Navigation – Plan du site

La mobilité sociale intergénérationnelle en Belgique

Rôle de l’origine sociale dans les destinées sociales et scolaires et dimension sexuée de la fluidité sociale
Intergenerational Social Mobility in Belgium. The Role of Social Origin in Social and Educational Destinies and the Gender Dimension of Social Fluidity
Joël Girès
p. 3-23

Résumés

L’objectif de cet article est de tracer des tendances générales concernant la mobilité sociale intergénérationnelle en Belgique à partir de données produites récemment, la dernière étude approfondie sur un plan national datant de 1970. Sont traitées plus précisément les questions du rôle de l’origine sociale dans les destinées sociales et scolaires et de la dimension sexuée de la fluidité sociale. Les données, produites dans le cadre de “The European Social Survey”, sont analysées dans des tableaux de contingence à l’aide de modèles log-linéaires et de tests d’adéquation. Concernant les destinées socioprofessionnelles, l’étude montre une tendance relative à l’immobilité sociale. Concernant les destinées scolaires, on remarque que le niveau d’éducation des individus est d’autant plus élevé que ceux-ci sont issus de catégories supérieures dans la hiérarchie sociale. En outre, nos analyses nous amènent à conclure à l’existence de “régimes” de mobilité différents pour les hommes et les femmes si l’on considère la mobilité sous l’angle du critère de propriété.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1La question de la mobilité sociale intergénérationnelle a été très peu traitée pour la Belgique, la dernière étude approfondie sur un plan national remontant à 1970 (Delruelle, 1970). On trouve également un examen de la mobilité sociale en Belgique dans le cadre de comparaisons internationales (Breen, 2006 ; Comi, 2003 ; Raftery, 1985), mais soit les données sur lesquelles ces études se basent ne sont pas plus récentes, soit le cadre comparatif contraint à ce que les analyses ne soient pas très détaillées si l’on considère les pays de manière séparée.

2Cet article se propose ainsi de tracer des tendances générales concernant la mobilité sociale en Belgique à partir de données actuelles. Nous nous intéresserons à l’inégalité d’accès en fonction de l’origine sociale des individus, aux positions dans une structure hiérarchique construite sur base de la situation socioprofessionnelle et devant le système éducatif. Sera approfondie, en outre, la question de savoir si la mobilité est différente entre les hommes et les femmes.

 II. Définition de la hiérarchie sociale

3A souvent été associée à la notion de mobilité sociale l’idée d’une société divisée en strates entre lesquelles les individus pourraient plus ou moins aisément se déplacer. Les différents groupes et catégories sociaux sont pensés en termes de continuum hiérarchique et les relations que ceux-ci entretiennent se résument à des «distances sociales» plus ou moins importantes (Merllié/Prévot, 1991 :21).

4A l’idée de continuité du tissu social, nous opposerons, avec d’autres auteurs (Bihr/Pfefferkorn, 2008 ; Chauvel, 2001 ; Wright, 1997, 2000), celle de sa rupture. Nous appuyant sur la tradition sociologique d’étude des rapports sociaux, il nous semble davantage pertinent de penser les groupes sociaux comme étant liés dans des rapports antagoniques que de les voir “empilés” les uns sur les autres, et de conceptualiser la hiérarchie comme étant le produit de rapports sociaux structurels. Louis Chauvel nous conforte dans cette idée puisqu’il met en doute, dans ses études de la division de la société française, l’argument de la fin des classes sociales à l’aide de nombreux éléments empiriques, et souligne la très grande polarisation des individus si l’on prend comme critère de celle-ci, non pas le revenu, mais le patrimoine (Chauvel, 2001). Bihr et Pfefferkorn font un constat similaire (Bihr/Pfefferkorn, 2008), puisqu’ils font état d’une société française traversée par des processus de segmentation, de hiérarchisation et d’opposition conflictuelle – et encore davantage depuis le tournant néolibéral du début des années 1980 – qui donnent naissance à ce que l’on peut appeler des classes sociales. Par “classes sociales”, nous entendons des groupes sociaux dont les membres partagent des conditions d’existence similaires et une culture commune (Bihr/Pfefferkorn, 2008 :106) et qui n’existent que relationnellement dans des rapports d’exploitation (Wright, 2000 :9-13). Il ne semble pas déraisonnable de faire l’hypothèse que la situation dans la société belge n’est pas fondamentalement différente.

5En outre, Bihr et Pfefferkorn présentent les résultats d’une analyse de l’ensemble des inégalités qui seront utiles à notre étude. Ces auteurs hiérarchisent en effet les différentes inégalités et soulignent celles qui sont le plus souvent déterminantes par rapport aux autres :

  • 1  Ces auteurs définissent les positions au sein des rapports de production comme opposant les propri (...)

[a]insi les inégalités au sein des rapports de production façonnent-elles directement ou non l’ensemble des inégalités sociales. À n’en pas douter, nous sommes ici en présence de la matrice des inégalités au sein de notre société, qui tient directement à sa structure socioéconomique, à la structure de notre mode de production (Bihr/Pfeffer–korn, 2008 :52)1.

6Si les inégalités au sein des rapports de production constituent les plus déterminantes des inégalités, il semble pertinent de considérer la mobilité sociale à travers une échelle hiérarchisant les positions au sein de ces rapports de production. Pour ce faire, les travaux d’Erik Olin Wright nous seront précieux, puisque cet auteur propose des outils pour créer une classification des individus dans une société comprise comme étant structurée de manière déterminante par des rapports d’exploitation capitalistes. Trois critères sont retenus pour construire son «modèle d’exploitation» : la propriété des moyens de production, l’autorité dans la production et la qualification et l’expertise (Wright, 2000 :13-22). Le critère de propriété est utilisé pour identifier les indépendants et les employeurs, différenciés par le nombre de salariés qu’ils ont. Les deux critères d’autorité et de qualification ne s’appliquent qu’aux salariés. Le premier est utilisé pour différencier les managers et les superviseurs, perçus comme privilégiés dans les rapports d’exploitation puisque engagés dans des pratiques de contrôle dans la production et occupant des positions stratégiques qui leur permettent de réclamer une part de la plus-value sous la forme de hauts revenus. Le deuxième critère permet d’identifier les individus à la qualification rare et recherchée. Celle-ci leur confère un avantage sur le marché du travail et des positions privilégiées dans la production en tant que détenteurs de connaissances nécessaires à celle-ci.

