Navigation – Plan du site
Articles isolés

Une sociologie de la petite ville

Une approche en termes de dynamique culturelle
A Small Town Sociology. An Approach in Terms of Cultural Dynamics
Jean-Luc Roques
p. 159-172

Résumés

Le présent article se proposera au regard de travaux sociologiques et de deux séries d’études que nous avons menées de définir ce qu’est une petite ville. Les petites villes, dans le cas de la France, sont des communes ayant un nombre limité d’habitants. Mais elles ne sont pas que cela. Sous la pression de forces exogènes, elles tentent de maintenir inexorablement ce qui leur reste : leur culture locale. Elles mettent alors en exergue leur territoire et leur histoire par le biais de groupes sociaux locaux et reconstruisent des codes qui ne sont pas accessibles à tous.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Si les petites villes faisaient autrefois figure de villes, elles ont été par la suite renvoyées soit à leur environnement rural, soit phagocytées par des unités urbaines plus grandes. Sans nul doute, les petites villes françaises en tant qu’objet d’étude ont été négligées au bénéfice des grands ensembles. Cette première constatation n’est pourtant pas l’apanage de la société française (Bolman, 1992). À partir des années 1980, l’aspect local réapparaît, et avec lui l’intérêt porté aux petites unités urbaines, ce qui semble d’ailleurs légitime puisqu’une partie importante de la population en France ne vit ni dans des villages, ni dans de grandes métropoles, mais habite dans de petites villes (Bozon, 1984 :9). La question redoutable est toutefois d’arriver à définir cet objet.

2Afin de définir une petite ville, les critères administratifs et comptables semble­raient a priori les plus objectifs. Quelle que soit sa taille ou sa population, une ville est avant tout une commune. Chaque commune dispose d’un espace de vie et plus précisé­ment d’un territoire spécifique. Ce territoire en tant qu’étendue de terre bénéficie à l’interne d’un usage social et politique particulier, et imprime une frontière qui indique une distance avec son voisin. Si l’État moderne a réussi à fédérer une mosaïque de petites entités, il s’est toujours heurté à cette diversité sociale, institutionnelle et terri­toriale. Le découpage administratif français confère à une commune une autonomie de gestion qui lui réserve un domaine particulier d’intervention et qui relève d’une auto­rité rendue indépendante. Si chaque commune dispose d’une autorité instituée, mais aussi d’un espace particulier, qu’en est-il de la population d’une petite ville ? On sait que tout seuil pose problème. L’aspect quantitatif porte en lui une nette relativité et parfois une apparente scientificité, même si naguère l’abbé Expilly et le démographe Moheau montraient que cet aspect restait le critère le plus universel. On le remarque simplement avec les grandes agglomérations paysannes dans le delta du Tonkin, en Campanie ou dans la plaine hongroise qui posent certaines difficultés d’appréciations (Anderson/Vieillard-Baron, 2003). Disons simplement qu’en France, une petite ville est une unité urbaine dont la population est comprise entre 3 000 et 20 000 habitants. Toutefois, on peut se demander si ces seuls critères suffisent. Une petite ville n’est-elle que cela ? N’est-elle pas aussi un vecteur de culture et d’identités locales, qu’elle soit isolée ou adossée à une plus grande ville ? Pour répondre à cette question nous aborderons tout d’abord deux types d’approches sociologiques classi­ques. Ensuite nous traiterons de deux séries d’études pour donner corps à notre argu­mentation. Enfin, nous tenterons de définir une petite ville à partir de trois dimensions qui rendent compte de sa dynamique.

II. Deux types d’approches sociologiques

3Les travaux sociologiques qui portent sur les petites villes s’orientent autour de deux axes. Ceux qui mettent en évidence l’effondrement inexorable de ces petites entités. Ceux qui, en revanche, s’intéressent aux phénomènes de résistances. Malgré ces oppositions, on se demandera s’il n’est pas possible de les lier.

A. L’image de la dissolution

4Dans un premier type d’approche, l’état des petites villes est perçu comme très problématique. Les pressions exogènes sont telles, que leur avenir semble incertain. Mumford (1964) mettait en évidence les appétits de puissance, d’avarice et d’orgueil des métropoles. Pour lui, le petit était irrémédiablement condamné. Relayé par le pouvoir étatique, ce monstre tenterait de dissoudre les petits ensembles en imposant une nouvelle rationalisation de l’espace, comme ce fut le cas avec l’orientation politique des “campagnes petites villes” dans les années 1970, mais aussi de nouvelles formes d’éducation, quand l’école prédispose les jeunes des petites villes à penser efficacité, rationalité, mobilité. Dans cette logique, les petites villes et leurs habitants seraient entraînés vers des formes de vie standardisées et la mobilité géographique les déstructurerait définitivement. Les contacts interpersonnels tendraient à s’affaiblir et la connaissance réciproque des habitants y ferait défaut. Nous assisterions à l’ébranlement de tout enracinement.

5Certains chercheurs ont posé la question de savoir si les petites villes avaient encore quelques particularités (Lugan, 1983 :188). La conclusion semblait sans équivoque. En tant que système social, elles étaient en phase de dissolution. En effet, elles ne pouvaient résister aux forces qui les intégraient dans l’espace économique du capitalisme d’organisation. Aucune alternative n’était envisageable face à la puissance du système politique et économique. À terme, cela ne pourrait déboucher que sur la destruction des modèles culturels originaux. Ces diverses mutations se réaliseraient au détriment des forces de socialisation de type communautaire, au bénéfice d’une socia­bilité d’un ordre peut-être plus varié et rapprocheraient les petites villes de la mouvance urbaine (Lugan, 1997 :405).

6Dans ce contexte, les habitants ne ressentiraient que souffrance. Si le romancier grec Hadzis (1990) a mis en scène des figures locales vivant avec un certain désarroi le déclin puis la mort lente de leur petite cité, certaines recherches socio­logiques se sont centrées sur les conséquences de cette métamorphose (Morin, 1967). L’avènement de la modernité dans une commune de Bretagne a mis en évidence de nombreuses désil­lusions. Les exploitants agricoles avaient le sentiment d’être abandonnés. Les marins de commerce ne voyaient plus que les problèmes d’emploi. Les bourgeois locaux pâtissaient de leur isolement. Les jeunes souffraient de l’absence d’un véritable noyau urbain. Les femmes étaient insatisfaites de leur vie quotidienne. Même l’école ne jouait plus qu’un rôle secondaire dans la promotion sociale. L’ensemble de cette collectivité vivait une rupture. Il n’y avait plus de continuité avec le passé, qui de toute manière ne signifiait plus que misère. Pour l’ensemble de ces groupes, la mémoire commune s’effondrait, ne laissant plus apparaître que des tensions entre communauté de pensées et expériences individuelles. Les individus conscients de ces changements exprimaient une certaine amertume.

