Navigation – Plan du site

Le “sociologue-expert” à la télévision :un sens pour la posture sociologique ?

The ‘Expert sociologist’ on TV – a Meaningful Posture for the Discipline ?
Christophe Mattart
p. 85-103

Résumés

La télévision joue aujourd’hui un rôle majeur dans la formation des opinions. Pour nombre de spectateurs, elle constitue la première source d’information. Les sociologues désireux de s’exprimer et d’intervenir dans la cité ne peuvent donc la négliger. Cette contribution porte sur les aspects pratiques condition­nant leurs interventions potentielles. Elle se base sur une étude empirique me­née en 2004 en Belgique francophone, et se concentre sur la participation des experts aux journaux et débats de deux chaînes généralistes (rtbf et rtl-tvi). L’argumentation ne se cantonne pas au seul cas du sociologue qui, sur ce thè­me, est associé à d’autres protagonistes dans des logiques sociales similaires. Les différentes modalités relationnelles pouvant exister entre “experts” et jour­nalistes sont mises en évidence. Les réseaux que forment ceux-ci sont traversés par des rapports de force rendant leur coopération potentiellement conflictuelle. Ces rapports prennent d’ailleurs source dans la structure macrosociale, dont cet article propose une analyse par la théorie des champs. Il s’ensuit certains enjeux et implications importants pour le sociologue désireux d’utiliser ce média.

Haut de page

Texte intégral

1Le sens que prend la posture du sociologue engagé dans la cité dépend des nombreux facteurs qui la façonnent : l’inscription du scientifique dans le monde social, les conditions de production de son savoir, les pos­sibi­lités et contextes de diffusion de ce dernier…

2Cet article entend contribuer à la réflexion relative à l’engagement du sociologue dans la cité en se concentrant sur la médiatisation — par le so­ciologue lui-même — du savoir sociologique.

  • 1  Sous son influence, la presse écrite a modifié sa mise en page, a introduit l’iconographie et mult (...)

3La télévision est à cet égard un média de premier plan. Depuis son ap­parition, elle a en effet considérablement bouleversé l’espace médiatique et social. Elle occupe une position dominante par l’influence qu’elle exerce sur les autres médias 1 et par le pouvoir de l’image. Véritable phé­nomène social, elle draine des centaines de millions de téléspectateurs dans le monde (Cluzel, 1996 :7). Pour nombre d’entre eux, elle occupe une majeure partie du temps libre et constitue leur première, voire unique source d’information.

4Le journalisme télévisuel jouit d’une influence remarquable, notam­ment si l’on considère la définition que donne Bourdieu de l’acte politi­que : « manipulation légitime de la vision du monde » (Bourdieu, 2000 :22). Certains journalistes de l’élite sont, de fait, devenus acteurs du champ politique « pour la simple raison qu’ils y produisent des effets » (Op.cit. :61).

  • 2  Ce quatrième pouvoir sera dénoncé plus fortement avec l’arrivée de la télévision. Des ouvrages dé­ (...)

5Il devient dès lors difficile de concevoir l’espace public sans mener une réflexion complémentaire sur la télévision et, plus généralement, sur les médias. Ces derniers constituent aujourd’hui une charnière cruciale entre politique et société et se profilent de plus en plus comme quatrième pou­voir 2. L’information qu’ils développent est en effet une des premières sources de réflexion citoyenne et joue un rôle majeur — mais non exclu­sif — dans la formation des opinions.

I. Les intellectuels et l’espace médiatique

  • 3  Les intellectuels dreyfusards ne choisirent d’ailleurs pas la presse pour diffuser leurs idées, ma (...)

6Les liens qui unissent - et désunissent - les savants et les médias de large diffusion ne sont pas neufs. Dans l’ensemble, les scientifiques ado­ptent au XIXe siècle une attitude critique envers ce genre de support, s’in­quiétant de leur piètre niveau de pensée. Plus largement, les journa­listes sont accusés « de favoriser les médiocres, de flatter les puissants et d’être à la solde de trois vices cardinaux : l’argent, l’ambition et le pou­voir » (Riefel, 1984 :7) 3. On notera que cette critique est loin d’avoir disparu aujourd’hui.

7Les intellectuels de l’époque sont majoritairement des universitaires. Sous certains aspects, la IIIe République française — 1880-1940 — cons­titue l’âge d’or de l’universitaire ; celui-ci est régulièrement consulté, son avis est écouté et il domine le champ intellectuel (Jalabert, 2003 :257-258).

8Au sein de ce champ, l’espace journalistique occupe encore une posi­tion subalterne à la fin du XXe siècle. Dans les premières décennies du XXe siècle, « il s’autonomise progressivement pour atteindre une position dominante, depuis la Seconde Guerre mondiale, avec l’importance accor­dée à la propagande par les régimes totalitaires et à l’information dans les démocraties » (Montlibert, 1997 :80). Cependant, il n’est pas pour autant devenu dominant au sein du champ intellectuel. Sa force réside ailleurs ; elle se trouve dans le contrôle qu’il exerce sur les moyens de diffusion. Comme le signale P. Bourdieu « c’est un fait social très important qu’aujourd’hui vous ne pouvez plus accéder à l’espace public que par la médiatisation du journalisme. […] Il y a une extraordinaire concentration du pouvoir sur les moyens de diffusion » (Bourdieu, 2000 :76).

9Autre spécificité, ce champ « est beaucoup plus dépendant des forces externes que tous les autres champs de production culturelle » (Bourdieu, 1996 :61). Le politique s’est d’ailleurs toujours préoccupé du journa­lisme. G. Muhlmann rappelle à ce propos tous les arguments qui ont mené au vote de la loi de 1881 sur la liberté de la presse en France : « […] le vote de cette loi tient pour beaucoup à des arguments conserva­teurs, qui la pré­sentaient comme le moyen de sublimer les violences des foules en conflit ‘public’ édulcoré, c’est-à-dire d’instituer un espace d’opinions séparé de l’espace social et par là moins dangereux » (Muhl­mann, 2004 :110). Si le champ journalistique éprouve des difficultés à s’autonomiser, il fait planer, selon Bourdieu, une menace sur l’autonomie des autres champs. Ce dernier utilise la métaphore d’un che­val de Troie pour désigner des producteurs qui auraient justement comme caractéristique d’être aux frontières de leur champ respectif — par exem­ple dans l’art ou la science — et qui, avec l’appui de forces externes — les journalistes par exemple —, seraient consacrés sans passer par la re­connaissance des pairs. L’autonomie des règles du champ scientifique se trouve dès lors fragilisée : « la consécration par les médias est prise en compte même par les commissions du CNRS » (Bourdieu, 1996 :69).

10Au XXe siècle, lorsque la presse d’opinion s’efface et se marginalise au profit de la presse d’information — qui s’insère dans un système de con­sommation de plus en plus massif —, les logiques du champ écono­mique deviennent davantage prégnantes et contribuent aux évolutions ré­centes de la télévision.

  • 4  Comme l’a fait Umberto Eco, largement repris dans les analyses des médias.

11Nous pouvons distinguer, à ce propos, deux âges 4. D’une part, celui de la “paléo-télévision”, basé sur un modèle pédagogique, voire paternaliste, qui privilégie le message et sélectionne les émetteurs en voulant former les goûts des spectateurs. D’autre part, celui de la “néo-télévision”, émer­geant dans les années 1980, à la faveur de la libéralisation du secteur. Dans ce contexte, la relation avec le public importe plus que les contenus, l’individu ordinaire est invité sur les plateaux, convoqué aux côtés de l’expert, parfois pour s’opposer à son opinion.

