Navigation – Plan du site
Lecture critique

Une mise en discussion autour du livre Socio-analyse des raisons d’agir. Études sur la liberté du sujet et de l’acteur de Guy Bajoit

Rachel Brahy, Nicolas Marquis et Martin Wagener
p. 111-121
Référence(s) :

Bajoit Guy, Socio-analyse des raisons d’agir. Études sur la liberté du sujet et de l’acteur, Québec, Presses de l’Université Laval, 2009, 364 p.

Texte intégral

I. Présentation de l’ouvrage et de “l’argument global”

1L’objectif que se donne la socio-analyse est d’« élucider les raisons pour lesquelles [des personnes] ont pris certaines décisions ou adopté certaines attitudes par lesquelles elles ont cherché à être sujets et acteurs de leur existence et à augmenter leur part de liberté par rapport aux contraintes sociales, culturelles et matérielles » (p. 89). A la suite de nombreux auteurs, Bajoit appuie l’idée que nous serions tous, dans les sociétés occidentales, amenés à vouloir augmenter notre capacité à « être sujet et acteur de notre existence » (p. 90, entre autres). En d’autres termes, il nous faut accepter l’idée que nous voulons intervenir sur nos vies. Il ne semble pas que ce constat appelle de remarques particulières : il s’agit aujourd’hui d’un point de vue largement partagé par les experts de nos disciplines. On peut par exemple renvoyer aux études de dispositifs se présentant aux individus comme des supports à une intervention sur eux-mêmes et inaugurant l’ère du “travail sur soi” (Vrancken/Macquet, 2006). Bajoit emprunte pourtant une autre voie : plutôt que de mettre en lumière la norme sociale qui pousse chacun à devenir l’entrepreneur de sa propre vie, il cherche à saisir autour d’un acte central, une attitude ou un comportement, le faisceau de raisons (conscientes et inconscientes) qui permettent d’expliquer les actes qui visent à (re)prendre le contrôle de sa vie ou à augmenter sa part de liberté. Autrement dit, Guy Bajoit propose un guide méthodologique pour cerner la “matrice motivationnelle” qui justifie la mise en place par l’individu d’un tournant dans sa vie.

  • 1  Cette faculté peut-être synthétisée par le terme “sujet”, que l’on définit généralement en référen (...)

2Ainsi, l’approche “relationnelle identitaire” de Guy Bajoit propose de « fonder un paradigme, qui permette de situer l’individu au cœur de la démarche sociologique, et d’expliquer le social, non plus par le social comme le voulaient les écoles classiques, mais bien par l’individuel » (Bajoit, 2010 :6). Ce sont les moments où l’individu se pose comme acteur de son existence qui vont intéresser Bajoit, les moments où l’individu « prend sa vie en main » ou la « re-prend » (p. 133). Il s’agit donc d’une anthropologie qui implique une « quête des individus d’être sujets et acteurs libres de leur existence ». Ainsi, l’individu est pensé à la fois comme un “sujet” – il est un être qui a « une faculté psychique […] de traiter, de gérer son propre conditionnement » (Bajoit, 2010 :7)1 –, et comme un acteur, ce qui renvoie à la part de l’individu qui agit sur son environnement et l’influence. Pour reprendre les biographies évoquées dans l’ouvrage : Si Guillaume divorce, c’est bien pour ce méta-objectif de « re-prise en mains de sa vie » et d’épanouissement personnel ; si Giovanna se bat pour « avoir du temps pour exercer ses activités créatrices », c’est également pour répondre à ce souci de développement de soi ; si Joaquin veut écrire et vivre sa chance et Léa mener sa renaissance, c’est pour ce même objectif d’être « acteur et sujet de son existence ».

  • 2  En effet, Guy Bajoit prend ce problème à bras-le-corps en proposant une définition substantielle m (...)

3Dans le cadre intellectuel qui vient d’être présenté, nous interrogerons successivement trois aspects de la démarche socio-analytique. Tout d’abord, nous poserons la question de ses potentielles conséquences sur les sujets qu’elle étudie. Il s’agira de se demander ce que la socio-anaylse fait aux personnes. L’anthropologie attenante à la socio-analyse sera ainsi mise sur le métier face à quelques composantes sous-jacentes. Ainsi, nous évoquerons la dimension thérapeutique et nous nous attacherons à questionner l’exercice du “bilan de vie” sous-entendu par la socio-analyse. Dans un deuxième temps, nous évoquerons les implications de l’important aspect narratif de la démarche socio-analytique, principalement sur la manière dont le matériau est produit à partir des récits de vie des individus. Enfin, puisque Guy Bajoit se donne pour projet de réfléchir à la question de la liberté2 d’un point de vue sociologique, nous questionnerons les potentialités critiques de cette démarche au regard de ce que l’on peut trouver dans ce que l’on a coutume de nommer la “sociologie critique”.

II. Qu’est-ce que la socio-analyse fait aux personnes ? Délicatesse et sens d’un “bilan de vie”…

4Plusieurs théories classiques et actuelles de la sociologie sont critiquées pour leur manière de détourner trop vite la “boîte noire” de la sociologie. Or, l’objectif que se donne Guy Bajoit est d’ouvrir et de comprendre cette boîte noire pour parvenir à expliquer les processus par lesquels les individus peuvent devenir des sujets et des acteurs libres et conscients. Pour ce faire, comme nous l’avons évoqué en introduction, la socio-analyse invite l’individu à faire un bilan de son existence. En effet, la démarche organise le vécu autour d’un événement unique, central dans le parcours de vie, qui formera le point nodal de l’analyse. Or, le choix de cet événement, s’il appartient autant à l’analysé qu’à l’analyste, s’impose au fil de la manœuvre comme un véritable organisateur du soi. Il nous semble que cet exercice n’est pas anodin pour la personne qui le pratique. Il y aurait ici au moins deux remarques à formuler.

