Navigation – Plan du site

Sociologies et sociétés : une articulation à repenser ?

Sociology and Societies: Rethinking an Articulation?
Felice Dassetto
p. 7-26

Résumé

From the outset, sociology has faced various ways of understanding its relations with civil society. In addition to a reformist and participatory approach, a more critical sociology has emerged. Yet another trend sought to go beyond denunciation by witnessing to human misery. A neopositivist outlook seeks to lead sociology back to a more purely technical function. From the 1980s on, postmodernist questioning and the prevailing individualistic paradigms have induced divergent ways of relating to society together with a change in the ability of sociology to determine what the social is. For the future, sociology is likely to be confronted with dilemmas arising as much from dynamics internal to the discipline as to external factors such institutionalized financing.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis sa fondation, la sociologie a été confrontée à différentes approches pour penser son rapport à la cité. À côté d’une conception réformiste et participative, s’est développée une sociologie critique de la société. Un autre courant a voulu, au-delà de la dénonciation, témoigner des misères du monde. Une vision néo­positiviste a également ramené la sociologie à son rôle de spécialisation tech­nique. À partir des années 1980, les questionnements postmodernistes et la do­minance de paradigmes individualistes ont amené une divergence dans les dif­férentes manières de se rapporter à la société, mais également une modification de la capacité même de la sociologie de dire la société. Il est probable que, pour son avenir, la sociologie sera confrontée à quelque dilemme majeur dû tout autant aux dynamiques internes de la discipline qu’aux changements des modes institutionnels de financement.

2Au cours des deux siècles d’existence que compte leur discipline, les sociologues ont adopté des visées multiples et ont connu des polémiques nombreuses quant à la fonction de leurs analyses dans le devenir social. Ces différentes postures ne peuvent pas être analysées uniquement sous l’angle théorique et épistémologique, tout comme il est insuffisant de faire uniquement une histoire internaliste de la sociologie.

  • 1  La question de la fonction de la sociologie semble, à première vue, plus volontiers traitée par le (...)

3Il est utile de faire une sociologie historique du rapport entre sociologie et société, qui, à côté des dynamiques internes, prenne en compte le statut général de la fonction intellectuelle et des débats sociaux, les dimensions institutionnelles de la production sociologique, l’idéologie et la posture sociale des sociologues 1.

4Ce texte voudrait montrer comment ce qu’on pourrait appeler le “ré­gime de la sociologie professionnelle”, qui s’est constitué entre le XIXe siècle et les trois premiers quarts du XXe siècle, s’est transformé après les années 1980. Loin d’être un simple marasme disciplinaire (Collins, 1986) et même s’il n’apparaît pas toujours comme tel, il s’agit d’un véritable af­frontement théorique et idéologique, dans lequel prennent place des dé­bats épis­témologiques — notamment modernisme/postmodernisme — aux lourdes conséquences pratiques et des positionnements idéologiques plus ou moins explicites — libéralisme, post-néolibéralisme, critique.

I. L’héritage de l’histoire

  • 2  La typologie élaborée récemment par Michael Burawoy, qui distingue une sociologie finalisée, orien (...)

5À la fin des années 1970, l’héritage théorique et pratique du rapport entre sociologie et société emprunte quatre directions : celle d’une socio­logie “participative”, visant à contribuer au fonctionnement et parfois à l’amélioration de la société existante ; celle d’une sociologie “érosive”, critiquant ou tentant de détruire le mode d’organisation sociale existant ; celle d’une sociologie du “témoignage”, hésitant entre construction et cri­tique et se faisant le porte-parole des laissés-pour-compte 2 ; enfin, celle d’une sociologie “autonome”, attentive à éviter toute contamination idéo­logique ou politique.

A. La sociologie participative

6L’idée que la sociologie — nouveau mode d’exercice de la rationalité — puisse contribuer à l’amélioration des sociétés est présente dès le début de son histoire, chez Saint-Simon et Comte, mais aussi chez Quetelet, Le Play et bien d’autres.

7Cette conception participative a produit deux grands types d’approche. L’une vise avant tout la production d’une représentation de la société, de ses fonctionnements et de ses changements, en fournissant des outils géné­raux de compréhension. Les destinataires de ces discours peuvent être di­vers, parfois distincts, le plus souvent simultanés. Il peut s’agir de l’élite d’un pays, comme pour Comte, Tocqueville, Weber ou Durkheim ; des collègues de l’Académie, lorsque la sociologie devient une discipline universitaire à part entière comme chez Durkheim, Parsons ; du public en général ou de la société civile, comme le fut, à certains égards, la socio­logie de R.E. Park.

8C’est notamment après la Deuxième Guerre mondiale que la sociologie fait son entrée sur la scène sociale. C’est le cas par exemple, aux États-Unis, avec un livre comme La foule solitaire de D. Riesman, un des pre­miers grands succès littéraires du genre. Elle rencontre par ailleurs un succès ambivalent dans l’audiovisuel, car si les “problèmes sociaux” y sont fréquemment traités, c’est davantage en raison du journalisme d’in­vestigation que d’un rôle médiatique des sociologues. La sociologie ne connaîtra jamais l’équivalent de l’entrée massive de la psychologie dans l’audiovisuel comme l’inaugurèrent en France Ménie Grégoire sur “RTL” ou Françoise Dolto sur “Europe n° 1” et “France Inter” au début des an­nées 1960.

9Le but de cette première approche est de contribuer, par l’information et l’analyse, à éclairer les acteurs sociaux. Lorsqu’elle a comme destina­taires les élites dirigeantes, la sociologie part du postulat comtien qui énonce que si l’ensemble social ne fonctionne pas bien, c’est qu’il est mal pensé. La démarche positive, celle qui, pour Comte, articule fait et théorie, serait la plus adéquate pour la réorganisation du social. De ma­nière plus générale, le sociologue pense qu’en introduisant plus de ratio­nalité — celle qu’il est à même de produire — la société organiserait mieux son mode de fonc­tionnement.

10La seconde approche a une finalité plus pratique et vise à améliorer le fonctionnement social concret, que ce soit par l’information qu’elle pro­duit ou par l’identification des causes des disfonctionnements sociaux. Telle était l’attitude de Quetelet à l’égard du jeune État belge. Il était sou­cieux de contribuer à la mise en œuvre de mesures préventives desti­nées à éviter toutes sortes de déviances, grâce à une meilleure connais­sance des faits que le traitement des grandes occurrences sociales devait permettre.

11À partir des années 1920, cette sociologie, que l’on appellera “appli­quée”, et qui transforme le scientifique en “expert”, trouve des terrains privilégiés. Les entreprises et les organisations voient les sociologues in­tervenir pour y organiser “scientifiquement” le travail et mettre en lu­mière les lieux de résistance. Par ailleurs, lors de la crise de 1929, dans l’ambiance du new deal, la sociologie intervient pour préparer le terrain des politiques sociales et du renouvellement urbain voulues par Roose­velt. Financements à la clé, elle développe systématiquement l’usage de la grande enquête, élabore les techniques du questionnaire et donc, de l’échantillonnage, de la quantification des données, de l’élaboration des échelles, permettant ainsi de cerner des populations.

