Navigation – Plan du site

La responsabilité sociologique : retour sur l’entreprise critique de Pierre Bourdieu

Sociological Responsibility - Thoughts on Bourdieu's Critical Approach
Mathieu Hilgers
p. 43-63

Résumés

Cet article vise à reconstruire la contribution de Pierre Bourdieu à l’analyse du rôle du sociologue dans la cité en partant de deux niveaux de responsabilité qui traversent son œuvre. Le premier est lié à la qualité scientifique. Selon Bour­dieu, la sociologie peut contribuer à rendre le monde plus supportable en mettant en lumière les lois qui régissent le fonctionnement du social. L’étude scientifique des pratiques sociales présuppose l’objectivation des mécanismes qui gouvernent la production scientifique puisque celle-ci est une pratique an­crée dans le monde et soumise à des rapports de force et de sens. Cette objec­tivation permet de neutraliser certains biais sociaux et élève la rigueur épisté­mologique. Elle contribue à la pratique d’une science plus vertueuse, c’est-à-dire produite dans une autonomie plus forte et donc susceptible de fournir des résultats plus probants. Bourdieu estime que la prise de conscience des lois so­ciales participe à l’extension de la liberté des agents sociaux. Ainsi, la con­naissance sociologique engage une seconde responsabilité : elle vise à étendre le champ de la conscience sociale afin de pallier les inégalités produites par les structures objectives et de dynamiser la capacité de changement que recèle en lui chaque agent.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1L’entreprise sociologique de Pierre Bourdieu repose sur une profonde croyance en la valeur de la science. Valeur de vérité pour faire corres­pondre la formalisation scientifique, fût-elle idéaltypique et nominaliste, à l’état du monde social ; valeur de vérité pour dévoiler les forces cachées qui sous-tendent le fonctionnement de ce monde. Cette vérité constitue un élément essentiel pour contribuer à faire du monde social un lieu plus vi­vable. Sans cela, pour paraphraser Durkheim, la sociologie ne vaudrait pas une heure de peine. Cette profonde conviction s’inscrit dans la conti­nuité du projet rationaliste de Descartes, dont Bourdieu subvertit une for­mule centrale qu’il adapte aux sciences sociales : il s’agit, dit-il, de « nous rendre tant soit peu maître et possesseur de la nature sociale» (Bourdieu, 1982 :33).

2Pierre Bourdieu développe une conception nomologique des sciences sociales. Il pense que la mise au jour des récurrences et des régularités permet d’établir certaines lois dont on peut s’assurer une meilleure maî­trise par l’objectivation. L’action politique est possible parce que les agents ont une certaine connaissance du monde. Mieux connaître et diffu­ser la connaissance, c’est donc permettre des actions plus pertinentes. En d’autres termes, on peut agir sur le monde social en agissant sur la con­naissance que les agents ont de ce monde (Bourdieu, 1980a :69). Cette certitude de l’importance du rôle de la science conduit Bourdieu à exiger de ses praticiens le respect d’une stricte vigi­lance épistémologique. Plus la science sera rigoureuse, plus son objecti­vation sera juste et ses effets adéquats et importants.

3La mise en lumière de certaines lois par l’objectivation sociologique a des conséquences sur la pratique. D’une part, elle peut contribuer à l’augmentation du degré de scientificité des sciences en imposant de nou­veaux critères de rigueur ainsi que de nouvelles formes de protocoles et de contrôles. D’autre part, à la suite de leur mise en lumière, certaines déterminations et certains effets pervers peuvent être, sinon contrôlés, du moins potentiellement minimisés à travers des décisions d’ordre politique et une prise de conscience des agents.

4Cette contribution propose de reconstruire la notion d’engagement, et plus spécifiquement le rôle que peut jouer le sociologue dans la cité, en distinguant deux niveaux de responsabilité qui traversent l’œuvre de Bourdieu. Le premier niveau est lié à la qualité du travail scientifique — responsabilité scientifique —, le second au dévoilement des rapports de force et de sens qui déterminent le monde social — responsabilité socio­logique. En concevant la liberté comme la prise de conscience des con­traintes, le second s’inscrit dans une sociologisation de la tradition spi­noziste. Comme nous le verrons plus loin dans cette analyse en les défi­nissant, les deux sont interdépendants.

  • 1  Notons que, malgré ces efforts, la position épistémologique de Bourdieu n’est pas toujours des plu (...)
  • 2  Comme l’avait montré Kuhn T., 1962.

5Très tôt, Bourdieu est amené à centrer son intérêt analytique sur les conditions épistémologiques de la production scientifique. Inscrit dans une démarche constructiviste 1, il montre comment la production de la science apparaît comme un phénomène parmi d’autres, soumis aux structures et lois sociologiques qui caractérisent l’organisation du monde social 2. Un tel constat justifie la nécessité de mettre en œuvre, ou de ren­forcer, les mesures nécessaires à une haute vigilance épistémologique. Ces mesures traduisent aussi une conviction : l’objectivation sociologique permet d’exercer un certain contrôle, une gestion ou d’avoir une inci­dence choisie sur le monde. Cette possible augmentation de la maîtrise des faits sociaux par l’objectivation scientifique présuppose la combi­naison d’une science rigoureuse avec une réflexion portant sur le rapport entre la science et le politique, la relation entre science et enga­gement, le potentiel de transformation sociale de la science…

6Selon Bourdieu, au-delà de son pouvoir de dévoilement, la théorie sociologique peut transformer le monde ou, à tout le moins, exercer un effet sur celui-ci. En revenant sur certains concepts qu’il proposa dans son souci d’agir sociologiquement sur le monde, nous interrogerons les limites de cette forme d’engagement possible et poserons une question simple : cette forme d’engagement est-elle la plus pertinente pour attein­dre la finalité visée ? En d’autres termes, comment se positionne cette visée entre les principes inhérents à une éthique de conviction — Gesin­nungsethik — et les principes relevant d’une éthique de respon­sabilité — Verantwortungsethik —, alors que l’une se préoccupe davantage du prin­cipe moral présidant à l’action, tandis que l’autre privi­légie le résultat ?

II. La responsabilité scientifique

  • 3  Si l’on omet des textes comme celui d’Alexander (Alexander J. C., 2000), on notera que la réceptio (...)

7Malgré un engagement visible dans la cité, certains auteurs ont pu penser, et pensent encore, qu’il n’y pas de point de vue éthique dans le système théorique bourdieusien (Hong, 1999). D’aucuns estiment même qu’il n’y a « pas d’éthique possible» (Caillé, 1994 :68), que les valeurs se réduisent au masque de l’intérêt, dans un modèle qui exclut toute forme pensable d’équité en affirmant que toute action s’opère sous l’égide de la domination ou d’une volonté de puissance intéressée (Raynaud, 1980). Ces lectures partiales ou partielles, à tout le moins hâtives, s’apparentent en qualité à une série de commentaires guidés tantôt par les rancœurs (Verdès-Leroux, 2002), tantôt par l’emphase (Corcuff, 2003 ; Onfray, 2002), tantôt par l’amitié (Bouveresse, 2004) 3. Présent, à peu de choses près dans toutes les sciences sociales — anthropologie, sociologie, philo­sophie, économie, littérature, géographie, droit, histoire… — et dans de nombreux combats politiques — contre la colonisation, l’exclusion, les inégalités dans l’enseignement, le néolibéralisme, la domination sous toutes ces formes, pour un intellectuel collectif, l’engagement dans une gauche de gauche… —, Bourdieu suscita assez logiquement nombre d’engouements, de passions et de critiques, d’autant qu’il représenta longtemps pour le monde profane l’archétype du sociologue. Au point qu’à la suite de ses engagements multiples, entre autres médiatiques, et peut-être parce qu’il avait lui-même mis en garde contre le risque de con­fondre le sociologue et le prophète social, ses critiques formulées à pro­pos de Sartre et de son ambition d’incarner un intellectuel total ont pu faire sourire. Certains ont même préconisé de ne parler ni de Bourdieu ni d’engagement pour répondre à la question de l’engagement du sociologue dans la cité (Callon, 1999 :65).

