Navigation – Plan du site

Les conditions épistémologiques à l’élaboration d’une sociologie du travail social

Epistemological Conditions for the Development of a Sociology of Social Work
Jean-Yves Dartiguenave et Jean-François Garnier
p. 77-95

Résumés

Cet article a pour objet de lever les obstacles épistémologiques à une appréhension des fondements anthropologiques du travail social. Trois principaux obstacles sont ici étudiés. Le déni, par la perspective critique, d’une quelconque autonomie du travail social, le piège de l’historicisme qui ne concerne plus la question de l’autonomie politique, mais celle de l’autonomie des processus explicatifsrendant compte de sa spécificité, la méfiance, voire le refus à l’égard de modèles explicatifs préétablis et l’opposition entre l’individuel et le collectif, redoublant celle de la subjectivité et de l’objectivité. L’analyse débouche sur de nouveaux enjeux épistémologiques. Ceux-ci concernent les conditions à réunir pour élaborer une sociologie du travail social s’attachant à construire l’identité et l’unité de son objet. Un de ces enjeux se rapporte à la production et au statut du savoir irriguant le champ même du travail social. L’article plaide pour une sociologie clinique qui, au contraire des élaborations déjà en vigueur, dissocie le registre axiologique et le registre proprement sociologique. Cette “sociologie clinique” ne peut faire l’économie d’une “sociologie de la clinique”, c’est-à-dire d’une analyse de l’implication du chercheur dans un objet qu’il contribue lui-même sociologiquement à formaliser.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Pendant longtemps, le travail social fut considéré par les sociologues comme un objet mineur au regard d’autres champs thématiques qui avaient acquis une forte légitimité. Du reste, c’est au travers d’un champ reconnu (celui de la sociologie du travail) qu’il a été en premier lieu abordé. Hors de ce champ, le travail social était tout au plus digne d’une “sociologie appliquée” qui trouvait, là, un des “terrains” propice à son édification, à l’ombre des grandes questions qui agitaient la discipline.

2Sans doute les choses ont-elles changé depuis ces prémices. Le travail social a incontestablement acquis un droit de cité dans la communauté scientifique. Régulièrement, des publications lui sont consacrées, des formations de deuxième et troisième cycles ont vu le jour sur ce champ, de nombreux colloques traitent de ses problématiques, etc. Pour autant, il n’existe pas, à proprement parler, une “sociologie du travail social”, mais plutôt des travaux qui s’emploient à éclairer soit le contexte socio-politique de son exercice au travers d’une sociologie de l’action sociale, ou plus largement des politiques publiques, soit les modalités de son organisation professionnelle par le truchement d’une approche socio-historique ou d’une sociologie du travail et des professions.

3Ce constat tient, selon nous, à des obstacles épistémologiques que nous nous proposons de relever dans cet article pour saisir, a contrario, les conditions de possibilité d’élaboration d’une “sociologie du travail social” dont l’identité et l’unité de l’objet seraient fondées, ouvrant ainsi la réflexion sur de nouveaux enjeux épistémologiques.

4Ainsi, la reconnaissance de l’autonomie proprement politique du travail social, sur laquelle a buté la perspective critique, constitue une première condition essentielle à l’élaboration d’une sociologie relative à cet objet. Les approches interactionniste et socio-historique, dans leur opposition à la perspective précédente, nous aideront ici à poser les jalons de cette autonomie sans laquelle le travail social ne peut accéder au rang d’objet scientifique en tant que tel. Elles nous permettront notamment d’envisager le travail social comme un espace-temps relationnel spécifique, non réductible au contexte sociétal et aux politiques publiques qui, par ailleurs, l’orientent.

5Cependant, si la reconnaissance de l’autonomie politique du travail social constitue une condition nécessaire à la construction scientifique de cet objet, elle n’est pas suffisante. Il reste en effet à établir l’autonomie des processus explicatifs rendant compte précisément de la spécificité de la “dynamique relationnelle” (Filâtre/de Terssac, 2005) du travail social. Ceci revient à interroger les impasses de l’historicisme qui tend à rabattre la causalité sur l’historicité des formes sociales que prend cette “dynamique relationnelle”, s’interdisant ainsi de poser l’autonomie et la généralité d’un principe explicatif. Ceci revient également à questionner les limites du sociologisme qui, par un mono-causalisme qui se méconnaît, réduit l’ap­préhension de l’homme à la seule composante du social.

6Ces impasses nous conduisent à aborder la spécificité du travail social à partir d’un horizon anthropologique qui pose l’exigence d’un modèle d’analyse et d’un dépassement de l’opposition aporétique entre individu et collectif. En lieu et place de cette opposition, elles nous invitent à dissocier, dans le fonctionnement humain, un registre proprement social renvoyant à une capacité à être et à faire société, d’un registre axiologique relevant d’une capacité humaine à ordonner le désir. Nous nous réfèrerons ici à la “théorie de la médiation” élaborée par l’épistémologue Jean Gagnepain (1990, 1992, 1995) qui propose, à partir d’une approche clinique, une dissociation de la rationalité humaine en plusieurs modalités rendant compte, chacune, de la cohérence et de la cohésion des phénomènes qui s’y rapportent.

7C’est par cette dissociation qu’il est possible d’envisager le travail social comme une action de resocialisation et de réactivation de projets auprès de ceux qui se confrontent précisément à des situations de désocialisation et de détresse. Ceci à une condition : que soit reconnu l’écart irréductible qui existe entre cette visée du travail social et sa pratique effective qui rencontre nécessairement de la résistance, à commencer par celle de ceux auxquels il s’adresse. Cette résistance n’emprunte pas, ici, la forme d’une opposition frontale, mais celle d’une duplicité, d’une ruse structurelle, de stratégies de contournement à l’égard des prescriptions institutionnelles et professionnelles (Gruel, 1985 ; Dartiguenave, 2001).

8C’est aussi par cette dissociation que l’on peut s’attacher à l’élaboration, dans le champ du travail social, d’un savoir qui évite les pièges du sociologisme, mais aussi du psychologisme. Ce savoir ne peut, selon nous, avoir droit de cité que s’il s’érige comme un contre-savoir remettant en cause, dans ce champ, la suprématie, voire l’exclusivité des références psychologiques ou psychanalytiques, sans pour autant lui-même céder à un impérialisme épistémologique. La sociologie clinique nous paraît offrir une perspective en ce sens, dès lors toutefois qu’elle limite ses prétentions explicatives tout en interrogeant en permanence ses présupposés par une sociologie de la clinique qui restitue le contexte d’élaboration de ses choix et de ses critères épistémologiques (de Gauléjac/Hanique/Roche, 2007).

