Navigation – Plan du site

L’approche biographique de l’engagement public dans la modernité avancée

The Biographical Approach of Public Engagement in Advanced Modernity
Gregor Stangherlin
p. 143-158

Résumés

Cet article plaide pour une approche biographique de l’engagement public dans la modernité avancée. L’auteur montre comment la mutation du contexte sociétal redéfinit la problématique de l’engagement et nous oblige à considérer cette dernière sous un angle nouveau. Il s’interroge ensuite sur les raisons qui expliquent l’importance grandissante des ressources biographiques dans la compréhension de l’engage­ment public et définit les quatre principaux types de ressources biographiques identifiés dans la lit­té­rature. Après une discussion de leurs apports et de leurs limites, l’auteur termine en défendant une ap­proche multidimensionnelle de l’engagement public, basée sur la complémentarité des éléments orga­nisationnels, institutionnels et biographiques.

Haut de page

Texte intégral

I. L’engagement dans la modernité avancée

1 Dans les sociétés post-traditionnelles, les individus sont en permanence obligés de gérer leur vie. Cette nécessité implique une réinterprétation constante des expériences passées et des projets de vie. L’identité n’est plus donnée, mais construite par la ré­flexion. Les structures traditionnelles de l’autorité ne sont plus considérées comme des sources valides de normes. L’individu doit analyser différentes sources d’information et déterminer laquelle est digne de confiance. Les normes sociales liées à la réflexivité sont des normes procédurales. Elles sont liées à l’adhésion d’un groupe donné, à un moment donné, à un endroit donné. Nous pouvons supposer que des personnes qui ac­cordent beaucoup d’importance à la négociation des normes et au contrôle de leur vie sont plus enclines à discuter des sujets de sociétés. Par ailleurs, la tendance au nar­cissisme et à l’égocentrisme qui caractérise l’individu réflexif risque de l’amener à être moins solidaire dans la société. Les relations sociales de proximité ou de densité se situent traditionnellement au sein d’une communauté locale. De même, dans le passé, l’identité sociale était liée à la position au sein de la communauté ou à la classe sociale.

2 Dans la modernité avancée, les relations les plus importantes sont les relations de face à face. Au sein d’une société où la communauté locale et la classe sociale sont im­portantes, les individus ont une image relativement stable et figée d’eux-mêmes, objec­tivement définie par les institutions liées à cette société. Dans la modernité avan­cée, ils se réfèrent à des communautés imaginées. L’identité liée à l’appartenance à une com­munauté ou à la défense d’une idéologie reste fragile. Être membre d’une as­so­ciation est devenu une option et n’est plus basé sur des relations sociales naturelles. A. Giddens et U. Beck s’accordent à dire que les concepts d’individualisation et de ré­flexivité nous permettent de comprendre les transformations sociales profondes de la modernité avancée (Beck, 1986 ; Beck/Giddens/Lash, 1996).

3 L’individualisation doit être comprise comme un processus historique de socialisa­tion ambiguë. La prise de conscience et le dévoilement de ces ambiguïtés peuvent fa­voriser l’émergence de nouvelles communautés socioculturelles. Les risques et insécu­rités modernes peuvent provoquer l’émergence d’initiatives citoyennes ou de mouve­ments sociaux. De même, l’individualisation des conditions d’existence stimule la re­cherche de nouvelles formes de vie qui pourtant sont confrontées à des résistances et à des limites d’ordre politique et social. Ainsi se développent des mouvements de “re­cherche” qui testent d’une manière expérimentale de nouvelles formes de relations so­ciales, de modes de vie ou de rapports au corps. Dans ce sens, “les nouveaux mou­ve­ments sociaux” peuvent être compris, d’une part, comme une réaction aux nouveaux dangers de la société du risque et, d’autre part, comme de nouvelles formes de politisa­tion et de construction d’identités sociales dans un monde “détraditionalisé” et indivi­dualisé.

4 L’individualisation de l’engagement signifie que, dans la participation ou la mobili­sation, les liens sociaux personnels l’emportent sur l’adhésion commune à un groupe. L’individualisation implique que les personnes s’investissent en fonction de leur expé­rience singulière. Comme le montre J. Ion, la construction de l’identité collective du groupe ne constitue plus le ressort essentiel de l’engagement, lequel s’en trouve ainsi limité et mesuré (Ion, 1997). Ces considérations nous amènent à proposer non seule­ment une analyse organisationnelle et institutionnelle de l’engagement, mais également un examen des trajectoires individuelles. L’individualisation des conditions de vie permet aussi la prise de conscience de problèmes particuliers, ce qui favorise la cons­titution de groupes d’entraide et de self help. Par ailleurs, on notera que ces groupes conçoivent plus volontiers l’expérience acquise face à un problème ou une problémati­que donnée comme une compétence.

5 La détraditionalisation s’accompagne d’un processus de réflexivité, c’est-à-dire « d’un processus identitaire de construction de l’individualité, non d’une dissolution des cadres sociaux, mais d’une relativisation et d’une mise à distance critique de ces cadres » (Barthélemy, 2000 :144). La réflexivité signifie que les cadres de références idéologiques existants ne sont plus acceptés en tant que tels, qu’ils sont soumis à diffé­rentes justifications en fonction des situations. Cette évolution du rapport à la norme nous oblige à réfléchir au renouvellement du concept de socialisation et, au-delà, à la manière d’étudier les représentations sociales. Les travaux de L. Boltanski et L. Thé­venot ont permis de créer les bases épistémologiques et théoriques nécessaires à l’étude des principes normatifs considérés comme des ressources utilisées par les ac­teurs en situation (Boltanski/Thévenot, 1991).

6 La crise de la participation, ou plutôt du militantisme classique, n’est pas seulement imputable à l’évolution des comportements individuels. Elle doit être également cher­chée dans les transformations profondes de notre mode vie au cours des quarante der­nières années (Barthélemy, 2000). R. Ingelhardt avance trois variables expliquant l’évolution du rapport à l’autorité et à l’engagement : la satisfaction des besoins de survie socio-économique, la sécurité politique et l’augmentation sans précédent du niveau d’éducation des populations occidentales (Ingelhardt, 1977 ; 1997). Ces évolu­tions ont participé à l’individualisation des conditions d’existence. Le changement du cycle et du mode de vie, c’est-à-dire la diminution du temps de travail, l’augmentation du temps libre, l’allongement de la durée de vie et le vieillissement de la population, ont provoqué l’augmentation du nombre de bénévoles âgés et la multiplication des associations sportives et récréatives (Halba/Le Net, 1997 ; Bickel/Lalive d’Épinay, 2001). À travers le monde, les personnes plus cultivées sont politiquement plus actives ; par ailleurs, les jeunes générations ont un niveau d’étude supérieur à celui de leurs aînés. Ceci implique que, quand les jeunes, mieux formés, remplaceront dans la population adulte les anciens, nous pourrons espérer une croissance des taux de partici­pation politique.

