Navigation – Plan du site
À propos de livres

Pruvost Geneviève, Profession : policier. Sexe : féminin

Oumaya Hidri-Neys
p. 141-144
Référence(s) :

Pruvost Geneviève, Profession : policier. Sexe : féminin, Paris, MSH, coll. Ethnologie de la France, n° 28, 2007, 340p.

Texte intégral

  • 1  Cf. Tabet P, “Les mains, les outils, les armes”, L’Homme, XIX, 3/4, 1979, p. 5-61.
  • 2  L’auteure précise à ce sujet que la communauté scientifique française demeure largement silencieus (...)
  • 3  L’ouvrage de Geneviève Pruvost s’appuie principalement sur sa thèse, soutenue en 2005 à l’École de (...)

1Les travaux de Paola Tabet1 ont mis en évidence les liens existant entre l’accès inégal des hommes et des femmes aux outils et techniques les plus sophistiqués, a fortiori les armes, et la division sexuée du travail. Forte de ce constat, Geneviève Pruvost se propose de mesurer la portée de la féminisation de la police, plus précisément, l’accès des femmes policiers aux « pleins pouvoirs de police », à travers un ouvrage justement intitulé Profession : policier. Sexe : féminin. L’auteure nous invite à plonger au cœur d’un « fait anthropologique inédit »2 (p. 2) : l’accès des femmes, officiel, légal et en temps de paix, à la garde de la cité3. Il faut dire qu’en 2005, le taux de féminisation de la police active est de 14 %, féminisation rendue possible grâce à l’ouverture aux femmes de tous les grades de police en 1983 et à l’interdiction d’établir des quotas officiels de recrutement en 1992.

2En mobilisant un cadre théorique interactionniste, l’auteure poursuit deux objectifs. D’abord, s’intéresser aux conséquences auprès des policiers et du public, de cette présence des femmes en tentant de répondre à la question suivante : envisagent-ils (elles) cette présence sous le prisme du stéréotype ou revisitent-ils (elles) ces stéréotypes de sexe au profit d’une identification essentiellement professionnelle ? Puis, établir une cartographie précise de ce qui est permis et interdit aux femmes policiers, tant dans la carrière que dans le travail policier en situation.

3Ce faisant, l’ouvrage s’inscrit dans la lignée des analyses menées en termes de rapports sociaux de sexe qui visent à resituer la variété des interactions entre les sexes et entre chaque groupe de sexe tout en croisant ces rapports avec d’autres rapports sociaux (déterminés par exemple par l’appartenance de grade, de classe, d’âge, etc.). Précisons ici que la différence de sexes n’a pas été posée comme le prisme unique par lequel les interactions observées doivent être interprétées : une lecture asexuée a été adoptée en premier lieu, pour faire apparaître, en second lieu, les différences entre les sexes, entre les genres.

4Les analyses présentées dans l’ouvrage reposent sur une enquête de longue haleine, débutée en 1998 et achevée en 2005. L’auteure a conjugué diverses méthodes de recueil et d’analyse des données, afin d’obtenir par croisement et voie de saturation, des résultats convaincants. Une enquête documentaire à partir des archives policières, ministérielles, législatives, médiatiques et féministes des années 1930 à 2005 a été réalisée. Une enquête par entretien, menée auprès de 128 acteurs (79 femmes et 39 hommes tous grades confondus), a suivi de 1999 et 2003. Une enquête par observation a été menée en parallèle dans deux Écoles Nationales de Police, une École Nationale Supérieure des Officiers de Police, une École Nationale Supérieure de Police, un commissariat de Sécurité publique et une antenne de police judiciaire. Une enquête socio-démographique menée dans le cadre d’un programme de recherche de l’IHESI est venue compléter les données (5 000 questionnaires passés auprès de policiers de tous grades dans une centaine de services). Quelques résultats saillants.