FIGURE 1 – Nomenclature originelle de Wright

FIGURE 1 – Nomenclature originelle de Wright

7Une autre caractéristique de la conceptualisation de Wright est qu’elle ne porte pas attention aux différenciations entre secteurs d’activité. Dans la perspective d’étudier la mobilité sociale, cet élément nous semble utile. En effet, les enquêtes françaises “Formation, qualification professionnelle” menées par l’INSEE de 1964 à 2003 montrent, par exemple, du fait du déclin séculaire de l’agriculture, que les enfants d’agriculteurs deviennent souvent ouvriers (Bertaux, 1969 ; Dupay, 2006 ; Merllié/Prévot, 1991). La tendance au déclin du secteur primaire ayant été du même ordre en Belgique (Bitsch, 2004), on peut penser que des phénomènes de mobilités similaires ont eu lieu. Actuellement, avec le déclin relatif du secteur secondaire et la croissance du secteur tertiaire, renforcée par la tendance au déplacement de l’emploi non qualifié vers le tertiaire et à la “secondarisation” de ce dernier (Nagels/Plasman, 2006 :141), on peut penser que la mobilité est de plus en plus importante de la catégorie des ouvriers vers celle des employés. Tous ces phénomènes doivent davantage être vus comme les produits de changements économiques structurels que comme des indices d’une “fluidification” de la société, c’est-à-dire d’un mouvement d’égalisation des chances des individus issus des différentes catégories sociales dans l’accès à une position donnée dans la structure sociale. Il est donc intéressant de regrouper les ouvriers agricoles, les ouvriers non qualifiés du secteur secondaire et les employés non qualifiés en une seule catégorie. C’est effectivement ce que fait la nomenclature de Wright.

III. Présentation des données et opérationnalisation des concepts de Wright

  • 2  Pour plus d’informations, voir le site http://www.europeansocialsurvey.org.

8Les données utilisées sont issues de “The European Social Survey” (ESS). Cette enquête est initiée par The European Science Foundation, la plupart des organismes de recherches nationaux en Europe et la Commission européenne. Elle est réalisée tous les deux ans depuis 2002 et a pour but d’étudier les changements des attitudes et valeurs dans une trentaine de pays d’Europe, ainsi que de développer des indicateurs européens2. Les échantillons sont représentatifs et l’enquête a pour ambition d’atteindre de hauts niveaux de taux de réponse. Pour la Belgique, celui-ci est de l’ordre de 60%. Cette étude présente une série de variables respectivement utilisables et suffisantes pour étudier la mobilité sociale et pour construire une typologie conforme aux hypothèses de Wright.

9L’indicateur de position sociale choisi pour les répondants est leur position sur l’échelle de Wright. Quant à l’indicateur d’origine sociale, il s’agit de la position du père sur la même échelle. Si c’est la situation socioprofessionnelle du père, et non de la mère, qui est préférée, c’est qu’un nombre important de répondants n’ont rien mentionné en ce qui concerne le métier de leurs mères, celles-ci étant très probablement au foyer. Il n’est donc pas possible de construire le modèle d’exploitation pour les mères sans diminuer significativement la taille de notre échantillon. Celles-ci sont donc écartées de l’analyse.

  • 3  Pour transformer les données dans notre nouvelle nomenclature, nous nous inspirons des procédures (...)

10Le modèle utilisé sera moins sophistiqué que celui présenté dans la figure 1. La raison en est simple : si les données sont suffisantes pour construire le modèle complet en ce qui concerne les répondants, ce n’est pas le cas pour les pères. Les simplifications qui ont été apportées à la catégorisation des pères l’ont donc également été à celle des répondants. Dans une étude de mobilité sociale, les catégories que l’on compare doivent en effet être rigoureusement les mêmes. La nouvelle nomenclature a ainsi comme particularité par rapport au modèle complet de ne pas faire la différence entre les managers et les superviseurs, puisque les données disponibles pour les pères ne permettent pas de différencier des degrés d’autorité sur les lieux de travail3. En outre, une modification supplémentaire a été apportée. Wright définit les capitalists comme ayant plus de 10 employés. Or, si le nombre exact d’employés est disponible pour les répondants, il ne l’est pas pour les pères. Celui-ci est codé dans 3 catégories : aucun, de 1 à 24 et plus de 25 employés. Ces classes doivent donc aussi être utilisées pour les répondants. La nécessité de définir les gros employeurs par le fait qu’ils emploient plus de 25 personnes réduit évidemment drastiquement les effectifs dans cette catégorie, et ceux-ci deviennent de ce fait trop petits pour faire de l’inférence statistique. Les petits et gros employeurs sont donc regroupés pour former une catégorie d’employeurs avec au moins 1 employé.

11Malgré le fait que les enfants et leurs pères soient classés dans les mêmes catégories, il faut bien se rendre compte, comme l’affirme Claude Thélot que,

[n]i le contenu des emplois, ni le prestige des situations, ni les conditions de travail ne sont stables d’une génération à l’autre. Aussi n’est-on nullement assuré que les personnes baptisées “immobiles” dans une nomenclature donnée […] aient en réalité une position sociale analogue à celle de leur père (Thélot, 1976 :73).

12Il nous faut néanmoins postuler une relative stabilité du lien entre le vocabulaire et la “réalité” qu’il désigne, sans quoi notre étude ne serait pas possible. Si «inflation du vocabulaire» (Ibid. :74) il y a, nous avons tenté de minimiser ses effets dans le recodage effectué en mettant par exemple sur le même pied les statuts d’« agent technico-commercial » et de « vendeur ».

13Lorsque l’on crée une table de mobilité, on compare potentiellement les parents et les enfants à des moments très différents de leur parcours professionnel. En effet, il est possible que soient mis en regard la situation d’un enfant qui entre dans la vie active et l’activité d’un parent en fin de carrière. Dans ce cas-ci, on observerait de la mobilité descendante, alors qu’il est probable que cet enfant “rejoindrait” la situation de son parent quelques années plus tard. C’est un phénomène qu’un nombre important d’auteurs ont mis en lumière et qu’ils ont appelé «contre-mobilité» (Andorka, 1972 ; Merrlié/Prévot, 1991 ; Thélot, 1976). Il est cependant possible de réduire l’impact de ce phénomène en comparant la position sociale des enfants à celle de leur père au même âge. Les données ESS permettent de procéder de la sorte, puisque l’âge du père est indirectement balisé. En effet, les intervieweurs ont demandé aux personnes interrogées quel était le métier de leur père lorsque celles-ci avaient 14 ans. Il suffit de trouver à quel âge en moyenne les hommes ont des enfants pour approximer l’âge des pères. Un travail récent en démographie a situé l’âge moyen de la paternité en Belgique pour la période 1939/1994 entre 28 et 32 ans (Lognard, 2010). Étant ici dans une approximation très large, on peut dire qu’il est grosso modo de 30 ans. Ainsi, il est raisonnable de dire qu’en moyenne, l’âge des pères lorsque le répondant avait 14 ans était de 44 ans. Évidemment, c’est une moyenne nationale des âges à la paternité, et en réalité ces derniers varient. Ne disposant pas d’information quant à la variance de cet indicateur, nous ne pouvons que grossièrement estimer la fourchette dans laquelle se situe la moyenne de 44 ans qui a été calculée. Disons – totalement arbitrairement – que 44 ans est le centre d’une distribution dont nous fixons les bornes à 10 ans de plus et 10 ans de moins, soit de 34 à 53 ans inclus. Concernant les répondants des enquêtes ESS, il est relativement probable que la moyenne de cette distribution soit proche de 44 ans, puisque lorsque l’on fait des statistiques descriptives de l’âge des interviewés, ceux-ci se répartissent de manière relativement uniforme entre ces bornes. C’est effectivement le cas, puisque la moyenne calculée sur notre échantillon est de 43,8 ans.