A. L’inscription thérapeutique de la démarche

5Tout d’abord, une première remarque, d’ordre déontologique invite à la prise en compte de la dimension thérapeutique potentiellement présente dans une telle démarche. Ainsi, n’y aurait-il pas des précautions d’ordre méthodologique particulières à amener en vue de préciser auprès des analysés le statut réservé à l’événement à analyser ? L’auteur vient lui-même sur la question de savoir que faire avec la demande thérapeutique venant de la personne engagée dans la recherche socio-analytique. Il met en garde contre le risque de contre-transfert (non résolu) et évoque l’idée selon laquelle la personne pourrait vouloir s’approprier les discours “made in science” comme un propre récit explicatif et structurant de sa personnalité.

6Ainsi, le processus socio-analytique s’apparente-t-il à un processus socio-thérapeutique ? D’autres auteurs se sont intéressés à la question, et leurs enseignements sont éclairants quant aux hypothétiques effets de la socio-analyse. Rose Dufour, anthropologue du Collectif de Recherche sur l’itinérance et l’exclusion à l’UQAM (Montréal), a par exemple tenté avec plusieurs femmes prostituées de comprendre les raisons pour lesquelles ces dernières étaient devenues prostituées et comment elles avaient pu (ou non) changer de position dans la société. Dans sa démarche propre, Rose Dufour met l’accent sur sa volonté d’être une anthropologue qui participe à un milieu social et qui s’y investit. Elle veut renverser l’idée que l’on se fait habituellement de la place des bénéficiaires de la recherche. Le but n’est plus de faire de la recherche pour la recherche, mais pour que les femmes prostituées puissent bénéficier directement des résultats (ici, choisir librement leur métier). Même si les contextes et les cadres théoriques sont évidemment très différents, cela n’empêche pas de voir chez Rose Dufour un positionnement tout opposé à celui de Guy Bajoit. On peut résumer cette opposition comme suit : “faire de la recherche comme but en soi” vs “comme moyen” ; “essayer de se départir du transfert” vs “l’assumer dans l’engagement commun” ? On le voit, il s’agit là de deux approches très différentes mais elles ont en commun de pointer des questions liées à l’engagement du chercheur, la place de la personne et les finalités de la recherche.

  • 3  Voir “Le but ultime de la socio-analyse”, p. 333.
  • 4  Notons à cet égard une implication relationnelle tout aussi importante. En effet, la responsabilit (...)

7Plus largement, on peut se demander si en ouvrant la “boîte noire” des sociologues, on ne risque pas d’ouvrir en même temps la “boîte noire” des psychologues, ou selon Robinson (2003), la boîte de Pandore du psychisme humain ? Comment traiter les blessures ou traumatismes qui sont trop difficiles à accepter pour la personne – que faire du retour du refoulé ? Faut-il une formation clinique spécifique et une maturité exemplaire du chercheur ? Est-ce que la recherche ne mène pas malgré elle à une relation thérapeutique à travers la “collaboration effective” autour des thématiques plutôt intimes ? Certes, l’auteur n’écarte pas cette question d’un revers de main3, mais peut-on se contenter de se dire à propos des analysés « qu’un supplément de réflexivité ne peut leur faire que du bien » (p. 333). Il semble qu’en ne soulevant pas suffisamment cette question, la socio-analyse risque, peut-être malgré elle, de confronter les personnes à une lecture d’elles-mêmes qui pourrait, au final, se révéler difficilement supportable4. Comme l’avoue l’auteur, « la question reste ouverte » (p. 333) ; nous ajouterons pour notre part qu’elle nous parait d’autant plus cruciale que l’on envisage l’appropriation d’une telle démarche par d’autres chercheurs, peut-être moins chevronnés, moins proches de leurs enquêtés, etc.

B. L’inscription de la démarche dans son propre modèle culturel

8Formulons à présent une seconde remarque d’ordre épistémologique : quel sens convient-il d’accorder à un tel exercice relativement aux injonctions contemporaines poussant l’individu à être lui-même ? Guy Bajoit a théorisé le « modèle idéologique du grand ISA », évoquant l’Individu, Sujet et Acteur (Bajoit, 2007). Ce modèle aurait pour maxime une injonction paradoxale qui correspond à la phrase “Sois autonome”. Selon Bajoit, le Grand ISA est tyrannique : il s’impose comme un Dieu alors qu’il correspond en réalité à un principe abstrait et ultime produit par les humains dans la pratique de leurs relations sociales. Ainsi, c’est parce qu’il est projeté hors des consciences qu’il s’impose comme un « Personnage Majuscule » destiné à donner du sens, à orienter les conduites des individus dans leur vie commune. De fait, le Grand ISA inspire les croyances par rapport au Beau, au Vrai, au Juste, au Légitime et au Désirable… Par ailleurs, le Grand ISA est sournois : il semble s’effacer derrière les individus dans la mesure où il invite à se libérer de l’emprise du social. Pourtant, en faisant cela, c’est un autre social qu’il propose : celui du “sois toi-même”. L’illusion de liberté ainsi produite force les personnes à choisir (“choisis ta vie ; mais si tu ne choisis pas, c’est mal”). L’ambition d’auto-réalisation personnelle n’est alors plus uniquement un désir individuel, elle devient une obligation sociale. Il FAUT être soi, se dépasser, se construire… Ce qui ressemble à des droits (et est revendiqué comme tel) correspond alors à des devoirs (il faut). Bajoit parle d’un « droit-devoir d’autoréalisation personnelle » (suivre sa voie, sa vraie nature) ; d’un « droit-devoir de libre choix » (être sujet de son existence, décider soi-même) ; d’un « droit-devoir de plaisir » et « droit-devoir de sécurité ». Il égrène ainsi les tables de la loi du Grand ISA (Bajoit, 2007 :113).

