Navigation – Plan du site
À propos de livres

Mamontoff Anne-Marie, Tsiganes et représentations sociales. Méthodes de recherche et problématisation

Bruxelles, EME éditions, 2010
Audrey Tuaillon Demésy
p. 197-199
Notice bibliographique :

Mamontoff Anne-Marie, Tsiganes et représentations sociales. Méthodes de recherche et problématisation, Bruxelles, EME éditions, 2010, 214p.

Texte intégral

1Cet ouvrage pose la question des minorités par le biais de l’identité tsigane. Il se compose de deux grandes thématiques, analysées selon deux axes principaux. Le premier concerne les fondements méthodologiques nécessaires pour approcher l’objet d’étude : de la compréhension des représentations sociales (RS) à l’apport de la méthode monographique, en passant par la socio-histoire. Le second traite de l’étude diachronique menée sur ce sujet, mêlant des thèmes aussi riches que l’identité au travail, le rapport au temps ou encore tout ce qui a trait à la scolarisation.

2Avant d’aborder le cœur même du sujet de l’enquête, le premier axe présente le glissement qui s’opère entre représentations collectives et représentations sociales, ainsi que les apports de la sociologie, de l’anthropologie et de la psychologie à ces concepts. Les RS sont dès lors définies selon plusieurs caractéristiques : elles possèdent un « noyau central », qui permet « d’attribuer à la représentation sa signification », ainsi que de l’organiser et des « éléments périphériques », qui fondent la souplesse de la représentation.

3Les RS sont donc « rigides et stables » grâce au noyau, et « évolutives » à travers leurs éléments périphériques. De plus, elles ont quatre fonctions à remplir : une « fonction de savoir », une « fonction d’orientation », une « fonction justificatrice » et enfin une « fonction identitaire », en lien avec le groupe au sein duquel elles sont mises en place. Elles peuvent aussi être sujettes à différentes transformations (brutales, progressives ou résistantes) en fonction des changements qui se produisent dans l’environnement.

4Anne-Marie Mamontoff s’attache tout autant à présenter la notion de « pratique sociale » et son lien étroit avec celle d’habitus. Les RS sont ainsi des éléments importants à analyser, puisqu’elles sont révélatrices de la « mémoire » de la structure étudiée. Une fois cette présentation effectuée, le second chapitre étudie la question de la socio-histoire des Tsiganes afin de mettre en lumière le processus de sédentarisation qui s’est peu à peu opéré pour certains groupes, une distinction étant en effet effectuée entre Gitans sédentaires et Gitans semi-nomades. Enfin, le troisième et dernier chapitre de cette partie vise à présenter l’étude monographique mise en place, les méthodes employées (techniques ethnographiques, sociologiques et psychosociologiques) et la présentation de la communauté étudiée, à savoir les Gitans de Perpignan.

5La seconde thématique de cet ouvrage est divisée en quatre chapitres. Le premier traite des pratiques nouvelles mises en place par les Tsiganes, et des transformations qu’elles apportent au niveau des représentations identitaires. Les notions de « schèmes étranges » et de « transformations résistantes » sont alors présentées et expliquées, d’abord d’un point de vue synchronique, puis en fonction d’une approche diachronique. Ensuite, c’est la question de la représentation du travail par les Gitans qui est au cœur de l’analyse. L’objet social que constitue le travail ne peut être compris, là encore, sans faire référence à la fonction identitaire qu’il englobe. En effet, les valeurs accordées à cette pratique ne sont pas les mêmes selon que le point de vue adopté est celui de la société d’accueil ou celui de la communauté gitane.

6Dans le même ordre d’idée, le travail tsigane ne peut se concevoir qu’en étant analysé sous l’angle de la place accordée à l’espace-temps. En faisant appel à la psychosociologie, l’auteur présente l’importance de la « perception spatio-temporelle » pour les Gitans. Les notions d’environnement, d’appropriation et d’espaces (sédentaire ou nomade) sont ici centrales ; c’est ainsi que la « prégnance de l’espace-temps traditionnel est à comprendre à partir du noyau central de la représentation du travail » (p.170). Enfin, le dernier chapitre tend à examiner la place occupée par l’école, qui apparaît comme une pratique mettant en cause l’unité gitane. Celle-ci est alors considérée comme une « représentation faible », une « sous-structuration périphérique », qui prend place dans la représentation plus globale de l’identité tsigane.