8Il ne s’agit pas ici de reconstruire une illusoire biographie qui insuf­flerait rétrospectivement une cohérence dans la trajectoire et l’enga­gement de Bourdieu — dont les positions contradictoires vis-à-vis des risques inhérents au prophétisme social devraient suffire à nous détourner. Il ne s’agit pas non plus de brosser un portrait socio-hagiographique qui retracerait l’inscription de ses positions dans les multiples champs qu’il a traversés. Plutôt que de revenir sur les feux et contre-feux d’interventions politiques, nous souhaitons interroger cette posture critique au-delà de ses prises de positions dans l’espace public, en tentant de comprendre ce qui, selon nous, la conduit nécessairement à l’engagement.

A. Le nécessaire passage réflexif

  • 4  Suivant le vieux principe de la sociologie classique selon lequel la vision du monde d’un individu (...)

9L’architecture conceptuelle élaborée par Pierre Bourdieu pour rendre compte des pratiques et des représentations sociales a stimulé chez lui une réflexion épistémologique qui, au-delà des effets qu’elle produit sur sa propre trajectoire, joue un rôle important pour expliquer son engagement dans la dénonciation et la transformation d’un monde qu’il disait lui-même supportable parce qu’il pouvait le comprendre et donc s’en in­digner (Bourdieu/Spire, 2002). Outre un développement constructiviste, l’élaboration d’un système de pensée reposant sur le postulat que les pratiques sont le produit d’un système générateur de pratiques implique que l’on s’interroge sur la pratique scientifique et conduit nécessairement à retourner sur l’analyste les catégories d’appréhension sociologique. Tout au long de son travail, Bourdieu insiste pour rappeler que la pro­duction de la connaissance, comme toute activité sociale, est soumise à des rapports de force et de sens 4. La production d’une science de qualité passe d’abord par l’objectivation de la démarche scientifique.

10Affirmer que l’implication du chercheur dans la réalité qu’il étudie l’empêche de réduire la construction scientifique à une stricte et pure méthodologie objectiviste est devenu un lieu commun. Le chercheur doit en effet prendre position, ne fût-ce que dans son interprétation, et assumer sa posture. Comme le dit Callon, « choisir de rendre visible, de mettre en relation et de faire apparaître des liens», c’est retirer de la marge de manœuvre à certains acteurs, en ajouter à d’autres, contribuer à fabriquer des symétries, des asymétries, rendre impossibles certaines configu­rations, en faire apparaître, en faciliter (Callon 1999 :76). C’est aussi choisir un point focal qui d’une manière ou d’une autre laissera toujours des enjeux dans l’ombre. La science exerce un effet sur le social. En le mettant en forme, elle le “performe” et contribue à faire advenir des en­tités, des questions, des problématiques. Pour le dire avec les mots de Bourdieu, « la science est vouée à exercer un effet de théorie, mais d’une forme tout à fait particulière : en manifestant dans un discours cohérent et empiriquement validé ce qui était jusque-là ignoré, c’est-à-dire, selon les cas, implicite ou refoulé, elle transforme la représentation du monde social et, du même coup, le monde social, dans la mesure au moins où elle rend possibles des pratiques conformes à cette représentation trans­formée» (Bourdieu, 2001b :194).

11La question de la réflexivité dans les sciences, tant au niveau de leurs effets que de leur épistémologie, fait l’objet d’une thématisation im­portante depuis plusieurs dizaines d’années déjà. On ne compte plus les recherches qui font écho à ce questionnement, qui revendiquent et tentent d’intégrer à leur démarche une sociologie de leur sociologie (Morin, 1984), une objectivation de leur objectivation (Bourdieu, 1984b), ou, pour le dire autrement, qui essayent de développer une auto- ou une socio-analyse, ou au minimum une dimension réflexive (Ghasarian 2003) ap­pliquée dans le corps de l’étude, ou posée en appendice explicitant les enjeux sociaux qui mobilisent le chercheur. Ce qui est devenu un incon­tournable fardeau pour certains (Geertz, 1996 :136), fait l’objet d’ouvra­ges entiers pour d’autres (Bourdieu, 2004). Toute production scientifique s’ancre, en partie, dans la subjectivité de la représentation du théoricien et nécessite l’étude des conditions sociales de possibilité qui autorisent l’existence et la mise en place de problématiques, de réflexions et de développements théoriques. L’observateur ne doit pas se limiter à rompre avec l’expérience qu’il étudie, il doit interroger les présupposés qui orientent sa perception du monde et donc du phénomène appréhendé. Il doit également assumer les présupposés moraux qui, d’une manière ou d’une autre, notamment parce qu’ils sont liés à des présupposés onto­logiques, sont toujours déjà présents dans son étude. Un enjeu éthico-po­litique imprègne ainsi l’ensemble du processus de recherche. Ce phé­nomène s’opère à trois niveaux : épistémologique, lorsque se décide la pertinence sociale et politique de l’objet à étudier ; pragmatique lorsqu’il influence le travail scientifique ; culturel au moment où se pensent les limites propres au discours scientifique.

12Pour Bourdieu, retourner les catégories d’analyse sociologique sur l’analyste implique de procéder à une objectivation de l’objectivation scientifique (Bourdieu, 1984b). Chaque chercheur devrait faire l’analyse de sa trajectoire, définir ses principales caractéristiques sociales et ses dispositions et, enfin, étudier leur inscription dans l’espace de production scientifique. Cela signifie étudier au préalable cet espace comme un champ traversé par des rapports de force et des rapports de sens, établir son degré d’autonomie, définir la relation existant entre le champ scien­tifique, le champ du pouvoir et le champ de l’économie.

B. Le champ scientifique

  • 5  Passeron, par exemple, montre que, durant l’Antiquité et le Moyen Age, les pouvoirs politiques se (...)

13Selon Bourdieu, l’espace de production scientifique est structuré par des logiques génétiques, génériques et spécifiques. Génétiques, d’abord parce que ces logiques sont le fruit d’une détermination de longue durée. On sait, en effet, qu’au fil des siècles, la science a eu à s’affranchir du re­ligieux et qu’elle a également tenté de le faire vis-à-vis du politique 5. Par ailleurs, elle a eu à définir des règles propres de fonctionnement et de va­lidité, des conditions d’entrée dans le champ scientifique. Génériques en­suite, parce que certaines de ces logiques se retrouvent dans tous les champs sociaux — le champ du pouvoir, le champ artistique, le champ scolaire… Spécifiques enfin, car quelques-unes sont propres au mode de fonctionnement du champ scientifique.

  • 6  Il faudrait évidement mentionner aussi la trajectoire des différents individus qui occupent le cha (...)
  • 7  Par exemple, la croyance en l’importance que peut présenter l’étude de certaines questions, classi (...)

14Le champ scientifique est une configuration de relations objectives entre différentes positions — par exemple celle du doctorant, du chercheur, du professeur, du chef de file —, qui existent indépendamment des volontés individuelles 6. L’intériorisation des structures objectives du champ et leur subjectivation engendrent un mode d’agir propre au scien­tifique. Les positions dans le champ déterminent la logique de son fonctionnement et sont elles-mêmes déterminées par la dynamique des re­lations qui composent la totalité du champ. L’accès aux positions est un enjeu de lutte qui participe à la structuration du champ et donc des re­lations qui l’animent. Le champ scientifique est déterminé par des règles et un sens commun partagé qui président à sa régulation 7. Ces représen­tations vont structurer les pratiques qui vont elles-même avoir un effet sur les déterminations du champ, sur les règles et le sens qui y prévalent ainsi que sur la configuration des relations à l’intérieur du champ et des rela­tions que celui-ci entretient vis-à-vis de l’extérieur, c’est-à-dire avec les autres champs.