  • 5  Si les moyens sont semblables à bien des égards avec les procédures de coaching, la socioanalyse s (...)

9Dans le cadre de cette lecture, quelle place accorder à l’entreprise proposée dans la socio-analyse ? Ne s’agit-il pas d’une méthode qui participe et conforte les injonctions présentées dans le modèle du Grand ISA ? La question qui suit est : le socio-analyste soutient-il alors la fabrication d’identités ? Sa démarche s’apparente-t-elle (et, en quoi s’en distingue-t-elle fondamentalement5 ?) aux multiples procédures d’aide et de réorientation qui proposent (imposent ?) aux individus des bilans afin de parvenir à réorienter leur carrière, leur vie amoureuse, etc. N’y a-t-il pas dans la socioanalyse un vif écho à ce phare idéologique contemporain du “projet de vie”, aujourd’hui largement mobilisé notamment par les coachs en tous genres, ou dans le cadre d’une conditionnalité de l’aide dans le travail social, par exemple. Quelles conclusions tirer de cette proximité idéologique ? Bajoit n’élude pas la question puisqu’il propose d’introduire l’ISA au cœur de la sociologie (Bajoit, 2008 :chap. II) afin d’interroger le fonctionnement de ce modèle culturel au cœur même des consciences et inconsciences. Une nouvelle interrogation découle de ce qui précède. Que faire des personnes qui ne seraient pas mues par de tels projets ? Des personnes qui n’auraient pas une vision aussi linéaire de leur parcours ? De celles et ceux qui ressentent vis-à-vis de ce modèle culturel un malaise profond ? La socioanalyse ne risque-t-elle pas de renvoyer les personnes moins réflexives, moins spirituelles à une certaine « Fatigue d’être soi » (Ehrenberg, 1998) ? Ne les pousserait-elle pas dans cette “quête de soi” finalement très en vogue dans notre monde contemporain ? Et avec quelles conséquences ? Car, comme le notait déjà le philosphe français Alain, « Tant qu’on porte le poids des choses, il faut être heureux ou périr ; mais dès qu’on porte, en inquiétude, le poids de soi, tout chemin est rude » (1928 :176). Ainsi, il n’est peut-être pas anecdotique que la seule personne analysée dans l’ouvrage de Bajoit qui ne soit pas allée « jusqu’au terme » de sa renaissance (Lia) lise de nombreux ouvrages concernant le développement personnel. Guy Bajoit note en effet que Lia (p. 305) « lit – elle dévore ! – notamment : Guy Corneau, Le meilleur de soi ; Thomas d’Ansembourg, Cessez d’être gentils, soyez vrais, ou Être heureux, ce n’est pas nécessairement confortable ; Michel Odoul, Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi ; Thierry Janssen, Vivre en paix, […] ». Faut-il y voir un simple hasard ou les symptômes d’une époque à laquelle s’adossent finalement fort bien la démarche de la socio-analyse et l’anthropologie sur laquelle elle repose ?

  • 6  Ou faut-il que les personnes participant à la recherche présentent un “noyau identitaire” assez st (...)

10En effet, « Le postulat anthropologique sur lequel repose la théorie socio-analytique pourrait être énoncé comme suit : l’humain est un être qui cherche à se construire et à se reconstruire sans cesse une identité personnelle paisible : pour y parvenir, il a besoin d’agir sur lui-même (d’être sujet) pour gérer les tensions qui lui viennent de sa pratique des relations sociales ; il a besoin d’agir sur les autres (d’être acteur) pour modifier les contraintes qu’ils font peser sur lui ; c’est cette double capacité d’action qui lui permet de se libérer plus ou moins du conditionnement social » (p. 8). Ceci nous amène à nous interroger : ne faut-il pas déjà bien se connaître pour être un bon sujet de la socioanalyse ? Giovanna par exemple « s’est dotée – écrit Guy Bajoit – d’un récit identitaire bien construit, sans failles, en béton ! » (p. 263). Guillaume était déjà engagé dans la rédaction d’une autobiographie (Guillaume l’encagé) quand il a entamé la socio-analyse. Joaquin écrivait des romans avec des personnages largement autobiographiques et puisqu’il est mort et assez célèbre, son histoire est relativement bien connue. Autrement dit, est-il possible de travailler avec quelqu’un qui ne possède pas de récit identitaire préexistant6 ? Plusieurs petits mots et petites phrases parsèment l’ouvrage et œuvrent à faire passer l’idée selon laquelle toute personne aurait fondamentalement un « projet de vie ». On peut lire que chacun possède « un désir profond », « une voie à trouver », « un chemin à emprunter ». Nous relevons : « un désir têtu, ardent », « un désir puissant », « une force interne irrépressible », etc. Mais que faire alors, dans le cadre de la socio-analyse, de ces personnes qui peinent à se définir, en proie avec un malaise identitaire tenace ? On pourrait également interpréter ce malaise identitaire à l’aune de la thèse d’Alain Ehrenberg (1998) et ainsi relier défaut d’identité et expérience de subjectivation.

