­portementales de sa société (Elias, 1991 :196).

5En France, la tendance à l’individuation dans le choix des prénoms s’est trouvée ac­célérée par la modification, en 1993, de la loi sur l’état civil (article 57, modifié Cc) « qui institue la liberté complète de choix par les parents sous réserve d’un contrôle a posteriori résultant d’une faculté d’opposition ouverte au procureur de la République dans l’intérêt de l’enfant » (Granet, 1997 :24). Du coup, tout le monde est dans la capa­cité d’inventer ou de créer un prénom pour l’enfant à naître, en rapport avec une impli­cation parfois impérieuse du vécu des parents (le souvenir d’un ami, l’admiration d’une vedette, l’évocation d’un voyage, les origines lointaines d’un(e) aïeul(e)… ). Le système est, de longue date, actif en Europe, comme le met en scène un romancier suédois :

L’ami de Sidner s’appelait Splendid, du nom de l’hôtel de Karlstad où il avait été conçu la première nuit que ses futurs parents avaient passée en­semble. C’était un endroit chic, avec un ascenseur, comme sa maman ne manquait jamais de le raconter. Ils y avaient atterri par inadvertance puis­que la sœur, à qui ils devaient rendre visite pendant leur voyage de noces, s’était cassé la jambe et, pour l’heure, se trouvait à l’hôpital sans pouvoir communiquer avec l’entourage. Dix mois plus tard, le pasteur qui devait faire son office leur avait dit : ‘Je ne peux pas baptiser un enfant Splen­did’, mais ses parents avaient répondu : ‘C’est Splendid ou Rien’. Et de­vant cette alternative, il avait préféré céder (Tunström, 1999 :207).

6La tendance individualiste, en libérant le choix, oblige à chercher un équilibre, ex­plique un informateur : « Il faut un prénom original et en même temps pas trop ». Mais il est un autre écueil à éviter. Celui du prénom banal, celui que des dizaines d’autres (parfois dans un environnement immédiat), vont retenir, dans le même temps que vous. Pour y remédier plusieurs solutions sont envisagées : 1) exclure les prénoms qui ont été choisis récemment par l’entourage (parents, amis, voisins) ; 2) forger (bricoler serait plus approprié) un prénom extraordinaire ; 3) introduire la différenciation au sein de l’identique en jouant sur des variations graphiques (Cloé au lieu de Chloé, Mathieu au lieu de Matthieu, Margaux ou Margot, voire Margaud, Timothé au lieu de Timo­thée, etc.), sur l’orthographe étrangère des prénoms, ou en construisant des prénoms composés inhabituels (Marc-Alban, Diane-Laure, Charles-Antoine, Paul-Henri).

III. Fantaisie et individualité 

7Nos enquêtes révèlent que la loi adoptée en 1993 est souvent jugée “trop” permis­sive puisqu’elle institue une liberté de choix quasi totale pour les parents. Or, si le filt­rage officiel, en amont (au moment de l’enregistrement à l’état civil), a quasiment dis­paru, il réapparaît sournoisement en aval, dès la socialisation de l’enfant. A partir de la naissance, la confrontation au corpus des prénoms utilisés à un moment donné va s’effectuer, d’abord à la maternité, puis s’accentuer dans tous les lieux où va circuler l’enfant (crèche, halte-garderie, école, sans parler de la salle d’attente du pédiatre et, plus tard, des vestiaires des salles de sport, de l’espace de jeux des magasins et autres lieux fortuits de réunion). Pour les acteurs actuels, le choix du prénom doit jouer entre deux buttoirs invisibles mais cependant fort contraignants : d’une part l’individuation, où entrent les références à une ou, plus souvent, deux histoire(s) familiale(s), des sou­venirs personnels, voire la fantaisie de l’un ou de l’autre ; d’autre part le regard et le jugement portés par la société (d’abord la parenté et l’entourage puis, par cercles de plus en plus larges, le système sociétal auquel l’individu appartient). Ainsi la maman de Léoline explique : « On a voulu donner un prénom qui sorte à la fois des sentiers battus mais sans choquer, qui, à l’oreille, passe comme un autre prénom […] Léoline ça peut être la contraction de deux noms : Léopoldine et Caroline, Léon et Line… ». Mais la grande vertu de ce prénom inventé, dit cette maman, c’est « qu’il est unique mais qu’il sonne comme un prénom courant qui ne choque pas ». Certaines bandes des­sinées de Claire Brétecher proposent des variations tout à fait intéressantes sur ce thème. L’héroïne est la jeune Agrippine, lycéenne parisienne, plutôt à l’aise dans son époque. Parmi ses amies il y a, entre autres : Bergère (sa meilleure amie), Chrysalide, Mégère, Moonlight, Muflée, Rouge-Gorge. Côté garçon, on notera : Cumin, Elvis, Fenouil, Hernani, Melfrid, Modern (son amoureux en titre), Morose, Pilate, Transi, etc. On remarquera que, dans l’ensemble des prénoms de la classe d’âge d’Agrippine, plus personne ne porte de prénom conventionnel. Dans nos enquêtes, c’est pourtant l’unicité qui fait problème. Le critère du prénom déjà porté, du moment qu’il n’est pas “trop” utilisé, sert de caution en quelque sorte.

IV. L’effet Cunégonde…

  • 5 Vu, sur le parcours qu’empruntait en 2002 la course, écrit une douzaine de fois sur la route avec d (...)
  • 6 Il est trop tôt pour juger du nouveau scandale venu, dit-on, des États-Unis qui consiste à donner à (...)

8La crainte de tomber dans le ridicule affleure sans cesse dans les témoignages de ceux qui souhaitent sortir des chemins balisés des prénoms canoniques. Comment ne pas faire de son enfant la risée des cours de récréation par un choix trop singulier ? Une piste intéressante est donnée sur les prénoms improbables (importables à un mo­ment donné) lorsque les parents livrent de “faux” noms, par plaisanterie, aux curieux avant la naissance de l’enfant : « Cunégonde c’est un peu difficile à porter » dit le père de Martin. Il dit aussi : « Évidemment, il y avait des questions chaque semaine : ‘Alors vous avez décidé d’un prénom ?’ On disait : ‘Si c’est une fille, elle s’appellera Hilde­garde et si c’est un garçon, il s’appellera Dalbert… ’ Enfin bon, on éludait la question et on gardait vraiment le secret ». Certains héros modernes (internationaux) rendent certains prénoms proches, abordables en quelque sorte. Au hasard on peut citer ceux qui font rêver nos informateurs : Paprika Steen (vedette du film Festen primé à Cannes en 1998), Lance Amstrong, multi-vainqueur du Tour de France 5, Night Shyamalan, metteur en scène américain (Sixième Sens), Tiger Woods, champion international de golf... Il y a aussi ceux relevés dans les annonces des journaux : Bergamote, Cerise, Ca­pucine, Garance, Iroise… 6.