15La communauté scientifique est, à un haut niveau de généralité et malgré les divergences qui la grèvent, une communauté épistémique qui s’articule, notamment, autour de la croyance en “l’intérêt” de la science. Elle produit les conditions de légitimité du discours scientifique. Celles-ci varient dans le temps. En effet, à chaque moment, « l’état des rapports de force [entre agents] définit la structure du champ» (Bourdieu/Wacquant, 1992 :94) et donc le sens et les règles au sein du champ. Le champ scien­tifique est avant tout un univers relationnel. Les agents et groupes d’agents sont définis et se définissent en fonction de leur position relative dans celui-ci. Les propriétés qui les définissent et légitiment leur place tissent une structure de rapports de force objectifs, imposée à tous et irré­ductible à chacun. Ces rapports de force sont établis par le volume global, la structure du capital — social, économique, culturel, symbolique —, la position de chaque agent ainsi que l’évolution de ces différents éléments dans le temps.

  • 8  Distinction esquissée dans Bourdieu P., 1997b, pp. 16 et 29 et précisée dans Bourdieu P., 2001c, p (...)

16Plus concrètement, Bourdieu distingue deux types de capitaux dont la structure de distribution entre les agents détermine les rapports de force dans le champ scientifique 8. L’un est un capital d’autorité proprement scientifique — pouvoir spirituel produit de la reconnaissance et du pres­tige —, l’autre est un capital lié au pouvoir sur le monde scientifique — pouvoir temporel institutionnel et institutionnalisé, qui confère une ascen­dance sur les moyens de production scientifique et influe sur les budgets et autres ressources. L’un des enjeux de la lutte qui anime le champ scientifique est la maîtrise, l’appropriation et, éventuellement, la transfor­mation des règles qui déterminent son fonctionnement — par exemple la définition de la scientificité, la hiérarchie sociale des objets de re­cherche… Ces règles sont l’enjeu d’une lutte non maîtrisable par des agents isolés. Le contexte scientifique d’une époque favorise la (dé)va­lorisation de certaines démarches, théories, innovations, notamment en consacrant ou en dépréciant les positions des individus qui les conçoivent et en facilitant leur accès à des positions plus ou moins (dé)valorisées. Selon Bourdieu, l’évolution du champ scientifique résulte en partie d’un processus d’autorégulation de la structure des relations entre les dif­férentes positions ; il résulte également de l’effet de cette structure sur les prises de position qui occupent le champ et le dy­namisent. Cette auto­régulation présuppose des actions isolées et/ou diver­sifiées, qui désta­bilisent en partie le champ et modifient, au cours d’un temps plus ou moins long, le sens des places.

17Plus un champ est autonome, plus son pouvoir de réfraction, c’est-à-dire la capacité pour les agents qui l’occupent d’appréhender le réel uni­quement selon leurs règles propres, est grand et plus il échappe aux pressions et aux lois qui peuvent être imposées de l’extérieur. De toute évidence, le champ scientifique n’est pas exempt de relations avec d’autres champs sociaux — le champ médiatique, le champ du pouvoir, le champ économique… La question de l’autonomie y joue donc un rôle crucial. Elle constitue une garantie de scientificité. De fait, selon les règles sociales de la communauté scientifique, le travail doit s’opérer dans la plus grande objectivité. Ce qui veut dire, d’une part, qu’il ne doit pas être soumis à des jugements, des enjeux, des intérêts extra-scientifiques, et que, d’autre part, il doit s’effectuer dans le respect des règles et conven­tions intra-scientifiques, telles que l’objectivité, la distance critique, l’im­partialité, l’objectivation du monde social, la communication scientifique, le contrôle des pairs… Ce sont ces conventions, entre autres, qui donnent à la science la légitimité et l’importance de son discours sur le monde so­cial. Cependant, malgré elles, ou d’une certaine manière à cause d’elles, la science est prise dans une relation de dépendance dont la première consé­quence est qu’une des conditions de possibilité de son autonomie est hétéronome.

L’un des grands paradoxes des champs scientifiques, c’est qu’ils doivent en grande partie leur autonomie au fait qu’ils sont financés par l’État, donc placés dans une relation de dépendance d’un type particulier, à l’égard d’une instance capable de soutenir et de rendre possible une production qui ne soit pas soumise à la sanction im­médiate du marché […]. Cette dépendance dans l’indépendance — ou l’inverse — ne va pas sans ambiguïté, puisque l’État qui assure les conditions minimales de l’autonomie est aussi en mesure d’im­poser des contraintes génératrices d’hétéronomie et de se faire l’ex­pression ou le relais de la contrainte de forces économiques […] dont il est censé libérer. (Bourdieu, 1997b :48)

  • 9  Grignon, par exemple, estime que « la sociologie engagée, mise au service d’une cause, ne diffère (...)

18Au-delà de cette difficulté, certains pensent que le scientifique doit veiller au maintien de cette autonomie par rapport à l’engagement social. Ainsi, il est généralement admis que la science, sous peine de céder à la dérive en sacrifiant ses règles, doit rester autonome par rapport aux causes sociales — du peuple, des femmes, de l’environnement… 9. Bourdieu, pour sa part, insiste sur l’importance qu’il y a de distinguer la quête d’une hypothétique neutralité axiologique et l’objectivation nécessaire au travail scientifique. En d’autres termes, il estime que tout projet militant n’est pas non scientifique. Si l’étude des inégalités scolaires n’est pas un choix neutre, l’objectivation de leurs causes n’en est pas moins scientifique. La mise en évidence de rapports de domination est toujours une forme d’engagement. La vertu académique ne doit pas conduire à un aveugle­ment face à la souffrance sociale. Si la science ne doit pas sacrifier ses règles de scientificité au service d’une cause, l’observation de la souf­france sociale peut stimuler des démarches scientifiques dont la finalité extrinsèque est, tel un épiphénomène, de viser un mieux-être social. Par leur capacité de voir et de comprendre, « ceux qui ont la chance de pouvoir consacrer leur vie à l’étude du monde social ne peuvent rester neutres et indifférents, à l’écart des luttes dont l’avenir de ce monde est l’enjeu» (Bourdieu, 2001a :7). Plus ces observateurs privilégiés con­naissent le social, plus ils identifient et objectivent ses injustices, ses iné­galités, ses “arbitrarités”…

  • 10  De ces conditions de réception résulte, entre autres, une hiérarchie des savoirs. Suivant cet ordr (...)

19Cette conception de la science suppose un dépassement de l’opposition entre une approche “puriste” et une approche engagée, sans pour autant rompre avec une attention particulière à l’autonomie scientifique. Une telle insistance sur l’autonomie s’ancre dans la conviction que l’utilité des sciences sociales est liée au respect des impératifs de scientificité. Le savoir qu’elles produisent peut devenir un outil pour certaines causes, dès lors que celui-ci est pleinement scientifique. Dans la perspective de reconstruction que nous proposons du thème de la responsabilité socio­logique dans l’œuvre de Bourdieu, la première forme d’engagement est scientifique et se traduit par la volonté d’élever la rigueur des sciences. Cette rigueur est, en outre, une conditionnalité à l’exercice d’un “effet choisi” de théorie sociologique sur le social. La question de l’autonomie est donc centrale. Elle n’est pas uniquement déterminée par les conditions sociales de production du savoir, elle l’est aussi par les conditions so­ciales de sa réception 10.

  • 11  Distance critique, objectivation, contrôle des pairs, communication, dialogues fondés sur le meill (...)

20La chose a déjà été évoquée : les sciences sociales participent, « comme en atteste l’articulation de [leur] développement institutionnel avec les besoins des administrations publiques, à l’expansion des capacités de maîtrise du monde social» (Martuccelli, 2002 :137). Pourtant, dans le champ scientifique, les réponses à la demande sociale sont souvent per­çues comme une « compromission et [un] risque de dévoyer les exigences de la rigueur au service de finalités étrangères à la recherche de l’objectivité scientifique» (Castel, 2000 :281). L’autonomie, en raison des règles qui assurent aux yeux des chercheurs — mais aussi du monde so­cial en général — la scientificité et la rigueur de leur production, est un facteur décisif dans la détermination de la hiérarchie des savoirs 11. Elle joue un rôle clef dans la détermination de la place que prend une re­cherche dans l’espace des productions scientifiques qui composent le champ. Veiller à cette autonomie est déjà une forme d’engagement. Faire de la science comme le préconise Bourdieu présuppose donc un enga­gement moral et pratique ou, à l’en croire, un engagement vertueux. Comme nous l’avons souligné, un tel engagement suppose que l’on entre­prenne un retour sur soi et sur les conditions qui caractérisent la pro­duction scientifique.