9Nous allons ainsi d’abord examiner la façon dont le travail social a été progressivement pensé comme une pratique sociale dotée d’une certaine autonomie politique. Nous allons voir ainsi qu’à l’encontre d’une perspective critique qui assujettit totalement le travail social à une logique unilatérale de la domination, dictée par la configuration d’un rapport de classes, l’interactionnisme symbolique et l’approche socio-historique font valoir respectivement la réversibilité des jeux de pouvoir et la capacité des acteurs sociaux à produire une historicité singulière irréductible à un “sens” de l’histoire.

10En reconnaissant l’irréductibilité du travail social à un ordre de réalité posé en extériorité par rapport à lui, ces approches permettent d’envisager son autonomie du point de vue des processus explicatifs qui le gouvernent. Nous allons précisément nous intéresser, dans un second point, aux obstacles, non plus politiques, mais proprement épistémologiques, qui affectent la construction scientifique de l’objet, c’est-à-dire la délimitation de l’identité et de l’unité du travail social au regard d’une perspective explicative. Cette discussion va nous conduire à proposer quelques pistes de réflexion invitant au dépassement de ces obstacles. Nous envisagerons alors quelques conditions de possibilité pour l’élaboration d’une sociologie du travail social (passage d’une description du phénomène à sa construction raisonnée, nécessité d’un modèle explicatif rendant compte des processus humains qui le gouvernent, rupture avec le paradigme opposant l’individuel et le collectif, dissociation d’un registre proprement social d’un registre proprement axiologique).

11Nous allons montrer néanmoins que cette élaboration d’une sociologie du travail social ne peut être conduite indépendamment de l’état des savoirs irrigant le champ. Celle-ci ne peut, de notre point de vue, prendre place que si elle s’érige comme un “contre-savoir”, c’est-à-dire si elle s’inscrit dans le jeu conflictuel de la délimitation des savoirs en présence. Il s’agit, notamment, de situer cette sociologie du travail social par rapport à la psychologie et à la psychanalyse dans leur prétention explicative légitime, mais aussi vis-à-vis de leur position dominante et parfois exclusive. Nous verrons à cet égard que, pour autant que la sociologie clinique ouvre à une sociologie de la clinique, c’est-à-dire à une interrogation permanente sur les présupposés sur lesquels elle repose, elle ouvre un espace spécifique pour une sociologie du travail social en s’attachant à l’élucidation des processus de désocialisation et de leur traitement qui relèvent de son propre registre explicatif.

II. La reconnaissance de l’autonomie politique du travail social

12Avec le recul historique, on perçoit aujourd’hui combien la perspective critique qui a dominé pendant les années 1970 la plupart des approches relatives au travail social a conduit à ce que soit hypostasiée et réifiée la notion de pouvoir (Esprit, 1972). En confondant cette dernière avec une “logique de domination” absorbant à la manière d’un “trou noir” toute énergie (y compris celle s’y opposant), cette perspective s’est interdit de reconnaître une quelconque autonomie politique au travail social. Conditionné par le jeu d’une normalisation qui tendait à lui dénier toute spécificité, ce dernier était en effet appréhendé à la fois comme le produit et comme le procédé du pouvoir. Dès lors, il n’était guère perçu comme un phénomène digne d’intérêt scientifique. Ce n’est, au mieux, qu’en tant qu’épiphénomène de processus structurels se jouant ailleurs (c’est-à-dire dans la reproduction de rapports sociaux) que le travail social a timidement accédé à une intelligibilité scientifique.

13C’est avec la diffusion de l’interactionnisme symbolique (Goffman, 1974, 1975) que la manière d’apprécier l’intervention sociale et, plus spécifiquement, le travail social, a profité d’une avancée épistémologique. Par le renouvellement de la conception, moins du pouvoir en tant que tel (qui restait assimilé à de la domination), que du rapport au pouvoir, ce courant de pensée a permis d’entrevoir la réversibilité des positions dans le jeu social et, par là, de relativiser la conception substantialiste du pouvoir. L’interactionnisme symbolique a, entre autres, fortement mis en évidence les “mécanismes” de duplicité et de contournement vis-à-vis de toute “logique de domination”, introduisant ainsi à l’explicitation des conduites de “résistance” et d’évitement des “usagers” (Paugam, 2004) à l’égard d’institutions “totales” voire “totalitaires”. Il a ainsi permis de mettre l’accent sur la capacité des acteurs sociaux à élaborer de la distance par rapport à “une logique de domination”, voire à s’en absenter, fût-ce momentanément. Si cette aptitude mise en évidence valait pour les usagers, elle concernait aussi, bien sûr, les travailleurs sociaux eux-mêmes, qui avaient à négocier avec les impératifs et les contraintes des politiques d’action sociale et des procédures les accompagnant. Ainsi, le travail social n’allait plus apparaître comme un simple instrument de domination ou de contrôle s’imposant sans limites aux acteurs sociaux pris dans ses mailles, mais bien comme l’expression d’une interaction mettant en jeu des positions sociales réversibles.

14L’interactionnisme symbolique nous a ainsi introduits à une première condition nécessaire à l’élaboration d’une sociologie du travail social : celui-ci ne peut être pensé comme un objet, en tant que tel, qu’à la condition qu’il ne soit pas assimilé à un simple instrument de contrôle, ou encore, qu’il ne soit pas considéré comme le simple reflet des politiques d’action sociale qui le soutiennent. Il s’agit de reconnaître que le travail social, comme tout travail, est situé «dans des séquences d’intervention possédant leur propre trame» (Filâtre/de Terssac, 2005 :27). 

15On peut dire également avec cet auteur que, «loin de s’épuiser dans les prescriptions institutionnelles, organisationnelles et managériales» (Ibid.), le travail social participe à la “fabrication” de “l’usager” en opérant une définition des “cas” à traiter. Cette “fabrication” constitue ainsi une “expérience distribuée” puisqu’elle se partage entre les “référentiels” des politiques publiques et la délimitation par les professionnels des “cas sociaux” à traiter. Aussi, le travail social demande-t-il à être envisagé dans un “entre-deux” (Dartiguenave/Garnier, 1998) à partir duquel précisément il s’institue comme une activité dotée d’une certaine autonomie, comme un “espace-temps relationnel” ayant “sa propre logique”.

16On peut ainsi situer le travail social dans cette “dynamique relationnelle” que de Terssac a identifiée comme caractérisant une certaine conception de l’action publique (Filâtre/de Terssac, 2005). Cette conception…

[…] repose sur l’idée d’une nécessaire association des destinataires à la mise en œuvre de l’action publique […] Les dynamiques intermédiaires visent ici à adapter les textes aux contextes locaux et surtout à tisser une relation entre les attendus du pouvoir légitime et les réactions des destinataires qu’il s’agit de canaliser et d’orienter vers la mise en œuvre du projet (Ibid. :11).

