Navigation – Plan du site
À propos de livres

Alternatives Sud, “L’offensive des marchés sur l’université. Points de vue du Sud”

Louvain-la-Neuve, Centre Tricontinental/Paris, Budapest, Torino, L’Harmattan, vol. X, 2003, 3, 167p.
Jean-Émile Charlier
p. 166-167

Texte intégral

1Un nouvel ordre mondial de l’enseignement supérieur est de toute évidence en gestation, le processus de Bologne en est une manifestation parmi beaucoup d’autres. Les analyses de ce phénomène restent trop rares, l’initiative d’Alternatives Sud arrive donc à point nommé.

2 Le numéro est introduit par N. Hirtt, dont les thèses sur l’influence que la table ronde des industriels (ERT) exerce sur l’évolution de nos systèmes éducatifs sont connues. Dans son éditorial fort bien documenté, il dresse le tableau des facteurs struc­turels qui font courir à l’enseignement supérieur le risque d’une privatisation mar­chan­de. Selon lui, la nouvelle éco­nomie crée deux types d’emplois, les uns très qua­lifiés, les autres pas du tout, ce qui réduit la nécessité de renforcer ou de prolonger la forma­tion initiale de toute la population. Les pro­portions des générations qui s’inscrivent à l’université ont tendance à baisser, le diplô­me initial a désormais moins d’im­portance que la capacité du travailleur à se former tout au long de sa vie pour rester adaptable et flexible. Des pays anglo-saxons remplacent les bour­ses d’études par des prêts, justi­fiant le fait au nom de l’équité. Les universités tradition­nelles subissent la concur­rence de l’enseignement transnational franchisé, des universités d’en­tre­prises, qui sont déjà 1600 de par le monde et des universités virtuelles. Si les tendances qui ti­rent l’ensei­gnement supérieur vers la marchandisation sont lourdes, Hirtt ne considère pas qu’elles sont irrésistibles : l’évolution sera le produit des affrontements entre les mou­vements qui la constitueront en enjeu de leurs luttes.

3 Le diagnostic proposé par Hirtt est confirmé par Saxe-Fernandez, qui montre com­ment la Banque mondiale promeut une conception de l’éducation qui en fait un bien privé dont les problèmes ne peuvent être résolus que par des solutions de marché. Para­meswaran illustre à quel point ces solutions peuvent s’avérer déstructurantes : leur ap­plication dans l’État du Ke­rala, dans le Sud-Ouest de l’Inde, limite l’accès à l’en­seignement privé supérieur aux mieux nantis et contribue à l’effondrement de l’ensei­gnement public. Éla montre que le caractère apparemment universel des remèdes qui sont appliqués aux universités ne fait que les éloigner davantage des préoccupations de ceux qu’elles devraient servir. Lander s’irrite de la passivité des sciences sociales dans pareil contexte. Elles tendent à naturaliser le processus de transformation du monde en le désignant sous le vocable de globalisation, elles oublient que le libre marché est une création de l’État qui ne peut subsister sans sa protection, elles négligent d’étudier le pouvoir et la dimension historique des phénomènes qu’elles décrivent. Elles cessent de poser les questions essentielles, mais complexes, de la redistribution de la ri­chesse et de l’accès aux ressources quand leur attention se concentre sur la société civile, ce lieu mythique exempt de conflits qui produirait toutes les légitimités nouvelles.

4 Martinez pose le problème de la place des savoirs indigènes dans une culture uni­ver­sitaire et un enseignement supérieur qui se mondialisent. Le rapport au monde déve­lop­pé par les peuples premiers ne s’arrête pas à la conscience rationnelle, il permet l’ou­verture à l’ex­périence de la réalité totale. Ce mode de connaissance fait indu­bita­ble­ment partie du patri­moine de l’humanité et, à ce titre, devrait trouver les manières d’être transmis par les ins­titutions d’enseignement supérieur. La même question est posée en creux par Amougou, qui exhorte les universités africaines à produire un savoir endo­gène, tant dans les sciences so­ciales, où des catégories d’analyse adaptées aux envi­ronnements sont d’une nécessité urgen­te, que dans les sciences exactes, dont les énon­cés universels exigent malgré tout un travail d’appropriation locale. Elles ne pour­ront toutefois le faire que si elles sont soutenues par un projet politique africain cohé­rent et par des solidarités internationales qui tardent à se manifester en cette matière. Angula fait chorus : l’enjeu est de fournir à ces étu­diants, qui sont de plus en plus nombreux dans les universités, les éléments d’une identité africaine fière.

5 Cette livraison d’Alternatives Sud aborde des questions dont l’importance théorique et pratique est difficilement contestable. Elle le fait au départ d’une position critique clairement revendiquée. L’ambition dénonciatrice, plus indispensable que jamais en ces temps où la posture critique n’est malheureusement plus guère revendiquée, est plei­ne­ment réalisée. Les chantiers ouverts attendent maintenant leurs grands entre­preneurs. Pour n’en donner qu’un exemple, dès lors qu’il a été démontré, comme ce fut le cas dans ces pages, que les savoirs indigènes méritent un respect total et leur ins­cription sans aucune réserve dans les savoirs humains, il s’agit désormais de trouver les critères qui permettront de les valider, puis de les classer pour déterminer ceux qui de­vront être transmis par priorité. De la même manière, l’appel pleinement convaincant à la produc­tion de savoirs endogènes résonnerait dans le vide s’il ne débouchait pas rapide­ment sur des propositions pratiques et épistémologiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Émile Charlier, « Alternatives Sud, “L’offensive des marchés sur l’université. Points de vue du Sud” », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-1 | 2006, 166-167.

Référence électronique

Jean-Émile Charlier, « Alternatives Sud, “L’offensive des marchés sur l’université. Points de vue du Sud” », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-1 | 2006, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/621

Haut de page

Auteur

Jean-Émile Charlier

Facultés universitaires catholiques de Mons

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org