Navigation – Plan du site
À propos de livres

Ferréol Gilles, Préface d’André de Peretti, Décrochage scolaire et politiques éducatives. Évaluation d’une expérimentation : le “lycée de toutes les chances”

Cortil - Wodon, Intercommunications et E.M.E, 2006, 164p.
Régis Malige
p. 207-208

Texte intégral

1Lancé en septembre 1999 dans l’Académie de Lille, le dispositif “Lycée de toutes les chances” (LTC), inscrit dans le cadre du Contrat de Plan État-Région 2000-2006 avec la participation du Fonds social européen, diffère des initiatives précédentes à plus d’un titre. Impulsé par le Rectorat et le Conseil régional Nord-Pas-de-Calais, ce projet se situe au sein même de l’activité pédagogique, vise l’ensemble des jeunes scola­risés, mais accorde une attention plus particulière aux élèves défavorisés, “en difficulté” ou en rupture. Privilégiant une approche “intégrative” et interactionniste, il a fait l’objet d’une évaluation conduite par Gilles Ferréol. Trois temps forts structurent cette ré­flexion, à la fois riche, construite et pertinente.

2Dès le début, la problématique du décrochage, des inégalités et de l’exclusion est ancrée dans la philosophie d’ensemble du dispositif, écartant tout phénomène de stig­matisation et de “ghettoïsation” et retenant une perspective de discrimination positive. La démarche s’oriente d’abord vers la présentation et l’analyse de l’ “environnement institutionnel”. Le protocole d’enquête fait ainsi apparaître les priorités (lutte contre l’échec, réussite sociale et profession­nelle…), les résultats en termes de scolarité, de sociabilité ou d’insertion et les conséquences en matière de pilotage et de ressources humaines. La méthodologie utilisée, tant qualitative que quantitative, fait appel à de nombreux outils et indicateurs. En témoignent l’approche monographique, l’étude ex­haustive de documents de synthèse, l’observation de terrain, les entretiens semi-direc­tifs avec les acteurs impliqués (professeurs, élèves, personnels de santé, de direction, d’inspection, d’orientation, de surveillance, partenaires extérieurs…), ou encore les quelque quatre-cent cinquante questionnaires ciblés à l’attention des jeunes et des en­sei­gnants. Cette recherche, bien marquée sociologiquement, permet d’expliciter les en­jeux et les interrogations, mais également, grâce à une “triangulation” des informations, de mieux appré­hender la réalité au regard des objectifs annoncés et des moyens oc­troyés.

3Le cadre de travail envisagé, Gilles Ferréol rappelle fort utilement le contexte général de la mise en place de l’expérimentation. La massification de l’enseignement, l’allon­ge­ment de la durée des études, la perte de repères identitaires, le tout dans une institution en crise, n’ont fait que renforcer l’intérêt et l’urgence de la question de l’échec scolaire. L’existence de po­pulations “à problèmes”, qu’il s’agisse de “discrets”, de “désenga­gés”, de “sous-perfor­mants”, ou d’ “inadaptés”, au sens des typologies de Elliott et Voss, Erpicum et Murray ou encore Kronick et Hargis, a justifié la nécessité de cultiver la différence et de repenser le système éducatif en termes de personnalisa­tion, de motivation, de cursus adaptés et de prati­ques d’individualisation. Dès l’origine, dix-neuf établissements étaient retenus dans le disposi­tif ; le chiffre sera porté à trente-trois en 2003, regroupés en huit réseaux. La dotation finan­cière de la Région et de l’Europe et l’enthousiasme des participants, dont la presse s’est d’ailleurs fait large­ment l’écho, ont contribué à sceller les “fondations” que de nombreuses difficultés auraient pu faire vaciller. Les ajustements opérés ont consolidé la poursuite de l’opération (élargisse­ment du réseau académique et structuration) et ouvert une ère de plus grande rigueur en matière de gestion, de rationalisation et de prise en compte d’indicateurs économiques. Malgré les disparités, les insuffisances ou les contrastes, le “Lycée de toutes les chan­ces” signe un nouvel élan et recueille une image favorable. Les tendances observées sur trois années scolaires (1999-2002) sont certes à interpréter avec prudence, mais laissent entrevoir des points de satisfaction (meilleurs résultats aux examens, baisse de l’absen­téisme, du décrochage, intégration et socialisation accrues…).

4Les études monographiques, particulièrement instructives, structurent la rédaction des derniers éléments de ce rapport. Six sites (lycées professionnels, généraux et tech­nologi­ques), investis chacun par une équipe évaluative regroupée autour de personnels d’inspection et de direction, ont été minutieusement “disséqués”. Signalons qu’ils sont fédérés en réseaux, choisis en fonction de leur ancienneté dans le dispositif et de leur stratégie (globalisante à Hé­nin-Beaumont, pédagogique dans le Dunkerquois, culturelle dans le Valenciennois). En outre, trois lycées “témoins” (hors LTC) et cinq nouvelle­ment entrés dans le processus en 2002-2003 ont été plus ponctuellement questionnés, les premiers en vue de rechercher des écarts de résultats, les seconds dans une perspec­tive d’éventuelles corrections des buts poursuivis. Les investigations ont ainsi permis d’identifier les forces et faiblesses des expé­riences enga­gées, de mesurer l’impact des initiatives déployées et d’en déduire de précieux conseils pour l’avenir. Au total, un do­cument saisissant, teinté de portraits d’élèves, de prises de positions et de “petites phrases” croquées sur le vif et riches d’enseignements.

5Une bibliographie sélective, des statistiques judicieuses, un panel d’opinions signi­fiantes, nourrissent cette contribution vivante et à fort pouvoir heuristique, qui ne man­quera pas — ainsi que le souligne dans sa belle préface André de Peretti — d’interpeller les décideurs pu­blics et d’intéresser les élèves, les parents et les généra­tions portées par la vocation ensei­gnante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Malige, « Ferréol Gilles, Préface d’André de Peretti, Décrochage scolaire et politiques éducatives. Évaluation d’une expérimentation : le “lycée de toutes les chances” », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-2 | 2006, 207-208.

Référence électronique

Régis Malige, « Ferréol Gilles, Préface d’André de Peretti, Décrochage scolaire et politiques éducatives. Évaluation d’une expérimentation : le “lycée de toutes les chances” », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-2 | 2006, mis en ligne le 11 mars 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/594

Haut de page

Auteur

Régis Malige

Université de Poitiers (LARESCO-ICOTEM)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org