Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Une sociologie des valeurs est-elle encore possible ?

Yves Laberge
p. 184-187
Référence(s) :

Bréchon Pierre, Dir., Les valeurs des Français, Paris, Armand Colin, Collection U-Sociologie, 2e édition, 2003 [2000], 351p.

Texte intégral

  • 1 Bréchon Pierre, Dir., Les valeurs des Français. Évolutions de 1980 à 2000, Paris, Armand Colin, Col (...)

1Le livre Les valeurs des Français, de l’équipe de Pierre Bréchon (aujourd’hui direc­teur de recherche et professeur de Science Politique à Grenoble), a été réédité dans une version augmentée de 70 pages et mise à jour seulement trois années après sa publica­tion initiale, ce qui mérite d’être souligné. La première édition était parue en 2000 dans la même collection, sous un titre similaire : Les valeurs des Français. Évolutions de 1980 à 2000 1. Mais en dépit de son apparent succès éditorial, relativement peu de re­vues universitaires avaient re­censé cet ouvrage ; nous voulons ici combler une lacune.

  • 2 Riffault Hélène, Dir., Les valeurs des Français, Paris, PUF, Coll. Sociologies, 1994.
  • 3 Les numéros de page renvoient à la deuxième édition du livre Les valeurs des Français, et non à la (...)

2Le thème général de l’ouvrage touche une question de la plus haute impor­tance pour les sciences sociales, tant par son contenu que par les approches mé­tho­dologiques préconisées. En effet, on entend souvent répéter sur différentes tribunes des affirmations, sur un ton plein d’assurance, comme : « la population est d’avis que… », ou « les Français pensent que… ». Mais que pensent vraiment l’ensemble des Fran­çais ? Pour répondre à cette question initiale, des membres de l’Association pour la re­cherche sur les systèmes de valeurs (ARVAL) ont établi, grâce au financement de plu­sieurs organismes, un questionnaire élaboré comprenant des séries de questions dans plusieurs domaines, de manière à capter ce que l’on pourrait nommer “l’air du temps” et ce, à trois époques distinctes : 1981, 1990 et 1999. Les résultats obtenus sont com­parés et analysés dans les onze chapitres de ce livre prolongeant considé­rablement le bilan du même titre publié en 1994 par une partie de cette équipe aux Presses universi­taires de France, sous la direction d’Hélène Riffault 2, qui avait également participé à la première édition du présent ouvrage mais qui nous a quittés depuis. Une autre partie de ces résultats d’enquête avait été publiée dans la revue Futuribles, dans le magazine La Vie et à l’occasion dans quelques articles (p.11) 3.

3L’introduction (commune aux deux éditions de ce livre), de la plume du responsable de l’ouvrage, attire d’abord notre attention sur une apparente usure du mot “valeur”, parfois considéré comme un « terme galvaudé » (p.13), et défini en 1943 par Jean Stoet­zel comme étant l’ensemble « des idéaux, des préférences qui prédisposent les individus à agir dans un sens déterminé » (ibid.). Bréchon ajoute toutefois une précision importante en affirmant que : « [les valeurs] appartiennent aux orientations profondes qui structurent les représentations et les actions d’un individu » (ibid.). Quel­ques remarques méthodologiques sont ensuite appor­tées à propos des attitudes des ré­pondants. On évoque d’emblée cette contradiction possi­ble entre les valeurs et l’agir d’un individu : cet écart incompréhensible entre ce qu’il croit et ce qu’il fait, soit par paresse ou par manque de conviction profonde. L’exemple (non évoqué ici) des élec­tions présidentielles françaises de 2002 en serait une bonne illustration, et une explica­tion du taux élevé d’abstention au premier tour se trouve peut-être dans ces remar­ques liminaires de Pierre Bréchon (bien antérieures au premier tour marqué par l’élimination inattendue de M. Lionel Jospin) sur la politisation des Français, qui seraient « […] conscients de l’importance du vote […], ce qui n’empêche pas certains de s’abstenir, mais avec mau­vaise conscience » (p.14). Malgré ces faits en apparence contradictoires, Pierre Bréchon réaffirme que les valeurs constituent néanmoins un système organisé, cohérent et mesurable (p.15). Certaines valeurs forment encore de nos jours un consen­sus, comme par exemple l’importance de la famille comme noyau social fondamental ; d’autres seraient plus indétermi­nées ou dispersées, comme les croyances religieuses.