  • 4  Pour rendre la lecture plus fluide, le système de catégorie de cette variable sera explicité au mo (...)

14L’échantillon dont nous disposons, constitué par la compilation des données ESS de 2004, 2006 et 2008, représente 1930 individus. Afin de maintenir une taille d’échantillon constante tout au long des différentes analyses, ne sont sélectionnés que les répondants qui ne présentent aucune réponse manquante pour les différentes variables utilisées dans cet article. Nous prenons également en compte la variable “niveau d’éducation” pour les répondants, car nous nous demanderons quelles sont les inégalités sociales devant l’école4. La taille de l’échantillon diminue par conséquent à 1587 individus.

IV. Analyses

A. Mobilité sociale intergénérationnelle – généralités

15Dans le tableau 1, nous avons construit avec les données dont nous disposons une table de mobilité classique, mettant en regard les positions des pères et de leurs enfants sur l’échelle de Wright.

16Une première chose à noter est le changement substantiel au niveau des “marges”, ou, autrement dit, de la distribution des pères et des enfants si l’on regarde les effectifs totaux par catégorie de notre nomenclature. Il faut être extrêmement prudent lorsque l’on interprète ce genre d’éléments puisque, comme le fait remarquer Louis-André Vallet,

  • 5  C’est notamment pour cette raison que les notions de mobilités “structurelle” et “nette” sont tomb (...)

[d]ivers phénomènes démographiques – nuptialité et fécondité différentielles dans la “génération” des pères, mortalité différentielle dans celle des fils, migrations – ont pour conséquence que la répartition des fils selon le milieu d’origine n’est en un sens strict, représentative d’aucune structure sociale réelle du passé (Vallet, 1999 :18)5.

TABLEAU 1 – Mobilité sociale intergénérationnelle en Belgique.
Dans l’ordre : effectifs, pourcentages par ligne, pourcentages par colonne.

TABLEAU 1 – Mobilité sociale intergénérationnelle en Belgique. Dans l’ordre : effectifs, pourcentages par ligne, pourcentages par colonne.
  • 6  Une des conditions de la validité du test asymptotique du khi-carré est qu’il y ait moins de 20% d (...)

Le χ² (49) = 187,574, ce qui est statistiquement significatif à p < .001. Huit cellules (12,5%) ont des effectifs théoriques inférieurs à 5. L’effectif théorique minimum est de ,75. Le khi-carré demeure significatif à p < .001 lorsqu’un test non asymptotique basé sur la méthode de Monte Carlo est pratiqué6.Lecture : 8,3% des fils et filles de travailleurs peu qualifiés sont managers experts et 21,1% des managers experts sont fils et filles de travailleurs peu qualifiés.

17En plus des arguments cités par Vallet, on compare, dans le cas qui nous concerne, la structure des pères à celle des enfants des deux sexes, alors que la structure de l’emploi est extrêmement différenciée selon le sexe. On remarque chez les enfants une nette augmentation relative de travailleurs experts, et dans une moindre mesure de managers et de superviseurs qualifiés, et une diminution relative d’employeurs et d’indépendants.

18Mais ce serait aller trop vite que de dire que ces différences sont représentatives de tendances générales réelles. Il est par exemple probable que la diminution de la proportion des employeurs soit due à une sur-représentation de ces derniers parmi les hommes : étant donné que l’on compare une population masculine où il y a possiblement une sur-représentation des employeurs – celle des pères – à une population mixte – celle des enfants –, avec une proportion certainement moindre de cette catégorie, du fait de la présence de femmes dans l’échantillon, il est presque certain que l’on observe une diminution de la proportion de celle-ci.

19La baisse observée dans la table est dès lors sans doute davantage due à ces effets, que l’indication d’une tendance réelle à la diminution de la proportion des employeurs. Un tableau qui met en rapport le sexe et la position dans l’échelle de Wright des répondants nous permet d’en savoir plus :

TABLEAU 2 – Proportion d’hommes et de femmes par catégorie dans la nomenclature de Wright

TABLEAU 2 – Proportion d’hommes et de femmes par catégorie dans la nomenclature de Wright
  • 7  Sauf lorsque le contraire est précisé, le test khi-carré effectué sur une table en deux dimensions (...)
  • 8  Alors que le khi-carré indique si les écarts par rapport à la situation d’indépendance sont signif (...)
  • 9  Sont exclus de ce test les employeurs et indépendants, puisque la dimension “autorité” ne définit (...)

20Ainsi, on voit que la proportion des femmes parmi les employeurs est très inférieure à celle des hommes dans notre échantillon de la population actuelle. Et nous pouvons faire l’hypothèse que, si nous avions pu calculer cette proportion pour la génération des pères, elle aurait été encore inférieure. De manière générale, le résultat d’un test khi-carré7 sur la relation entre la position et le sexe des répondants montre qu’il est peu probable qu’il n’y ait pas d’association entre ces deux variables. Les résidus permettent de détailler ce résultat puisque ceux-ci montrent dans quelles cellules se trouvent des écarts significatifs par rapport à la situation d’indépendance8. Dans le tableau 2, les zones hachurées indiquent à l’intérieur de quelles cellules les résidus sont significativement négatifs, c’est-à-dire là où il est presque certain que les sous-représentations ne sont pas dues à l’erreur d’échantillonnage. Il est intéressant de remarquer que les sous-représentations de femmes se trouvent dans les échelons “supérieurs” de l’échelle, et la seule sous-représentation significative d’hommes dans la catégorie la plus “basse”. Il semble que les femmes soient également sous-représentées, sauf en bas de l’échelle, ce qui est également signifiant d’un point de vue sociologique, pour les positions qui n’impliquent pas la supervision d’employés. Un test khi-carré sur la relation entre le sexe et le fait d’avoir ou pas de l’autorité sur les lieux de travail confirme un lien très probable entre ces deux variables9, puisque le khi-carré est significatif au seuil de 0.001.

21Revenons sur le tableau 1, montrant la mobilité des hommes et des femmes par rapport à leurs pères. Le khi-carré de la relation entre la position du père et celle du fils est hautement significatif, ce qui montre qu’il y a très probablement un lien entre ces variables. Il serait trop risqué d’interpréter les taux “bruts” de mobilité (Goldthorpe/Portocarero, 1981), puisqu’ils sont dépendants des variations des effectifs marginaux, et que les données de cette enquête ne permettent pas d’expliquer ceux-ci, comme cela a déjà été dit.

