Navigation – Plan du site
À propos de livres

Lemel Yannick, Les classes sociales

Paris, PUF, Que Sais-je ?, n° 341, 2004, 128p.
André Delobelle
p. 214-216

Texte intégral

1Voici bien un concept qui se rapporte directement à la structure interne des sociétés politi­ques. Mais au lieu d’être exprimé en termes, par exemple, d’ethnies juxtaposées ou même superposées, elle est dite ici essentiellement en termes d’une économie moné­taire, donc à effets directement hiérarchisants et inégalitaires. De plus, les nomenclatu­res des clas­ses sociales y concernent moins les “indépendants” que les seuls salariés ou “dépendants”, c’est-à-dire les individus travaillant dans des entreprises ou institutions marchandes.

2Comme l’écrit l’A., cela explique qu’il s’agit là avant tout d’images mentales servant à nous représenter notre environnement social, non seulement pour parler « des inégali­tés que l’on y trouve, de leur organisation, de leur devenir », mais encore pour les inter­préter et vou­loir « transformer les situations » (p.3). Or, si de telles images traînent en­core avec elles le sou­venir de « schémas de gradation » (ou d’ordre) des économies non monétaires, essentiel­lement fondées sur l’honneur comme dans « la trilogie du clerc, du guerrier et du paysan de la société féodale » (pp. 6-7), il faut bien voir qu’il s’agit dé­sormais ici des « schémas de dépen­dance » (ou de salariat), très typiques des entreprises marchandes en économie monétaire. Mais ce dernier mode de hiérarchisation peut lui-même fonctionner sous deux formes : celle, continue, des accords contractuels ou « bila­téraux » (ou horizontaux) entre personnes (physi­ques ou morales) fixant entre elles le montant de la rémunération pour la prestation d’un cer­tain travail (manuel et/ou intel­lectuel), et celle, au contraire discontinue, des rapports « unila­té­raux » (ou verticaux) entre statuts intra-institutionnels, où les inégalités font que « ce que les uns ont, les au­tres l’auront en moins » (pp. 6-7). Soit une dernière forme qui traduit bien l’ima­ge que nous avons du concret de nos sociétés modernes, chacune d’entre elles appa­raissant « stratifiée » ou faite de sous-unités « discrètes », « pertinentes pour l’analyse de la struc­ture so­ciale » (p.8).

3Mais pour chacune de ces stratifications, deux choses sont encore possibles. D’une part, distinguer objectivement entre les pratiques individuelles au niveau “micro”, l’organisation relativement permanente des ateliers et bureaux au niveau “meso”, et, au niveau “macro” ou global, les traits universels des entreprises ou ensembles institution­nels marchands (pp. 10-12). Et, d’autre part, voir au plan subjectif comment dans la vie quotidienne, à chacun de ces niveaux internes, se poursuivent des relations de groupe malgré les rapports d’abord concurrentiels entre les membres. Car, en raison de cet antagonisme de fond, plus que de re­lations de groupe, il ne s’agit peut-être que de sentiments de solidarité, aussi transversaux pour « cohérence de statut » (p.13) que ponctuels au fil des divers conflits intra- et inter-insti­tutionnels.

4Quant à la notion même de classe sociale (pp. 15-32), elle nous vient principalement du siècle des Lumières et de sa « volonté de compréhension » de la vie en société, mais aussi des physiocrates et de leur intérêt pour les modes de production (pp. 16-17). Elle se banalisera ensuite avec Marx, lorsqu’il fera de l’économie « l’infrastructure » même des sociétés en lieu et place des anciens rituels culturels (pp. 18-23). Weber s’évertuera au contraire à remettre tout cela dans un cadre théorique plus général, en distinguant entre, d’un côté, les « ordres » ou les sociétés à honneurs (ou à économie communau­taire) à l’ancienne et, de l’autre, les classes sociales modernes, en présentant celles-ci comme autant de « (re)groupements de personnes partageant une même situation », non seu­lement « par rapport aux marchés du travail et des biens économiques », mais égale­ment eu égard aux différentes hiérarchies statutaires ou insti­tutionnelles. De ces hiérar­chies, il cherchera en outre à en retrouver les sources de légitima­tion et à en décrire les subdivisions internes : celle des « décideurs », celle des « administratifs » et, enfin, celle de « la masse des personnes à qui l’on commande » (pp. 26-28). Ce que, plus récemment, Bourdieu reprendra en définissant les classes sociales « par la combinaison d’une posi­tion dans le système économique et de l’appartenance à un “groupe de statut” », lui-mê­me objectivement délimité par des « montants de capitaux économiques et cultu­rels » (p.32).

