Navigation – Plan du site
À propos de livres

Piette Albert, Fondements à une anthropologie des hommes

Paris,Hermann, Société et pensées, 2011
Florence Vandendorpe
p. 203-204
Notice bibliographique :

Piette Albert, Fondements à une anthropologie des hommes, Paris, Hermann, Société et pensées, 2011, 208p.

Texte intégral

1Depuis la fin des années 1980, Albert Piette poursuit ses recherches à rebours des tendances dominantes. Là où ses collègues cherchent du lien, du sens, de la culture, bref toutes ces traces que produit la vie en collectivité, l’auteur s’intéresse quant à lui aux « restes » : les moments où l’homme, machinalement, participe à des activités en pensant à autre chose ; ceux où il doute, ou tourne en dérision un rôle qu’il endosse cependant. Tous ces moments à la faveur desquels apparaît un décalage entre l’homme observé et le collectif dont il fait partie témoignent, dit l’auteur, de ce que l’être humain n’est pas d’abord un être culturel mais, avant tout, un « existant » : il éprouve la vie d’instant en instant. Et si l’anthropologie, comme elle le prétend, s’intéresse effectivement à l’homme, elle ne peut ignorer cet homme-là.

2C’est bien le procès de l’anthropologie que dresse Albert Piette dans cet ouvrage qui se présente comme l’aboutissement de ses travaux antérieurs. Dans la première partie, il aborde tour à tour des auteurs majeurs de la sociologie (Durkheim, Weber, Bourdieu, Boudon) et de l’ethnographie (Malinowski, Goffman, Mauss) pour montrer combien chacune de leurs démarches repose sur un même présupposé : qu’elles traitent de “fait social”, d’ “interactions”, d’ “habitus ” ou de toute autre dimension caractéristique de la vie en société, dans leurs œuvres c’est toujours à travers la lentille du collectif que l’homme est appréhendé. Ces auteurs, et ceux qu’ils ont inspirés, n’ont eu de cesse de saisir la manière dont agit, sur et à travers l’homme, la collectivité. Comme si, indépendamment d’elle, l’être humain ne pouvait exister. Et pourtant…

3Dans la seconde partie de l’ouvrage, Albert Piette entreprend de poser les jalons d’une « anthropologie de l’homme », c’est-à-dire une anthropologie qui s’intéresse aux individus indépendamment des collectivités dont ils font partie. Il avance dans ce but une série de concepts comme autant de fondements d’une discipline à inventer : interstitialité, coprésence, ontisme… Les termes qu’il utilise ne sont jamais choisis au hasard. Ils reflètent et affirment l’intérêt de l’auteur pour le particulier : l’homme, tel que l’appréhende l’auteur, est un être marqué par une histoire singulière qui, d’instant en instant, fait l’expérience de l’exister. Et cette expérience ne se réduit pas à entrer en relation avec d’autres, encore moins à se projeter dans un rôle ou un projet raisonné.

4Outre des concepts, cet ouvrage propose également une méthode : l’ontophénomé­nographie. Celle-ci consiste à observer les humains dans le flux de leurs expériences et leurs ressentis. Pour atteindre cet objectif, nous dit l’auteur, de nouveaux outils, de nouvelles techniques et de nouveaux regards doivent être inventés. Ceux-ci devront permettre aux anthropologues de saisir dans ce qu’elle a de plus brut la présence de l’homme.

5On reconnaît ici l’intérêt, sinon la fascination de l’auteur pour la vision : celui qui s’intéresse à l’homme en tant qu’existant et non plus uniquement en tant qu’être culturé ne peut, estime-t-il, se contenter de l’étudier à travers ses paroles, ses rites, ses œuvres. Il importe également de prendre en compte ses regards (présents ou absents, précis ou vagues), ses pensées, ses perceptions, ses émotions, ses silences, ses gestes pensés ou non… À le lire, on a l’impression parfois que c’est dans la tête de l’individu que l’anthropologue, pour Albert Piette, devrait se trouver. Pour saisir ces traces de la présence de l’homme, ce ne sont plus des enregistreurs qu’il nous invite à utiliser mais bien des appareils photographiques, des webcams, ou encore d’autres techniques informatico-visuelles.

6Indéniablement, avec cet ouvrage l’auteur lance un pavé dans la mare. On ne peut plus, après l’avoir lu, faire comme si la question n’avait pas été posée. À une époque où la notion même de “culture” ne cesse d’être questionnée et où la frontière entre réel et virtuel ne cesse d’être brouillée, il n’est pas étonnant que, comme un boomerang, le regard de l’anthropologue revienne sur lui-même.

7Bien sûr, sa démarche a quelque chose de radical et les mauvais esprits l’attendront au tournant : on regrette l’absence d’illustrations indiquant la manière dont la phénoménographie pourra s’appliquer concrètement ; on se demande comment, en décomposant les pratiques individuelles jusqu’au plus particulier, l’auteur parviendra à structurer, organiser, interpréter et synthétiser la somme des données récoltées.

8Mais ces questions, manifestement, seront pour plus tard : inventer et appliquer se font en deux temps. Cet ouvrage est de ceux qui donnent à penser et tant pis s’il ne donne pas toutes les réponses ; il pose de bonnes questions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Vandendorpe, « Piette Albert, Fondements à une anthropologie des hommes », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-2 | 2011, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://rsa.revues.org/761

Haut de page

Auteur

Florence Vandendorpe

Sociologue et psychologue, Chargée de cours invitée à l’École de Sexologie
et des Sciences de la Famille, UCL

Haut de page

Droits d'auteur

© Recherches sociologiques et anthropologiques

Haut de page