  • 5  Aux États-Unis, un journal d’information, Eyewitness News, est aujourd’hui conçu uniquement sur la (...)

12 Le témoignage a toujours été valorisé par les médias, mais il remplit aujourd’hui une fonction particulière. Il n’appuie plus seulement un pro­pos mais vaut au contraire pour lui-même. Cette télévision de l’intimité consacre la seule présence du témoin et élève son récit au rang de vérité. D. Mehl rappelle que cette évolution a posé le rapport d’identification comme fondement du pacte relationnel avec ses publics. Les témoignages placent l’émotion, l’expérience et la singularité au centre du débat. « La monstration l’emporte sur la démonstration […] l’idée d’authenticité sup­plante celle de véracité » (Baudry/Sorbets/Vitalis, 2002 :57) 5.

13La dimension du spectacle et du ludique s’est en outre accrue, comme le signifie le néologisme “infotainment”. Selon A. Mercier, les journalis­tes se sont donc adaptés en évitant les séquences trop longues, en veillant à varier le rythme des nouvelles et en utilisant un maximum d’images dont l’impact l’emporte sur les commentaires. Le présentateur quitte le ton professoral dans une recherche de proximité avec le télé­spectateur, use de l’humour et simule une interaction avec le public (Mer­cier, 1996 :173-190).

  • 6  Nous avons choisi de respecter l’anonymat des experts et journalistes interviewés. Leurs citations (...)

14La question de la place des experts peut dès lors être posée, car, selon G. Thoveron, « les témoins ont chassé les experts » (Thoveron, 2004 :20). En France, S. Rouquette a étudié l’évolution quantitative des débats dans l’histoire de la télévision française. Dans les années 60-70, il y avait au­tomatiquement des experts dans les débats télévisés, ce qui n’est plus le cas à partir des années 80. Entre ces deux périodes, leur présence passe, en moyenne, de 25 % à 12 % (Rouquette, 2002 :176-178). En Belgique, il était également courant d’appeler des experts dans le cadre de la pratique journalistique ; cette démarche était d’ailleurs considérée comme la seule manière sérieuse de travailler. Mais depuis une quinzaine d’années, les journalistes procèdent différemment : « […] on essaie de faire un récit de chaque reportage pour l’incarner, faire en sorte qu’on puisse s’identifier dans un personnage, peut-être pour arriver à mieux faire comprendre »6. L’expert se retrouve donc circonscrit dans des domaines plus restreints.

  • 7  P. Aron et M. Beyen esquissent quelques éléments fondamentaux qui font que le modèle français de l (...)

15Les logiques économiques impliquent en outre la recherche d’un audi­mat le plus important possible. Cette contrainte nécessite un journalisme qui se dise objectif, décrivant simplement les événements, afin, notam­ment, de ne pas froisser définitivement un pan entier de consommateurs potentiels. Cette généralisation des pratiques de la presse d’information a des conséquences pour les intellectuels, car, en dehors des encarts spécifi­ques, c’est à travers la figure de l’ “expert” que ces derniers doivent in­tervenir. Et ceci est encore plus vrai en Belgique qu’en France où la tra­dition des intellectuels est historiquement plus forte 7.

16Quel sens donner dès lors à la posture sociologique quand son engage­ment passe par la figure du “sociologue-expert” apparaissant à la télévi­sion ? Il est en effet légitime de se demander dans quelle mesure le so­ciologue peut intervenir, au vu de la position dominante du journalisme télévisuel, des rapports ambigus existant entre savants et médias et de l’hétéronomie du champ journalistique.

17Nous faisons donc l’hypothèse que les sociologues ont, dans le rôle d’expert télévisuel, des possibilités d’expression très réduites qui dépen­dent des contraintes inhérentes au format et des attentes des journalistes.

18La littérature scientifique ne dispose pas d’étude empirique sur ce sujet. Il nous fallait donc mettre au point un type d’enquête qui permette d’envi­sager non pas le métier de sociologue en tant que tel, mais plutôt celui du sociologue intervenant en tant qu’expert. Cela impliquait que l’on réflé­chisse non pas tant sur les compétences professionnelles que sur les mo­dalités d’organi­sation et de distribution du savoir au sein des relations entre commandi­taires et usagers de cette expertise (Legrand/Vrancken, 2004 :16). En effet, à la différence de la profession, la qualité d’expert ne trouve pas ses justifications en elle-même mais doit répondre à une exi­gence pratique de confrontation aux autres (Trépos, 1996). L’expertise ne se conçoit dès lors pas de manière décontextualisée et coupée des situa­tions d’interaction (Legrand/Vrancken, 2004 :24).

19L’option a donc été prise de comprendre l’expert dans le cadre du pro­cessus de production médiatique dans lequel le journaliste occupe une place prépondérante. C’est par un ensemble de sous-questions théma­tiques que l’hypothèse sera vérifiée, en mettant en relief le contexte et la liberté d’expression de l’expert dans ses différentes dimensions.

20Il s’agit d’abord de décrire les différents types de participation des ex­perts au travail journalistique, pour ensuite questionner leur insertion dans des relations sociales. Cette réflexion nous conduira à expliciter ce que les journalistes attendent des experts et ce qu’ils valorisent chez eux. Elle nous permettra également de comprendre pourquoi certains experts appa­raissent aussi régulièrement dans les médias au détriment d’autres. Enfin, la description de la coopération entre les protagonistes nous amènera à vérifier dans quelle mesure celle-ci ne comporte pas de risques qui se­raient potentiellement révélateurs du jeu relationnel, d’enjeux, et même de rapports de force existant entre journalistes et experts. Tous ces élé­ments enrichiront la réflexion sur le sens possible de la posture sociologique mé­diatisée par la télévision.

  • 8  S’il souhaite plus d’information, le lecteur est invité à consulter MATTART C., 2004.

21Les propos de cet article se fondent sur une étude empirique effectuée en Belgique francophone selon une démarche compréhensive et explora­toire 8. L’étude s’est concentrée sur deux programmes phares, les jour­naux télévisés — les JT — et les débats du dimanche, de deux chaînes “généralistes” belges — la RTBF et RTL-TVI. Choix opportun vu l’au­dience de ces émissions — surtout pour le journal —, la source d’infor­mation qu’elles constituent et leurs appels fréquents à des experts.

  • 9  Tous les entretiens furent réalisés en face à face et ont eu une durée oscillant entre 50 minutes (...)
  • 10  Huit viennent du monde universitaire dont un effectuait des expertises pour le compte d’une entrep (...)

22Au total, 16 entretiens approfondis furent réalisés : 9 entretiens d’ex­perts et 7 de journalistes 9. Les experts ont été choisis pour la récurrence de leurs appa­ritions dans les médias 10. Les domaines d’expertise repré­sentés sont : le droit international et constitutionnel, les sciences poli­tiques, la communi­cation, la sociologie, le terrorisme, la re­ligion, l’éco­nomie et les médias. L’argumentation ne se cantonne donc pas au seul cas du sociologue qui, sur ce thème, est impliqué avec d’autres protagonistes dans des logiques sociales similaires. Du côté des journalistes, nous avions retenu Olivier Maroy et Pascal Vrebos pour leur travail d’ani­mateur de débats domini­caux. Pour le journal télévisé, notre choix s’est porté sur divers présenta­teurs, journalistes et éditeurs.