5Soit autant de définitions typiques des auteurs “classiques”, chez qui la sociologie mettait avant tout l’accent sur les groupes ou ensembles culturels en tant que tels. Or, depuis lors, la généralisation des enquêtes menées auprès des individus a pratiquement obligé à substituer partout des catégories statistiques aussi précises que possible (surtout en ce qui concerne les « pauvres », les « classes moyennes », les « intellectuels », pp. 37-46) aux anciennes notions, toujours floues, de groupe culturel ou ethnique. Mais c’est égale­ment là que le fascicule devient particulière­ment intéressant, l’A. y développant le dou­ble souci de rapporter les approches actuelles, théoriques et pratiques, les plus perti­nentes, et de repérer les exigences des principaux utili­sateurs de celles-ci.

6Côté approches récentes, il présente ainsi en particulier le questionnaire d’Éric Olin Wright, mettant l’accent sur la notion de domination, et l’analyse de John Goldthorpe, fondée sur la distinction entre contrats de travail et de service. Puis de commenter éga­lement des méthodologies plus contemporaines, comme celle de Gøsta Esping-Ander­sen, vouée à l’étu­de des sociétés postindustrielles ou à État-providence, ou celle de David Grusky qui accorde davantage d’importance au métier qu’à la classe sociale. Et, à côté de ces quatre chercheurs, l’A. de citer encore, au moins pour mémoire, ceux qui tentent d’incorporer à leur étude des classes sociales tous ces hors-systèmes-de-production que sont par exemple les femmes, les retraités, voire même les étrangers (pp. 33-67).

7Par contre, côté utilisateurs de ces questionnaires et analyses, l’A. voit en premier lieu les statisticiens, qui « font partie des appareils d’État » et sont tenus à la plus gran­de neutralité. Viennent ensuite les chercheurs en sciences sociales, dont l’intérêt est es­sentiellement d’ordre explicatif et qui sont eux-mêmes jugés par leurs pairs sur le « dou­ble critère de l’innovation théorique et de la qualité de l’administration de la preu­ve ». Enfin et en troisième lieu, il y a pour lui tous ces “experts” qui, dans leur vie pro­fes­sionnelle, ont un besoin extrême de ces descriptions raffinées des structures so­ciales (spécialistes du marketing, sondeurs, etc.). Il doit cependant être entendu que, en ces matières, « chaque pays offre une configuration rela­tivement originale des liens entre les trois collectivités professionnelles », tant sont nombreux les « facteurs spécifiques […], comme l’organisation de l’enseignement supérieur ou le pro­cessus historique par les­quels les institutions étatiques se sont mises en place, déterminent ces liens » (p.70). Et l’A. de présenter les situations en Allemagne, en Grande-Bretagne et en France, en mê­me temps que les critiques qui y ont été émises à l’encontre des analyses ou des ques­tionnaires de Bourdieu, Wright, Goldthorpe et Esping-Andersen (pp. 68-87).

8Après avoir ainsi traité longuement des classes sociales côté critères objectifs, l’A. pour­suit encore par un aperçu de quelques résultats côté critères subjectifs, essentiel­lement en relation avec les sentiments d’appartenance des adultes et même des jeunes à l’une des clas­ses sociales (pp. 88-95). Il en résulterait que la représentation des inégali­tés sociales tendrait à se faire toujours davantage en termes d’échelles “graduées” ou continues des revenus. Ce qui n’exclurait cependant pas le maintien de représentations en termes d’échelles discontinues ou « de classes » : « simplement elles ne sont vraisem­blablement pas majoritaires » (pp. 94-95). Enfin, il y a la question toujours subjective de « la fin des classes ? » : plutôt une simple illusion, liée à la montée de l’individualisme et aux mobilités entraînées par les trans­formations en cours dans les processus de produc­tion (pp. 96-109).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Delobelle, « Lemel Yannick, Les classes sociales », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-2 | 2006, 214-216.

Référence électronique

André Delobelle, « Lemel Yannick, Les classes sociales », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-2 | 2006, mis en ligne le 11 mars 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/598

Haut de page

Auteur

André Delobelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org