11Afin d’enrichir ce questionnement sur les modalités de définitions identitaires contemporaines, nous voudrions souligner encore une étrangeté propre aux cas analysés : trois des quatre personnes analysées dans l’ouvrage se racontent au travers d’une passion artistique à assouvir. Ce sont des “artistes” en puissance : une dramaturge, un écrivain et une pianiste. La conception de l’individu comme artiste apparaît, de manière générale, assez présente dans le volume. Comment considérer ce modèle identitaire ? S’agit-il d’un modèle identitaire propre à notre époque ? D’un modèle qui siérait particulièrement bien aux injonctions du Grand ISA ?

12Alors qu’il analyse la transposition du modèle artiste au monde du travail, Menger se demande : « qu’advient-il quand les valeurs d’imagination et de créativité deviennent des injonctions communes du monde du travail ? » (Menger, 2002 :90). Ne pourrions-nous pas adresser la même question à une sociologie qui fait sienne cette anthropologie de la créativité ? Faut-il y voir la description d’une normativité contemporaine ? Faut-il comprendre cette définition de soi comme l’expression de la seule version positive disponible pour répondre aux injonctions du modèle culturel contemporain ? Ainsi, si ces personnes sont des artistes en puissance, ne le sont-elles pas conformément à un modèle de société qui leur indique cette voie ? Le modèle artiste n’est-il pas le seul disponible qui permette de s’affirmer contre un social tout en jouant le jeu-même de ce social ? Le schéma du rêve entravé, de la destinée contrariée ou difficile à accomplir est très présent dans la structure générale de la socio-analyse. Ce schéma convient-il encore pour décrire notre monde ? Comment articuler cette pensée à un sentiment de vide largement évoqué par ailleurs ? Comme si chacun de nous possédait un petit soi à l’intérieur de lui, vis-à-vis duquel il serait bon de se mettre à l’écoute. Mais, le sujet a-t-il nécessairement un « telos » à réaliser, ancré dans ses raisons profondes « au fond de la cave » (p. 93) ? Concernant cet aspect de présentation de soi, la forme “récit” n’est sans doute pas étrangère.

III. Comment le sociologue s’y prend-il pour faire de la socio-analyse ? Le récit comme instrument d’une illusion biographique ou comme révélateur d’une épreuve pertinente ?

13N’est-on pas ici face à ce que Bourdieu appelait « l’illusion biographique » (Bourdieu, 1986) ? La vie peut-elle être comprise comme un chemin, une route ou un voyage ? Est-ce que les individus se trouvent dans un réseau de métro, dans un autobus ou dans une ville changeante (Passeron, 1989) ? Ou, pour reprendre Frédéric De Coninck et Francis Godard – qui parlent de plusieurs modèles de causalité temporelle en œuvre dans les recherches qui utilisent des matériaux biographiques –, sommes-nous confrontés à un modèle d’explication qui rend compte des aspects structurels qui façonnent les biographies individuelles, tentons-nous plutôt de trouver dans l’évènement une explication “archéologique” capable de résumer le sens sous-jacent qui structure la vie d’un individu, ou s’agit-il du modèle du cheminement « bifurcatif », où « chaque existence se divise en tronçons calmes, où les choses suivent leur cours, et en moments décisifs, où tout est remis en jeu, où les destinées bifurquent les unes des autres » (De Coninck/Godard, 1990 :36). Bien que différentes temporalités soient présentes, il nous semble que le modèle “archéologique” prend le pas sur les autres, la logique présente dans les explications traitant du moment décisif crée l’impression qu’une structure plutôt interne (la logique du sujet pris entre ses tensions et face à un monde où il développe des raisons d’agir) de l’individu expliquerait l’essentiel du devenir biographique. Mais n’est-on pas là face à une explication qui « …ne connaissant que des itinéraires et des trajets individuels, […] fait disparaître la considération des véhicules, c’est-à-dire des segmentations, plus ou moins contraignantes, plus ou moins durables, selon lesquelles sont conjoints ou disjoints les paquets d’individus véhiculés dans un réseau de déterminations » (Passeron, 1989 :n.p.). Comment la socioanlayse rendrait-elle alors compte des différentes temporalités (et des différentes épreuves qui contraignent les vies individuelles à des dégrés divers) à l’oeuvre dans l’explication de l’individuel ? Comment rendre compte de ce qui est partagé dans les trajectoires ? Le sujet chez Guy Bajoit est bien plus qu’un agent qui est conditionné par son environnement, il rend compte des multiples facettes des individus, mais l’approche semble quand-même privilégier une interprétation “archéologique” qui explique les trajectoires individuelles à partir d’un raisonnement global. Est-ce que les raisons d’agir peuvent changer ou différer fortement selon les situations ?

  • 7  Mais Martucelli admet aussi que certaines épreuves peuvent devenir à tel point dominantes qu’elles (...)