B. L’image de la résistance

7Dans un second type d’approche, les sociologues ont tenté de dégager les spécificités des petites villes. Les analyses du couple Lynd (1931) de la petite ville de Muncie portaient sur l’activité propre d’une localité. Entre 1925 et 1935, la crise économique avait fait des ravages et bien des changements étaient intervenus. Toutefois, en portant un regard sur une famille influente dont l’emprise sur la collectivité s’était renforcée par le biais de relations stratégiques, les Lynd mirent en évidence le contrôle exercé par une classe dirigeante composée de gens d’affaire, mais aussi d’une partie de la classe moyenne. Loin de voir apparaître une lutte de classes, leur conclusion se centrait sur le maintien d’habitudes locales. Les études de Warner (1941) complétaient ces éléments. Elles portaient sur la stratification sociale à Newburyport. Globalement, chaque classe se définissait par son lieu géographique d’habitation, mais aussi par le degré d’enracinement dans la localité. En haut de la stratification se trouvaient les vieilles familles qui avaient une position importante, puis venaient les familles plus récemment installées et qui avaient une position similaire aux précédentes. Tout en bas, il y avait une main-d’œuvre pauvre. Entre ces deux extrêmes, existaient quelques classes diversement composées. Or, ce qui parais­sait différencier ces catégories ne renvoyait pas essentiellement à une position écono­mique, mais plutôt à une caractéristique culturelle dans l’accès aux diverses associations et clubs de la ville. Ce système local paraissait inaltérable et ses fondements n’étaient que peu contestés.

8Derrière l’image couramment usitée d’une uniformité des institutions aux États-Unis, il subsistait des diversités sous-jacentes. Au-delà d’un certain esprit national, chaque petite ville construisait sa dynamique culturelle. Malgré les diverses crises qu’elles avaient vécues, il subsistait des forces de résistance qui provenaient de certaines catégories particulières ou de familles fortement enracinées. Loin de ne voir qu’une volonté de domination économique, l’intérêt de ces groupes était surtout de maintenir un véritable système culturel autonome. On retrouve ce qu’Halbwachs (1950) avait pu montrer dans le cas des petites villes françaises. Chaque entité résiste aux forces qui tentent de la transformer.

9Si la résistance est un élément important qui imprègne la culture des lieux, l’implantation locale des individus aurait dès lors un effet sur la sociabilité, mais aussi sur l’intégration (Roques, 2004a). On peut penser que des groupes exercent un certain contrôle social, même s’il existe des bouleversements, afin d’éviter une dilution de la communauté ou d’envisager la constitution d’un nouvel esprit local.

C. Une synthèse des deux approches

10La première analyse était centrée sur la dissolution, la seconde abordait les résistances. Il est évident que nous avons forcé les traits. Les résultats cumulatifs des études montrent des transformations. Ces petites entités assuraient autrefois des liens entre grands centres et collectivités rurales qui disposaient de ressources naturelles. De plus, elles étaient des plaques tournantes ou des pôles d’échanges de la vie culturelle, sociale et économique.

11Aujourd’hui, bien des choses ont changé. Toutefois, si les petites villes ont perdu certaines fonctions, on peut se demander si elles n’en ont pas gagné d’autres (Laborie/Renard, 1997) ? L’autonomie dont jouissent encore les petites communes ne constitue-t-elle pas un de leur principal atout (Girault, 1997 :105) ? En fin de compte n’est-t-il pas possible de relier ces différentes problématiques ?

12Dans les deux cas, les petites villes subissent des pressions exogènes puissantes, qu’elles soient idéologiques, foncières, économiques, politiques, démographiques, ou urbaines. Ainsi, en quelques années, l’espace local peut être soit totalement désertifié, soit complètement englouti. Pour notre part, nous dirons que sous les coups de bou­toirs de la modernité envahissante (Roques, 2009), les petites villes possèdent encore des dynamiques typiques et tentent de reconstruire ce qui peut leur rester : une certaine culture locale. Certes cela se réalise parfois dans une sorte de nostalgie et d’illusion d’un retour vers un passé et un âge d’or mythifiés, mais partout il subsiste quelques formes de résistances réelles ou symboliques. S’il existe une indéniable urbanisation des comportements, une aspiration à la modernité, une appétence pour la mobilité géographique, une curiosité pour les nouvelles technologies de l’information et de la communication qui ouvrent au monde extérieur, il n’en demeure pas moins qu’il subsiste des dynamiques locales particulières.

III. L’exemple de deux séries d’études

13Avant de définir ce qu’est une petite ville, revenons sur certains de nos travaux. Lors de plusieurs recherches, nous avons porté notre attention sur les dynamiques des petites villes. Nous avons traité plus particulièrement de l’impact qu’elles avaient sur les projets et l’orientation des jeunes, sur les politiques locales, sur les degrés de participation des habitants, sur les représentations de la santé, sur l’accès à l’emploi, sur les problèmes environnementaux comme la gestion de l’eau et des sols. Nous ne nous attarderons pas sur l’ensemble de ces problématiques, mais seulement sur deux séries d’études.

A. Dynamique locale et projets des jeunes

14Une première analyse portait sur la santé des jeunes de cinq petites villes du Gard rhodanien (Berger/Fosse/Roques, 1993). Les résultats montraient que les comportements variaient d’une commune à l’autre. Par exemple, le degré d’investissement dans la santé, le degré de connaissance des maladies, le désir d’implication dans des actions de santé, étaient différents pour chacune des localités. Par-delà le problème social de la santé chez les jeunes, un problème sociologique émergeait. La dimension spatiale jouait un rôle non négligeable sur les conduites. De ce constat, nous avons posé une nouvelle question qui était de savoir s’il existait des effets du local sur d’autres types d’attitudes.