17Il y a bien là un “entre-deux” auquel renvoient la position et la fonction “d’intermédiation” que, respectivement, occupe et remplit le travail social entre les “référentiels” des politiques d’action sociale et les situations, attentes, mais aussi “résistances” des “usagers”.

18Le travail social répond ainsi à l’exigence de double traduction que suppose toute mise en œuvre d’une politique : vers le contenu même de cette politique en termes “d’offre de services” et vers les usagers en termes d’explicitation et de mise en forme institutionnelle de leurs “demandes”, sans que l’on puisse préjuger ici d’une coïncidence entre l’une et l’autre. Ainsi, le travail social commence véritablement dans la prise en compte de la mesure de la non coïncidence entre les objectifs d’une action sociale et la variété des situations qu’elle entend traiter et s’achève dans son dépassement. C’est en ce sens que nous comprenons, pour notre part, la “logique paradoxale” (Autès, 1999) du travail social.

19Assurément, la perspective socio-historique reconnaît une certaine autonomie politique au travail social au sein même du champ de l’action sociale par l’attention qu’elle porte aux processus socio-historiques de constitution et de transformation d’un corps professionnel, fût-il multiple dans ses composantes. Plus encore, elle affirme l’intérêt que représente cette activité pour la compréhension, non seulement de pratiques professionnelles qui informent sur le rapport de la société à ses “exclus”, ou du “centre” à ses “marges”, mais aussi sur les modalités de maintien de la cohésion sociale.

20Elle montre, d’abord, que la variabilité dans le temps du contenu de la “question sociale” explique, pour partie, la genèse et l’évolution diversifiées des professions sociales. Il est clair notamment que celle-ci ne s’est pas posée dans les mêmes termes à la fin du XIXe siècle, au sortir de la deuxième guerre mondiale ou encore à l’aube du nouveau millénaire, et qu’elle n’a donc pas entraîné les mêmes réponses sur le plan de l’organisation institutionnelle et professionnelle de l’intervention sociale (Castel, 1998).

21Elle indique ensuite qu’on ne peut pas penser le travail social sans le rapporter à son contexte d’élaboration, c’est-à-dire aux orientations politiques d’une action sociale (elle, fortement dépendante d’une vision déterminée des rapports sociaux dans notre société) et des dispositifs et procédures qui la soutiennent.

22Si l’approche socio-historique apporte incontestablement un éclairage précieux sur les “mutations” à l’œuvre, aujourd’hui, dans l’action sociale et le travail social, elle n’échappe pas toujours au piège historiciste. Celui-ci consiste soit à rapporter (sur le mode de la succession chronologique) un évènement singulier à un autre évènement singulier, soit à le fondre dans un universel (de préférence transcendantal ou archétypal), ce qui, dans les deux cas, conduit à renoncer à la généralité de l’explication. Dans le premier cas de figure, ceci se traduit par une primauté accordée au récit descriptif auquel échappent la cohésion et la cohérence explicatives ; dans le second cas de figure, par la valorisation d’une appréhension globale ou “macro-sociologique” déniant toute particularité explicative au phénomène étudié et retombant, par là, dans les impasses de la perspective critique. Or, il faut bien en convenir : il n’est pas d’approche scientifique du travail social dans la seule description des formes successives qu’il a revêtues dans le temps, ni dans sa confusion avec une action sociale ou une configuration sociétale qui, par ailleurs, l’orientent.

III. La construction de l’autonomie des processus explicatifs

23Nous avons affaire, ici, à un obstacle épistémologique majeur qui ne concerne plus la question de l’autonomie politique du travail social, mais celle de l’autonomie des processus explicatifs rendant compte de sa spécificité. Nous touchons là à la deuxième condition de possibilité d’élaboration d’une sociologie du travail social. Celle-ci réclame que soient construites l’identité et l’unité de son objet au regard de processus explicatifs et ce par-delà les formes historiques que celui-ci emprunte nécessairement. Il s’agit, ainsi, de passer d’une sociologie du phénomène (c’est-à-dire de la prise en compte d’un fait social historiquement construit et situé dans le temps) à une sociologie de l’objet stricto sensu, qui consiste à relier le phénomène à un ensemble de causalités permettant d’en dégager, d’un point de vue explicatif et non plus social ou politique, l’identité et l’unité.

24Pour le dire autrement, tout, dans le travail social, ne relève pas d’une construction sociopolitique qui, de surcroît, ne trouve pas sa seule raison dans l’enchaînement chronologique d’événements. Et c’est en construisant et en reconnaissant l’autonomie de processus explicatifs distincts que l’on peut fonder la spécificité du point de vue sociologique tout en évitant le piège du sociologisme : la tendance à un monocausalisme consistant à tout expliquer par le registre du social.

  • 1  Nous pensons plus particulièrement à l’hypothèse de “l’homologie structurale des positions” de Rob (...)

25Cet enjeu épistémologique n’a pas échappé aux principaux observateurs de l’action sociale et du travail social qui ont cherché des “invariants” ou des “processus anthropologiques” par-delà l’historicité des modalités de l’intervention sociale1. Il reste que toutes ces tentatives ont buté sur des difficultés devant être dépassées si l’on veut rencontrer cette deuxième condition de possibilité d’édification d’une sociologie du travail social que nous appelons de nos vœux.

26De ces difficultés, nous retenons principalement le refus ou, à tout le moins, la méfiance à l’égard de modèles explicatifs préétablis et la double opposition subjectivité/objectivité - individuel/collectif.

27Sur la question du modèle explicatif, s’il nous paraît essentiel d’éviter tout dogmatisme doctrinal auquel peut conduire la réification d’un système explicatif en matière d’approche scientifique, il nous semble par ailleurs que l’absence de modèle théorique, c’est-à-dire la formalisation ordonnée et réfutable d’intuitions, d’hypothèses de travail, de concepts et de méthodes, constitue un obstacle majeur à l’autonomisation d’une démarche explicative, fut-elle toujours partielle et relative.

28En ce qui concerne la reconduction constante du paradigme opposant l’individuel au collectif, ou encore la subjectivité à l’objectivité, nous pensons que ces clivages mutilent la réalité à appréhender en la maintenant dans un dualisme interdisant de penser l’ambiguïté, la duplicité, l’ambivalence, de l’activité humaine, soit le jeu dialectique ou “contradictoriel” (Lupasco, 1986) entre les principes instaurateurs de cette activité humaine et leur contestation dans la positivité de ses multiples expressions. Nous soulignerons seulement qu’avec le concept de “personne” et la délimitation d’un registre social distinct d’un registre axiologique (tous deux irréductibles à un fonctionnement proprement cognitif) s’ouvre, de notre point de vue, une perspective permettant de dépasser ces clivages, ceci à la condition, toutefois, de ne pas “psychologiser” ou “individualiser” le concept de “personne”, ni de considérer les registres social et axiologique dans la seule positivité de ce qui se donne à voir.