C. L’impératif d’une science vertueuse

21Chaque scientifique, pour avoir sa place, est soumis au respect de certains critères définis par la communauté à laquelle il appartient. Ces critères sont de deux ordres. Le premier est un ordre épistémologique qui fonde la légitimité de la communauté — la valeur de la production scien­tifique est tributaire du respect des normes épistémologiques de pro­duction édictées par la communauté. Le second est lié à la responsabilité de la communauté vis-à-vis du monde social.

  • 12  Le chercheur doit objectiver les conditions de son objectivation scientifique pour tendre vers plu (...)

22Les réflexions de Bourdieu illustrent, comme beaucoup d’autres, l’interpénétration de ces deux ordres. Selon lui, la production de la con­naissance est un processus social dont il faut assurer la pertinence et la qualité en contraignant les lois objectives du champ de la cité savante à imposer une hiérarchie scientifique qui soit fonction de la vertu. Cette représentation du travail scientifique conduit à penser que le contrôle et la modification des conditions de production sont, avant tout, tributaires d’un effet de champ. Si un scientifique dispose de moyens pour tendre vers l’objectivité — par exemple à travers l’objectivation participante ou la double objectivation —, c’est néanmoins avant tout par la transfor­mation des règles du champ que pourra s’opérer l’augmentation générale du degré de scientificité 12. Ainsi, pour Bourdieu, même si l’individu a un pouvoir d’incidence relatif sur les structures objectives, celles-ci sont déterminantes en dernière instance. Il faut donc considérer les conditions structurelles, organisationnelles et institutionnelles nécessaires pour ga­rantir l’autonomie et la scientificité dans la production des savoirs. C’est la transformation de ces conditions qui permettra l’éclosion d’un contexte où la science sera produite plus rigoureusement. En attendant cela, l’orientation de la communauté scientifique vers cette transformation peut être favorisée par des comportements individuels dont l’agrégation participe aux changements des règles du champ scientifique.

23Cependant, « ce n’est pas la vertu qui peut fonder un ordre intellectuel libre ; c’est un ordre intellectuel libre qui peut fonder la vertu intel­lectuelle» (Bourdieu, 1992b :557). Seule la transformation des structures objectives pourra pleinement assurer l’émergence, la consolidation et la reproduction d’une vertu intellectuelle forte. C’est en ce sens aussi qu’il faut protéger l’autonomie du champ, objectiver les conditions de pro­duction qui le déterminent, interroger la légitimité de la hiérarchie des objets scientifiques — par qui et comment est-elle définie… ? C’est encore élever les droits conditionnant l’entrée dans le champ, en d’autres termes le niveau de rigueur épistémologique et scientifique à respecter pour être considéré comme membre de la communauté.

24La primauté du champ se manifeste à deux niveaux : un niveau ob­jectif, par le biais de structures et de mécanismes spécifiques ; un niveau subjectif, par le façonnement des structures mentales, des repères normatifs et de leur hiérarchie, des schèmes de perception, de pensée ou d’action. C’est notamment la raison pour laquelle Bourdieu affirme que « la morale n’est efficace que si elle s’appuie sur des structures, des mé­canismes qui font que les gens ont intérêt à la morale» (Bourdieu, 1996 :64) et qu’il déclare que « la morale politique ne peut pas tomber du ciel ; [qu’]elle n’est pas inscrite dans la nature humaine». Il faut, dit-il, pratiquer collectivement une « Realpolitik de la raison» qui soit ancrée dans une action rationnellement orientée vers la défense des conditions sociales d’exercice de la raison. Dans cette perspective, les agents du champ scientifique devraient pouvoir se réunir collectivement et décider d’actions à mener pour transformer le champ et valoriser l’autonomie, la vigilance épistémologique, la qualité et la rigueur comme vertus scien­tifiques. Outre des conditions institutionnelles favorables et un rapport maîtrisé avec le champ du pouvoir et le champ politique, renforcer l’auto­nomie du champ et la rigueur scientifique implique de créer collec­tivement des conditions sociales qui favorisent l’intérêt à la responsabilité morale et scientifique du chercheur, par exemple en donnant, par la valo­risation des productions rigoureuses, du crédit de reconnaissance aux scientifiques vertueux.

  • 13  Voir par exemple le post-scriptum intitulé Pour un corporatisme de l’universel (Bourdieu P., 1992b (...)

25Le niveau épistémologique doit prendre en compte l’intérêt que les pro­ducteurs peuvent avoir à maximiser la qualité de leur travail afin de ga­rantir une épistémologie forte qui, à son tour, renforce l’autonomie et augmente la responsabilité de la communauté scientifique vis-à-vis du monde social. Les deux dimensions — épistémologie et responsabilité — sont étroitement liées. La science a un effet sur le monde ; plus elle sera rigoureuse, plus son propos sera juste, sa portée choisie et pertinente. On le verra plus loin, cette responsabilité de la communauté vis-à-vis du social se traduit chez Bourdieu par l’exhortation à l’émergence d’un « intellectuel collectif» 13.

26Cette élévation des droits d’entrée dans le champ scientifique doit s’accompagner d’une généralisation de l’accès à l’universel. Il s’agit de « favoriser l’instauration d’univers où tous les agents et leurs actes […] seraient soumis à une sorte de test d’universalisabilité permanent pra­tiquement institué par la logique du champ» (Bourdieu, 1994 :243 cité in Mauger, 1995 :680) et de « faire en sorte que de plus en plus de gens remplissent les conditions nécessaires pour s’approprier l’universel» (Bourdieu, 1996 :77). Qu’est-ce à dire ? C’est d’abord éviter l’impéria­lisme idéologique, l’usage et la fonction idéologique d’un « universel» illusoire, au sens par exemple où la culture dominante s’impose comme vérité et comme culture universelle et légitime (Bourdieu, 1992a ; 1998b :25) ; au sens aussi où la science est parfois un moyen de légiti­mation au service des dominants. L’universel doit, notamment, renvoyer à l’ensemble des lois que la sociologie met au jour. De fait, « dévoiler les contraintes cachées […] c’est tenter d’offrir aux uns et aux autres une possibilité de se libérer, par la prise de conscience, de l’emprise de […] mécanismes et proposer peut-être le programme d’une action concertée […]. Seule une telle collaboration permettrait de travailler efficacement à la divulgation des acquis les plus universels de la recherche et aussi, pour une part, à l’universalisation pratique des conditions d’accès à l’uni­versel» (Bourdieu, 1996 :94). Dans cet esprit, une réflexion sur la dif­fusion du savoir est essentielle car « la vérité scientifique a toutes les chances d’atteindre ceux qui sont le moins disposés à l’accepter et très peu de chance de parvenir à ceux qui auraient le plus intérêt à la recevoir» (1980b :42). Cependant, la prise de conscience ne suffit pas. Elle n’agit pas de façon mécanique sur les comportements. C’est pourquoi cette col­laboration suppose que l’on réunisse chercheurs, acteurs et militants dans un travail collectif de critique et de propositions, peut-être dans le creuset de forums hybrides. Avant d’en venir à ces propositions, prenons note de quelques effets du dévoilement sociologique.

III. La responsabilité sociologique

27On peut dégager une seconde responsabilité issue des règles qui défi­nissent le champ, la valeur scientifique et l’incidence que peut avoir la science sur le réel ; il s’agit d’une responsabilité morale subjective. Cette moralité subjective, qui ne doit pas forcément être entendue comme indi­viduelle — elle peut être déterminée par l’orientation d’un groupe de recherche —, est établie à partir de convictions et peut inspirer, notam­ment, le choix de l’objet de la recherche, les modalités de son traitement et le degré de participation du chercheur à la réalité sociale qu’il étudie (Callon, 1999).