7 Le changement social nous oblige à repenser notre manière d’étudier et d’analyser l’engagement public. L’individuation des conditions de vie et la réflexivité de la mo­dernité avancée rendent l’approche biographique du militantisme pertinente. D’où no­tre proposition d’étudier les ressources biographiques des acteurs, sans pour autant négliger les cadres organisationnel et institutionnel.

II. Les ressources biographiques

8 Une approche biographique de l’engagement permet de voir comment les ressour­ces structurent progressivement l’engagement public dans un contexte organisationnel et institutionnel en transformation.

9 S’investir au sein d’associations actives dans la société civile requiert de nombreu­ses ressources (Wilson, 2000 ; Wilson/Musick, 1997a ; Brady/Verba/Scholzman, 1995). En règle générale, les études qui ont abordé cette problématique sont des en­quê­tes réalisées auprès d’échantillons représentatifs de la population ou de groupes de bé­névoles ou d’activistes. L’objectif de cette approche est d’isoler différentes variables et de définir dans quelle mesure celles-ci influencent la volonté d’un individu de parti­ciper à des actions ou de s’engager au sein d’associations politiques et sociales. Ces études ont permis d’isoler une première série de facteurs.

10 Pour s’engager, il faut posséder différents types de ressources acquises durant le processus de socialisation primaire et secondaire. Ces ressources constituent aussi l’en­jeu et le prix à payer pour entrer dans le secteur des associations de la société ci­vile. Nous suivons le structuralisme constructiviste lorsqu’il avance l’idée que les res­sources et leur poids respectif dépendent du contexte spécifique dans lequel elles sont mobilisées. Nous retenons l’idée générale que l’investissement dans un secteur d’ac­ti­vités nécessite la détention de ressources. Des approches sociologiques plus straté­giques et interactionnistes montrent que l’acteur porteur d’une rationalité limitée ne s’engage pas dans une activité sans pour autant disposer d’une série de compétences ou d’atouts. Peu importe le point de vue théorique, les chercheurs en sociologie s’ac­cordent à dire qu’il faut détenir des ressources pour s’intégrer dans un groupe so­cial ou un secteur d’activités spécifique. Dans le cadre des études des mouvements so­ciaux et des associations, quatre types de ressources ont été identifiés : les ressources cultu­relles, les ressources sociales, les ressources cognitives et l’expérience vécue. Leur per­tinence varie selon le contexte organisationnel et institutionnel.

A. Les ressources culturelles

11 J. Wilson a montré que l’éducation et la catégorie socio-économique sont le plus positivement corrélées avec la participation aux associations (Wilson, 2000). D’autres travaux ont avancé que l’éducation est le meilleur indicateur de l’engagement (McPherson/Rotolo, 1996 :181 ; Sundeen/Raskoff, 1994 :392). Ce critère favorise le bénévolat parce qu’il augmente la prise de conscience des problèmes et l’empathie. Les ressources civiques, telles que des capacités de communication ou d’organisation, qui peuvent être acquises à la maison, à l’école ou dans le cadre professionnel et asso­ciatif, constituent les déterminants parmi les plus importants de l’engagement politique (Brady/Verba/Scholzman, 1995). Les travaux de R. Inglehart montrent qu’un haut niveau d’étude favorise le développement de valeurs post-maté­rialistes, une moindre soumission à l’autorité et la stabilité de la démocratie (Inglehart, 1977, 1997). Il ressort d’une étude britannique que les individus qui ont reçu une formation d’excellence ont une plus grande conscience de leur propre efficacité dans l’organisation, élément con­sidéré comme important dans l’explication de la durabilité de l’engagement (Malo­ney/Jordan, 1997). Par ailleurs, ils ont aussi plus tendance à être la cible privilégiée des recruteurs d’associations ou de mouvements sociaux (Brady/Verba/Scholzman, 1999), ce qui s’explique partiellement par le fait qu’ils sont déjà membres de plus d’orga­nisations que les individus appartenant aux autres catégories sociologiques. L’im­portance de l’éducation varie évidemment en fonction du secteur d’activités et de la fonction occupée par le bénévole. De l’ensemble des études empiriques réalisées au cours des dernières décennies, il ressort clairement qu’en termes de ressources biogra­phiques, l’éducation est le meilleur indicateur qui permette de pronostiquer l’engage­ment politique et social. En analysant la littérature américaine relative à l’engagement associatif entre 1975 et 1992, D. H. Smith avait déjà posé ce constat à propos de l’en­gagement bénévole (Smith, 1994). Récemment ce résultat a été confirmé par une étude portant sur la comparaison du taux de participation associative et menée à partir des données du World Values Survey, relevées dans plus de trente pays entre 1991 et 1993 (Curtis/Baer/Grabb, 2001 :795).

12 L’étude de F. Héran apporte un éclairage intéressant dans le débat relatif au profil sociologique des militants associatifs (Héran, 1988b). Elle montre que la probabilité pour une personne de faire partie d’une association s’accroît avec l’importance de ses ressources culturelles. Ainsi, le monde de l’enseignement est la catégorie socioprofes­sionnelle la plus active dans la communauté associative et sa pratique est volontiers militante. Les professeurs, et plus largement les milieux intellectuels appartenant aux catégories supérieures, sont encore plus fortement sur-représentés au cœur du réseau associatif. Les résultats montrent que plus un individu s’élève dans les catégories so­cio-économiques, plus il a de chance de faire partie d’une association. L’étude permet aussi de relativiser l’importance de l’engagement d’ “influence sociale” par rapport aux autres formes d’engagement associatif.

13 L’idée qu’avec l’augmentation du statut socioéconomique et socioprofessionnel s’accroît la probabilité de s’engager est confirmée par plusieurs études. Deux paramè­tres semblent avoir une importance non négligeable dans l’explication de ce constat (Smith, 1994 ; Stubbing/Humble, 1984 ; Wilson/Musick, 1997b).

14 Le premier paramètre est le temps de travail ou la disponibilité. La contrainte tem­porelle se joue essentiellement entre employés, dans la mesure où les personnes tra­vaillant à temps partiel font plus de bénévolat que celles occupées à temps plein. Le taux de volontariat est le plus faible au sein de la population non active — chômeurs, hommes ou femmes au foyer (Stubbing/Humble, 1984 :27). L’explication réside, selon certains (Brady/Verba/Scholzman, 1995), moins dans le temps disponible que dans le fait que l’emploi est une forme d’intégration sociale influençant favorablement l’estime de soi et permettant le développement de compétences. Une enquête d’opinion récente concernant l’engagement, réalisée auprès d’un échantillon représentatif de la population allemande, montre que la raison principale évoquée par les non-engagés est le manque de temps (Rosenbladt/Pico, 1999 :44). Il paraît par ailleurs fondamental de cerner l’aspect subjectif du temps de travail, c’est-à-dire le contrôle que l’individu a sur son propre temps de travail. Les indépendants et les employés ayant un travail flexible semblent faire plus de bénévolat (Freeman, 1997 :156). Par ailleurs, nous de­vons prendre en considération les engagements pris dans les autres sphères de la vie, comme la famille ou l’emploi. Le concept de « disponibilité biographique », proposé par J. Siméant, nous semble le plus pertinent pour comprendre l’influence du temps de travail sur l’engagement (Siméant, 2001).

