Navigation – Plan du site
À propos de livres

Nuytens Williams, Préface de Didier Demazière, La popularité du football. Sociologie des supporters à Lens et à Lille

Arras, Artois Presses Université, 2004, 392p.
A. Delobelle
p. 216-219

Texte intégral

  • 1 Chovaux Olivier, Nuytens Williams, Dir., Rugby : un monde à part ? Énigmes et intrigues d’une cultu (...)

1Par opposition à l’habitude qui est principalement une réponse technique au pro­blème posé par la manipulation d’un objet et qui, en conséquence, est hétéronome ou entièrement dépendante des lois physiques, le rite est au contraire un mixte de paroles et de gestes qui, autonome, se déploie dans l’espace-temps de la manière la plus arbi­traire et la plus singulière et qui, étant chargé de subjectivité, se rapporte essentielle­ment à la personne vivante. Aussi l’habitude appartient-elle plutôt au monde du travail, contrairement au rite qui ne s’anime jamais qu’au temps du loisir. De plus, dans la me­sure où ils concernent avant tout le destin de la personne, les rites peuvent être subdi­visés en sacrés et en ludiques (ou profanes). Ensuite, ces derniers peuvent eux-mêmes être répartis, d’une part en jeux plus proprement culturels (du genre littérature ou du genre dessin) en relation avec le « dire » symbolique ou dialogique, et, d’autre part, en jeux surtout corporels (subdivisés en sports de groupe et en sports indivi­duels), venus d’un “faire” opposant sujets et objets. En tant que rite typiquement moderne, le foot­ball auquel ce livre — fruit d’un doctorat en sociologie à l’université de Lille — est en­tiè­rement consacré, prend évidemment place dans la sous-catégorie des sports de grou­pe, tout comme l’est le rugby sur lequel l’A. a également dirigé une publication, en col­laboration avec Olivier Chovaux 1.

2Cependant, là où ce dernier sport était analysé plutôt côté pratique, le football l’est ici à peu près uniquement en tant que spectacle, avec tout ce que celui-ci peut entraîner comme audience ou “supportérisme”. Cela parce que, en France, « en dehors du rugby mais seule­ment dans quelques villes, aucune autre discipline sportive ne profite d’enceintes aussi vastes, aussi aménagées et aussi confortables » pour les spectateurs, et parce que, dans ce sport, « si on sait aujourd’hui que la rivalité sportive stimule les mo­bilisations collectives […], on n’ex­plique pas encore les différences d’un club à l’autre dans une même culture, pour un même niveau et à la même époque », quant au nombre des spectateurs (pp. 18-19). Mais, comme le rappelle Didier Demazière dans sa pré­face, l’intéressant avec ce livre est de dé­couvrir et de suivre le « choix méthodologique paradoxal » de l’A., qui a consisté « à privilégier un terrain d’enquête limité », quasi eth­nographique, puisque centré sur seulement deux clubs, le Racing Club de Lens (RCL) et le Lille Olympique Sporting Club (LOSC). Ce qui, évi­demment, a fa­cilité l’enquête comparative, en même temps que la durée limitée de celle-ci (« la seconde moitié des années 1990 », p. 19) aura permis à l’A. une approche aussi partici­pative que possible.

3W. Nuytens aura cependant été amené, en raison de la complexité du phénomène foot­ballis­tique, à « multiplier les méthodes de travail, les angles d’analyse et les apports théori­ques pour obtenir des résultats qui soient concluants », et surtout à dépasser les métho­dolo­gies statistiques ou quantitatives, purement « explicatives », pour recourir princi­palement à cel­les, « compréhensives » ou qualitatives, de la rencontre et de l’interview des acteurs eux-mê­mes, en tant que responsables à un titre quelconque des manifesta­tions sportives. Cette der­nière approche, avec ses « petites histoires », adhère en effet mieux au « travail de terrain », en même temps que, « couplée avec des observations par­ticipantes », elle est pour l’A. la seu­le à pouvoir vraiment fournir des réponses concrè­tes aux questions sur le « passage à l’acte » chez les supporters (pp. 361-362). Il semble même avoir finalement regretté le temps passé, à la première partie de son travail (pp. 37-124), aux analyses « globales » du type « fonctionnaliste » ou « déterministe », tant elles répondaient peu aux interrogations sur les corrélations entre les réactions violentes des supporters et « un affaiblissement des formes traditionnelles de la co­hésion sociale » ou une quelconque « crise de la société » moderne (p.26).