29Cette dissociation nous ouvre ainsi à la compréhension des situations de désocialisation et de détresse auxquelles sont confrontés les travailleurs sociaux. On sait que les processus de désocialisation s’originent dans des conditions d’existence qui entravent le jeu dialectique par lequel la personne élabore simultanément de la singularité et de l’universalité, et amènent celle-ci à se crisper sur l’une ou l’autre de ces deux polarités, soit que, par un excès de singularité, elle tende à s’enkyster dans une appartenance et/ou une responsabilité, soit que, par un processus inverse, elle tende à s’en désolidariser. De la même façon, les situations de détresse peuvent être vues comme l’expression d’une difficulté à “normer” le désir par le jeu de la restriction et de l’autorisation que l’on se donne, que la détresse procède d’une déception et/ou d’une frustration à l’égard de qui apparaît hors d’atteinte, ou, qu’à l’inverse, les limites de ce à quoi l’on prétend viennent à manquer, suscitant une quête effrénée de ce qui est vécu comme une insatisfaction permanente.

30Le travail social se présente alors comme un “travail sur autrui” (Dubet, 2002) dont la spécificité repose précisément sur une “ré-institution” de la personne, c’est-à-dire sur la restauration de conditions sociales lui permettant d’exercer pleinement ses capacités de classement et de contribution, mais aussi sur une “re-normation” des comportements débouchant sur une régulation des désirs.

31Il reste qu’il s’agit là d’une présentation formelle des visées que poursuit le travail social. Il existe toujours, en effet, un écart entre la fonction du travail social et les conditions concrètes de sa mise en œuvre. Ces dernières ne nous paraissent jamais être le simple reflet d’une fonction de “réinstitution” et de “renormation”, comme nous inviterait à le considérer une approche strictement fonctionnaliste du travail social. Cette fonction existe, pourrait-on dire, comme une “forme pure” qui se trouve en permanence infléchie, voire contredite, par les résistances que rencontre la pratique professionnelle, mais aussi par son évolution socio-historique, ainsi que par celle des institutions, dispositifs et mesures qui l’encadrent.

32Autrement dit, il convient de dissocier le principe structurant et permanent du travail social de ses manifestations conjoncturelles sujettes aux variations et mutations historiques. Le travail social peut être exercé par des professions qui ne relèvent pas du champ professionnel socialement dénommé comme tel (il en est ainsi, par exemple, des moniteurs d’ateliers d’insertion), tandis qu’à l’inverse, on peut trouver des travailleurs sociaux qui n’exercent plus effectivement cette fonction de travail social du fait de l’évolution des conditions d’exercice de leur pratique professionnelle (nous pensons, par exemple, aux assistantes sociales spécialisées dans certaines Caisses d’Allocations Familiales qui font porter l’accent sur la gestion technique des prestations).

33Il n’y a pas lieu de le déplorer ou de s’en réjouir au motif qu’il s’agirait, pour les uns, de la disparition d’un âge d’or du travail social, pour les autres, de sa nécessaire modernisation. La raison de ces hiatus n’est pas en effet seulement affaire de conjoncture, mais bien aussi d’un processus contradictoire et permanent entre les fonctions instauratrices du travail social et leur actualisation dans des configurations sociales nécessairement mouvantes dans le temps et l’espace. Voilà pourquoi, au passage, il est vain de rechercher une adéquation entre “des référentiels de compétence” et un quelconque “fondement” ou “invariant” du travail social.

IV. La constitution d’un contre-savoir

34Mais il est un autre enjeu épistémologique tout à fait essentiel sur lequel nous voulons particulièrement insister. Cet enjeu se rapporte à la production et au statut du savoir irriguant le champ même du travail social. Il ne suffit pas, en effet, de viser l’autonomie des processus explicatifs, il faut encore parvenir à inscrire socialement cette dernière dans le jeu des savoirs établis. Nous touchons là à la troisième condition de possibilité d’édification d’une sociologie du travail social. Celle-ci ne pourra véritablement avoir droit de cité qu’à la condition qu’elle se constitue elle-même comme un contre savoir, c’est-à-dire qu’elle entre dans le jeu conflictuel de la délimitation des frontières entre disciplines par lequel s’opère, précisément, leur reconnaissance mutuelle.

35Pour bien prendre la mesure de ceci, il faut revenir un instant aux propos que tenait à la fin des années 1970 Jeanine Verdès-Leroux, moins sur la psychanalyse en tant que telle, que sur la position hégémonique que cette dernière avait occupée pendant longtemps et sur l’usage qui en avait été fait dans le champ du travail social.

36A l’époque déjà, Verdès-Leroux évoque un mouvement de psychologisation du travail social sous l’effet notamment de l’introduction du case-work. Dans une analyse fine qui, de notre point de vue, garde une certaine actualité, elle pointe les effets de cette psychologisation sur la pratique professionnelle et la relation de service qui s’établit avec le “client” du service social ; elle débusque au passage le processus d’occultation, voire de travestissement, de ce qui lui paraît être le “véritable” substrat de cette relation de service : la réplique du rapport de domination d’une classe sur les autres ou, plus largement, d’une soumission des rapports sociaux à un ordre économique profitant à une minorité de “dominants”. C’est ainsi qu’elle écrit :

La psychologisation, à l’œuvre depuis une vingtaine d’années, permet de réintroduire les jugements moraux et les images qui hantaient l’inconscient des dominants sous un travestissement moderne et scientifique qui leur prête des fondements inattaquables. Au service social, la psychologie et la “science psychanalytique” fournissent une technique, le case-work, particulièrement efficace pour transformer le jugement en fait scientifique, les déterminismes économiques en particularités de comportements (Verdès-Leroux, 1978 :51).

37Selon Verdès-Leroux, cette technique du case-work, imprégnée de références psychanalytiques, est à même de constituer pour les travailleurs sociaux une véritable grille de lecture des “cas sociaux”, mais aussi un mode d’imposition d’une pratique professionnelle capable de faire émerger la “demande” du “sujet”, aux dépens de la prise en compte des nécessités matérielles ou des réalités socio-économiques :

[…] la demande présentée au départ n’est qu’un symptôme, une couverture, voire un écran, soit que le “client” n’ose formuler sa vraie demande, soit, plus généralement que des résistances l’empêchent de la reconnaître ou, l’ayant reconnue, de la verbaliser. C’est en référence à la “science psychanalytique” que les assistantes sociales peuvent affirmer que les demandes matérielles ne sont que la façon pour un individu de signaler un besoin, une demande d’autre chose, vraie et plus profonde ; cette rhétorique sur le besoin, la demande et le désir a été remarquablement renforcée […] par la vulgarisation de certains aspects des théories lacaniennes (Verdès-Leroux, 1978 :86).