15 Le deuxième paramètre qu’il faut prendre en considération pour cerner le statut so­cioprofessionnel est le type d’emploi. Les intellectuels et les gestionnaires semblent être plus disposés à devenir bénévoles. Par ailleurs, ce sont eux qui retirent le plus de satisfaction de leur travail. Il est possible que certaines personnes trouvent dans le bé­névolat des rétributions qu’ils ne trouvent pas dans leur emploi. J. Wilson et M. Mu­sick montrent que des personnes qui exercent des emplois caractérisés par une grande autonomie dans la prise de décision, une complexité et une variété des tâches s’enga­gent plus volontiers pour des activités diversifiées (Wilson/M. Musick, 1997b). Les études consacrées aux membres des nouveaux mouvements sociaux montrent que ceux-ci semblent plus spécifiquement investis par les “nouvelles classes moyennes” et surtout les spécialistes culturels.

16 Considérer l’éducation, le statut socioprofessionnel et le temps comme une res­source permettant d’expliquer l’engagement a montré sa force prédictive dans le cadre des études empiriques. La littérature montre que la détention de certaines ressources culturelles constitue une condition fondamentale de l’engagement. L’ensemble des étu­des, tant européennes qu’américaines, montre la persistance des inégalités sociales dans la participation, même si nous observons une tendance à la démocratisation (Bic­kel/Lalive d’Épinay, 2001 :50-51 ; Halba/Le Net, 1997). En fonction du type d’enga­gement — professionnel ou bénévole — et du secteur d’activités, les ressources qui seront nécessaires et déterminantes sont différentes.

B. Les ressources relationnelles

17 L’importance du rôle joué par les réseaux sociaux dans l’engagement politique et social a été démontrée tant par la sociologie des mouvements sociaux que par la so­ciologie des associations et du secteur tertiaire. La question centrale est de savoir com­ment les relations informelles entretenues au sein de la famille ou avec des amis, les liens avec des activistes et les relations formelles définies par l’appartenance à une or­ganisation influencent l’engagement pour les associations et les mouvements de la société civile.

18 F. Passy a développé un modèle théorique de l’engagement « altruiste » qui a le mé­rite de montrer le rôle central joué par le réseau relationnel dans l’engagement public (Passy, 1998). Le recours aux réseaux sociaux permet de dépasser le clivage existant entre l’approche micro- et macrosociologique du structuralisme et du choix rationnel. L’auteur distingue trois fonctions dans le « contexte relationnel ».

19 Premièrement, la socialisation à l’intérieur des réseaux participe à la définition des identités, permettant ainsi un rapprochement idéologique entre l’individu et le mouve­ment social. La sociologie a montré depuis longtemps l’importance des réseaux so­ciaux dans la définition des identités. Le premier lieu de socialisation est la famille. M. Searle-Chatterjee démontre l’importance des dispositions acquises à ce niveau dans l’explication du militantisme féministe et écologiste (Searle-Chatterjee, 1999). D’autres institutions de socialisation jouent également un rôle. Selon M. Hooghe, la participation à des associations de jeunesse influence l’engagement politique et social ultérieur (Hooghe, 2000 :123-124). La littérature scientifique identifie deux mécanis­mes principaux. D’abord, les mouvements de jeunesse permettent l’apprentissage d’une série de compétences qui peuvent être utilisées à l’âge adulte. De plus, elles ont un effet socialisant qui rend la personne plus sensible aux activités sociales futures (Berlivet/Sawicki, 1994 :122). D. McAdam a établi que le meilleur critère permettant de prévoir l’engagement associatif de certaines personnes durant les années 1980 était leur participation au projet Freedom Summer en 1964 (McAdam, 1989). Infirmant l’idée largement répondue selon laquelle les militants des années soixante se seraient “rangés”, l’auteur démontre qu’ils ont continué à promouvoir les valeurs défendues en 1964 et à s’investir dans des mouvements sociaux. Il a également identifié les consé­quences biographiques à court et à long terme de l’activisme. Les anciens militants tra­vaillent plus souvent comme employés-activistes et choisissent des partenaires qui par­tagent le même engagement. Plus généralement, l’identité sociale se construit à partir des formes d’appartenance des individus.

20 La deuxième fonction du contexte relationnel se manifeste au niveau du recrute­ment des militants. Les relations sociales d’ordres formel et informel représentent sou­vent une opportunité pour aborder une problématique. Le rôle des réseaux sociaux dans le processus de recrutement semble plus important dans des associations dont la notoriété est faible, comme le montre la comparaison entre La Déclaration de Berne et le World Wildlife Fund (Passy, 2002 :12).

21 Enfin, le réseau relationnel influence l’intention de l’acteur de s’engager. Celui-ci estime le coût de son engagement à l’aune de l’évaluation des autres membres du ré­seau.

22 De nombreuses études montrent que les réseaux sociaux élargis, l’appartenance organisationnelle multiple et une expérience d’engagement antérieure augmentent les chances de devenir bénévole (Wilson, 2000 :223). Pourtant, les concepts de « ressource relationnelle » ou de « capital social » posent une série de problèmes dont un certain nombre ont déjà été soulevés (Op.cit. :224-225). Que les relations sociales aient une influence positive ou négative sur l’engagement social dépend aussi de la nature du travail et des cadres de références idéologiques véhiculés au sein des différents milieux sociaux. Cette question renvoie au troisième facteur explicatif de l’engagement, les ressources cognitives, qui seront abordées dans la section suivante. Les relations so­ciales peuvent être relativement insignifiantes pour certains types d’engagements (Omoto/Snyder, 1993 :167). La définition de ce qui est un capital social ou une res­source relationnelle change d’une étude à l’autre. Nous avons parfois l’impression que tout peut devenir une ressource relationnelle. Comme nous l’avons vu ci-dessus, ce n’est pas la quantité des relations sociales, mais bien leur pertinence en fonction de l’objet d’engagement qui importe (McAdam/Paulsen, 1993).