II. La participation de l’expert au travail des journalistes

23Les journalistes partent généralement sur le terrain avec un sujet et un angle d’approche pour en traiter. C’est ce nous appellerons les “prémi­ces”. Celles-ci sont également présentes dans la préparation des débats du dimanche, que les présentateurs essayent de sérier et de structurer sur la base d’un fil conducteur. Les journalistes sont généralement confrontés à l’urgence, ce qui rend leur travail difficile. Ils ont très peu de temps pour recouper les informations et passent la majeure partie de leur journée à fa­briquer la nouvelle.

24La collaboration la plus évidente et la plus fréquente est sans aucun doute l’interview. Il convient de distinguer le direct et le différé car l’en­registrement du différé peut être coupé au montage. L’expert n’a aucun droit de regard sur le produit final.

25Un autre cas de figure est l’invitation à un débat. En général, très peu de choses se disent avant l’émission et les experts ont très peu de temps pour se préparer. Les débats du dimanche réunissent beaucoup d’invités et le temps de parole est donc limité. C’est pourquoi l’expert doit, s’il le peut, bien choisir le moment où il désire parler, car, dans bien des cas, il n’aura qu’une occasion de le faire. Il n’y a cependant pas de règle quant à la place qui lui est réservée.

26Plus rarement, l’expert peut intervenir en tant que consultant. Il est alors rémunéré pour faire un travail — ponctuel — de suivi de l’actualité et de recherche, afin de conseiller les journalistes.

27Un autre type de collaboration est bien souvent négligé malgré qu’il soit très fréquent : le travail des personnes ressources. Dans ce cas, l’ex­pert reste dans l’ombre ; il donne ses conseils mais ne fait pas l’objet d’une inter­view. Ce travail est important. « Cela n’a l’air de rien mais c’est incroyable le temps qu’on passe à ça. Là, je suis au moins dans une demande quotidienne d’explication ». Certains experts et certaines institu­tions développent d’ailleurs des centres de documentation presque uni­quement à l’adresse des journalistes.

III. Journalistes, experts et réseau social

28Les relations entre experts et journalistes constituent un réseau social au sens de la définition qu’en donne A. Eraly :

[…] ensemble largement informel de relations entre les acteurs. Cha­cun d’eux peut entrer […] en contact avec les autres sans devoir pas­ser par un organe central. Les relations sont personnelles plutôt que statutaires, elles reposent sur un rapport d’identification, une recon­naissance mutuelle, une norme implicite de réciprocité. […] elles pri­vilégient la confiance et la parole donnée. […] Le réseau doit être conçu comme un ensemble évolutif de liens sociaux qui sont ré­activés épi­sodiquement. […] un réseau n’a pas d’existence indé­pendante des fonctions qu’il remplit pour les divers acteurs, il ne se maintient que tant que les participants y voient un moyen d’atteindre leurs objectifs. […] Un acteur est intégré dans un réseau parce qu’il possède certaines clés que d’autres sont susceptibles de devoir uti­liser un jour. (Eraly, 2002 :244)

29Les entretiens confirment que les relations entre journalistes et experts peuvent s’établir et se stabiliser au long des rencontres, même si elles ne se renouent qu’occasionnellement. « On apprend à connaître un certain nombre de journalistes et avec certains on se voit assez souvent pour pou­voir se tutoyer. En réalité, c’est une relation de confiance qui s’instaure ». Et ces relations peuvent conduire à l’amitié. « Quand on a des ‘conniven­ces’, et là je pense à un ami, c’est une espèce de camaraderie à la limite de potache. Si on nous entendait hors antenne, ce serait catastrophique pour nous deux ».

30La majorité des contacts entre journalistes et experts se font directe­ment, sans intermédiaire. Pour les experts régulièrement sollicités, les demandes passant par un organe central sont très réduites, ce qui ne plaît d’ailleurs pas toujours aux services de presse des institutions.

31Y a-t-il une norme de réciprocité ? Un expert, par ailleurs actif dans le secteur bancaire, explique comment il a pu devenir médiatique :

C’est le résultat d’un long travail, cela nécessite beaucoup de con­tacts gratuits, de disponibilité. Il faut accepter continuellement, il faut accepter à n’importe quelle heure de les renseigner… C’est beaucoup de travail… Et puis alors se créent des relations avec certains journa­listes. Ce n’est pas du donnant, donnant mais… Et puis alors cela dé­bouche sur des interviews.

32Dans le cas des universitaires, un tel désir de médiatisation ne s’est pas exprimé à ce point. Néanmoins, nous pouvons retirer de cette citation deux éléments partagés par tous : la demande n’est pas formulée direc­tement par les experts et il ne s’agit pas de “donnant, donnant”.

33Effectivement, aucun des experts interrogés ne nous a dit avoir ex­primé une demande directe aux journalistes. Certains d’entre eux ont même répondu négativement à la question avant qu’elle ne soit posée : « Je trouve cela déplacé. L’expert est quelqu’un que l’on vient chercher. Il nourrit un projet. S’il s’impose, ce n’est plus un expert, c’est qu’il a un message à faire passer ». En réalité, quand il y a des demandes, elles sont plutôt détournées. Citons P. Vre­bos : « Cela arrive de temps en temps. Mais bon, je fais cela depuis 10 ans, on me connaît quoi. Ce ne sont pas les invités qui font le plateau, c’est moi. […] Mais il arrive parfois que quelqu’un suggère et que l’on dise : c’est une excellente idée, bien enten­du. Parfois, on demande éven­tuellement : qui peut-on inviter ? Donc, on est ouverts ».

34N’y aurait-il pas une norme de réciprocité dans ces relations ? Sans doute, mais celle-ci est implicite et il faut comprendre que ce qui anime le réseau, c’est la logique du don (Mauss, 1950). Dans le réseau, il n’y a pas de réciprocité de type économique qui impliquerait une obligation ex­plicite de rendre une contrepartie équivalente. Ce qui se joue en réalité, c’est une réciprocité sociale. C’est sur cette logique que peut se construire une relation de confiance, qui, seule, permet d’approfondir les relations entre les protagonistes.

35Ce témoignage d’expert est exemplaire :

Et c’est aussi un aller-retour. C’est-à-dire que eux me contactent parce qu’ils ont besoin de moi, mais dans certains cas, moi, je les contacte en disant : ‘Voilà, je viens de faire un ouvrage, est-ce que vous trouvez que le sujet est intéressant ? On organise un colloque, est-ce que vous pouvez y faire écho ?’. C’est des choses comme ça. C’est un aller-retour, évidemment.

36Une même logique prévaut si l’on examine la question du refus. Les experts réguliers refusent rarement les demandes des journalistes. Ils peu­vent même éprouver des difficultés à le faire, ce qui semble logique dans cette dynamique du don. Un manque de disponibilité répété peut devenir un handicap au sein du réseau. En effet, le réseau n’existe in fine que parce que les acteurs qui le composent peuvent s’entraider. Se positionner de manière nodale dans le réseau nécessite la possession de certaines clés et ressources.