4Aussi l’A., dès l’importante deuxième partie du livre qu’il consacre plus spéciale­ment aux questions organisationnelles du football (pp. 125-287), passe-t-il à l’in­dividualisme méthodo­logique de Raymond Boudon parce qu’il permet de ramener tout phénomène collectif « aux actions, interactions, buts, espoirs et pensées des indivi­dus comme aux traditions créées et préservées par les individus » (K. Popper, cité p. 27). En effet, parce qu’elle se refuse à con­sidérer que « les conduites des acteurs que l’on cherche à expliquer » puissent être « de nature atomistique » ou ne relever que du seul « libre arbitre absolu », cette voie oblige à concrétiser les personnes en contextuali­sant leurs actions, c’est-à-dire en les intégrant au maximum aux contraintes sociocultu­relles locales (p.27). Il apparaît alors clairement que, pour son or­ganisation, « le football [est] le principal concurrent du football […] à l’intérieur du monde des sports », et que son spectacle s’inscrit partout « dans une structure de forte con­currence » (p.121). Mais on y découvre aussi que, en termes d’affluence, ce sport est par contre avan­tagé par rap­port aux autres, d’une part par la densité de ses terrains et équipe­ments de jeu (sa­chant le « rôle déterminant de l’offre sportive » pour hausser sa « demande »), d’autre part par « la présence médiatique autour du football » et l’environnement qui lui est ainsi assuré (pp. 122-123).

5Par contre, il est avéré que la configuration des réseaux de supporters dépend « moins du poids de caractéristiques environnementales que des politiques organisa­tionnelles mises en place par les dirigeants des clubs » (p.194). À travers la longue ana­lyse, plutôt historisante, qui en est faite à partir d’archives et d’interviews, il apparaît alors que, tant à Lille qu’à Lens, tout a commencé par des groupes informels d’ama­teurs, qui ont été ensuite officialisés au début du XXe siècle en autant d’institutions sportives pouvant accueillir des joueurs profes­sionnels (ou salariés). Si chacune des deux équipes disposera ainsi d’un stade, le Grimon­prez-Jooris à Lille et le Bollaert à Lens, chacune se doublera également d’un club de sup­porters : le “En Avant le LOSC” au premier côté et le “Supp’R’Lens” au second. Des clubs dont le nombre de sections locales variera beaucoup selon les époques, sans doute en pro­portion des af­fluences sur les stades aux mêmes périodes. En outre, le propre d’une institu­tion étant de faire cohabiter en son sein, à côté d’individus isolés, plusieurs groupes d’opinion qui tantôt s’identifient à elle et tantôt la contestent, il lui arrive encore de voir émerger à ses côtés d’autres groupes, désireux de rester « autonomes » ou « indépendants » par rapport à elle, tels les “Red Tigers” ou les “Kop Sang et Or” à Lens et les “Dogues Virage Est” à Lille. Dans les dernières décennies, le néolibéralisme régnant de plus en plus en maî­tre sur la ges­tion financière de ces institutions sportives, on verra encore surgir, parmi ces dernières « parti­saneries collectives du football », des groupes comme les “North Warriors” à Lens (ou dans l’ancienne région minière à l’abandon), contestataires et vio­lents par principe. Soit des grou­pes typiquement de contre-identification, auxquels le public accolera « un large éventail d’ap­pellations », du genre : « ultra, hooligan, sider, casual, etc. », en raison du fait que « tous ont en commun de s’affranchir des modèles comportementaux reconnus par l’administration cen­trale du football […] » (p.140, n.17). De quoi il résulte pour l’A. que « le supporter ty­pe n’existe pas », et qu’il importe plutôt d’y distinguer « entre les simples consommateurs et les figures violentes et inquiétantes des supporters » (p.283).

