Navigation – Plan du site
À propos de livres

Candau Joël, Anthropologie de la mémoire

Paris, Armand Colin, 2005, Coll. Cursus Sociologie, 208 p.
Régis Malige
p. 167-168

Texte intégral

1 Les sociétés contemporaines ne vivent plus uniquement dans l’instant et se défont de l’emprise du présent. Elles sont habitées par un “mnémotropisme” franc et massif qui interpelle bon nombre d’auteurs, et l’abondance des publications, croisant d’ail­leurs plusieurs regards disciplinaires, montre le réel engouement pour le sujet. Les ré­férences à Mnémosyne, aux origines des fonctions mnésiques ou bien encore aux formes partagées du souvenir et de l’oubli structurent cette Anthropologie de la mé­moire, dont Joël Candau, professeur à l’université de Nice Sophia-Antipolis, nous en­tretient en quelque deux cents pages, deux parties et sept chapitres.

2 Coulé dans une perspective didactique et cognitiviste, l’ouvrage aborde, dans un premier temps, les bases du processus mémoriel. Quand certains lecteurs seront dé­routés par une terminologie précise, nécessairement empruntée à la médecine, pour ren­dre compte des fondements anatomiques et biologiques, d’autres saisiront surtout le rô­le essentiel de notre cerveau dans sa capacité de reproduction environnementale et d’an­crage culturel. La psy­chanalyse, notamment les thèses freudiennes, et la psycho­logie apportent leur pierre à l’édi­fice. En témoignent les travaux de Ribot qui introduisent une donnée capitale dans l’analyse, l’oubli, et ceux de Tulving modélisant l’organisation de la mémoire en systèmes (procédural, perceptif, sémantique, épisodique ou de tra­vail). Les contributions d’ordre mythique ouvrent de nouveaux horizons. Les formes anciennes de la mémoire, présentes chez les auteurs de la Grèce antique (Homère, Pin­dare, Platon…), libératrices de l’homme à l’égard de sa condi­tion mortelle, s’opposent au courant aristotélicien, plus moderne, où l’individu se soumet au temps qui passe et l’oblige à en construire des représentations. Les approches philosophi­ques viennent clore cette première partie en interrogeant des thématiques importantes ayant trait au côté volontaire ou involontaire du souvenir, au rapport de celui-ci avec l’événement, ou encore aux notions de temps et de durée (Bergson, Bachelard, Kant).

3 Avec le souvenir et l’oubli (deuxième partie), nous entrons de plain-pied dans le champ de la recherche anthropologique consacré aux usages sociaux et culturels du passé. Si jadis l’homme utilisait ses ressources mentales et des mnémotechnies particu­lières pour se souvenir (repères visuels et associatifs des lieux et des images, notam­ment), d’autres supports sont venus combler les insuffisances. Suivant les sociétés, tradi­tionnelles ou modernes, on citera le langage, la littérature orale et l’écriture, ou encore la mesure du temps et les nouvelles tech­nologies («systèmes artificiels à mé­moire», selon D’Errico). Cette extériorisation de la pensée souffre toutefois de quel­ques discrédits : crainte d’une involution certaine de la mémoire, per­turbation du lien social, prédominance de l’immédiat “institutionnalisant” l’oubli… Par ail­leurs, les rap­ports particulièrement complexes entre histoire et mémoire méritent d’être souli­gnés. Si toutes deux sont des reflets du passé, la première tend à s’en éloigner en re­traçant la vé­rité, la seconde à s’en rapprocher en ne retenant que la probabilité des faits. Cepen­dant, à bien des égards, Mnémosyne et Clio ne peuvent s’ignorer et se rejoignent en pratique dans cette idée floue, mais commode, de mémoire collective, mise en évi­dence par Mau­rice Halb­wachs.

4 Les notions de cadres sociaux et de sociotransmetteurs prolongent le raisonnement et permettent d’appréhender la manière dont les souvenirs personnels s’identifient à un groupe d’appartenance ou à une société tout entière pour produire une image commune du passé. Ces processus accréditent l’idée d’une mémoire partagée, dont on retiendra deux formes opposées : la protomémoire, plutôt répétitrice (allusion à l’habitus de Bourdieu), et la métamémoire, plus revendiquée et fondatrice de l’identité individuelle. En outre, des individus peuvent s’affronter pour défendre leurs mémoires respectives dans le but de faire “triompher” l’une d’elles (conflit de mémoire), ou pour valoriser un point particulier d’une vérité historique non réellement contestée (conflit autour de la mémoire). Le débat porte alors sur la nature in­trinsèque de l’événement ou sur la façon d’en saisir la signification, et se solde par l’émer­gence d’une mémoire consen­suelle, ren­due publique et officialisée. On notera enfin l’exis­tence et le rôle de mé­moires manipu­lées dans l’apparition et la persistance des régimes tota­litaires, notam­ment au XXe siècle.

5 L’ouvrage se termine par l’évocation de quelques grands chantiers, caractéristiques de l’énorme vitalité de la discipline. La mémoire est mise en relation avec le sentiment identitaire, la recherche des critères, modalités et effets de la patrimonialisation, les lieux, monuments et musées, l’oralité et les récits de vie, les mœurs, rites ou traditions, la création artistique, la transmission culturelle…

6 Des index, des encadrés, un excellent glossaire, une bibliographie judicieuse, des il­lus­trations factuelles riches et précises complètent cette publication à fort pouvoir heu­ristique. Un livre impressionnant, dont on se souviendra et qui, sans nul doute, restera gravé dans nos “mémoires”.     

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Malige, « Candau Joël, Anthropologie de la mémoire », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-1 | 2006, 167-168.

Référence électronique

Régis Malige, « Candau Joël, Anthropologie de la mémoire », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-1 | 2006, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 24 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/623

Haut de page

Auteur

Régis Malige

Université de Poitiers (LARESCO-ICOTEM)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org