IV. Attentes des journalistes et ressources de l’expert au sein du réseau

37Pour les journalistes de JT interrogés, la catégorie “expert” fut perçue comme allant de soi. Le rôle qu’ils en attendent recouvre quatre dimen­sions. L’expert est d’abord quelqu’un de crédible. Cette première caracté­ristique apparaît comme la plus importante et est directement liée à la se­conde qui est la compétence. En revanche, la troisième, la “neutralité”, est toujours citée mais tout autant contredite. Il en va de même lorsqu’il s’agit de savoir si l’expert doit s’en tenir à sa spécialité. Les jugements de valeur et les opinions sont parfois justement ce que les médias attendent. De plus, il arrive que les journalistes, dans l’urgence et/ou par facilité, ré­clament des commentaires sur des sujets débordant du cadre de compé­tence des personnes sollicitées.

38Mais ceci ne suffit pas pour comprendre pourquoi certains experts sont plus régulièrement médiatisés que d’autres. Pas plus que cela n’efface les ambiguïtés relevées dans les attentes des journalistes. En croisant nos en­tretiens, nous avons pu noter ce qui, chez les experts, agrée particulière­ment aux journalistes, et constitue donc leurs ressources dans le réseau. Ces ressources sont étroitement liées, et pour la plupart, ne se conçoivent pas séparément. Les accumuler permet à l’expert de se positionner au centre du réseau.

39Premièrement, « il faut qu’ils sachent de quoi ils parlent », disent les journalistes. Mais il convient de remarquer que ce critère n’est pas absolu, tant le degré de compétence exigé est variable. Par ailleurs, il faut que le domaine d’expertise soit valorisé par les journalistes, ce qui dépend en tout premier lieu de l’actualité. De ce point de vue, il y a une injustice criante entre les différentes disciplines auxquelles appartiennent les ex­perts, la sociologie étant sur ce point plutôt favorisée. En outre, il est pré­férable que cette spécialité ne soit pas trop pointue. En effet, pour les journalistes télévisés, trouver le “bon” spécialiste dans des délais très courts n’est pas aisé. Par facilité, ils peuvent alors préférer un expert ca­pable de commenter des phénomènes très divers. Pouvoir faire des “poly-expertises” est donc une grande ressource pour les personnes consultées.

40Préférant leurs “bons clients”, les journalistes ont parfois tendance à établir des liens subtils entre le sujet traité et le domaine de compétence de l’expert afin d’amener celui-ci à s’exprimer. Au fil du temps, il se peut qu’un glissement s’opère et que l’expert soit alors consulté pour des domaines de plus en plus étendus. Y. Chevalier décrit cette « structure syllogistique » dans son étude sur les trente années d’expertise médiatique d’Haroun Tazieff : « H. Tazieff est spécialiste des séismes, les séismes sont des risques majeurs, donc, H. Tazieff est spécialiste en risques ma­jeurs […] les marées noires sont des risques majeurs, donc H. Tazieff est spécialiste en marées noires » (Chevalier, 1999 :80). Les experts intervie­wés nous ont effectivement dit ne pas toujours être appelés pour leur do­maine d’expertise, et qu’il leur arrive de refuser un sujet s’il est totale­ment étranger à leurs compétences. Néanmoins, en commentant des sujets connexes, en débordant progressivement de leur expertise, ils peuvent de­venir commentateurs de thèmes extrêmement variés. Une des raisons favorisant ce glissement est ici bien exprimée :

Il y a aussi le fait que c’est une décision que l’on doit prendre très ra­pidement. On doit tout de suite lui répondre oui ou non. Si on dit non, on peut ensuite regretter d’avoir raté une occasion de donner son avis et avoir ensuite la tentation de rappeler et lui dire que tout compte fait […] Moi, ce que je fais souvent, c’est que je dis que ce n’est pas mon domaine, mais qu’on peut cependant dire ceci, je peux cependant dire ça… Et voir si le journaliste accroche ou pas.

41La publication de livres favorise également la reconnaissance de certai­nes compétences. Le fait de disposer de la documentation adéquate est aussi un atout : « Nous avons un service, je dirais, spécial pour eux. Parce que nous avons des dossiers de presse sur tous les sujets d’actualité. Ça crée un rapport, qui, pour eux, est intéressant parce qu’ils savent qu’il y a des matériaux ici qui sont à leur disposition ».

42Mais, il ne suffit pas d’avoir des compétences, encore faut-il que cel­les-ci soient valorisées et crédibles. La crédibilité repose sur de nombreux facteurs, mais ce sont, in fine, les journalistes qui décideront qui est, ou non, crédible pour leur reportage. Ceci est un élément très important pour les gens des médias, car ils souffrent d’un déficit relatif de crédibi­lité par rapport aux experts, ce qu’ils déplorent parfois : « C’était difficile pour moi de faire ce reportage sur ‘la guerre préventive est une absurdité internationale’. Je peux le faire, en allant chercher moi-même le texte, mais ça prend plus de force d’avoir un professeur de droit international qui le dit. Donc je pense que sans expert, c’est difficile ».

43La crédibilité est donc bien une ressource recherchée en elle-même par les journalistes : « Cela apporte un plus au reportage. C’est l’aspect scien­tifique, et on en revient à la crédibilité, on cherche à crédibiliser le re­portage ». Au delà de ce constat, il faut définir si à l’origine ce reportage est médiati­que.

44Dans le cas d’une personne déjà crédible, comme un professeur d’uni­versité, les journalistes ajoutent un second fil­tre dans les choix qu’ils opèrent : « Donc, la plupart du temps, on s’en rend compte avant d’aller la voir en interview. C’est plus au moment du contact téléphonique qu’on se rend compte : ‘ça ne m’a pas l’air très cré­dible cette affaire-là’« .

  • 11  Ce phénomène est d’ailleurs accentué par la transmission circulaire de l’information, une spirale (...)

45Ce choix peut devenir un premier filtre, comme ce fut le cas pour un des experts interviewés. Celui-ci avait fondé un centre d’étude indépen­dant, basé sur une politique de think tank ainsi que sur une double dé­marche : à la fois commerciale et de reconnaissance. Son expertise fut consacrée par les médias suite à une note d’analyse qui s’avéra exacte dans ses prévisions 11.

46Cet expert, répondant à la question de savoir si les médias avaient rendu les politiques plus attentifs au travail de son centre, ou bien l’inverse, entame une réflexion intéressante :

Malheureusement, c’est la première proposition qui est la bonne. Les hommes politiques ont deux manières de mesurer leur popularité et leur impact : les élections et la surface médiatique qu’ils ont. À partir du moment où ce sont les deux critères de jugement, ils ont tendance à les appliquer au reste de la population. Et comme les élections ne jouent pas dans notre cas, c’est donc par la surface médiatique qu’ils nous jugent. Plus celle-ci est large et plus ils se tournent vers vous. Y compris si vous n’êtes pas fondamentalement ce que vous semblez être, ça c’est le piège.

47Aux dires mêmes de cet expert, les journalistes peuvent consacrer des individus aux compétences insuffisantes, ce que P. Bourdieu avait déjà souligné en parlant de l’émergence des « nouveaux philosophes » et en demandant : « Qui sera juge de la légitimité des juges ? » (Bourdieu, 1984 :275-288). Conscient de cette situation, cet expert désire au­jourd’hui faire une thèse en sciences politiques car : « Ce n’est pas tout d’être reconnu par le grand public. Mais c’est important aussi d’être re­connu par ses pairs ».