28En matière de sujets de recherches, on ne peut naturellement rien impo­ser. Le choix d’un sujet et des acteurs avec lesquels un scientifique tra­vaille est fonction de facteurs institutionnels, scientifiques, éthiques et po­litiques. Il est donc important d’identifier les conditions qui déterminent le choix de l’objet de recherche, d’établir comment et à quel moment spé­cifique un objet scientifique émerge dans l’ordre du savoir, mais aussi d’établir l’usage auquel le chercheur le destine. Le travail d’analyse des conditions de production du savoir peut faciliter la suspension de cer­taines contraintes idéologiques, théoriques et institutionnelles et parfois conduire à une forme d’engagement moral qui permet de définir les objets scientifiques « en fonction des intérêts socio-historiques des enquêtés […] à partir des situations sociales et réelles et des problèmes qu’ils vivent dans leur quotidienneté. […] Cela peut aussi incliner à privi­légier comme sujets de l’enquête […] ceux que les contraintes objectives […] condamnent au silence» (Gibbal/Lebris, 1982 :21). Poussant la ré­flexion plus loin, le chercheur deviendrait, d’une certaine manière, porte-parole ou pourrait faciliter la prise de parole de certains groupes.

  • 14  La proposition revendiquée comme une utopie réaliste d’inscrire les sciences sociales dès l’enseig (...)

29Si telle ne fut pas toujours l’intention de Bourdieu, cette démarche semble néanmoins caractériser un ouvrage comme La misère du monde. Ce livre témoigne d’un autre rapport à la science sociologique dans le tra­vail de l’auteur. Face à la difficulté de réception du discours sociologique, celui-ci choisit l’option d’une maïeutique sociale au cours de laquelle les agents objectivent leur (dis)position 14. Encadré de la sorte, le savoir sociologique se démocratise. Mais il ne fournit pas pour autant de so­lutions pour assumer le désenchantement. On peut se demander si l’univers social complètement transparent et désenchanté par une science sociale pleinement développée serait vraiment vivable. Bourdieu, pour sa part, semble penser que « les rapports sociaux seraient beaucoup moins malheureux si les gens maîtrisaient au moins les mécanismes qui les dé­terminent à contribuer à leur propre misère» (Bourdieu, 1980b :33). Contribuer à la connaissance de ces mécanismes sociaux est le rôle prin­cipal du sociologue et, d’une certaine manière, sa responsabilité.

30On peut distinguer chez Bourdieu une liberté en amont et une liberté en aval de la conscience sociologique (Hilgers, 2006). La première semble presque illusoire. L’intériorisation des structures permet de se croire libre sans avoir conscience de ses propres déterminations. La seconde, fruit d’une réflexion sur soi opérée à travers la mise en lumière des structures que permet une prise de distance réflexive — une conscience de son propre habitus —, autorise un certain contrôle de soi. Comme chez Spi­noza (Éth., V), cette liberté conquise implique la vertu. Ainsi, dans le cadre scientifique par exemple, la double objectivation implique une éthique qui stimule la vertu scientifique, c’est-à-dire, l’élévation des con­ditions de la rigueur scientifique. D’abord « parce que c’est une science, [ensuite parce que] s’il est vrai que c’est à travers la connaissance des dé­terminations procurées par la science que devient possible une forme de liberté qui est la condition et le corrélat d’une éthique, alors il est vrai aussi qu’une science réflexive implique ou inclut une éthique» (Bourdieu/Wacquant, 1992 :171).

  • 15  Nécessité dont l’objectivation permet de montrer la non-nécessité.

31L’extension de la liberté par la conscience sociologique rend possible un choix normatif qui consiste à accepter ou non la nécessité 15. L’agent ou le monde politique sont en mesure d’introduire des éléments modi­ficateurs qui peuvent suffire à « transformer dans le sens de nos souhaits le résultat des mécanismes» (Bourdieu, 1982 :20). Le simple fait de con­naître des mécanismes qui doivent leur efficience à la méconnaissance — les cas de “violence symbolique” par exemple —, contribue à modifier leurs effets. La science sociologique, en dévoilant le réel, a donc des ver­tus libératrices. Elle permet l’indignation en dénaturalisant la néces­sité, en montrant qu’elle est le produit de rapports sociaux, que ces rap­ports sociaux sont transformables, que ce qui apparaît comme nécessaire ne l’est pas nécessairement. La sociologie, nous dit Bourdieu, « défa­talise». Elle permet ainsi d’introduire une liberté par rapport à l’adhésion primaire et de devenir, partiellement, « maître et possesseur de la nature sociale», de « contrôler les effets des déterminismes qui s’exercent» sur le monde social (Bourdieu, 1987 :112). L’analyse sociologique peut amener à mini­miser les déterminismes sociaux et contribuer à « universaliser les condi­tions d’accès à l’universel». Cette liberté que permet la con­naissance a des implications éthico-morales. La conscience des structures de socia­lisation, des mécanismes qui régissent les rapports sociaux dans un champ peut être mise au service d’un accès à l’universel élargi.

32Lorsqu’il passe d’une réflexion formelle — la question de la liberté dans une théorie des pratiques — à une réflexion substantielle — la ques­tion de la liberté dans le monde social —, Bourdieu passe aussi d’un dis­cours scientifique sur les pratiques à un discours moral, engagé politi­quement. Il ne s’agit plus d’étudier les rapports entre socialisation et li­berté, mais entre liberté et émancipation. Il ne s’agit pas seulement de donner aux dominés la possibilité d’atteindre par la conscience le niveau de liberté dont disposent parfois les dominants par leur habitus. Il s’agit d’une véritable libération de soi par la connaissance et, en ce sens, cette dernière vise, sans distinction, tous les agents sociaux. Seule la prise de conscience et de distance par rapport aux structures objectives auxquelles ils s’adaptent permet aux agents d’exercer un véritable libre arbitre. La li­berté matérielle, si elle en est une condition nécessaire, n’est pas pour au­tant la liberté de conscience. La liberté de choix rendue possible par la mise au jour de la logique pratique nécessite une prise de position face à l’Idéal. L’individu doit poser un choix normatif en fonction d’une valeur morale subjective ; il peut essayer de s’ouvrir à autre chose qu’à son propre habitus. En montrant que l’unité des conduites est déterminée par l’habitus, il est possible d’introduire la conscience des agents au fonction­nement de la logique pratique, de sorte qu’ils puissent poser des actes qui modifient la structure objective concrète de l’univers axiologique et qu’ils deviennent, dans une certaine mesure, autonomes par rapport à leurs dé­terminations sociales.

33Il importe donc d’étendre le champ de la conscience sociale afin de pal­lier les inégalités produites par les structures objectives et de dyna­miser alors la capacité de changement que recèle en lui chaque agent social. La sociologie peut contribuer à l’obtention des moyens rationnels qui per­mettent « d’utiliser pleinement les marges de manœuvres laissées à la li­berté» (Bourdieu, 1993 :1454). En d’autres termes, « il ne s’agit pas d’en­fermer les agents sociaux dans un ‘être social originel’ traité comme un destin, une nature, mais de leur offrir la possibilité d’assumer leur habitus sans culpabilité ni souffrance» (Bourdieu, 1980b :42). Les agents peuvent progressivement s’émanciper de leur déterminisme. Au fil de cette progression, l’émancipation devient un devoir, car la liberté de cons­cience implique une grande responsabilité : « une connaissance de la né­cessité objective [offre] la possibilité d’une liberté à l’égard de cette né­cessité, donc d’une éthique pratique visant à accroître cette liberté» (Bourdieu, 1997a :139).

