Navigation – Plan du site
À propos de livres

Piccoli Emmanuelle, Les rondes paysannes. Vigilance, politique et justice dans les Andes péruviennes

Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, Anthropologie prospective, 2011
Alejandro Diez
p. 200-203
Notice bibliographique :

Emmanuelle Piccoli, Les rondes paysannes. Vigilance, politique et justice dans les Andes péruviennes, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, Anthropologie prospective, 2011, 170 p.

Texte intégral

1Les Rondes paysannes sont sans doute une des organisations et un des processus sociaux les plus singuliers et les plus intéressants que l’on puisse observer au Pérou. Elles apparaissent vers le milieu des années septante dans les Andes de Cajamarca et se répandent d’abord dans l’ensemble de la région andine, puis dans la partie rurale de la côte nord du pays pour toucher, finalement, une bonne partie du territoire national. Au fur et à mesure de leur développement, elles adoptent divers noms et caractéristiques particulières, s’adaptent aux diversités régionales et aux structures organisationnelles dans lesquelles elles s’insèrent.

  • 1 Burneo J., Eide M., Rondas campesinas y defensa comunal, Lima, Servicios educativos rurales, 1986 ; (...)

2Une particularité – disons sociologique – du processus est le fait que, depuis le début de leur existence, les Rondes ont été étudiées et suivies par un groupe de scientifiques sociaux de diverses disciplines : principalement des anthropologues et sociologues, mais aussi des juristes et des politologues. Ces études se sont concentrées principalement sur les Rondes du Nord ; les angles de vue ont été divers : mouvements sociaux, actions collectives, droit coutumier et pluralisme juridique, résolution de conflits, exercice des droits et autres1.

3Que sont les Rondes ? Ce sont de petits groupes de paysans ou d’habitants de régions rurales organisés en équipes de moins d’une douzaine d’hommes qui se chargent de “faire des rondes”, de parcourir les chemins et de surveiller les accès aux villages et aux communautés rurales pour vérifier les allées et venues des personnes et des animaux, veiller à l’ordre public et résoudre les conflits locaux. En plus de ces groupes qui surveillent les chemins se sont créées des “centrales” qui organisent non seulement les tours de ronde mais qui fonctionnent également comme des instances supralocales, articulant divers groupes de Rondes en un réseau de contrôle d’amples portions du territoire. D’une certaine façon, les Rondes sont non seulement des instances collectives, mais aussi partie intégrante de réseaux complexes d’organisation.

4Dans leur processus d’expansion qui, depuis des débuts quasi expérimentaux, a traversé les années de violence politique (1980-2000) et a continué par la suite, ces instances ont donné naissance à trois types de Rondes. Les Rondes du Nord sont les plus anciennes et sont orientées initialement vers la prévention du vol de bétail et le contrôle du territoire. Ensuite apparaissent les Rondes de la sierra et de la selva du centre, qui trouvent leur origine dans les comités d’auto-défense créés durant les années de la guerre subversive et qui ont adopté, dans certains cas, une organisation quasi militaire. Enfin, les Rondes communales du Sud, plus tardives, sont largement liées aux organisations paysannes traditionnelles.

5Le travail d’Emmanuelle Piccoli représente un apport tout à fait spécifique, et pour plusieurs raisons. Une de ses premières vertus est son actualité. Les Rondes ont déjà une histoire longue, faite de changements et de permanences. Ce travail nous plonge dans l’actualité des Rondes à un moment où a lieu un plus grand rapprochement avec les instances judiciaires qui commencent à les voir comme une réelle alternative, une instance “pré-juridique” et conciliatoire de résolution de conflits aux caractéristiques hautement effectives : « pragmatique[s], réactive[s] et laissant une place importante au corps ». L’étude d’Emmanuelle Piccoli analyse précisément les modes d’adminis­tration de la justice par les Rondes, les décrit et relève les caractéristiques qui permettent au système judiciaire péruvien lui-même de commencer à les reconnaître comme des instances judiciaires, de les observer et d’en tirer des leçons. Cette façon de faire contribue ainsi à une pratique de la justice réellement interculturelle dans laquelle sont présentes non seulement les considérations “émiques” de la justice paysanne, mais aussi “étiques” de la justice nationale. Ce travail nous permet donc d’actualiser nos connaissances sur les Rondes dans le contexte contemporain.