48Outre ces critères, le mode d’expression est également important. Il faut savoir travailler son discours pour qu’il soit formaté selon les normes de la télévision. Vulgariser, adapter le jargon professionnel attire spécialement l’attention des jour­nalistes, tout comme la capacité de synthèse. La télévision est sur ce point, et de loin, le média le plus con­traignant, en imposant des temps de parole très brefs. « Ce sont des as­pects purement techniques, mais il faut être très court, concis, ne jamais donner une réponse de plus de quatre phrases ». Les journalistes appré­cient aussi les discours concrets, les chif­fres éloquents et les anecdotes explicites. Avoir une présence, en person­nalisant le discours, en maniant le verbe avec une certaine emphase est encore mieux. Face à la brièveté des interventions télévisées, nombre d’experts cherchent une formule tra­duisant bien leur idée. Toutefois, c’est « parfois frustrant parce qu’on donne des formules parfois trop simplistes, on se demande si on n’est pas allé trop loin. Mais il faut les aider en seg­mentant les discours, c’est quel­que part déjà un peu leur mâcher le tra­vail. Au montage, ils pourront se servir dans ces petites portions ». Cer­tains experts sont même recherchés pour la vivacité de leurs réactions.

49La disponibilité est aussi un élément crucial. L’urgence entourant géné­ralement le travail des journalistes influence le choix des experts : « Sou­vent, ce n’est plus un choix. Il s’impose. Ceux qui sont disponibles dans les délais très courts imposés aux journalistes de télévision sont mino­ritaires. Si on a deux personnes et qu’on peut déjà en contacter une, on est déjà content ». Des refus successifs peuvent exclure l’expert de la liste des “bons clients” car les journalistes, sensibles à cet aspect, opèrent souvent leur choix en conséquence.

50La disponibilité peut même primer sur d’autres ressources — comme la compétence — dans certaines situations ; les journalistes peuvent en effet se satisfaire d’un expert disponible.

51La notoriété peut également influencer les choix. « Évidemment, avoir Prigogine, faire un plateau avec des gens de qualité, évidemment ! ». S’ajoute à cela la position de monopole relatif. Avoir très peu de “concurrents” est bien sûr un avantage.

  • 12  Ces rares cas ne révèlent-il pas un processus qui se retrouve plus modérément dans la pratique jou (...)
  • 13  Ce que Régis Debray appelle la « cléricature médiatique » quand il décrit son « excom­munica­tion  (...)

52Vient un dernier critère qui ne constitue pas une ressource en soi mais qui s’avère cependant important : une expertise contraire à la doxa risque de jouer en défaveur de celui qui la formule 12. Autant les journalistes que les experts défendent l’idée que la liberté d’expression est bien plus grande en Belgique qu’en France. Pourtant, dans des cas très spécifiques, tel l’engagement du pays dans une guerre 13, cette liberté de parole fut for­tement réduite pour deux spécialistes consultés : « Là, pour la guerre en Yougoslavie, c’était évident. Il y avait un blocage total de l’information. Je suis revenue avec des articles vraiment pas très incisifs, eh bien ! , c’était impossible à faire passer ». Dans le cas des conflits en Irak et au Kosovo, les journalistes dé­siraient une condamnation pour l’un, mais pas pour l’autre : « L’im­pres­sion générale que j’en ai, c’est que les médias semblent dans certains cas avoir plus envie d’une condamnation juri­dique. Alors, ils s’adressent plus à moi alors que dans d’autres cas où ils n’en ont pas né­cessairement en­vie, non ».

V. Une coopération potentiellement conflictuelle

53Le réseau qui réunit journalistes et experts se caractérise avant tout par ses relations de coopération, dont la majorité sont cordiales et procèdent de la logique du don. Mais il n’existe, in fine, que par les objectifs que chacun de ses membres cherche à atteindre. Par ailleurs, selon les prota­gonistes, les intérêts qui y sont liés sont nécessairement divergents. Une solidarité d’ensemble y est donc impossible et cela crée une dynamique potentiellement conflictuelle dans la coopération.

54Commençons par la coopération, les différents dons des acteurs. Sans être exhaustif, il s’agit pour les experts de fournir des matériaux pour le travail journalistique, de conseiller le journaliste s’il a besoin d’un point de vue, d’un avis sur une manière d’aborder un sujet, de confirmer une hypothèse, ou encore d’être présent pour un débat ou une interview.

55Mais l’expert peut également jouer un rôle plus subtil. Premièrement, il peut dire ce que les journalistes ne peuvent pas dire. Que ce soit par manque de crédibilité ou par nécessité de rester dans une position “objec­tive”, ceux-ci ont un devoir de réserve. Le spécialiste peut alors, s’il par­tage l’avis du journaliste, dire certaines choses à sa place : « Parfois ils me disent ‘Toi, dis-le parce que je ne peux pas le dire’, notamment si cela concerne les médias ». Par ailleurs, il s’agit, même si l’expert n’en est pas toujours conscient, de prêter sa crédibilité et son sérieux au reportage, et ainsi d’appuyer les propos du journaliste qui ne bénéficie pas de la même crédibilité. Répondant à la question de savoir s’il ne cherchait pas à uti­liser l’avis d’un expert pour confirmer une nouvelle, un des journalistes dit : « C’est clair que quelque part l’expert a ce statut-là. […] l’expert a souvent le statut d’objectivation du reportage ». Certains reportages ne peuvent d’ailleurs être réalisés en l’absence d’un spécialiste.

56Du côté des journalistes, le principal don est, de loin, d’offrir à la per­sonne consultée la possibilité de s’exprimer à la télévision. Dans une moindre mesure, il s’agit d’assurer la publicité d’un livre, d’un collo­que…

57Mais des “accrocs” peuvent survenir dans le cadre de cette coopération. Notons que les experts n’ont jamais une confiance totale dans les journa­listes, leur méfiance étant d’autant plus forte s’ils ne les connaissent pas. Ils ont tous vécu de très mauvaises expériences, généralement au début de leur médiatisation. Mais, ils semblent par ailleurs s’accommoder, non sans irritation, des multiples incidents qui émaillent régulièrement leur carrière “médiatique”.

58La falsification, tel le montage de Patrick Poivre d’Arvor d’une fausse interview de Fidel Castro, reste un cas très rare. Nos entretiens ne nous ont révélé qu’un seul cas de ce genre. On avait fait croire à l’expert qu’il s’agissait d’une simple interview entre le journaliste et lui : « J’ai eu une mauvaise aventure tout au début, c’est pour ça que j’ai été mis en garde en quelque sorte. C’était à la radio, qui, vous le savez, permet plus de souplesse. Ils avaient dit en studio que c’était une conversation entre moi et le Premier ministre Tindemans. Après j’ai des amis qui m’ont dit ’Mais tu lui es rentré dedans’, alors que je ne l’avais même pas vu ! Depuis lors, je suis très prudent ».

59Par contre, la réappropriation des propos des spécialistes par les jour­nalistes est une pratique courante, comme le confirment tous les experts : « Oui, énorme ! À un point que vous n’imaginez pas ! ». Cela n’est pas nécessairement négatif car le message de l’expert passe. Mais il y a beau­coup de cas plus gênants : « Vous pouvez entendre dans leur bouche mot pour mot des propos que vous avez tenus, sans qu’ils ne vous citent. Par contre, ils vont laisser des citations directes, mais il s’agit des affirma­tions les plus fragiles […] Donc, vu de l’extérieur, vous avez l’air d’un type qui n’a pas grand-chose d’intéressant à dire, hormis quelques remar­ques spéculatives ». Un autre témoignage confirme : « J’avais fait une in­terview sur RTL. C. Javeau m’a dit par après ‘Mais tu n’as rien dit !’. Mais si, j’ai dit plein de choses, mais le journaliste les a dites en ‘voix-off’. Moi, il m’a laissé dire une ou deux choses sans intérêt. Après on me dit ‘Mais la présence de l’expert certifie ce que dit le journaliste’. C’est curieux comme raisonnement. J’ai connu quantité de pratiques, je com­prends qu’on puisse ne plus avoir envie de se montrer ».