12Pour Paul Lazarsfeld, cette approche caractérise la vraie sociologie scientifique. Ce dernier prend ainsi à contre-pied la recherche conduite à Chicago selon des méthodes monographiques. Le fonctionnalisme parso­nien, la version mertonienne middle range, assortie de concepts et de théories psychosociologiques, fourniront une base théorique solide à cette démarche.

13Pour remplir cette tâche d’expertise, la sociologie transforme son mode de production de connaissance en véritable entreprise cognitive, par la ra­tionalisation et la standardisation des méthodes — analyse quantitative, analyse causale —, des outils — questionnaire, analyse statistique — et des équipements. Elle passe d’une production réalisée par des « intellec­tuels vagabonds », comme aimait à se définir Park, à une expertise menée par des professionnels. Le Bureau of Applied Social Research, fondé et dirigé par P. Lazarsfeld à la fin de années 1930 est l’exemple de cette pro­fessionnalisation (Lautman/Lécuyer, 1998).

14C’est sur la base de cet héritage que se développent, surtout dans l’après-guerre, aux États-Unis, en Europe et dans les autres pays déve­loppés, les sociologies spécialisées. Elles sont produites par des scientifiques et des équipes de recherche qui acquièrent une véritable compétence grâce à une connaissance exhaustive du sujet traité, tant dans ses composantes que dans sa durée. L’ouvrage édité par Lazarsfeld, Sewell et Wilenski (Lazarsfeld et al., 1968) fait un bilan très étendu des apports de cette démarche à la décision politique. Pour cette sociologie “appliquée”, il ne s’agit plus de produire une pensée générale pertinente pour la compréhen­sion des transformations sociales. Il ne s’agit pas non plus d’un souci mo­ral. Il s’agit par contre de mettre en place un instru­ment technique apte à pro­duire une connaissance qui puisse être mise à la disposition des instan­ces de décision.

15Au-delà de ses apports cognitifs, une telle sociologie est attirante à plus d’un titre pour le décideur qui recourt au scientifique en tant qu’expert. En effet, lorsqu’elle travaille sur des échantillons qu’elle par­vient à défi­nir comme représentatifs d’une population, l’approche montre qu’elle peut parler d’un ensemble social large. La quantification permet par ailleurs une objectivation de la connaissance et construit concrètement son ancrage. Enfin, l’argumentation de type causal, souvent utilisée dans ces recherches sous des formes diverses permet, ou en donne l’im­pression, d’identifier clairement les questions et les problèmes. De toute manière, même au plan de l’information et même en restant « caméraliste », au sens que lui avait donné Schumpeter, rappelé par Boudon (Boudon, 1992), la sociologie reste utile pour le décideur qui tente d’y voir clair dans l’opacité du social. Encore faut-il qu’elle soit à même de remplir cette tâche de manière originale.

16S. Berger assigne trois grandes fonctions à cette approche sociologique lorsqu’elle s’articule à la décision politique. La première est informative, notamment par sa dimension descriptive, mais aussi, pourrait-on ajouter, interprétative. La deuxième, que S. Berger appelle également la « fonction paprika », est légitimatrice dans la mesure où le discours sociologique sert à rendre légitime la décision politique en lui donnant de la couleur, com­me le paprika sur les brochettes. La troisième est la fonction d’appui par­tisan, par laquelle la sociologie sert de bureau d’étude au décideur (Berger, 1980).

B. La sociologie érosive

17Aux XIXe et XXe siècles, parallèlement à ce que nous venons d’évoquer, prennent forme des attitudes analytiques, engagées elles aussi dans le champ politique et dans la cité, mais à partir d’une posture critique. C’est dans ce contexte que l’on rencontre la figure plus générale de “l’intellectuel”, critique et méfiant du pouvoir, le « nouveau Diogène », comme l’écrit en 1753 d’Alembert dans son Essai sur les gens de lettres où il fustige les lettrés courtisans qui cherchent les faveurs des puissants.

18Cette critique s’exprime de différentes façons.

19L’une est généralement sceptique, dénonciatrice ou simplement désa­busée. Elle prend la forme de l’essai, parfois assorti d’un style pamphlé­taire. Aux États-Unis, à partir de 1860-1870, elle s’accompagne de la cri­tique de la Gilded Age. On peut y trouver des auteurs très divers, tels que Propotkine, F. Fanon, J. Baudrillart ou encore R. E. Park, très re­marqué pour ses textes virulents contre la politique coloniale de Léopold II au Congo.

20Dans la même foulée radicale, mais soutenue par un appareil théorique, on trouve la critique inaugurée par la pensée socialiste et surtout mar­xienne, qui rebondit sur la scène sociale et dans les campus universitaires dans les années 1960-1970. Celle-ci est souvent paralysée par la fidélité orthodoxe — et les diatribes entre fidèles — qu’elle entend garder à l’égard de la pensée marxienne, devenue doctrine marxiste. Elle produit toutefois des analyses pertinentes, que ce soit en Europe ou dans les pays du tiers-monde (Amin, 1975 ; Furtado, 1966 ; Gorz, 1964, 1973, 1988 ; Lefebvre, 1958).

  • 3  Les diverses contributions au récent volume Où en est la théorie critique ?, dirigé par E. Renault (...)

21Datant des années 1930, l’école de Frankfurt est un excellent exemple de l’usage non marxiste de la théorie critique du capitalisme de Marx. L’Institut für Sozialforschung avait été fondé en 1924 avec une claire orientation marxiste. Horkheimer, qui le dirige à partir de 1932, privilé­gie dès le début le dépassement de toute position partisane. Son utilisation de l’analyse de Marx n’est pas marxiste. Parfois les débats épistémologi­ques et méthodologiques semblent prévaloir sur la capacité d’analyse des pro­cessus sociaux en cours. C’est notamment ce que l’on observe au cours du “deuxième débat sur la méthode”, entamé au Congrès de la Société alle­mande de sociologie organisé à Tübingen en 1961, qui oppose les visions contras­tées de Th. Adorno, J. Habermas, K. Popper et H. Albert, entre une so­ciologie dialectique et une sociologie positiviste 3.

22Alain Touraine, Pierre Bourdieu, Georges Balandier, Immanuel Wal­lerstein, entre autres, produisent quant à eux une sociologie qui interroge le devenir social à partir d’une prise en compte des mouvements sociaux, du pouvoir ou des processus mondiaux.

C. La sociologie témoin

23Une certaine pensée critique procède également d’un sentiment huma­nitaire : la sociologie est ici mise au service du constat, parfois de la dé­nonciation, de la souffrance humaine et de ses causes. Souvent inspirée des idéaux du socialisme et du marxisme, elle n’en épouse pas nécessai­rement les prémisses et les sophistications idéologiques théoriques. Par ailleurs, elle n’en reprend pas les conclusions politiques. Le point de vue est celui des pauvres, des migrants, des discriminés, des sidéens, des gens ordinaires. Cette approche met l’accent sur la souffrance humaine et dé­nonce la société qui la fait naître.

24Cette dimension est présente dans de multiples descriptions relatives à la condition ouvrière, issues du monde libéral, socialiste ou catholique. Elle est aussi présente dans les monographies du réformateur-conser­vateur Le Play, consacrées aux familles ouvrières. C’est dans ce domaine d’étude qu’on trouve également les premières femmes sociologues, comme Béatrice Potter-Webb au Royaume-Uni ou Edith Abbott aux États-Unis. Souvent ces descriptions procèdent d’un sursaut moral devant la pauvreté et la misère humaine des hommes, des femmes et des enfants.

