Navigation – Plan du site
À propos de livres

Valière Michel, Le conte populaire. Approche socio-anthropologique

Paris, Armand Colin, 2005, coll. “Cursus Sociologie”, 200p.
Régis Malige
p. 219-221

Texte intégral

1Si certains redoutaient l’oubli ou la disparition des fabliaux, lais, dits et autres saynè­tes, qu’ils se rassurent ! Les contes populaires sont “de retour” et remis à l’ordre du jour, en mê­me temps que se développe un fervent “militantisme” pour leur sauvegarde et leur déve­loppement. Michel Valière, successivement ethnologue à la Région et à la DRAC de Poitou-Charentes, chercheur aux ATP, puis maître de conférences associé dans la capitale pictave, est le témoin de ce “renouveau”. Fort de nombreuses publica­tions, l’A. fait revivre, en quel­que deux cents pages et sept chapitres, l’étonnante vita­lité de ces traditions orales.

2Jadis confinés dans les plaisirs enfantins, aujourd’hui versés dans le patrimoine culturel, les contes sont marqués par de grands noms. Du Moyen Âge à l’époque clas­sique, citons Pierre Alphonse, Jehan de Boves ou Marie de France, dont les lais narra­tifs vont principalement vers l’aventure ou l’événement inopiné. On appréciera de connaître la production italienne avec Matteo Bandello, Francesco Straparola et surtout Jean Boccace, qui signe en quelques « nouvelettes » dans son Décameron quelques pri­ses de positions sur la société de son temps. Toujours en Europe, les Canterbury Tales de Geoffrey Chaucer font alliance de poésie, satire, humour et réalisme, tandis que les Don Quijote et Nouvelles exemplaires de Miguel de Cervantès, en Espagne, apportent une touche de plus dans l’art du récit. Savants collec­teurs de textes, anecdotes, facéties et légendes à travers l’Allemagne, les frères Grimm (Ja­cob et Wilhelm) ont « révolu­tionné » la littérature orale populaire et inspiré de nombreux écri­vains. La France n’échappe pas à cette activité de « cueillette », et à chacun sa terre de pré­dilection : Léon Pineau pour le Poitou, Achille Millien pour les bocages nivernais, Félix Ar­naudin et André Lagarde, pour les Landes de Gascogne et le pays d’Oc, Albert Meyrac pour les Ardennes, Charles Joisten pour le Dauphiné, Jean-Noël Pelen comme Pierre Lau­rence pour les Cévennes… Rabelais, au XVIe siècle, ne peut être ignoré, ni même Charles Per­rault, au siècle suivant, dont les contes (onze au total) tiennent en haleine depuis la période classique et font référence dans le domaine féérique. Enfin, à l’étranger, la per­formance nar­rative s’affirme dans des contrées où la langue française a résisté à l’influence anglophone (Québec, Terre-Neuve, Acadie).

3Le tour d’horizon terminé, place aux pratiques de l’oralité. Michel Valière parcourt d’un pas alerte le monde des artistes de la parole, des lieux et des auditoires. Des grio­tes et griots africains aux cultivateurs, vanniers ou pâtres français, en passant par les conteurs du Pacifi­que, croqués sur le vif par Malinowski dans ses Mœurs et coutumes des Mélanésiens, la diversité des liens entre raconteurs et récepteurs s’affiche à l’évidence. Les veillées, réunis­sant familles et amis, les fêtes locales, les travaux agrico­les, les ateliers de couture, les ou­vroirs de lingères, brodeuses et dentellières, les places publiques et festivals de spectacle vi­vant, sans oublier le bouche à oreille, constituent autant de voies de circulation naturelle de la narration populaire.

4De cette littérature orale, émergent d’importantes problématiques : la question de la lan­gue, tout d’abord, dans les rapports entre l’informateur et le collecteur, puis la resti­tution des textes lors de l’édition. Ce cheminement de l’ “orature” vers l’écriture, cher aux ethnolinguis­tes, passe sous silence les méthodes de transcription, plus encore les conditions d’émission et de réception du discours. En outre, si les activités de traduc­tion et d’illustration des contes facilitent leur diffusion, le risque de dénaturer ou d’affadir leur contenu ne peut être écarté. Enfin, cette profusion éditoriale nécessite des modes d’agencement et une classification parti­culière. On retiendra, à ce titre, l’immen­se travail de recension internationale par types et genres de Thompson et Aarne, qui a donné naissance à des catalogues plus régionaux no­tamment français, sous la houlette de Paul Delarue, Marie-Louise Tenèze ou Josiane Bru.

5Inscrit dans le quotidien d’une communauté ou d’un groupe, le conte offre de multi­ples usages sociaux. Puissant vecteur interculturel, il est à l’honneur dans nombre de creusets (écoles, crèches, garderies, musées, bibliothèques…) où s’exercent ses vertus idéologiques et pédagogiques, et la pratique, désormais bien rodée, de “l’heure du con­te”, est aujourd’hui institutionnalisée. L’intégration de la dimension psychanalyti­que (travaux de Bettelheim) ouvre la voie à l’explication de certaines conduites humai­nes et au règlement de conflits plus exis­tentiels. Enfin, les initiatives contemporaines de revivification des activités de contage révèlent le talent d’actrices et d’acteurs profes­sionnels, aux itinéraires personnels souvent contrastés, agissant dans le respect des identités.

6Une bibliographie par chapitre, un glossaire et des utilitaires (index, encadrés, revues spécia­lisées, documents sonores, filmographie, webliographie) concluent judicieuse­ment cet ouvrage. Le lecteur sera conquis par l’allégresse du style, la qualité des infor­mations délivrées ou la truculence de certains « morceaux choisis », à l’exemple de ce Newfie qui assimilait le presbytère à une maison pour les presbytes, ou cet autre, qui voyait dans l’euthanasie l’exis­tence d’un nouveau continent !

7Au total, un Valière bien ficelé, distrayant, riche, convaincant et fort instructif !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Malige, « Valière Michel, Le conte populaire. Approche socio-anthropologique », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-2 | 2006, 219-221.

Référence électronique

Régis Malige, « Valière Michel, Le conte populaire. Approche socio-anthropologique », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-2 | 2006, mis en ligne le 11 mars 2011, consulté le 23 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/603

Haut de page

Auteur

Régis Malige

Université de Poitiers (LARESCO-ICOTEM)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org