Navigation – Plan du site
À propos de livres

Mertens André, Une aventure urbanistique

Louvain la Neuve, Fondation Woitrin/Paris, L’Harmattan, 2002, 208 p.
Xavier Leloup
p. 178-180

Texte intégral

1L’objectif de l’ouvrage est de produire un effort de réflexion et de synthèse en vue de conserver les acquis d’une expérience “atypique”, celle de Louvain-la-Neuve, rare exemple de création d’une ville nouvelle par une autorité d’enseignement privé (l’Uni­versité catholique de Louvain), construite en réaction à des événements politiques particuliers. L’intention était de créer un environnement propice à une université en évitant de l’isoler du reste de la société. Il fallait aussi mettre à disposition des biens immobiliers, dont la demande était faible à l’époque, pour une population a priori peu fortunée. Les défis ont dès lors été nombreux pour penser et réaliser une ville répon­dant à ces conditions et paramètres, une fois acquise la certitude que l’installation de l’université ne pouvait se faire sur un site existant, les raisons de cette décision initiale étant ici peu discutées.

2 Pour relever les acquis de ce projet atypique, l’A. propose de limiter son analyse à l’urbanisme entendu dans le sens restrictif de “perception de l’espace urbain”, appelé aussi « art urbain » (p.83). Cette conception de l’urbanisme s’intéresse surtout à l’as­pect visuel et esthétique de la forme urbaine, dont la clé de compréhension serait le rap­port entre les vides et les pleins : les rues et les places d’une part, et les bâtiments de l’autre (p.84). La définition de l’urbanisme ainsi sommairement tracée définit également une pratique urbanistique qui consiste à disposer de multiples bâtiments d’une manière supposée harmonieuse (p.39). C’est l’exercice de cette pratique qui sem­ble avoir servi de guide lors de la première phase du projet, l’ouvrage s’intéressant prin­cipalement à cette période (de la fin des années 1960 au début 1990).

3 Il s’agit d’abord de reconnaître avec l’A. le poids des premiers concepteurs dans l’élaboration du projet initial. Il est possible de parler à leur propos de “fondateurs”, dont le charisme et la conviction semblaient l’emporter sur les compétences et qualifi­cations techniques. Face aux nombreux défis que comprenait le projet (et qui font l’ob­jet de la première partie du livre, la seconde s’attachant à en décrire les éléments urba­nistiques et architecturaux), l’équipe des fondateurs va adopter, selon les propos re­cueillis auprès de Michel Woitrin, une attitude « expérimentale » marquée par le prag­ma­tisme et l’acquisition des méthodes et compétences au fur et à mesure des besoins et des opportunités (p.18). Il n’y avait donc au départ ni doctrine, ni méthodologie, ni stratégie, mais quelques grandes orientations qui auront été débattues et discutées tout au long d’un processus, décrit par Jean Remy, comme une transaction entre un pragma­tisme, relié aux besoins du contexte contemporain, et une vision du but à atteindre, celle d’une ville à taille humaine inspirée par la figure de la ville “traditionnelle”, pour l’es­sentiel médiévale.

4 Une première tentative pour répondre à ces orientations, élaborée par le cabinet d’architecte américain V. Gruen, comportant de grandes fonctions souterraines et des gratte-ciel, entraînera de nombreuses réactions négatives au sein de la communauté uni­versitaire, dont celles de François Houtart et de Jean Remy qui en soulignent le carac­tère anachronique par rapport à la tradition urbaine européenne. Ils proposent au con­traire l’enchevêtrement des fonctions pour accentuer les effets conjoints qu’elles pro­duisent. Le débat autour de ce premier projet semble bien avoir alors constitué le mo­ment d’émergence du modèle finalement retenu : celui d’une ville où s’imbriquent les fonctions, dont les quartiers sont orientés vers le centre, qui permet la souplesse tout en prévoyant un usage continu de l’espace et, enfin, un campus non continu pour y en­tremêler les zones de vie sociale. Du côté urbanistique, ce débat semble également avoir fixé quelques-unes des solutions retenues, dont la dissociation des circulations piétonne et automobile, la création d’une dalle centrale réservée aux piétons en surface et com­portant des fonctions en sous-sol, l’accessibilité du site par le transport en com­mun et la réalisation d’une voirie périphérique, la volonté de renouer, sous l’impulsion de Ray­mond Lemaire, avec les leçons de bon aménagement et de dimension humaine qu’il est possible de tirer de la ville ancienne.