4L’ouvrage a deux particularités : la première serait de fournir un modèle d’enquête et un portrait de certaines des valeurs partagées par un pan de la population française ; son second point fort serait de cerner l’évolution de ces valeurs, les tendances que l’on peut percevoir dans cette société au fil des ans, des changements politiques, des débats de société et des mutations. Comme on le sait, depuis Saint-Simon, le changement de­meure un phénomène central pour la sociologie et une préoccupation constante pour les sociologues.

5Le premier chapitre porte sur l’humeur des Français. Généralement, le moral semble bon (p.29). Les premières questions de cette première enquête ont trait principalement au senti­ment, évanescent, d’être heureux et au taux de satisfaction au sujet de l’évo­lu­tion de la dé­mocratie. Jean-François Tchernia constate que « les personnes […] qui sont satisfaites à tous points de vue, aussi bien pour leur vie professionnelle que pour les affaires publiques, sont un peu plus souvent mariées, ont plus souvent fait des études supérieures, et sont plus nombreu­ses parmi les professions indépendantes » (p.36).

6Le second chapitre est consacré à l’amitié et aux relations interpersonnelles. Dans des pa­ges à la fois claires et élégantes, Olivier Galland s’est interrogé sur la manière dont sont faits les choix des personnes que l’on fréquente, observant que c’est le plus souvent au début de l’âge adulte que sont nouées les relations les plus durables d’une vie. Il remarque de plus que la confiance dans les institutions et le sentiment d’ouver­ture envers les autres varient consi­dé­ra­blement selon les générations et le degré de scola­risation. En outre, « la confiance dans les syndicats et le parlement, par exemple, a bais­sé parmi les Français de niveau d’études faible ou moyen alors qu’elle s’est mainte­nue chez ceux qui ont fait des études plus longues » (p.61).

7Nicolas Herpin a rédigé le troisième chapitre centré sur la famille et le couple, où la généra­tion du baby-boom est clairement opposée à la suivante. On constate que bien sou­vent, en vieillissant, les personnes reviennent progressivement à la conception de la famille que partageaient leurs propres parents et à laquelle ils s’étaient d’abord oppo­sés. De plus en plus, les gens acceptent une certaine liberté de comportement autour d’eux et dans la société en général, mais affirment observer dans leur couple un compor­tement plus strict. En somme, « La libéralisation des mœurs s’est étendue dans l’opinion, sans pour autant légitimer la per­missivité dans le couple » (p.86).

8Le quatrième chapitre poursuit cette réflexion sur les aspects symboliques de la vie en société. En demandant aux répondants à quoi ils ont l’impression d’appartenir, Yan­nick Le­mel obtient des réponses qui laissent entendre une certaine défiance vis-à-vis de l’idée de la patrie (la France, comprise en tant que pays) et, contre toute attente, une to­tale indifférence face à l’Union européenne. Sans vouloir détailler les résultats obte­nus, quelques surprises sautent aux yeux. Seulement un tiers des Français s’identifient à la France et beaucoup plus d’entre eux se rattachent davantage à leur localité : « Une pe­tite moitié des personnes interro­gées (43 %) s’identifient à la localité, 30 % au pays tout en­tier. Viennent ensuite la région et le monde tout entier qui recueillent chacun dans les 10 % des réponses. L’Europe n’attire qu’une toute petite minorité : moins de 5 % » (p.90).

