Navigation – Plan du site
Lectures critiques

Héritage intellectuel et transmission de la ville. Espace des générations, génération des espaces

Xavier Leloup
p. 190-194
Référence(s) :

Tahon Marie-Blanche, Tremblay André, Dir., Générations, Québec, Éditions Nota bene, coll. Sciences sociales, 2005, 184p.

Texte intégral

1La notion de génération est sans conteste, comme l’affirment d’emblée les éditeurs de l’ouvrage, « vaste et polymorphe ». Elle réfère en effet à une dimension fondamentale de l’activité humaine, celle d’inscrire les processus et rapports sociaux dans la durée, celle de clôturer les destins individuels et collectifs entre un début et une fin. Elle ne peut d’ailleurs être vraiment comprise si elle est appréhendée en elle-même, mais « re­quiert une articulation à d’autres rapports sociaux » (p.10). Elle peut alors servir, c’est du moins le postulat de départ de cette réflexion collective, pour « approcher les transformations à l’œuvre dans les sociétés et dans les disciplines qui tentent d’en rendre compte » (p.5), parce qu’elle combine les origi­nes et les fins du temps humain dans un passage et une transmission sans fin. Parmi toutes les interroga­tions que peut susciter ce type de questionnement, deux retiendront plus particulière­ment notre attention. La première s’intéresse aux transformations de la sociologie qué­bécoise. Ce qui ressemble fort à une question historique spécifique n’en a cependant que l’apparence. En effet, les réponses apportées ne sont pas dépourvues d’intérêt mais témoi­gnent au contraire d’un dynamisme dont il peut être judicieux de s’inspirer. La deuxième revient sur une des articulations possibles entre génération et rapports sociaux, ceux qu’elles entretiennent dans l’espace. Car, comme souligné dans l’intro­duc­tion, se pose alors une question méthodologique qui mérite réflexion : celle d’une unité de lieu ou d’une unité de temps pour l’étude des générations, la première alternative mettant en scène plusieurs géné­rations dans le partage d’un espace commun (Francq), la deuxième retenant une seule géné­ration (Haicault, Roulleau-Berger) pour la suivre dans ses diverses mobilités circulatoires.

2Le premier thème qui a retenu notre attention est donc la construction de la sociolo­gie et ses évolutions au Québec au travers du regard de trois générations de sociologues, la distinc­tion s’établissant entre les “anciens”, les “établis” et les “jeunes”. Cette sub­division est certes souple et servait surtout de support commode à l’organisation des débats dont l’ouvrage a su conserver quelques traces. Mais pas celles, apparemment, de la génération des “anciens”, absente de la publication, la trace décrite par J.-P. Warren comme ayant ébauché les bases de la pensée sociologique et de l’institutionnalisation d’une discipline devant se démarquer d’un discours idéologique cléricalo-nationaliste fort et souvent ramené à sa plus simple ex­pression. Les premiers sociologues québécois seront alors d’abord positivistes, c’est-à-dire mobilisant toute les connaissances dispo­nibles et les méthodes accessibles pour étudier, montrer, analyser, une réalité sociale qui se transformait fondamentalement, et dont les élites de l’époque pensaient pouvoir continuer à conduire la destinée sur la base des anciens pou­voirs et institutions. Ils se­ront donc aussi critiques, car leurs travaux d’enquête illustrent mieux que n’importe quel discours théorique le cultural gap qui existait alors « entre réalité empiri­que et idéo­logie ».

3Le texte se conclut cependant sur l’écart qui se serait creusé entre la sociologie des origi­nes et la génération actuelle. Le malaise proviendrait du fait que la discipline, dans ses évolu­tions, n’aurait pas su tenir ensemble trois exigences constitutives : la scientifi­cité, la profes­sionnalité et l’engagement. D’après Warren, la sociologie se serait trop écartée des deux premières, perdant sa belle unité, alors que la société recouvrait la sienne en entrant dans une « postmodernité purement opérationnelle ». L’ironie est dès lors patente. La sociologie aurait perdu le lieu de son unité lorsqu’elle a, en quelque sorte, avec d’autres mouvements, rendu la sienne à une société qui s’est réconciliée avec un réel « dont sont dissoutes toute normativité, toute transcendance, toute référence idéelle globale et donc toute possibilité de cultural gap » (p.22). Si l’analyse historique proposée est stimulante, elle débouche néanmoins sur une sorte d’impasse, les deux premières exigences n’étant peut-être pas autant absentes de la formation actuelle à la sociologie, la scientificité et la professionnalisation devenant des marqueurs distinctifs dont on se dispute volontiers le monopole.

