Navigation – Plan du site
À propos de livres

Coenen-Huther Jacques, Comprendre Durkheim

Hélène Eraly
p. 126-128
Référence(s) :

Coenen-Huther Jacques, Comprendre Durkheim, Paris, Armand Colin, 2010, 220p.

Texte intégral

1Par cet ouvrage, Jacques Coenen-Huther semble chercher à réhabiliter les écrits d’Émile Durkheim, ou tout du moins ceux qui peuvent l’être. Son objectif est d’offrir aux étudiants et aux enseignants un bilan critique de l’œuvre durkheimienne en mettant en évidence tout à la fois ce qu’il est nécessaire d’en retenir et les éléments plus désuets de sa théorie qui font (ou qui ont fait) l’objet de controverses. Outre cette approche critique, l’apport majeur de ce livre est qu’il montre les liens qui peuvent être établis entre la sociologie et l’histoire : en effet, on ne peut pas lire un auteur sans le replacer dans son contexte, sous peine de se laisser aller à des anachronismes et des raisonnements non pertinents.

2Coenen-Huther s’attache donc à situer systématiquement l’œuvre et l’homme dans leur contexte social et politique mouvementé d’avant la première guerre mondiale, nous rappelant par là qu’une théorie est toujours le fruit d’un individu situé idéologiquement (voire politiquement) et que son auteur ne peut donc être dissocié de ses idées. C’est un Durkheim réformateur plutôt que conservateur, modéré plutôt que révolutionnaire que Coenen-Huther nous dépeint, cheminant à contre-courant des théories du changement par la lutte des classes, s’opposant dès lors ouvertement à des penseurs tels que Karl Marx.

3Coenen-Huther introduit son livre en décrivant Émile Durkheim comme étant tout à la fois un philosophe de par sa formation, un sociologue qui s’est employé à affermir cette discipline comme science à portée universelle, et un citoyen au service de la société et de la IIIe République. A mesure que l’auteur développe la pensée et les concepts de Durkheim, on retrouve les théories majeures de son œuvre, régulièrement appuyées d’extraits de textes originaux, offrant matière à débats.

4Le premier chapitre dresse un portrait critique du sociologue français qui a contribué au développement de la sociologie, discipline qui, à la fin du XIXe siècle, en était encore à ses balbutiements. Entre autres ambitions, Durkheim entendait créer une science du social, à l’instar de ce que les sciences naturelles proposaient, et d’avoir une utilité sociale. Ce faisant, il nourrissait l’espoir de donner au sociologue le double rôle de “savant” et de “conseiller”, afin de lui permettre de poser un diagnostic sur la société et d’amener celle-ci vers un mieux : l’ordre social, enjeu crucial pour les penseurs de l’époque. Durkheim observe une France qui, depuis un siècle avec l’avènement de la modernité, voit sa cohésion sociale s’affaiblir : la chute de l’Ancien Régime desserrant les liens de solidarité place les plus démunis en situation d’isolement et de précarité plus importante. Fort de ce constat, Durkheim propose une sociologie de la modernité fondée sur une théorie de la différenciation : la taille et la densité des populations augmentant, la société ne peut qu’entrer dans un processus de spécialisation des fonctions, de division du travail rendant les solidarités sociales plus organiques que mécaniques.

5La crise du lien social était un objet de préoccupation de premier ordre en France à l’époque de Durkheim ; elle est d’ailleurs restée un thème majeur de discussion à l’heure actuelle. Cette pathologie sociale est due, selon la lecture de Durkheim à un déficit de socialisation (par l’intégration et la régulation). A partir de là, Coenen-Huther développe la théorie du suicide de Durkheim, nous rappelant les différentes manifestations possibles de ce dernier. Mais il ne s’arrête pas là. Il montre également que Durkheim a proposé une lecture idéologique du phénomène du suicide en affirmant que la société française, passant d’une solidarité mécanique à une solidarité organique, se trouvait dans une situation d’anomie. Comme solution, Durkheim allait préconiser d’accepter l’idéologie socialiste.