9Hélène Riffault et Jean-François Tchernia ont rédigé le cinquième chapitre consacré au thème “Sens du travail et valeurs économiques”. Les données obtenues sur la per­ception des démunis nous apprennent d’abord que, pour une majorité de répondants, « l’injustice sociale est bien évoquée comme la cause principale de la pauvreté » (p.217). Au-delà d’une homo­généité apparente dans la population française sur ces questions, les conclusions des auteurs sont beaucoup plus détaillées que celles des articles précé­dents, surtout à propos de la place des loisirs et de la réduction du temps de travail.

10Le sixième chapitre sur la politisation touche la délicate question de l’immigration. Au fil des décennies, la tolérance des Français envers les immigrés a di­minué sensible­ment. En 1999, on constate que « 63 % des sondés déclarent qu’il y a trop d’Arabes en France, chiffre en progression de 12 points par rapport à 1998 » (p.160). À la lumière de ces statistiques étonnantes, on se demande comment on peut en arriver à affirmer collectivement (près de deux personnes sur trois) qu’il se trouve une trop grande proportion d’un groupe ethnique dans une population, quelle qu’elle soit. L’auteur ten­te, sinon de résoudre ce problème gê­nant, du moins d’en fournir des explications provisoires. Une constatation simple, mais qui resterait à démontrer, est ici réaffirmée concernant les liens entre l’appartenance politique et le degré de tolérance face à l’immi­gration : « le fait d’être de gauche renforce les taux d’acceptation des immi­grés » (p.162). Pourrait-on affirmer à l’inverse que les problèmes liés à l’immigration font basculer les convictions des citoyens français de la gauche vers la droite ? Les don­nées nous manquent pour pouvoir accréditer cette autre hypothèse. En fin d’article, Pierre Bré­chon souligne également que les personnes qui sont attachées à la cons­truc­tion euro­péenne sont en général plus ouvertes à l’immigration (p.162).

11Yves Lambert a rédigé le chapitre consacré au sentiment religieux, qu’il décrit comme étant en pleine évolution. Si l’on constate un affaissement significatif du catholicisme en France, on assiste par ailleurs chez les non-croyants et les non-religieux à une sorte de pro­longement de valeurs moins bien structurées, de croyances individuelles fondées sur un relati­visme plus ou moins bien défini. On y traite peu du phénomène préoccu­pant des sectes, pourtant en forte augmentation dans toute l’Europe. Au terme de sa recherche, pour synthéti­ser et expliquer la situation actuelle des valeurs religieuses et morales en France, Yves Lam­bert délaisse le terme de “post-modernité”, pour évoquer celui d’ “ultramodernité”, qu’il décrit de la manière suivante : « une individualisation plus grande, une mondialisation plus complète, un niveau économique élevé, une démo­cratie pluraliste et réflexive (sciences so­ciales) et une relativisation des grands récits (la raison, le progrès, la science, les grandes idéologies, les religions) au nom des consé­quences négatives qu’ils ont pu engendrer, au pro­fit d’un émiettement en récits indivi­duels ou identitaires » (p.193).

12La deuxième moitié du livre, plus comparative et volontiers transversale, tente de mettre en évidence certaines tendances observées au fil des décennies et au cours des trois séries d’enquêtes. Les analyses sont plus détaillées et nous pourrions difficile­ment les résumer sans en réduire la portée et la signification. Le chapitre 8 d’Étienne Schweisguth porte sur le ci­visme, valeur partagée entre la liberté et l’autorité, dans un pays où sont réaffirmés depuis quelques années le respect et la confiance envers la po­lice et même l’armée. Les Français ont parfois la réputation de supporter mal les con­traintes, mais les jeunes nés après 1970 sem­blent nettement moins rebelles que la géné­ration qui a “fait” Mai 68. Beaucoup d’interrogations restent toutefois en suspens au terme de cette enquête.