5Premier point, les femmes policiers ne rentrent pas dans la police pour occuper un poste traditionnellement féminin (secrétariat, brigade des mineurs, etc.) ; elles alignent leurs motivations sur celles de leurs homologues masculins. Elles sont plus souvent “vocationnelles”, c’est-à-dire qu’elles recherchent dans leur histoire personnelle toutes les prédispositions les menant à intégrer cette profession. L’environnement familial est en ce sens déterminant. Si les analyses tordent le cou à l’idée reçue selon laquelle il y aurait nécessairement une reproduction mécanique (père policier, fille policier), l’auteure montre bien l’importance d’une socialisation familiale spécifique qui naturalise l’évidence de la vocation : accoutumance à une forme de sociabilité virile par le biais des frères ou du sport, encouragements du père, acquiescement de la mère, etc. Cet environnement familial amène les femmes à développer des stratégies censées faciliter leur intégration : pour pallier une appartenance de sexe considérée comme un handicap, qui les amènera à être sur-sélectionnées, elles sont sur-diplômées et s’entrainent plus fortement aux épreuves sportives. Cela ne masque pas le tiers des femmes plus “réalistes” dans leurs choix professionnels, entrées par hasard ou suite à un choc biographique dans la police, pour le statut de fonctionnaire, preuve pour l’auteure que l’entrée dans la police, pour les femmes, fait partie des possibles et se banalise.

  • 1

6Deuxième point, l’école de police apparaît comme une seconde étape décisive, la formation se fait en alternance et comprend trois volets pédagogiques : des cours théoriques, des cours de sport et des stages sur le terrain. Les résultats montrent que l’encadrement pédagogique et les formés des deux sexes construisent « une expérience de mixité égalitaire » (p. 49) (mixité scolaire, port de l’uniforme, discipline et maintien corporel, soumission à la hiérarchie). Mais on comprend bien à la lecture que les expériences vécues (en sport, lors des épreuves, dans la vie quotidienne) ne sont pas aussi « indifférenciées » que les interviewé(e)s semblent vouloir le dire. Car la formation fabrique certes « un “corps” policier indifférencié » (p. 62), mais surtout un « masculin neutre »1 puisque les rituels, n’impliquant pas de distinction de sexe, amènent en fait les femmes policiers à se viriliser. Il est intéressant de voir qu’une fois ces difficultés (discriminations) surpassées, les femmes policiers préfèrent convertir positivement ces épreuves : le franchissement de cette étape marque la séparation entre les femmes d’exception et celles qui ont échoué.

7Troisième point, le travail de virilisation ne s’arrête pas à la sortie de l’école. Durant les étapes marquant la carrière, les femmes dénigrent systématiquement leur éventuelle affiliation aux stéréotypes féminins, elles convertissent toutes les mises à l’épreuve en défi. Elles se métamorphosent en devenant des policiers d’un autre genre, des policiers plus ou moins virils de sexe féminin (renoncement à la coquetterie, stature physique valorisée, bonne santé mise en avant ou dévouement professionnel y compris pendant la maternité). Elles rivalisent sur le terrain de l’humour noir et sexiste avec leurs collègues masculins. Elles démontrent leurs aptitudes à tolérer les activités des coulisses de la profession. Bref, elles sont attentives à ne jamais être ramenées à leurs stéréotypes de sexe. Elles sont donc les premières à participer à l’entreprise de stigmatisation de leurs homologues (trop rondes, trop fragiles et/ou trop émotives) ; elles sont aussi les premières à mettre à l’épreuve les nouvelles arrivantes. Car pour être policier, il faut se conformer aux normes viriles, et surtout, intégrer « la faible rentabilité de la solidarité féminine dans ce métier d’homme » (p. 83). C’est alors qu’elles pourront être considérées comme de vraies professionnelles, dignes pour les plus exceptionnelles, d’intégrer les brigades d’élite réservées aux hommes (CRS, RAID, garde d’une ambassade à l’étranger, etc.).

8Quatrième point, la distribution des femmes dans les métiers laisse apparaître une « pyramide inversée », celles-ci étant plus nombreuses en haut qu’en bas de la hiérarchie (18 % de commissaires en 2007, 17 % d’officiers et 14 % de gradés et gardiens de la paix). Cette féminisation de la profession par le haut est singulière dans la sociologie des professions traditionnellement masculines ; elle s’explique par le fait qu’il semble « plus acceptable de féminiser le commandement, plus éloigné des réalités du terrain, que le travail sur la voie publique, directement exposé à la violence du public » (p. 102). Si le procédé d’affectation méritocratique permet toutefois aux femmes de choisir leur poste en fonction de leur rang de classement (premier classé, premier servi), il faut remarquer que les hommes ont le quasi-monopole sur les directions les plus équipées en matière d’application de violence légale (à titre d’exemple, le taux de féminisation des CRS est de 0,3 %). Une véritable « chape de plomb » (p. 113) est révélée car les femmes sont, sur ce point, soumises à des restrictions supplémentaires et des modalités de sélection particulièrement difficiles. Malgré cela, ces brigades se féminisent peu à peu : finalement grâce au jeu de la cooptation, certaines femmes pénètrent ces bastions masculins.