  • 4  Riis qui écrira également un texte pour faire parler ses clichés : How the Other Half Lives. Studi (...)

25On perçoit les mêmes soucis de description dans la sociologie améri­cai­ne du début du XXe siècle. Citons, à titre d’exemple, les premiers nu­mé­ros de l’American Journal of Sociology. Dans ces numéros, l’usage des clichés de grands photographes sociaux, tels que Lewis W. Hine ou Jacob Riis 4, servira à donner de l’épaisseur à la description, à la rendre plus élo­quente et accablante. R.E. Park donnera à la sociologie naissante une tournure éloignée de l’enquête sociale (Lannoy, 2004), mais le souci ré­formateur n’en sera jamais absent, notamment à travers la crise lancinante des “relations raciales” qui apparaît dans les villes américaines après 1919.

D. La sociologie neutralisée

26Une autre grande posture consiste à neutraliser la démarche sociologi­que, à la préserver de toute contamination idéologique ou politique afin de sauvegarder sa scientificité. Le but est d’autonomiser la sociologie comme démarche intellectuelle finalisée à elle-même, issue de sa propre tradition, travail­lant sa propre spécificité. Pour ce faire, la position wéberienne constitue une référence, même si Weber lui-même fut loin d’être aussi dégagé des intérêts de l’État et du capitalisme allemands qu’il ne le professe dans sa théorie.

  • 5  Le débat qui eut lieu au début des années 1970 entre Luhmann et Habermas portait justement sur le (...)

27Le projet de la grande théorie de T. Parsons, bien que tout à fait utili­sable dans une sociologie pratique, se donne cette perspective. Il en va de même des travaux menés par Randall Collins qui entend bâtir une socio­logie « scientifique » explicitant les relations causales entre phénomènes (Collins, 1975). À cet effet, Collins considère devoir dépasser les obsta­cles qui, selon lui, s’opposent à une sociologie scientifique : dimension pratique, sectorielle, phénoménologique, idéologique ou littéraire. La théorie des systèmes de N. Luhmann procède d’une intention semblable de « neutralisation scientifique ». Celle-ci entend prolonger le projet par­sonien et élaborer une théorie générale unitaire et universaliste de la so­ciété qui puisse rendre compte des structures et des processus de commu­nication au sein de la modernité 5.

II. Le tournant des années 1980 : critiques et agitations théoriques et méthodologiques

28À partir des années 1980, la sociologie semble être entrée dans une pé­riode de soubresauts et de renouvellement. Les questionnements qu’elle se posait sur elle-même étaient apparus dans les années 1970 (Boudon, 1971 ; Friedrich, 1970 ; Gouldner, 1972). Plusieurs facteurs engendrent alors un tournant majeur, lourd de conséquences quant au rapport que la discipline entretient avec la société.

29La crise financière des États et des universités, qui entraîne une réduc­tion drastique des subsides de recherche, est un élément marquant du tournant des années 1980. Le financement de la recherche sociologique se réduit, entre autres au bénéfice de l’économie. Cette évolution est encou­ragée par le discrédit jeté sur une certaine sociologie héritière du marx­isme, considérée comme trop critique, alors que les élites dirigeantes de­mandent la concentration des efforts pour réussir le redéploiement ca­pitalistique de la société.

30Mais l’impact majeur vient de secousses internes à la discipline elle-même, dans lesquelles se mêlent des critiques épistémologiques, métho­dologiques et idéologiques.

31Tout d’abord, de nombreux reproches sont formulés à l’encontre de la sociologie appliquée et de ses démarches. On retiendra notamment la cri­tique de sa « quantophrénie » (Sorokin, 1956), l’appel à l’imagination (Mills, 1959), les réflexions sur une sociologie productrice de sens (Goul­dner, 1972 ; Berger, 1994). Balandier quant à lui critique la « tenta­tion technocratique » qui « incite à limiter l’entreprise scientifique à l’ordre des techniques sociales, à l’activité des ‘ingénieurs sociaux’ qui opèrent sur commande afin de remédier aux ratés et aux pannes de la so­ciété » (Ba­lan­dier, 1985). Bauman s’en prend pour sa part à cette sociolo­gie qui amène les sociologues à passer du statut d’interprètes à celui de législateurs (Bauman, 1987).

32La critique vise également l’instrument qui est devenu l’outil privilé­gié, voire exclusif, de la sociologie : le questionnaire et le traitement quantitatif et causal qui l’accompagne. Du fait de ces critiques, mais aussi de la crise du financement, cet outil est remplacé par des techniques “qualitatives“ moins coûteuses. On travaille sur des échantillons réduits. On développe notamment l’interview, l’entretien compréhensif, que les enregistreurs portables, de moins en moins onéreux, rendent praticables. Le savoir-faire sociologique développé en matière d’enquête par ques­tionnaire et d’analyse de données quantifiées s’appauvrit. Le grand outil dont les sociologues se sont dotés pour se légitimer comme des porteurs de connaissance, notamment auprès des décideurs politiques, s’effrite tout doucement. Il sera récupéré par d’autres disciplines (démographie, scien­ces politiques, économie).

33Sur le plan théorique, le paysage se complexifie. L’offensive lancée, dès les années 1940, par Friedrich von Hayek contre ce qu’il appelait le « scientisme » des sciences sociales (Hayek, 1952), et qui dénonçait le re­cours à des entités totalisantes (classes, industrie, État…) ou la prétention à interpréter leur devenir historique (comme le fera aussi K. Popper), at­teint son but. Hayek et Gary Becker fondent un paradigme sociologique individualiste rationaliste — les « théories du choix rationnel » — qui aura un succès considérable, notamment dans le monde anglo-saxon et nord-européen. Son succès est dû tout autant à la réaction antiparsonienne et antimarxiste qu’à une nouvelle vision de l’être humain qui émerge dans la société américaine. Celui-ci n’apparaît plus immergé dans les commu­nautés naturelles. Il est vu comme une figure individualisée. Les théories néolibérales qui s’affirment et s’imposent confirment à leur tour la légi­timité de cette vision de l’être humain. Les théories de l’échange et des jeux et, plus récemment, le cognitivisme enrichissent progressivement les instruments conceptuels des théories du choix rationnel. James Coleman — qui fit ses armes comme beaucoup d’autres chercheurs au Bureau of Applied Social Research de Lazarsfeld — fera une synthèse de ces ap­ports (Coleman, 1990).

34D’autres approches découlent de cette vision d’une société pensée à par­tir des individus, qui avait été occultée jusque-là par le fonctionna­lisme ou le marxisme. Elles vont de l’interactionnisme à l’ethno­méthodologie en passant par la sociologie compréhensive — ou plus exactement “herméneutique” — et la sociologie pragmatique. Ces ap­proches sont considérées comme plus aptes à étudier une “société d’indi­vidus”. La manière de voir cette société privilégie la dimension du “micro” et du quotidien. En favorisant l’analyse des transactions, des né­gociations, des justifications, des circulations entre les humains et les cho­ses constituant l’acteur-réseau, dans leurs aspects vécus et/ou quoti­diens, elle vise à mon­trer les adaptations et les ajustements plus que les ruses, les résistances et les conflits. B. Latour poussera à l’extrême ce re­fus de pen­ser le social en dehors de l’assemblage d’actions pratiques dé­crites dans leur factualité (Latour, 2005).