  • 7 Geoffroy/Geoffroy, 2000.
  • 8 Cependant nombreux sont ceux qui choisissent, dans la perspective d’une universalisation voulue, de (...)

9Certains prénoms sont jugés “monstrueux”. Ce sont ceux que l’Histoire ou l’actualité ont déqualifiés pour une durée indéterminée. C’est le cas de Adolphe sur le­quel, selon P. Besnard et G. Desplanques, pèse un véritable tabou à cause de Hitler. Grégory subit le même sort depuis “l’affaire Villemin” : l’assassinat d’un petit garçon en 1984 qui fit la “Une” de l’actualité pendant des années et qui reste inexpliqué à ce jour. En fait ces prénoms semblent avoir un pouvoir évocateur si puissant qu’aux yeux des parents plein de sollicitude, ils ne peuvent qu’attirer la foudre. Le jugement dépré­ciatif s’exerce aussi sur certains prénoms étrangers. C’est le cas des prénoms anglo-américains qui, pensent certains, sont vulgaires parce qu’ils sont empruntés à des sé­ries télévisées. C’est le cas aussi pour les prénoms qui sont mal prononcés (prononcés à la française) ou dont la proximité phonique en français est désastreuse : E. Geoffroy, auteur d’un ouvrage sur les prénoms arabes 7 en mentionne quelques-uns : « Il y a Nâsih par exemple (loyal), en français ça se prononce nazi… et Sirâj, c’est très beau en ara­be, ça veut dire le flambeau, le lumineux… en français c’est triste, ça fait cirage… et Sâdiq qui veut dire sincère, bon, c’est très beau, mais sadique en français… il faut y penser ! »(entretien personnel) 8. En fait, entre fantaisie et classicisme, le choix des nommeurs balance. Plus les contraintes héritées d’une société routinière s’estompent, plus s’accroît la crainte, avec la perte de sens des prénoms, d’hypothéquer l’avenir de la génération suivante par une conduite jugée irresponsable.

V. Les prénoms à la mode : une notion à revisiter

10Spontanément, tout le monde convient qu’il existe certainement des codes en ma­tière de nomination mais personne n’est en mesure d’en donner la clé. Magali recons­titue le parcours mental qui l’a amenée à appeler sa fille Océane :

Déjà parce que j’avais entendu, y a très longtemps ce prénom là, y a très, très longtemps, c’était très rare et aussi y avait un téléfilm à la télé sur Ca­nal J que mon mari aimait bien, c’était une jeune fille qui est mi-poisson mi-humain… Et bon, on a décidé Océane. Mais au départ elle aurait dû s’appeler Cheyenne… bon, moi je suis une fanatique des Indiens alors euh, j’adorais ce prénom… Y a une fille dans une série, Le Rebelle, qui s’appelle Cheyenne… Ce qu’il y a aussi c’est que mon mari et moi, on veut pas… enfin, moi je sais que je voulais pas de prénoms communs, très cou­rants que tout le monde entend… […] On a essayé de trouver le prénom très rare qu’on n’entend pas… comme Cheyenne, je veux dire : jamais per­sonne penserait appeler un enfant Cheyenne, surtout une fille… mais c’est vrai qu’on a changé d’avis à cause de mon beau-père. Faut dire que mon beau-père il fait aussi une collection d’Indiens [des statuettes, des as­siettes], c’est par rapport à moi, il en a même plus que moi maintenant et il disait : ‘oui c’est moi qui ai trouvé le prénom ! ’ et mon mari il a dit : ‘alors chaque fois qu’on ira chez mon père, il dira que c’est grâce à lui si elle s’appelle comme ça’, et ça, ça l’a énervé, alors il m’a dit : ‘on va pas l’ap­peler Cheyenne ! ’. Du coup, on en n’a parlé à personne, on s’était dit que de toute façon on dirait le prénom [Océane] quand elle serait née.

  • 9 Ce prénom est considéré comme “conformiste”, dès cette année là, dans l’étude de P. Besnard et G. D (...)

11On voit là, reconstitué peu de temps après la décision, ce qui justifie le choix de Magali : l’envie d’un prénom rare, le refus de l’accaparement par un tiers (qui plus est de la sphère des grands-parents) dudit “prénom rare” et l’intime conviction (même si elle est contredite par les données statistiques) 9 que le prénom enfin retenu est bien ex­ceptionnel. La suite du témoignage est éclairante : « par contre, on a des amis qui atten­dent une fille et ils n’ont pas trop de prénoms pour une fille et ils veulent l’appeler Océane… ». Ainsi, saisie sur le vif, voici la preuve qu’une fois le prénom donné, il de­vient la proie des imitateurs. La mésaventure du prénom qui “devient à la mode” aus­sitôt qu’il a été choisi, nous a été racontée tant de fois qu’il ne peut s’agir d’un simple mécanisme de défense. Chaque informateur est persuadé d’être la proie d’un “copieur” sans imagination, même si lui-même a choisi un prénom déjà entendu : une personne rencontrée autrefois, un beau bébé, etc. A travers les témoignages accumulés, une stra­tégie en deux temps se dessine où, à moins d’avoir inventé de toute pièce un nom, il y a, de la part des parents et sans qu’ils en aient pleine conscience, un double emprunt : le leur, qu’ils jugent naturel et celui des autres, qu’ils con­sidèrent comme abusif. Mais poursuivons. Vu de l’extérieur, il faut bien l’admettre, le paradoxe est grand : tout se passe comme si de futurs parents, en quête d’un prénom à donner à leur bébé, avaient la même idée au même moment. L’idée commune est de dire qu’un prénom est “dans l’air” à un moment donné ; la doxa a tôt fait de traduire cette situation paradoxale en l’intitulant “phénomène de mode”. Déjà, en 1895, Sim­mel affirmait que « toute forme de vie essentielle dans l’histoire de notre espèce montre dans son domaine une façon particulière de joindre l’intérêt pour la durée, l’unité, l’égalité, à l’intérêt pour le changement, la singularité, l’unicité ». Il pouvait alors dé­finir la mode comme :

Une imitation d’un modèle donné [qui] satisfait un besoin d’appui social. Elle mène l’individu dans la voie suivie par tous, elle indique une généra­lité qui réduit le comportement de chacun à un pur et simple exercice. Cela dit, elle satisfait tout autant le besoin de distinction, la tendance à la diffé­renciation, à la variété, à la démarcation. Et elle y parvient, d’un côté par le changement des contenus qui imprime à la mode d’aujourd’hui sa marque individuelle par rapport à celle d’hier et de demain, mais de l’autre, encore plus énergiquement, grâce au fait que les modes sont tou­jours des modes de classe, que celles de la couche supérieure se distin­guent de celles de la couche inférieure et se voient abandonnées par la pre­mière dès que la seconde commence à se les approprier (Simmel, 1988 :92).