22Intéressons nous plutôt aux résidus standardisés, présentés dans le tableau 3. Les zones hachurées signifient la même chose que pour le tableau 2. Lorsque les cellules sont remplies d’une couleur pleine, cela veut dire que les résidus sont significativement positifs. Ainsi, les cellules hachurées sont celles qui “repoussent” par rapport à une situation ou les variables sont indépendantes, tandis que les cellules pleines sont celles qui “attirent”. On remarque que les cellules pleines ont tendance à suivre la diagonale, alors que celles hachurées se trouvent davantage dans des endroits qui impliquent une grande distance entre origine et position. Un nombre plus important de résidus auraient été significatifs si l’échantillon avait été plus grand, mais on remarque tout de même une tendance à l’ “immobilité”. On aperçoit que la ligne “travailleurs experts” ne présente pas de résidus significativement différents de zéro. C’est très certainement à cause du fait que les effectifs de cette ligne sont très faibles. Les surreprésentations les plus fortes se trouvent en haut (employeurs, indépendants et managers) et en bas (travailleurs peu qualifiés) de l’échelle. On remarque des “échanges” significatifs entre catégories des classes supérieures – entre employeurs et managers, entre indépendants et employeurs et entre managers et travailleurs experts –, puisqu’il apparaît que les enfants des premiers deviennent plus souvent les seconds qu’en cas d’indépendance. On remarque également des sous-représentations importantes par rapport à une situation de “mobilité parfaite” dans les cellules qui supposent les “trajets” les plus grands, comme celles dans lesquelles on trouve les travailleurs peu qualifiés, fils ou filles d’employeurs, ou de managers. De la même manière, on trouve peu d’employeurs ou de managers fils ou filles de travailleurs peu qualifiés. Les fils de superviseurs peu qualifiés semblent avoir la destinée la plus diversifiée, bien que l’on trouve une sous-représentation significative pour la position de travailleurs experts.

TABLEAU 3 – Mobilité sociale intergénérationnelle en Belgique : effectifs et résidus standardisés ajustés par rapport au modèle d'indépendance

TABLEAU 3 – Mobilité sociale intergénérationnelle en Belgique : effectifs et résidus standardisés ajustés par rapport au modèle d'indépendance

23Il est possible de procéder à un test plus sophistiqué en “neutralisant” l’effet de la diagonale : on teste ainsi l’adéquation entre la distribution des effectifs observés et celle d’effectifs théoriques selon un modèle de “quasi-indépendance”, c’est-à-dire une situation d’indépendance entre variables, mais où l’on a écarté les cellules de la diagonale. Les résultats révèlent que ce modèle ne permet pas de reconstruire les effectifs réels du tableau de manière satisfaisante, puisque le khi-carré est significatif au seuil de 0.001. On doit donc rejeter l’hypothèse de quasi-indépendance entre origine et position sociales. On peut ainsi conclure que même si les enfants “sortent” de la classe de leurs pères, celle-ci a un effet sur la classe dans laquelle ils vont “entrer”. Autrement dit, le lien entre origine et position n’est pas infirmé si l’on ne tient pas compte des immobiles. En vérité, il n’est pas étonnant que le modèle de quasi-indépendance ne puisse décrire de manière pertinente les données, puisqu’il postule qu’en dehors de la diagonale, la mobilité est “parfaite”. Or, comme le dit Vallet,

On peut penser par exemple que les familles des classes supérieures disposent de moyens à la fois financiers et culturels qui leur permettent, davantage que les familles des autres classes, de garantir à leur progéniture un haut degré d’immobilité (Vallet, 2005 :n.p.).

24Néanmoins, en réfutant la pertinence de ce modèle, on a corroboré cette hypothèse.

B. Mobilité sociale intergénérationnelle – différences sexuées

25Procédons maintenant à la différenciation de ce tableau selon le sexe. Comme nous l’avons vu, la première table remplissait de justesse les critères nécessaires pour utiliser un test asymptotique du khi-carré. Ceux-ci ne seront certainement plus remplis si on divise l’effectif par deux en faisant un tableau pour les femmes et un autre pour les hommes. Pour résoudre ce problème, le choix est fait de regrouper deux catégories, celles des managers et des travailleurs experts, puisque la dernière comporte très peu d’effectifs pour les pères. C’est un choix théorique a priori, mais qui semble pertinent d’un point de vue empirique puisque l’on peut déduire des résidus une plus grande proximité sociale entre elles qu’avec les autres. Nous disposons dès lors d’une nomenclature à sept catégories au lieu de huit.

  • 10  Par manque de place, il n’est malheureusement pas possible ici de présenter ces tableaux. Pour les (...)

26Comme on peut le voir avec le tableau 2, les destinées des hommes et des femmes divergent fortement, puisque les femmes n’occupent pas les mêmes emplois que les hommes. Les taux “bruts” de mobilité pour les hommes et les femmes sont de ce fait forcément différents. Mais qu’en est-il de la “fluidité”, c’est-à-dire «la force du lien entre origine et position sociales lorsque cette association statistique est envisagée indépendamment de l’état de la distribution socioprofessionnelle des pères et de celles des fils» (Vallet, 1999 :18) ou, dans notre cas, des filles ? On remarque, concernant nos données, que les configurations des résidus divergent entre les tableaux des hommes et des femmes10. Les résidus supérieurs à 2 suivent bien la diagonale chez les hommes alors que, chez les femmes, ceux-ci sont plus éparpillés dans le haut de l’échelle et inexistants pour les origines de travailleurs qualifiés et de superviseurs peu qualifiés.

27Ces éléments invitent à approfondir la question puisqu’il est possible que ceux-ci-ci indiquent des “fluidités” différentes selon le sexe. Une manière de lever le doute est de créer un modèle log-linéaire à trois dimensions (l’origine, la position et le sexe), où l’on aurait supprimé l’effet d’interaction entre les trois dimensions :

  • 11  Les conditions d’application de l’analyse log-linéaire sont les mêmes que pour faire un test asymp (...)

où O est l’origine, P la position et S le sexe11. On constate que ce modèle ne parvient pas à reproduire les données, puisqu’il y a une différence significative (Sig. = ,028) entre les données recréées par ce modèle et les données observées. On peut donc conclure qu’il est fort probable qu’existe une variation de l’association entre l’origine et la position selon le sexe.

28Ces résultats sont étonnants et très intéressants, puisqu’ils ne vont pas dans le même sens que l’étude de Dominique Merllié concernant la mobilité différentielle des hommes et des femmes en France, cet auteur concluant qu’il n’existe pas de “régimes” de mobilité différents selon le sexe (Merllié, 2001), c’est-à-dire que la “fluidité” est sensiblement la même pour les hommes et les femmes. Essayons d’en savoir plus en approfondissant nos analyses. L’échelle de Wright permet d’observer la mobilité selon les critères d’autorité au travail, de qualification et de propriété de manière séparée. Nous avons vu ci-dessus que l’association entre l’origine et la position est modulée par le sexe. Autrement dit, il y a une interaction entre ces trois variables. Mais cette interaction existe-t-elle dans les trois dimensions sous-jacentes de la nomenclature de Wright ? Voilà la question qui va nous servir de fil conducteur dans nos investigations.

29Pour y répondre, une démarche plus inductive est employée. Il s’agit de trouver le modèle le plus parcimonieux qui puisse reconstituer les données en supprimant progressivement les effets d’ordre supérieur. Cette procédure pas à pas de backward elimination (Gilbert, 1993) s’arrête lorsque le modèle ne peut plus reproduire la table sans erreur significative.