35Aux yeux de certains sociologues qui renouent avec la tradition du sur­saut moral, l’approche par le vécu individuel apparaît d’autant plus im­portante que la crise économique et le mode de vie contemporain indui­sent des souffrances personnelles qu’il importe de mettre au jour. Si la sociologie des années 1960-1970 pensait s’attaquer aux incendiaires des sociétés, c’est-à-dire aux structures et aux acteurs qui les construisent et les dirigent, celle des années 1980 se penche sur les soins des brûlés.

  • 6  Il opère un puissant positionnement théorique en relisant les classiques, comme Simmel, à sa propr (...)

36À côté de ces secousses individualistes, l’héritage sociologique des an­nées 1970 est attaqué sur le plan épistémologique par le postmoder­nisme. Jean-François Lyotard annonce la « fin des grands ré­cits ». Non seulement ceux qui avaient accompagné culturellement et idéologi­que­ment la mo­dernité, mais aussi ceux qui avaient constitué la pensée scien­tifique elle-même. D’importants développements théoriques vont de pair avec le tour­nant postmoderne de la pensée sociologique (Seid­man, 1994). Ce tournant est lourd de conséquences pour les rapports que celle-ci entre­tient avec la cité 6. L’épistémologie postmoderne a donné lieu à des polé­miques ouvertes en dehors du monde sociologique (So­kal/Bric­mont, 1997). Mais elle a également stimulé le développement d’un effort théo­rique visant à refonder une théorie sociologique contemporaine non post­moderne.

37La critique épistémologique postmoderne, ou inspirée par elle, amène l’idée que la production de systèmes théoriques, voire la notion même de théorie, n’est plus pertinente. La sociologie n’a pas à produire un méta­langage qui surplombe le langage vécu. Elle doit produire des narrations ou au plus — en renouant alors avec une autre tradition sociologique — une grounded theory (Glaser/Strauss, 1967) qui permette de pratiquer une « sociologie naturelle » et un « calme examen des faits de société » (Quéré, 2002). Elle ne doit produire qu’une description, fût-elle « épaisse » (Geertz, 1973, 1988). Tout comme pour le tournant “micro”, le tournant postmoderne ne peut que s’intéresser au local. Il se concentre notamment sur la condition humaine vue sous l’angle de la différence, assortie par­fois de l’idée de domination : sexuelle, raciale, culturelle…

38Sur la base du postulat épistémologique de la fin de la théorie, les dis­ci­plines elles-mêmes se dissolvent et l’anthropologie, la philosophie, la so­ciologie, l’histoire, la psychanalyse ou la littérature aboutissent dans une zone transdisciplinaire désormais appelée celle des cultural studies. Le centre de l’attention est ici porté sur les identités, les confrontations entre cultures, les passages, les hybridations, les métissages, les “traduc­tions” saisies par les textes auxquels on porte attention grâce au linguistic turn, dont on trace les circulations, dont on reconstruit les généalogies et qu’on interroge en même temps que le chercheur s’interroge sur le rap­port qu’il entretient avec eux.

  • 7  “Une théorie sociologique générale est-elle pensable ? De la science sociale”, Revue du Mauss, n°  (...)
  • 8 Alexander J.C., 1983, 1985 ; Archer M.S., 1995, 2000, 2003 ; Giddens A., 1987 ; Luhmann N., 1995.
  • 9  Lahire B., 2005 ; Passeron J.-C., 1991.
  • 10 Alexander J.-C., 1988 ; Archer M.S., 1988 ; Becker G., 1976 ; Boudon R., 2003 ; Cole­man J.A., 1986 (...)
  • 11  Dubet F., 1994 ; Giddens A., 1991 ; Lahire B., 2001 ; Martuccelli D., 2002.
  • 12  Pour leurs nombreuses contributions à cette problématique, on songe à M. Olson, Th. Schelling, R. (...)

39Les coups de boutoir postmodernistes et les défis des diverses appro­ches individualistes sont à l’origine d’un sursaut théorique particulière­ment diversifié. Certains sociologues s’interrogent sur la possibilité d’une théorie sociologique générale 7 alors que d’autres travaillent, à partir d’horizons divers, aux conditions de production d’une telle théorie 8 ou d’une scientificité sociologique 9. La réflexion porte également sur des approches plus spécifiques : questionnement à propos de l’action 10, théo­rie de l’individu 11, théorie de l’action individuelle dans divers contex­tes 12.

40Un autre retour à la théorie tente de cerner le sens des transformations sociales, à la manière des grandes interprétations classiques. C’est ce à quoi vise l’analyse de Ulrich Beck qui voit la société contemporaine comme une « société de risque ». C’est également le cas pour la réflexion que mènent conjointement Anthony Giddens et Scott Lash à propos de la « modernité réflexive ». Les philosophes-sociologues ou les politologues semblent trouver dans ces concepts des outils intéressants, tout compte fait peu employés par les sociologues qui apparemment ne veulent ni les mettre en question ni les mettre à l’épreuve à partir d’une analyse empiri­que. Des notions telles que celle de « modernité liquide » de Z. Bauman ou les multiples références aux fluidités, aux circulations ou aux réseaux, présentes chez J. Urry, A. Appadurai et bien d’autres, restituent une expé­rience et un vécu de la modernité. Elles ne semblent cependant pas pren­dre en compte la totalité des phénomènes contemporains dans des sociétés globalisées qui appellent, selon G. Esping-Andersen, un travail empiri­que, une analyse comparative et une solide construction théorique (Es­ping-Andersen, 2000) dont il s’agira de penser le développement (Ritzer, 1988) et les frontières ou connexions disciplinaires. D’autres analyses pourraient encore être mentionnées, telle celle, fondatrice mais relative­ment ignorée, de David Harvey (Harvey, 1990) ou celle de Manuel Cas­tells (Castells, 2001) ; toutes deux étudient le mode d’être au monde dans une société globalisée et organisée en réseau.

41Le questionnement critique sur la société anime l’œuvre de Bourdieu, même si ce dernier donne l’impression d’être resté dans les cadres analy­tiques pertinents pour analyser la société des années 1960-1970. Ce ques­tionnement sous-tend également l’analyse de U. Beck et fut un moment présent chez Giddens (Giddens, 1994). Mais en général, dans la sociolo­gie contemporaine, il ne semble pas avoir le vent en poupe. Craig Cal­houn reformule de son côté la théorie critique (Calhoun, 1995). Celle-ci passe d’une « théorie critique de la modernité » à une « théorie critique dans la modernité » ; elle acquiert un rôle de production de sens et contri­bue ainsi au retour réflexif de la modernité sur elle-même. Habermas (Habermas, 1987), L. Boltanski (Boltanski/Chiapello, 1999 ; Bol­tans­ki/Thévenot, 1991) ou A. Caillé (Caillé, 1986, 1989, 1993) dévelop­pent une critique cognitive qui cherche à interroger les fondements caté­goriels de la pensée capitaliste dominée par la rationalité instrumentale.

