Navigation – Plan du site
À propos de livres

Hechter Michael, Horne Christine (Dir.), Theories of Social Order

Yves Laberge
p. 135-137
Référence(s) :

Hechter Michael, Horne Christine (Dir.), Theories of Social Order. A Reader, Stanford, Stanford Social Sciences & Stanford University Press, 2e édition revue et augmentée, 2009 [2003], xiv + 350p.

Texte intégral

1Cette anthologie méconnue examine le concept fondamental de l’ordre social en 34 textes tantôt anciens (de Tocqueville, Marx, Engels, Simmel) ou relativement récents (le chapitre 19 comparant les groupes humains aux fourmis date de 2007). Ici, l’ordre social est compris de diverses manières ; Michael Hechter et Christine Horne rappellent d’emblée que « sans ordre social, il ne peut y avoir ni agriculture, ni industrie, ni commerce, ni investissement, ni développement économique, ni justice, ni art, ni science, ni progrès humain » (p.xii). Partant de l’exemple de la vie quotidienne dans la société afghane actuelle pour définir provisoirement un modèle imparfait d’ordre social, les auteurs démontrent comment une communauté apparemment uniforme et unie peut vivre constamment dans le danger, dans des conditions très difficiles mais assez prévisibles, sans pouvoir atteindre une certaine forme de bonheur ou d’équilibre (p. 1). Selon Hechter et Horne, même les règles les plus rigides ne suffisent pas pour garantir l’ordre social. Il manquerait à cette société une forme de coopération, des « interactions productives » qui permettraient d’unifier les populations d’Afghanistan et leur donner une certaine cohésion sociale (p. 2). Ainsi, une majorité d’individus pourraient travailler ensemble vers un but commun (p. 2).

2Les extraits réunis ici sont parfois célèbres (Le Léviathan de Hobbes, Le Suicide de Durkheim, deux textes classiques de Max Weber), mais le plus souvent à la fine pointe des recherches publiées dans les revues américaines de sociologie depuis une trentaine d’années. Ce sera l’apport le plus stimulant de cet ensemble d’extraits, notamment pour les sociologues aguerris, car ces nouvelles pages comprennent quelques études de cas, des synthèses et des discussions, non pas tant sur les grands théoriciens, mais directement sur les théories touchant l’ordre social, les formes de domination, l’individu, les marchés, les hiérarchies, les groupes, les réseaux sociaux (p. xii).

3La première section de textes est déjà très impressionnante et porte sur les théories sociales et la théorisation, afin de justifier la raison d’être des théories, comprises comme des « explications de phénomènes observables », centrées sur la compréhension des mécanismes et des relations causales (p. 8). Naturellement, la question de l’autorité occupe plusieurs textes de la section sur les hiérarchies. Parmi les textes les plus récents ajoutés dans cette deuxième édition, on trouve au 28e chapitre une discussion datant de 2005 sur la déviance de certains groupes de jeunes adultes autour de pratiques de nouveaux étudiants qui abusent de substances au cours des fêtes universitaires, particulièrement sur les campus aux États-Unis (p. 276). Pour les auteurs de cet article, beaucoup de ces étudiants soucieux d’être acceptés par leur groupe ou dans des fraternités se sentent en fait mal à l’aise avec la consommation d’alcool, mais la plupart font preuve de ce que l’on nomme « l’ignorance pluraliste », ce qui signifie que « personne n’y croit, mais chacun fait comme les autres parce qu’ils sont persuadés que tous les autres y croient fermement » (p. 277). Et si certains parmi les plus jeunes reproduisent le modèle du groupe avec autant d’avidité et de zèle, c’est pour signifier leur volonté d’adhésion, allant même jusqu’à inciter les autres « recrues » à agir conformément à la volonté apparente du reste du groupe (p. 279).

4L’encadrement offert par Hechter et Horne à chaque nouvelle étape dans leur recueil est méticuleux et ne devrait pas être contourné : chacune des huit sections de leur livre comprend une tête de chapitre de cinq ou six pages qui indique un fil conducteur entre les passages choisis. En plus de situer chaque extrait dans son contexte, on souligne les continuités, les préalables, les influences ou les oppositions entre les différentes conceptions théoriques qui sont convoquées. Les co-responsables expliquent que les théories sociologiques diffèrent entre elles et seraient autant de manières de concevoir les conditions dans lesquelles les individus vivent (p. 135). Ainsi, pour analyser les hiérarchies, Hechter et Horne situent les textes classiques de Hobbes, Engels, Max Weber, pour ensuite introduire le texte plus récent de Paul Willis : une étude ethnographique d’une classe d’adolescents de la campagne anglaise autour de 1980 (p. 86). L’extrait en soi débute abruptement et sans réelle préparation par la transcription d’une discussion entre élèves qui contestent l’autorité de leurs enseignants (p. 122). Toutefois, l’auteur fournit ensuite des éléments d’analyse qui permettent de comprendre les distorsions et les conceptions de l’autorité chez ces jeunes élèves à la fois réticents et désorganisés, qui souvent fumeront en public simplement pour être vus par leur entourage en train de fumer et ainsi en retirer une forme de valorisation (p. 127).

  • 1  « www.socialorder.com » et « http://www.sup.org/socialorder/ »

5Ce Theories of Social Order : A Reader précise beaucoup d’idées et de concepts inhérents à la compréhension de l’ordre social, comme les normes, les groupes de solidarité, la cohésion sociale, mais aussi les conflits réels ou apparents (p. 306). Ce n’est toutefois pas un livre d’initiation à la sociologie pour débutants. Les étudiants en fin de premier cycle universitaire en sciences sociales pourront apprécier cet ouvrage dense à condition d’avoir un excellent niveau en anglais. Mais l’effort en vaut la peine car il n’existe pas d’anthologie équivalente en langue française portant spécifiquement sur la question fondamentale de l’ordre social. On s’étonne toutefois de ne pas y trouver un article de, ou sur Pierre Bourdieu, ni aucune mention de son nom dans l’index pourtant détaillé. Ce sera peut-être pour la troisième édition de ce livre instructif appelé à une longue carrière, compte tenu de son indéniable pertinence. Les lecteurs qui posséderaient la version précédente n’auront pas nécessairement intérêt à la remplacer, dans la mesure où seuls quelques nouveaux chapitres ont été ajoutés à cette 2e édition. Par ailleurs, l’ordre des chapitres a été changé et les textes de présentation ont été étoffés par les co-responsables, ce qui prouve que l’on peut toujours bonifier un ouvrage au demeurant excellent. En outre, ce livre étoffé renvoie à un site Internet1 qui le prolonge intelligemment : on y trouve des suggestions de lectures complémentaires et de films pertinents qui illustrent un concept étudié dans le recueil, comme la domination patriarcale (dans Le Parrain) ou le contrôle social (dans 1984). Même sans posséder un exemplaire de l’ouvrage, le lecteur ou l’internaute pourra télécharger gratuitement la préface (pp. xi-xiv) et la présentation de la première partie du livre (pp. 1-5).

Haut de page

Notes

1  « www.socialorder.com » et « http://www.sup.org/socialorder/ »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Laberge, « Hechter Michael, Horne Christine (Dir.), Theories of Social Order », Recherches sociologiques et anthropologiques, 42-1 | 2011, 135-137.

Référence électronique

Yves Laberge, « Hechter Michael, Horne Christine (Dir.), Theories of Social Order », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-1 | 2011, mis en ligne le 23 septembre 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/687

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Ph. D., Québec

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org