7Ainsi, la prise en compte de « dynamiques transformationnelles de certaines représentations », relatives à l’école, au travail, à l’identité ou encore à l’espace-temps, permettent de saisir les changements liés à la sédentarisation progressive des Tsiganes. L’analyse des pratiques donne à voir les impacts que celles-ci peuvent avoir sur les RS et les fractures identitaires qu’elles déclenchent, en regard des relations qui existent entre les Tsiganes et la société d’accueil.

8Cette publication donne à voir une méthodologie riche et variée. Anne-Marie Mamontoff accorde une place importante à l’explication des outils employés et favorise, en ce sens, une compréhension exhaustive du travail de terrain mis en place lors de l’étude. En outre, ces descriptions placent le lecteur au cœur de l’enquête et facilitent ainsi son appropriation des données présentées. De plus, les méthodes employées renvoient à des manières d’organiser le réel aussi diverses que l’analyse de similitude, des questionnaires de mise en cause ou encore la recherche des « arbres maximums ». L’auteur nous livre ainsi de précieux instruments méthodologiques pour l’approche des représentations et des pratiques mises en place suivant les transformations identitaires.

9D’autre part, cette étude opte pour une approche de type structuraliste, tout en maintenant efficiente une analyse à la fois synchronique et diachronique. Différents terrains ayant été menés de 1992 à 2010 dans le Roussillon, avec des éléments de comparaison portant sur la Roumanie ou l’Espagne, la dimension longitudinale est prise en compte et permet de saisir l’évolution des RS, tout en mettant également en avant une comparaison entre deux groupes particuliers (semi-nomades et sédentaires) à un moment précis, favorisant de ce fait une étude synchronique. Là encore, les outils utilisés renvoient à une pluridisciplinarité (sociologie, ethnologie, psychosociologie, socio-histoire) affichée et revendiquée, féconde pour l’étude menée.

10Enfin, en dehors des méthodes employées, il est important de soulever les nombreux concepts mis en avant et sollicités quant à la question des changements des RS des Tsiganes. En effet, plusieurs couples de notions sont mobilisés, dans un but heuristique d’une part, et comparatif de l’autre.

11Il est dès lors possible de relever le jeu entre tradition et modernité chez les deux groupes étudiés, le lien entre RS et objets sociaux ou encore la fonction identitaire des RS car, comme le souligne à juste titre l’auteur, « peu de travaux mettent en lumière cette fonction ». La mémoire collective est aussi prise en compte afin d’apporter d’autres éléments explicatifs.

12Cette étude sur les Gitans de Perpignan apporte non seulement une approche monographique inédite de la communauté sur le long terme, mais aussi une façon originale de prendre en compte divers concepts et de les articuler les uns aux autres, afin de donner à voir la « manière dont les groupes appréhendent leur réalité », en fonction de changements extérieurs.

13Elle permet donc de saisir les transformations liées aux RS et de mieux comprendre les pratiques tsiganes. D’ailleurs, une partie de l’enquête a été menée dans le cadre d’un programme européen visant à intégrer les Gitans par la formation. L’ouvrage présente alors, en filigrane, un « problème de société » que représente l’exclusion sociale de groupes marginaux au sein de la société d’accueil dans laquelle ils prennent place.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Tuaillon Demésy, « Mamontoff Anne-Marie, Tsiganes et représentations sociales. Méthodes de recherche et problématisation », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-2 | 2011, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://rsa.revues.org/753

Haut de page

Auteur

Audrey Tuaillon Demésy

Université de Franche-Comté,
Laboratoire C3S (Culture, Sport, Santé, Société)

Haut de page

Droits d'auteur

© Recherches sociologiques et anthropologiques

Haut de page