12S’appuyant sur cette théorie, Philippe Besnard propose, en 1979, d’étudier par une démarche sociologique le nom individuel comme objet de mode :

Comme bien symbolique, le prénom présente deux caractéristiques parti­culièrement intéressantes : c’est un bien gratuit et dont la consommation est obligatoire. Dès lors l’étude de sa diffusion dans l’espace social, corré­lative de sa propagation dans le temps, est particulièrement apte à mettre en évidence, dans sa pureté, la fonction d’identification et de distinction propre à la consommation des biens de mode (Besnard, 1979 :343).

  • 10 D’abord intitulé : Un prénom pour toujours. La cote des prénoms hier, aujourd’hui et demain. (Besna (...)
  • 11 Dans la dernière version les auteurs concèdent : « La mode n’est plus ce qu’elle était. Aujourd’hui (...)

13Associé au démographe Guy Desplanques, le sociologue s’est alors employé, à par­tir des données statistiquement exploitables de l’INSEE, à démontrer à travers une pu­blication remise à jour chaque année 10 que « c’est la mode, autrement dit la transfor­mation, à tendance cyclique, du goût collectif, qui orchestre la valse des prénoms » (Besnard, 1979 :343). Revisitant les auteurs (Spencer, Tarde, Weber, Bouglé, Simmel) P. Besnard développe un modèle théorique selon lequel, en matière de prénomination comme dans tout phénomène de mode, une circulation verticale des signes de distinc­tion s’établirait, partant d’une classe sociale prestigieuse pour atteindre les autres clas­ses. Par effet de ruissellement (trickle-down process), les “biens de mode” se diffuse­raient des classes “hautes” de la société vers les classes “inférieures”. Concernant les prénoms, cette position théorique n’a pas varié dans les éditions successives de l’ouvrage publié en 1986 : « Le parcours social d’un prénom saisi par la mode suit, en général, le schéma classique de la diffusion des innovations. Il se propage grosso modo du haut en bas de l’échelle sociale » (Besnard/Desplanques, 1999a :321) 11. Les deux auteurs poursuivent, usant d’une métaphore pastorale permettant de gommer par l’iro­nie ce que peut avoir de perturbant la mise en évidence de cette société de classes :

Revenons aux moutons que nous sommes, escortés et guidés par nos chiens, pour suivre le trajet social des prénoms nouveaux qui reviennent au goût du jour depuis un demi-siècle. En tête du troupeau, se trouvent les couches sociales privilégiées, que la nomenclature de l’INSEE regroupe sous l’appellation cadres et professions intellectuelles supérieures. Vien­nent en second rang les professions intermédiaires, suivies dans l’ordre par les artisans et commerçants, les employés, les ouvriers. Les agriculteurs ferment la marche (Op. cit. :323).

14Quelques nuances sont introduites par le biais de nouveaux paramètres (comme le degré de sociabilité) et les auteurs constatent que depuis peu « les décalages dans le temps s’amenuisent. Les agriculteurs comblent leur retard, signe, parmi d’autres, de leur insertion dans la société urbaine. L’on voit de nouveaux prénoms se diffuser d’emblée et de manière privilégiée dans les milieux populaires » (Op. cit. :323).

15Cependant les auteurs de ce “guide” campent bien sur l’idée-pivot que 1) le prénom est un bien de consommation, 2) qu’il s’use (se démode) et qu’on le remplace de plus en plus vite, 3) qu’il part du “haut” de la société pour terminer en “bas”, 4) qu’on peut donc en connaissant ces données, non seulement éviter de tomber dans un confor­misme ringard, mais choisir les “bons” prénoms (socialement marqués positivement) afin de mettre tous les atouts du bon côté pour le nouveau-né. Ainsi peut-on lire :

Le présent livre met tout le monde sur le même pied, en apportant un ni­veau d’informations incomparablement supérieur à ce que le renifleur so­cial le plus affûté pourrait pressentir. Il est impossible de manière intuitive d’avoir une idée, même approximative, de la fréquence d’un prénom ou de son profil social à un moment donné en l’absence de bases statistiques so­lides qui sont ici livrées au public (Op. cit. :12).

VI. La vie privée des prénoms

16Si le double phénomène de rassemblement et de séparation qui caractérise la mode se manifeste bien dans le choix des prénoms, il semble cependant que deux caracté­ristiques, d’ordres psychologique et social pourrait-on dire, aient échappé aux analys­tes : d’une part, s’il y a en effet une prédominance de certains prénoms dans un corps social donné, à un moment donné, la découverte de cet effet de nombre ne peut se faire qu’a posteriori, ou pour le dire autrement, ce n’est jamais de façon délibérée (nos en­quêtes en témoignent), pour “faire comme tout le monde”, que dans les années 1990, tant de fillettes ont été nommées Laura et tant de garçons Lucas ; d’autre part, les chan­gements qui se signalent dans ce corps social n’affectent pas les mêmes individus par la suite. Autrement dit, lorsque la mode des Samantha est passée, on ne débaptise pas les fillettes pour les appeler Camille. Pour que cette théorie devienne opérationnelle, ce n’est pas l’individu mais le groupe qu’il faut considérer comme un corps unique doué d’une existence autonome. Les prénoms sont, dans ce contexte, des objets que le groupe utilise un temps, dont il se lasse, puis qu’il abandonne, exactement comme un type de vêtement ou un tic de langage.

17C’est se placer, d’entrée de jeu, dans cette logique que de proposer de « suivre l’uti­lisation successive du bien dans l’ensemble du corps social », ou de chercher les « groupes sociaux innovateurs » permettant de révéler des « modèles de diffusion sociale » (Besnard/Grange, 1993 :269). De la même façon, la perspective d’une « étude statistique de la diffusion des prénoms dans le temps [qui] permet de saisir le goût dé­barrassé du coût et d’éprouver le modèle proprement sociologique de diffusion hiérar­chique » (Op. cit. :269) n’est cohérente que si le prénom est réellement un objet de con­sommation, c’est à dire un produit que l’utilisateur peut rejeter lorsqu’il est périmé. C’est donc au prix de la réification d’un objet à haute valeur symbolique que peut se réaliser la démonstration des socio-démographes, mais on voit bien où le bât blesse : s’il y a bien, j’y insiste, à un moment donné, dans une société donnée (ou un espace culturel donné), des mécanismes de mimétisme et de distinction en action dans la no­mination des enfants, les noms choisis sont ensuite, dans la pratique de nos sociétés, cristallisés une fois pour toutes dans le choix réalisé. Un prénom “c’est pour la vie” comme le répètent articles de revues, ouvrages de conseil et les enquêtés eux-mêmes. Le parti pris des analystes de traiter les prénoms comme s’ils étaient des objets en soi, s’il se justifie dans un universel scientifique qui construit son objet d’études, ne peut prétendre s’inscrire aussi dans le vécu des particuliers. La présentation de résultats d’enquêtes statistiques sur ce thème provoque d’ailleurs des effets rhétoriques des plus intéressants, comme dans cet article :

