Navigation – Plan du site
À propos de livres

Études marxistes, “Le vieillissement. Vivre plus longtemps : catastrophe ou bienfait ? ”

2005, n° 69-70, 190 p.
Thibauld Moulaert
p. 169-171

Texte intégral

  • 1  Site de l’INEM, http://www.marx.be/fr, visité le 2 janvier 2006.
  • 2  De Swert G., 50 mensonges sur la fin de carrière, Bruxelles, Luc Pire, 2005.

1Éditée par l’Institut d’Études marxistes (INEM), la revue Études marxistes se donne comme mission « d’analyser le monde contemporain au moyen de la méthode marxis­te » 1. Dans cet esprit, le double numéro de printemps se présente comme un ou­til « dans le combat pour la défense du droit à un repos digne après une longue et dure vie de tra­vail ». Tout au long de ces pages, nous assistons à un réquisitoire contre la ma­nière dont le débat sur la fin de carrière s’envisage aujourd’hui en Belgique dans la lignée de la Stratégie Européenne pour l’Emploi inaugurée à Lisbonne. De ce point de vue, un tel ouvrage alimente les débats publics de manière utile en proposant une lecture criti­que, comme l’ont par ailleurs fait le responsable du service d’études de la CSC, Gilbert De Swert dans son ouvrage 50 mensonges sur la fin de carrière 2 ou des chercheurs comme Corinne Gobin, Bernard Friot ou encore Michel Lo­riaux dans les Cahiers Marxistes de juillet-août 2005.

  • 3  En d’autres termes, l’augmentation des taux d’emploi pourrait se traduire par un déplacement des i (...)

2 À la manière de ces ouvrages qui proposent une vision décalée des débats sur le vieil­lissement, ce texte pose lui aussi des questions intéressantes et met en avant cer­tains points aveugles ou présentés comme autant d’évidences. Le débat ne met-il pas à mal le système des pensions en évoluant d’un premier pilier fort vers trois piliers affai­blis ? Les discours alarmistes sur la fin de carrière ne négligent-ils pas des enjeux so­ciaux tels que la redis­tribution de la richesse produite ou la manière de financer la sécurité socia­le ? Pourquoi ne pas faire intervenir davantage le capital ? L’apparente évidence d’une action sur le taux d’emploi n’est-elle pas un moyen de mettre en con­currence la main-d’œuvre à l’emploi avec une plus grande “armée de réserve” 3 ? Com­ment l’État social actif compte-t-il créer de l’emploi ? Qui va payer le coût supplé­mentaire du vieillisse­ment ?

  • 4  Comité d’Étude sur le Vieillissement, Rapport annuel, avril 2004, Bruxelles, Conseil supérieur des (...)

3 Poser de bonnes questions n’est pas tout : encore faut-il pouvoir argumenter et jus­tifier son raisonnement à partir de données précises. Or, nous ne retrouvons pas dans ce texte la rigueur scientifique et le niveau de qualité que l’on trouvait dans les deux travaux précités. Les sources des tableaux sont rarement citées et les références man­quent dans l’organisation du texte. Dans le premier chapitre, l’A. s’inspire, par exem­ple, du texte et des arguments de Gilbert De Swert sans jamais le nommer, de même qu’il introduit une simulation du Comité d’Étude sur le Vieillissement sans signaler qu’elle avait un caractère purement technique 4. La description des faits se mélange avec les revendications politiques (celles du PTB, le Parti du Travail de Belgique, en l’occur­rence). Nous n’avons rien contre l’articulation de l’analyse scientifique et des position­nements politiques, à condition qu’elle soit logiquement argumentée et fondée. Ensuite la prépension est assimilée à la pension comme un droit acquis de la sécurité sociale sans voir que la première reste d’abord un outil de politique de l’emploi (dont on peut ou non critiquer le fonctionnement et l’efficience).

4 De manière générale, les articles restent enfermés dans une vision manichéenne de la réalité qui conduit à des énoncés caricaturaux, exagérés ou dont la validité n’est pas ar­gumentée : « Si un mouvement se met en branle afin de leur [les habitants les plus riches de ce pays] faire rembourser ce vol par un impôt sur les grosses fortunes, il n’y aura pas le moindre problème de financement du vieillissement » (p.8), « Le seul risque auquel s’exposent les pensions publiques réside dans leur démantèlement systématique par les autorités » (p.54), « L’américanisation de l’économie peut créer temporairement des emplois, mais des emplois à bas salaire. […] Telle est la voie dictée par l’Union eu­ropéenne » (p.99), « Pour les plus âgés, l’ “État social actif” signifie : rester dis­ponibles pour le marché de l’emploi jusqu’à ce qu’on en tombe mort » (p.114).

5 Les deux derniers articles apportent “la” solution à la problématique du vieillisse­ment. « Au lieu d’une CSG qui fait également saigner la population laborieuse, on ferait mieux de lever un impôt qui ne toucherait que les plus riches » (p.153). De notre point de vue, cette proposition qui détruit au passage les propositions syndicales de CSG (cotisation sociale généralisée) a le mérite de poser la question de la répartition des ri­chesses, mais demeure utopique en tant que réponse au vieillissement. Cette énième solution miracle illustre la difficulté de “penser à côté” le débat sur la fin de carrière, remarque valable pour l’ensemble des travaux de ce gen­re. Un peu comme si la cri­tique consommait tant d’efforts à démonter les arguments en fa­veur d’une prolongation des carrières qu’elle ne parvenait plus à produire des alternatives crédibles. Si l’on souhaite avancer dans un débat de société sur la fin de carrière, il est certes utile de dé­velopper des analyses critiques (en ce sens, ce numéro est pertinent), mais à la con­dition de res­ter nuancé. En admettant par exemple que si, jusqu’à présent, l’ensemble des acteurs sociaux a trouvé un intérêt aux sorties anticipées, dans le cadre d’un chan­gement ou d’une évolution de politique, ceux-ci sont tous appelés à “jouer le jeu”. Demain, l’en­treprise s’engagera-t-elle dans le maintien de ses travailleurs âgés ? Les syndicats par­viendront-ils à amener des solutions coordonnées ? L’État a-t-il le projet de créer de l’em­ploi ? Les tra­vail­leurs accepteront-ils de continuer ?

6 Bref un ouvrage utile par la vision critique qu’il propose des débats sur la fin de carrière, mais dont le contenu manque de nuance et de rigueur scientifique. Ce qui joue, in fine, en sa défaveur.

Haut de page

Notes

1  Site de l’INEM, http://www.marx.be/fr, visité le 2 janvier 2006.

2  De Swert G., 50 mensonges sur la fin de carrière, Bruxelles, Luc Pire, 2005.

3  En d’autres termes, l’augmentation des taux d’emploi pourrait se traduire par un déplacement des indi­vidus de l’inactivité vers le chômage mais non vers l’emploi.

4  Comité d’Étude sur le Vieillissement, Rapport annuel, avril 2004, Bruxelles, Conseil supérieur des Finances, p. 25.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thibauld Moulaert, « Études marxistes, “Le vieillissement. Vivre plus longtemps : catastrophe ou bienfait ? ” », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-1 | 2006, 169-171.

Référence électronique

Thibauld Moulaert, « Études marxistes, “Le vieillissement. Vivre plus longtemps : catastrophe ou bienfait ? ” », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-1 | 2006, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/625

Haut de page

Auteur

Thibauld Moulaert

UCL, Institut des sciences du travail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org