13Le chapitre 9 rédigé par Elena Millan-Game s’interroge sur les écarts entre les va­leurs des hommes et celles des femmes. Les différences entre les sexes semblent s’es­tomper à quel­ques exceptions près : les femmes demeurent un peu moins politisées que les hommes mais par ailleurs animées d’un sentiment religieux plus profond. « La dif­férenciation des valeurs masculines et féminines n’a rien de naturel, elle s’inscrit dans les valeurs globales d’une so­ciété et évolue avec elle », écrit Elena Millan-Game (p.250). Sa conclusion paraphrase Si­mone de Beauvoir : « On ne naît pas femme, comme on ne naît pas homme, tous deux doi­vent s’inventer » (p.250).

14Les derniers chapitres posent certaines questions plus ciblées afin d’expliquer les raisons des changements et des constantes dans les valeurs des Français. Assisterait-on simplement à un phénomène de génération, comme le suggérait initialement Olivier Galland (chap.10), ou plus fondamentalement à un changement d’idéologie ? On ne peut y répondre affirmativement sans d’abord apporter quelques nuances. En outre, peut-on tenter de forger un portrait glo­bal, systématisé, des valeurs d’une population, comme le demande avec prudence Yannick Lemel dans le dernier chapitre ? À défaut de fournir une réponse générale et définitive, les ré­sultats obtenus témoignent indéniable­ment d’un certain état des lieux, à trois époques préci­ses, avec toutes les limites et les bémols que l’on peut imaginer, et dont les auteurs sont plei­nement conscients. Ceux-ci identifient dans les dernières pages (les chapitres 11 et 12, et surtout la conclusion gé­nérale) un certain nombre de grandes tendances qu’il serait injuste de condenser ici en quelques lignes. Placées en annexe, les remarques éclairées de Pierre Bré­chon apportent une “critique du questionnaire” à la fois honnête et lucide, ce qui évite les trop grands risques d’extrapolation des résultats.

15Ayant eu en main les deux éditions de l’ouvrage, je peux affirmer que la version ini­tiale du livre n’est aucunement périmée et demeure totalement pertinente. La nouvelle édition com­prend néanmoins un nouveau chapitre comparatif, “La France dans l’Eu­rope”, qui analyse certaines données obtenues pour la France et 14 pays, sur des points comme les valeurs familiales, économiques, politiques, religieuses (p.299). Les commentaires de cet excellent chapitre abordent des questions centrales : les différences cul­turelles entres les populations, le rôle des médias, l’individualisation (p.308).

16L’ensemble des 83 questions ainsi que les réponses fournies en 1999 sont reproduits en annexe, à la suite d’une série de remarques méthodologiques sur la représentativité de cette longue enquête (p.319). Les auteurs réussissent à tirer un bon nombre de con­clusions dans la synthèse finale, riche d’enseignements. En outre, la somme des résul­tats obtenus et non ex­ploités ici pourrait certainement donner lieu à un autre ou­vrage, tout aussi consistant. Le livre Les valeurs des Français constitue assurément une réus­site en son genre : une lecture à la fois instructive, vivante, pertinente et rigou­reuse. Dans sa nouvelle version, l’ouvrage de l’équipe de Pierre Bréchon demeure exem­plaire et inspirant sur le plan méthodologique ; il devrait encourager d’autres cher­cheurs, étu­diants et futurs sociologues à questionner le sens profond des valeurs.

Haut de page

Notes

1 Bréchon Pierre, Dir., Les valeurs des Français. Évolutions de 1980 à 2000, Paris, Armand Colin, Coll. U-Sociologie, 2000, 280p.

2 Riffault Hélène, Dir., Les valeurs des Français, Paris, PUF, Coll. Sociologies, 1994.

3 Les numéros de page renvoient à la deuxième édition du livre Les valeurs des Français, et non à la première.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Laberge, « Une sociologie des valeurs est-elle encore possible ? », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-2 | 2006, 184-187.

Référence électronique

Yves Laberge, « Une sociologie des valeurs est-elle encore possible ? », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-2 | 2006, mis en ligne le 11 mars 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/582

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Institut québécois des Hautes études internationales, Québec

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org