23 La discussion du concept de ressource relationnelle a le mérite de clarifier sa portée et a permis de comprendre qu’en fonction du secteur et du type d’engagement, son influence est différente. Nous retiendrons les éléments suivants. Les fonctions jouées par les réseaux sociaux sont multiples et fondamentales pour comprendre les différen­tes phases du processus d’engagement. Nous définissons les relations sociales comme une ressource susceptible de faire comprendre l’engagement, son intensité, sa durabi­lité et sa forme. Dans le milieu familial, socioprofessionnel et associatif les premières dispositions se forment par la socialisation (Bourdieu, 1979 ; Meister, 1974 ; Passy, 1998). Y a t-il des milieux plus enclins que d’autres à “produire” l’engagement pu­blic ? Grâce à l’implication dans certains réseaux sociaux, le recrutement par une asso­ciation et l’engagement sont fortement favorisés (Passy, 1998 ; McAdam/Paulsen, 1993). Nous devrons préciser quels sont les moyens de recrutement les plus pertinents et en quoi leur importance a évolué à différentes époques. Contrairement à l’idée dé­fendue par les théories du choix rationnel, la décision de s’engager fait l’objet d’un processus réflexif où l’approbation et la désapprobation de la cause par des proches ont un impact important (Passy, 1998 ; McAdam/Paulsen, 1993). Il est essentiel de souli­gner que le réseau relationnel n’a pas seulement un impact sur le bénévolat et son in­tensité, mais aussi sur les autres formes d’engagement public comme le don, la partici­pation à certaines manifestations, l’achat de certains produits ou la signature de péti­tions (Schervish/Havens, 1997).

C. Les ressources cognitives

24 Nous avons distingué analytiquement l’éducation comme ressource culturelle et les cadres de références ou idéologiques comme ressources cognitives, afin de montrer leurs fonctions et influences spécifiques dans le processus d’engagement public. Ces cadres de références permettent de penser et de construire symboliquement le lien avec la cause et de produire les raisons de l’engagement. S’il est possible de justifier la re­lation à l’autre sur base d’idéologies universalistes d’origines chrétienne et laïque, il importe pourtant d’être informé sur la problématique. Plus l’individu sera informé, plus il pourra développer un intérêt pour la problématique et s’engager éventuellement d’une façon ou d’une autre dans une organisation (Meister, 1974). Le niveau de con­naissance de la problématique et le type de cadre idéologique ou de référence au­ront un impact sur l’intensité, la durée et, surtout, la forme de l’engagement.

25 Nous conceptualisons les valeurs, normes, idéologies politiques ou religieuses comme des ressources qui peuvent être mobilisées par les acteurs sociaux (Wilson/ Musick, 1997a). Comme les autres ressources — économiques et relationnelles — les « ressources cognitives » permettent d’accéder à des biens symboliques (Bourdieu, 1979). Pourtant, nous considérons que, dans la conceptualisation de P. Bourdieu, la dimension esthétique des ressources culturelles a été surestimée par rapport à sa di­mension morale (Pescosolido/Rubin, 2000). Cette position épistémologique se justifie dans la mesure où la sociologie de P. Bourdieu est essentiellement une sociologie du pouvoir. Notre conceptualisation des ressources cognitives s’éloigne de la sienne pour plusieurs raisons. Premièrement, nous considérons qu’il surestime la détermination sociale des attitudes et comportements des individus, alors qu’il sous-estime leur ni­veau de réflexivité, c’est-à-dire la capacité à prendre distance par rapport aux rôles et normes, afin de les soumettre à une analyse critique. Deuxièmement, les processus de changement social ont participé à l’affaiblissement des identités de classes, au point que le partage de la même condition et de la même conscience de classe n’est plus un processus qui va de soi. Ceci veut dire que le réseau relationnel et les cadres de réfé­rences, les ressources relationnelles et culturelles ne sont pas homogènes et cohérentes (Castells, 1999 ; Beck/Giddens/Lash, 1996 ; Dubar, 2000 ; Boltanski/Chiapello, 1999).

26 La réflexivité signifie que les cadres de références idéologiques existants ne sont pas acceptés en tant que tels, qu’ils vont être soumis à des justifications en fonction des situations. Cette mutation du rapport à la norme nous oblige à réfléchir au renou­vellement du concept de socialisation ainsi qu’à la manière d’étudier les représenta­tions sociales. Les travaux de L. Boltanski et L. Thévenot ont permis de créer les bases épistémologiques et théoriques pour étudier les principes normatifs comme ressources avancées par les acteurs en situation (Boltanski/Thévenot, 1991). Au lieu d’envisager les représentations sociales comme l’extériorisation de dispositions intériorisées (Bourdieu, 1979), nous les considérons comme des ressources cognitives inégalement distribuées et mobilisées par les acteurs sociaux en fonction des situations qu’ils ren­contrent (Boltanski/Thévenot, 1991).

27 Deux explications complémentaires peuvent être dégagées de la littérature pour analyser l’influence des ressources cognitives et des représentations sur l’engagement.

28 La première est issue de la tradition de la frame analysis qui présuppose qu’il doit exister une « homologie » entre le cadre de référence du mouvement social et le poten­tiel militant avant que ce dernier se mobilise (Snow et al., 1986). Disposer de ressour­ces cognitives devient dans cette conception une des conditions pour comprendre l’engagement. Les travaux de B. Klandermans et D. Oegema s’inscrivent dans cette perspective (Klandermans/Oegema, 1987). Les auteurs ont développé un modèle expli­quant ce qui motive un individu à manifester. Il faut d’abord faire partie du potentiel de mobilisation, c’est-à-dire partager les idées et objectifs d’un mouvement social. Ceci suppose au départ un pro­cessus réflexif, où une situation donnée est jugée injuste et où un cadre de réfé­rence idéologique permet de formuler une revendication, ou de pro­poser une action afin de résoudre le problème. Bref, il faut s’identifier à la mobili­sation. Il faut aussi être l’objet d’une tentative de recrutement. Ces deux premières étapes sont nécessaires pour faire émerger une motivation de participation chez l’indi­vidu. Cette motivation est évaluée en fonction du calcul des coûts et des bénéfices qu’elle est susceptible d’engendrer. Des incitations sélectives d’ordre social, c’est-à-dire le jugement ou l’évaluation favorable par des proches de l’intention d’aller mani­fester, peuvent favori­ser la volonté des individus de se mobiliser. Cependant, il faut ré­duire au maximum les barrières ou les coûts qui empêchent la participation. Le modèle de B. Klandermans et D. Oegema entend concilier les acquis respectifs de l’école, de la mobilisation des ressources et de la psychologie sociale. Nous ne devons pourtant pas négliger la portée du modèle qui se limite essentiellement à expliquer la (non-) partici­pation à une action collective spécifique, ici une manifestation. Une étude récente sur l’engagement asso­ciatif en Allemagne va dans le même sens, en montrant le lien existant entre la volonté d’engagement et les valeurs des individus (Klages, 2000). Les personnes ayant des valeurs conventionnelles s’engagent très peu. Les personnes porteuses de valeurs hé­donistes et matérialistes s’engagent peu, alors que des individus qui adhèrent à des valeurs telles que la réalisation, ou qui sont d’orientation pro-sociale, s’engagent plus volontiers.