42Depuis une dizaine d’années apparaît, à côté de la sociologie d’aide à la décision ou d’une sociologie interprétant les réalités sociales, une démar­che plus spéculative, souvent produite par des philosophes convertis en quasi-sociologues. Dans ce cas, les données empiriques servent davantage à illustrer la spéculation qu’à donner une base à l’argumentation. Le recours à un discours narratif ainsi que l’usage d’un langage ordinaire, bien adapté aux médias, rendent ces auteurs particulièrement écoutés. Ceci d’autant plus qu’ils se pensent outillés pour pouvoir se confronter aux change­ments sociaux qui affectent les sociétés occidentales et mon­diales et ainsi les analyser.

III. Sociologie et société après les années 1980

43Les bouleversements intellectuels des années 1980 ont véhiculé des po­sitions idéologiques différentes quant à la société et au rôle que pourrait y remplir la sociologie. Ils ont également doté les diverses approches so­ciologiques de capacités d’intervention intellectuelle différentes dans la société.

A. Possibilités et impasses de la sociologie du vécu et de l’individu pragmatique

44La multiplication des textes procédant d’une sociologie “qualitative”, qui explore le sens, le vécu, le quotidien ou relevant d’une sociologie franchement postmoderne donne un ton nouveau à la production sociolo­gique.

45Pour les décideurs politiques, l’utilité de ces travaux resterait à évaluer. En effet, lorsque ceux-ci concernent des populations, ils en proposent, dans le meilleur des cas, une description, plus ou moins épaisse, envi­sagée sous l’angle de l’un ou l’autre aspect ou “problème” vécu. Ces produc­tions sociologiques doivent supporter la concurrence redoutable des mé­dias audiovisuels, qui ont à leur avantage la rapidité d’intervention, l’ampleur des moyens et une narration supportée par des images qui dé­clenchent bien plus de représentations, de conduites et de décisions que des milliers de lignes écrites par des sociologues. La pertinence de ces “microsociologies” est d’autant moins grande qu’elle est souvent limitée à quelques cas. Si, par exemple, P. Bourdieu a fait couler beaucoup d’encre parmi les spécialistes, en raison de la démarche de son ouvrage La misère du monde, il n’a pas apporté, à travers celui-ci, de connaissance nouvelle majeure et n’a probablement pas contribué à provoquer de changement au niveau des politiques socio-économiques. Les théories individualistes du vécu et du quotidien sont devenues incapables d’apporter des réponses à des interprétations globales du devenir social ou à des phénomènes col­lectifs. Elles s’avèrent encore moins capables de fournir des solutions po­litiques, hormis des suggestions institutionnelles quelque peu naïves (Callon/Lascoumes/Barthe, 2001 ; Latour, 1999, 2001).

46On pourrait penser que les sociologues du monde vécu et du quotidien ne sont pas intéressés par les usages sociaux gestionnaires de leur dis­cours et qu’ils inscrivent leur démarche dans une pure logique de con­naissance ou, éventuellement, de dénonciation. Ce faisant, ils ne peuvent que voir leur malaise s’accroître dans la mesure où ils se confrontent de plus en plus au financement universitaire qui conditionne la recherche, certes en terme de publications, mais aussi en terme de captation de res­sources. Ainsi, malgré tout, la posture neutre ou l’attention au vécu ont des diffi­cultés à résister à l’appel du social ou du politique. Les outils dont dispo­sent les sociologues leur permettent de répondre en partie à cette problé­matique, moins en fournissant des solutions gestionnaires qu’en alimen­tant la réflexion des travailleurs du social et de l’humain, élément clé des politiques publiques de régulation sociale.

47L’apport de la sociologie “qualitative” aux fonctionnements institu­tionnels et organisationnels est sans doute différent. Pour des structures aussi confinées que l’école, la police, les administrations publiques ou les entreprises, une telle approche peut proposer des éclairages d’autant plus utiles que ces dernières sont en quête de nouvelles formes de gestion, de management ou de gouvernance.

48Auprès du grand public, que ce soit par contact direct ou par l’entre­mise des médias, ces sociologies du vécu peuvent trouver des échos reten­tissants. Mais leur succès dépend de la qualité littéraire des textes pro­duits. Or cette dimension n’est pas incluse dans la formation sociolo­gique, même si la question de l’écriture est fréquemment posée par les an­thropologues. C’est donc un peu par hasard que des sociologues se dé­couvrent des veines d’écrivain. Les publications de J.-C. Kaufmann cons­tituent un cas exemplaire dans le contexte francophone. Si la question de la communication écrite est rarement posée comme faisant partie es­sentielle de ces approches — et de la sociologie en général —, il est évi­demment encore moins envisagé dans les parcours de formation et dans la mentalité des sociologues que l’écriture audiovisuelle puisse être une composante clé de la production sociologique. Dans le contexte anglo-saxon, une position semblable est occupée par Z. Bauman, dont l’œuvre abondante continue à obtenir un succès considérable auprès du public, au point que l’on parle de « l’industrie Bauman ».

B. L’individu rationnel

49Les productions inspirées de près ou de loin par des approches indivi­dualistes-rationnalistes ont en commun de fournir au politique la vision d’un être humain envisagé sous son aspect “gérable”. Cette façon de voir les choses s’articule sur la mobilisation et l’orientation des intérêts et des choix personnels à une époque où l’on estime qu’il ne s’agit plus de gérer des “collectifs” mais des individus. Les politiques publiques n’en appel­lent plus à la conscience, à la responsabilité et à leur construction collec­tive, mais à l’avantage ou à la sanction individuelle, à la prise en compte des stratégies particulières, à la libération des initiatives individuelles à partir desquelles pourrait naître un ordre spontané. Les théories du choix rationnel, dont l’application va des politiques familiales aux politiques de l’emploi en passant par la sécurité routière et la religion, peuvent empiri­quement être mises à l’épreuve sur la base d’une étude des comporte­ments des populations, de telle sorte que le décideur politique dispose d’un instrument d’évaluation. Il peut raisonner en termes de “gouver­nance” plutôt que de gouvernement et mettre en place des dispositifs pour l’action plutôt que d’édicter des normes ou d’intervenir directement dans la gestion des populations. Sous d’autres modalités théoriques, mais en utilisant des instruments semblables qui misent notamment sur la formali­sation et la mathématisation, les théoriciens du choix rationnel prolongent les sociologues professionnels des années 1930-1960.

C. Les interprétations du devenir collectif

50Les transformations du monde, depuis les années 1980, touchent tout autant la culture que les structures sociales, l’organisation sociale, tech­nologique, politique.

51Le succès relatif de concepts tels que ceux de “société de risque” et de “modernité réflexive” proviennent probablement, comme nous le disions, de leur caractère polysémique. Toutefois, ils ont au moins l’avantage de produire un outil conceptuel permettant de cerner les enjeux technologi­ques contemporains et de proposer au moins un horizon pour l’action. Le recours un peu incantatoire à ces concepts par toutes sortes d’acteurs, et l’absence d’une mise à l’épreuve empirique et donc d’une consolidation théorique, risque toutefois de les vider de leur force analytique.

