Navigation – Plan du site
À propos de livres

Singleton Michael, Histoires d’eau

Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, Anthropologie prospective, 2010
Jean Philippe Cornélis
Notice bibliographique :

Michael Singleton, Histoires d’eau, Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, Anthropologie prospective, 2010, 400 p.

Texte intégral

1Prendre en main le livre d’un anthropologue comme Michael Singleton donne l’assurance de rentrer dans des récits cosmogoniques croustillants, démontrant la relativité de nos certitudes culturelles, et surtout, la profondeur de nos angoisses existentielles et missionnaires à vouloir convertir les autres à nos propres certitudes, pourtant bien branlantes et même caduques à l’heure des grands bouleversements climatiques, économiques et démographiques, l’occident ayant poussé jusqu’à l’extrême dévastateur la notion de maîtrise et d’emprise sur les hommes et la nature.

2Le livre Histoires d’Eau de Michael Singleton, consacré à cette source de vie, cette essence baptismale et purifiante, cette douche céleste si indispensable pour abreuver et lénifier nos corps et lever nos semences, ne manque pas à cette promesse de nous convier à d’autres regards moins bardés de certitudes.

3D’emblée, la notion de Gestalt, vue ici comme attitude fondamentale par rapport à la vie et le vivre ensemble, apparaît dans toute sa différence éclairante et salutaire avec cette histoire de treuil de puits, où l’occidental qu’il est croit, dans sa naïveté missionnaire, apporter le “progrès”, alors que cette civilisation millénaire n’a que faire d’une “régression” de l’art de la conversation et du vivre ensemble dans un moment de rassemblement chaleureux.

4La notion “d’efficience”, si obsessionnelle chez l’occidental, s’y fait déliter, ridiculiser par une transmutation quasi nietzschéenne de la notion relative des valeurs, où l’assemblage axiologique harmonieux, construit et ressenti depuis des millénaires, et représenté chez Michael Singleton par des carrés, des triangles, rectangles et cercles, se fait par la notion de présence et prégnance vitale dans la joie, et non pas par la notion de rationalisation abstraite créant le vide abyssal de la solitude.

5Les notions de barrage y sont de la même eau salutaire, où les ambitions pharaoniques ne résistent pas à l’humilité d’une approche millénaire d’assemblage d’intuitions concrétisées, d’échange de paroles et de palabres, assurant une autre emprise vitale sur le réel, en préservant la force magique de l’Imaginaire fondateur, cœur de notre proprio humanitas.

6Ainsi, chacune de ces Histoires nous emmène, avec recul et un regard humoristique, dans ces aventures où deux cultures se confrontent dans leur capacité d’analyser et de “faire” la réalité, par une vision culturelle propre.

7Dans son épilogue, Michael Singleton nous confirme son credo, non par l’absurde, mais au contraire, par la notion de “vitalité-viabilité”, car (p.335-337) « il y a une morale à toutes ces histoires, c’est que, pour en sortir vivants, les hommes ne pouvant pas les recueillir tout faits sont bien obligés de faire les sens qui conviennent à leur cultures respectives, des sens non seulement divers, mais parfois contradictoires et qui, devant toujours être défaits et refaits, ne sauront jamais être définitifs… D’où, dès notre première histoire, la proposition anthropologique que ‘Hors culture il n’y avait rien’, surtout pas de Nature ! Si, comme nous le pensons, tout est culturel, si les cultures sont des Touts, alors non seulement avant ou à côté de l’Histoire n’y a-t-il jamais eu d’eau naturelle, mais le prétendu besoin naturel en eau qui identifierait tout homme indépendamment de sa culture est une illusion d’optique onto-épistémologique… Il m’a fallu toute une carrière pour accepter enfin que l’Autre l’est vraiment, qu’Il l’est autrement que comme une altération accidentelle d’un seul et unique Même - une Mêmeté qui, j’ai fini par le comprendre, n’est autre que moi-même. Et si pour finir, loin de se répéter, l’histoire témoignait d’un aller de l’avant aux réalisations multiples et inédites - notamment dans le domaine de l’eau ? Non pas semper idem (‘toujours le même’) mais semper aliquid novi (‘toujours quelque chose de neuf’) – et pour l’Afrique en particulier ».

8Qu’il me soit ici permis de faire un rapprochement qui pourrait avoir quelques connotations sordides. Alors qu’un président français, lisant un texte particulièrement paternaliste et prétentieux, rédigé par un mentor très mal inspiré, prétendait voici quelques temps que « L’Afrique n’est pas rentrée dans l’Histoire », ne faudrait-il pas corriger le propos et dire qu’en restant dans la “mêmeté”, elle a tenté d’échapper à ce délire occidental de maîtrise hyperrationalisante, qui risque aujourd’hui d’emmener toute la planète dans la catastrophe climatique et dont elle payera malgré tout le prix, entre autres par de très tragiques histoires d’eau ?

9Plaidant pour une analyse d’une « complexité incompressible » et contre la Pensée unique qui menace de rendre toute chose aussi unidimensionnelle que l’Homme lui-même (p.362), Michael Singleton nous convainc de passer à l’invention d’un imaginaire inédit… car il faut prendre résolument un large inconnu.

10Jamais la notion de conversion psychotique/psittacique n’aura été mieux démontrée que par les histoires d’eau et de barrages de Michael Singleton, où l’angoisse de la répétition du même aboutit au refus de la différence. Qu’hommage soit rendu à l’auteur d’avoir ouvert la porte du doute salutaire dans nos cerveaux bardés d’obsessions rationalisantes, et d’ouvrir ainsi, dans le sens levinassien, nos regards vers les regards de l’Autre et des autres, tout aussi aptes à “com-prendre” le Monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Philippe Cornélis, « Singleton Michael, Histoires d’eau », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-2 | 2011, mis en ligne le 21 juin 2012, consulté le 21 août 2014. URL : http://rsa.revues.org/764

Haut de page

Droits d'auteur

© Recherches sociologiques et anthropologiques

Haut de page