30Les trois dimensions à la base de la nomenclature de Wright sont ainsi traitées séparément et se définissent comme suit : la qualification différencie les individus “experts”, “qualifiés” ou “peu ou pas qualifiés” ; l’autorité oppose les fonctions de commandement et d’encadrement à celles d’exécution ; la propriété des moyens de production oppose les propriétaires (employeurs et indépendants) aux salariés.

31Il faut préciser que les tests réalisés selon les dimensions d’autorité et de qualification ne s’appliquent que pour les salariés. En effet, puisque celles-ci ne définissent pas les propriétaires dans la théorie de Wright, ces derniers ne rentrent dans aucune des “cases” des classifications qu’elles engendrent. C’est la raison pour laquelle la taille de l’échantillon diminue pour ces deux tests, ceux-ci ne concernant que les salariés fils ou filles de salariés, au nombre de 1113 dans notre échantillon.

1. Qualification

32La première analyse est effectuée selon le critère de qualification. Il s’agit de trouver le modèle le plus parcimonieux qui puisse reconstituer la table en trois dimensions reprenant les niveaux de qualification du père et du répondant et le sexe de ce dernier. Voici le modèle le plus simple trouvé par notre procédure pas à pas :

  • 12  Le khi-carré du rapport de vraisemblance est non significatif (Sig. = ,417).

où P est le niveau de qualification du père, R du répondant et S est le sexe12. Élément très intéressant, on remarque ici que le terme d’interaction n’est pas nécessaire pour reconstituer les données, alors qu’il l’est, comme nous l’avons vu, si on fait la même opération avec la nomenclature complète de Wright. En outre, on remarque des associations entre les niveaux de qualification des pères et des répondants, ainsi qu’entre le sexe et le niveau de qualification du répondant. Cette dernière association est révélatrice du fait que les répondantes sont significativement sous-représentées dans les niveaux de qualification “expert” et “qualifié”. Et c’est cette seule association qui explique les flux de mobilité différents pour les hommes et les femmes, puisque l’on peut se passer du terme d’interaction. En d’autres termes, cela montre, en considérant uniquement le critère de qualification, et si l’on ne tient pas compte de la répartition différente des hommes et des femmes dans la structure socioprofessionnelle, que la relation entre origine et position sociales, ou que la “fluidité sociale”, est la même pour les deux sexes. Une remarque est importante à faire à ce stade. Comme le rappelle Dominique Merllié, la distinction entre mobilité observée et fluidité…

[…] peut donner l’impression que la première est quelque chose de plus superficiel, phénoménal ou apparent, et que la seconde est plus cachée mais plus profonde et plus réelle sous les apparences [...].

Or,

[cette distinction] ne doit pas induire en erreur : ce n’est pas parce que, pour les deux sexes, l’origine sociale est globalement aussi déterminante pour la destinée, que la différence d’ensemble des destins professionnels des hommes et des femmes aurait moins de signification sociale (Merllié, 2001 :171-172).

2. Autorité

33Une analyse similaire est faite selon le critère d’autorité. Les trois dimensions sont l’autorité du père, du répondant et le sexe. Le modèle le plus simple trouvé par backward elimination est celui-ci :

  • 13  Le khi-carré du rapport de vraisemblance est non significatif (Sig. = ,335).

où P est le niveau d’autorité du père, R du répondant et S est le sexe13. Les résultats sont les mêmes que pour la qualification. Le sexe ne module aucune association ; on remarque des associations entre niveaux d’autorité du père et du répondant et entre le sexe et le niveau d’autorité, comme nous l’avons déjà vu (voir supra).

3. Propriété

34La dernière analyse est effectuée selon le critère de propriété. Les trois dimensions sont le fait d’être propriétaire ou pas pour les pères et les répondants, et le sexe. C’est le modèle saturé qui est retenu par notre procédure, c’est-à-dire qu’aucune simplification n’a pu être apportée au modèle complet. Cela signifie que, contrairement aux deux modèles précédents, il n’est pas ici possible de reconstituer les effectifs observés sans le terme d’interaction. Autrement dit, l’association entre le statut “propriétaire” du père et un statut identique pour le répondant varie selon que l’on est un homme ou une femme. Pour y voir plus clair, voici les données présentées sous forme de tableaux croisés et différenciées selon le sexe :

TABLEAU 4a – Mobilité selon le critère de propriété : effectifs et résidus standardisés ajustés – hommes

TABLEAU 4a – Mobilité selon le critère de propriété : effectifs et résidus standardisés ajustés – hommes

TABLEAU 4b – Mobilité selon le critère de propriété : effectifs et résidus standardisés ajustés – femmes

TABLEAU 4b – Mobilité selon le critère de propriété : effectifs et résidus standardisés ajustés – femmes
  • 14  Dans une table 2x2, tous les odds ratios prennent la même valeur, et celle-ci peut servir d’indice (...)

35On peut calculer plus précisément la variation de l’association entre origine et position selon le sexe à l’aide des odds ratio14. Les odds ratios du tableau concernant les répondants sont égaux à 4,49, alors que ceux du tableau pour les répondantes valent 1,45. Cela veut dire que les fils de propriétaires ont 4,49 fois plus de chance de devenir propriétaires que les fils de non-propriétaires, alors que les filles de propriétaires ont 1,45 fois plus de chance de devenir propriétaires que les filles de non-propriétaires. En outre, l’hypothèse d’indépendance pour le tableau des femmes n’est pas rejetée : il est possible que la valeur que prennent les odds ratio pour le tableau concernant les femmes ait été trouvée à cause de l’erreur d’échantillonnage, et que la valeur réelle des odds ratio ne soit pas différente de 1. Autrement dit, s’il est presque certain que les fils de propriétaires ont plus de chance d’être eux-mêmes propriétaires que les fils de non-propriétaires, on ne peut pas en dire autant pour les femmes.

4. Estimation des paramètres

  • 15  «En dummy coding, les paramètres décrivant l’association partielle entre J et K mesurent l’associa (...)

36Il est possible d’en apprendre davantage en utilisant à nouveau la nomenclature à sept catégories de Wright et en estimant les paramètres d’un modèle log-linéaire saturé en trois dimensions – l’origine, la position et le sexe – selon un dummy coding15. Cette procédure nous permet de voir quelles sont les cellules responsables du fait qu’il n’est pas possible de supprimer l’effet d’interaction entre les trois variables sans erreur significative (voir supra). On remarque ainsi que trois paramètres d’interaction sont significatifs au seuil de 0.05 : ils modulent négativement l’association entre origine et position sociales, considérant les fils par rapport aux filles, pour les superviseurs qualifiés enfants de superviseurs peu qualifiés et les superviseurs qualifiés enfants d’indépendants. Ils modulent par contre positivement la même association pour les indépendants enfants d’indépendants.

FIGURE 2 – Paramètres d’interaction significatifs

FIGURE 2 – Paramètres d’interaction significatifs

37Nous pouvons maintenant détailler le constat fait au point précédent. On voit en effet que ce sont plus précisément les logiques différentes de “transmission” du statut d’indépendant vers les fils et les filles qui sont responsables du fait que l’on ne peut pas se passer de l’effet d’interaction lorsque l’on ne considère la mobilité que sous l’angle de la propriété. Il nous faut ainsi affirmer le contraire de ce que concluent certains auteurs, comme Dominique Merllié, pour qui «la “fluidité” n’est guère différente chez les hommes et chez les femmes» (Merllié, 2001 :165).

