Navigation – Plan du site
À propos de livres

Falquet Jules, Hirata Helena, Kergoat Danièle, Labari Brahim, Le Feuvre Nicky, Sow Fatou(Dir.), Le sexe de la mondialisation

Olivier Giraud
p. 130-132
Référence(s) :

Falquet Jules, Hirata Helena, Kergoat Danièle, Labari Brahim, Le Feuvre Nicky, Sow Fatou(Dir.), Le sexe de la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Presses de Sciences-po, Coll. Fait politique, 2010, 280p.

Texte intégral

1L’ouvrage Le sexe de la mondialisation – Genre, classe, race et nouvelle division du travail mérite une grande attention de la communauté académique et au-delà, pour au moins quatre raisons. En premier lieu, cet ouvrage traite d’une question essentielle pour la compréhension du monde contemporain, celle de la dimension genrée de la mondialisation. En deuxième lieu, il réunit une équipe d’auteures et auteurs francophones et autres (plus de la moitié des textes sont traduits de l’anglais) de premier plan. Cet ouvrage dresse ainsi un état des savoirs actuels particulièrement ouvert sur cette question complexe dans lequel l’univers anglo-saxon est bien représenté, ainsi que de nombreux auteurs issus de pays du “Sud”. Un grand nombre de chapitres s’efforcent d’intégrer dans l’analyse les écarts de perspectives sur la globalisation du Nord et du Sud de notre planète. Précisément, au-delà de la dimension pluri- ou transdisciplinaire fort utile qui est celle de cet ouvrage, sa troisième qualité réside dans le fait qu’un grand nombre de textes pensent la mondialisation depuis une pluralité de points de vue. Ici, le risque de complexité liée à la multidimensionnalité, d’ailleurs assumée et revendiquée directement dans le sous-titre de l’ouvrage (Genre, classe, race et nouvelle division du travail), n’est jamais réduit à des rapports de domination univoques. La pluralité est assumée, dans la plupart des contributions, également comme une pluralité des perceptions et des enjeux pertinents, en fonction des points de vue. Enfin, l’ouvrage est organisé de façon pédagogique et systématique. Il isole trois séries d’enjeux spécifiques de la mondialisation : le marché du travail et la division internationale du travail ; le care et le marché du sexe ; la situation des femmes face aux violences et les résistances féminines. Il faut de ce point de vue remarquer que le choix des objets combine des perspectives en passe de devenir classiques (care et mondialisation), mais qui n’en restent pas moins très importantes, et des interrogations plus innovantes dans le cas de la transformation du rapport des femmes à la violence et aux mobilisations politiques et sociales.

  • 1  Bayart J.-F., Le gouvernement du monde – Critique politique de la globalisation, Fayard, Paris, 20 (...)

2Dans un volume modeste (moins de 280 pages), au long de seize chapitres écrits de façon condensée, choisis pour la complémentarité des éclairages qu’ils proposent, cet ouvrage regroupe des analyses d’une grande richesse du caractère profondément polymorphe des interactions entre genre et “mondialisation”. Le titre de l’ouvrage fait usage de ce terme auquel, à la suite de Bayart1, on aurait préféré l’emploi du terme “globalisation” qui renvoie à l’existence d’un espace de régulation spécifique, proprement globalisé, qui n’est pas inclus dans la notion banale de “mondial”.

3Un des projets essentiels de ce collectif est bien de tenter de comprendre en quoi le processus contemporain de globalisation affecte directement les rapports de genre.

4Selon l’introduction et la conclusion de l’ouvrage, les femmes sont en première ligne dans les recompositions contemporaines d’abord parce que ces dernières transforment les équilibres et les frontières entre production et reproduction. La privatisation de la gestion d’un grand nombre de ressources et la disqualification assez répandue des compromis redistributifs dans le monde ont entraîné un mouvement important de marchandisation de la sphère domestique.

5Cette transformation joue un rôle central dans la redéfinition des rapports de genre dans la mondialisation. La croissance de la présence des femmes sur le marché du travail, si elle a été un phénomène massif dans le dernier quart du XXe siècle presque partout autour du globe, s’est cependant stabilisée au tournant du millénaire, dans les pays du Sud. En revanche, la poursuite de ce mouvement au Nord continue d’alimenter les besoins de main-d’œuvre migrante féminine, peu rémunérée, notamment pour prendre en charge les personnes dépendantes. La globalisation, comme accroissement des interdépendances entre les zones du monde, se manifeste ainsi à travers ces nouveaux arrangements entre fonctions anthropologiques (la procréation, le soin, le travail en dehors de la sphère domestique, les déplacements, les formes familiales, etc.) qui composent la réalité même de la vie des femmes. La perspective de genre sur la globalisation permet de montrer l’ampleur des bouleversements récents de ce point de vue.

