Navigation – Plan du site
À propos de livres

Pleyers Geoffrey, Alter-Globalization

Clara Carbunar, Ivan de Lépinay, Angela Erazo, Hira Kaynar et Tala Talaee
p. 138-141
Référence(s) :

Pleyers Geoffrey, Alter-Globalization. Becoming Actors in the Global Age, Cambridge, Polity Press, 2010, 272p.

Texte intégral

1Comment être acteur dans la mondialisation ? Voici la question principale relevée par cet ouvrage qui s’intéresse à la capacité d’agir des citoyens à l’heure de la mondialisation. Dès l’amorce de son exposé, Pleyers dessine les traits du mouvement altermondialiste et nous explique sa portée. Réuni autour de la dénonciation des politiques internationales néolibérales, le mouvement altermondialiste apparaît caractérisé par son foisonnement d’initiatives, mais aussi de cultures et pratiques militantes développées à l’échelle de la planète. La logique des acteurs, les projets et valeurs qui les guident, la façon dont ils construisent leurs mouvements, organisations et réseaux, leurs approches du changement social méritent dès lors d’être étudiés. Pour cela, l’auteur adopte une démarche compréhensive appuyée sur une recherche empirique de plusieurs années menée auprès d’acteurs du mouvement lors d’événements internationaux comme les Forums Sociaux Mondiaux ou de mobilisations locales en France, à Liège et au Mexique.

2L’auteur distingue par la suite trois phases chronologiques du mouvement : sa naissance, à partir de la seconde moitié des années 1990, marquée par l’émergence de mobilisations internationales visibles qui cherchaient à interroger le consensus de Washington et notamment de la main des militants français d’ATTAC, bastion fondateur de résistance à la mondialisation néolibérale ; la deuxième, à partir de 2001 avec le 1er Forum Social Mondial de Porto Alegre (Brésil), rassemblant un grand nombre de citoyens et avec une visibilité accrue ; et la troisième période, à partir de 2005 où l’on assiste à une nouvelle distribution géographique du mouvement, avec de nouvelles zones en expansion comme l’Asie, l’Afrique, ou l’Amérique du Nord. Cette dernière période, récemment réactivée par ce que l’on a appelé “la crise financière”, marque également la fin du consensus néo-libéral que les acteurs du mouvement cherchaient justement à remettre en cause.

3Pleyers distingue deux manières d’être acteur dans le mouvement, la voie de la raison et celle de la subjectivité. La rencontre et les tensions entre ces deux voies sont caractéristiques du mouvement altermondialiste. L’auteur détaille ainsi pour chacune de ces deux voies les logiques de l’action et la conception du changement social, s’appuyant pour chacune sur des études de cas plus précises.

4La première partie du livre est ainsi consacrée à la voie de la subjectivité. Pleyers précise que plutôt qu’une lutte contre la mondialisation, cette voie de la subjectivité est un appel à la liberté des individus à choisir leur existence, contre les logiques de pouvoir, la production et la consommation de masse. Il s’agit de créer des espaces dans lesquels chaque individu et chaque collectivité peuvent se construire eux-mêmes comme des sujets dans leurs vies quotidiennes. Selon les activistes de la voie de la subjectivité, en transformant ses loisirs, ses consommations ou son mode de transport, chacun peut devenir un acteur dans sa propre vie et, à la fois, un agent de changement du monde. Cette catégorie est ainsi enracinée dans l’expérience. La subjectivité et la créativité sont au cœur de cette voie et non des chiffres abstraits ou de l’expertise. Les zapatistas, les piqueteros, les membres des centres socio-culturels et les jeunes activistes partagent ainsi la centralité de l’expérience vécue, un concept de changement social basé sur la transformation subjective et culturelle, la valorisation de la diversité et la mise en œuvre d’alternatives concrètes dans les relations sociales. L’auteur identifie aussi les limites de la voie de la subjectivité. Ainsi, la défense des communautés contre la logique du marché peut amener à un retrait vers le localisme, le communautarisme et les identités fermées. L’affirmation de subjectivité par l’expérience peut dériver vers un simple appel à l’hédonisme, déconnectée de toute volonté de changement social. L’individualisation de la participation et de l’engagement peuvent ôter la continuité et l’unité du mouvement, le dissipant dans l’activisme sporadique.

5La voie de la subjectivité cherche à renouveler le rapport des individus au politique au moyen d’une organisation horizontale, mais tend parfois vers une opposition à tous les types d’acteurs politiques. L’idée d’anti-pouvoir concurrence ainsi la logique de contre-pouvoir. Du côté de la voie de la raison, les nouveaux citoyens, équipés d’informations fiables par rapport aux idées et aux événements transnationaux, se prétendent mieux situés pour effectuer un changement du système économique mondial. Ce changement est basé sur des questions de légitimité ; les altermondialistes partisans de la voie de la raison cherchent à la fois à délégitimer la domination de l’économie politique néolibérale ainsi qu’à légitimer leurs idées en s’appuyant sur un soutien populaire massif et global. Les idées de ces experts se développent dans des espaces fermés de compétences ou d’expertise, pour être ensuite diffusées dans les réseaux et aux activistes sur le terrain.