60Si l’on se rappelle que le journaliste arrive avec des prémices, il se peut qu’il n’ait ni le temps ni l’envie de changer son angle d’approche, même après avoir rencontré un expert. Il peut alors “usurper” la parole de celui-ci, lui faire dire ce qu’il a envie d’entendre. Il dispose pour ce faire de deux méthodes. La première est de choisir les personnes consul­tées. N’obtenant pas satisfaction lors d’un premier entretien, le journaliste peut consulter d’autres experts jusqu’au moment où il en trouve un qui accepte de lui dire ce qu’il veut entendre. La crédibilité sert ici d’excuse pour la manœuvre. Les journalistes préfèrent dès lors se tourner vers les experts dont ils connaissent les opinions : « Oui, c’est clair. On cherche à crédibi­liser. Si on a cette connaissance préalable, cela peut aider. C’est différent de si on contacte un inconnu dont on ne connaît pas les convictions ».

61La seconde méthode consiste à couper au montage. Beaucoup d’experts en témoignent : « Parfois oui. Le journaliste veut vous faire dire certaines choses. Il manifeste alors de l’irritation car vous avez dit ce qu’il ne voulait pas entendre. À ce moment-là, on vous coupe royalement ». Il est cependant rarissime que les journalistes fassent dire tout autre chose aux experts.

62Ceci illustre un conflit d’intérêt. Dans ce cas, le journaliste ne cherche pas tant un avis, ce qui est l’objectif de l’expert, mais plutôt l’accrédi­tation de son point de vue.

63Mais les experts médiatiques chevronnés ont appris à se prémunir contre ce genre de pratiques, notamment en adaptant leurs discours aux circonstances, en se posant mieux la question du message à faire passer et en s’y tenant : « L’expert doit savoir comprendre ce que son interlocuteur recherche, adapter son discours, rester lui-même et contrôler ce qu’il dit pour que ce ne soit pas manipulable. Que même si on en isole quelque chose, cela reste cohérent. Mais effectivement, vous pouvez être utilisé dans un cadre différent ». Certains répètent même deux ou trois idées en boucle au cours des enregistrements.

64Ces différents “accrocs” rappellent l’existence d’intérêts divergents au sein du réseau. Ce qui explique d’ailleurs la préférence de tous les experts pour le direct qui leur évite ces risques. Nous défendons l’idée que ces in­cidents microsociaux sont en réalité révélateurs de logiques opposées, parfois antagonistes, qu’il faut comprendre au sein de rapports de force macrosociaux, pour lesquels nous proposons une lecture par la théorie des champs. L’analyse à ce niveau présente l’inconvénient d’omettre de mul­tiples nuances. Il importe donc de préciser que nous parlons de tendances générales et qu’il convient d’éviter de tirer des conclusions trop caricatu­rales.

VI. Experts, rapports de force et champs

65Il n’y a aucune obligation d’équivalence dans la logique du don, ce qui joue généralement en défaveur de l’expert. L’échange peut être, plus ou moins, symétrique selon la valeur accordée par chacun aux ressources de l’autre. Mais, si l’on observe le temps con­sacré et le don de soi des experts, la contribution des journalistes paraît bien modérée. La relation est donc déséquilibrée et l’évaluation subjective des ressources de chacun inégale. Bien qu’ils déclarent avoir besoin des experts, les journalistes ne valorisent pas nécessairement leurs ressources en conséquence.

66Pour ce qui est des règles du jeu de la télévision, elles dominent d’une certaine manière autant les journalistes que les experts, mais ces derniers ne disposent pas de marge de manœuvre. Tous les experts ont dû les ac­cepter : « Oui, c’est facile à accepter. De toute façon, il n’y a pas moyen d’intervenir. […] Si vous n’acceptez pas ça, il faut dire non. Je connais les règles du jeu, je les accepte. Bien sûr, ce n’est pas que je les apprécie particulièrement ».

  • 14  Nous n’avons jamais mentionné le mot “rapport de force” au cours de l’entre­tien.

67Les journalistes aussi ont intériorisé les règles du jeu. Beaucoup savent, consciemment ou non, que le rapport de force est à leur avantage, et ce d’autant plus que le pouvoir sur le montage leur revient exclusivement. Citons ici un journaliste exposant les possibles négociations avec les experts 14 :

Des conditions ? Non, parce que le rapport force, soyons francs, le rapport de force n’est pas favorable en général aux experts par rap­port aux… Il y a quelques exceptions, mais bon, en gros, les experts répondent plus facilement aux médias la plupart du temps, se plient davantage aux exigences des médias. […] ou alors quelqu’un qui ne voit pas du tout l’utilité des médias mais c’est de plus en plus rare parce que les universités essaient de conscientiser la plupart des professeurs à l’importance que ça a. Pour eux et pour l’université.

68Notons cependant quelques nuances. Certains experts arrivent — par­fois — à “négocier” leurs interventions, le plus fréquemment en posant comme condition à leur participation qu’ils soient les seuls consultés. Le pouvoir de décision final reste cependant du ressort des journalistes. Par ailleurs, comme l’atteste ce témoignage, « Le rapport de force peut changer dans des cas très précis. […] le président du tribunal de première instance de Namur, voilà, c’est rare d’avoir un homme de … un juge qui parle aussi facilement ou aussi clairement et qui ose dire les choses. Donc, c’est très bien de l’avoir. Et là, la RTBF est contente dans un truc comme ça, de dire ‘Eh, on a Panier !’. C’est bien. Peut-être que RTL avait essayé de l’avoir […] ».

69Globalement, cette intériorisation du rapport de force est bien présente et porte à conséquence : « Il faut reconnaître aussi que, surtout les jour­nalistes de RTL, ou des télévisions privées, où j’ai moins de… ils ne sont pas toujours d’une parfaite correction à votre égard. Ils considèrent qu’il est normal que vous répondiez tout de suite, vite fait, bien fait ».

70Bien sûr, tous les experts ne sont pas sur un pied d’égalité. Le rapport de force peut varier selon les ressources de chacun ou selon les liens qui unissent les partenaires. Une relation sociale primaire aura tendance à an­nuler le rapport de force, par exemple si l’on a des “connivences”.

71Il est possible de faire une brève lecture de ce rapport de force par la théorie des champs.

72Les journalistes sont tendanciellement dominés au sein du champ in­tellectuel d’où sont issus la majorité des experts. En effet, le champ jour­nalistique a toujours éprouvé des difficultés à s’autonomiser. Il est tiraillé entre la déontologie et le savoir théorique enseignés à l’université et la difficulté d’appliquer ces derniers dans la pratique professionnelle, qui, on l’a vu, se voit pénétrée par des logiques d’autres champs.

