Navigation – Plan du site

Le sociologue dans la cité 

Mathieu Hilgers
p. 3-5

Texte intégral

1Que fait le sociologue dans la cité ? Quel rôle y joue-t-il ? Le savoir sociologique peut-il contribuer à une amélioration du monde social ? Si oui, comment ? Ces ques­tions ne sont pas neuves mais les réponses apportées évoluent au gré des contextes. Sans prétendre à l’exhaustivité, cette livraison de Recherches Sociologiques et Anthro­pologiques présente six contributions qui, chacune à sa manière, éclairent divers as­pects de la problématique. Tout en donnant à voir la complexité, l’ampleur et les impli­cations de ce questionnement, la cohérence qui sous-tend l’ensemble du numéro permet de proposer une démarche pertinente pour étudier l’engagement du sociologue dans la cité.

2Ce dossier s’articule autour de trois volets. Le premier présente un bilan historique de la relation entre sociologie et engagement. Le deuxième a pour objet la posture et l’apport pour le monde social de quelques sociologies engagées. Le troisième nous pro­pose une réfle­xion sur les conditions liées à la diffusion de l’analyse sociologique hors du champ scientifique et sur l’engagement tel qu’il peut être vécu par le chercheur, ainsi que sur son implication dans la transformation des représentations et des pra­tiques de la discipline.

3En dressant un état des lieux des différentes relations entre sociologie et société, F. Dassetto tente de comprendre l’origine du “tournant” des années 1980. Cette dé­cen­nie se caractérise par son agitation théorique et méthodologique. Les ravages du post­modernisme et les défis des approches individualistes stimulent un retour à la théorie qui s’accompagne parfois de perspectives critiques. L’éclatement de la disci­pline ne fa­cilite pas une appréhension générale de la dynamique sociale et, lorsque l’on s’y es­saye, c’est souvent à travers des formules qui deviennent rapidement incanta­toires : société de risque, modernité réflexive, seconde modernité, globalisation… Cette lec­ture historique conduit l’auteur à s’interroger sur une série de dilemmes qui tra­­ver­sent la discipline — le statut de son mode interprétatif, son utilité et sa performance face à d’autres sciences, son rapport à la réflexivité et sa manière de la traiter, le statut de la critique — et participent peut-être à la lente gestation d’une nouvelle phase de savoir et de pratique sociologiques. En thématisant les enjeux idéolo­giques implicites qui sous-tendent certaines méthodes, certains courants et certaines écoles et qui sont parfois à la source de conflits d’interprétation, l’analyse soulève un aspect essentiel de la produc­tion du savoir : les conditions sociales qui rendent la socio­logie et l’enga­gement du so­ciologue possibles.

4La question des conditions sociales des possibilités de la sociologie et de l’engage­ment du sociologue est aussi au cœur du texte de J. Corvalan. L’auteur se penche sur le rôle de la sociologie dans l’analyse et l’élaboration des politiques publiques au Chili. Il montre à quel point les conditions matérielles, institutionnelles et politiques d’une na­tion peuvent jouer sur la manière dont la science se définit et est produite. Que ce soit dans un contexte où la possibilité d’influer sur les politiques d’État semble quasiment nulle ou dans un univers où les sociologues sont soucieux de participer à la gestion du pays, la production du savoir est nécessairement déterminée par les structures sociales qui la rendent possible. Pas seulement parce que les agents sociaux sont inscrits dans une époque et un lieu, mais aussi parce qu’ils doivent s’adapter, parfois au détriment d’une réelle capacité critique, aux structures institutionnelles. La compréhension de ces structures est donc essentielle pour cerner l’action du sociologue et sa réception dans la cité ; qu’il s’agisse de la déconstruire lorsque elle n’est qu’un outil de légitimation ou d’opérationnalisation des politiques de l’État, ou qu’il s’agisse d’identifier l’apport qu’elle peut constituer dans l’élaboration d’une société plus juste.

