Navigation – Plan du site
À propos de livres

Becker H. S., Comment parler de la société. Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales

Trad. de l’anglais par Christine Merllié-Young, Paris, La Découverte, 2009
Danilo Martuccelli
p. 191-193
Notice bibliographique :

Becker H. S., Comment parler de la société. Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, Trad. de l’anglais par Christine Merllié-Young, Paris, La Découverte, 2009, 318 p.

Texte intégral

1Le livre de Becker est un plaidoyer pour un élargissement de nos manières de représenter la réalité sociale. Divisé en deux grandes parties, il présente d’abord un ensemble d’idées générales sur le sujet, puis, il déploie une série d’illustrations montrant concrètement comment il est possible de porter un regard nouveau sur des productions particulières (cartographies, nouvelles techniques graphiques ou tableaux statistiques, dessins, photographies, films documentaires, paraboles ou types idéaux, sans oublier les œuvres littéraires) et comment, surtout, chacun peut élargir et enrichir nos manières de parler de la société.

2La perspective de l’auteur ne consiste pas à remettre en question les divers statuts épistémologiques des représentations, mais à souligner que chacune d’entre elles remplit des critères différents de satisfaction adéquats – Becker écrit “parfaits” – pour une fin particulière. A cet effet et en renversant la logique habituelle de raisonnement, l’auteur s’intéresse davantage aux usages que font les consommateurs de ces productions qu’à la mise en forme par les producteurs eux-mêmes.

3Une des grandes lignes directrices de l’ouvrage consiste ainsi à souligner le travail d’interprétation – d’“élaboration” plus ou moins important – que les consommateurs doivent faire pour s’emparer d’une représentation. Bien entendu, il n’oublie pas à quel point toute représentation est le fruit d’un travail de sélection de faits, de transcription, de mises en ordre des données, d’interprétation. Mais il sera surtout attentif à l’activité d’élaboration s’établissant, à tour de rôle, entre usagers et fabricants.

4Un point retient son attention : les représentations, au-delà de leurs supports (mots, images…) s’étayent sur un continuum qui va de celles où les auteurs essayent de contrôler étroitement nos interprétations et qui dans ce sens demandent peu de travail à l’usager (comme c’est le cas, par exemple, dans les articles scientifiques comme le rappelle l’auteur en suivant ici les analyses de Bruno Latour), jusqu’à des œuvres qui, au contraire, exigent un effort considérable de la part de l’usager. «Le fabricant fournit les matériaux bruts (à vrai dire, pas si bruts que cela), et, certes, il les a choisis et présentés avec art, mais après cela, c’est à l’utilisateur de construire l’analyse, avec tous ses détails» (p.63).

5Analysée sous différentes modalités, cette division du travail entre fabricants et usagers est au cœur de maintes illustrations ou réflexions du livre, à commencer par les morceaux de bravoure qu’il consacre à la photographie et à l’importance qui revient aux opérations de synthèse qui permettent aux usagers de s’emparer des différentes significations des images, selon qu’il s’agisse de sociologie visuelle, de photographie documentaire ou de photojournalisme (chapitres 3 et 11).

6Cette division sous-tend aussi la distinction fondamentale entre représentations standardisées (exigeant peu de travail de l’usager) et les innovations qui, au contraire, demandent plus d’effort. Une distinction que l’auteur repère dans chaque domaine de représentation. Elle permet, notamment dans le domaine scientifique, comme il le montre à partir de ses propres expériences d’enseignement, d’envisager le fort conservatisme quant à la “bonne manière” de représenter les données, autant de la part de collègues peu enclins à s’approprier les innovations graphiques (chapitres 9 et 10) que d’étudiants exprimant leur réprobation face à des représentations exigeant un trop grand effort d’élaboration de leur part.

7Tout au long de son développement, et surtout dans la deuxième partie, l’ouvrage est émaillé de brillantes illustrations – ce qui le rend très vivant. Impossible de restituer en peu d’espace toute leur richesse et leur incroyable variété. Privilégions-en alors quelques-unes en espérant, vraiment, donner envie au lecteur de découvrir les autres.

8Pensons par exemple aux chapitres 14, 15 et 16, où l’auteur analyse les romans de Jane Austen, Georges Perec ou Italo Calvino en montrant chaque fois comment, en dépit de la grande diversité de leurs orientations romanesques, ils peuvent être tous lus comme une manière de parler de la société, nous donnant accès de façon nuancée à des détails habituellement négligés par la sociologie. L’auteur met en évidence la force ethnographique de certains romans et les effets de vraisemblance et de réel dont ils sont porteurs ; leurs capacités à décrire une quotidienneté et donc des ambiances souvent réticentes aux analyses ; sans négliger la possibilité de faire recours à l’usage de l’humour et à l’émotion en tant que sources d’enrichissement potentielles pour nos capacités de représentation de la réalité sociale.

9Le grand mérite du livre de Becker est d’inviter les sociologues à se défaire de «la tyrannie des formes conventionnelles» (p.293). Cette limitation est bien reflétée par les difficultés évidentes que manifestent tant de sociologues à comprendre l’art contemporain, et qui les amènent, pour rester dans le domaine du roman abordé par l’auteur, à un attachement naïf au réalisme littéraire, aspect dans lequel, la sociologie, à la différence notoire de l’histoire, de la philosophie ou de l’anthropologie, marque le pas.

10Si elles ne sont pas inexistantes, les réflexions de sociologues sur les problèmes spécifiques d’écriture, et plus largement sur nos modes de représentation de la réalité sociale sont malheureusement trop sporadiques. Pour l’auteur, le fait que les sociologues se soient privés de tant d’autres modes possibles de représentation est une source de mutilation. Il estime par ailleurs que de nombreux comités de rédaction de revues scientifiques entretiennent cette lacune en n’accueillant pas avec bienveillance les procédures “insolites” ou audacieuses de représentation. A la fin de l’ouvrage, et prenant un ton plus militant, Becker plaide pour une science sociale qui s’ouvrirait vers d’autres formes de représentation. Et il ajoute, sans trop d’illusion, qu’il serait heureux d’être entendu. Nous le serions aussi.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danilo Martuccelli, « Becker H. S., Comment parler de la société. Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-2 | 2011, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://rsa.revues.org/745

Haut de page

Auteur

Danilo Martuccelli

Université Paris Descartes, CERLIS-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Recherches sociologiques et anthropologiques

Haut de page