15Une seconde étude proposait de comparer les projets scolaires, professionnels et de vie de jeunes de deux petites villes du Sud de la France (Roques, 2003). L’une, Bagnols-sur-Cèze, était à dominante industrielle, l’autre, Uzès, était à dominante touristique. Les résultats confirmaient le lien entre conduites juvéniles et lieu de rési­dence. Tous les taux de projets étaient supérieurs dans la première commune. Afin d’expliquer cette différence, nous avions proposé deux hypothèses. L’une était centrée sur le différentiel des offres (filières scolaires, emplois, activités diverses). La validité semblait nette puisque dans la ville où il y avait le plus d’offres les taux de projets étaient plus importants. Or, les jeunes étaient-ils si rationnels que cela ? Avaient-ils une telle connaissance et une telle visibilité des offres ?

16Quelques entretiens montraient le contraire. Si quantitativement l’hypothèse était corroborée, qualitativement elle était fausse. L’autre hypothèse proposait de s’intéresser aux représentations et aux images de l’école, du travail et de la sphère publique, qui étaient véhiculées localement. Les oppositions entre les deux communes apparaissaient significatives. Les cultures locales, leurs histoires, leurs mémoires, étaient dissemblables, maintenues et entretenues par des groupes locaux fortement intégrés. La construction d’un projet relevait alors de la possibilité d’intégrer l’imaginaire de cette communauté locale et les groupes qui la constituaient (Roques, 2004a).

17Une troisième étude voulait valider le lien entre contexte spatial et projet en prenant en compte la petite ville d’Uzès (Roques, 2007). Nous avons porté notre attention sur les projets scolaires, sur les histoires résidentielles, ainsi que sur la représentation de l’espace de jeunes. Lorsqu’on s’intéresse à leurs parcours, on peut remarquer que la dimension locale est fortement présente. Ils vivent le local au quotidien, dans la rue, à l’école, dans leur famille, avec leurs amis. Quand on se rapporte à leurs histoires résidentielles, on note que tous ne sont pas originaires de la ville. Certains sont là depuis qu’ils sont nés, et même leurs parents ou grands-parents sont fortement enra­cinés dans cet espace. D’autres sont arrivés depuis quelques temps, et certains d’entre eux sont de nouveaux venus. Mais au-delà, il existait une distinction entre les jeunes qui se sentaient enracinés et ceux qui ne trouvaient pas leurs racines ou n’en n’avaient aucune. Le sentiment d’appartenance était différent chez les uns ou chez les autres, et renvoyait immanquablement à leur manière de décrypter les codes locaux et de vivre les interactions quotidiennes. Certains se sentaient admis, alors que d’autres se vivaient comme des exclus. Ces expériences de la sphère locale avaient une influence sur la manière de vivre sa ville, mais aussi de la représenter. Les représentations spa­tiales étaient là pour le montrer. Lorsqu’on pense à une petite ville, on se dit qu’il paraît aisé de dessiner ses contours, ses rues, de placer les bâtiments du patrimoine ou les écoles. Or, la réalité est différente. Chacun interprète sa ville par le prisme de son vécu et de son histoire. Ces représentations montraient que la ville n’était pas une entité figée, mais qu’elle se vivait par le biais des expériences quotidiennes. La différence semblait nette entre la ville circulaire des jeunes enracinés et la ville déstructurée des jeunes exclus.

18Mais toutes ces histoires résidentielles n’ont pas qu’un simple effet sur le vécu quotidien et sur la façon de voir la ville. Elles influencent les attitudes scolaires interprétées en termes de projet. Ainsi, être participatif ou en retrait, avec l’école, renvoyait à la manière dont ces histoires résidentielles se construisaient. La dynamique culturelle exerce une influence sur les habitants et particulièrement sur les jeunes interrogés. La manière de vivre sa ville, de se sentir inclus ou exclu, affecte la façon dont les individus vivent l’école. Pour les uns, il existe une linéarité entre le sentiment d’inclusion locale et la participation scolaire. Pour d’autres, ceux qui disposent de ressources, le sentiment d’exclusion locale favorise la participation scolaire qui devient un moyen pour s’en échapper. Pour d’autres encore, le doute s’installe à propos de la scolarité quand ils vivent leur orientation comme un exil et en tiennent rigueur à la localité. D’autres, enfin, vivent l’école comme ils vivent leur ville, comme un espace d’exclusion. Le problème est que si une petite ville est un élément de refuge, tous ces jeunes n’ont pas la même place.

B. Dynamique locale et emploi des femmes

19Considérons maintenant une autre étude. Pendant une durée de six mois, nous avons réalisé une recherche-action concernant l’emploi des femmes dans le Gard (Berger/Roques, 1996). La question centrale était de mesurer l’adéquation ou l’inadé­quation entre les politiques de recrutement de PME-PMI d’une part, et d’autre part les modes de recherche d’emploi des femmes inscrites à l’ANPE. Huit femmes au chômage ayant toutes fait des études supérieures (du DEUG au DEA) participèrent à cette recherche et toutes venaient des centres urbains ou y avaient séjourné. En termes méthodologiques, cette action était décomposée en trois phases. La première permettait de construire deux questionnaires : un pour les entreprises, l’autre pour la population féminine. La seconde était centrée sur la passation des questionnaires auprès de nos deux populations, en tenant compte de quotas, ainsi que sur la saisie des réponses à 24 items. La troisième relevait de l’analyse des résultats.

20Les entreprises interrogées étaient enracinées dans un environnement peu large. Il existait peu de créations récentes et une minorité de jeunes entreprises. Le statut d’entreprise individuelle, très fréquent, ainsi qu’un effectif réduit, soulignaient un lien étroit entre le chef d’entreprise et ses salariés. Il se dégageait un paternalisme dominé par une forte majorité de chefs d’entreprises masculins. Ces derniers recrutaient peu et se contentaient de maintenir leurs effectifs. Lors des recrutements, ils privilégiaient les contacts directs et les connaissances. Ils étaient largement influencés par leur environnement familial et relationnel. Ce mode de recrutement excluait évidemment les individus isolés qui ne connaissaient personne. La majorité des femmes interrogées étaient rarement natives de la région et 45 % d’entre-elles s’étaient installées récemment. Cela entraînait une méconnaissance du bassin d’emploi, mais aussi un sentiment d’atomisation. Sur cette population, 80 % des femmes étaient diplômées et un quart disposaient d’un niveau supérieur. Pour leurs recherches d’emploi, une importante proportion faisait acte de candidature en envoyant leur CV. Les femmes de notre population étaient satisfaites de leur méthode de recherche mais agacées par le silence quant à leurs actes de candidature. Le temps passait sans déboucher sur de quelconques opportunités. De ce bref aperçu, on peut dire qu’il existait un décalage entre les modes de recrutement des petites entreprises et les stratégies de recherches des femmes. Les uns privilégiaient l’enracinement, l’interconnaissance et employaient peu, les autres mettaient en exergue leur mobilité, leur expérience sans pour cela appartenir à de véritables réseaux de relations. Mais allons plus loin.