Joseph et Charles, comme Jean, ont résisté plusieurs décennies ; il en est de même pour Marie, Anne, Louise ou Joséphine. A partir des années 30, Jean est talonné par René. Mais son succès n’a duré que dix ans. Ber­nard l’a remplacé à la deuxième place et a été vite détrôné par les petits Patrick et Michel, nés dans les années 50. Chez les filles, Marie reste tou­jours à la première place au cours des années 40, mais Christiane et Mo­nique viennent compléter le tiercé de tête. Leur victoire est de courte durée : dans les années 50, elles sont détrônées par Martine, Brigitte, Da­nielle, Michèle. Ces prénoms sont aujourd’hui démodés, le renouvellement étant de plus en plus rapide. Amélie, Céline, Stéphanie, Laetitia en vogue à la fin des années 80 ont disparu du palmarès en 1993. Elles sont rempla­cées par des prénoms “nouveaux” comme Laura, Anaïs, Marine ou encore par d’anciens prénoms qui reviennent : Marie, Pauline, Camille autrefois prénom masculin. Chez les garçons, certains prénoms résistent : Nicolas et Julien, en vogue depuis le début des années 80, restent en 2e et 3e positions. Mais Sébastien, Frédéric, Jonathan, qui caracolaient en tête à la fin de la dernière décennie, ne figurent plus parmi les dix premiers prénoms mas­culins de 1993. Ils sont détrônés par Alexandre, Maxime, Florian, Quentin. Kévin, d’origine irlandaise, et Laura arrivent en tête : en Alsace, comme en Franche-Comté et dans l’ensemble de la France, ils ont été les prénoms favoris des parents en 1993 (Moreau/Postic/Rivière, 1996 :24).

18Ainsi présentés, les prénoms détachés de tout contexte sémiologique, fonctionnent en autonomie complète : ils visent la première place et la “victoire” [ ?]. Certains “résistent”, d’autres sont “talonnés”, “remplacés” ou “détrônés”, et puis il y a ceux qui “reviennent” et “ceux qui caracolent en tête”, tels des chevaux de course. Osons la question : comment le discours des démographes, même présenté de façon plaisante, établi sur des données statistiques, donc a posteriori (ce n’est pas un reproche) peut-il rencontrer (et représenter) les préoccupations et les stratégies des parents dans leur fonction de nominateurs ? Dans la vie ordinaire, être à la mode ne dérange personne, au contraire. C’est ne pas avoir la “bonne” couleur de polo pour la saison ou la lon­gueur de jupe ad hoc qui stigmatise et non l’inverse. Or, concernant les prénoms, per­sonne ne tient à faire (ou à être) comme tout le monde. Ce que l’enquête de terrain ma­nifeste toujours, c’est le désarroi des parents lorsque le prénom qu’ils ont choisi, avec amour et discernement, se révèle être “le même” que celui de nombreux autres, au mo­ment de la confrontation sociale de l’enfant avec ses pairs ; si mode il y a, le phéno­mène est occulté par un niveau de conscience déficient. Mais peut-on alors parler de mode puisque l’effet de conformisme est, en cette situation particulière, non seulement inconscient mais plus sûrement non désiré ?

VII. La mode malgré soi

19Passé le jugement péremptoire affirmant qu’il y a des prénoms “qu’on entend à tous les coins de rue”, les réflexions des intéressés sur le sujet des “prénoms à la mode” sont souvent émises de façon distanciée. Selon qu’ils en sont victimes (soit que le pré­nom qu’ils viennent de choisir se révèle être parmi ceux qui sont très en vogue, soit qu’ils portent eux-mêmes un de ces prénoms que de nombreuses personnes de leur classe d’âge portent aussi) ou qu’ils jugent le phénomène dans son ensemble, tous s’étonnent de l’engouement que certains prénoms suscitent. Pour éviter de tomber dans le piège du prénom qui plaît à tout le monde en même temps, plusieurs solutions exis­tent. Il est bien sûr possible de recourir aux ouvrages bien renseignés. Il est également possible de pratiquer une approche “à vue” : s’interdire les prénoms qui fleurissent dans les annonces des journaux ou dans les faire-part épinglés sur le lieu de travail (voire à l’hôpital), renoncer à ceux qui viennent justement d’être choisis par les pro­ches ou les amis. Avoir le même prénom qu’un grand nombre d’autres personnes ne portait pas à conséquence autrefois (disons jusqu’au milieu du XXe siècle). J’ai en mé­moire, pour les années 1980, l’anormale (ou la normale ?) concentration des René, âgés de la soixantaine, dans une vallée vosgienne. Ceux-ci s’accommodaient d’autant mieux de cette nomination indivise que les surnoms par lesquels on les désignait habi­tuellement les singularisaient totalement. On peut supposer que la sensibilité a évolué et il est nécessaire de prendre en compte la relation qu’entretiennent les adultes “nommeurs” avec leur propre prénom pour saisir les effets du risque de banalisation qui les préoccupent tant. Certains aiment leur prénom, d’autres pas. De là peut dé­couler une extrême attention à la construction d’un prénom personnalisé. Un Stéphane raconte : « Mes parents m’ont appelé Stéphane et euh… l’année d’après il y avait des rafales de Stéphane, des troupeaux de Stéphane. C’est vrai que c’est assez embêtant… Quand je suis arrivé ici, ben je me suis retrouvé dans un club où il y avait plein de Sté­phane, j’étais le quatrième Stéphane ».

VIII. Mimétisme et contagion

20L’idée un peu naïve de croire un prénom original “parce qu’on ne connaît personne qui porte ce prénom” court en filigrane dans tous les énoncés recueillis. Il y a dans cette attitude, outre une tendance à l’hyperbole narcissique (“ce que je vis est unique et mon enfant est exceptionnel puisque c’est le mien”), le souci tenace d’empêcher des comparaisons qui risquent d’entraver son épanouissement. Et le souci de ne pas dé­voiler trop tôt le prénom choisi, sous couvert de ne pas se laisser influencer par l’en­tourage, prend ici une nouvelle légitimité : la crainte des contrefacteurs.

21Alors mode ou pas mode, cette irrésistible poussée vers le nom qui sonne bien à l’o­reille, qui évoque des personnalités positives ? Et d’abord quid de la diffusion verticale des goûts qui est sensée dicter sa loi ? Lipovetsky, traitant du concept de mode dans sa globalité, attaque, déjà en 1987, le postulat fondateur :

[…] à quelques variantes près, la logique inconstante de la mode ainsi que ses diverses manifestations sont invariablement expliquées à partir des phénomènes de stratification sociale et des stratégies mondaines de distin­ction honorifique. […] [Or] la mode est moins signe des ambitions de classes que sortie du monde de la tradition, […] la négation du pouvoir immémorial du passé traditionnel, la fièvre moderne des nouveautés, la célébration du présent social (Lipovetsky, 1987 :12-13).