34En transposant une réflexion qui s’inspirait de la position de Weber re­lative au champ religieux (Bourdieu, 1971) à travers ce que la tradition marxiste nomme la « conscience extérieure», Bourdieu affirme que

  • 16  Voir également Bourdieu p., 1984b.

ceux qui occupent les positions dominées dans l’espace social sont aussi situés en des positions dominées dans le champ de production symbolique et l’on ne voit pas d’où pourraient leur advenir les ins­truments de production symbolique nécessaires pour exprimer leur point de vue propre sur le social, si la logique propre du champ de production culturelle, et les intérêts spécifiques qui s’y engendrent, n’avaient pour effet d’incliner une fraction des professionnels en­gagés dans ce champ à offrir aux dominés, sur la base d’une homo­logie de position, les instruments de rupture avec les représentations qui s’engendrent dans la complicité immédiate des structures sociales et des structures mentales. (Bourdieu, 2001b :313) 16

35D’où, notamment, la nécessité d’organiser des forums regroupant cher­cheurs, artistes, acteurs, militants, écrivains…, qui, d’une certaine maniè­re, sont en rupture et partagent une affinité structurale, une homo­logie de position avec les dominés. Il faut, pense Bourdieu, des rencontres et des discussions à long terme sur des problématiques d’intérêt général, qui per­mettent de découvrir l’intersection entre différents mouvements de con­testation. Il faut pouvoir « concerter les forces sociales déjà concentrées» dans des univers spécifiques pour qu’elles puissent s’unir et agir de ma­nière collective.

36Ainsi, Bourdieu rejoint l’idée de forum développée par d’autres so­ciologues. Dans ces forums, sur certaines questions, le sociologue devrait jouer un rôle particulier. Il peut, par exemple, contribuer à clarifier les situations et éviter que l’on puisse dire « n’importe quoi» à propos du monde social (Bourdieu, 1980b :19). La forme de son engagement revient à écrire et « de temps en temps parler», mais non pas à être ou à devenir un homme politique (Bourdieu, 2000 :44). Reste à savoir comment donner de la force aux idées sans (r)entrer dans le champ et le jeu politique. Re­prenant et sociologisant Spinoza, Bourdieu affirme qu’ « il n’y a pas de force intrinsèque à l’idée vraie». La vérité est un enjeu de luttes. Le tra­vail sociologique peut contribuer à comprendre l’enjeu de ces luttes, leur sens, la manière dont elles se jouent et l’influence qu’elles ont sur le social. Il peut ainsi aider à éviter certains écueils. Par exemple en es­quivant « une des antinomies les plus tragiques de la domination sym­bolique : comment se révolter contre une catégorisation socialement im­posée sinon en s’organisant en une catégorie construite selon cette caté­gorisation, et en faisant ainsi exister les classifications et les restrictions auxquelles elle entend résister (au lieu par exemple de combattre pour un ordre nouveau dans lequel la distinction entre les différents statuts serait indifférente ?) » (Bourdieu, 1998a :131).

37En participant à ces discussions avec les mouvements sociaux, qui au­jourd’hui se caractérisent par le refus des formes traditionnelles de mobi­lisation, (ré)inventent des actions originales à fort contenu symbolique, disposent d’une forte internationalisation, pratiquent une opposition au néolibéralisme, ou encore exaltent la solidarité, le sociologue œuvre à la restauration du politique. Par sa connaissance des logiques sociales, lors de l’association d’individus à travers divers réseaux, il peut, notamment, contribuer à limiter les logiques de domination, à réduire la diversité, de façon, entres autres, à ce que les compétences spécifiques s’agrègent et s’unissent pour former un intellectuel collectif.

  • 17  Notons que la prévalence qu’accorde Bourdieu aux sociologues en les considérant implicitement comm (...)

38Cet intellectuel collectif est le produit du rassemblement d’intellectuels spécifiques (au sens de Foucault) dans des réseaux capables de former une masse critique forte et de créer « les conditions sociales d’une pro­duction collective d’utopies réalistes» (Bourdieu, 2001a :37). Par le constat que la science est toujours déjà sociale, l’intellectuel collectif se situe au-delà de l’opposition entre science pure et science engagée. Il devrait pouvoir organiser la recherche collective, stimuler et réaliser de nouvelles formes d’actions politiques, de mobilisations, de projets en commun, permettre l’émergence de nouvelles formes d’identité. « Il peut jouer un rôle d’accoucheur en assistant la dynamique des groupes en travail dans leur effort pour exprimer, et du même coup découvrir, ce qu’ils sont et ce qu’ils pourraient ou devraient être et en contribuant à la recollection et à l’accumulation de l’immense savoir social sur le monde social» (Bourdieu, 2001a :37). Pour y parvenir, les chercheurs, mais aussi les artistes, les écrivains, doivent dépasser les frontières internes au monde académique, entrer en interaction avec le monde extérieur et pro­mouvoir « le savoir engagé, scholarship with commitment, c’est-à-dire une politique d’intervention dans le monde politique qui obéisse, autant que possible, aux règles en vigueur dans le champ scientifique» (Op. cit. :40), et cela d’autant plus que les forces dominantes et externes à ce champ in­voquent l’autorité de la science et cherchent à se parer de ses habits pour défendre des causes idéologiques 17.

IV. Conclusion

39Si, en général, la communauté scientifique dénigre les compromis­sions avec le marché de la recherche, tout en étant relativement do­minée par celui-ci, c’est parce que, dans sa logique, « faire valoir une vé­rité scientifique par des attendus extrinsèques représente une pure et simple contradiction éthique puisque le savant y assumerait une définition hété­ronomique de son autonomie intellectuelle» (Passeron, 2004 :35). L’enga­gement n’implique pas l’hétéronomie. Le sociologue est res­ponsable devant la cité et devant ses pairs de la qualité, et donc de la per­tinence de son travail. Ce travail lui donne à voir l’état du monde. Face à celui-ci, grevé d’injustices et de rapports de domination, nul ne peut de­meurer in­différent. Le rôle du sociologue est donc d’encourager la prise de con­science. Cette responsabilité sociologique doit être le corollaire d’une res­ponsabilité scientifique pleinement assumée.

40Il ressort de cette analyse que l’autonomie est un outil de renfort pour la pensée engagée. Elle exige cependant un travail réflexif afin de com­prendre et d’objectiver ses propres conditions de possibilité. Dans cette perspective, il est permis de penser que la politique de la science pure est, d’une certaine manière, une inconséquence de la production intellectuelle. Cette dernière, lorsqu’elle est assumée, engendre différentes formes d’en­gagements sans lesquels elle perd son sens et peut risquer de devenir une idéologie — au sens marxien — au service de la légitimation des do­minants et de la domination. Sous cet angle, l’engagement est la suite logique de l’autonomie, voire une de ses conditions de possibilité puisqu’il participe à la réappropriation de son propre discours par l’intel­lectuel. L’intellectuel ne peut donc être appréhendé à travers une dichotomie entre autonomie et engagement.

41« Personnage bidimensionnel», mais idéalement ni dichotomique ni schizophrénique, l’intellectuel n’existe comme tel que s’il bénéficie du crédit accordé par une communauté scientifique relativement autonome et qu’il engage ce crédit dans la lutte politique (Bourdieu, 1992b :547). Selon Bourdieu, les menaces faites à l’autonomie sont, indépendamment des pays et des cultures, structurellement analogues dans les sous-champs scientifiques, et contribuent donc à faire exister entre les agents qui les composent une affinité structurale qui facilite leur union. Cette structu­ration objective peut participer à la naissance d’une démarche collective si les agents dépassent les variations substantielles pour considérer les in­variants qui définissent l’homologie de leur position. Alors, et seulement à ces conditions, pourra émerger ce que l’auteur nomme une « Interna­tionale des intellectuels» au sein de laquelle les producteurs culturels restent propriétaires des moyens de production du savoir. Cette Interna­tionale pourra réinvestir collectivement le débat public à travers un pou­voir de vigilance et de critique, voire de proposition. Ici encore, le pro­cessus d’objectivation s’impose comme une dimension fondamentale de l’autonomie et de l’engagement de l’intellectuel.

  • 18  Ce constat rejoint un projet qui n’a jamais vu le jour : « Goffman m’avait dit un jour que nous de (...)
  • 19  Sur cette question voir aussi Lahire B., 2005, pp. 128-137.