21On sait que trouver un emploi dans une petite ville est difficile car les offres sont limitées ou concentrées dans de petites entreprises. Pour obtenir un contrat de travail, ne faut-il pas le plus souvent connaître quelqu’un qui appartient à des groupes locaux ou familiaux, ou plus simplement faire partie de ces groupes ? Le fait d’être “d’ici”, ou de faire acte d’appartenance, n’est-il pas un gage de reconnaissance ? Dans le cas contraire, l’activité du chercheur d’emploi n’est-elle pas promise à de l’enfermement et du repli ? Nous avons des femmes qui se retrouvent dans un monde à forte prédominance masculine. Elles sont diplômées dans un monde qui ne valorise pas les diplômes. Elles ont fait preuve de mobilité dans un monde fortement enraciné et où le sentiment d’appartenance est puissant. Elles disposent de codes urbains dans un monde où subsistent des codes communautaires. Non seulement il existe peu d’adé­quation entre leur formation et les emplois proposés, non seulement l’investissement est important en rapport aux faibles résultats, mais surtout le temps passe, compromet petit à petit leurs compétences, amenuise leurs capacités d’action ainsi que leur chance de trouver un travail. En fait, pour comprendre les codes sociaux d’un nouvel environ­nement et les intégrer, le temps est long.

22La phase de transition entraîne des pertes de repères et favorise la désorientation. Les conséquences sont douloureuses. Chez les diverses participantes et même pour d’autres que nous avions rencontrées, il existait bien de la lassitude favorisée par une crise d’identité plus ou moins prononcée. Tout d’abord, ces femmes avaient un certain bagage, mais comme le marché de l’emploi était réduit, les recherches infructueuses engendraient quelque forme de mélancolie, puis du repli. Cette situation favorisait un sentiment d’isolement, engendrait de la souffrance et entraînait parfois ces personnes vers des mécanismes d’addictions, où parfois la maladie devenait le seul projet. Ensuite, on pouvait constater une volonté de reconstruire une nouvelle histoire personnelle, une nouvelle identité, associée à une diminution des aspirations.

23Mais cette construction restait fragile. En effet, dans cette nouvelle phase, ce public se retrouvait en compétition avec des personnes implantées. En l’absence de connaissance locale, notre population avait encore plus de mal à trouver un emploi, redoublant ainsi les frustrations. Certes, les dynamiques économiques locales sont importantes dans l’obtention d’un emploi. Certes, dans notre cas, il existe une inadéquation entre niveaux de formation des participantes et emploi potentiels locaux. Certes, dans le cas présent, les femmes nouvellement arrivées ne connaissent pas le bassin d’emploi. Toutefois, ce qui est frappant, c’est l’impossibilité de comprendre la culture locale et d’y accéder. Désorientées, ces femmes sont exclues, n’ont aucune clef et ne peuvent ouvrir les portes de l’emploi. Irrémédiablement, en favorisant la structu­ration de la communauté, la culture locale ne se maintient qu’en maintenant l’autre à distance. Si les petites villes portent parfois en elles l’image de l’interconnaissance, de l’accueil, du soutien, ces milieux peuvent être bien fermés.

IV. La dynamique des petites villes

24Au regard de ces divers travaux comment peut-on alors définir une petite ville ? Nous utiliserons ici trois dimensions pour répondre à cette question.

A. Identité et identification

25Il est nécessaire de s’interroger sur la dynamique locale et plus particulièrement sur ce que l’on pourrait nommer la culture des lieux. La définition classique de la notion de culture renvoie à un ensemble complexe qui engloberait les connaissances, les croyances, les arts, la morale, les lois et les coutumes, ainsi que plusieurs autres capacités et habitudes acquises par l’homme en tant que membre d’une société (Tylor, 1871). En d’autres termes, et replacée dans le cas des petites villes, la culture se com­poserait d’un ensemble de valeurs communes à une grande partie des habitants. Quelles peuvent être ces valeurs et comment se concrétisent-elles ? En termes d’hypo­thèse, nous retiendrons deux éléments qui nous paraissent susceptibles de composer la culture locale. Ces deux dimensions sont le territoire typique de chacune d’elles, c’est-à-dire l’espace qui englobe la petite commune, mais aussi l’histoire locale particulière qui se construit et se reconstruit. Ces éléments se retrouvent d’ailleurs dans le nom des villes qui spécifie non seulement un espace, mais aussi une origine et une histoire.

26Abordons le territoire. Nous avons dit que chaque commune dispose d’un espace propre. Celui-ci se définit en termes de superficie, mais il est situé géographiquement. Chaque petite ville a une configuration territoriale qui n’est qu’à elle. Elle possède ses propres richesses. Cette base territoriale a sans aucun doute une influence sur les modes de vie et la culture des lieux. Elle ne peut qu’affecter son organisation, ses mœurs ou ses coutumes, nombre d’études ethnographiques l’ont montré. Cette situa­tion semble saillante dans le cas des petites villes isolées, lorsque l’espace de vie jouxte souvent un environnement naturel. Le rapport à l’espace naturel devient parti­culier et rejoint la cultura, cette petite pièce de terre travaillée pour produire aux confins du XIe siècle. Le territoire permet alors de délimiter une frontière et de distin­guer ce qui est de l’ordre de l’intérieur et ce qui est de l’ordre de l’extérieur. Chaque petite ville marque son territoire et le défend, souvent il est vrai au détriment de ses voisines. Mais ne retrouve-t-on pas cette situation dans d’autres configurations urbaines ? Si un espace social quel qu’il soit, village, quartier ou ville, relève d’un ordre patrimonial, mais aussi territorial, cette dimension spatiale est bien l’objet d’une appropriation particulière où tout le monde n’a ni la même place ni le même poids (Di Méo, 1998 :60). Dans ce cadre, on peut comprendre les échecs des pouvoirs publics qui ont tenté de fusionner diverses entités. En fait, les communes veulent garder leur identité et le concept de commune est l’union indissoluble d’une communauté avec son territoire. D’ailleurs, la commune est l’entité la plus lisible et est souvent ce lieu où se manifeste l’enracinement des Français que la mobilité géographique n’a pas réussi à entamer (Mabileau, 1994). L’exemple du sport, parmi d’autres, est parlant et montre que l’homme est un animal territorial et que cette territorialité affecte le comportement humain à toutes les échelles de l’activité sociale (Roncayolo, 1997 :182).