22S’il y a bien un phénomène mimétique dans la conduite de gens vivant en société, le modèle issu du XIXe siècle est maintenant dépassé :

G. de Tarde pouvait parler de la ‘loi de propagation imitative de haut en bas’ comme d’une loi réglant la marche même de l’imitation sociale […] Un changement s’est opéré qui ruine radicalement la loi séculaire de la contagion imitative : on n’imite plus le supérieur, on imite ce qu’on voit autour de soi (Op. cit. :177).

23D’après Lipovetsky cette évolution a été rendue inéluctable par l’accélération des changements de tous ordres dont les sociétés modernes sont le théâtre :

Comment nos sociétés pourraient-elles se mettre en phase avec les change­ments incessants et opérer les adaptations sociales nécessaires si les indivi­dus étaient soudés à des principes intangibles, si le Nouveau n’avait pas largement conquis une légitimité sociale ? (Op. cit. :209).

24C’est ce changement en profondeur du regard porté à l’héritage collectif qui ex­plique la mutation des mentalités :

Tandis qu’aux âges de coutume règnent le prestige de l’ancienneté et l’imitation des ancêtres, aux âges de mode dominent le culte des nouveau­tés ainsi que l’imitation des modèles présents et étrangers (Op. cit. :36).

25Ces nouveaux conformismes étonnent parce que la singularité affirmée haut et fort s’allie à ce besoin mimétique en apparence contradictoire. Or, affirme Lipovetsky, « la mode conjugue toujours l’individualisme et le conformisme, l’individualisme ne se déploie qu’au travers des mimétismes » (Op. cit. :174). En matière de choix des pré­noms, si personne ne veut assumer cette allégeance à une règle d’imitation c’est, bien sûr, parce que le récit de leur aventure parentale pousse en ce sens nos informateurs, sollicités dans leur particularisme, mais c’est surtout parce que le souci de “l’individu” passe au premier plan, y compris dans cette projection dans l’avenir que constitue la nomination d’un enfant :

On comprend pourquoi dans une société d’individus voués à l’autonomie privée, l’attrait du neuf est si vif : il est ressenti comme instrument de ‘li­bération’ personnelle, comme expression à tenter et vivre cette petite aventure du Moi (Op. cit. :217).

26Cet affranchissement du poids de l’ancien qui se manifeste dans le refus sourcilleux des sollicitations des grands-parents (doublement ancien : du fait de leur position dans la chaîne générationnelle et de leur envie de “faire passer” un héritage nominatif issu d’un stock familial) avait été théorisé en son temps par Barthes : « Toute mode nou­velle est refus d’hériter, subversion contre l’oppression de la mode ancienne. La mode se vit comme un droit, le droit naturel du présent sur le passé » (Barthes, 1967 :274). En abandonnant ses vieilles attaches, la nomination aborde des mondes nouveaux, aplanit les stratifications anciennes. Pour Lipovetsky,

Avec le décloisonnement et l’ouverture des courants d’imitation, la révo­lution démocratique poursuit son œuvre, elle liquide les étanchéités de classes et de pays, elle érode le principe des influences aristocratiques, le monopole de l’influence directrice de groupes particuliers et supérieurs (Lipovetsky, 1987 :323).

27Si l’inventivité en matière de prénom est plus visible (ou plus réussie) dans cer­taines couches de la société, la grille d’analyse des catégories socioprofessionnelles, longtemps si pratique, grippe sérieusement à l’heure actuelle. Besnard et Desplanques concèdent en effet que :

La profession du père exerce bien un effet propre sur la destinée sociale des enfants, effet qui, loin de se réduire à celui du diplôme du père, traduit peut-être, outre le degré de familiarité avec le système scolaire, une sorte de disposition stratégique relative à l’enfant (Besnard/Desplanques, 1999b :107).

  • 12 La péjoration du “goût” des basses classes continue cependant à être sensible chez ces auteurs : «  (...)
  • 13 Pendant ce temps, l’utilisation des “anciens” prénoms pour nommer son animal de compagnie fait son (...)

28L’hypothèse misérabiliste (et bien pratique) qui place les classes populaires en situ­ation de domination intellectuelle et symbolique autant qu’économique perd, dans cette perspective, on en conviendra, beaucoup de sa pertinence 12. Ce à quoi il faut se résoudre, c’est à l’idée que la société, dans son ensemble, est en train de s’affranchir de la reproduction des prénoms empruntés aux ancêtres familiaux ou à une mythologie sacrée, pour adopter, au plus prés du vécu, au hasard des coups de cœur, des données langagières qui tiendront lieu de prénom 13. Il n’y a pas de différence, dans cette logique, entre s’appeler Sagamore (comme c’est le cas d’un jeune comédien talentueux), prénom tiré d’un roman des années 1930 (Williams, 1985), et porter le prénom de Jordan, par emprunt à une série télé actuelle. Seule l’exception (la réussite de l’acteur et la rareté de son prénom) établira la distance. Une différence de degré, pas de nature, en somme.

IX. Un nouvel ordre social

  • 14 Prononcez “tchat”.
  • 15 Il ne s’agit pas là de ces “noms d’adresse” (ceux qu’on utilise avec certaines personnes pour appel (...)

29En 1990, J. Clerget écrivait : « On peut se demander pourquoi dans une société telle que la nôtre, il est si difficile de changer [de nom] et si coûteux aussi » (Clerget, 1990 :21). La remarque, une quinzaine d’années plus tard, continue d’être pertinente concernant le patronyme et les difficultés légales auxquelles sont confrontés les candi­dats au changement (Lapierre, 1995). La situation du nom individuel (le prénom) est bien plus ambiguë. Plusieurs témoignages vont dans le sens qu’après tout, si le prénom que l’on vient de donner dérange, il sera toujours temps d’en changer plus tard. Cons­truit et modelé sur le “désir” des parents et non considéré comme héritage transmis et à transmettre, il peut être abandonné s’il ne plait plus. Si, d’un point de vue légal, il est encore difficile d’effectuer ce changement, dans les têtes cela ne semble pas repré­senter de vraies difficultés : l’usage de pseudonymes variés, choisis selon les goûts, la personnalité, la fantaisie et la zone d’activités investie est apparu de manière signifi­cative, au cours des dernières décennies. Il ne s’agit d’ailleurs plus d’un, mais de plu­sieurs noms utilisables dans des sphères différentes et cloisonnées : le nom de “chat” 14 des internautes n’est pas celui de leur email qui n’est pas lui-même celui de l’état civil (sans compter les noms de cibistes ou ceux des routiers affichés sur le pare-brise des camions) 15, etc.