38La demande ne prend ainsi sa signification véritable qu’au regard d’une histoire individuelle réduite aux relations familiales, desquelles procède un trauma originel ou plus banalement une difficulté de “l’usager” à “se positionner”, comme on dit aujourd’hui. Par ailleurs, les réalités socio-économiques, sans pour autant être nécessairement niées, passent au second plan dans l’explicitation d’un profil qui est avant tout psychologique, puisqu’elles se présentent toujours en dernière instance comme un symptôme et non comme une cause :

Dans l’histoire personnelle, essentiellement déterminée, en accord avec les schémas psychanalytiques, par les interactions familiales au cours de la prime enfance, les réalités socio-économiques, perçues comme une série d’événements aléatoires – on parle des “aléas de la vie”, de “ceux que la vie a blessés” – jouent un rôle contingent de révélateur pour objectiver les particularités d’un profil psychologique (Verdès-Leroux, 1978 :52).

39Sans doute cette référence psychanalytique dans la pratique professionnelle des travailleurs sociaux a-t-elle varié selon les époques. Sans doute aussi n’a-t-elle pas reçu le même accueil selon les différents établissements du secteur social et médico-social. Le case-work s’est en outre enrichi, au cours du temps, d’autres influences telles que le behaviorisme, la psychologie du développement, la psychologie sociale, la systémie, etc. (Castel, 1998). Il n’empêche que la psychanalyse, via le case-work et les fameuses réunions de synthèse, a constitué (et constitue encore dans une certaine mesure) une référence majeure qui a régné sans partage au prix souvent d’un dogmatisme outrancier interdisant toute autre approche.

40Mais si ce “psychanalysme”, selon le mot de Castel, a pu s’imposer dans le secteur social et médico-social, c’est aussi parce que les autres disciplines (et parmi elles notamment la sociologie) lui ont laissé la place. En effet, pour ne s’intéresser qu’à la sociologie, on sait que cette discipline, si elle a été intégrée à la formation initiale des travailleurs sociaux, a très peu investi le champ de leur expérience professionnelle qui est resté l’apanage des psychiatres, des psychologues et des psychanalystes. Nous allons revenir sur les raisons expliquant cette situation, mais ce qui nous paraît important à noter pour l’instant, c’est que la position de supériorité d’un savoir sur les autres est nécessairement l’expression d’un rapport de pouvoir et non le fait d’une “logique” qui serait intrinsèque à la discipline elle-même. En ce sens, il convient de ne pas confondre “psychanalysme” et psychanalyse, pas plus qu’il ne faut confondre “psychologisme” et psychologie.

41Or, si l’on en croit Bertrand Ravon, les choses seraient en passe d’évoluer. Si, avec l’irruption du thème de la souffrance psychique, on assiste à la réaffirmation de la psychologie comme discipline de référence pour traiter les effets délétères de la désaffiliation sociale, nous ne serions plus cependant dans le même cas de figure qu’auparavant. Ravon formule en effet l’hypothèse selon laquelle il y aurait une actualité, une nouveauté de la psychologie clinique dans le travail social :

La psychologie clinique opère un nouveau déplacement : après avoir quitté l’espace intersubjectif (colloque singulier) du cabinet de consultation pour l’espace collectif et structuré de l’institution, elle se risque aujourd’hui à se porter au front même de l’action, là où le travail social se manifeste dans toute son incertitude, là où se révèlent avec une grande acuité les défaillances institutionnelles. Avec cette ouverture, la psychologie clinique joue peut être une nouvelle politique, où elle accepte enfin d’être une action publique (Ion/Ravon, 2005 :31).

42Autrement dit, avec cette ouverture sur la scène publique, la psychologie prendrait le risque d’une confrontation avec d’autres savoirs, laissant ainsi un espace pour l’élaboration d’autres approches du travail social que celles qui ont prévalu dans le case-work ou, plus largement, dans la perspective psychopédagogique.

43D’un autre côté, Bertrand Ravon identifie une fermeture de la perspective psychologique. Comme nous l’avons dit précédemment, celle-ci tend à ramener le social à la “négativité de ses liens”, de sorte que l’accent est ainsi moins mis sur les espérances (re)éducatives, que sur un travail relationnel à base d’écoute auprès des usagers du travail social, mais aussi des travailleurs sociaux eux-mêmes. En effet,

C’est pour cette fonction d’écoute que la psychologie est “invitée” sur nombre de scènes actuelles du travail social dans sa dimension clinique et non plus dans sa dimension psychopédagogique ou psycho-éducative : la visée n’est plus l’intégration sociale, mais beaucoup plus modestement et pragmatiquement, la sauvegarde ou le rétablissement d’une action possible (Ion/Ravon, 2005 :30).

V. Pour une sociologie clinique articulée à une sociologie de la clinique

44Que l’on s’accorde ou non sur cette nouvelle tendance de la pratique psychologique, le point de vue de Bertrand Ravon a le grand mérite d’ouvrir à un questionnement sur le rapport entre cette pratique psychologique qu’il nomme “psychologie clinique” et ce qu’est, ou pourrait être, une “sociologie clinique” dans le champ du travail social. Rapportées à notre propre réflexion théorique, “l’ouverture” et la “fermeture” de la perspective psychologique pointées par Ravon peuvent être interprétées comme un recentrage de cette dernière sur la dimension axiologique des difficultés et des effets de la désocialisation. En effet, il ne s’agit plus pour cette psychologie clinique de viser une intégration sociale, ou de participer à un travail de rééducation, mais de prendre la mesure d’une détresse qui résulte notamment d’une désaffiliation sociale. Dès lors, s’offre un “nouvel” espace pour une sociologie clinique qui s’attache, en tant que tels, aux processus mêmes de désocialisation et ce indépendamment (d’un point de vue théorique cela va sans dire) de la détresse qui en résulte.

45Nous soulignons l’intérêt que peut présenter une sociologie clinique, même si nous ne prétendons nullement, tant s’en faut, l’avoir déjà élaborée, ni, encore moins, en être les initiateurs ! Nous savons que cette discipline s’est frayée, depuis deux décennies, un chemin dans le champ des sciences humaines sous l’impulsion, notamment, de Vincent de Gauléjac (2007, 2009). Il n’en est pas de même dans le champ du travail social, où la référence à la clinique renvoie exclusivement au champ de la psychologie et de la psychiatrie.