6Un second atout, en relation avec l’ensemble des études antérieures sur les Rondes du Nord, est son double regard : féminin et particulièrement attentif aux différences de genre. La majeure partie des travaux antérieurs sur ces Rondes, faits par des hommes, se focalisaient en effet sur leur version masculine. Or, ce travail-ci fait la distinction entre les rôles masculins et féminins de la Ronde, les caractérise et aborde leurs conséquences sur la division sexuelle du travail. Les rôles masculins sont ainsi centrés sur la vigilance et l’administration de la justice, en relation avec l’usage de la coca et des armes, alors que les rôles féminins sont orientés vers le contrôle interne, le support et l’équilibre. Il ne s’agit donc pas seulement de l’existence d’une Ronde féminine, ce que constatent beaucoup de travaux précédents, mais d’une dimension féminine de la Ronde.

7Cette étude contribue aussi à une vision plus anthropologique ou, si l’on veut, plus culturelle des Rondes, que les travaux antérieurs avaient négligée en se focalisant uniquement sur la dimension organisationnelle, la justice, la politique ou la citoyen­neté. Les Rondes paysannes permettent l’affirmation de l’identité, elles contribuent, pourrait-on dire, à élever le statut social des paysans : le paysan s’identifie non seule­ment à son territoire, mais aussi à sa condition de rondero. Dans le même registre, les ronderos, durant leur cheminement nocturne, sont amenés à rencontrer l’imaginaire paysan, complexe, de personnages dangereux, supposés habiter les lieux obscurs. Emmanuelle Piccoli signale ainsi qu’ils “humanisent” la nuit. Les duendes et autres personnages disparaissent à leur passage. Ils désenchantent le paysage nocturne. Les ronderos qui cheminent la nuit fonctionnent comme des forces bénéfiques. Il est important de signaler ici que, durant les années de violence, les guerilleros du Sentier Lumineux étaient aussi appelés « ceux qui cheminent la nuit » (tutapureq en quechua) ; or, les ronderos sont le contraire de ces personnages. Finalement, les ronderos célèbrent fêtes et anniversaires de leur organisation, nouvelles fêtes paysannes liées aux caserios qui peuvent aussi être interprétées comme de nouvelles formes de célébration séculaire qui contribuent à la renaissance de la culture locale.

8Enfin, le texte aide à comprendre la complexité de la relation entre les Rondes paysannes et l’État. Marquée historiquement par un manque de confiance mutuelle (en ce qui concerne les Rondes du Nord), par les commandos politico-militaires (l’époque de la violence politique en particulier en ce qui concerne les comités d’auto-défense) et par les institutions communales (formelles ou non, en ce qui concerne tant les Rondes du Sud que toutes les autres), cette relation s’oriente, ces dernières années, vers la formation de liens plus étroits et institutionnels. Bien que les Rondes du Nord aient surgi dans des espaces de faible présence institutionnelle communale et se soient construites comme une manifestation du communautaire ; elles ont, ces dernières années, partagé l’espace avec une série de nouvelles organisations ayant des fonctions spécifiques. Cela rend plus complexe non seulement les interactions intra-communales, mais aussi les liens avec l’extérieur et en particulier avec l’État. Les Rondes actuelles, qui ont gagné un espace dans la société rurale, négocient de façon endémique une position et un rôle dans la société nationale et surtout un statut et une reconnaissance de l’État péruvien. Ce livre nous aide à comprendre depuis quand, pourquoi et comment elles le font.

9Qui pourrait être intéressé par ce livre ? En fait, autant les scientifiques sociaux ou politiques que les juristes. En effet, en plus d’ajouter une ligne à nos connaissances anthropologiques de la région, il étudie les Rondes comme phénomène pluriel et propose une série de portes d’entrée intéressantes dans de nombreux domaines.

10Les Rondes paysannes constituent un bon modèle de confluence des droits formels et des droits populaires ou coutumiers. Elles constituent une institution sociale qui a ses propres normes, en constante interaction, et éventuellement en confrontation avec les lois de l’État. Les normes des Rondes s’enracinent dans des pratiques quotidiennes d’administration de la justice au niveau local et ont autant de similitudes que de différences avec la justice formelle de l’État. Les Rondes condensent, en une seule institution, les fonctions policières, judiciaires, mais aussi l’exécution de la peine, la punition, et/ou la réparation, alors que la justice formelle sépare chacune de ces fonctions. Les procédures sont plus courtes et parfois “expéditives” et se fondent sur une logique de restitution de l’équilibre et la compensation des torts plus que sur l’administration de la justice et la punition de celui qui commet le délit. C’est pour tout cela que les Rondes constituent une institution emblématique pour l’analyse du pluralisme juridique et de l’exercice du droit au niveau local : une institution complexe, controversée, fluide, et, parfois, en dehors de la légalité.