30La souple nomination chinoise qui permet de changer de nom personnel à chaque moment essentiel de la vie sociale et répond au souci de trouver une adéquation entre la personne et son nom n’est cependant pas, malgré les apparences, prête à être adoptée dans l’espace occidental. Dans la société française actuelle, tout se passe comme si la perspective “marketing” du prénom et les précautions proposées par les conseillers en tout genre pour ne pas faire d’erreur au moment du choix se prolongeaient curieu­sement dans deux directions qui semblent contradictoires. D’une part, nombre de pa­rents insistent sur le côté irréversible du prénom : « Le choix du prénom c’est quand même très important, c’est quelque chose qui va vous suivre toute votre vie, donc on va pas choisir n’importe quoi ». Ce qui explique le souci de “labelliser” ce désignatif qui a été mûrement réfléchi et d’éviter qu’il soit déformé par des dérivations intem­pestives. Mais d’autre part, certains envisagent comme intéressante la possibilité de changer, plus tard, un prénom qui ne conviendrait pas à celui qui le porte. Administrative­ment, le changement de prénom impose une démarche lourde et relève d’une dé­cision de justice. L’article 60 du Code Civil (8 janvier 1993) expose que :

Toute personne qui justifie d’un intérêt légitime peut demander à changer de prénom. La demande est portée devant le Juge aux Affaires Familiales, à la requête de l’intéressé, ou s’il s’agit d’un incapable, à la requête de son représentant légal. L’adjonction ou la suppression du prénom peut parallè­lement être décidée. Si l’enfant est âgé de plus de 13 ans, son consente­ment personnel est requis.

  • 16 Romancière américaine du début du XXe siècle qui se nomme, jusqu'à l'adolescence, Lula Carson Smith (...)

31Mais pratiquement rien n’empêche d’inverser l’ordre des deuxième et troisième prénoms. Ces prénoms surnuméraires qui signalent souvent l'enracinement familial peuvent servir de réserve en cas de mésentente avec son propre prénom. En ce do­maine, il y a des antécédents célèbres. Dans un des romans de Carson McCullers 16, l’héroïne, Frankie, évoque son envie de changer de prénom devant Bérénice, la gou­vernante :

– Ca serait quand même du désordre, insista Bérénice. Suppose que brus­quement tout le monde change de prénom. Personne ne saura plus à qui il parle. Et le monde entier deviendra fou.

– Je ne vois pas...

– Parce que, autour de ton nom, il y a des choses qui sont entassées dit Bé­rénice. Tu as un nom, et les choses t'arrivent l'une après l'autre, et toi tu fais des choses et tu as tes façons d'agir et peu à peu ton nom commence à avoir une signification. Et les choses s'entassent autour de ce nom-là (McCullers, 1994 :551).

32La notion de “désignateur rigide” que Bourdieu emprunte à Kripke permet d’affiner l’intuition littéraire de C. McCullers :

En tant qu’institution, le nom propre est arraché au temps et à l’espace et aux variations selon les lieux et les moments : par là, il assure aux indi­vidus désignés, par-delà tous les changements et toutes les fluctuations biologiques et sociales, la constance nominale, l’identité, au sens d’identité à soi-même […] que demande l’ordre social (Bourdieu, 1994 :84).

X. Quand nommer, c’est normer

33Selon Norbert Elias, il y a une vision erronée de l’individualité, vécue comme op­posée, séparée du monde “extérieur” comme par un mur :

On parle de l’ ‘individu’ et de la ‘société’ comme on parle du poivre et du sel ou de son père et de sa mère. On manipule par la pensée et par le langage deux concepts servant à cataloguer globalement des phénomènes humains de deux niveaux d’observation indissociables comme s’il s’agis­sait de deux entités différentes dont l’une pourrait exister sans l’autre (Elias, 1991 :131).

34On est, selon l’analyse d’Elias, dans cette perspective nouvelle d’une conscience individuelle où « chacun se sent obligé de penser : Je suis ici tout seul ; tous les autres sont à l’extérieur, à l’extérieur de moi, et chacun d’eux poursuit comme moi son che­min tout seul » (Op. cit. :65) ; d’où le sentiment d’une singularité absolue du choix en matière de prénomination qui nous a tant frappé au travers des nombreux témoignages recueillis. Car la définition de soi peut être étendue à cette extraordinaire projection narcissique que devient parfois la naissance d’un enfant, voulu comme “œuvre par­faite”, selon l’expression d’I. Théry et qui cristallise plus que jamais les désirs des pa­rents (Théry, 1998 :16). Ce qui aboutit à cette situation redoutable qu’épingle F. de Singly : « La personne doit être elle-même dès les premiers jours : l’enfant ne remplace plus son grand-père ou sa grand-mère, il devra inventer son propre répertoire » (Singly, 1993 :53).

35On assiste probablement à un profond changement dans l’imposition du prénom dans les sociétés modernes (ou post-modernes ?). La règle, en quelque sorte, c’est de donner, même s’il est jugé “classique”, un prénom coupé des contingences d’autre­fois : reconduction du nom (et des qualités) de l’ancêtre, stratégies culturelles et patri­moniales. Bien plus, il s’agit, de façon délibérée, en nommant un nouveau-né, de faire autrement que les générations précédentes, d’où le souci de ne pas se laisser influencer par les futurs grands-parents ni par les réseaux relationnels. En ce sens, le choix du prénom de l’enfant se ferait, dans le couple, sur le mode de la création artistique : in­fluences de l’histoire du couple et/ou de l’histoire personnelle de l’un ou l’autre, ré­férences culturelles (des origines, littéraires, cinématographiques, etc.). Mais rien ne laisse présager une recherche généralisée du prénom unique au monde. L’enquête ré­vèle que si la référence à un vécu privé évacue la contrainte de la reconduction du stock parentélaire, elle en introduit une autre : celle de la norme sociale. La question revient en leitmotiv chez tous : jusqu’où peut-on aller pour ne pas stigmatiser l’enfant par un prénom trop original ? « En fin de compte, écrit C. Macdonald, le nom d’un in­dividu sera un compromis entre la tendance qui consiste à le singulariser à l’extrême et celle qui consiste à vouloir le confondre ou l’assimiler à d’autres au sein d’un être col­lectif » (Macdonald, 1999 :111). L’effet de mode est à réinterpréter en ce sens. Il y a bien désir mimétique dans l’adoption d’un prénom, en même temps que souci de chan­gement dans ce refus de reprise des prénoms des oncles et tantes ou des grands-parents. Il s’agit à la fois d’être “dans le vent”, de conformer l’enfant à la norme du moment, mais aussi d’échapper au désuet en ce qu’il serait marque de l’inadapté.

36On peut aussi considérer le phénomène comme une forme de défense, un mé­canisme de récupération d’une dignité de l’individu comme personnalité unique, mise à mal dans des structures administratives et bureaucratiques de plus en plus con­traignantes :

L’État aplanit les différences entre les individus. Sur les registres officiels et dans les bureaux de l’administration étatique, l’individu est pratique­ment défait de sa personnalité distinctive. L’individu devient un nom avec un numéro, un contribuable ou un homme qui demande assistance et prote­ction, à qui les autorités officielles doivent donner satisfaction mais peuvent aussi refuser leur aide (Elias, 1991 :237).