29 Le deuxième courant de recherche montre que les cadres de références ne sont pas pré-existants mais qu’ils sont la conséquence de l’engagement relativement durable à l’intérieur d’une association. Les auteurs qui adhèrent à cette démarche ont surtout mis en évidence l’influence des pratiques organisationnelles sur le développement des for­mes identitaires (Gamson/Mogliani, 1989 ; Hassenteufel, 1991 ; Mathieu, 2002 ; Si­méant, 1998). L’organisation est conçue comme un lieu de sociabilité et la manière dont est organisée l’association ou le mouvement traduit et produit une certaine culture et une certaine identité. Plus fondamentalement, cette approche montre que c’est l’or­ganisation et la participation à ses activités qui suscitent des raisons légitimes d’enga­gement. Le rôle de l’organisation est de promouvoir, de retravailler et de main­tenir l’engagement.

30 Il nous semble cohérent d’avancer qu’il faut disposer d’un certain nombre de res­sources cognitives préalables pour adhérer à un mouvement ou à une organisation et s’engager. Cela est d’autant plus important quand “l’adhésion à la cause” est avancée comme raison fondamentale de l’engagement. Par contre, il est clair que ce dernier se construit dans la durée et à l’intérieur d’un cadre organisationnel et institutionnel qui le structure. Selon J. Wilson, les valeurs sont moins importantes dans l’explication de l’engagement que dans la signification attribuée à celui-ci (Wilson, 2000 :219). Pour­suivons cette hypothèse. Plus spécifiquement, notre question est de savoir comment les cadres de références ou les ressources cognitives influencent l’engagement, sa forme et son intensité. D’abord, l’absence de ces ressources fragilise l’engagement dans un monde surmodernisé et postmoderne, où les acteurs sont amenés régulièrement à se justifier sur leurs raisons d’agir, les causes des problèmes et les solutions à leur appor­ter. Bien au-delà, l’adhésion est fragilisée par l’inflation des causes qui sont l’objet d’une mobilisation. Les ressources cognitives jouent aussi un rôle important dans la construction du rapport à la problématique. À défaut de disposer d’une expérience vécue, l’élément fondamental dans la compréhension de l’engagement peut être trouvé dans un cadre de référence normatif.

D. L’expérience vécue comme ressource

31 Les travaux de M. Castells (1999), C. Dubar (2000), F. Dubet (1994), U. Beck (1986), Beck/Giddens/Lash (1996) et R. Inglehart (1997) montrent que les anciennes identités collectives, tant sociétaires que communautaires, se trouvent fortement remi­ses en question à partir des années 1970 par des processus relevant de la « crise des identités ».

32 La fragilisation des identités individuelles et collectives oblige les individus à cons­truire une cohérence à partir de leurs appartenances multiples et partielles au sein de nos sociétés complexes. Face à l’augmentation et à la diversification de l’offre asso­ciative, le choix de l’individu pour tel ou tel engagement dépendra, au moins en partie, de son expérience vécue par rapport à une problématique donnée — que seule l’approche biographique permet d’élucider. L’individualisation des conditions de vie affaiblit les anciennes formes d’intégration, tant sociétaires que communautaires, tan­dis que des nouveaux groupes se structurent autour de l’expérience personnelle vécue par rapport à une problématique. Les nouveaux groupes ou mouvements se forment parce que les anciens n’apportent pas de réponse ou de solution à un problème ou à une problématique. Le processus de radicalisation de la modernité (Beck/Gid­dens/Lash, 1996), et plus particulièrement l’individualisation et la réflexivité moderne, a permis une diversification et une spécialisation des problématiques pou­vant potentiellement susciter une mobilisation ou la création d’un groupe. De cette manière, nous pouvons comprendre l’explosion du nombre de groupes de self-help ou de comités de soutien (Schulze, 1994). Les conditions de vie dans la société contempo­raine favorisent la “mobilité sociale” ou géographique. La multiplication des choix et des rencontres qui en résultent favorise l’accroissement du nombre de communautés d’expériences virtuelles, dont la constitution en groupe réel est favorisée par l’amélioration des moyens de transport et des nouvelles technologies de l’information. Bien souvent, les expériences vécues par rapport à une problématique ne peuvent pas être partagées avec les autres membres de la communauté ou de la société — membres de la famille, col­lègues de travail ou amis.

33 Le concept “d’expérience vécue” a été régulièrement employé ces dernières années pour comprendre l’engagement dans les mouvements sociaux (Searle-Chatterjee, 1999 ; Ollitrault, 2001 ; Fillieule/Broqua, 2000) ou les préférences politiques (Gaxie, 2002). Nuscheler montre qu’il établit une différence claire entre les groupes tiers-mon­distes des années 1980 et ceux qui furent créés durant les années 1970 (Nuscheler, 1995). Dans les groupes plus anciens, la réflexion religieuse ou sociologique l’em­porte, alors que, pour les groupes plus récents, la priorité est donnée à l’expérience vé­cue. Les groupes des années 1970 sont plus liés aux grandes utopies, tandis que ceux des années 1980 s’ancrent davantage dans le quotidien. Nos propres recherches mon­trent la pertinence de l’expérience vécue dans la compréhension de l’engagement pour l’ “autre lointain” dans les ONG de coopération au développement ou ONGD (Stang­herlin, 2004, 2005). Nous avons analysé l’impact et les effets de l’expérience du Sud sur l’engagement des acteurs des ONGD aux différents moments de leur carrière.

34 L’analyse des entretiens biographiques nous a permis de comprendre l’importance de l’expérience du Sud dans l’émergence et la structuration de l’engagement dans les ONGD. Nous avons demandé aux employés s’ils avaient une expérience du Sud avant d’être engagés par une ONG. Dans notre échantillon, 51,1 % attestent d’une telle expé­rience, dont 76,3 % comme coopérants ONG et 15,8 % dans un autre système de coopé­ration. Ces résultats sont significatifs au sens où ils nous renseignent sur l’effet produit par l’expérience du Sud prolongée par l’engagement dans une ONG. Mais, il ne faut pas négliger l’apport des expériences d’une plus courte durée dans le processus de so­cialisation à la problématique. Peu de bénévoles actifs au sein des ONGD ont une expé­rience directe du Sud. Notre enquête montre que seulement 28,3 % des sondés avaient une expérience du Sud avant d’être bénévoles pour une ONGD en Belgique. Lors de notre enquête, nous avons demandé s’il y avait des antécédents dans la famille. Seuls 9 % mentionnent l’expérience d’un de leurs grands-parents, alors que 27,9 % mention­nent celle de leurs parents. La majorité des bénévoles n’ont jamais été dans un pays en voie de développement et une partie d’entre eux ne voient pas l’intérêt d’y aller. Le lien avec des personnes originaires du Sud ne leur semble pas fondamental. L’essentiel est qu’ils apportent une aide ; peu importe qui la reçoit. Ce “désintérêt” pour l’ “autre lointain” s’explique pour certains par le fait que le groupe de bénévoles est surtout un lieu d’intégration sociale pour eux-mêmes. Par contre, parmi ceux qui possèdent une telle expérience, celle-ci a été un élément structurant de leur engagement. Les bénévo­les ayant une expérience du Sud comptent souvent parmi les plus actifs. Même si beaucoup n’y ont pas voyagé, certains ont eu des échanges en Belgique avec des gens du Sud, lesquels ont eu un effet non négligeable dans la structuration de leur engage­ment.