46Cette sociologie clinique s’assigne, en dehors de toute visée thérapeutique, comme ambition d’articuler les déterminismes sociaux avec les dimensions subjectives de la condition humaine, en portant une attention particulière à la dimension historique des trajectoires personnelles, mais aussi au registre de l’émotionnel et du symbolique. Pour Vincent de Gauléjac, reprenant ici une formule de Roger Caillois issue du Manifeste fondateur du Collège de Sociologie…

La sociologie clinique a le projet de comprendre les relations entre “l’être de l’homme et l’être de la société” […] En définitive, la sociologie clinique renoue avec le projet de construire une véritable anthropologie, une science de l’homme en société, qui conduit à revisiter les frontières disciplinaires en particulier entre les sciences humaines et les sciences sociales (De Gauléjac/Hanique/Roche, 2007 :12-13).

47Tout en nous inscrivant pleinement dans cette perspective, nous revendiquons néanmoins une spécificité qui tient à la dissociation que nous opérons entre le registre axiologique et le registre proprement sociologique. Cette dissociation nous paraît en mesure d’éviter, au plan de l’imputation causale des phénomènes humains, le sociologisme, qui n’est autre que le pendant du psychologisme ou du psychanalysme dans sa tentation de tout ramener à son propre ordre explicatif, soit au social. Autant il nous paraît nécessaire d’élaborer un contre-savoir qui soit en mesure d’opposer à la psychologie et à la psychanalyse l’autonomie des déterminismes proprement sociaux qu’elles dévoilent, autant il convient que nous nous prémunissions contre toute tendance impérialiste qui aboutirait purement et simplement à ce que soit déniée à ces dernières toute prétention explicative.

48Le terme même de “clinique” que nous disputons à la psychologie et à la psychanalyse constitue, précisément, le point de départ pour l’élaboration, dans le champ du travail social, d’un contre-savoir soucieux de faire valoir la pertinence du point de vue sociologique, tout en respectant le savoir des autres disciplines. Il met l’accent sur l’importance qu’il y a à s’attacher à l’analyse de situations ou de “cas” qui ne sont particuliers que dans la mesure où ils sont exemplaires de processus généraux qui les éclairent. Il souligne, enfin, la nécessité de créer les conditions de résistance à l’énoncé scientifique par un retour constant à l’observation et une interrogation permanente sur la formalisation conceptuelle de cette observation. Elle seule nous paraît en effet être à même de recenser et d’analyser les différentes figures de la désaffiliation identitaire et contributive par-delà la représentation que l’on se fait de la socialisation ou du “lien social” et, par conséquent, d’éclairer les modalités de l’intervention sociale.

49C’est tout l’enjeu épistémologique qu’a bien pointé Bertrand Ravon. Nous avons évoqué la relative position de retrait du savoir sociologique à l’égard du champ de l’expérience professionnelle des travailleurs sociaux ou de ce que nous avons nommé “la relation de service” qu’ils nouent avec les “usagers”. La raison ne tient pas seulement, de notre point de vue, à un désintérêt (d’ailleurs très relatif) vis-à-vis d’un objet qui n’est guère valorisé dans le champ académique. Elle relève aussi d’une posture, pourrait-on dire, de la discipline elle-même à l’égard de ses objets. Celle-ci est en effet marquée par tout un héritage philosophique, politique et même théologique qui, culminant dans sa version scientiste, la place sur un «trône extra-temporel et supra-spatial» pour reprendre une expression d’Edgar Morin (Morin, 1984 :69).

50Plus encore, la perspective pédagogique continue d’animer profondément la sociologie, redoublant la visée politique de «pédagogisation de la société» (Miranda, 1986). A cet égard, la psychologie et la sociologie ont parties liées :

L’histoire des politiques éducatives et rééducatives montre par exemple qu’au début du XXe siècle, la psychologie différentielle de Binet appliquée à l’intelligence scolaire peut s’entendre comme une traduction pratique de la politique de l’instruction publique notamment par la sociologie morale et intégratrice de Durkheim (Ion/Ravon, 2005 :27).

  • 2  Quelle que soit par ailleurs sa qualité, que nous ne discutons pas ici.

51De ce point de vue, l’ouvrage2 de Patrick Dubéchot (Dubéchot, 2005) fournit une parfaite illustration de cette tendance à concevoir la sociologie selon cette visée politique de pédagogisation. Il passe en effet en revue «l’émergence des idées sociologiques» pour aboutir à un commentaire sur «l’utilisation de la sociologie par les travailleurs sociaux» en passant par une présentation des «théories sociologiques et leur rapport avec le travail social». Si l’ouvrage ne manque pas d’intérêt et peut présenter une utilité pour un public étudiant, qu’il nous soit permis cependant de douter de la capacité de cette sociologie à se mettre au service du travail social, comme l’annonce le titre de l’ouvrage en question. C’est à la prégnance de cette conception “pédagogisée” de la sociologie que l’on peut, au moins pour partie, imputer le constat dressé par Michel Autès :

Il n’existe pas de théorie propre au travail social et le rapport au savoir joue plus comme une ressource de légitimation de l’action, un système d’interprétation, que comme un référentiel sur lequel se construisent des modèles d’action. Les travailleurs sociaux ne peuvent appuyer leurs compétences sur des savoirs de référence. Ils sont donc complètement soumis aux changements de référentiels et des catégories de l’action publique (Autès, 1999 :142).

52Aussi, c’est bien dans une rupture à l’égard de cette pédagogisation impliquant la transmission d’un savoir “venu du haut”, que peut naître une sociologie clinique susceptible de servir effectivement le travail social. Nous ne pouvons donc que souscrire ici à l’invitation de Jacques Ion :

Faire une autre sociologie que celle qui, à partir d’une position de surplomb, dévoile le sens des actions, sans jamais accorder aux acteurs le dernier mot (Ion/Ravon, 2005 :5).

53Encore faut-il reconnaître une capacité d’analyse à ces acteurs. Certains sociologues ne peuvent se défendre d’opposer des résistances qui prennent, au mieux, la forme de réticences, au pire celle de refus. Ainsi en est-il, par exemple, de Michel Autès qui affirme sans ambages «l’impossible énonciation» des travailleurs sociaux, «à commencer par l’impossibilité de la théorisation». Ce n’est pas, ajoute-t-il,

[…] une maladresse, ni une mauvaise volonté des travailleurs sociaux s’ils peinent à dire ce qu’ils font. Cette impossibilité est structurelle et tient au mode de construction social des pratiques du travail social (Autès, 1999 :240).

54En réalité, l’impossibilité est ici celle du chercheur qui ne consent pas à discuter le monopole d’une compétence qu’il dénie à d’autres.