4Sur un ton résolument personnel, V. Armony va reprendre cette question laissée pendante en entremêlant les fils de sa propre trajectoire et les évolutions contemporai­nes de la disci­pline sociologique. Il se positionne d’abord par rapport à l’atmosphère dans laquelle baignent les nouvelles générations de sociologues, marquée par le caractère hybride et hétérogène de l’expérience sociale contemporaine, où le même cède la place à la différence, l’identité à l’altérité, le figé au changement (p.33). Ce qui rendrait les so­ciologues plus sensibles à la complexité du monde et moins enclins à embrasser les grands récits et systèmes d’inter­prétation, plus disposés aussi à accepter l’aléatoire, le paradoxal et l’inattendu. En quelque sorte, la sociologie a changé parce qu’elle se con­fronte, comme bien d’autres scien­ces so­ciales, à la question de la différence, de sa cons­titution et de sa gestion par les sociétés libé­rales. L’auteur note alors, à la suite de nom­breux travaux, que « la “subjectivation” des rap­ports sociaux est sans doute la ca­rac­té­ristique dominante de la fin du XXe siècle » (p.35), mê­me si cette reconnaissance de la différence n’est pas un parcours linéaire ou sans risques, amenant l’affaiblissement des projets collectifs, des solidarités, la montée des égoïsmes et le goût d’une modernité médiatique pour l’image du malheur d’autrui faisant des individus des téléspectateurs et des consommateurs plus que des citoyens (ibid.). Ces enjeux résument la gran­de interroga­tion sociologique de notre temps. Ils servent aussi de base à l’auteur pour re­prendre à son compte un conseil sur la formation sociologique qu’Alain Touraine avait formulé plusieurs années plus tôt lors d’un passage à Montréal : tout sociologue devrait vivre, à un moment donné, dans une société différente de la sienne, du moins pas totalement diffé­rente, mais suffisamment pour qu’il ressente un sentiment de distance et d’étran­ge­té, tout en étant capable d’établir un rapport de compréhension. Il ne convient évi­dem­ment pas de pro­mouvoir un tourisme sociologique. « Il s’agit plutôt de s’exposer à la différence, autant pour saisir celle des autres que pour prendre conscience de la sien­ne » (p.34).

  • 1 Warren J.-P., L’engagement sociologique. La tradition sociologique du Québec francophone, Montréal, (...)
  • 2 Adorno T. W., Introduction to Sociology, Standford (Calif.), Standford University Press, 2000.
  • 3 Pour un exemple, le lecteur peut se référer à la politique scientifique du Conseil de recherche en (...)

5Reste qu’il s’agit aussi de reconnaître que la mobilité internationale des chercheurs n’est pas récente et que les motifs qui la suscitent sont certainement multiples. Les sociologues québécois de la première génération en sont de bons exemples, eux qui sont venus boire en grand nombre aux sources universitaires du nord de l’Europe (Louvain, Lille, la Sor­bonne…) 1. De même, l’exil politique, la migration professionnelle ou la recherche d’une qua­lification n’auront pas manqué d’alimenter le flux des échanges en­tre universités. L’originalité de la mobilité actuelle des chercheurs serait plutôt à relier à deux autres tendan­ces qui façon­nent la discipline. La première est ce qu’Armony dési­gne par l’éclatement du champ socio­logique sous l’effet d’une « ultraspécialisation » des objets (p.37). Somme toute, c’est que, en renonçant aux grands récits explicatifs, aux promesses illusoires d’une scientifi­cité “dure”, la tentation de l’instrumentalisation devient presque irrésistible. Se repose alors une fois de plus la question de la formation sociologique, de son organisation et de son cor­pus, thème évoqué et repris chaque fois que l’existence de la sociologie semble avoir été mise à mal. Ainsi, en ouverture des le­çons qu’il donne durant l’été 1968, peu de temps avant son décès, Adorno fait part aux étudiants de l’honneur qu’il éprouve à les voir si nombreux et de la crainte que lui ins­pire cette massification de l’université. L’avenir de tous ne sera pas garanti, pré­vient-il, le marché du travail et la crise économique ne le permettront pas. Il s’interroge alors éga­lement sur la pérennité d’un enseignement général de la sociologie ponctué par la lecture con­tinue des textes fondamentaux et l’acquisition de connaissances spéciali­sées, théoriques et méthodologiques, utiles à l’analyse d’un domaine précis 2. Il trace ainsi les voies d’une réflexion inspirante au plus loin d’une simple professionnalisation ou d’un repli dans la tour dorée de l’académie. Dans ce contexte, une seconde tendance se déga­ge, soit la modi­fication du rôle du sociologue, plus “éthique” que “militant” ou “poli­tique”. Comme l’indique Armony, l’ambition du sociologue, un peu « molle », est, de ce fait, de com­battre à partir de cette position les discriminations, les marginalités et l’exclusion plutôt que de proposer une alternative même à la manière dont on pense le social (pp. 39-40). En un mot, le sociologue s’intéresserait au respect des normes de justice plus qu’à leur contenu, se positionnant en ex­pert et peu en analyste. Il ne fau­drait plus dès lors omettre de préciser ce que ce phénomène doit à la structuration ac­tuelle de la recherche par les agences gouverne­mentales, les moyens allant en priorité aux instances de recherche : les chaires, les centres et autres instituts universitaires, dont la performance est mesurée par leur pouvoir d’attractivité et le service qu’ils ren­draient à la société 3. Aussi, les universités ont-elles adapté en partie leurs exigences d’embauche à cette nouvelle donne en valorisant la mobilité individuelle et la producti­vité des chercheurs. Sans être alarmiste ou pessimiste, il s’agit d’être conscient que la sociologie ne sortira pas inchangée d’une telle réorganisation.