35 Lors d’une enquête réalisée en 2001 par la fédération des ONGD belges francopho­nes et néerlandophones — ACODEV — les responsables d’ONG ont confirmé, lors d’entretiens semi-directifs, que l’expérience du Sud est un critère fondamental pour le recrutement de la majorité des postes à pourvoir.

36 L’expérience du Sud peut aussi être un élément structurant de la durabilité de l’engagement. Ce sont essentiellement les gestionnaires de projets qui insistent sur l’importance des contacts avec les partenaires du Sud, tant en Belgique que sur le ter­rain. C’est comme si cette expérience produisait toutes les formes de rétributions — symbolique, sociale, cognitive, culturelle, esthétique et matérielle — que l’engagement pour l’ “autre lointain” peut produire. Par ailleurs, elle structure aussi l’intensité de l’engagement. Les salariés qui ont réalisé un stage à l’étranger s’investissent plus in­tensivement que ceux qui n’ont pas eu cette possibilité. Les séjours réguliers de courte durée dans les pays du Sud sont considérés comme fondamentaux par les salariés parce qu’ils permettent de “nourrir” ou de “ressourcer” l’engagement. Ce critère s’avère donc particulièrement important au moment de la sélection des futurs collaborateurs.

37 Les ressources biographiques peuvent être considérées comme des éléments structu­rants de l’engagement. Elles possèdent plusieurs caractéristiques communes et trois degrés de validation différents. D’abord, elles constituent des moyens ou des maté­riaux spécifiques à la construction des identités et à la position sociale des acteurs. Ceux-ci sont conscients qu’elles orientent le sens qu’ils donnent à leurs pratiques. C’est leur dimen­sion subjective. Elles amènent également l’acteur à se rendre compte de l’importance des enjeux instrumentaux et normatifs. De plus, elles sont aussi des déter­minants, au sens où leur (non-)détention amène les acteurs à développer des dispo­sitions et des raisons d’agir. Plus la quantité et la diversité des ressources est impor­tante, plus la probabilité d’adhérer à une association et d’y rester engagé sera grande. Enfin, les res­sources n’ont de pertinence que dans un contexte organisationnel et insti­tutionnel donné. C’est la raison pour laquelle nous plaidons pour une approche multi­dimensionnelle de l’engagement public.

III. Vers une approche multidimensionnelle de l’engagement public

38 Deux courants de recherches nous paraissent apporter un éclairage intéressant au niveau de l’analyse de l’influence du contexte organisationnel sur l’engagement : l’école de la « mobilisation des ressources » et la sociologie des organisations et des pro­fessions. L’intérêt de ces approches est de relativiser l’influence des ressources pré-existant à l’engagement et en même temps de revaloriser la capacité des organisa­tions à produire l’engagement. Dans les recherches consacrées aux mouvements so­ciaux, c’est surtout le courant américain de la « mobilisation des ressources » (McCarthy/Zald, 1987) qui a mis en évidence l’influence du contexte organisationnel sur l’engagement politique et social. De nombreuses critiques peuvent être adressées à cette approche. S’il est opportun d’en souligner les limites, nous devons pourtant rete­nir ses apports fondamentaux. L’engagement n’émane pas de nulle part, il doit être organisé. Les modalités de cette structuration ont des effets sur sa forme et son inten­sité. Dans ses développements ultérieurs, la sociologie des mouvements sociaux a voulu savoir en quoi les organisations façonnent les identités et les engagements de leurs militants. Comprendre comment une organisation mobilise, c’est analyser com­ment elle récolte de l’argent, acquiert une expertise, réunit des hommes, et au-delà, comment elle donne aux militants les raisons légitimes de s’engager. Prendre au sé­rieux le rôle de l’orga­nisation dans la production de l’engagement, c’est la concevoir comme un lieu de sociabilité où des groupes et des identités se forment. C’est aussi appréhender les effets de la division du travail dans le groupe et envisager la portée des actions entreprises en commun sur l’identité militante.

39 Nous adopterons une définition restrictive du contexte institutionnel. L’étude des différentes politiques publiques développées ainsi que de la manière dont sont déter­minés les rapports entre les institutions publiques et les organisations de la société ci­vile dans la définition, l’exécution et l’évaluation de ces dernières, se situe au centre de notre analyse institutionnelle. Deux démarches méthodologiques sont possibles pour appréhender l’influence du contexte institutionnel sur le développement des organisa­tions de la société civile. La première est synchronique — statique — et vise à identi­fier dans le cadre d’une étude comparative les caractéristiques des systèmes institu­tionnels qui favorisent ou non les mobilisations collectives ou les mouvements so­ciaux. Ce type d’analyse a été mené selon différentes approches. Dans le cadre des études des mouvements sociaux, des chercheurs ont construit une théorie autour du concept de « structure d’opportunité politique » (Kitschelt, 1986). Un autre courant a été développé dans le cadre de l’analyse néo-institutionnelle historique. Les travaux de L. M. Salamon et H. K. Anheier (1998), J. E. Curtis, D. E Baer et E. G. Grabb (2001) ou Schofer et Fourcade-Gourinchas (2001) en sont une illustration. Ces approches dé­montrent l’importance de la culture et de la structure institutionnelle d’un pays, et plus spécifiquement l’intérêt de l’analyse du rapport existant entre l’État et les associations.

40 La seconde démarche vise à trouver dans l’évolution du contexte politique national et/ou international l’explication du nombre et des types de mouvements sociaux ou d’associations (Mathieu, 2002 :78). Cette approche, plus pragmatique, essaie de mettre en évidence les relations existant entre un groupe d’acteurs spécifiques de la société ci­vile et l’État, dans le cadre de l’élaboration et de l’exécution d’une politique publique spécifique.

41 L’engagement est un processus ; on ne naît pas militant, on le devient en passant par différentes étapes (Fillieule, 2001). Envisager les choses de la sorte nous incite à ana­lyser la manière dont les ressources sont acquises et comment elles affectent l’enga­gement, l’adhésion ou le désengagement, selon les contextes d’opportunité et de con­trainte. Une telle approche implique d’étudier l’engagement par rapport aux autres sphères de vie et au contexte historique (Fillieule, 2001 ; Passy, 2002). 