52La proposition politique de la Third Way et de « l’État social actif », avancée par Antony Giddens constitue certainement un cas à part (Gid­dens, 1998). Ce dernier, après avoir pris de la distance par rapport à la théorie de l’action qu’il avait formulée lui-même (Giddens, 1984b), n’est pas sans partager le point de vue des théories du choix rationnel. Dans ce cas, comme ce le fut en économie avec Hayek et les théories néolibérales, un sociologue utilise les acquis de ses analyses sociologiques (Giddens, 1990, 1991, 1992) et les traduit dans une perspective politique. Celle-ci est relayée de manière éminente par des acteurs politiques tels que Tony Blair ou Bill Clinton, devenant le programme politique des gouver­nements de “centre” en Europe. Nous sommes loin d’une logique d’ex­pertise dans la mesure où le sociologue est, dans ce cas, l’auteur même de la traduction politique de sa sociologie. Ces analyses ont suscité maints débats habilement repris et commentés par Giddens lui-même (Giddens, 2000, 2001). Comme dans le cas des concepts évoqués plus haut, on ne voit pas une forte présence de sociologues qui soumettraient à analyse les présupposés sociologiques des propositions politiques (Das­setto, 2000).

53La théorie des systèmes, qu’elle soit envisagée dans sa version luhma­nienne ou non, peut certainement fournir des instruments analytiques pertinents pour cerner des tendances lourdes des ensembles sociaux. Mais elle nécessite probablement une élaboration capable de se confronter à une mise à l’épreuve empirique.

54Les théories critiques qui formuleraient un questionnement autour du modèle social dominant cherchent des repères. Parfois elles entrent dans l’évidence individualiste pour émettre une critique à partir de ce point de vue. C’est le cas d’A. Touraine qui se réfugie dans le sujet (Touraine, 1993). C’est le cas aussi de A. Honneth, héritier de la tradition de Frank­furt (Honneth, 2002), qui met en avant les attentes de reconnaissance. C’est encore le cas de A. Giddens, qui abandonne une théorie critique à peine celle-ci formulée, au nom d’une attention à la personne et de l’appel à une politique qui engage les individus (Giddens, 1994).

IV. En guise de perspective ou les dilemmes de la sociologie

55Au terme de ce parcours, on voit bien le paysage varié des options qui, explicitement ou plus souvent implicitement, guident les pratiques des so­ciologues et leur rapport à la cité. Comme on l’a un jour écrit, alors que les économistes semblent puiser leurs théories et leurs options socié­ta­les dans un Komsomol soviétique aux marchandises fort réduites, les socio­logues font leurs courses dans un supermarché très achalandé. Les socio­logues sont peut-être fiers de cette situation. Toutefois elle ne con­tribue pas à améliorer leur image. Et le foisonnement sociologique pour­rait être mis à l’épreuve réaliste des financements, des exigences ins­titu­tionnelles et de la réception sociale des écrits sociologiques, de telle sorte que d’ores et déjà on peut entrevoir les dilemmes auxquels la socio­logie risque d’être confrontée.

A. Postmoderniste, moderniste, néomoderniste : la sociologie confrontée à elle-même

56La réflexion engendrée conjointement par une nouvelle version du dé­bat méthodologique sur l’interprétation et par le postmodernisme conti­nuera à traverser l’arène sociologique. Dans le meilleur des cas, on con­clura à une cohabitation parallèle, mais il est certain que la bataille des postes et des budgets de recherche ne pourra pas ignorer longtemps cette question.

57Bien qu’on ait le sentiment qu’une sociologie fondée sur d’autres bases qu’une épistémologie moderniste ou postmoderne soit possible (Lahire, 2005 ; Passeron, 1991), celle-ci devra se confronter avec le postmoder­nisme, les cultural studies et une sociologie descriptiviste. Le débat est ouvert ainsi que la question de la formulation d’une théorie du mode de production de la connaissance sociologique (Lahire, 2005). S’il est pro­bable qu’un modèle ne parviendra pas à s’imposer, il est possible que l’explicitation de la posture sociologique adoptée devienne indispensable.

B. Réflexive ou instrumentale

58Le dilemme est ancien qui oppose d’une part une sociologie visant avant tout une interprétation générale ou spécifique à un domaine de la société et d’autre part une sociologie spécialisée dans une connaissance appliquée et finalisée à l’action. Probablement l’un et l’autre cas de fi­gure seront poursuivis. Mais de toute manière, des questions surgiront.

59Tout d’abord, si bon nombre de sociologues peuvent être tentés par la production d’une connaissance réflexive, les exigences de financement pourront les amener vers une spécialisation indispensable pour donner des réponses pertinentes aux bailleurs de fonds. Peut-être qu’une division du travail pourra apparaître entre des instances privées ou parapubliques, plus riches, conduisant une recherche performante et appliquée et des instances universitaires, moins bien dotées, visant une production intel­lectuelle générale.

60Dans tous les cas de figure, la sociologie sera amenée à récupérer de la crédibilité, à affirmer sa spécificité, à prouver son apport cognitif, à ren­dre performants ses outils de recherche. Dans le cas d’une sociologie qui se veut appliquée, elle devra se confronter aux disciplines — de l’éco­nomie aux sciences politiques en passant par la démographie et la géo­graphie — qui ont occupé le terrain de l’analyse performante et fonc­tionnelle en matière de décision. Elle pourra tenter de répondre à des de­mandes de gouvernance et entrer ainsi en compétition avec la philosophie politi­que, les sciences du politique ou le droit. Si elle veut rester individu­aliste, elle devra aussi quitter en partie le terrain d’une sociologie du vécu en faveur d’une démarche rationaliste, plus opérationnelle. Il s’agirait d’un dilemme quasi existentiel pour une partie des sociologues qui con­sidèrent que la vision rationaliste et en partie béhavioriste des compor­tements hu­mains proposée par cette approche est assez réductrice.

61Quoi qu’il en soit, la sociologie sera amenée à modifier ses modalités de travail. Une recherche réflexive confrontée au terrain devra présenter vigueur et emprise sur le réel de manière à montrer ses qualités face au journalisme. Une recherche finalisée devra disposer de performances qua­litatives pouvant concurrencer des scientifiques issus d’autres discipli­nes des sciences sociales.

C. Le dilemme de la réflexivité : individu et social

62Si le choix est celui de l’exercice d’une fonction réflexive, alors c’est un dilemme de contenu qui se pose. Il s’agira de savoir par rapport à quoi cette fonction pourra produire du sens. Sauf exception, dès les années 1980, la dominance des paradigmes individualistes a enlevé progressive­ment à la sociologie la capacité d’analyser les grandes transformations sociales ayant cours en Occident et dans le monde. Les choix majoritaires opérés en faveur du quotidien et du vécu l’ont empêché de penser une totalité sociale, dont une partie de la discipline a d’ailleurs théorisé la non-existence. Ces interprétations sont devenues l’apanage de l’éco­nomie, des sciences politiques, de la géopolitique. Dans ce cas, les socio­logues raconteraient surtout le vécu et le quotidien ; en particulier ils seraient les porte-parole de la souffrance humaine et de la plainte qui l’accompagne.