C. Inégalités sociales devant l’école

38Nous nous sommes interrogé jusqu’ici sur les inégalités d’accès aux positions dans une structure hiérarchique construite sur base de la situation socioprofessionnelle en fonction de l’origine sociale des individus. Il est également intéressant de se demander quelles sont les inégalités sociales devant l’école, celle-ci étant bien souvent vue comme une institution permettant de concrétiser l’idéal méritocratique. En effet,

[p]ar égalité des chances on désigne souvent implicitement égalité des chances devant l’enseignement (Goux/Maurin, 1997 :13).

  • 16  C’est la classification la plus fine qu’il a été possible d’obtenir après les recodages nécessaire (...)

39Pour apporter une réponse à cette interrogation, nous mettons en regard l’origine sociale du répondant et son niveau d’éducation. L’origine, comme pour les analyses précédentes, est définie par la position du père dans la nomenclature complète de Wright. Quant au niveau d’éducation, il est divisé en trois catégories16. La première comprend les individus qui n’ont aucun diplôme et ceux qui ont un diplôme du primaire, du secondaire inférieur professionnel ou technique et du secondaire inférieur général. La deuxième regroupe ceux qui ont un diplôme du secondaire supérieur professionnel, du secondaire supérieur technique (A2), du secondaire supérieur général, de la septième année professionnelle ou technique de transition (donnant accès à l’enseignement supérieur) ou qui ont suivi une formation ouvrant l’accès à une profession. Enfin, la troisième rassemble les diplômés du supérieur de type court (A1), de type long et universitaire, et les doctorants ou post-doctorants.

40De nombreuses études montrent que l’idéal méritocratique est loin d’être une réalité pour la société française (Chauvel, 2001 ; Goux/Maurin, 1997 ; Thélot, 1982). Les recherches sur le même thème en Belgique aboutissent aux mêmes résultats. Vincent Vandenberghe montre qu’en 2000, la chance pour un enfant d’acquérir un diplôme de fin de secondaire est plus élevée lorsque sa mère a un diplôme du supérieur que lorsqu’elle a, au mieux, terminé ses primaires. L’inégalité est encore plus grande si l’on regarde les chances différentielles d’obtenir un diplôme du supérieur (Vandenberghe, 2004).

41Les mécanismes qui produisent ces inégalités sont en partie analysés par Georges Liénard et Éric Mangez (2006). Une étude plus récente conclut que l’origine socioculturelle a une influence sur l’aspiration des élèves de 15 ans à continuer des études universitaires (Dupriez/Monseur/Van Campenhoudt, 2009). Notre étude n’ira pas dans un sens contraire puisque l’on peut affirmer à partir de nos données l’existence d’une relation entre l’origine sociale et le niveau d’éducation des répondants, le khi-carré de la relation entre ces deux variables étant hautement significatif.

42Dans notre échantillon, 18,6% des répondants qui ont un diplôme du supérieur ont un père manager expert, alors que seulement 1,8% des répondants qui ont le niveau le plus bas d’éducation dans l’échelle utilisée ont un père de la même catégorie. 12% des répondants qui ont un diplôme du supérieur ont un père employeur, alors que c’est le cas pour seulement 4% des répondants qui ont le niveau le plus bas d’éducation. La situation est inverse dans le bas de l’échelle : alors que 22% des répondants diplômés du supérieur ont un père travailleur non qualifié, c’est le cas pour 42,6% des individus qui ont le plus bas niveau d’éducation. Si l’on regarde les résidus, on remarque une inversion de leurs configurations pour les première et dernière lignes : de manière générale, on peut dire que les personnes peu diplômées ont significativement moins souvent qu’en situation d’indépendance entre variables des pères en haut de l’échelle de Wright, alors que c’est le contraire pour les personnes diplômées. Exception faite cependant pour l’origine d’indépendant, quiest surreprésentéeparmi ceux qui ont un niveau d’éducation moyen.

TABLEAU 5 –  Diplôme des répondants selon la position de leurs pères dans la nomenclature de Wright. Dans l’ordre : effectifs, pourcentages par ligne et résidus standardisés ajustés

TABLEAU 5 –  Diplôme des répondants selon la position de leurs pères dans la nomenclature de Wright. Dans l’ordre : effectifs, pourcentages par ligne et résidus standardisés ajustés

43Est-ce que cette association varie selon le sexe ? Au vu des résultats que nous avons déjà obtenus, il n’est pas inintéressant de se poser la question. Une manière d’y répondre est, comme pour les analyses précédentes, de créer un modèle log-linéaire à trois dimensions : l’origine, le niveau d’éducation et le sexe, où l’on supprimerait l’effet d’interaction entre les trois dimensions. Le khi-carré du rapport de vraisemblance de ce modèle est non significatif (Sig. = ,239). Cela indique que l’interaction n’est pas nécessaire pour reconstituer les données sans erreur significative ou, autrement dit, que l’association entre origine sociale et niveau d’éducation ne varie pas selon le sexe.

V. Conclusion

44Le premier élément que nous retenons de cette étude est que les origines sociales des individus conditionnent, en Belgique comme dans les autres pays industrialisés, leurs destinées socioprofessionnelles et scolaires. D’une part, concernant les destinées socioprofessionnelles, on peut conclure à l’existence d’une tendance relative à l’immobilité si l’on compare nos données à une situation de “mobilité parfaite”. Ce résultat demeure le même lorsque l’on ne tient pas compte des individus immobiles. L’analyse détaillée des résidus nous permet de voir que l’immobilité est plus forte dans le haut et le bas de l’échelle. On aperçoit également des échanges significatifs entre catégories des classes supérieures. Phénomène lié à la tendance à l’immobilité, on note des sous-représentations significatives dans les cellules qui supposent les “trajets” les plus grands. D’autre part, concernant les destinées scolaires, on remarque que le niveau d’éducation des individus est d’autant plus élevé que ceux-ci sont issus de catégories supérieures dans la hiérarchie sociale. Ces différents résultats pourraient être affinés grâce à l’utilisation de modèles statistiques plus complexes ; nos résultats ont ainsi valeur de première évaluation d’un phénomène peu étudié en Belgique pour la période actuelle. Si nos analyses objectivent le fait que position et origine sociales sont liées, il faut cependant préciser qu’elles ne l’expliquent pas. C’est en effet vers des analyses davantage qualitatives qu’il faut se tourner pour comprendre dans le détail les mécanismes de production des inégalités, dans les familles, à l’école et sur le marché du travail par exemple.