27Venons-en maintenant à l’histoire. Nous parlerons ici de cette réappropriation d’évènements historiques qui font que parfois une histoire surgit de l’oubli et est bricolée en quête d’un nouveau sens (Rémy, 1998 :147). Qu’une commune soit en déclin ou en période de renouveau, qu’elle fasse référence à des évènements récents ou plus lointains, l’histoire est bien présente. Pensons à la commune de Rive-de-Gier, dans la Loire, décrite par Boubeker (2005). Depuis le déclin du monde industriel et les licenciements des “gueules noires” et des “métallos”, la ville n’en finit pas de mourir. Pourtant, il subsiste des histoires de ce passé glorieux à travers lesquelles se racontent des croyances, des pratiques communes, des solidarités, des combats. Mais cette volonté de revisiter l’histoire ne se maintient pas seulement par la simple oralité portée par quelques rentiers de la mémoire. On la retrouve dans le succès croissant des socié­tés historiques locales qui remettent au goût du jour les évènements lointains et se proposent de relire le passé. Citons parmi tant d’autres la Société Historique de Bagnols-sur-Cèze qui tente, à travers sa revue Rhodanie, de faire ré-émerger une autre histoire, plus profonde que celle monopolisée depuis les années 1950 par l’industrie atomique de Marcoule. En fait, une petite ville face aux pressions diverses tente de reconstruire sa propre histoire même si cela ne va pas de soi (Frigoli, 2010).

  • 1  Par exemple Coubron, étudié dans Charmes E., 2003.
  • 2  Comme dans le cas du Caire (Vignal L., 2004).

28Par le biais du territoire et de l’histoire, la culture locale devient à la fois l’expression de l’identité et le moyen d’identification dans un jeu de différenciations locales. Ainsi, comme dans le cas de Nanterre, décrit par Segalen, on peut être un vieil habitant de 20 ans, et malgré certains clivages, les éléments qui peuvent rassembler certains habitants sont la mémoire de l’espace (Segalen, 1990 :21). Actuellement, malgré de nombreux changements, il paraît plausible de dire que la dynamique locale et identitaire reste vivace dans les petites villes. Toutefois, si ce constat est valide pour de petites entités urbaines isolées, nous pourrions poser l’hypothèse d’une similitude avec des petites villes de banlieues1, ou encore avec des structures métropolitaines plus vastes2.

29On peut dès lors se demander quels sont les acteurs des petites villes qui sont susceptibles de constituer, d’entretenir cette culture des lieux ?

B. Les gardiens du temple

30Pour répondre à cette question, il est peut-être intéressant de recourir à quelques éléments historiques. On peut admettre qu’à la différence des civitates gallo-romaines qui étaient des villes importantes et fixées depuis l’Antiquité, les petites villes apparaissent aux confins des XIe-XIIe siècles, lorsque les communautés urbaines, voire semi-villageoises, se proposaient de s’émanciper de la tutelle seigneuriale. Le renouveau économique et le développement des échanges favorisent à cette période le désir de constituer des associations de membres unis ainsi que des aspirations collectives de paix, de justice et de liberté. Le mouvement communal de ces petites entités faisaient dire : « l’air de la ville rend libre ». Toute personne en rupture de ban avec le seigneur local pouvait se réfugier en ville pour échapper aux poursuites et pouvait, au bout d’un certain temps, prendre, sous certaines conditions, la qualité de bourgeois. Par contre les descendants directs des membres fondateurs devenaient automatiquement bourgeois, même s’ils devaient prêter serment de communauté. Or, petit à petit, s’est mise en place une véritable aristocratie bourgeoise, composée de commerçants et d’artisans. Elle va monopoliser les fonctions municipales et constituer un fossé avec le menu peuple. Ce rappel montre qu’il existe, dès la constitution des petites villes, d’une part un désir de constituer un territoire particulier qui s’oppose à la sujétion féodale et, d’autre part, la volonté de construire une histoire typique. Par ailleurs, nous observons également la mise en place d’une concentration du pouvoir et d’une monopolisation de la culture des lieux de la part de certains groupes, qu’ils soient corporatifs ou familiaux. Loin de nous l’idée de mettre en parallèle ce qui se passait il y a neuf cent ans et ce qui se déroule actuellement. Toutefois, on peut penser que dans les petites villes deux acteurs tentent de maintenir la culture locale. Nous poserons l’hypothèse que ces deux acteurs parfois imbriqués, parfois opposés, sont d’une part l’élite “culturelle” et d’autre part certaines familles “enracinées”. On voit par là que ce qui nous intéresse ne renvoie pas essentiellement au pouvoir local institué. Certes, dans les petites villes, la compétition fait rage lors de la préparation des élections municipales qui représentent un temps fort de la vie sociale, mais cela ne recouvre qu’une partie de la réalité. De plus, les débats posent le problème de la véritable auto­nomie des pouvoirs locaux. Pour les uns, ces pouvoirs sont largement tributaires de l’extérieur. Pour les autres, ils disposent de réelles marges de manœuvre. Nous nous éloignons aussi de la pure dynamique économique et de la seule recherche du profit qui serait l’axe privilégié pour étudier la ville. C’est en regardant ailleurs, mais aussi en tenant compte de certains problèmes méthodologiques, qui avaient été mis en évidence dans l’analyse d’une petite ville comme Syracuse (Freeman et al., 1978), que nous tenterons de définir nos deux acteurs.