14Comment le socioanalyste considère-t-il la forme du “récit” biographique ? C’est, en soi, la forme narrative qui mériterait, à notre sens, réflexion. Nos sociétés contemporaines proposent des formes narratives (au théâtre et au cinéma) où ce rapport au “telos” est repensé, où il est complexifié par une forme narrative à entrées multiples. Le genre “chorale” témoigne de ces aspects “éclatés” de la narration. Ne pourrait-on pas envisager que l’histoire du sujet contemporain corresponde aujourd’hui davantage à cet éclatement : approcher la vérité sur soi passerait alors par l’articulation de plusieurs “soi” qui se superposent. L’image du palimpseste7 utilisée par Martucelli dans Forgé par l’Epreuve est également évocatrice pour asseoir l’idée que « les individus réinterprètent sans arrêt leur propre vie, et avec elle, le bilan de leur existence […] », ce qui invite à considérer une « trajectoire de vie » comme une « expérience simultanée et contradictoire d’une pluralité d’épreuves » (Martucelli, 2006 :414).

15Il nous semble que l’une des difficultés de la socio-analyse émerge d’un relatif manque d’articulation entre éléments “factuels” et “narratifs”, comme si la personne n’était que son histoire et toute son histoire. Ceci n’est pas sans conséquence sur les “interprétations” que l’on peut donner à certaines “motivations” et, nous semble-t-il, ceci complique quelque peu le jeu (pourtant très intéressant) entre “collaboration” et “dévoilement”. Autrement dit, comment démêler le statut des interprétations de la personne et du sociologue ? Cette question nous amène à nous intéresser à l’épreuve en tant que notion permettant à l’individu de comprendre la liberté située au sein de structures qui produisent l’action.

16Guy Bajoit propose une sociologie plutôt introspective qui cherche majoritairement dans l’individu et à travers ses relations les moyens de poser un acte libre. Il donne quatre conditions : il doit être conscient, volontaire, libérateur et agonistique, c’est-à-dire être dirigé contre un adversaire ou un état.

17En suivant la définition que Touraine donne du sujet (Touraine, 2007), nous retenons l’idée selon laquelle devenir sujet passe inévitablement par un moment plus collectif, nécessaire pour parvenir à remplir les conditions sociétales favorables aux marges d’action. Or, en lisant Guy Bajoit, on pourrait, par exemple, avoir l’impression que l’esprit de 1968 est dans la vie de Guillaume un simple “pré-texte” sur lequel il se repose pour trouver une solution à des tensions identitaires internes. Guy Bajoit parle dans la partie méthodologique de son ouvrage de la solidarité comme un des moyens de trouver collectivement plus de liberté et de l’importance de la démocratie et des médiations pour faciliter l’avènement de la liberté, mais ces concepts semblent perdre un peu de leur importance lors des analyses de cas concrets par rapport aux réappropriations de la personne.

18A titre d’exemple, une démarche extrospective pourrait mettre davantage l’accent sur les difficultés sociétales. On retrouve une telle approche chez Martuccelli, condensée dans le concept d’épreuve : la prise en compte d’un contexte où l’acteur est confronté aux lourdeurs et contraintes du social et où il bénéficie d’une marge de manœuvre face à une « malléabilité relative du social » (Martuccelli, 2006, 2010). Ainsi, le concept d’épreuve est indissociable d’un récit de mise à l’épreuve, ce qui suppose une conception de l’individu qui affronte l’épreuve et s’y mesure. Cette démarche est donc également indissociable d’un processus d’évaluation des situations par les individus. Elle permet de mieux comprendre les marges de manœuvre et les possibilités d’action qui se situent plutôt dans le social. Une sociologie qui veut tant comprendre la “boîte noire” sociologique pour approfondir notre connaissance sur les raisons d’agir ne devrait-elle pas également mettre l’accent sur une démarche plus extrospective, et éventuellement sur plusieurs cas, pour mieux cerner la société entourant l’individu, sujet, acteur ?

19Guy Bajoit se réfère largement au concept de “sujet” chez Touraine. Il retient que le sujet placé entre les univers de la raison instrumentale et de l’individualisme moral (p. 70) est un des derniers principes de reconstruction de l’expérience sociale. Le sujet libre est celui qui peut en connaissance de cause agir sur son environnement social et sur soi-même. Cette vision du sujet implique un rapport à soi, qui se définit intrinsèquement comme un rapport à l’autre, au collectif. La liberté de l’individu fait donc aussi appel à une société qui reconnaît ce type de liberté, sans que ni l’un ni l’autre ne soient jamais absolus. Une relation conflictuelle persistera entre le sujet et le collectif. D’où une autre question : est-ce que l’étude de la liberté n’invite pas d’office à l’étude des situations sociales et des modes de reconnaissance des droits sociaux, culturels et politiques des individus, qu’ils soient “sujets” et/ou “acteurs” dans la société ?

IV. La socio-analyse des raisons d’agir ouvre-t-elle la possibilité d’une critique sociologique ?

20Il semble évident que le concept de liberté, tel qu’il est mobilisé par Bajoit dans sa sociologie qui en fait une valeur et un principe explicatif centraux, recèle une dimension normative, puisqu’il s’agit au final de qualifier des actes de libres, en les opposant aux actions contraintes, dépendantes d’autrui, voire aliénées. A la lecture de l’ouvrage, il apparaît assez clairement que la socio-analyse ne développe cependant aucune prétention en termes d’évaluation normative des actes libres ou non : son but est de comprendre “comment chaque individu vit sa vie”. Le registre choisi par Guy Bajoit est donc analytique. On peut cependant se demander si malgré elle, une sociologie qui donne une telle place à la notion de liberté n’ouvre pas inéluctablement la porte à une approche évaluative ou critique. Autrement dit, la question est de savoir si, en refusant de prendre à bras le corps la dimension critique que recèle potentiellement l’idée de liberté, la socioanalyse n’obture pas certaines implications de ses choix épistémologiques et théoriques. Cette proposition nécessite un examen plus approfondi.