73Mais au sein du champ du pouvoir, qui a la particularité essentielle de traverser tous les autres champs et qui est un lieu de mise en rapport des divers capitaux, les journalistes ont une position de force grâce au contrôle qu’ils ont de l’accès aux médias. Cet état de fait mène à un para­doxe. En effet, d’un côté, les journalistes ne jouissent pas de la crédibi­lité, du capital culturel généralement élevé des experts. Ils ont en ce sens une certaine dépendance envers eux puisque ces derniers ont la capacité d’ap­porter un poids et un sérieux à leur travail. Ceci, on l’a vu, mène parfois à certaines dérives. D’un autre côté, les journalistes agissent en sachant que beaucoup d’individus, dont les experts, mais aussi les hom­mes politiques ou encore des groupes militants, ont besoin d’eux pour accéder à la tribune médiatique.

74Il est légitime, vu le rapport de force obligé et le carcan dans lequel leur rôle est limité, de se demander ce qui motive les experts à collaborer avec les médias. Ils sont unanimes, et c’est presque évident, pour dire que leur but est de s’exprimer publiquement, que cette prise de pa­ro­le soit vécue comme une extension de leur rôle de professeur ou d’émet­teur d’opinion — parfois critique. Mais il y a également d’autres enjeux mêlés à cette volonté.

75Premièrement, la visibilité médiatique peut faciliter nombre de choses, notamment si l’on cherche à faire connaître ses positions ou ses activités au plus grand nombre. « Si c’est moi, c’est vrai que ça passe plus facile­ment. C’est sûr qu’ils acceptent plus volontiers un article de ma part. En­core que, dans certains cas, mes positions politiques ne leur plaisent pas et qu’alors là, ils ne prennent quand même pas. Mais en général, ça aide dans ce domaine-là. Ça, c’est sûr ». Par ailleurs, ce genre de collaboration entretient la notoriété des experts qui s’y investissent.

76On retiendra encore l’enjeu publicitaire, notamment pour de nouvelles publications ou pour des événements. Cela dit, l’enjeu commercial paraît fort secondaire pour les experts universitaires. Par contre, pour l’expert indépendant que nous avons interrogé, cet enjeu est le second en impor­tance. Il nous ra­conte ce que la médiatisation a changé pour lui : « La médiatisation per­met de construire une image et donc d’attirer des gens. Au début, on de­vait demander des rendez-vous, on ne les avait pas, les gens ne nous connaissaient pas. Aujourd’hui on n’en demande plus jamais. Ce sont les gens qui viennent vers nous. Je le cherche, ce qui im­plique de devoir maî­triser parfaitement l’image que l’on donne et le message que l’on fait ».

77Des institutions comme les universités sont également sensibles à la médiatisation de leurs membres : « Pour la carrière, être médiatique ne fait pas de tort. Vous faites aussi la publicité de l’université. Il y a la re­vue de presse de l’université qui répertorie toutes vos apparitions ». Les journa­listes le savent très bien, et, conscients de la concurrence entre les univer­sités, ils tentent de respecter une certaine parité.

78Pour les experts, les médias peuvent également être utiles pour servir à faire passer un point de vue dans le monde académique, parfois dans le cadre de rapports de concurrence avec certains pairs.

79Enfin, n’oublions pas que ce genre de sollicitation leur plaît : « L’homme est faible. Il se prend au jeu. C’est évidemment agréable d’être sollicité, d’exister surtout, pour le public. Ce n’est pas par hasard que j’ai pris ce rôle dans l’organisation. J’aime ça ».

80Mais toute médaille a son revers : en l’occurrence la dépendance si­gnalée par deux experts. Un de ceux-ci en souligne le côté malsain :

Une fois parti, je me suis pris au jeu. Je ne me trouvais jamais bien. […] Le risque est de devenir un gourou, je dis ça parce que j’ai lu une fois un article qui parlait de moi en m’appelant le gourou belge. Moi, je ne veux pas ça. À la fin, cela a des implications nécessaire­ment politiques… […] … je voyais la concurrence, ça ne m’allait pas, je vou­lais toujours en être. Cela devient presque un métier en soi. Il fallait tout faire pour rester présent… À la fin, cela devient malsain.

VII. La médiatisation du sociologue : un sens pour la posture sociologique ?

81Répondre à cette question nécessiterait de larges développements qui dépasseraient le cadre de cet article. Cependant, les éléments empiriques que nous avons évoqués peuvent alimenter cette réflexion.

82La liberté d’expression du sociologue à la télévision semble bien mal­menée. La néo-télévision la relègue aujourd’hui dans des sphères res­treintes, et le rapport de force avec les journalistes joue en sa défaveur. Le journaliste, qui maîtrise les moyens de diffusion, limite l’action de l’expert en l’encadrant fortement. Si on ajoute à cela le fait que la socio­logie, et les sciences humaines en général, prêtent plus facilement le flanc à la critique, le sens d’une posture sociologique semble difficile à envi­sager. En effet, le public des “expertises” du sociologue peut être en mê­me temps son objet d’étude ; et l’on sait que le savoir sociologique est au­jourd’hui utilisé, dans notre société réflexive, comme ressource par ce même public. Les journalistes peuvent aussi prêter moins de crédit aux dires du sociologue si ceux-ci ne corroborent pas leurs propres avis. De plus, les contraintes liées au format télévisuel favorisent la simplification parfois abusive du discours sociologique. Le journaliste se positionne gé­néralement en défenseur du public face au jargon intellectuel, et impose souvent ses prémices fort éloignées des problématiques de la discipline. En outre, les logiques du réseau encouragent les experts réguliers à la “poly-expertise”, voire à dépasser leurs compétences. Enfin, l’autocensure ou la pensée dominante constituent toujours un risque, d’autant qu’elles sont favorisées par des logiques sociales. Suivre l’opinion est une ten­tation qui guette le journaliste : « Le tout est de ne pas céder à la facilité du specta­culaire. Et surtout de ne pas donner à entendre ce que les gens ont envie d’entendre. C’est une tentation à laquelle il faut résister ». De son côté, l’expert est soumis aux mêmes exigences.

83La figure du “sociologue-expert” à la télévision semble donc a priori nuisible pour son engagement dans la cité. Mais serait-il pour autant judi­cieux d’éviter le passage à l’écran ? Si accepter la médiatisation semble avoir un prix, la refuser contribue d’une certaine manière à entretenir une non-visibilité dans l’espace public. Ce qui serait dommage, d’autant que, bien que le rapport soit globalement désavantageux pour le sociologue, il existe néanmoins un espace de liberté qu’il peut développer. Premièrement, il peut influen­cer les produits télévisuels par son travail en tant que personne ressource, que ce soit par les conseils prodigués au journaliste ou encore par les dos­siers qu’il peut lui présenter. Les centres de documentation dédiés aux jour­nalistes, que nous avons déjà men­tionnés, reflètent bien entendu les idées de leurs auteurs. Ensuite, les journalistes peuvent changer leurs prémices à la suite d’une discussion préalable à un entretien et ainsi permettre à l’expert de donner pleinement son avis. Le direct enlève également une part des contraintes, même si la nature du discours peut influencer d’éventuelles participations ultérieures — un expert ne fut jamais plus convié à un di­rect suite à des propos qui avaient embarrassé les journalistes. Enfin, la nature des relations sociales — pensons à l’amitié — et les ressources de l’expert peuvent permettre au sociologue d’accroître fortement ses possi­bilités d’expression, car ces dernières renversent ou neutralisent le rapport de force au niveau inter­individuel. Il serait dès lors dommageable pour la sociologie de ne pas participer au débat public télévisé, étant donné ces possibilités subs­tantielles.