45Le deuxième enseignement de nos analyses est que l’on peut parler de “régimes” de mobilité différents pour les hommes et les femmes, indépendamment du fait que ceux-ci se répartissent de manière très différente dans la structure socioprofessionnelle. Autrement dit, la “fluidité”, ou l’association statistique entre catégories d’origine et catégories de position, est différente chez les hommes et les femmes. C’est la fluidité selon le critère de propriété, et plus particulièrement la logique de transmission du statut d’indépendant, qui apparaît comme étant sexuée. On peut se demander si cet effet du sexe sur l’association entre origine et position est le produit d’une spécificité belge ou s’il est rendu visible grâce à l’emphase que la nomenclature de Wright met sur la propriété. Cette interrogation permet dans tous les cas de nourrir l’analyse des rapports sociaux de sexe et invite à approfondir le sujet.

  • 17  Il serait néanmoins plus commode, pour les futures enquêtes ESS, que les catégories socioprofessio (...)

46Le champ d’étude de la mobilité sociale en Belgique reste à bâtir, ce thème n’ayant fait l’objet que de très peu d’études jusqu’à ce jour. Les enquêtes ESS permettent aujourd’hui de combler ce manque, puisqu’elles fournissent des données statistiques relativement fiables pour étudier la mobilité sociale sous différents aspects17 : selon le point de vue de la mobilité sociale intergénérationnelle, comme nous l’avons fait, mais aussi selon ceux de la mobilité scolaire intergénérationnelle et de la mobilité maritale, qui n’ont pas été traités dans notre article. En outre, il serait possible de conceptualiser des relations entre ces différents types de mobilité.

Haut de page

Bibliographie

Agresti A., 1990, Categorical Data Analysis, New York, Wiley-Interscience.

Andorka R., 1972, “Mobilité sociale, développement économique et transformations socio-professionnelles de la population active en Hongrie. Vue d’ensemble (1930-1970)”, Revue française de sociologie, vol.13, n°suppl., pp.607-629.

Barnier J., 2009, “Tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir sur le χ² sans jamais avoir eu envie de le demander”, http://alea.fr.eu.org/j/test_khi2.html (page consultée le 17 juillet 2010).

Bertaux D., 1969, “Sur l’analyse des tables de mobilité sociale”, Revue française de sociologie, vol.10, n°4, pp. 448-490.

Bihr A., Pfefferkorn R., 2008, Le système des inégalités, Paris, La Découverte.

Bison I., Jensberg H., Leiulfsrud H., 2005, Social Class in Europe. European Social Survey 2002/3,
http://ess.nsd.uib.no/ess/doc/ess1_social_class.pdf (page consultée le 17 juillet 2010).

Bitsch M.-T., 2004, Histoire de la Belgique de l’antiquité à nos jours, Bruxelles, Complexe.

Breen R., 2006, “Statistical Models of Social Fluidity”, Sociological Theory and Methods, vol.21, n°2, pp.215-236.

Chauvel L., 2001, “Le retour des classes sociales ? ”, Revue de l’OFCE, n°79, pp.315-359.

Comi S., 2003, Intergenerational Mobility in Europe : Evidence from ECHP, Departmental Working Papers from Department of Economics University of Milan Italy, n°03-2003,
http://www.economia.unimi.it/uploads/wp/wp30.pdf (page consultée le 23 novembre 2010).

Delruelle N., 1970, La Mobilité sociale en Belgique. Analyse des résultats d’un sondage national, Bruxelles, Éditions de l’Institut de Sociologie.

Dupays S., 2006, En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué, INSEE, Données sociales : La société française, Édition 2006,
http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=donsoc06ym (page consultée le 17 juillet 2010).

Dupriez V., Monseur C., Van Campenhoudt M., 2009, Étudier à l’université : le poids des pairs et du capital culturel face aux aspirations d’étude, Louvain-la-Neuve, GIRSEF, Les Cahiers de Recherche en Éducation et Formation, n°75,
http://www.uclouvain.be/cps/ucl/doc/ girsef/documents/cahier_75_dupriez_corr_V2(1).pdf (page consultée le 10 mai 2011).

Gilbert N., 1993, Analyzing Tabular Data. Loglinear and Logistic Models for Social Researchers, London, University College London Press.

Goux D., Maurin E., 1997, “Destinées sociales ; le rôle de l’école et du milieu d’origine”, Économie et statistique, vol.306, n°1, pp.13-26.

Howell C., 2008, Méthodes statistiques en sciences humaines, Bruxelles, De Boeck.

Liénard G., Mangez E., 2006, “Les inégalités socio-culturelles dans les trajectoires scolaires. L’école fondamentale : enjeu crucial”, Les Cahiers Marxistes, n°234, pp.9-33.

Lognard M.-O., 2010, “L’évolution de la fécondité masculine en Belgique”, in Eggerickx Th., Sanderson J.-P. (Dir.), Histoire de la population de la Belgique et de ses territoires, Bruxelles, Presses universitaires de Louvain, pp.527-546.

Merllié D., 1994, Les enquêtes de mobilité sociale, Paris, Presses Universitaires de France.

— 2001, “La mobilité sociale diffère-t-elle selon le sexe ? ”, in Thierry B. (Dir.), La dialectique des rapports hommes-femmes, Paris, Presses Universitaires de France.

Merllié D., Prévot J., 1991, La mobilité sociale, Paris, La Découverte.

Nagels J., Plasman R., 2006, Éléments d’économie politique. Critique de la pensée unique, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Portocarero L., Goldthorpe J., 1981, “La mobilité sociale en France, 1953-1970. Nouvel Examen”, Revue française de sociologie, vol.2, n°2, pp.151-166.

Raftery A. E., 1985, “Social Mobility Measures for Cross-National Comparisons”, Quality and Quantity, vol.19, n°2, pp.167-182.

Thélot C., 1976, “Origine et position sociales : faits et interprétations”, Économie et statistique, vol.81, n°1, pp.73-88.
— 1982, Tel père, tel fils ?, Paris, Dunod.

Vallet L.-A., 1999, “Quarante années de mobilité sociale en France. L’évolution de la fluidité sociale à la lumière de modèles récents”, Revue française de sociologie, vol.40, n°1, pp.5-64.
— 2004, Modélisation Log-linéaire et Log-multiplicative des Tableaux de Contingence, Point-Recherche CREST, n°20,
http://83.145.66.219/ckfinder/userfiles/files/pageperso/vallet/Point-Recherche-2.pdf (page consultée le 17 juillet 2010).
— 2005“Utiliser le modèle log-linéaire pour mettre au jour la structure du lien entre les deux variables d’un tableau de contingence : un exemple d’application à la mobilité sociale”, in INSEE, Actes des Journées de Méthodologie Statistique 2005, Paris, du 14 au 16 mars 2005,
http://jms.insee.fr/files/documents/2005/410_1-JMS2005_SESSION06_VALLET_ACTES.PDF (page consultée le 29 octobre 2010).

Vandenberghe V., 2004, Enseignement et capital humain en Belgique : où en sommes nous ?, Regards économiques, n° 23,
http://perso.uclouvain.be/vincent.vandenberghe/Papers/Belgium_HC.pdf (page consultée le 10 mai 2011).

Wright E. O., 1997, Class counts, Cambridge, Cambridge University Press.
— 2000Class counts. Student edition, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1  Ces auteurs définissent les positions au sein des rapports de production comme opposant les propriétaires aux non-propriétaires de moyens de production et les fonctions d’encadrement à celles d’exécution.