21On l’a déjà dit, ce qui frappe à la lecture de l’ouvrage de Bajoit c’est l’accent mis sur l’individu. L’individu est au principe de cette sociologie (et l’auteur y insiste, il s’agit d’une « révolution copernicienne » pour les sociologues) : il s’agit d’analyser son histoire, ses actes libres ou non, ses décisions, sa manière de vivre sa vie, etc. La dimension individuelle est aussi très marquée dans la manière de récolter les données : c’est à travers le prisme de l’individu, de son vécu, de ses représentations que le monde qui l’environne est abordé. Enfin, cette dimension individuelle est présente dans la définition de ce qu’est un acte libre : celui-ci est toujours une action de l’individu “pour lui-même” et parfois “contre d’autres”. Intuitivement, on peut déjà remarquer qu’une telle insistance sur l’individu n’est pas forcément compatible avec les perspectives critiques classiques en sociologie, qu’elles soient d’obédiences bourdieusienne, foucaldienne ou issues de l’école de Francfort. La première question (est-il possible de faire une sociologie de la liberté sans inclure une dimension critique ?) se double donc d’une deuxième (est-il possible d’admettre cette dimension critique dans une approche qui fait de l’individu le principe central de sa sociologie ?).

22Puisque ces interrogations sont trop fondamentales pour être abordées de front, on développera trois questions qui pourraient être adressées à n’importe quelle perspective critique, en les adaptant à la socio-analyse des raisons d’agir.

  • 8  Proche en cela d’une perspective phénoménologique.
  • 9  S’ils ne font pas sens pour les acteurs, cela peut être pour des raisons fort différentes : soit q (...)

23Le premier point concerne l’objet de la critique : que peut-on critiquer en sociologie ? Que peut-on critiquer dans une perspective de socio-analyse des raisons d’agir ? On pourrait certainement répondre qu’on chercherait à soumettre à la critique les processus qui restreindraient la possibilité d’actes libres. C’est d’ailleurs souvent ce qui est critiqué en dernière instance en sociologie : le fait que des vécus individuels ou collectifs ne peuvent s’épanouir (parce qu’ils sont coincés dans des agirs trop instrumentaux, dans des définitions d’eux-mêmes qu’ils ne se sont pas données, dans des jeux de pouvoir où ils sont en position de faiblesse, dans des situations où ils n’ont pas les supports suffisants, etc.). La socio-analyse n’a d’ailleurs de cesse de pointer les facteurs qui favorisent ou non des actes que sa grille d’analyse lui permet de qualifier de “libres”. Mais on peut se demander si la socio-analyse des raisons d’agir, puisque faisant « de la sociologie au niveau des acteurs » et s’attachant à comprendre ce qui fait sens pour les individus8, ne laisse pas hors du giron de sa critique les facteurs qui ne trouvent aucune place dans la conscience et dans le discours des individus ? On peut penser par exemple à des processus de domination sociale qui, tout en ne faisant pas sens en tant que tels pour les acteurs, n’en sont pas moins prégnants dans la manière dont ces derniers conduisent leur vie9.

24Une deuxième question qui peut être adressée à toute sociologie critique a trait au porteur de la critique : qui peut effectuer cette critique sociologique ? Dans le cas de la socio-analyse, on se demandera alors qui est en mesure de qualifier telle ou telle action de libre ou, au contraire, de contrainte ou d’aliénée ? La réponse semble équivoque, et ceci n’est encore une fois pas sans lien avec la place prise par l’individu dans l’analyse. Est-ce l’individu dans le récit qu’il fait, lorsqu’il a l’impression de poser des actes conscients, volontaires, etc. ? Ou est-ce le sociologue en fonction de critères préétablis ? Et surtout, que fait-on lorsqu’il n’y a pas concordance entre le diagnostic de l’individu et celui du sociologue à propos du caractère libre d’un acte ? Que fait le sociologue des raisons d’agir qui lui paraissent pertinentes, mais dont l’acteur ne veut pas entendre parler ? Ceci montre que l’on ne peut pas se départir aussi facilement de questionnements liés à une potentielle position de surplomb du sociologue, particulièrement lorsqu’il s’agit de qualifier des états de choses ou des actes à l’aide de catégories qui ont également cours dans le sens commun.

25Ces considérations nous amènent à une troisième question : en vertu de quoi peut-on critiquer en sociologie ? Autrement dit, au nom de quoi peut-on mener une critique ? Dans le cas de la socio-analyse des raisons d’agir, la réponse semble donnée : en fonction de la liberté des acteurs et de leurs actes. L’arsenal conceptuel développé par Bajoit prend sens lorsqu’il permet de mettre en place « une démarche sociologique qui propose, avec l’aide active de personnes intéressées, d’élucider les raisons pour lesquelles elles ont pris certaines décisions ou adopté certaines attitudes par lesquelles elles ont cherché à être sujets et acteurs de leur existence et à augmenter leur part de liberté par rapport aux contraintes sociales, culturelles et matérielles » (p. 90). Mais ne faudrait-il pas considérer cet idéal d’être « sujet et acteur de son existence », cette volonté d’augmenter sa part de liberté contre des contraintes sociales notamment, comme des items socio-historiquement situés ? Autrement dit, ne faudrait-il pas être attentif à ses multiples réappropriations dans d’autres types de discours (de sens commun, managériaux, psychologiques, etc.) ? Peut-on encore, en sociologie, porter une critique en mobilisant ce lexique de la liberté, de l’épanouissement personnel, de l’autonomie, alors que certains pointent justement le caractère pathogène de ces notions lorsqu’elles sont réendogénéisées par ces discours et pratiques (par exemple du travail sur soi) ?