63Si la sociologie veut dire autre chose, introduire un discours ayant la même prétention à atteindre des totalités sociales que le discours écono­mique, elle doit alors rattraper le retard qu’elle a pris dans la théorie et dans la mise en confrontation empirique. Les références un peu incanta­toires, car répétées sans trop d’approfondissement, de la théorie du risque ou de la théorie de la globalisation sont une preuve des carences des outils conceptuels et théoriques de la sociologie.

D. Le dilemme de la neutralité une sociologie de la conformité ou une sociologie critique

64Un des grands dilemmes de la sociologie d’avant les années 1980 était la confrontation entre une approche critique et une approche participative. Au cours des années 1980, la dimension critique a été adoucie ou aban­donnée. La sociologie sert au mieux de mise à distance un peu désabusée. Elle n’est ni entièrement conformiste ni entièrement critique. Comme si les sociologues s’étaient bâti un monde quelque peu coupé des enjeux so­ciaux. Tant sur le plan des terrains de recherche que des outils théoriques, elle ne semble pas disposer d’une capacité ni d’une volonté d’analyse cri­tique.

65D’autant plus que dans les dynamiques de financement et dans le contexte du consensualisme social, ces recherches seraient difficilement fi­nançables actuellement. La sociologie critique resterait alors à la marge, à moins qu’elle ne puisse réinventer un autre mode de recherche et de mise en réseau. Une solution plus facile serait qu’elle devienne plus inté­gratrice et qu’elle quitte le terrain de la critique. Les orientations domi­nantes et les besoins de financements universitaires la pressent dans cette direction.

66C’est peut-être en naviguant entre ces dilemmes que la sociologie entre dans une nouvelle phase de construction.

Haut de page

Bibliographie

Alexander J. C., 1983, The Modern Reconstruction of Classical Thought Talcott Parsons, London, Routledge and Kegan Paul.

Alexander J. C., 1985, Neofunctionalism, Beverly Hills (Ca), Sage.

Alexander J. C., 1988, Action and Its Environnements. Toward a New Synthesis, New York, Co­lumbia University Press.

Amin S., 1975, La Crise de l’impérialisme, Paris, Minuit.

Archer M. S., 1988, Culture and Agency : The Place of Culture in Social Theory, Cambridge, Cambridge University Press.

Archer M. S., 1995, Realist Social Theory : The Morphogenetic Approach, Cambridge, Cambridge University Press.

Archer M. S., 2000, Being Human : The Problem of Agency, Cambridge (U.K.)/New York, Cambridge University Press.

Archer M. S., 2003, Structure, Agency, and the Internal Conversation, Cambridge, Cambridge University Press.

Balandier G., 1985, Anthropo-logiques. Augmenté d’un avant-propos inédit, Les anthropo-logiques dans la modernité, Édition revue et corrigée, Paris, Librairie générale française.

Bauman Z., 1987, Legislators and Interpreters : On Modernity, Post-modernity and Intel­lectuals, Cambridge, Polity Press.

Becker G., 1976, The Economic Approach to Human Behaviour, Chicago, University of Chicago Press.

Berger P. L., 1994, “Does Sociology Still Make Sense ? ”, Revue Suisse de Sociologie, vol. 20, 1, pp. 3-12.

Berger S., 1980, Sciences sociales et décision aux USA : Études de cas, Paris, OCDE.

Boltanski L., Chiapello E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Boltanski L., Thévenot L.,1991, De la justification : les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Boudon R., 1971, La crise de la sociologie : Questions d’épistémologie sociologique, Genè­ve/Paris, Droz.

Boudon R.,1992, “Comment écrire l’histoire des sciences sociales ?”, Communications, n° 54, pp. 299-317.

Boudon R., 2003, Raison, bonnes raisons, Paris, PUF.

Burawoy M., 2005, “For Public Sociology”, American Journal of Sociology, n° 70, pp. 4-28.

CaillÉ A., 1986, Splendeurs et misères des sciences sociales : esquisses d’une mythologie, Genève/Paris, Droz.

CaillÉ A., 1989, Critique de la raison utilitaire : manifeste du Mauss, Paris, La Découverte.

CaillÉ A., 1993, La démission des clercs : la crise des sciences sociales et l’oubli du politi­que, Paris, La Découverte.

Calhoun C. J.,1995, Critical Social Theory : Culture, History, and the Challenge of Difference, Oxford (UK)/Cambridge (Mass.), Blackwell.

Callon M., Lascoumes P., Barthe Y., 2001, Agir dans un monde incertain, Paris, Seuil.

Castells M., 2001, La société en réseaux, nouvelle édition révisée, Paris, Fayard.

Coleman J. S., 1986, “Social Theory, Social Research, and a Theory of Action”, American Journal of Sociology, vol. 91, 6, pp. 1309-1335.

Coleman J. S., 1990, Foundations of Social Theory, Cambridge (Mass.), Belknap Press of Harvard University Press.

Collectif, 2004, “Une théorie sociologique est-elle pensable ? De la science sociale”, Revue du Mauss, n° 24.

Collins R., 1975, Conflict Sociology. Toward an Exploratory Science, New York, Academic Press.

Collins R., 1986, “Is 1980s Sociology in the Doldrums ? ”, American Journal of Sociology, vol. 91, 6, pp. 1336-1355.

Dassetto F., 2000, “La Troisième Voie, l’État social actif et leurs (fausses) évidences”, Politique. Revue de débats, octobre-novembre, pp. 46-51.

Dubet F., 1994, Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil.

Elias N., 1991, La société des individus, Paris, Fayard.

Esping-Andersen G., 2000, “Two Societies, one Sociology, and no Sociology”, British Journal of Socio­logy, vol. 51, 1, pp. 59-77.

Friedrich R. W., 1970, A Sociology of Sociology, New York, The Free Press.

Furtado C., 1966, Développement et sous-développement, Paris, PUF.

Gans H. J., Ed.,1990, Sociology in America, London, Sage.

Geertz C., 1973, The Interpretation of Cultures. Selected Essays, New York, Basic Books.

Geertz C., 1988, Works and Lives : the Anthropologist as Author, Cambridge, Polity Press.

Giddens A., 1984, aThe Constitution of Society : Introduction of the Theory of Structuration, Berkeley, University of California Press.

Giddens A., 1984, bThe Constitution of Society : Outline of the Theory of Structuration, Cambridge, Polity Press.

Giddens A., 1987, La constitution de la société : éléments de la théorie de la structuration. Paris, PUF.

Giddens A., 1990, The Consequences of Modernity, Stanford (Ca), Stanford University Press.

Giddens A., 1991, Modernity and Self-identity : Self and Society in the Late Modern Age, Stanford (Ca), Stanford University Press.

Giddens A., 1992, TheTransformation of Intimacy : Love, Sexuality and Eroticism in Modern Societies, Cambridge, Polity Press.

Giddens A., 1994, Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan.

Giddens A., 1998, The Third Way : The Renewal of Social Democracy, Cambridge, Polity Press.

Giddens A., 2000, The Third Way and its Critics, Cambridge, Polity Press.

Giddens A., Ed.,2001, The Global Third Way Debate, Cambridge, Polity Press.

Glaser B. G., Strauss A. L., 1967, The Discovery of Grounded Theory. Strategies for Qualitative Research, New York, Aldine.