55Ceci ne signifie pas qu’il faille céder à un relativisme sans borne confondant les métiers et les rôles de “chercheur” et de “praticien”. Il convient seulement de reconnaître la capacité foncière des acteurs sociaux à formaliser la réalité sociale qui est la leur, mais aussi à se situer et à contribuer dans l’espace social, à émettre des jugements, à opérer des choix y compris naturellement dans l’analyse discursive d’un objet. Il s’agit de prendre acte de ce que les acteurs sociaux ne sont nullement des “idiots culturels” pour reprendre la célèbre formule de Garfinkel. Ces derniers ne sauraient être ainsi cantonnés au domaine de “l’action”, ni même être les seuls dépositaires du “sens” à conférer à “l’action”, tandis que le chercheur serait le seul producteur et garant d’un “méta-savoir”. Ainsi, il s’agit d’admettre que le savoir ne procède pas d’un point de vue surplombant et unilatéral, mais qu’il résulte d’une co-production, c’est-à-dire qu’il se construit dans la négociation d’une relation entre le chercheur et les praticiens, dans le cadre d’une “anthropologie réciproque”, pour reprendre le concept forgé par Armel Huet (Huet, 1998).

56Mais l’élaboration de cette sociologie clinique se heurte à un autre obstacle, plus subtil, que Bertrand Ravon met bien en évidence : la tentation que l’on pourrait avoir de fusionner une approche sociologique avec une psychologie clinique dans une même volonté de réhabilitation du “sujet”. Le risque serait alors que la psychologie l’emporte sur le regard sociologique en raison de l’avance qu’elle détient sur la pratique clinique, sans compter les problèmes de délimitation de ce “nouvel” objet clinique que ne manquerait pas de soulever cette tentative de fusion entre les deux disciplines. Mais, surtout, cette fusion ne règlerait pas la question de la prise en compte «du processus général de cadrage de l’homme comme sujet dans nos sociétés modernes» (Ion/Ravon, 2005 :32). Aussi Ravon nous invite-t-il…

[…] à renoncer à une sociologie clinique qui ne se penserait pas historiquement comme une discipline aux deux sens du terme, comme dispositif scientifique et comme dispositif de subjectivation, au sens de Michel Foucault (2001) (Ion/Ravon, 2005 :32).

57Ceci revient à dire que cette “sociologie clinique” ne peut faire l’économie d’une “sociologie de la clinique”, c’est-à-dire d’une analyse de l’implication du chercheur dans un objet qu’il contribue lui-même sociologiquement (et non pas seulement conceptuellement) à forger dans un cadre social déterminé. En nous écartant ici quelque peu de l’analyse de Bertrand Ravon, nous pouvons considérer que la sociologie clinique, même si elle n’est pas toujours envisagée comme telle, est nécessairement…

[…] impliquée dans la recherche de réponses pratiques et théoriques, solides et démocratiques, aux problèmes qui se déclinent sous les termes de “désaffiliation”, de “rupture des liens sociaux” et de “souffrance psychique” (Ion/Ravon, 2005 :33).

58Et c’est précisément cette implication qui demande à être objectivée au travers d’une “sociologie de la clinique”, de sorte que cette approche ne soit pas réduite à “un bel ordonnancement sociologique” qui ferait l’impasse sur sa portée et ses effets proprement sociologiques. Ainsi, comme le souligne Ravon,

Parce que la “souffrance psychique” se donne à voir et à écouter sur les lieux mêmes du travail social, là où la relation d’aide se révèle particulièrement incertaine, le matériau clinique se révèle dans un dispositif qui n’est pas donné au départ, mais qui s’invente sur le site de la rencontre entre le clinicien et la personne aidée. Et où, pour reprendre Robert Castel, le “réel analytique” n’est plus séparé de la “réalité socio-politique” dans laquelle il prend forme (Castel, 1973 :43) (Ion/Ravon, 2005 :41).

59Au bout du compte, nous devons ainsi reconnaître que l’approche scientifique ne saurait se soustraire à la «circularité anthropologique» (Laisis, 1995 :10) qui la rend possible dans la mesure où elle est toujours prise dans les processus dont elle traite. En l’occurrence, ici, sans pour autant que ceci n’oblige à renoncer à l’explication logique des processus de désaffiliation identitaire et contributive, on ne saurait concevoir une sociologie clinique indépendamment des conditions sociales de sa mise en œuvre.

60Il serait, notamment, souhaitable de pouvoir confronter, dans une perspective comparative, les différentes modalités selon lesquelles les institutions et les professions sociales catégorisent, dans d’autres pays que les nôtres (tels que, par exemple, les pays émergents), les difficultés d’affiliation sociale, mais aussi de détresse. Bien entendu, ce faisant, il ne s’agirait pas de renoncer à fournir à ces phénomènes une intelligibilité qui ne saurait trouver sa raison d’être dans cette seule comparaison. Cette perspective viendrait utilement constituer, en sus de l’approche socio-historique, une occasion de mettre à l’épreuve et d’approfondir les hypothèses relatives à notre “déconstruction” des processus de désaffiliation sociale et de dérégulation des comportements.

VI. Conclusion

61Nous voyons à travers ces quelques réflexions que l’enjeu est d’importance, non seulement pour le travail social, mais également pour l’ensemble des sciences humaines. Il s’agit, ni plus ni moins, de revenir à l’homme en tant que manifestation et principe explicatif de ce qui fait l’objet de l’intervention sociale, mais aussi, plus largement, des sciences humaines.

62Trop de dérives descriptives, historicistes et quantophréniques font obstruction, de notre point de vue, à l’appréhension scientifique de phénomènes quels qu’ils soient. Fidèles en cela aux enseignements de Gaston Bachelard, il nous a semblé nécessaire de recenser les obstacles épistémologiques à l’approche scientifique du travail social dans son unité et son identité. Or, si tout phénomène humain revêt l’apparence du social et se présente comme tel à l’appréhension immédiate de l’observateur, le chercheur en sciences humaines se doit de repérer les plans de rationalité concernés par le phénomène en question. Comme nous l’avons indiqué, la théorie de la Médiation élaborée par l’épistémologue Jean Gagnepain nous instruit, à partir de la clinique du langage, sur les différentes modalités de la raison humaine. C’est à partir de cette différenciation en quatre plans : logique, technique, social et éthique qu’il nous a paru important de dissocier, dans l’objet “travail social” ce qui est de l’ordre du politico-social et ce qui est de l’ordre de la norme. Mais notre déconstruction ne s’arrête pas là. Elle concerne la structure même de “la personne”, en dissociant ce qui ressortit, d’une part, à la face identitaire, telle que l’a développée un Serge Paugam, et d’autre part, à la face contributive. Nous ne sommes pas sans connaître la perméabilité de ces faces, mais il nous semble que la démarche scientifique consiste justement à marquer les traits différentiels entre les éléments qui se présentent comme un tout.