26Plus particulièrement, il nous semble qu’un des critères utilisé par la socio-analyse des raisons d’agir, à savoir l’idée qu’un acte libre a pour but et pour effet de permettre à l’individu de se départir des contraintes sociales, doit lui-même faire l’objet d’une analyse sociogénétique. En effet, on retrouve ce schème de la libération dans de nombreux dispositifs tels que les ouvrages de développement personnel présents dans les rayons des librairies. S’il ne fait aucun doute qu’il est intéressant pour le sociologue d’analyser la mobilisation dans leur récit par les individus qu’il interviewe de cette configuration “bon individu libre/mauvais social contraignant” pour donner du sens à leurs actions (tout comme il est sociologiquement intéressant d’observer comment des individus mobilisent du vocabulaire “psy” dans leurs discours), on peut par contre se demander si, en traduisant tel quel ce schème de la libération pour en faire un critère sociologique de définition d’un acte (tout comme en reprenant des catégories psy), on ne pèche pas par manque d’un constructivisme minimal. N’utilise-t-on pas comme outil d’analyse ce qui devrait faire justement l’objet de l’analyse ? Par ailleurs, cette réappropriation sociologique du schéma “individu libre/social contraignant”, qui pousse à réfléchir l’individu comme entité qui se construit uniquement dans les interstices du social, pourrait avoir comme conséquence de passer sous silence les aspects habilitants du social. Or, Durkheim nous enseignait déjà que l’individualisme, cette recherche d’une construction de soi hors des normes, était peut-être le plus social des faits. De même, l’un des apports des travaux foucaldiens est d’avoir montré que le pouvoir (ou le social) dont l’individu dit chercher à se départir n’avait pas que des aspects contraignants, mais aussi productifs. Libération et assujettissement sont donc les deux faces de la même pièce de la constitution d’un individu, puisque même notre préoccupation pour la liberté est soutenue socialement par une série de discours et de dispositifs sociaux.

27Au final, la mobilisation du schème de la liberté dans une approche centrée sur l’individu ne laisse de poser une série de questions quant à ses implications sur la pratique sociologique, ses ressorts épistémologiques et ses conséquences politiques.

V. Conclusion

28Le premier but de ces remarques et questions adressées à l’ouvrage de Guy Bajoit n’est autre que de pointer l’une de ses forces qu’on ne peut négliger : Guy Bajoit n’a pas peur de plonger ses mains dans le cambouis d’une pratique sociologique concrète qui engage avec elle une série de questions fondamentales liées aux multiples paramètres de cette pratique : pourquoi faire de la sociologie ? Quel statut donner à la parole des acteurs ? N’y a-t-il pas un effet de désirabilité sociale issu du dispositif de récolte des données ? De quel(s) point(s) d’ancrage la sociologie peut-elle se saisir pour proposer une critique de la réalité ?

29Guy Bajoit pousse le lecteur attentif à se confronter à des interrogations qui sont d’ordre épistémologique parce qu’elles invitent à investiguer les conditions auxquelles, et les raisons pour lesquelles, les chercheurs en sciences sociales produisent du savoir. Ces questions ne recevront probablement jamais de réponse définitive, et c’est sans doute tant mieux ainsi. La Socio-analyse des raisons d’agir nous rappelle cependant qu’il est important de continuer, inlassablement, à interroger notre discipline, à tenter de l’ajuster au réel. En bref, elle invite à une réflexion des plus rafraîchissante et des plus nécessaire.

Haut de page

Bibliographie

Alain, Propos sur le bonheur, Paris, Gallimard, 1928.

Bajoit G., “La Tyrannie du Grand ISA”, in Soulet M. H., La souffrance sociale. Nouveau malaise dans la civilisation, Fribourg, Academic Press Fribourg, Res Socialis 31, 2007, pp.17-31.

IDEM, “Grand résumé de Socio-analyse des raisons d’agir. Études sur la liberté du sujet et de l’acteur, Québec, Presses de l’Université Laval, 2010. Suivi d’une discussion par Danilo Martucelli et Jacques Rhéaume”, SociologieS [En ligne], Grands résumés, Socio-analyse des raisons d’agir, mis en ligne le 31 août 2010.

IDEM, Socio-analyse des raisons d’agir. Études sur la liberté du sujet et de l’acteur,Québec, Presses de l’Université Laval, Coll. Sociologie contemporaine, 2009.

Bourdieu P., “L’illusion biographique”, Actes de la recherche en sciences sociales, 62, n° 1, 1986, pp.69-72.

Ehrenberg A., La fatigue d’être soi : dépression et société, Paris, Odile Jacob, 1998.

De Coninck F., Godard F., “L’approche biographique à l’épreuve de l’interprétation – Les formes temporelles de la causalité”, Revue française de sociologie, 1990, XXXI-1, p. 23-54.

Dufour R., Je vous salue…, Sainte-Foy (Québec), MultiMondes, 2005.