42« La divulgation par l’analyse scientifique d’une forme de domination a nécessairement des effets sociaux mais qui peuvent être opposés : elle peut soit renforcer symboliquement la domination […] soit contribuer à la neutraliser» (Bourdieu, 1998a :121) 18. Que faire de ce constat ? Penser la production sociologique de manière à anticiper ses effets de théorie, aussi minimes soient-ils ? Produire une science contre le fatalisme ? Comment agir si le dévoilement peut se révéler néfaste ? Qu’est-ce qui garantit que la dénaturalisation sociologique engendre nécessairement une défa­talisation ? À ces questions, Bourdieu ne fournit ni solution, ni réponse, fussent-elles provisoires. En contrepoint d’autres réflexions, son dernier texte laisser penser qu’il faut protéger le monde social d’une pleine désil­lusion sociologique. Évoquant le mythe de l’intellectuel total, chargé d’af­fronter des tâches immenses telles que celle de penser le fondement de la science ou de l’histoire et qui, du fait de ces tâches, se sent responsable devant l’humanité d’une mission, Bourdieu affirme qu’il faut défendre « à tout prix, envers et contre tous, et peut-être avant tout contre une interpré­tation sociologiste de la description sociologique du monde intellectuel […] le mythe de l’intellectuel et de sa mission universelle […] [il] est une de ces ruses de la raison historique qui font que les intellectuels les plus sensibles aux profits d’universalité peuvent être conduits à contribuer, au nom de motivations qui peuvent n’avoir rien d’universel, au progrès de l’universel» (Bourdieu, 2004 :41)19. Mais qui peut décider de cette Real­politik ? Comment défendre ce mythe tout en assumant l’exigence d’ob­jectiver les conditions sociales de production du savoir ? Qui peut dé­ider quelles sont les idoles qui doivent être maintenues à l’abri du marteau sociologique ? Le sociologue ne doit-il pas être à un moment ou l’autre dé­possédé de son savoir afin de laisser à la cité le choix, ou non, d’as­sumer la connaissance qu’il produit ? Les réponses sont-elles entre les mains d’un intellectuel collectif ? Là encore, comment s’opèrent les prises de décisions collectives ? La lecture des travaux de Bourdieu laisse ces questions ouvertes. En attendant le changement, l’agrégation de compor­tements individuels vertueux peut déjà contribuer à orienter le champ vers une configuration plus favorable à son autonomie et à la rigueur scien­tifique.

  • 20  Sur les justifications de l’intervention du chercheur dans la cité, Lahire B., 2002, pp. 63-64.

43Bourdieu combine en sa personne trois formes de justification qui sont récurrentes pour légitimer l’intervention du chercheur dans la cité 20 : une compétence spécifique, une reconnaissance et un engagement pour des valeurs “universelles”. Il a contribué à mettre en évidence leur caractère sensible, certaines formes de domination, certaines lois sociales, ou cer­taines structurations et configurations des rapports de force, de sens et de pouvoir. C’est en cela qu’il est engagé. Néanmoins, hors de ses propres positions dans l’espace public, il s’est peu consacré à l’analyse des dif­férentes formes de luttes et d’alternatives. Si son approche met en œuvre des outils incontournables pour penser, décrire, interpréter le social, on doit se demander si, par-delà leur effet performatif, ils sont les plus adaptés pour le transformer. Certes, il est possible que la mise au jour des logiques de fonctionnement du social arrive à stimuler un programme ré­aliste pour une action collective des intellectuels, mais rien n’est certain. Et sur ce programme, hormis quand il rappelle la nécessité de faire en­tendre un discours de liberté, le sociologue n’est pas prolixe (Bourdieu, 1992b :546). Ces descriptions et prescriptions d’utopies réalistes, de cor­poratisme de l’universel, d’intellectuel collectif sont stimulantes, mais elles restent floues. En d’autres termes, il faut penser avec Bourdieu au-delà de Bourdieu pour enrichir la contribution de la sociologie à la com­préhension du monde social et à sa transformation en un monde plus juste.

Haut de page

Bibliographie

Alexander J. C., 2000, La réduction. Critique de Bourdieu, Paris, Cerf (1995).

Bourdieu P., 1971, “Genèse et structure du champ religieux”, Revue Française de sociologie, vol. XII, 2, pp. 295-334.

Bourdieu P., 1980, “Décrire et prescrire. Les conditions de possibilité et les limites de l’efficacité politique”, Actes de la recherches en sciences sociales, n° 30, pp. 69-74.

Bourdieu P., 1980, Questions de sociologie, Paris, Minuit.

Bourdieu P., 1982, Leçon sur la leçon, Paris, Minuit.

Bourdieu P., 1984, “Espace social et Genèse de classe”, Actes de la recherches en sciences sociales, n° 52-53, pp. 3-12.

Bourdieu P., 1984, Homo Academicus, Paris, Minuit.

Bourdieu P., 1987, Choses dites, Paris, Minuit.

Bourdieu P., 1992, “Deux impérialismes de l’universel”, in FaurÉ C., Bishop T., L’Amérique des Français, Paris, François Bourin, pp. 149-155.

Bourdieu P., 1992, Les règles de l’art : Genèse et structures du champ littéraire, Paris, Seuil.

Bourdieu P., 1993, La misère du monde, Paris, Seuil.

Bourdieu P., 1996, Sur la télévision, Paris, Raisons d’agir.

Bourdieu P., 1997, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil.

Bourdieu P., 1997, Les usages sociaux de la science : Pour une sociologie clinique du champ scientifique, Paris, INRA.

Bourdieu P., 1998, La domination masculine, Paris, Seuil.

Bourdieu P., 1998, Contre-feux, Paris, Raisons d’agir.

Bourdieu P., 2000, Propos sur le champ politique, Lyon, Presses Universitaires de Lyon.

Bourdieu P., 2001, Contre-feux II, Paris, Raisons d’agir.

Bourdieu P., 2001, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil.

Bourdieu P., 2001, Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir.

Bourdieu P., 2004, Esquisse d’une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir.

Bourdieu P., Hacke H., 1994, Libre échange, Paris, Seuil.

Bourdieu P., Spire A., 2002, Si le monde social m’est supportable c’est parce que je peux m’indigner, Paris, Éd. de l’Aube.

Bourdieu P., Wacquant L., 1992, Réponses : Pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil.

Bouveresse J., 2004, Bourdieu, savant et politique, Paris, Agone.

CaillÉ A., 1994, Don, intérêt et désintéressement : Bourdieu, Mauss, Platon et quelques au­tres, Paris, La Découverte.

Callon M. 1999, “Ni intellectuel engagé, ni intellectuel dégagé : la double stratégie de l’attachement et du détachement”, Sociologie du travail, vol. 41, 1, pp. 65-78.

Castel R., 2000, “La sociologie et la réponse à la ‘demande sociale’”, Sociologie du travail, vol. 42, 2, pp. 281-287.

Corcuff P., 2003, Bourdieu autrement : Fragilités d’un sociologue de combat, Paris, Textuel.

Duchastel J., Laberge D., 1999, “La recherche comme médiation interdisciplinaire”, Sociologie et sociétés, vol. XXXI, 1, pp. 63-76.

Engels F., Marx K., 1968,  L’idéologie allemande (trad. G. Badia et R. Cartelle), Paris, Éd. Sociales (1848).

Geertz C., 1996, Ici et là-bas : l’anthropologue comme auteur, Paris, Métaillé.

Ghasarian C., 2003, De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux, Paris, Armand Colin.

Gibbal J-M., Lebris É., 1982, “Position de l’enquête anthropologique en milieu urbain africain”, Cahiers d’Études africaines, 81-83, XXI-I-3, pp. 13-25.

Grignon C., 2002, “Sociologie, expertise et critique sociale”, in Lahire, B., À quoi sert la sociologie, Paris, La Découverte, pp. 119-136.

Hilgers M., 2006, “Liberté et habitus dans la sociologie de Pierre Bourdieu”, en ligne sur http://www.espacetemps.net/

Hong S., 1999, Habitus, corps, domination, Sur certains présupposés philosophiques de la sociologie de Pierre Bourdieu, Paris, L’Harmattan.