5Les deux premières contributions nous permettent ainsi de revenir sur les conditions qui déterminent l’émergence et le traitement de la question de l’engagement du socio­logue dans la cité. Cette question apparaît dans un contexte spécifique, elle est rendue possible par des conditions matérielles et institutionnelles et prend sens dans un rap­port particulier à la tradition sociologique. L’élucidation des conditions sociales de pos­sibilité de cette question permet de mieux connaître la sociologie elle-même, mais aussi d’établir de façon plus féconde le rapport qu’elle peut entretenir avec la cité.

6Le texte de M. Hilgers revient sur la manière dont P. Bourdieu a étudié l’encastre­ment de la sociologie dans la contingence sociale, politique et institutionnelle. Ce der­nier a tenté d’identifier et de neutraliser les éléments sociaux qui nuisent à la scien­tifi­cité de la sociologie. L’objectivation de la dynamique de sa production doit permet­tre d’élever la rigueur de la sociologie et faciliter sa contribution à faire de l’homme un plus grand « maître et possesseur de la nature sociale ». Malgré son importance, la res­ponsa­bilité liée à la mise en lumière des rapports de force et de sens qui déterminent le monde social n’a pas vraiment orienté les travaux de Bourdieu vers l’étude systé­ma­ti­que des mouvements sociaux ou des formes de luttes et d’alternatives contempo­raines. Au-delà de cette mise en lumière, une telle sociologie est-elle la plus adéquate pour par­ticiper à la transformation et à l’amélioration du social à travers les proposi­tions concrètes qu’elle peut formuler ? Le désenchantement sociologique du monde pré­conisé par Bourdieu ne risque-t-il pas parfois d’entraîner avec lui une sorte de fata­lisme ?

7C’est en partie dans le sillage de ces questions que A. Loute entreprend une relec­ture des travaux de L. Boltanski et E. Chiapello sur le capitalisme et, plus spécifi­quement, de leurs réflexions contre le fatalisme. En constatant le perpétuel retard de la critique sur un monde où les effets des inégalités se renforcent, ils proposent de dyna­miser la vigilance collective à partir d’ « observatoires de la critique ». Ces observatoires permet­traient d’agir plus vite, en repérant plus tôt la souffrance sociale, et plus efficacement, en anticipant certains effets pervers de la critique. Cette propo­sition soulève des inter­rogations : qui établira ce qu’est la souffrance sociale ? Jusqu’à quel point les descrip­tions de la critique ont-elles des effets sur le monde ? Comment garantir l’investis­sement dans ces formes de vigilance collective et la réappropriation de la critique par les acteurs plutôt que par le capitalisme ? A. Loute prolonge ces questions en se pen­chant sur une autre manière d’organiser la vigilance. En étudiant l’émergence de diffé­rentes expériences collectives, les forums hybrides, M. Callon, P. Lascoumes et Y. Bar­the montrent comment celles-ci peuvent contribuer à « démo­cratiser la démocratie ». A. Loute étudie les enjeux et les difficultés liés à la volonté de ces sociologues des ré­seaux d’organiser et de généraliser ce type de forum.

8La mise en forme sociologique du monde participe à sa transformation. Les textes de M. Hilgers et A. Loute montrent à quel point certains sociologues semblent convaincus de l’importance de diffuser hors des sphères académiques le résultat de leurs re­cher­ches. Ils mettent en évidence leur volonté de formuler des propositions basées sur l’étude du monde social et visant à son amélioration. Comprendre l’action du sociolo­gue dans la cité, c’est aussi montrer en quoi celle-ci est parfois posée en réponse à une demande sociale. Au-delà des publications, des conférences, de la par­ticipation à des ré­seaux ou des forums, il arrive par exemple que le sociologue soit convié à collaborer à l’élaboration de réformes politiques ou à intervenir dans le champ médiatique. Ces contributions transforment-elles son rôle ? Ont-elles une réelle effi­cacité ? Quelles sont les conditions et les formes de leur réception ? Pour établir la force d’intervention d’un scientifique lorsqu’il prend position dans l’espace public, une série d’éléments doivent être pris en considération. S’il importe de comprendre le fonctionnement du champ d’où l’auteur prend la parole — celui qui fonde sa légitimité première —, d’étudier sa structure comme un espace hiérarchisé et un espace de lutte qui va déterminer le style et l’unité idéologique de son intervention, il faut aussi de toute évidence saisir le fonc­tionnement de l’univers au sein duquel il s’exprime.

