Skip to navigation – Site map
À propos de livres

Jounin Nicolas, Chantier interdit au public

Williams Nuytens
p. 137-138
Bibliographical reference

Jounin Nicolas, Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, La Découverte/Poche, 2009, 274p.

Full text

1Le travail de Nicolas Jounin s’appuie sur des enquêtes de terrain réalisées dans la première moitié des années 2000, en France, dans le monde du bâtiment, sur des chantiers et autour de ceux-ci. Il paraît pour la première fois en 2008 et se présente comme un récit d’observations participantes (tandis que l’auteur aura usé d’autres techniques de recherche au cours de sa thèse de doctorat). Cette option de publier essentiellement une version dynamique du terrain, qui se retrouve dans six des huit chapitres que compte l’ouvrage, assure au lecteur une position idéale : il est progressivement emmené sur les chantiers, comme il comprend pas à pas les rapports sociaux qui fabriquent précarités, dominations et catégorisations abusives. Car tel est l’objectif principal de ce travail inscrit dans une tradition empirique articulée autour de la méthode de l’observation : examiner les façons de gérer et de mobiliser la main d’œuvre du bâtiment en se tenant au plus près de configurations et de situations qui fatiguent, tenaillent, concassent, soumettent, agressent, discriminent. Mais ces gestions et mobilisations socialisent aussi à partir d’un jeu complexe fait de loyautés, de protections, de cooptations, de paternalisme, de connivences.

2Le grand mérite du travail de Nicolas Jounin est d’établir une sociologie de la production de bâtis fondée sur la tension entre ces deux logiques de rapports sociaux : la première repose sur la marchandisation de la force de travail et la seconde intègre la personnalisation des relations de travail. Une telle tension, d’ailleurs finement décrite à travers la figure du chef de chantier “gueulard” par exemple, se concrétise alors dans l’économie des rapports entre les catégories de travailleurs. Si le lecteur se réjouit de voir qu’un salarié peut fort bien tirer profit des situations (en se spécialisant au plan professionnel et en progressant dans la carrière, en facilitant l’embauche de connaissances personnelles, etc.), il retrouve vite ses repères en saisissant le sort réservé à l’essentiel des intérimaires et/ou aux ouvriers étrangers ou d’origines étrangères. Les discriminations sont ici structurantes et souvent contradictoires sur le terrain des enquêtes : c’est bien la preuve que l’auteur a su faire fonctionner l’observation comme un levier de travail (notamment lors de ses entretiens) pour comprendre les multiples fonctions des stéréotypes par exemple.

3J’insiste encore, l’option qui consiste à construire Chantier interdit au public sur le mode d’une mise en récit des observations directes donne une envergure au travail du sociologue. C’est d’autant plus le cas ici, car l’auteur a délibérément retenu la chronologie de ses séances sur le terrain. Nous entrons avec lui dans ses premiers chantiers, dans ses souffrances physiques, dans ses réactions de sécheresse et de suspicion face à ce monde social, dans ses naïvetés, ses notes, ses moments aux réfectoires, ses échanges informels, ses missions de coffreur/boiseur et de ferrailleur. Nous découvrons le travail du bâtiment dans la peau d’un intérimaire qui, à l’occasion, aurait pu se faire embaucher, mais sans jamais cesser l’enquête. Et celle-ci a été menée sur des terrains suffisamment différents pour assurer une relative saturation des interprétations ou, pour le dire autrement, pour garantir de quoi s’éloigner du précis des faits. C’est en effet en variant ses statuts, ses chantiers et ses employeurs que Nicolas Jounin pose les bases de la nécessaire distanciation. Et si l’auteur revient sur les limites de ses observations participantes dans une annexe méthodologique à ne pas manquer, c’est sans doute pour mieux faire comprendre un protocole de recherche qui s’imposait pour mettre au jour les mécanismes de la précarisation. De la domination. D’une lutte souterraine aussi. Mais un enquêteur doté de compétences professionnelles avérées dans le domaine du bâtiment aurait-il produit une telle sociologie ? Et se pourrait-il qu’elle soit efficace aussi mais autrement ?

Top of page

References

Bibliographical reference

Williams Nuytens, « Jounin Nicolas, Chantier interdit au public », Recherches sociologiques et anthropologiques, 42-1 | 2011, 137-138.

Electronic reference

Williams Nuytens, « Jounin Nicolas, Chantier interdit au public », Recherches sociologiques et anthropologiques [Online], 42-1 | 2011, Online since 23 September 2011, connection on 22 November 2017. URL : http://rsa.revues.org/690

Top of page

About the author

Williams Nuytens

Atelier Sherpas, Université d’Artois

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org