Navigation – Plan du site
À propos de livres

Halpern Catherine, Ruano-Borbalan Jean-Claude, Dir., Identité(s) : L’individu, le groupe, la société

Auxerre, Sciences humaines, 2004, 391p.
David Laloy
p. 211-212

Texte intégral

1L’ “identité”, voilà un concept qui peut être mobilisé pour interpréter, tout ou par­tie, la plupart des phénomènes sociaux. Comme le relève Jean-Claude Ruano-Borbalan dans sa conclusion, « la définition de l’identité individuelle ou collective [est] au cœur de la compré­hension des mutations sociales contemporaines : crises de l’identité nationale, guerres identi­taires (religieuses, ethniques), recomposition des identités religieuses ou familiales, rôle central de l’identité individuelle » (p.356).

  • 1 Comme le constate G. Bajoit, « La place de l’individu devient centrale, non seulement dans la pensé (...)

2Toutes les sciences sociales et humaines participent avec plus ou moins d’impli­cation à l’extension grandissante de la notion d’identité. On peut y voir un changement de posture épistémologique de ces sciences qui sont dans la mouvance des mutations culturelles con­tem­poraines 1. Attentif à cet aspect-là des choses, l’ouvrage tente avant tout de recon­tex­tua­liser le succès de ce concept : « Diffusée massivement dans les an­nées 1960 aux États-Unis, la no­tion d’identité est le reflet d’un contexte particulier, la montée en puissance des mi­no­ri­tés, mais également d’une tendance lourde de la moder­nité, l’affirmation de l’individu » (p.11).

3Étant donné l’étendue de cette notion, le premier objectif de l’ouvrage est de préciser que l’identité s’exprime dans des modalités différentes selon qu’il s’agit de l’individu, du groupe ou de la société. Les divers auteurs de la publication offrent un large panel de phénomènes dans lesquels des enjeux identitaires peuvent être décelés.

4L’ouvrage aborde en premier lieu et assez logiquement l’identité personnelle, indivi­duelle, à travers diverses disciplines telles que la philosophie, la psychologie, la psy­chologie sociale, la psychanalyse… Le recueil évitant l’écueil de l’ethnocentrisme, ces quelques articles in­cluent des approches culturelles relativistes établissant des rapports entre les modalités de la construction du sujet et la culture dans laquelle celui-ci est socialisé.

  • 2 Ehrenberg A., L’individu incertain, Paris, Hachette, 1999.

5L’analyse de la construction du sujet dans la civilisation “moderne” présente l’affir­mation de l’individu et de la vie ordinaire comme l’une des tendances les plus puissan­tes. D’aucuns pourraient voir dans cette mutation une propension à l’égocentrisme. Bien au contraire, la “quête de soi” est en incessante construction et ne peut se faire qu’à travers l’interaction so­ciale et la résolution d’enjeux de reconnais­sance des choix individuels. L’analyse peut donc présenter la “quête de soi” comme étant imposée par une société dans laquelle, d’après A. Ehrenberg 2, « chacun doit impé­rativement se trou­ver un projet et agir par lui-même pour ne pas être exclu du lien, quelle que soit la fai­blesse des ressources culturelles, économiques ou sociales dont il dispose » (cité p. 102).

6Cette “quête de soi”, toutefois, ne se réalise pas dans un cocon coupé de l’environ­nement social et l’analyse de l’intégration individuelle dans des groupes so­ciaux dévoile toute sa per­tinence. Elle est d’autant plus intéressante que l’affirmation du “je” a pris le pas sur l’identité du “nous” à travers la modernisation à l’œuvre. Ainsi, l’analyse des identités professionnelles, religieuses ou familiales démontre sensi­blement la même chose : l’importance primordiale de l’appartenance à des groupes so­ciaux pour l’individu en “quête de soi” associée à sa capa­cité à choisir l’orientation qu’il donne à sa vie. Ainsi peut-il s’identifier aux groupes auxquels il appartient tout en af­firmant son identité individuelle, deux processus essentiels dans la “quête de soi” mo­derne. L’iden­tité passe nécessairement par de multiples identifications.

7La société dans laquelle les individus sont intégrés est une source d’identification collec­tive. Les identités nationales ne sont pas un donné immuable mais sont en perpé­tuelle muta­tion. La place de la culture dans ce processus d’identification nationale est forte. Plusieurs phénomènes ont néanmoins tendance à émousser le sentiment d’appartenance nationale. En plus de la montée de l’individualisme dont nous venons de parler et qui atténue sensiblement l’engagement individuel pour la nation, d’autres phénomènes, tels que l’immigration, la mon­dialisation ou l’érosion des références tradi­tionnelles intangibles et unificatrices participent aussi de la crise des identités nationa­les. On réalise rapidement l’interpénétration des trois échelles dans lesquelles la notion d’identité s’exprime lorsqu’on analyse les réactions indivi­duelles et groupales face à ces phénomènes : la question de l’intégration des immigrés avec l’exemple prototypique des États-Unis se présentant comme un « pays à l’immigration mas­sive » dans lequel « la définition de l’appartenance à la communauté nationale est un enjeu permanent » (p.313), la difficulté pour les immigrés de gérer le métissage des cultures, les ré­actions communautaires et religieuses, les cultures réinventées telles que la vague celtique ac­tuelle, le rap ou les cultures créoles en perpétuelle création…

8Les tendances globalisantes et homogénéisantes liées à la mondialisation exacerbent les réactions identitaires de différenciation. Les outils même de la mondialisation, tels que les nouvelles technologies de l’information et de la communication, révèlent l’hétérogénéité des systèmes de valeurs. La mondialisation implique donc un maintien, si pas un renforcement des identités culturelles, « pour que les peuples ne se sentent pas dépossédés et menacés par l’ouverture aux autres » (p.340).

9L’assemblage des divers textes traitant de l’identité semble parfois manquer de cohé­rence en raison du caractère pluridisciplinaire de l’ouvrage — nous sommes en présence d’un re­cueil d’articles publiés ces dernières années dans la revue Sciences Humaines. Il a toutefois le mérite d’exposer la pertinence des approches identitaires dans l’appréhension d’une mul­ti­tude de phénomènes sociaux.

10La force de cet ouvrage est indubitablement de nous révéler l’étendue et la pertinence de l’application de la notion d’identité mais il nous laisse parfois un goût de notion gal­vaudée.

Haut de page

Notes

1 Comme le constate G. Bajoit, « La place de l’individu devient centrale, non seulement dans la pensée des sociologues, mais dans toutes les institutions (famille, école, entreprise, etc.) et une sociologie qui res­titue une place centrale à la subjectivité de l’individu est évidemment le fruit de cette mutation » (Bajoit G., Le changement social : Approche sociologique des sociétés occidentales contemporaines, Paris, Armand Colin/VUEF, 2003, p.17).

2 Ehrenberg A., L’individu incertain, Paris, Hachette, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Laloy, « Halpern Catherine, Ruano-Borbalan Jean-Claude, Dir., Identité(s) : L’individu, le groupe, la société », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-2 | 2006, 211-212.

Référence électronique

David Laloy, « Halpern Catherine, Ruano-Borbalan Jean-Claude, Dir., Identité(s) : L’individu, le groupe, la société », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-2 | 2006, mis en ligne le 15 décembre 2006, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/596

Haut de page

Auteur

David Laloy

Université catholique de Louvain (ANSO)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org