84Pour conclure, n’incombe-t-il pas aux praticiens des sciences sociales de réfléchir et d’étudier l’amélioration des conditions de diffusion de leur savoir au grand public ? Bourdieu suggérait déjà l’idée qu’il fal­lait pro­mouvoir des espaces médiatiques où les conditions de diffusion du savoir scientifique pourraient être préservées en restant relativement hors d’at­teinte des logiques inhérentes aux autres champs (Bourdieu, 1996).

Haut de page

Bibliographie

Les journalistes déclarent faire appel aux experts pour apporter un peu d’abstraction, donner la “tendance lourde”, “élever” le reportage, le re­contextualiser et l’objectiver.

Aron P., Beyen M., 2003, “Histoire des intellectuels en Belgique. Spécificités locales et actualité de la recherche”, in Leymarie M., Sirinelli J.-F., Dir., L’histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, PUF, pp. 609-625.

Baudry P., Sorbets C., Vitalis A., Dir, 2002, La vie privée à l’heure des médias, Pessac, Presses universitaires de Bor­deaux.

Bourdieu P., 1984, Homo academicus, Paris, Minuit. 1996, Sur la télévision, Paris, Raisons d’agir.

Bourdieu P 2000, Propos sur le champ politique, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Bryman A., Haslam C., 1994, Social Scientists Meet the Media, Londres, Routledge.

Chevalier Y., 1999, L’« expert » à la télévision. Traditions électives et légitimité médiatique, Paris, CNRS Éditions.

Cluzel J., 1996, La télévision, Paris, Flammarion.

Éraly A., 2002, Le pouvoir enchaîné. Être ministre en Belgique, Bruxelles, Labor.

Jalabert L., 2003, “La figure de l’universitaire dans la vie intellectuelle en France de l’affaire Dreyfus à nos jours : bilan des travaux et perspectives de recherche”, in Leymarie M., Sirinelli J.-F., Dir., L’histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, PUF, pp. 255-269.

Javeau C., 2001, Le bricolage du social. Un traité de sociologie, Paris, PUF.

Laügt O., 2000, Discours d’expert et démocratie, Paris, L’Harmattan.

Leclerc G., 2003, Sociologie des intellectuels, Paris, PUF, Coll. Que sais-je ?

Legrand M.,Vrancken D., Dir., 2004, L’expertise du sociologue, Paris, L’Harmattan. 

Mattart C., 2004, L’expert médiatique : figures et pratiques, mémoire de fin d’étude, Bru­xelles, Université Libre de Bruxelles.

Mauss M., 1950, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF.

Mehl D., 2002, “Télévision de l’intimité et espace public”, in Baudry P., Sorbets C., Vitalis A., Dir., La vie privée à l’heure des médias, Pessac, Presses univer­sitaires de Bordeaux.

Mercier A., 1996, Le journal télévisé, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences po­litiques.

Montlibert C. (de), 1997, La domination politique, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg.

Muhlmann G., 2004, Du journalisme en démocratie, Paris, Éditions Payot & Rivages.

Rieffel R., 1984, L’élite des journalistes, Paris, PUF.

Rouquette S., 2002, Vie et mort des débats télévisés. 1958–2000, Bruxelles, De Boeck Univer­sité.

Thoveron G., 1999, Le troisième âge du quatrième pouvoir, Bruxelles, Labor, Coll. Quartier Li­bre. 2004, La télévision dont vous êtes le héros, Bruxelles, Le Grand Miroir.

Trepos J.-Y., 1996, La sociologie de l’expertise, Paris, PUF, Coll. Que sais-je ?

Weber M., 2003, Le savant et le politique. Une nouvelle traduction, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1  Sous son influence, la presse écrite a modifié sa mise en page, a introduit l’iconographie et multiplié les suppléments magazines.

2  Ce quatrième pouvoir sera dénoncé plus fortement avec l’arrivée de la télévision. Des ouvrages dé­crivent une évolution de la démocratie vers la médiacratie, thèse défendant l’idée que les médias ont au­jourd’hui le vrai pouvoir d’orienter le cours des évènements en dirigeant l’opinion.

3  Les intellectuels dreyfusards ne choisirent d’ailleurs pas la presse pour diffuser leurs idées, mais plus volontiers les revues dont le lectorat était plus ciblé. Le camp opposé entreprit une démarche inverse, ce qui constitue une explication plausible de l’échec que les dreyfusards ont essuyé dans un premier temps, échec souvent occulté par la réhabilitation de Dreyfus des années plus tard.

4  Comme l’a fait Umberto Eco, largement repris dans les analyses des médias.

5  Aux États-Unis, un journal d’information, Eyewitness News, est aujourd’hui conçu uniquement sur la base de témoignages.

6  Nous avons choisi de respecter l’anonymat des experts et journalistes interviewés. Leurs citations sont, tout au long de cet article, entre guillemets ; elles sont contextualisées de façon à ce que le lecteur puisse reconnaître le groupe auquel se rattache le locuteur.

7  P. Aron et M. Beyen esquissent quelques éléments fondamentaux qui font que le modèle français de l’intellectuel se révèle peu opératoire en Belgique. Pour eux, c’est notamment la vision fonctionnaliste de notoriété utilisée, engagée, qui conduit à biaiser l’analyse, car la structure sociale belge pose des limites à l’accumulation de pouvoir symbolique, nécessaire à son investissement. Ils évoquent trois facteurs : la pilarisation de la société, la taille réduite de la population et l’absence de soubassement idéologique commun à la Belgique (Aron P./ Beyen M., 2003, pp. 609-625).

8  S’il souhaite plus d’information, le lecteur est invité à consulter MATTART C., 2004.

9  Tous les entretiens furent réalisés en face à face et ont eu une durée oscillant entre 50 minutes et 2 heures.

10  Huit viennent du monde universitaire dont un effectuait des expertises pour le compte d’une entreprise privée. Le dernier fut journaliste pendant 20 ans et dirige à présent un centre de recherche indépendant.

11  Ce phénomène est d’ailleurs accentué par la transmission circulaire de l’information, une spirale mimétique entre les médias. Une fois que l’expert se fait remarquer, il se trouve entraîné dans une sorte d’effet boule-de-neige.

12  Ces rares cas ne révèlent-il pas un processus qui se retrouve plus modérément dans la pratique journa­listique quotidienne, ce que P. Bourdieu souligne en parlant des « mini-Timisoara » quoti­diens ?

13  Ce que Régis Debray appelle la « cléricature médiatique » quand il décrit son « excom­munica­tion » pour ses avis contraires lors de la guerre en ex-Yougoslavie.

14  Nous n’avons jamais mentionné le mot “rapport de force” au cours de l’entre­tien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Mattart, « Le “sociologue-expert” à la télévision :un sens pour la posture sociologique ? », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-1 | 2006, 85-103.

Référence électronique

Christophe Mattart, « Le “sociologue-expert” à la télévision :un sens pour la posture sociologique ? », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-1 | 2006, mis en ligne le 16 mars 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/611 ; DOI : 10.4000/rsa.611

Haut de page

Auteur

Christophe Mattart

ulb, Institut de sociologie, Centre de sociologie de l’éducation, 44 Avenue Jeanne CP 124, B 1050 Bruxelles.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org