9C’est autour de cet aspect et à propos des médias que C. Mattart articule sa ré­flexion. L’importance toujours plus grande de ces derniers et des nouvelles formes de communication associée à la volonté de diffuser la sociologie exposent plus largement celle-ci au grand public. Mais que signifie être expert médiatique lorsqu’on est sociolo­gue ? Et avant tout, qu’est-ce qu’un expert médiatique ? Comment le devient-on ? Quelle est la part de liberté et de contrainte liée à la position d’expert ? La figure du so­ciologue expert est-elle la plus appropriée pour une intervention dans les médias ? Ces questions, C. Mattart les aborde à travers une analyse basée sur l’étude des jour­naux télévisés et des débats du dimanche de deux chaînes de télévision belges. L’auteur constate que, malgré ses travers, l’intervention médiatique reste un moyen relativement efficace pour transmettre des idées à condition d’élaborer des stratégies pour conserver une relative liberté de propos. C. Mattart décrit les éléments qui sous-tendent la « coo­pération potentiel­lement conflictuelle » entre le journaliste et l’expert et tente d’établir la marge de ma­nœuvre dont dispose ce dernier.

10L’appel de la cité ne se réduit pas au média, c’est ce que montre P.-J. Laurent en re­venant sur son expérience de collaborateur à la conception et à la mise en place de la réforme de la décentralisation au Burkina Faso. L’auteur s’efforce dans sa contribution d’évaluer l’apport que peut constituer une réflexion socio-anthropologique directement impliquée dans les réformes de l’État et, en l’occurrence, soumise en partie à l’usage de « termes de références ». Jusqu’où peut-on trouver une compatibilité entre la des­cription d’une ethnologie critique et l’action politique à visée prospective ? Selon P.-J. Laurent, la compatibilité peut être renforcée si l’institution et le chercheur élaborent un ques­tionnement commun. Ce travail peut être complété par un effort de “traduction” en vue de permettre une meilleure réappropriation des recherches par les instances poli­tiques. Si le chercheur semble parfois le plus indiqué pour mener à bien cette opé­ration, celle-ci peut aussi impliquer une relative transformation de son rôle. Le sens de son travail peut alors profondément changer.

11La négociation presque permanente entre le chercheur et ceux qui le sollicitent mon­tre qu’il est souvent conduit à s’investir dans des débats et des négociations qui dépas­sent le cadre strictement scientifique. Cette confrontation aux exigences de la cité boule­verse sa pratique et le sens de son rôle dans la société. C’est ce que soulignent les arti­cles de C. Mattart et P-J. Laurent en étudiant certaines formes que revêt “l’appel de la cité”. Ce troisième moment de la réflexion clôt ce numéro de Recherches socio­logiques et anthropologiques dont l’objectif, au-delà de l’apport de chacun des textes qui le composent, est de proposer une manière spécifique de penser l’engagement du socio­logue dans la cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Hilgers, « Le sociologue dans la cité  », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-1 | 2006, 3-5.

Référence électronique

Mathieu Hilgers, « Le sociologue dans la cité  », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-1 | 2006, mis en ligne le 11 mars 2011, consulté le 24 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/601 ; DOI : 10.4000/rsa.601

Haut de page

Auteur

Mathieu Hilgers

Université catholique de Louvain
Unité d’anthropologie et de sociologie (ANSO)
Laboratoire d’Anthropologie Prospective (LAAP)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org