5 Les acquis de cette expérience ne font cependant pas l’objet d’une présentation sys­tématique, mais sont ébauchés tout au long de l’ouvrage. Le principal acquis aura sans doute été la création d’espaces empreints de convivialité, d’humanité et de diver­sité, avec relativement peu de moyens (p.73). Un autre acquis de l’expérience sera d’avoir permis la participation d’un grand nombre de petits promoteurs au dévelop­pement de la ville, entraînant la diversification des projets et des constructions. Enfin, la conduite du projet aura donné lieu à de nombreuses innovations techniques et juri­diques (principalement reprises dans la deuxième partie du livre), la maîtrise de l’œuvre par un seul acteur, jouant le rôle d’ « opérateur synthétique » pour reprendre les mots de Jean Remy, permettant de les articuler dans une démarche intégrée de développement urbain.

6 Si l’ouvrage retient de l’urbanisme une conception surtout visuelle et esthétique, sur laquelle il apporte quelques développements intéressants même s’ils se retrouvent souvent dispersés dans un plan d’exposition qui aurait gagné à être plus clair et plus systématique, il nous semble qu’il aurait également été judicieux d’insérer certaines données statistiques pour étayer quelques affirmations, entre autres sur la diversité des logements et des populations. La relation que l’A. envisage, à plusieurs reprises, entre la culture d’une société et l’occupation qu’elle ferait du territoire paraît également peu pertinente pour le propos. Em­pruntant la voie de la comparaison entre la Belgique et les Pays-Bas, l’A. regrette ainsi à plu­sieurs occasions le manque de sens communau­taire et l’insoumission aux règles qui caracté­riseraient la « culture » de ses compatriotes, plus enclins à un individualisme dont l’architecture donnerait une version peu concluan­te. Louvain-la-Neuve aurait ainsi rompu avec cette “culture”, entre autres par la créa­tion d’un style, souvent décrié, mais qui se serait peu à peu imposé aux archi­tectes en raison des conditions socio-économiques d’ensemble - l’urgence du dé­ménagement et l’impécuniosité estudiantine ­­- et par l’exercice d’un pouvoir efficace et favorable à la communauté, celui d’un acteur privé unique. En un mot, c’est essen­tiellement dans un ensemble cohérent, empreint de modestie, creuset d’une com­munauté ouverte qui vit sa vie et sa ville, que résiderait la réussite du projet pour l’A. (p.199), lequel révèle au passage l’admiration qu’il éprouve pour ses concepteurs, empreints de dévouement et de compétence (p.201), et une nostalgie pour la première phase d’un projet auquel il a pris part, alors que les transformations actuelles feraient de Louvain-la-Neuve une ville « normale » dont l’ « âme » serait en péril. Il reste qu’un des objectifs des concepteurs de la ville nouvelle était précisément de construire une ville “normale”, le but recherché étant d’éviter que l’université ne se retrouve isolée de la société civile à laquelle elle appartient. Cette question n’est ici qu’ébauchée et méri­terait d’être approfondie, tout comme il serait bon de produire un inventaire systé­matique des textes, outils et innovations, élaborés par les acteurs du projet, souvent cités ici en ordre dispersé et sans que le lecteur puisse s’orienter dans la documentation existante. La constitution d’une mémoire collective, un des objectifs du livre, est pourtant à ce prix si l’on veut qu’elle puisse un jour servir efficacement l’analyse histo­rique, sociologique et urbanis­tique du projet, atypique et unique pour la société belge, qu’aura été la construction d’une ville nouvelle par une autorité privée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Leloup, « Mertens André, Une aventure urbanistique », Recherches sociologiques et anthropologiques, 37-1 | 2006, 178-180.

Référence électronique

Xavier Leloup, « Mertens André, Une aventure urbanistique », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 37-1 | 2006, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 24 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/631

Haut de page

Auteur

Xavier Leloup

INRS - Urbanisation, Culture et Société, Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org