42 Les organisations renforcent ou limitent l’engagement par les politiques de commu­nication et de gestion de ressources humaines qu’elles développent. Le travail effectué en leur sein permet de structurer et de donner une certaine durabilité à l’engagement. Les opportunités et contraintes inhérentes au travail ou à la participation aux activités spécifiques aux ONGD ont fortement évolué au cours des dernières décennies. Ces évo­lutions organisationnelles et institutionnelles ont induit la redéfinition de la divi­sion du travail, de la place du militantisme et de la compétence professionnelle dans ce con­texte particulier. Certaines dispositions institutionnelles favorisent ou freinent l’enga­gement dans les organisations qui relèvent de la société civile et qui sont forte­ment in­fluencées par les politiques publiques.

43 La mise en évidence de ces trois facteurs — biographiques, institutionnels et orga­nisationnels —, associée à la prise de conscience de l’importance du caractère proces­suel du militantisme nous ont amené à formuler l’hypothèse principale suivante. Seule une approche multidimensionnelle permet de comprendre l’engagement, c’est-à-dire de cerner ses formes, sa durabilité et son intensité. Le militantisme ne devient intelligi­ble qu’en étudiant les facteurs qui l’influencent ainsi que leur interdépendance.

44 Comment dès lors opérationnaliser cette approche ? En partant des parcours biogra­phiques des individus pour s’intéresser ensuite à leur contexte organisationnel et institu­tionnel. La spécificité de notre approche méthodologique est d’avoir réalisé d’abord les entretiens biographiques et d’avoir construit un questionnaire d’enquête à partir des indicateurs et des éléments identifiés dans les entretiens ainsi que dans la lit­térature sur l’engagement politique et social. Le critère qui nous permettra finalement une compré­hension de l’engagement est celui de la « vraisemblance » avancé par F. Dubet, c’est-à-dire la concordance entre les interprétations du chercheur et les éléments mis en évi­dence par le sujet interviewé (Dubet, 1994). Prendre les paroles de l’acteur au sérieux, c’est reconnaître sa compétence, sa capacité de prise de distance, sa réflexi­vité pour comprendre son engagement. Les matériaux biographiques nous ont aussi permis d’identifier les principaux enjeux organisationnels et institutionnels dont l’étude a été approfondie lors de plusieurs analyses menées en groupe.

Haut de page

Bibliographie

Bajoit G., Pour une sociologie relationnelle, Paris, PUF.

BarthÉlemy M., Associations. Un nouvel âge de la participation ? Paris, Presses de sciences Po.

Beck U., Risikogesellschaft. Auf dem Weg in eine andere Moderne, Frankfurt am Main, Suhrkamp Verlag.

Beck U., Giddens A., Lash S., Reflexive Modernisierung. Eine Kontroverse, Frankfurt am Main, Suhrkamp Verlag.

Berlivet L., Sawicki F., “La foi dans l’engagement. Les militants syndicalistes chrétiens de Bretagne dans l’après-guerre”, Politix, 27, pp. 111-142.

Bickel J-F., Lalive d’Épinay Ch., “L’évolution de la participation aux associations volontaires : une comparaison de deux cohortes”, Revue suisse de sociologie, 27, pp. 31-60.

Boltanski L., Chiapello E., Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, NRF essais.

Boltanski L., ThÉvenot L., De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Bourdieu P., La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

Brady H. E., Verba S., Scholzam K. L., “Beyond SES : A Resources Model of Political Participation”, American Political Science Review, 89, 2, pp. 271-294.

Brady H. E., Verba S., Scholzam K. L., 1999, “Prospecting for Participation : Rational Expectations and Recruitment of Political Activists”, American Political Science Review, 93, 1, pp. 153-168.

Carr S. C., MacLachlan M., “Actors, Observers, and Attributions for Third-World Poverty : Contrasting Perspectives from Malawi and Australia”, Journal of Social Psychology, 138, pp. 189-202.

Castells M., La société en réseau. Le pouvoir de l’identité, Tome II, Paris, Desclée de Brouwer.

Curtis J. E., Baer D. E., Grabb E. G., “Voluntary Association Membership in Fifteen Countries : A Compa­rative Analysis”, American Sociological Review, 57, 2, pp. 139-157.

Curtis J. E., Baer D. E., Grabb E. G., 2001, “Nations of Joiners : Explaining Voluntary Association Membership in Democratic Societies”, American Sociological Review, 66, 1, pp. 783-805.

Dubar C., La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, Paris, PUF.

Dubet F., Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil.

Esping-Andersen G., Les trois mondes de l’État-providence. Essai sur le capitalisme mo­derne, Paris, PUF.

Fillieule O., “Post scriptum : propositions pour une analyse processuelle de l’enga­gement individuel”, Revue française de science politique, 51, 1-2, pp. 199-218.

Fillieule O., Broqua Ch., “Raisons d’agir et proximité à la maladie dans l’économie de l’engagement à Aides, 1984-1998”, in Micoud A., Péroni M., Ce qui nous relie, La tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, pp. 283-315.

Freeman R., “Working for Nothing : The Supply of Voluteer Labor”, Journal of Labor Economics, 15, pp. 140-157.

Gamson W., Mogliani A., “Media Discourse and Public Opinion on Nuclear Power : Construct­ionist Approach”, American Journal of Sociology, 54, 1, pp. 1-37.

Gaxie D., “Appréhensions du politique et mobilisations des expériences sociales”, Revue Française de science politique, 52, 2-3, pp. 145-178.

Halba B., Le Net M., Bénévolat et volontariat dans la vie sociale, économique et politique, Paris, La Documentation française.

Hassenteufel P., “Pratiques représentatives et construction identitaire. Une approche des coordinations”, Revue française de science politique, 41, 1, pp. 5-27.

HÉran F., “Un monde sélectif : les associations”, Économie et statistique, n° 208, pp. 17-31.

HÉran F., 1988, “Au cœur du réseau associatif : les multi-adhérents”, Économie et statistique, n° 208, pp. 33-43.

Hooghe M., “Culturele en maatschappelijke kenmerken en het participatieniveau van de Vlaamse bevolking. En analyse van cross sectionele data”, in Hooghe M., Sociaal kapitaal en democratie. Verenigingsleven, sociaal kapitaal en politieke cultuur, Leuven, Acco, Réed., pp. 113-145.

Inglehart R., The silent revolution, Princeton (NJ), University Press.

Inglehart R., 1997, Modernization and Postmodernization. Cultural, Economic and Political Change in 43 Societies, Princeton (NJ), University Press.

Ion J., La fin des militants ?, Paris, Éditions de l’atelier, Enjeux de société.

Jaspers J., Poulsen J., “Recruiting Strangers and Friends : Moral Shocks and Social Networks in Animal Rights and Anti-Nuclear Protests”, Social problems, 42, 4, pp. 493-512.

Kitschelt H., “Political Opportunity Structures and Political Protest : Antinuclear Movements in Four Democracies”, British Journal of Political Science, 16, pp. 57-85.

Klage H., “Die Deutschen- ein Volk von Ehrenämtler ? Ergebnisse einer bundes­weiten Studie”, Forschungsjournal Neue Soziale Bewegungen, 13, 2, pp. 33-47.