31L’élite culturelle s’inscrit dans la défense ou dans la promotion des valeurs locales représentées par le territoire et l’histoire. Traditionnellement, les grands notables issus de familles nobles avaient un rapport d’autorité sur les habitants. Ces archéo-bourgeois, à l’image du châtelain, du médecin ou du notaire, étaient considérés comme des lettrés. Or, comme le montre Ledrut, ce règne de la notabilité disparaît au bénéfice de petits notables locaux appartenant à une parentèle locale dominante (Ledrut, 1977), mais aussi à certains réseaux professionnels, religieux ou centrés sur des affinités électives. Si les intérêts de ces néo-bourgeois sont divergents, leurs caractéristiques communes sont de tout vouloir convertir en propriété privée, mais aussi de constituer et de contrôler un espace propre qui puisse leur appartenir. Ils impriment sur l’espace local leurs aspirations, leurs orientations, leurs projets et reconstruisent par le biais d’une mémoire fortement sélective l’histoire des lieux. Ils entendent reconstruire la symbolique d’une communauté locale originelle en privilégiant des formes culturelles, comme les appropriations et la mise en scène de l’histoire, les thèmes de la protection ou de la conversion du patrimoine, le maintien de traditions festives ou la mise en place d’institutions spécialisées (Moquay, 1997). C’est ce que nous confirmera d’ailleurs un des membres de ces élites :

Vous savez, l’important dans nos actions est de favoriser une dynamique et de promouvoir une certaine idée de notre commune (Berger/Roques, 2008).

32Pour leur part, les familles locales, qui représentent un groupe domestique co-résident ou un ensemble d’individus apparentés, revendiquent l’appartenance directe au sol et à l’histoire des lieux. Le sentiment d’appartenance est à la fois territorial, mais aussi généalogique (Centlivres, 1986). La petite ville est considérée comme un berceau familial ; ses membres l’entretiennent de la même manière que si elle était leur propriété. Certes, depuis quelques décennies, la mobilité géographique a affecté les groupes familiaux, et l’on peut noter une distinction entre les parentèles qui sont en progression et maintiennent une forte intégration et celles qui se disloquent. Les unes participent et sont présentes dans la dynamique locale, alors que les autres restent recroquevillées dans une certaine nostalgie du passé. Pourtant, nous pensons que ces familles locales jouent encore quelques partitions dans la constitution et le contrôle de la culture des petites villes. Chacune, à son niveau, maintient cet esprit particulier, le rend présent, et tente de garder vivace les valeurs de la localité :

Ce qui est important c’est toujours de conserver cet esprit familial, ça permet de pas se perdre, et ça permet aussi de pouvoir savoir qui est qui (Berger/Roques, Ibid.).

33L’exemple des monuments aux morts paraît en cela fort révélateur, puisqu’il rappelle sans cesse l’origine familiale des individus et le lien étroit qui subsiste entre ces disparus et les vivants. Mais on pourrait citer les noms de rues qui regorgent de patronymes. Si les familles sont le lieu privilégié de socialisation, celles présentes depuis longtemps affectent sans nul doute l’ensemble de leurs membres ; ceux-ci, à leur tour, valorisent à la fois cet esprit territorial, mais aussi l’histoire des lieux, qui se confondent tous deux avec l’espace et l’histoire de la famille. Pensons à Decazeville, dans l’Aveyron, où l’esprit des familles locales reste présent à la fois dans la nostalgie d’un passé sidérurgique glorieux, mais aussi dans le désir de reconstruire une nouvelle communauté de vie. Il est à noter que ces deux groupes d’acteurs sont loin d’être en osmose. Toutefois, ils tentent de construire ou de reconstruire une culture locale. Alors, on peut se poser la question de savoir si ces mémoires sélectives n’ont pas un rôle particulier dans la dynamique de la localité. On peut se demander si elles ne permettent pas, en fin de compte, de filtrer l’accès au territoire, à l’histoire locale et à la culture des lieux.

C. Portes, clefs et chemins d’accès à la culture locale

34Les villes sont longtemps restées encloses à l’intérieur de leurs enceintes. Les murs permettaient de se défendre. Ils étaient des moyens de lutter contre des bandes soldatesques, contre les charivaris et les débordements de la jeunesse (Meyer/Poussou, 1995 :296). Mais ils n’avaient pas que cette fonction puisqu’ils servaient aussi à prélever un impôt. Il s’agissait d’une opération fiscale, qui par le biais des octrois, envisageait de faire payer des droits d’entrée à diverses marchandises. Des lieux de péages, sur des ponts ou sous des portes, pouvaient être répartis autour de la ville. En définitive, les murailles étaient des filtres matérialisés dont les portes restaient fermées toutes les nuits. Si, dans de nombreuses villes, ces remparts ont disparu, il semble qu’ils existent encore dans leur symbolique. Il faudra alors pour accéder à la cité et à cette culture des lieux chercher et trouver les portes, mais aussi leurs serrures et leurs clefs. Comment les individus vivent-ils cette situation ? Aspirent-ils à accéder, ou peuvent-ils accéder à cette culture locale ? À ce stade, nous utiliserons une autre définition de la culture. La culture, nous dit Todorov, renvoie à des représentations communes qui sont des images et des interprétations du monde. Posséder une culture signifierait que les personnes ont à leur disposition une pré-organisation du monde, un modèle miniature, une carte en quelque sorte, qui leur permettrait de s’y orienter (Todorov, 1996 :293). Le problème redoutable, dans notre contexte, est de savoir si les individus disposent dans leur ensemble de ce modèle. Ont-ils, tous, accès à cette carte pour arriver à s’orienter ? Ont-ils toutes les clefs pour comprendre la carte qui leur est proposée ? Si une petite commune, dans une vision de politique générale, est l’entité la plus lisible, on peut se demander si la culture des lieux y est aussi lisible ? Avant de répondre à ces interrogations, disons rapidement que nous ne suivrons pas la thèse de la soumission ou de la domination, notamment dans le cas des populations que nous avons étudiées. Nous avons plutôt montré, dans le cadre de plusieurs contributions, que les jeunes et les femmes, même les plus exclus, utilisaient des attitudes oscillant entre la participation et le retrait, la critique et le conformisme, afin de résister aux pressions locales (Roques, 2004b).