37Notre enquête, en tenant compte systématiquement du vécu des parents concernant leur propre prénom, révèle ce désarroi, parfois cette souffrance, devant le déferlement homonymique : inventer un nom c’est, d’une certaine manière, offrir à l’enfant une chance de ne pas être, d’emblée, ce nouvel anonyme qu’est celui dont le prénom ne distingue plus. Être Louis, quatorzième du nom, établit certainement un destin dynas­tique lorsque ce prénom se trouve en position diachronique dans une succession ro­yale ; mais être Kevin 5, en cours préparatoire (situation synchronique), ne donne guère l’espoir d’une distinction (aux deux sens du terme) augurale.

38A l’issue de ce parcours, on est loin du constat d’une attribution quasi mécanique des prénoms, d’abord choisis par les classes supérieures de la société puis repris par les classes populaires, telle que le postulat des socio-démographes prétendait l’instaurer. P. Besnard, auteur de cette théorie (Besnard, 1979) a depuis, il est vrai, affiné son ap­proche, sans la renier toutefois : « Cette forme très adoucie d’une lutte des classes se déployant sur le terrain du temps, qu’était le glissement vertical des goûts, aurait de moins en moins cours. Elle serait remplacée par une polarisation, voire une ségréga­tion sociale des goûts, chaque groupe ayant de plus en plus de dégoût pour les goûts des autres groupes » (Besnard/Grange, 1993 :290). Cependant, en utilisant les outils statistiques, Besnard et Desplanques en viennent à remarquer que « certaines inno­vations sont adoptées d’emblée en milieu populaire sans avoir été testées auparavant par les milieux bourgeois », mais aussi que ce qu’ils définissent comme une “avant-garde” en matière d’adoption de goûts nouveaux n’est fondé ni sur les revenus ni sur le niveau d’études mais sur une “sociabilité” plus grande (Besnard/Desplanques, 1999a :104). Notre enquête ne prétend pas vraiment entrer dans la polémique. Tout au plus, souhaite-t-elle souligner que le besoin mimétique, et donc l’injonction sociale, sont bien présents dans le discours des parents, quelle que soit la posture adoptée. La construction du choix du prénom, selon un “scénario” auquel tout le monde incons­ciemment se prête (Méchin, à paraître), révèle une manière de penser véritablement collective, sur fond de modifications de certains des modèles de référence. Par exemple, on peut globalement considérer que la figure du saint et/ou de l’ancêtre a été supplantée par celle des stars et des héros modernes de l’actualité, ces « figures de char­me au succès prodigieux, impulsant des adorations et des engouements extrêmes » (Lipovetsky, 1987 :252). Si mode il y a en matière de choix des prénoms, c’est à la dé­finition de Durkheim qu’il convient de se rallier pour envisager un phénomène (le “fait social”) à travers lequel la société impose à l’individu des obligations qu’il ne maîtrise pas : « La contrainte est aisée à constater quand elle se traduit au dehors par quelque ré­action directe de la société, comme c’est le cas pour le droit, la morale, les croyances, les usages, les modes même » (Durkheim, 1967b [1895] :11). Reste cet extraordinaire paradoxe qui fait que cette volonté constante de singularité se conjugue à un besoin consensuel de normalité tout aussi impérieux : « Le désir d’être quelque chose pour soi-même, que vient entraver la société des autres, comme un élément extérieur, va de pair très souvent avec le désir de s’inscrire tout à fait dans le cadre de sa société. Le besoin d’autonomie va de pair avec celui d’appartenir au groupe social » (Elias, 1991 :202). Placé au centre d’un espace symbolique, déterminant aux yeux de la société et aux yeux de celui qui le porte, le prénom se veut un signe identitaire en adéquation avec les exigences de la modernité :

Dans les sociétés étatiques parvenues à un degré d’évolution où l’orga­nisation a si bien progressé entre tous les membres que tout enfant nou­veau-né doit être enregistré officiellement pour être ensuite reconnu comme citoyen, et où l’individu en grandissant, et même une fois adulte, a besoin à maintes étapes de son existence d’un certificat de naissance, la ré­ponse la plus élémentaire à la question d’un individu sur son identité de sujet, autrement dit à la question ‘qui suis-je ?’ est tout simplement le sym­bole nominal sous lequel il a été enregistré officiellement à sa naissance. […] Et tandis que ce nom est pour l’individu le symbole patent de son uni­cité et lui fournit la réponse à la question de savoir qui il est à ses propres yeux et pour soi tout seul, il sert en même temps de carte de visite ; il montre en même temps qui l’on est aux yeux des autres (Elias, 1991 :241).

39Dans ces conditions, la “liberté” de nommer (et ses risques de dérapage) se réduit singulièrement. Si la règle est moins claire qu’aux siècles passés, elle ne disparaît pas pour autant. Donner un prénom à un enfant, c’est le soumettre au pouvoir interprétatif des autres, de tous les autres, c’est le situer aussi dans l’Histoire. Dans cette perspec­tive il n’y a pas de nomination hors du sens. Comme tente de le montrer cette enquête, fantaisie et parcours singulier n’oblitèrent pas la règle fondamentale en matière de dé­signation qui fait que nommer c’est aussi normer.

Haut de page

Bibliographie

Barthes R., 1967, Système de la mode, Paris, Seuil.

Besnard P., 1979, “Pour une étude empirique du phénomène de mode dans la consommation des biens symboliques : le cas des prénoms”, Archives européennes de Sociologie, vol. 20, pp. 343-351.

Besnard P., Desplanques G., 1986, Un prénom pour toujours. La cote des prénoms hier, aujourd’hui et demain. Paris, Balland.

Besnard P., 1999a.La cote des prénoms en 2000, avec la vraie liste pour mieux choisir un prénom, Paris, Balland (coll. Guides Balland).

Besnard P., 1999b“Les catégories socio-professionnelles à l’épreuve de la stratification temporelle des goûts”, Revue française de sociologie, XL-1, pp. 97-109.

[Besnard P., Desplanques G.,] 2003, La cote des prénoms en 2004. Connaître la mode pour bien choisir un prénom, Paris, Balland.

Besnard P., Grange C., 1993, “La fin de la diffusion verticale des goûts ?”, L’année sociologique, n° 43, pp. 269-294.

Bourdieu P., 1994, Raisons pratiques, Paris, Seuil.

Clerget J., Ed., 1990, Le nom et la nomination, Toulouse, Erès.

Combes D., Devreux A.-M., 1991, Construire sa parenté. Reconnaissance, légitimation, dénomination des enfants, Paris, CSU.

