Navigation – Plan du site
À propos de livres

Barrère Anne, Martuccelli Danilo, Le roman comme laboratoire

Bernard Francq
p. 125-126
Référence(s) :

Barrère Anne, Martuccelli Danilo, Le roman comme laboratoire. De la connaissance littéraire à l’imagination sociologique, Lille, Presses universitaires du septentrion, 2009, 336p.

Texte intégral

1L’ouvrage peut se définir par son ambition et les paris engagés par cette ambition. L’ambition consiste ici à prendre à bras le corps plus qu’un étonnement (p. 1) mais l’étrange rapport que la sociologie entretient avec la littérature. Rapport qui passe du malentendu, du malaise à l’indifférence, voire à la méconnaissance, ou à une distance empreinte de soupçon par rapport à l’imagination romanesque sur le mode entendu “c’est de la littérature”.

2Dès la première phrase de l’introduction, l’essentiel du projet intellectuel qui porte l’ambition du livre est clairement formulé : le roman est un laboratoire qui mérite d’être traité comme corpus (les historiens le font depuis un certain temps) et dont les composantes devraient « stimuler l’imagination sociologique ». C’est ici que l’ambition se traduit par un certain nombre de paris et un ordre d’exposition qui utilise le corpus – imposant, plus de 200 romans – comme des illustrations incitatives à la mise au jour de thématiques nouvelles comme à des ouvertures cognitives et épistémologiques sur la lecture du monde. Un souci didactique évident a animé les auteurs : l’utilisation d’encadrés permettant d’assurer la pertinence de la construction de l’ensemble du livre et ses rebondissements.

3Les paris ouverts ne prêtent pas à ambiguïté : ils relèvent de la volonté d’ouvrir de nouveaux chantiers en proposant une démarche – l’herméneutique de l’invention – qui précise les différences avec les approches antérieures – théorie du reflet, théorie du redoublement – puisqu’il s’agit de « s’efforcer d’utiliser les œuvres romanesques pour produire de nouvelles catégories d’analyses sociologiques » (voir annexe 2 consacrée à définir l’herméneutique en question). Ce qui est remarquable, c’est que tout au long du livre, les auteurs se tiendront à cette posture pour produire des effets de connaissance et d’intelligibilité. Et ce sous trois registres – celui de la vision du personnage, celui des descriptions des situations, celui enfin des conceptualisations du monde. C’est ici que les paris se déploient en autant de propositions pour inciter la sociologie à prendre la mesure des transformations que le roman “travaille” par rapport à ces trois registres constitutifs d’un regard nouveau sur la construction non seulement de l’altérité ou de son absence, mais encore du rapport au monde.

4Relevons les paris qui constituent tant l’apport global du livre que les pistes créatives qu’il ouvre. D’abord, la mise à distance par rapport à une sociologie des positions et/ou des dispositions qui continue à préoccuper l’essentiel de la discipline pour rendre compte des écarts et des différentiels alors que ceux-ci échappent de plus en plus aux classements ; avec les conséquences que cela implique – prise de conscience de la vacuité, monde creux, sensation de vide, épaississement de la quotidienneté… Ensuite, l’existence d’une permanence dans la manière de saisir les personnages : les régimes d’énergie (chapitre IV) qui constituent un moment fort du livre ; le pari de passer d’une sociologie des rôles à une sociologie des relations – l’ouverture d’une nouvelle métrique des distances – et, conjointement, à une sociologie des ambiances à travers au moins ses six consistances (des odeurs aux empreintes, voir chapitre VI) ; le pari enfin de replacer l’imaginaire dans la construction du rapport à la réalité du sujet moderne à travers les images et l’importance aujourd’hui des scénarios filmiques que les acteurs se construisent.

5Chacun de ces paris définit l’apport du livre et son ambition de vouloir focaliser, ouvrir, faire rebondir, résonner, raisonner l’imagination sociologique. Pour son projet, pour la grande force de son articulation, pour l’ambition qui la constitue à travers des paris qui visent à attirer l’attention des sociologues sur des rythmes, des espaces, des images, bref pour sa grande cohérence et sa créativité, ce livre apparaît comme un des apports majeurs à la théorie sociale et comme un moment rare de l’imagination sociologique. Une réserve néanmoins : je ne suis pas persuadé qu’il fallait mettre la démarche – l’herméneutique de l’invention – en annexe ; elle aurait mieux trouvé sa place à la fin de la 1re partie (comme un éventuel chapitre 3) de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Francq, « Barrère Anne, Martuccelli Danilo, Le roman comme laboratoire », Recherches sociologiques et anthropologiques, 42-1 | 2011, 125-126.

Référence électronique

Bernard Francq, « Barrère Anne, Martuccelli Danilo, Le roman comme laboratoire », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-1 | 2011, mis en ligne le 23 septembre 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/668

Haut de page

Auteur

Bernard Francq

CriDIS/IACCHOS/UCL ; CADIS/EHESS/Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org