35Peut-être de manière simplificatrice, nous ferons une distinction entre deux catégories d’individus : ceux qui sont “d’ici” et ceux qui viennent “d’ailleurs”. Les premiers vivent dans ces petites villes depuis un certain temps, voire depuis quelques générations. Ils participent globalement à la culture. Le sentiment d’appartenance au territoire et à l’histoire locale est fort. Ils peuvent revendiquer un statut d’autochtone par leurs attitudes et leurs pratiques. Ces autochtones font partie de la petite ville, de ses rues, de ses réseaux de personnes, mais inversement, la petite ville, avec ses maisons, ses habitants ou ses associations, leur appartient. Ces individus sont nettement intégrés car ils connaissent tout le monde et possèdent les clefs de ce monde. Le problème sera de savoir ce qui se passe s’ils perdent ces clefs, ou la carte d’orientation qu’ils possédaient. En ce qui concerne les seconds, nous ne parlerons pas des personnes qui ne sont que de passage, comme les touristes, certains actifs ou nomades, et dont l’objectif n’est pas de rester. Nous traiterons des personnes qui, pour des raisons multiples, viennent s’installer dans de petites villes. Ils peuvent être, retraités, à la recherche d’un nouveau cadre de vie ou d’un travail, actifs mutés, précaires dont l’idée est de retrouver une certaine communauté affective, couples avec ou sans enfants qui désirent accéder à la propriété là où le prix du bâti est parfois moins élevé que dans les grandes villes. Ces nouveaux arrivants, en tant qu’étrangers, sont dans une situation de transition (Schütz, 1944). Ils ont des références qui ne sont pas toujours adaptées aux situations locales. D’ailleurs, il n’est pas rare que ceux “d’ici” leur rappellent cette origine extérieure, relevant tantôt leur accent, tantôt leur méconnaissance de certaines coutumes. On retrouve ici les mêmes logiques d’exclu­sion observées dans les années 1950 et 1960 par Élias et Scotson à propos de la petite ville anglaise de Winston Parva où les nouveaux arrivants subissent le rejet de ceux qui se sont installés plus tôt (Élias/Scotson, 1965). Ils doivent décrypter certains codes pour s’orienter dans ce nouvel espace : nouvelles expressions locales, nouvelles manières d’être et de faire. Cette adaptation ne va pas de soi et, au-delà, l’intégration dans ce nouveau contexte est souvent laborieuse. On peut être dès lors tout aussi isolé dans une petite ville ou dans le milieu rural profond que dans une grande ville.

36Voyons maintenant les portes existantes, mais aussi le rôle des deux groupes sociaux. Nous prendrons quatre accès possibles dont deux que nous avons déjà relatés. L’accès à la propriété devrait permettre d’intégrer rapidement la culture des lieux. Or, l’acquisition d’un logement, qu’il soit appartement ou maison, est certes un signe et un instrument d’une volonté de s’installer, mais n’implique en rien une intégration sociale réussie (Bozon, 1984 :55). L’accès à cette culture ne peut se réaliser sans une série de médiations ou de parrainages venant des élites culturelles ou des familles locales. C’est en cela qu’une autre dimension, le loisir, peut permettre de rencontrer quelques individus relais. Le problème est qu’il subsiste une nette ségrégation. Certaines organi­sations, associations ou fêtes, insistent sur le caractère nettement local et réservé, et obligent ceux qui viennent d’ailleurs à manifester une sorte d’appartenance exacerbée. Pour ce qui est du travail, trouver un emploi dans une petite ville est difficile, et pour obtenir un contrat de travail, il faut le plus souvent connaître quelqu’un qui appartient aux groupes culturels ou familiaux. L’école est un lieu de rencontre qui dépasse a priori les particularismes. Nous ne sommes plus au temps où l’école permettait à l’as­semblée du village de choisir son maître, et aux familles de rétribuer celui-ci en fonction des contenus et des niveaux professés. Or, il subsiste un lien étroit entre l’école et son territoire, et un établissement scolaire n’a pas la même signification selon que l’on soit un autochtone ou un individu nouvellement arrivé. À moins d’être très récent, l’établissement scolaire fait partie du territoire, mais aussi de l’histoire des lieux, que les élites locales et les familles surveillent. Pénétrer dans un établissement scolaire, ce n’est pas seulement entrer dans un bâtiment, c’est aussi pénétrer dans une partie de la culture des lieux.

37On peut donc constater qu’accéder à une petite ville, et plus particulièrement à ce qui constitue sa culture, n’est pas si aisé. Il existe des codes qu’il faut arriver à trouver et à saisir. La conscience communautaire, valorisée et protégée par une partie des habitants, construit un mur d’enceinte. Cette muraille dispose de plusieurs portes d’accès, dont les individus devront garder ou trouver les clefs. En conséquence, pour intégrer cette culture locale, les individus sont amenés soit à conserver en mémoire certains codes d’accès, soit à décrypter les éléments qui constituent cette mémoire locale.

V. Conclusion

38Pour conclure, nous pouvons dire que les petites villes subissent des pressions exo­gènes tendant à les modifier. En réaction, elles veulent conserver leur caractère spéci­fique, elles valorisent l’enracinement et referment leurs barrières en réinventant des codes locaux. En effet, elles sont attirées par l’aspect intime, par le relatif, par les racines et par l’entre-soi. Or, dans cette exaspération du petit, de la fermeture, des racines et des accès rigides se glissent bien des risques de crispation, d’atrophie, de rétraction ou de contraction. Toutefois, de manière quasi-symétrique, l’attirance vers ces forces exogènes est puissante. Ainsi, les petites villes sont tentées de s’agrandir, elles désirent s’inscrire dans une culture plus communicative, elles souhaitent être dans le flux et le mouvement, et elles aspirent à dégager leurs portes et leurs accès. En effet, elles sont attirées par ce qui est massif, par ce qui a trait à l’universel, par la mobilité et par l’ouverture. Or, dans ce paroxysme du grand, de l’ouverture, de la mobilité et des accès poreux, bien d’autres risques de désintégration, de dislocation, de déstabilisation ou de fragilisation pèsent sur ces petites entités urbaines. Les logiques sont alors dissonantes. Si parfois les antinomies peuvent s’avérer utiles et engendrer des conflits dont la fonction sera de réduire ces ambiguïtés, on peut remarquer que le plus souvent les désaccords peuvent entraîner des gouffres d’incompréhension. Les tensions sont alors difficiles à gérer, surtout quand on les retrouve chez les mêmes acteurs locaux. Ainsi, quel que soit le chemin emprunté, l’avenir des petites villes est bien difficile à décrypter.