6Mais cette approche révèle une tension entre les deux voies du fait que le mouvement repose, d’une part, sur la participation bien informée de chaque citoyen et, d’autre part, sur la production d’informations et l’organisation du mouvement par des experts. Ces professionnels de la mobilisation ont la capacité d’abstraction nécessaire pour l’élaboration des politiques globales, ainsi que le temps et les ressources nécessaires pour participer aux forums. Alors que l’altermondialisme est un mouvement contre les technocraties qui dominent actuellement l’arène internationale, le développement d’une classe d’élites intellectuelles cosmopolites montre la préférence de cette voie pour l’efficacité au détriment de la participation du plus grand nombre. Ainsi par exemple, le Conseil International du Forum Social Mondial tient des réunions privées et fermées au public. Une autre tension se trouve dans la pratique des experts : en montrant l’échec du néolibéralisme et en proposant des alternatives économiques, les experts restent devant le paradigme de la suprématie de l’économie dans la réorganisation mondiale. Les intellectuels essaient ainsi de séparer capitalisme et démocratie pour pouvoir, à la fois, faire avancer les idéaux démocratiques qui convergent dans certaines institutions internationales et d’autres critères économiques que ceux du Consensus de Washington.

7Enfin, comment faire converger les deux modes d’altermondialisme précédemment cités ? Il s’agit en effet d’éviter tout communautarisme étriqué ou encore tout cosmopolitanisme déraciné, pour reprendre les mots de Friedman. L’auteur précise en premier lieu que la distinction entre les voies de la subjectivité et de la raison doit être considérée comme un outil d’analyse, et non comme la description fidèle d’une réalité forcément plus nuancée. Selon lui, on observe trois modalités idéal-typiques de rencontre des deux voies dans l’histoire du mouvement : la dichotomisation – soit la rupture entre les partisans du local et du global ; l’absorption – lorsque l’une des voies l’emporte sur l’autre ; et l’enrichissement mutuel (cross-fertilization) – qu’il ne faut pas confondre avec une fusion dans laquelle chacune des deux voies se diluerait et perdrait ce qui fait sa différence. Même si ses récentes observations tendent à montrer la domination relative de la raison sur la subjectivité au cours des dernières années, l’auteur se garde de tirer des conclusions hâtives quant à l’évolution future du mouvement, tant les tensions entre les deux extrêmes font partie intégrante de celui-ci.

8Dès lors, quel avenir peut-on envisager pour l’altermondialisme ? La récente crise du système financier international aurait dû sonner comme une victoire idéologique de l’altermondialisme et ainsi asseoir sa popularité. On assiste au contraire à un déclin relatif des entités phares du mouvement, dont ATTAC fait partie, ainsi qu’à une baisse de la participation aux récents Forums Sociaux. Cependant, ce que le mouvement a perdu en intensité il l’a gagné en étendue géographique, nous montre Geoffrey Pleyers. D’autre part, l’idée que l’altermondialisme doit désormais donner naissance à des alternatives concrètes fait progressivement son chemin parmi les activistes, qui en appellent à un idéalisme pragmatique. Jusque récemment encore, l’absence de projet universel concret était perçue comme une force majeure du mouvement, ses partisans ne souhaitant pas reproduire les erreurs des utopies communistes du XXe siècle. Jusque-là délaissés, l’échelon national devient le niveau d’action privilégié et les politiques, des interlocuteurs directs pour ceux que l’on appelle désormais les post-altermondialistes. Cette tendance s’est trouvée confortée par l’arrivée au pouvoir d’hommes politiques porteurs des idéaux altermondialistes dans les pays d’Amérique Latine. Enfin, le nouveau défi du changement climatique, pour ne pas dire de justice climatique, semble constituer un terrain d’action idéal pour les altermondialistes. Celui-ci incarne en effet parfaitement les deux voies de la raison et de la subjectivité en ce qu’il nécessite une forte expertise internationale jumelée avec un changement de style de vie local.

9Si l’ouvrage de Geoffrey Pleyers présente clairement les idéaux et contradictions inhérents à l’altermondialisme, il nous en dit assez peu sur les altermondialistes eux-mêmes. On aurait parfois souhaité en savoir plus sur les terrains de l’auteur, les individus qu’il a pu rencontrer lors de ses séjours à l’étranger, ce afin de mieux saisir en quoi ceux-ci se définissent comme altermondialistes. Le choix de ne pas se restreindre à un terrain particulier, de mettre à l’écart l’approche ethnographique, quantitative ou comparative traditionnelle confère ainsi à l’ouvrage un caractère d’essai en sciences politiques. Il est parfois délicat de distinguer ce qui relève de la reformulation des propos émis par les activistes de ce qui relève du point de vue de l’auteur. Pleyers fait-il de l’observation participante ou de la participation observante ? La question de la relation du mouvement à d’autres courants d’idées, comme le cosmopolitisme, est également passée sous silence. L’altermondialisme est-il plus à même d’apporter du changement social ? L’opposition entre base et élite sur laquelle se focalise l’auteur n’est-elle finalement pas commune à toute institution ou organisation ? Ne la retrouve-t-on pas notamment au sein des partis politiques nationaux ? S’il est encore tôt pour se prononcer sur le devenir du mouvement, force est de constater qu’il contribue, à l’écart des institutions internationales, à l’émergence d’un intérêt général dépassant le cadre national habituel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clara Carbunar, Ivan de Lépinay, Angela Erazo, Hira Kaynar et Tala Talaee, « Pleyers Geoffrey, Alter-Globalization », Recherches sociologiques et anthropologiques, 42-1 | 2011, 138-141.

Référence électronique

Clara Carbunar, Ivan de Lépinay, Angela Erazo, Hira Kaynar et Tala Talaee, « Pleyers Geoffrey, Alter-Globalization », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-1 | 2011, mis en ligne le 23 septembre 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/692

Haut de page

Auteurs

Clara Carbunar

EHESS, Paris

Ivan de Lépinay

EHESS, Paris

Angela Erazo

EHESS, Paris

Hira Kaynar

EHESS, Paris

Tala Talaee

EHESS, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org