Navigation – Plan du site
À propos de livres

Addi Lahouari, Obadia Lionel (dir.), Clifford Geertz. Interprétation et culture

Paris, Éditions des Archives contemporaines, 2010
Gilles Ferréol
Notice bibliographique :

Addi Lahouari, Obadia Lionel (dir.), Clifford Geertz. Interprétation et culture, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 2010, 199p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, structuré en onze chapitres eux-mêmes regroupés en trois grandes parties, entend présenter au lecteur français les principales facettes de l’œuvre de Clifford Geertz (1926-2006), l’une des figures les plus marquantes de l’anthropologie nord-américaine du XXe siècle.

2Dans un premier temps, sont exposés un certain nombre de positionnements d’ordres conceptuel et méthodologique. Lahouari Addi, tout d’abord, met en exergue le bien-fondé de la critique du positivisme et du structuro-fonctionnalisme, le discours dominant des années 1950 et 1960 privilégiant, dans le droit fil des travaux de Radcliffe-Brown, Malinowski ou Evans-Pritchard, un idéal « nomologique » tout en occultant les dimensions symboliques ou interprétatives. L’enquêteur, est-il précisé, « ne doit pas se contenter de recueillir les gestes et paroles des autochtones observés, mais aller plus loin et effectuer une description dense qui révèle les différents niveaux de signification de tout acte social » (p.25).

3Geertz, ajoute François Laplantine, revendique l’essai et l’expérimentation : son cheminement intellectuel prend ainsi appui sur divers champs d’investigation (le politique ou le juridique, le religieux ou l’esthétique) et pose, bien au-delà de la simple dénonciation de « fausses dichotomies », la triple question de l’histoire, du sens et du langage afin de mieux percevoir visions du monde et styles de vie. « A l’ambition totalisante de grandes théories, comme le marxisme ou le structuralisme qui enferment la réalité soit dans le palais de cristal de l’esprit, soit dans la machinerie économique » se substitue « une exploration sophistiquée à partir de marges, avec une prédilection pour les configurations indécises ou floues » (p.45), la volonté de dépassement des frontières disciplinaires allant de pair avec une quête de réflexivité. Nous nous situons ici, comme le souligne à juste titre Jackie Assayag, dans une « démarche pointilliste et feuilletée, qui mobilise parfois l’ironie et qui ne répugne pas à l’autodérision » sans pour autant « démonétiser l’entreprise qui vise à la connaissance d’autrui » (p.50).

4Un second ensemble de contributions se veut plus polémique et s’interroge sur la pertinence de telle ou telle analyse. La perspective postcoloniale, fait valoir Francine Saillant, pourrait enrichir la compréhension de savoirs locaux émanant de groupes périphériques, minorisés ou subalternes, revendiquant dignité et responsabilité. De même, pour Lionel Obadia, l’usage métaphorique, voire elliptique, de l’image textuelle (« faire de l’ethnographie, c’est comme essayer de lire un manuscrit étranger, défraîchi, plein d’ellipses, d’incohérences, de corrections suspectes et de commentaires audacieux », p. 76), n’est pas sans poser problème, le volet etic (interne à l’Académie) prenant trop souvent le pas sur la composante emic, associée aux éléments indigènes et intégrant des préoccupations matérielles ou politiques.

5Il convient dès lors, avec Christian Lallier, de bien distinguer, en reprenant le célèbre exemple du « clin d’œil », la représentation de l’action et les circonstances d’engagement ou d’implication. Les règles de « bonnes conduites » à l’égard des informateurs, conclut Hassan Rachik, peuvent revêtir, selon les contextes, des formes très variées, les phénomènes d’« asymétrie morale » ou de « longanimité », de « concessions » ou d’« effacement devant ses interlocuteurs » méritant attention.

6Les quatre dernières communications ont trait à la religion et à l’Islam. Les rapports avec le sens commun et « les plaisirs troubles et complexes de la ritualisation de la violence » (p.129) sont, comme le montre bien Camille Tarot, très éclairants. En témoignent les belles monographies consacrées au combat de coq à Bali ou au souk de Sefrou et à son « économie de bazar ». Qu’il s’agisse de l’Indonésie ou du Maroc, l’« épreuve de la modernité » (établissement de la domination occidentale ; influence jamais démentie d’une approche scolastique, formaliste et doctrinaire ; surgissement d’États-nations) est, elle aussi, vécue de manière singulière sous l’angle de la démocratie, des droits de l’homme ou de la laïcité. Certains passages d’Observer l’Islam reposent cependant sur des « présupposés essentialistes » (Mohamed-Chérif Ferjani) et conduisent à une « dramaturgie séduisante mais trompeuse » (Jean-Noël Ferrié, p. 177), l’opposition entre sultans et saints par exemple n’étant qu’une « construction commode » démentie par les faits (Jillali El Adnani, p. 174).

7Même si la problématique du relativisme ou la confrontation avec les écrits de Paul Ricœur ou Ernest Gellner auraient pu être davantage approfondies, il n’en demeure pas moins que ce volume, solidement étayé, réussit pleinement à nous faire mieux saisir l’apport et la réception d’une pensée à la fois originale, créative et très stimulante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Ferréol, « Addi Lahouari, Obadia Lionel (dir.), Clifford Geertz. Interprétation et culture », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-2 | 2011, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 18 septembre 2014. URL : http://rsa.revues.org/742

Haut de page

Auteur

Gilles Ferréol

Université de Franche-Comté
Laboratoire C3S (Culture, Sport, Santé, Société)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Recherches sociologiques et anthropologiques

Haut de page