39Toutefois, ce qui se joue dans les petites villes par le biais de cette dynamique culturelle qui en émane ne peut-il pas être extrapolé à d’autres configurations urbaines ou rurales ? Ainsi, au-delà des pressions fortes et multiples imposées par la modernité radicale, ne pourrions-nous pas relever l’existence de nets phénomènes de reterritoria­lisation ? Si ceci est observable dans de petites villes isolées ou périurbaines, n’existe-t-il pas le même mouvement dans de plus grandes entités urbaines ou dans leurs quartiers ? Or, qui dit reterritorialisation, renvoie immanquablement à des phénomènes d’appropriations spatiales et culturelles, donc d’inclusion mais aussi d’exclusion.

Haut de page

Bibliographie

Anderson A., Vieillard-Baron H.,
2003 La politique de la ville, Paris, ASH.

Berger C., Fosse N., Roques J.-L.,
1993 La santé et les jeunes dans les Gard Rhodanien, Nîmes, Rapport pour la DDASS du Gard.

Berger C., Roques J.-L.,
1996 Les femmes et le travail dans le bassin d’emploi de Bagnols-sur-Cèze, Nîmes, Rapport pour la DDTEFP du Gard.

Berger C., Roques J.-L.,
2008 La terre comme objet de convoitise : Appropriation, exploitation, dégra­dation, Paris, L’Harmattan.

Bolman R.-D.
1992 Régions rurales et petites villes au Canada, Toronto, Thompson Educational Publishing, INC.

Boubeker A.,
2005 “Rive-de-Gier ou les revenants d’une mémoire ouvrière : anamnèse, commémoration, remémoration”, in Bruston A., Des cultures et des villes : mémoires au futur, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, pp. 75-90.

Bozon M.,
1984 Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province : la mise en scène des différences, Lyon, PUL.

Di Méo G.,
1998 Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan.

Centlivres P.,
1986 “L’identité régionale : Langage et pratique”, in Centlivres P., Les sciences sociales face à l’identité régionale : Cinq approches, Berne, Haupt, pp. 77-126.

Charmes E.,
2003 Les tissus périurbains français face à la menace des ‘gates communities’. Éléments pour un état des lieux, Recherche conduite pour le PUCA.

Élias N., Scotson J.-L.,
1997 Logiques d’exclusion, Paris, Fayard.

Freeman L., Ferero T., Gloomberg W., Sunshine M.,
1978 “Recherche des leaders dans les collectivités locales : comparaison de différentes approches”, in Birnbaum P., Chazel F., Sociologie politique, Paris, Armand Colin, pp. 190-203.

Frigoli G.,
2010 “La mémoire de l’immigration comme politique sociale ?”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 41-1, pp. 143-156.
DOI : 10.4000/rsa.195

Girault F.,
1997 “Les petites villes françaises, entre métropolisation et France profonde”, in Laborie J.-P., Renard J., Bourgs et petites villes, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, pp. 97-107.

Hadzis D.,
1990 Le cahier du détective : la fin de notre petite ville, Bruxelles, Éditions Complexe.

Halbwachs M.,

1997 La mémoire collective, Paris, Albin Michel.

Laborie J.-P., Renard J.,
1997 Bourgs et petites villes, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Ledrut R.,
1977 “Politique urbaine et pouvoir local”, Espaces et sociétés, n° 20-21, pp. 5-14.

Lugan J.-C.,
1983 La petite ville au présent et au futur, Paris, Éditions du CNRS.
1997 “Sociabilité et intégration dans les petites villes, hypothèse sur une évolution”, in Laborie J.-P., Renard J., Bourgs et petites villes, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, pp. 399-406.

Lynd R.-S., Lynd H.-M.,
1931 Middeltown : ethnologie de l’Américain moyen, Paris, Carrefour.

Mabileau A.,
1994 Le système local en France, Paris, Montchrestien.

Moquay P.,
1997 “Le sentiment d’appartenance territoriale”, in Gauthier M., Pourquoi partir ? Migration des jeunes d’hier et d’aujourd’hui, Laval, Presses de l’université Laval, pp. 243-256.

Morin E.,
1967 Commune en France : La métamorphose de Plodemet, Paris, Fayard.

Mumford L.,
1964 La cité à travers l’histoire, Paris, Seuil.

Rémy J.,
1998 Sociologie urbaine et rurale, Paris, L’Harmattan.

Roncayolo M.,
1997 La ville et ses territoires, Paris, Gallimard.

Roques J.-L.,
2003 “Effet du local sur les projets de jeunes : Le cas de deux petites villes du Gard”, L’orientation scolaire et professionnelle, vol. 32, n° 1, pp. 3-30.
2004a “An Analysis of the Relationship between Young People, their Projects and the Local Context”, Revue Suisse de sociologie, vol. 3, n° 1, pp. 99-122.
2004b La petite ville et ses jeunes, L’Harmattan.
2007 Inclusion et exclusion dans les petites villes : le rôle de la culture locale, de la mémoire et de l’école, Paris, L’Harmattan.
2009 La fin des petites villes : Une modernité envahissante, Paris, L’Harmattan.

Schütz A.,
2003 L’étranger, Paris, Allia.

Segalen M.,
1990 Nanterriens : les familles de la ville, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Todorov T.,
1996 “La coexistence des cultures”, in Badie B., Sadoun M., L’Autre, Paris, Presses de Sciences-Po, pp. 293-307.

Tylor E.-B.,
1924 Primitive Culture, New York, Brentano’s.

Vignal L.,
2004 “Une métropole en marge de la mondialisation. L’exemple du Caire”, Esprit, n° 303, mars-avril, pp. 164-174.

Warner W.-L., Lunt P.-S.,
1941 The Social Life of a Modern Community, Yale, University Press.

Haut de page

Notes

1  Par exemple Coubron, étudié dans Charmes E., 2003.

2  Comme dans le cas du Caire (Vignal L., 2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Roques, « Une sociologie de la petite ville », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-2 | 2011, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 24 avril 2014. URL : http://rsa.revues.org/737

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Roques

Maître de Conférences en sociologie à l’Université de Perpignan Via Domitia
jeanluc.roques@orange.fr

Haut de page

Droits d'auteur

© Recherches sociologiques et anthropologiques

Haut de page