6Deuxième élément essentiel, la globalisation a transformé les frontières entre État, société et marché à travers des déplacements, qui, remontant en partie aux années 1980, finissent par devenir anciens et affectent l’ensemble des régulations sociales, politiques ou économiques. Outre des effets massifs sur les inégalités dont la croissance est manifeste et répandue tout autour du globe, l’affaiblissement de l’État et des régulations en général tend à dissoudre et rendre incertains les rapports de pouvoir et à ramener les individus à leurs appartenances “essentielles”, dont le genre. Cette “re-naturalisation” des rapports de genre constitue un défi pour les femmes et fait d’elles, souvent aussi de leurs corps, des points de focalisation des tensions entre cultures, ethnies, groupes divers. Ce phénomène semble cependant, dans certaines circonstances, renforcer leurs capacités de mobilisation et de résistance.

  • 1  Walby S. Globalization and Inequalities – Complexity and Contested Modernities, Sage, Londres, 200 (...)
  • 2  Assayag J., La mondialisation vue d’ailleurs – L’Inde désorientée, Le Seuil, Paris, 2005.

7L'ouvrage saisit donc de front certains des enjeux les plus fondamentaux de la globalisation, mais évite de se perdre dans une discussion essentiellement abstraite de ce phénomène. En s’éloignant de la tentative de théorisation entreprise, par exemple, par la philosophe féministe Sylvia Walby1, dont les résultats ne sont guère convaincants, il se rapproche plutôt d’auteurs qui se saisissent de la globalisation à travers des manifestations concrètes, comme Jackie Assayag dans son beau livre La mondialisation vue d’ailleurs2, qui fait vivre ce phénomène complexe à travers une série de tableaux concrets portant sur les transformations du rapport à la nation à travers les séries télévisées, ou encore les conceptions du corps des femmes, à la fois saisies par les discours politiques ou les usages des cosmétiques.

8Dans une inspiration similaire, les analyses produites dans l’ouvrage sont ancrées dans des travaux empiriques récents et approfondis ; elles nous en apprennent beaucoup sur la globalisation, par exemple dans le cas fort explicite de la fabrication et de la commercialisation de plateaux repas qui font fureur dans les supermarchés au Royaume-Uni (Miriam Glucksmann) et qui, entre les ingrédients et la main-d’œuvre qu’ils mobilisent, impliquent de nombreux tours et détours autour de la planète. Les enjeux de l’emploi dans la “ville globale” (Saskya Sassen), des migrations (Mirjana Morokvasic, Liane Mozère), de la sécurité (Viviene Taylor, Jules Falquet) font également l’objet de véritables redécouvertes une fois traités au prisme des rapports de genre dans la globalisation.

9Enfin, l’ouvrage bénéficie d’un travail d’édition et de présentation particulièrement soigné par les six (!) directrices et directeurs de la publication. L’introduction et la conclusion générales, mais aussi les introductions à chacune des parties sont des textes importants qui ne se contentent pas de résumer les contributions passées ou à venir, mais formulent des problématiques transversales et ouvrent des pistes de réflexion. On l’aura compris, cet ouvrage est loin d’être un “collectif de plus” sur la “mondialisation”. Il est un recueil important par sa thématique, par les contributions qui le composent et par le travail d’analyse dont il a fait l’objet de la part de l’équipe qui en a assuré la coordination.

Haut de page

Notes

1  Bayart J.-F., Le gouvernement du monde – Critique politique de la globalisation, Fayard, Paris, 2004.

1  Walby S. Globalization and Inequalities – Complexity and Contested Modernities, Sage, Londres, 2009.

2  Assayag J., La mondialisation vue d’ailleurs – L’Inde désorientée, Le Seuil, Paris, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Giraud, « Falquet Jules, Hirata Helena, Kergoat Danièle, Labari Brahim, Le Feuvre Nicky, Sow Fatou(Dir.), Le sexe de la mondialisation », Recherches sociologiques et anthropologiques, 42-1 | 2011, 130-132.

Référence électronique

Olivier Giraud, « Falquet Jules, Hirata Helena, Kergoat Danièle, Labari Brahim, Le Feuvre Nicky, Sow Fatou(Dir.), Le sexe de la mondialisation », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-1 | 2011, mis en ligne le 23 septembre 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/676

Haut de page

Auteur

Olivier Giraud

LISE-CNRS, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org