Kuhn T., 1962, The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, University of Chicago Press.

Lahire B., 2002, “Utilité : entre sociologie expérimentale et sociologie sociale”, in Lahire, B., À quoi sert la sociologie ?, Paris, La Découverte, pp. 43-66.

Lahire B., 2005, L’esprit sociologique, Paris, La Découverte.

Mannheim K., 1956, Idéologie et utopie. (trad. P. Rollet), Paris, Marcel Rivière et Cie, Les clas­siques de la sociologie (1929).

Morin E., 1984, Sociologie, Paris, Fayard.

Onfray M., 2002, Célébration d’un génie colérique : Tombeau de Pierre Bourdieu, Paris, Galilée.

Passeron J-C., 2004, “La sociologie en politique et vice versa”, in Bouveresse J., Roche D., Dir., La liberté par la connaissance. Pierre Bourdieu (1930-2002), Paris, Odile Jacob, pp. 15-104.

Raynaud P., 1980, “Le sociologue contre le droit”, Esprit, n° 3, pp. 82-93.

Singly F. (de), 2002, “La sociologie, forme particulière de conscience”, in Lahire, B., À quoi sert la sociologie, Paris, La Découverte, pp. 13-42.

Spinoza B., 1954,  L’éthique (trad. R. Caillois), Paris, Gallimard (1677).

VerdÈs-Leroux J., 2002, Le savant et la politique. Essai sur le terrorisme sociologique de Pierre Bourdieu, Paris, Le Livre de Poche.

Haut de page

Notes

1  Notons que, malgré ces efforts, la position épistémologique de Bourdieu n’est pas toujours des plus claires. Sous certains aspects, elle oscille entre nominalisme, constructivisme et réalisme. Cette ambiguïté rarement relevée mérite une réflexion que nous ne pourrons entreprendre ici.

2  Comme l’avait montré Kuhn T., 1962.

3  Si l’on omet des textes comme celui d’Alexander (Alexander J. C., 2000), on notera que la réception de Bourdieu outre-Atlantique s’est opérée de manière moins passionnelle.

4  Suivant le vieux principe de la sociologie classique selon lequel la vision du monde d’un individu dépend de la position qu’il occupe dans la société. « Ce n’est pas la conscience qui détermine la vie, mais la vie qui détermine la conscience» affirmaient, par exemple, Marx et Engels dans L’idéologie allemande (Engels F./Marx K., 1968, p.37). Sur cette question, on verra également la conception de l’intellectuel sans attache ni racine chez Mannheim K., 1956 (1929).

5  Passeron, par exemple, montre que, durant l’Antiquité et le Moyen Age, les pouvoirs politiques se souciaient assez peu des sciences — si ce n’est de l’ingénierie pour la guerre par exemple. La demande change à la Renaissance : « Les princes qui voulaient gouverner efficacement préférèrent vite les conseils des calculateurs et des physiciens à ceux des théoriciens politiques, des historiens moralistes ou des pre­miers sociologues et économistes qui leur semblaient plus obscurs ou contradictoires que les maximes traditionnelles qu’ils puisaient dans leur ‘sociologie’ spontanée de l’exercice du pouvoir […] Avec cet aggiornamento de la demande politique de résultats scientifiques, puis avec la commande précise et dé­taillée d’innovations technologiques rendues possibles par les sciences modernes s’est nouée une inter­dépendance entre les élites politiques ou militaires et les scientifiques qui, ébauchée avec le ‘despotisme éclairé’, a fini par aboutir aux appels d’offre technocratiques d’aujourd’hui et aux programmes de recherche pilotés par les gouvernements ou les grandes firmes et fondations. En revanche, en Europe du moins, les sciences sociales qui se sont fondées dans un désordre institutionnel au XIXe siècle — et dans une rivalité liée aux enjeux politiques de leur utilisation dans les guérillas idéologiques — ont toujours eu des rapports fluctuants avec la demande politique. Aujourd’hui encore, les sciences sociales, sauf sans doute l’économie, entretiennent avec le pouvoir politique des rapports très différents de ceux qu’entretiennent les sciences physico-mathématiques ou biologiques qui, fortes de leur applicabilité reconnue, n’enregistrent guère d’autres tensions ou conflits avec les firmes ou l’État que pour négocier l’augmentation du volume de leurs crédits» (Passeron J.-C., 2004, pp. 88-89). Pour un développement plus détaillé de ces questions voir l’ensemble de l’article.

6  Il faudrait évidement mentionner aussi la trajectoire des différents individus qui occupent le champ, la hiérarchie des sciences et des objets de recherches…

7  Par exemple, la croyance en l’importance que peut présenter l’étude de certaines questions, classiques ou non, dont l’intérêt peut paraître inexistant au profane.

8  Distinction esquissée dans Bourdieu P., 1997b, pp. 16 et 29 et précisée dans Bourdieu P., 2001c, p.139.

9  Grignon, par exemple, estime que « la sociologie engagée, mise au service d’une cause, ne diffère pas de la sociologie appliquée, mise au service d’une firme : dans les deux cas la recherche est encadrée et guidée par les fins qui lui sont assignées de l’extérieur» (Grignon C., 2002, p.128)

10  De ces conditions de réception résulte, entre autres, une hiérarchie des savoirs. Suivant cet ordre d’idées, on peut distinguer la production restreinte, dont la reconnaissance est établie par le groupe des pairs, de la production large où l’appréciation est établie par le public. On notera que, selon François de Singly, « une théorie doit, idéalement, reposer sur deux types de reconnaissance, celle des pairs qui approuvent la mise en œuvre du travail scientifique, celle d’un certain public estimant que la vision savante du monde proposée ne lui est pas totalement étrangère même si les deux ne se confondent pas et ne pèsent pas du même poids dans la formation de l’autorité scientifique» (Singly, 2002, p.20).

11  Distance critique, objectivation, contrôle des pairs, communication, dialogues fondés sur le meilleur argument…

12  Le chercheur doit objectiver les conditions de son objectivation scientifique pour tendre vers plus d’objectivité.

13  Voir par exemple le post-scriptum intitulé Pour un corporatisme de l’universel (Bourdieu P., 1992b, pp. 543-558).

14  La proposition revendiquée comme une utopie réaliste d’inscrire les sciences sociales dès l’enseigne­ment primaire, développée récemment par Lahire, pourrait contribuer à faciliter la réception de ce dis­cours, voir Lahire B., 2005, pp. 388-402.

15  Nécessité dont l’objectivation permet de montrer la non-nécessité.

16  Voir également Bourdieu p., 1984b.

17  Notons que la prévalence qu’accorde Bourdieu aux sociologues en les considérant implicitement comme surplombants et essentiels à la transformation sociale est éminemment problématique.

18  Ce constat rejoint un projet qui n’a jamais vu le jour : « Goffman m’avait dit un jour que nous devrions écrire ensemble un manifeste contre les usages abusifs des sciences sociales. Je lui avais répondu, sans trop réfléchir, que nos inventions n’étaient pas si dangereuses… En fait, il y a toutes sortes de techniques inventées par les sciences sociales (les sondages par exemple) qui sont utilisées comme des instruments de domination» (Bourdieu P./Hacke H., 1994, p.61).

19  Sur cette question voir aussi Lahire B., 2005, pp. 128-137.

20  Sur les justifications de l’intervention du chercheur dans la cité, Lahire B., 2002, pp. 63-64.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Hilgers, « La responsabilité sociologique : retour sur l’entreprise critique de Pierre Bourdieu », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-1 | 2006, 43-63.

Référence électronique

Mathieu Hilgers, « La responsabilité sociologique : retour sur l’entreprise critique de Pierre Bourdieu », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-1 | 2006, mis en ligne le 14 mars 2011, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/607 ; DOI : 10.4000/rsa.607

Haut de page

Auteur

Mathieu Hilgers

UCL, ANSO, 1/1 Place Montesquieu, B 1348 Louvain-la-Neuve. Mathieu Hilgers est également membre du Laboratoire d’Anthropologie Prospective de l’Université catholique de Louvain (laap).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org