  • 4 Chamboredon J.-C., Lemaire M., “Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leu (...)
  • 5 Young M., Willmott P., Le village dans la ville, Paris, Centre Georges Pompidou/Centre de Créa­tion (...)
  • 6 Bonvalet C., “La famille et le marché du logement : une logique cachée”, in Segalen M., Dir., Jeux (...)
  • 7 Ariès P., “La famille et la ville”, Esprit, 1978, 1, pp.3-12 ; Sennett R., La famille contre la vil (...)
  • 8 Héran F., “La sociabilité. Une pratique culturelle”, Économie et statistique, 1988, 216, pp.3-22.

6Au-delà de son positionnement et de sa nature, la pensée sociologique se confronte au­jourd’hui à quelques questions majeures. La différence occupe sans conteste une pla­ce de choix parmi celles-ci, tant parce qu’elle semble dissoudre les correspondances strictes entre un territoire et une société que parce qu’elle distend les continuités tem­porelles, introduisant de la distance et de la rupture entre les générations. Thème qui n’est certes pas inconnu, pen­sons seulement aux premiers travaux sur les grands en­sembles 4 ou ceux que l’on a menés sur les quartiers ouvriers 5, mais qui prend une en­vergure nouvelle avec la montée de la diversité et la généralisation du processus d’urba­nisation. Il n’est plus question seulement de la trans­mission du patrimoine ou de l’in­tervention de la parenté dans l’accès au logement 6, mais plus fondamentalement, de la transmission d’un mode d’habiter particulier composé d’un rapport à l’espace et d’une forme de sociabilité. P. Ariès fait ici figure de pionnier, en soulignant, dès les années 1970, les effets profonds de l’étalement urbain et de l’accès à l’automobile sur les so­ciabilités locales, laissant alors la famille seule aux prises avec l’ensemble des atten­tes ma­térielles et affectives de ses membres. La métropolisation aura ainsi déstructuré l’espace ur­bain faisant disparaître un ensemble de lieux autrefois investis par une forte sociabilité 7. Toute­fois, le bel article que M. Haicault signe pour le présent ouvrage vient nuancer ce pro­pos en livrant une analyse fine des mobilités circulatoires d’une gé­nération spécifique, celle des jeunes retraités nés entre 1928 et 1938, en distinguant les individus selon leur sexe et leur âge, faisant au passage éclater la catégorie de “per­sonnes âgées”. Cette analyse infirme une série de thèses trop vite prises pour acquises, telles que celle du vieillissement des centres-villes, de l’enfermement des plus âgés dans le quartier ou de la plus faible mobilité des fem­mes de cette génération comparative­ment aux hommes. Au contraire, la métropolisation sem­ble avoir permis aux femmes d’ac­céder à l’espace de la ville, de s’affranchir d’une mobi­lité orientée uniquement par les impératifs domestiques ou professionnels, et d’accéder à une au­tonomie longtemps refusée. Il s’agit évidemment de nuancer ces résultats, Haicault mon­trant bien que l’intensité de ces transformations n’est pas indépendante d’autres facteurs parmi les­quels le niveau d’instruction apparaît déterminant. Il s’agit alors aussi de rappeler que plu­sieurs travaux ont démontré le caractère culturel de la sociabilité et des conduites urbaines 8.