Gorz A., 1964, Stratégie ouvrière et néocapitalisme, Paris, Seuil.

Gorz A., 1973, Critique de la division du travail, Paris, Seuil.

Gorz A., 1988, Métamorphoses du travail. Quête du sens : critique de la raison écono­mique, Paris, Galilée.

Gouldner A., 1972, The Coming Crisis of Western Sociology, London, Heineman.

Habermas J., 1987, Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard.

Habermas J., Luhmann N., 1971, Theorie des Gesellschaft oder Sozialtechnologie, Frankurt am Main, Suhr­kamp Verlag (Trad. ital. Teoria della società o technologia sociale, 1973).

Harvey D. 1990, The Condition of Post-modernity, London, Basil Blackwell.

Hayek F. (von),1952, Scientism and the Study of Society, Glencoe, The Free Press.

Honneth A., 2002, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf.

LadriÈre P., Pharo P., QuÉrÉ L., 1993, La théorie de l’action : le sujet pratique en débat, Paris, CNRS.

Lahire B., 2001, L’homme pluriel : les ressorts de l’action, nouvelle édition, Paris, Nathan.

Lahire B., 2005, L’esprit sociologique, Paris, La Découverte.

Lahire B., Dir., 2002, À quoi sert la sociologie ?, Paris, La Découverte.

Lannoy P., 2004, “When Robert E. Park Was (Re)Writing ‘The City’ : Biography, the Social Survey, and the Science of Sociology”, The American Sociologist, vol. 35, 1, pp. 34-62.

Latour B., 1997, Nous n’avons jamais été modernes : essai d’anthropologie symétrique, Nouvelle édition, Paris, La Découverte & Syros.

Latour B., 1999, Politiques de la nature : comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte.

Latour B., 2001, L’espoir de Pandore : pour une version réaliste de l’activité scientifique, Paris, La Découverte.

Latour B., 2005, Reassembling the Social. An Introduction to Action-Network-Theory, Ox­ford, Oxford University Press.

Lautman J., Lécuyer B.-P., Dir., 1998, Paul Lazarsfeld (1901-1976). La sociologie de Vienne à New York, Paris, L’Harmattan.

Lazarsfeld P. F., Sewell W. H., Wilenski H. L., Eds., 1968, The Uses of Sociology, London, Weidenfeld and Nicolson.

Lefebvre H., 1958, Critique de la vie quotidienne, Paris, L’Arche.

Luhmann N., 1995, Social Systems, Stanford (Ca), Stanford University Press.

Martuccelli D., 2002, Grammaires de l’individu, Paris, Gallimard.

Mills C. W., 1959, The Sociological Imagination, Oxford, Oxford University Press.

Münch R., 1987, Theory of Action. Toward a New Synthesis Going Behond Parsons, London, Routledge.

Passeron J.-C., 1991, Le raisonnement sociologique : l’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan.

Pharo P., 1993, Le sens de l’action et la compréhension d’autrui, Paris, L’Harmattan.

Pharo P., 1997, Sociologie de l’esprit : conceptualisation et vie sociale, Paris, PUF.

Quéré L., 2002, “Pour un calme examen des faits de société”, inLahire B., Dir., À quoi sert la sociologie ?, Paris, La Découverte, pp. 79-94.

Ritzer G., Ed., 1988, Frontiers of Social Theory. The New Synthesis, New York, Columbia Uni­versity Press.

Seidman S., 1994, The Postmodern Turn : New Perspectives on Social Theory, Cambridge (U.K.)/New York, Cambridge University Press.

Sokal A. D., Bricmont J., 1997, Impostures intellectuelles, Paris, O. Jacob.

Sorokin P. A., 1956, Fads and Foibles in Modern Sociology, Chicago, Henry Regnery.

Touraine A., 1993, Critique de la modernité, Paris, Fayard.

Turner S. P., Turner J. H., 1990, The Impossible Science : An Institutional Analysis of American Sociology, Newbury Park (Ca), Sage Publications.

Weinstein D., Weinstein M. A., 1993, Postmodern(ized) Simmel, London, Routledge.

Haut de page

Notes

1  La question de la fonction de la sociologie semble, à première vue, plus volontiers traitée par les sociologues eux-mêmes que par des scientifiques issus d’autres disciplines. À ce propos, on verra par exemple Ber­ger S., 1980 ; Friedrich R.W., 1970 ; Gans J.H., 1990 ; Gouldner A., 1972 ; Lahire B., 2002, 2005 ; Lazarsfeld P.F./Sewell W.H./Wilenski H.L., 1968 ; Turner S.P./Turner J.H., 1990.

2  La typologie élaborée récemment par Michael Burawoy, qui distingue une sociologie finalisée, orien­tée vers le politique, et une sociologie réflexive, orientée vers le public, reste formelle et met entre pa­renthèse les aspects de contenu et les dimensions idéologiques (Burawoy M., 2005).

3  Les diverses contributions au récent volume Où en est la théorie critique ?, dirigé par E. Renault et Y. Sintomer (Paris, La Découverte, 2003), donnent l’impression de cette réflexion épistémologique “repliée” sur elle-même.

4  Riis qui écrira également un texte pour faire parler ses clichés : How the Other Half Lives. Studies among the Tenements of New-York, 1890, New-York, Charles Scribner’s Sons.

5  Le débat qui eut lieu au début des années 1970 entre Luhmann et Habermas portait justement sur le statut de la théorie sociologique dans le dilemme entre la formulation d’une théorie de la société et l’élaboration d’une technologie sociale (Habermas J./Luhmann N., 1971).

6  Il opère un puissant positionnement théorique en relisant les classiques, comme Simmel, à sa propre guise (Weinstein D./Weinstein M. A., 1993).

7  “Une théorie sociologique générale est-elle pensable ? De la science sociale”, Revue du Mauss, n° 24, second semestre 2004, Paris, La Découverte.

8 Alexander J.C., 1983, 1985 ; Archer M.S., 1995, 2000, 2003 ; Giddens A., 1987 ; Luhmann N., 1995.

9  Lahire B., 2005 ; Passeron J.-C., 1991.

10 Alexander J.-C., 1988 ; Archer M.S., 1988 ; Becker G., 1976 ; Boudon R., 2003 ; Cole­man J.A., 1986 ; Elias N., 1991 ; Giddens A., 1984a ; LadriÈre P./Pharo P./QuÉrÉ L., 1993 ; Latour B., 1997 ; Münch R., 1987 ; Pharo P., 1993, 1997.

11  Dubet F., 1994 ; Giddens A., 1991 ; Lahire B., 2001 ; Martuccelli D., 2002.

12  Pour leurs nombreuses contributions à cette problématique, on songe à M. Olson, Th. Schelling, R. Boudon, M. Crozier, J. Buchanan, G. Becker, J. Elster, A. Sen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Felice Dassetto, « Sociologies et sociétés : une articulation à repenser ? », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-1 | 2006, 7-26.

Référence électronique

Felice Dassetto, « Sociologies et sociétés : une articulation à repenser ? », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-1 | 2006, mis en ligne le 16 mars 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/604 ; DOI : 10.4000/rsa.604

Haut de page

Auteur

Felice Dassetto

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org