6C’est dès lors à ces « déviants » que l’A. dédie plus particulièrement la troisième et der­nière partie de son livre (pp. 289-362). Une partie pour laquelle il fait un certain retour aux méthodes quantitatives ou “causales”, bien qu’elles servent surtout à « ma­nipuler les statisti­ques », tout simplement parce qu’elles font classiquement partie d’une « sorte de culture de base de l’étiologie des violences dans les stades ». Quant à « l’approche compréhensive » qui reste ici néanmoins principale, elle sert surtout à mon­trer combien « la plus grande partie des violences résulte d’un processus, d’un cons­truit volontaires, alors même que les motivations peuvent être les plus hétérogènes, en prenant une forme festive ici, provocatrice et intimidante là, violente ailleurs ». Des catégories aussi qui sont loin d’être figées, un même groupe pou­vant « fort bien passer d’un état à l’autre », ses membres n’ayant « pas nécessairement cons­cience de ce qu’ils font ». Un point qui « traduit bien l’inscription de l’attitude du supporter dans ce que l’on appelle communément la théorie de la désignation, de l’étiquetage : la faute à une culture du spectacle sportif refermée sur elle-même, ignorante et insensible à la varia­tion des passions individuelles » (pp. 361-362). À quoi il faut d’ailleurs ajouter que, par diffé­rence avec les rites culturels qui sont par définition de nature dialogique et donc intégrateurs, les rites sportifs sont au contraire toujours de nature belliqueuse ou oppo­sitive, avec ceci que les joueurs y entrent à égalité statutaire et en sortent inégaux entre eux ou socialement hiérar­chisés, en toute justice ou injustice.

7L’étude des différentes formes de réaction au spectacle a d’ailleurs pour l’A. des fonc­tions heuristiques (p.289). Mais l’objectif étant « de disposer de plusieurs grilles de lecture pour comprendre l’émergence » de cette violence, il n’en semble pas moins conclure à un certain « partage des responsabilités : d’un côté, on retrouverait des cau­ses liées au mouve­ment des supporters autonomes, de l’autre un ensemble de détermi­nants exogènes » (p.293). Parmi les facteurs endogènes, on peut en premier lieu consta­ter comment « la violence se traduit de manières différentes en fonction de la dynamique des groupes, de leur histoire rythmée par des contentieux, du rôle et de la position oc­cupée par le ou les supporters vio­lents dans le groupe d’appartenance, d’une redéfini­tion des places de tel ou tel style de sup­portérisme dans le système local de la passion du football » (pp. 359). Mais il faut aussi y voir comment « le spectacle footballistique finira peut-être par perdre sa base populaire comme il a perdu sa base ouvrière depuis une vingtaine d’années maintenant », car « avec l’arrivée de grandes multinationales d’abord dans le capital des clubs, puis à leur direction, rien ne sera plus laissé au hasard des passions individuelles pour le football. Les clubs seront gérés comme des entrepri­ses, et les supporters soi-disant problématiques qui se trouvent dans les stades seront évacués comme on liquide un personnel » (p.361). Par contre, côté facteurs exogènes, il y aurait d’abord à compter avec deux facteurs, celui des « acteurs disposés dans les sta­des pour empêcher que les violences entre supporters ne se déclarent, ou débordent jusqu’à menacer l’ordre public » (p.293), et celui de « la médiatisation du football », qui « dé­gage certainement de nombreuses ressources financières » pour l’institution spor­ti­ve, mais qui joue aussi un rôle surdéterminant dans la censure et le renforce­ment des violences. « Car que dit-elle sinon que [les acteurs] sont bons ou mauvais, festifs ou belliqueux, exaltés ou extrémistes ? ». Ainsi, en s’appuyant « sur une popula­rité qu’elle consolide en retour », la médiatisation joue « le rôle d’une caisse de résonance qui amplifie les faits et gestes de l’en­semble des acteurs du spectacle sportif », avec pour effet de retour que « les supporters, une fois pris au jeu du spectacle de masse, perdent toutes leurs références sociales et agis­sent sans contrôle », et que la « rage de paraître » se levant chez les plus jeunes, ils sont pous­sés aux conduites les plus agressi­ves (p.290). Il peut même se faire que ces acteurs en arri­vent par là à « une lutte pour la lutte », à considérer la violence comme le « moteur » ou la « va­riable explicative » de leurs « investissements individuels dans le militantisme sportif » (p.359), ou mieux encore — parce que théâtrale — comme l’unique rituel de passage à la vie en so­ciété.

Haut de page

Notes

1 Chovaux Olivier, Nuytens Williams, Dir., Rugby : un monde à part ? Énigmes et intrigues d’une culture atypique, Arras, Artois Presses Université, 2005. Cf. compte rendu supra.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

A. Delobelle, « Nuytens Williams, Préface de Didier Demazière, La popularité du football. Sociologie des supporters à Lens et à Lille », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-2 | 2006, 216-219.

Référence électronique

A. Delobelle, « Nuytens Williams, Préface de Didier Demazière, La popularité du football. Sociologie des supporters à Lens et à Lille », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-2 | 2006, mis en ligne le 11 mars 2011, consulté le 24 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/600

Haut de page

Auteur

A. Delobelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org