63Le terme même d’analyse (analusis), revoie à la décomposition d’un tout en ses divers éléments. Mais l’analyse n’est pas faite pour conforter le chercheur dans sa tour d’ivoire. Notre conception de la sociologie clinique telle que nous venons de la présenter associe l’ensemble des acteurs pour une nouvelle définition de l’aide aux personnes. C’est, nous semble t-il, pour le travail social, la meilleure manière de contrer les dérives gestionnaires et managériales actuelles.

64Nous avons en effet montré (Dartiguenave/Garnier, 2003) combien l’idéologie gestionnaire et le pouvoir managérial (De Gauléjac, 2005) se révèlent profondément déstructurants pour les savoirs et pratiques du travail social. Ils participent de ce que nous avons nommé un véritable “déni anthropologique”. Celui-ci se traduit, au plan des valeurs, par un éloignement à l’égard de toute référence humaniste, au plan de la connaissance des situations, par un renoncement à toute visée scientifique s’attachant à expliquer les conduites humaines et, enfin, au plan de l’activité effective, par une instrumentalisation des réponses apportées aux bénéficiaires de l’action sociale.

65Il ne suffit donc pas de replacer “l’usager au centre” des dispositifs d’intervention sociale comme la loi 2002-2 rénovant l’action sociale et médico-sociale nous y invite. Plus profondément, il nous paraît urgent de réintégrer l’homme comme sujet et objet de réflexions et de pratiques qui demandent à être partagées au plus près des situations et préoccupations (c’est le sens premier du terme de clinique) des bénéficiaires de l’action sociale. Cette réintégration de l’homme nous paraît devoir composer avec l’exigence scientifique, non pour s’y soumettre, mais pour créer les conditions d’une interrogation permanente sur les savoirs et pratiques établis au sein du travail social et se prémunir ainsi contre les tentatives profondément mutilantes des dérives gestionnaires et managériales dans le secteur.

Haut de page

Bibliographie

Autès M., 1999, Les Paradoxes du travail social, Paris, Dunod.

Castel R., 1998, “Du travail social à la gestion du non travail”, Esprit, n°241, mars-avril, [dossier].

Dartiguenave J.-Y., 2001, Ritualité et ritualisme, essai sur l’appauvrissement sémantique de la ritualité, Paris, l’Harmattan.

Dartiguenave J.-Y., Garnier J.-F. (Dir.), 1998, Travail social : la reconquête d’un sens, Paris, L’Harmattan.
— 2008, Un savoir de référence pour le travail social, Toulouse, Erès.

De Gauléjac V., 2005, La société malade de la gestion. Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social, Paris, Éditions du Seuil.
— 2009, Qui est «je» ? Sociologie clinique du sujet, Paris, Éditions du Seuil.

De Gauléjac V., Hanique F., Roche P., 2007, La sociologie clinique. Enjeux théoriques et méthodologiques, Toulouse, Erès.

Dubéchot P., 2005, La sociologie au service du travail social, Paris, La découverte, Alternatives sociales.

Dubet F., 2002, Le déclin de l’institution, Paris, Le Seuil, Coll. Points, L’épreuve des faits.

Esprit [Revue], 1972, “Pourquoi le travail social ? ”, Esprit, 4-5, avril-mai, [dossier].

Filâtre D., De Terssac G. (Coord.), 2005, Les dynamiques intermédiaires au cœur de l’action publique, Toulouse, Octares, Collection Le travail en débats n°3.

Gagnepain J., 1990, Du vouloir dire. Traité d’épistémologie des sciences humaines. Tome 1. Du signe. De l’outil, Paris, Livres et Communication.
— 1992, Du vouloir dire. Traité d’épistémologie des sciences humaines. Tome 2. De la personne. De la norme, Paris, Livres et Communication.
— 1995, Du vouloir dire. Traité d’épistémologie des sciences humaines. Tome 3. Guérir l’homme. Former l’homme. Sauver l’homme, Bruxelles, De Boeck Université.

Garnier J.-F., 1999, Assistante sociale, pour la redéfinition d’un métier. Essai anthroposociologique sur le service social, Paris, L’Harmattan.

Goffman E., 1974, Les rites d’interaction, Paris, Les Éditions de Minuit.
— 1975, Stigmate, Paris, Les Éditions de Minuit.

Gruel L., 1985, “Conjurer l’exclusion. Rhétorique et identité revendiquée dans des habitats socialement disqualifiés”, Revue Française de Sociologie, XXVI, pp.431-453.

Huet A., 1988, La raison urbaine, communauté et socialité, Thèse pour le doctorat ès Lettres et Sciences Humaines, Université Paris X Nanterre.

Ion J., Ravon B., 2005, Les travailleurs sociaux, Paris, La Découverte, 7e édition, coll. Repères. 

Laisis J. (Dir.), 2003, “L’Hypothèse de la Bi-Axialité”, Tétralogiques, n°15, [dossier].

Lupasco S., 1986, L’homme et ses trois éthiques, en collaboration avec Solange de Mailly-Nesle et Basarab Nicolescu, Paris, Le Rocher, Coll. L’esprit et la matière.

Miranda M., 1986, La société incertaine, Paris, Librairie des Méridiens.

Morin E., 1984, Sociologie, Essai, Poche, Paris.

Paugam S.,  2004, La disqualification sociale, 3e édition, Paris, PUF, Coll. Quadrige.

Verdès-Leroux J., 1978, Le travail social, Paris, Éditions de Minuit.

Haut de page

Notes

1  Nous pensons plus particulièrement à l’hypothèse de “l’homologie structurale des positions” de Robert Castel (1995), ou à la recherche sur les “invariants praxéologiques” menée par Marc-Henry Soulet (1997). La première s’attache à établir une analogie entre la position des “inutiles au monde” d’autrefois et celle des désaffiliés d’aujourd’hui, tant du point de vue de leur situation sociale qu’au niveau des modalités de leur prise en charge. La seconde vise à dégager la grammaire sous-jacente à l’intervention des travailleurs sociaux à partir des régularités qui la spécifient.

2  Quelle que soit par ailleurs sa qualité, que nous ne discutons pas ici.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Dartiguenave et Jean-François Garnier, « Les conditions épistémologiques à l’élaboration d’une sociologie du travail social », Recherches sociologiques et anthropologiques, 42-1 | 2011, 77-95.

Référence électronique

Jean-Yves Dartiguenave et Jean-François Garnier, « Les conditions épistémologiques à l’élaboration d’une sociologie du travail social », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-1 | 2011, mis en ligne le 23 septembre 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rsa.revues.org/658 ; DOI : 10.4000/rsa.658

Haut de page

Auteurs

Jean-Yves Dartiguenave

Maître de Conférences HDR au département de sociologie et sciences du langage de l’Université de Rennes 2, co-directeur du Laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie.

Jean-François Garnier

Docteur en sociologie et chercheur associé au LAS de l’Université de Rennes 2.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org