11En deuxième lieu, les Rondes sont un mouvement social hybride, à cheval sur les modèles centrés sur de brèves mobilisations de moyens et les modèles qui mettent en avant la construction de l’identité du groupe. Les Rondes paysannes sont en outre un phénomène en expansion. Nées au milieu des années septante, elles n’ont pas cessé de s’étendre dans l’ensemble des Andes péruviennes, dans le but de fournir à la population paysanne un instrument, une institution capable d’exercer une certaine coercition, interne, mais aussi vis-à-vis de tiers, tout en ayant une capacité de convocation, de mobilisation d’intérêt public et éventuellement de protestation. Les Rondes génèrent une identité, en plus de celle de “paysan”, de comunero (membre d’une communauté) ou de runa (terme quechua signifiant “personnes”, “gens”). Cette identité, souvent dépréciée, est ici l’affirmation d’un pouvoir, d’un danger et d’un ordre. Les Rondes cherchent ainsi, comme beaucoup de mouvements sociaux, à changer les règles du jeu de la société et de l’État.

12Ce bel ouvrage propose une excellente piste d’analyse pour la compréhension de phénomènes liés à la transformation et au changement des sociétés. Les Rondes ont une histoire récente observable et observée et leur analyse permet de comprendre les mécanismes par lesquels une société crée de nouvelles formes d’organisation par des jonctions complexes de facteurs endogènes et exogènes. Par leur histoire, on voit comment se reconfigure le spectre des organisations qui articulent les activités quotidiennes des populations paysannes contemporaines. Les Rondes sont enfin une réponse aux conditions de transformation de la vie paysanne dans le cadre de la modernisation et d’une plus grande interconnexion des zones rurales avec d’autres espaces. Elles sont un élément changeant dans un monde qui change, elles sont un exemple de production de culture dans des processus de transition.

Haut de page

Notes

1 Burneo J., Eide M., Rondas campesinas y defensa comunal, Lima, Servicios educativos rurales, 1986 ; Campos G., Bienestar individual y bienestar colectivo. Adaptación y conflicto en las sierra norte del Perú: el uso de la organización local de las rondas campesinas en una estancia de Chota, [Mémoire présenté en vue de l’obtention du grade de Licencié en anthropologie], Lima, Pontificia Universidad católica del Perú, 1996 ; Gitlitz J., Rojas T., “Peasant Vigilante Comittees in Nothern Peru”, Journal of Latin American Studies, vol.15, n°1, 1983, pp.163-197 ; Guerrero J. C., Huber L., Las Rondas Campesinas de Chota y San Marcos, Cajamarca, Programa Projur, 2006 ; Huber L., Después de Dios y la Virgen está la Ronda, Las Rondas Campesinas de Piura, Lima, Instituto de estudios peruanos – Instituto francés des estudios andinos, 1995 ; Starn O., Con los llanques todo barro. Reflexiones sobre rondas campesinas, protesta rural y nuevos movimientos sociales, Lima, Instituto de estudios peruanos, coll. “Mínima IEP”, 2001 ; Starn O. (Dir.), Hablan los ronderos, La búsqueda de la paz en los Andes, Lima, Instituto de estudios peruanos, Taller de concertación y liderazgo, 1993 ; Vargas S., Desarrollo rural en el Perú: enfoques, proyectos de desarrollo y horizontes culturales de los campesinos. Estudios de caso de las comunidades de Urcos, Cusco, [Mémoire présenté en vue de l’obtention du grade de Licencié en sociologie], Lima, Pontificia Universidad católica del Perú, 1996 ; Yrigoyen Fajardo R., Las rondas campesinas de Cajmarca, Perú. Una aproximación desde la antropología jurídica, [Mémoire présenté en vue de l’obtention du grade de Licencié en droit], Lima, Pontificia Universidad católica del Perú, 1993 .

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alejandro Diez, « Piccoli Emmanuelle, Les rondes paysannes. Vigilance, politique et justice dans les Andes péruviennes », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-2 | 2011, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 27 novembre 2014. URL : http://rsa.revues.org/758

Haut de page

Auteur

Alejandro Diez

Pontificia Universitad Católica del Perú, Lima

Haut de page

Droits d'auteur

© Recherches sociologiques et anthropologiques

Haut de page