Durkheim É., 1967a, De la division du travail social, Paris, PUF (1893).

Durkheim É., 1967b, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF (1895).

Elias N., 1991, La société des individus, Paris, Fayard (1987, éd. allemande).

Geoffroy E., Geoffroy N., 2000, Le livre des prénoms arabes. Plus de 2200 prénoms classés par thèmes, Beyrouth, Al-Bouraq.

Granet F., 1997, L’application en matière d’état civil des principes posés par la convention européenne des droits de l’homme, Strasbourg, Commission Internationale de l’État Civil (Note de synthèse).

Lapierre N., 1995, Changer de nom, Paris, Stock.

Lipovetsky G., 1987, L’empire de l’éphémère, Paris, Gallimard.

McCullers C., 1994, Romans et nouvelles, Paris, Stock, Le Livre de Poche.

Macdonald C., 1999, “De l’anonymat au renom”, in Massart-Vincent J., Pauwels S., Dir., D’un nom à l’autre en Asie du Sud-Est, Paris, Karthala, pp. 105-128.

Méchin C., 2004, “Les enjeux de la nomination animale dans la société française contemporaine”, Anthropozoologica, n° 39, pp. 133-141.

à par.Le prénom mode d’emploi.

Moreau M., Postic J., Rivière S., 1996, “Julien Meyer, fils de Jean Meyer”, Chiffres pour l’Alsace (INSEE), n° 34, pp. 24-27.

Simmel G., 1988, La tragédie de la culture, Paris, Rivages-Poche (1895).

Singly F. (de), 1993, Sociologie de la famille contemporaine, Paris, Nathan.

Théry I., 1998, Couple, filiation et parenté aujourd’hui, Paris, Odile Jacob.

Tunström G., 1999, “L’Oratorio de Nöel”, in Œuvres Romanesques, t. 1, Arles, Actes Sud.

Williams C., 1985, Fantasia chez les Ploucs, Paris, Gallimard, Coll. Folio-Junior.

Articles de presse

“La foire aux prénoms”, Le Nouvel Observateur, n° 1782, 31 décembre 1998.

Haut de page

Notes

1 Le rôle des médias sera analysé dans un ouvrage de l’auteur à paraître : Le prénom mode d’emploi.

2 La bibliographie en ce domaine est immense mais elle ne concerne pas vraiment la perspective adoptée ici.

3 Le moment choisi se situait la plupart du temps après la naissance, mais à plusieurs reprises, l’enquête fut menée avant, malgré mes réserves sur l'opportunité d'une telle démarche.

4 D. Combes et A.-M. Devreux notent : « Si les femmes sont systématiquement concernées par [la] ques­tion [du choix du prénom], un certain nombre d’hommes se disent ou affectent d’être peu intéressés par le sujet. Pour ces derniers, c’est un peu comme si s’opérait un partage des influences : au père l’établissement de la filiation juridique par le nom, à la mère l’établissement de l’identité affective et psychologique par le prénom » (Combes/Devreux, 1991, p. 196).

5 Vu, sur le parcours qu’empruntait en 2002 la course, écrit une douzaine de fois sur la route avec des couleurs différentes, comme pour une incantation : Lance, Lance, Lance…

6 Il est trop tôt pour juger du nouveau scandale venu, dit-on, des États-Unis qui consiste à donner à l’enfant un nom de marque prestigieuse : « Il y a trois ans, on recensait déjà 353 fillettes prénommées Lexus (une marque de voiture de luxe) et 269 Chanel. Armani faisait encore mieux, avec 273 garçons et 298 filles… » (L’Express, 18/12/2003).

7 Geoffroy/Geoffroy, 2000.

8 Cependant nombreux sont ceux qui choisissent, dans la perspective d’une universalisation voulue, de donner un prénom qui pourra se dire dans toutes les langues : des Laura, Clara, Silvia, Julia rencontrées ont été ainsi dénommées dans cette perspective de “mondialisation” des prénoms.

9 Ce prénom est considéré comme “conformiste”, dès cette année là, dans l’étude de P. Besnard et G. Desplanques : « Comme nous l’avions prévu, Océane a submergé les digues. Sa marée montante est im­pressionnante, surtout en milieu populaire », (Besnard/Desplanques, 1999a, p. 248).

10 D’abord intitulé : Un prénom pour toujours. La cote des prénoms hier, aujourd’hui et demain. (Besnard/Desplanques, 1986), le titre du livre évolue. En 1999 il devient : La cote des pré­noms en 2000, avec la vraie liste pour mieux choisir un prénom et en 2003 : La cote des prénoms en 2004. Connaître la mode pour bien choisir un prénom. Ce livre est donc passé du statut d’ouvrage de vulgarisation à celui de guide pratique actualisé chaque année et vendu en grandes surfaces. On remar­quera que les noms des auteurs disparaissent de la première de couverture, cette évolution est signalée dans cette contribution par leur mise entre crochets dans l’orientation bibliographique.

11 Dans la dernière version les auteurs concèdent : « La mode n’est plus ce qu’elle était. Aujourd’hui, même les prénoms préférés ne sont pas omniprésents : aucun n’atteint à son sommet le score de trois pour cent des naissances du sexe considéré » ([Besnard/Desplanques], 2003 :32).

12 La péjoration du “goût” des basses classes continue cependant à être sensible chez ces auteurs : « Le prénom devient de plus en plus un marqueur social. Les prénoms de Neuilly ne ressemblent guère à ceux d’Aubervilliers » (Besnard/Desplanques, 1999a, p. 334).

13 Pendant ce temps, l’utilisation des “anciens” prénoms pour nommer son animal de compagnie fait son chemin (Méchin, 2004)

14 Prononcez “tchat”.

15 Il ne s’agit pas là de ces “noms d’adresse” (ceux qu’on utilise avec certaines personnes pour appeler, désigner dans certaines situations) très complexes dans nombre de sociétés. Leur étude, dans notre espace occidental, reste à faire.

16 Romancière américaine du début du XXe siècle qui se nomme, jusqu'à l'adolescence, Lula Carson Smith. À 15 ans, elle abandonne Lula pour Carson, son deuxième prénom, un « nom de famille hérité de la branche maternelle irlandaise, et dont la consonance masculine (la terminaison en son évoquant une filiation du côté du fils) crée un effet d'étrangeté » écrit Marie-Christine Lemardeley-Cunci en préface de la réédition de ses romans et nouvelles (McCullers, 1994).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Colette Méchin, « La fonction prénominale », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-2 | 2006, 165-180.

Référence électronique

Colette Méchin, « La fonction prénominale », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-2 | 2006, mis en ligne le 11 mars 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/579 ; DOI : 10.4000/rsa.579

Haut de page

Auteur

Colette Méchin

CNRS UMR 7043, Université Marc Bloch, 22 rue Descartes, 67084 Strasbourg Cedex. Email : mechin@umb.u-strasbg.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org