2  Pour plus d’informations, voir le site http://www.europeansocialsurvey.org.

3  Pour transformer les données dans notre nouvelle nomenclature, nous nous inspirons des procédures que I. Bison, H. Jensberg et H. Leiulfsrud présentent dans le document Social class in Europe sur le site ESS, et plus précisément celles qui permettent de créer une version simplifiée du modèle d’exploitation de Wright, cette dernière pouvant être construite pour les parents comme pour les enfants (Bison I., Jensberg H., Leiulfsrud H., 2005).

4  Pour rendre la lecture plus fluide, le système de catégorie de cette variable sera explicité au moment des analyses concernant cette question.

5  C’est notamment pour cette raison que les notions de mobilités “structurelle” et “nette” sont tombées en désuétude (Vallet L.-A., p.18).

6  Une des conditions de la validité du test asymptotique du khi-carré est qu’il y ait moins de 20% de cellules avec des effectifs théoriques inférieurs à 5 (Barnier J., 2009). Une convention plus conservatrice est qu’aucun effectif théorique ne soit inférieur à 5 (Howell C., 2008). Cependant, pour garder le nombre complet des catégories de Wright, un échantillon plus grand serait nécessaire pour satisfaire celle-ci. Nous nous contenterons donc de la version la plus permissive de la règle. La deuxième condition à remplir pour pouvoir utiliser ce test est qu’aucun effectif théorique ne soit inférieur à 1 (Ibid.). C’est le cas pour deux cellules du tableau 1, dont les effectifs sont de 0,7 et 0,8. Par conséquent, la significativité du khi-carré est également calculée avec la méthode de Monte Carlo. Si nous ne mentionnons plus ces informations pour les analyses suivantes, c’est parce que les conditions nécessaires pour pouvoir exécuter les tests statistiques sont remplies.

7  Sauf lorsque le contraire est précisé, le test khi-carré effectué sur une table en deux dimensions est toujours un test par rapport à une situation d’indépendance entre variables.

8  Alors que le khi-carré indique si les écarts par rapport à la situation d’indépendance sont significatifs au niveau du tableau entier, les résidus, eux, donnent ce renseignement pour chaque cellule. Ceux-ci permettent ainsi de diriger l’attention vers les cases du tableau où l’on trouve des sur- et sous-représentations significatives. Ils se distribuent asymptotiquement selon une loi normale. Ainsi, on considère que les cases du tableau où l’on trouve des sur et sous représentations significatives sont celles qui ont respectivement des résidus supérieurs à 2 et inférieurs à -2. Dans cet article, nous utilisons pour tous les tableaux les résidus standardisés ajustés plutôt que ceux de Pearson car ces derniers ont tendance à avoir une variance plus petite que 1 (Agresti A., 1990).

9  Sont exclus de ce test les employeurs et indépendants, puisque la dimension “autorité” ne définit que les salariés. La taille de l’échantillon descend donc pour ce test à 1370 individus.

10  Par manque de place, il n’est malheureusement pas possible ici de présenter ces tableaux. Pour les hommes, le nombre d’observations est de 789. Le χ² (36) = 160,663, ce qui est statistiquement significatif à p < .001. Pour les femmes, le nombre d’observations est de 798. Le χ² (36) = 82,062, ce qui est statistiquement significatif à p < .001. En outre, l’hypothèse de quasi-indépendance est rejetée pour ces deux tableaux.

11  Les conditions d’application de l’analyse log-linéaire sont les mêmes que pour faire un test asymptotique du khi-carré sur une table à deux dimensions (voir supra). Nous avons fait attention à ce que celles-ci soient remplies pour chacune des tables multidimensionnelles que nous avons construites dans cette étude.

12  Le khi-carré du rapport de vraisemblance est non significatif (Sig. = ,417).

13  Le khi-carré du rapport de vraisemblance est non significatif (Sig. = ,335).

14  Dans une table 2x2, tous les odds ratios prennent la même valeur, et celle-ci peut servir d’indice d’association des deux variables de la table.

15  «En dummy coding, les paramètres décrivant l’association partielle entre J et K mesurent l’association entre ces variables à la modalité de référence de la troisième variable (c’est-à-dire ici, lorsque I vaut 1) et les paramètres d’ordre 3 expriment la “modulation” qu’il faut apporter à cette association pour observer l’association partielle entre J et K lorsque I vaut 2» (Vallet L.-A., 2004, p. 12).

16  C’est la classification la plus fine qu’il a été possible d’obtenir après les recodages nécessaires pour rendre les variables des enquêtes ESS de 2004, 2006 et 2008 compatibles entre elles et les regroupements indispensables pour éviter que l’on trouve dans nos tables des cellules avec des effectifs trop petits.

17  Il serait néanmoins plus commode, pour les futures enquêtes ESS, que les catégories socioprofessionnelles dans lesquelles sont codés les individus soient construites sur base de critères sociologiques, ce afin de faciliter les analyses et les comparaisons, internationales ou dans le temps, par exemple.

Haut de page

Table des illustrations

Titre FIGURE 1 – Nomenclature originelle de Wright
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre TABLEAU 1 – Mobilité sociale intergénérationnelle en Belgique. Dans l’ordre : effectifs, pourcentages par ligne, pourcentages par colonne.
Légende Le χ² (49) = 187,574, ce qui est statistiquement significatif à p < .001. Huit cellules (12,5%) ont des effectifs théoriques inférieurs à 5. L’effectif théorique minimum est de ,75. Le khi-carré demeure significatif à p < .001 lorsqu’un test non asymptotique basé sur la méthode de Monte Carlo est pratiqué6.Lecture : 8,3% des fils et filles de travailleurs peu qualifiés sont managers experts et 21,1% des managers experts sont fils et filles de travailleurs peu qualifiés.
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/706/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre TABLEAU 2 – Proportion d’hommes et de femmes par catégorie dans la nomenclature de Wright
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/706/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre TABLEAU 3 – Mobilité sociale intergénérationnelle en Belgique : effectifs et résidus standardisés ajustés par rapport au modèle d'indépendance
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/706/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/706/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/706/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/706/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre TABLEAU 4a – Mobilité selon le critère de propriété : effectifs et résidus standardisés ajustés – hommes
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/706/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre TABLEAU 4b – Mobilité selon le critère de propriété : effectifs et résidus standardisés ajustés – femmes
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/706/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre FIGURE 2 – Paramètres d’interaction significatifs
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/706/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre TABLEAU 5 –  Diplôme des répondants selon la position de leurs pères dans la nomenclature de Wright. Dans l’ordre : effectifs, pourcentages par ligne et résidus standardisés ajustés
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/706/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joël Girès, « La mobilité sociale intergénérationnelle en Belgique », Recherches sociologiques et anthropologiques, 42-1 | 2011, 3-23.

Référence électronique

Joël Girès, « La mobilité sociale intergénérationnelle en Belgique », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-1 | 2011, mis en ligne le 13 octobre 2011, consulté le 23 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/706 ; DOI : 10.4000/rsa.706

Haut de page

Auteur

Joël Girès

METICES-ULB.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org