9En définitive, la féminisation de la police constitue un exemple empirique de dissociation du genre et du sexe. La virilisation des femmes, loin d’être stigmatisée, est au contraire une des conditions de leur ascension et de leur reconnaissance professionnelle. Les stéréotypes de sexe se brouillent au profit d’un regard plus individualisé sur les compétences qui ne considèrent pas le sexe comme un obstacle a priori. En revanche, la division genrée du travail laisse encore apparaître une hiérarchie entre genre féminin et genre viril : le prestige reste l’apanage des métiers d’élite fondés sur la maitrise technique et physique et la surveillance des populations dangereuses.

  • 1  Pruvost G., “Enquêter sur les policiers. Entre devoir de réserve, héroïsation et accès au monde pr (...)
  • 2  L’auteure précise à ce sujet qu’en vertu du droit de réserve, les entretiens n’ont pu être enregis (...)

10Quelques critiques peuvent être formulées. Le cadre méthodologique gagnerait à être explicité dans l’ouvrage et non renvoyé à un article de l’auteure, paru en 20071. Ce raccourci est dommageable puisque la quantité et la qualité des matériaux largement mobilisés par la suite doivent beaucoup à ce cadrage. Ensuite, si l’auteure montre les avantages d’entretiens non enregistrés et donc non retranscrits intégralement2, elle reconnaît la perte inévitable d’informations impossibles à saisir dans l’immédiateté. Élément que l’on ressent à la lecture puisque, parfois, la priorité est donnée aux faits, à leur chronologie au détriment des ressentis, impressions subjectives, etc.

11Le propos est toutefois fort convaincant, appuyé sur de nombreux “extraits d’entretiens” et sur de passionnantes descriptions des faits, des lieux et des interactions issues de son journal de terrain. Enfin, les nombreux sigles utilisés, bien qu’explicités en index, gagneraient à intégrer le texte, une connaissance indigène du milieu de la police ne permettant pas de maîtriser, dès les premières pages, les rouages de l’organisation policière et de ses brigades. Ces critiques n’empêchent aucunement le lecteur de se laisser porter dans cet univers si particulier et de prendre un réel plaisir à la lecture d’une véritable enquête de terrain.

121  Mosconi N., Femmes et savoir : la société, l’école et la division sexuelle des savoirs, Paris, L’Harmattan, 1994.

Haut de page

Notes

1  Cf. Tabet P, “Les mains, les outils, les armes”, L’Homme, XIX, 3/4, 1979, p. 5-61.

2  L’auteure précise à ce sujet que la communauté scientifique française demeure largement silencieuse sur cet objet (une thèse, un rapport et un ouvrage scientifique, exceptées les publications de l’auteur), contrairement aux nombreuses études anglo-saxonnes menées depuis les années 1970.

3  L’ouvrage de Geneviève Pruvost s’appuie principalement sur sa thèse, soutenue en 2005 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, menée sous la direction de Rose-Marie Lagrave et intitulée L’accès des femmes à la violence légale. La féminisation de la police (1935-2005).

1  Pruvost G., “Enquêter sur les policiers. Entre devoir de réserve, héroïsation et accès au monde privé”, Terrain, 48, 2007, pp.131-148.

2  L’auteure précise à ce sujet qu’en vertu du droit de réserve, les entretiens n’ont pu être enregistrés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Oumaya Hidri-Neys, « Pruvost Geneviève, Profession : policier. Sexe : féminin », Recherches sociologiques et anthropologiques, 42-1 | 2011, 141-144.

Référence électronique

Oumaya Hidri-Neys, « Pruvost Geneviève, Profession : policier. Sexe : féminin », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-1 | 2011, mis en ligne le 23 septembre 2011, consulté le 23 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/699

Haut de page

Auteur

Oumaya Hidri-Neys

Atelier Sherpas, Université de Lille 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org