Martuccelli D., Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, Armand Colin, 2006.

IDEM, La société singulariste, Paris, Armand Colin, Coll. “Individu et société”, 2010.

IDEM, “La socio-analyse, un avatar de la sociologie de l’individu”, SociologieS [En ligne], Grands résumés, Socio-analyse des raisons d’agir, mis en ligne le 30 septembre 2010.

Menger P-M., Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme, Paris, Seuil, La république des idées, 2002.

Passeron J.-C., “Biographies, flux, trajectoires. Questions de l’extérieur. Avant-propos”, Enquête, Cahiers du CERCOM, n° 5, 1989, [En ligne],

http://enquete.revues.org/document77.html.

Rheaume J., “De l’individu sujet à l’acteur social : un passage difficile”, SociologieS [En ligne], Grands résumés, Socio-analyse des raisons d’agir, mis en ligne le 30 septembre 2010.

Robinson B., Psychologie clinique : De l’initiation à la recherche, Bruxelles, De Boeck Université, 2003.

Touraine A., Penser autrement, Paris, Fayard,2007.

Haut de page

Notes

1  Cette faculté peut-être synthétisée par le terme “sujet”, que l’on définit généralement en référence à la capacité à s’approprier son propre assujettissement.

2  En effet, Guy Bajoit prend ce problème à bras-le-corps en proposant une définition substantielle mais sociologique de ce qu’est un acte libre : il est posé par un acteur responsable qui « sait pourquoi il veut ce qu’il veut » et qui « a choisi de faire ce qu’il veut », le but d’un tel acte est de libérer son auteur d’une contrainte et de lui permettre de reprendre possession de lui-même. Il s’agit là d’une véritable gageure que de traduire, pour les sciences sociales, une question souvent appropriée par les philosophes.

3  Voir “Le but ultime de la socio-analyse”, p. 333.

4  Notons à cet égard une implication relationnelle tout aussi importante. En effet, la responsabilité est engagée entre le chercheur et la personne participant au processus, mais il reste difficile de prendre en compte les effets sur les relations proches des personnes enquêtées. Dans l’analyse de Guillaume, ce dernier et l’analyste lui-même reviennent de manière assez critique sur le premier mariage de Guillaume. L’analyse finale retrace les résultats d’un processus qui a été engagé entre deux personnes, mais qui devient accessible après la publication du résultat. Même si les noms et endroits sont changés, la lecture de ce livre pourra faciliter aux personnes entourant l’enquêté de le retrouver, et en premier lieu la partenaire actuelle par exemple, comment peuvent dès lors se penser les relations avec l’entourage de la personne ? Dit de manière plus pratique, est-ce que les conjoints actuels de Guillaume ou de Lia pourront accepter certaines raisons plus illégitimes de leurs relations ? Et plus largement, en creusant en profondeur les raisons légitimes et illégitimes, est-ce qu’il ne faudra pas penser à ce qui est, dans le jargon des psychologues cliniciens, l’intérêt du secret professionnel qui permet le libre-échange ? Ou est-ce dès le départ un échange avec certaines caractéristiques “publiques” ?

5  Si les moyens sont semblables à bien des égards avec les procédures de coaching, la socioanalyse se distingue certainement de ces dernières par son ambition scientifique de connaissance.

6  Ou faut-il que les personnes participant à la recherche présentent un “noyau identitaire” assez stabilisé que pour pouvoir investir la remise en question de leurs propres raisons d’agir, être capables de gérer elles-mêmes le transfert/contre-transfert dans cette relation ? Comme le dit Jacques Rhéaume en faisant allusion à Jean-Jacques Rousseau, faut-il un individu « capable de se mettre à nu, afin de confesser ses faiblesses et ses misères » (Rhéaume J., 2010, n.p.), ce qui n’est peut-être pas donné à tout le monde ? Il faut ajouter que Guy Bajoit note lui aussi qu’il sera assez difficile de trouver des individus prêts à se lancer dans ce type de démarche.

7  Mais Martucelli admet aussi que certaines épreuves peuvent devenir à tel point dominantes qu’elles parviennent à résumer la vie. Autrement dit, qu’elles ne cessent de se rejouer et finissent littéralement par envahir et marquer de leur sceau et de leur langage toutes les autres. Il y aurait alors comme une épreuve « hégémonique » (Martuccelli D., 2006, p. 417) pour l’économie subjective de la personne.

8  Proche en cela d’une perspective phénoménologique.

9  S’ils ne font pas sens pour les acteurs, cela peut être pour des raisons fort différentes : soit qu’ils n’en ont pas conscience, soit qu’ils considèrent qu’il s’agit là d’un donné qu’il n’y a pas de sens à relever, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rachel Brahy, Nicolas Marquis et Martin Wagener, « Une mise en discussion autour du livre Socio-analyse des raisons d’agir. Études sur la liberté du sujet et de l’acteur de Guy Bajoit », Recherches sociologiques et anthropologiques, 42-1 | 2011, 111-121.

Référence électronique

Rachel Brahy, Nicolas Marquis et Martin Wagener, « Une mise en discussion autour du livre Socio-analyse des raisons d’agir. Études sur la liberté du sujet et de l’acteur de Guy Bajoit », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-1 | 2011, mis en ligne le 23 septembre 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/662

Haut de page

Auteurs

Rachel Brahy

Ulg

Nicolas Marquis

Fusl

Articles du même auteur

Martin Wagener

UCL, CriDIS/IACCHOS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org