Klandermans B., Oegema D., “Potentials, Networks and Barriers : Steps Towards Participation in Social Movements”, American Sociological Review, 52, 4, pp. 519-531.

Klandermans B., Oegema D., 1994, “Why Social Movement Sympathizers don’t Participate : Erosion and Nonconversion of Support”, American Sociological Review, 59, 5, pp. 703-722.

Knoke D., “Commitment and Detachment in Voluntary Associations”, American Sociological Review, 46, 2, pp. 141-158.

Maloney W. A., Jordan G., “The Rise of Protest Businesses in Britain”, inDeth J. W. (van), Ed., Private Groups and Public Life, London, Routledge.

Mathieu L., “Rapport au politique, dimensions cognitives et perspectives pragma­tiques dans l’analyse des mouvements sociaux”, Revue Française de Science Politique, 52, 1, pp. 75-100.

McAdam D., “The Biographical Consequences of Activism”, American Journal of Sociology, 54, 4, pp. 744-760.

McAdam D., Paulsen R., “Specifying the Relationship Between Social Ties and Activism”, American Journal of Sociology, 99, 3, pp. 640-667.

McCarthy J. D., Zald M. N., “Resource Mobilization and Social Movements : A Partial Theory”, inMcCarthy J. D., Zald M. N., eds., Social Movements in an Organizational Society, New Brunswick, Transaction Books, pp. 15-42.

McPherson J., Rotolo T., “Diversity and Change in Voluntary Groups”, American Sociological Review, 61, 2, pp. 179-202.

Meister A., La participation dans les associations, Paris, Les éditions ouvrières.

Nuscheler F., Christliche Dritte-Welt-Gruppen. Praxis und Selbstverständnis, Mainz, Matthias-Grünewald-Verlag.

Ollitrault S., “Les écologistes français, des experts en action”, Revue Française de science politique, 51, 1-2, pp. 105-130.

Omoto A., Snyder M., “Volunteers and their Motivations : Theoretical Issues and Practical Concerns”, Non-profit management and leadership, 4, pp. 157-176.

Passy F., .L’action altruiste. Contraintes et opportunités de l’engagement dans les mouvements sociaux, Genève/Paris, Droz.

Passy F., 2002, “Social Networks Matter. But How ? ”, inDiani M., McAdam D., Social Movements Analysis : The network perspective, Oxford, Oxford University Press.

Pescosolido B. A., Rubin B. A., “The Web of Group Affiliations Revisited, Social Life, Postmodernism, and Sociology”, American Sociological Review, 65, 1, pp. 52-76.

Putnam R. D., “Le déclin du capital social aux États-Unis”, Lien social et politiques, 41, pp. 13-22.

Radley A., Kennedy M., “Charitable Giving by Individuals : A Study of Attitudes and Practice”, Human Relations, 40, pp. 685-709.

Rotolo Th., “A Time to Join, a Time to Quit : The Influence of Life Cycle Transi­tions on Voluntary Association Membership”, Social Forces, 78, 3, pp. 1133-1161.

Rosenbladt B., Pico S., Freiwilligenarbeit, ehrenamtliche Tätigkeit und bürgerliches Enga­gement. Repräsentative Erhebung 1999 - Überblick über die Ergebnisse, München.

Salamon L. M., Anheier H. K., “Social Origins of Civil Society : Explaining the Nonprofit Sector Cross-nationally”, Voluntas, 9, 3, pp. 213-248.

Schervich P. G., Havens J. J., “Social Participation and Charitable Giving : A Multivariate Analysis”, Voluntas, 8, 3, pp. 235-260.

Schofer E., Fourcade-Gourinchas M., “The Structural Contexts of Civic Engagement : Voluntary Association Membership in Comparative Perspective”, American Sociological Review, 66, 6, pp. 806-828.

Schulze G., Die Erlebnissgesellschaft, Kultursoziologie der Gegenwart, Frankfurt und New-York, Campus Verlag.

Schulze G., 1994, “Jenseits der Erlebnissgesellschaft. Zur neuen Definition von Solid­arität”, Gewerkschaftliche Monatshefte, 45, pp. 337-343.

Searle-Chatterjee M., “Occupation, Biography and New Social Movements”, The Sociolo­gical Review, 47, 2, pp. 258-279.

SimÉant J., La cause des sans-papiers, Paris, Presses de Sciences Po.

SimÉant J., 2001“Entrer, rester en humanitaire : des fondateurs de MSF aux membres actuels des ONG médicales françaises”, Revue française de science politique, vol 51, 1-2, pp. 47-74.

Smith D.H., “Determinants of Voluntary Associations Participation and Volun­teering : A Literature Review”, Non-Profit and Voluntary Sector Quarterly, 23, 3, pp. 243-263.

Snow D. A., Rochford E. B. Jr., Worden S. K., Benford R. D., “Frame Alignment Processes, Micromobilization, and Movement Participation”, American Sociological Review, 51, 4, pp. 464-481.

Stangherlin g., Une approche multidimensionnelle et processuelle de l’engagement pour l’autre lointain, Thèse de doctorat en sociologie, Université de Liège.

Stangherlin g., 2005, Les acteurs des ONG. L’engagement pour l’autre lointain, Paris, L’Harmattan, (Logiques politiques).

Stubbings P., Humble S., “Voluntary Work, Unemployment and the Labour Market in Britain”, in Policy Studies Institute, Voluntary Work and Unemployment. Study in the Countries of the European Communities, London, Policy Studies Institute, pp. 1-63.

Sundeen R., Raskoff S., “Volunteering Among Teenagers in the United States”, Non Profit And Voluntary Sector Quarterly, 23, 4, pp. 383-403.

Thome H., “Soziologie und Solidarität. Theoretische Perspektiven für die empirische Forschung”, inBayertz K., Hrsg., Solidarität. Begriff und Problem, Frankfurt am Main, (Suhrkamp Taschenbuch Wissenschaft 1364), pp. 217-262.

Wilson J., “Volunteering”, Annual Review of Sociology, 26, pp. 215-240.

Wilson J., Musick M., “Who Cares ? Toward an Integrated Theory of Volunteer Work”, American Sociological Review, 62, 5, pp. 694-713.

Wilson J., Musick M., 1997, “Work and Volunteering the Long Arm of the Job”, Social Forces, 76, pp. 251-272.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gregor Stangherlin, « L’approche biographique de l’engagement public dans la modernité avancée », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-1 | 2006, 143-158.

Référence électronique

Gregor Stangherlin, « L’approche biographique de l’engagement public dans la modernité avancée », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-1 | 2006, mis en ligne le 18 mars 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/616 ; DOI : 10.4000/rsa.616

Haut de page

Auteur

Gregor Stangherlin

Université de Liège, Institut des sciences humaines et sociales, Sociologie du développement, BAT. B31, 7 Boulevard du Rectorat, B 4000 Liège

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org