6C’est ensuite un rappel des principes méthodologiques de Durkheim qui nous est proposé. Celui-ci projetait de faire de la sociologie une “science positive” capable de prendre le contrepied de toutes les réflexions spéculatives autour des faits sociaux en reliant la théorie à la méthode. Pour y parvenir il était nécessaire d’établir une méthode rigoureuse. Des principes de la méthode sociologique, Coenen-Huther retient principalement les suivants : il faut traiter les faits sociaux comme des choses et les dégager de leurs manifestations individuelles en passant notamment par une méthode comparative, le rationalisme scientifique doit avant tout passer par des définitions rigoureuses, le chercheur doit pouvoir s’affranchir de ses prénotions et s’éloigner ainsi du sens commun.

7Malgré ces injonctions à la rigueur, Coenen-Huther voit chez Durkheim davantage d’induction que certains ne l’ont imaginé, car il ne fut pas toujours en mesure de respecter la démarche qu’il avait préconisée. Si Durkheim a prôné une logique déductive, il a concrètement mis en place une méthode inductive en privilégiant l’observation, la théorie n’étant que l’aboutissement d’abstractions progressives. Ce faisant, il a adopté une attitude compréhensive avant la lettre. Coenen-Huther semble prendre le contrepied de la vision relativement partagée d’une œuvre durkheimienne prônant la rigueur scientifique et interdisant ainsi toute conception morale ou critique de la société, tout engagement physique et moral du sociologue. Il nous montre également que l’étiquette apposée à un auteur est souvent due à une lecture partielle de son œuvre : Durkheim a précisément été associé au fonctionnalisme alors qu’il présente également des aspects compréhensifs et systémiques.

8Dans le quatrième chapitre c’est la différence entre le fait social et le fait moral qui est développée, amenant à une définition de l’homme comme un être moral, et de la sociologie comme une science positive de la morale. C’est la conception de la morale que propose Durkheim qui permet à l’auteur d’aborder les questions cruciales de la religion, de l’autorité et de l’éducation ; ces questions, présentes chez Durkheim, ont fait l’objet de nombreuses critiques que l’auteur ne manque pas de nous présenter.

9Dans les deux derniers chapitres, Coenen-Huther montre ce qu’il est advenu de l’œuvre durkheimienne. Si elle a été fort controversée, elle a également inspiré certains théoriciens (Malinowski, Radcliffe-Brown, Merton) et a ouvert la voie au grand courant du fonctionnalisme. On ne peut ainsi que voir Durkheim comme un précurseur à la croisée de multiples champs sociologiques aujourd’hui davantage développés (sociologie de la religion, des institutions, de l’éducation, de la modernité…).

10Pour conclure son livre, Coenen-Huther fait état des apports majeurs de Durkheim à la sociologie : une conception rigoureuse du social, une volonté de faire de la sociologie une discipline scientifique, une attitude mentale de distance, un travail de recherche orienté vers le progrès social et les notions fondamentales de socialisation et d’anomie.

11Plutôt que de suivre Durkheim dans sa chronologie, Coenen-Huther propose une lecture adaptée au public étudiant en abordant l’auteur selon diverses thématiques, sans pour autant les cloisonner, ni entre elles, ni par rapport au contexte plus général dans lequel elles ont été développées. Mais il ne parvient pas toujours à se concentrer sur ce projet et souvent se perd dans des descriptions factuelles du contexte académique et polémique dans lequel a été baignée toute l’œuvre de Durkheim, ce qui semble plus approprié à un public de fins connaisseurs de la sociologie française. S’il fait preuve d’un grand sens critique qu’il transmet à ses lecteurs, il laissera toutefois le sentiment que nous n’avons pas “compris Durkheim”, mais plutôt “relu Durkheim” et revu notre point de vue sur ce grand classique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Eraly, « Coenen-Huther Jacques, Comprendre Durkheim », Recherches sociologiques et anthropologiques, 42-1 | 2011, 126-128.

Référence électronique

Hélène Eraly, « Coenen-Huther Jacques, Comprendre Durkheim », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-1 | 2011, mis en ligne le 23 septembre 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rsa.revues.org/671

Haut de page

Auteur

Hélène Eraly

LAAP/IACCHOS/UCL

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org