7Les lieux, le quartier, les friches industrielles, les emprises réservées aux fonctions de trans­port, sont du coup également travaillés et traversés par les transformations liées à la métropolisation. Les textes de B. Francq et L. Roulleau-Berger abordent cette ques­tion, chacun à leur manière, en mettant en évidence les processus de construction, de place ma­king, auxquels se livrent différents acteurs de la ville. Le premier texte suit, au travers du compte rendu d’un travail d’intervention sociologique, la manière dont un groupe de person­nes âgées et un groupe de jeunes adultes définissent leur rapport à l’espace et aux autres à l’intérieur d’un quartier ancien central marqué par la diversité et l’hétérogénéité de son peu­plement. Il montre ainsi, par touches analytiques successi­ves, comment les deux groupes restent “étrangers” les uns aux autres, dans un jeu de miroirs identitaires où l’autre se reflète de manière asymétrique. Le deuxième texte aborde la question de l’insertion sociale et pro­fessionnelle des jeunes défa­vorisés au travers de leurs pratiques circulatoires entre espaces interstitiels et mondes de la petite économie urbaine, l’acquisition des compétences ne se fai­sant pas sur une base linéaire, mais par glissement, emprunt, combinaison et articulation. L’apport des deux textes est alors d’indiquer en définitive comment, à partir d’une condition socio-urbaine particulière, les individus se construisent en tant que sujets de la ville, jouant de l’autonomie d’un côté, dépassant les modes communs de socialisation de l’autre.

8Au bout du parcours, le terme “génération” a révélé toute sa richesse heuristique, que ce soit pour penser les transformations historiques de la sociologie ou pour saisir celles des so­ciétés, de plus en plus urbaines, qu’elle étudie. L’intérêt de l’ouvrage réside alors, en premier lieu, dans le questionnement qu’il propose sur la sociologie, sur ses origines et ses évolutions, même si les auteurs le font à partir d’un cas particulier, le Québec, l’originalité de cette expé­rience et l’ouverture au monde qu’elle affiche ne pouvant que retenir l’attention du lecteur étranger. L’intérêt réside ensuite dans la richesse des inter­prétations que l’ouvrage offre sur l’urbain, forme dominante de l’établissement humain et lieu majeur des activités sociales et économiques. Il ouvre ainsi une série de pistes pour de futurs travaux, déjà en partie balisées par le passé, sur les relations entre fa­mille et ville, entre âge de la vie et usages de l’espace, entre forme d’habitat et coexis­tence intergénérationnelle. Il soulève ainsi des questions dont la sociologie pourrait se saisir à l’avenir pour redéfinir judicieusement le rôle qu’elle tient à jouer dans la société. Comment hérite-t-on de la ville, pas seulement d’un logement, mais d’un mo­de d’habiter? Comment peut-on faire pour rendre plus flexibles aux usages les formes ar­chi­tecturales actuelles? Par quel biais peut-on construire et financer des maisons inter­généra­tionnelles? Quel régime de propriété supporte le mieux l’allonge­ment de la du­rée de vie? Comment assurer l’accès des ressources de la ville aux jeunes démunis ou socialement iso­lés? Voilà seulement quelques-unes des nombreuses questions que la lecture de cet ouvrage suscitera.

Haut de page

Notes

1 Warren J.-P., L’engagement sociologique. La tradition sociologique du Québec francophone, Montréal, Boréal, 2003.

2 Adorno T. W., Introduction to Sociology, Standford (Calif.), Standford University Press, 2000.

3 Pour un exemple, le lecteur peut se référer à la politique scientifique du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (http://www.sshrc-crsh.gc.ca/) et, en particulier, à ses initiatives sur la société du savoir.

4 Chamboredon J.-C., Lemaire M., “Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement”, Revue française de sociologie, 1970, XI, 1, pp.3-33.

5 Young M., Willmott P., Le village dans la ville, Paris, Centre Georges Pompidou/Centre de Créa­tion Industrielle, 1983 (1960).

6 Bonvalet C., “La famille et le marché du logement : une logique cachée”, in Segalen M., Dir., Jeux de familles, Paris, CNRS, 1991, pp.57-77 ; Grafmeyer Y., “Le rôle de l’entourage dans les mobilités résidentielles”, Courrier du CNRS, 82, 1996.

7 Ariès P., “La famille et la ville”, Esprit, 1978, 1, pp.3-12 ; Sennett R., La famille contre la ville. Les classes moyennes de Chicago à l’ère industrielle 1872-1890, Paris, Recherches (Postface de P. Ariès), 1980 (1970).

8 Héran F., “La sociabilité. Une pratique culturelle”, Économie et statistique, 1988, 216, pp.3-22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Leloup, « Héritage intellectuel et transmission de la ville. Espace des générations, génération des espaces », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-2 | 2006, 190-194.

Référence électronique

Xavier Leloup, « Héritage intellectuel et transmission de la ville. Espace des générations, génération des espaces », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-2 | 2006, mis en ligne le 11 mars 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/588

Haut de page

Auteur

Xavier Leloup

Professeur-chercheur
INRS-Urbanisation, Culture et Société, Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org