Navigation – Plan du site
Lecture critique

De l’hypothèse à la théorisation : comment utiliser les théories sociales (construction sociale, théorie ancrée, théorie de l’identité, microsociologie)

Yves Laberge
p. 151-156
Notice bibliographique :

Berger Peter, Luckmann Thomas, La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin, “Individu et société”, 2012 [1966 pour la première édition américaine, 1996 pour la première édition française], 357p.

Glaser Barney G., Strauss Anselm L., La découverte de la théorie ancrée. Stratégies pour la recherche qualitative, Paris, Armand Colin, “Individu et société”, 2010 [1967], 409p.

Payne Michael, Barbera Jessica Rae (dirs.), A Dictionary of Cultural and Critical Theory, Second Edition, Oxford, Wiley-Blackwell, 2010, 832p.

Pettenger Mary E. (dir.), The Social Construction of Climate Change : Power, Knowledge, Norms, Discourses, Aldershot, Ashgate, 2007, 280p.

Pinto Louis, La théorie souveraine. Les philosophes français et la sociologie au XXe siècle, Paris, Le Cerf, “Passages”, 2009, 382p.

Stets Jan E., Burke Peter J., Identity Theory, New York, Oxford University Press, 2009, xiii+256p.

Texte intégral

I. Introduction

1Souvent empruntées par des chercheurs dans d’autres disciplines, les théories sociales sont des outils essentiels d’investigation et de validation des travaux en sociologie et en anthropologie. Le propre des publications dans ces disciplines est de transmettre aux futurs chercheurs le plus vaste horizon possible. Cette lecture critique présentera successivement quelques ouvrages récents proposant de nouvelles avancées sur le plan théorique, ou dans certains cas présentant de nouvelles théories. Certains de ces ouvrages (Berger et Luckmann, Glaser et Strauss) sont des classiques déjà anciens, mais récemment traduits (ou réédités) en français. D’autres (Pettenger, Stets et Burke) sont des ouvrages méconnus dans les universités francophones qui gagneraient à être diffusés plus largement. Le dernier titre présenté ici est un ouvrage de référence sur les théories.

II. La construction sociale de la réalité

2Le célèbre livre de Peter L. Berger et Thomas Luckmann, La Construction sociale de la réalité, est paru initialement aux États-Unis en 1966 et a connu dès lors un grand succès (p.9). Il se subdivise en trois parties entourées d’une introduction et d’une conclusion. Dans leur éblouissante introduction (“Le problème de la sociologie de la connaissance”), les auteurs situent leurs inspirations communes dans une réinterprétation des travaux de Durkheim et en continuité avec les livres de George Herbert Mead et de l’école de l’interactionnisme symbolique (p.64). D’emblée, Berger et Luckmann présentent ce livre comme un traité «d’analyse sociologique de la réalité de la vie quotidienne» (p.69). Le premier chapitre est peut-être le plus aride et risque de dérouter les jeunes chercheurs ; ils pourront commencer par les deux suivants et y revenir ensuite. Les auteurs affirment qu’un certain nombre de thèmes significatifs peuvent embrasser différentes sphères de la réalité et ainsi devenir un symbole, qui sera à la base d’une forme de langage symbolique (p.97). Ce postulat permet ensuite aux auteurs d’écrire que l’on vit «quotidiennement dans un monde de signes et de symboles» (p.98).

3Le chapitre central insiste sur l’importance des rôles sociaux et surtout de «la typification par l’individu de ses propres actions et de celles des autres» (p.142). Cette première étape conduit les auteurs à s’intéresser à la typification des formes d’action, par exemple les attitudes et les actions d’un expert que l’on consulte précisément dans son domaine d’expertise (p.143), car «l’acteur s’identifie in actu aux typifications de conduite socialement objectivées» (p.144). Selon Berger et Luckmann, «les rôles apparaissent dès qu’un stock commun de connaissances contenant des typifications réciproques de conduite est en train de se former» ; et ce processus serait «endémique à l’interaction sociale et antérieur à l’institutionnalisation» (p.145). Parmi les pages les plus intéressantes, celles sur le symbolique répondent aux préoccupations fondamentales de beaucoup de sociologues : «L’univers symbolique est conçu comme la matrice de toutes les significations  socialement objectivées et subjectivement réelles» (p.176). Ici, les processus symboliques sont définis comme «des processus de signification qui se rapportent à des réalités autres que celles de l’expérience quotidienne» (p.176). Les dernières pages de Construction sociale de la réalité questionnent le concept de l’identité collective car celle-ci est élaborée par des historiens possédant déjà, au préalable, «une identité spécifique» qui fausse leur vision (p.285). Les auteurs concluent que bien que la réflexion sur la construction de la réalité relève de la philosophie, on constate que la philosophie contemporaine tend trop souvent à la simplification de ce problème «que les philosophes professionnels ne sont plus tentés d’étudier» (p.304).

III. La construction sociale du changement climatique

4Encore plus que leur livre, le concept même de construction sociale a immortalisé Peter Berger et Thomas Luckmann puisque plusieurs ouvrages subséquents font indirectement référence à leur théorie. Pensons par exemple au titre très similaire du livre La construction de la réalité sociale de John Searle (1998). Le collectif dirigé par Mary Pettenger s’intitule précisément The Social Construction of Climate Change : Power, Knowledge, Norms, Discourses ; les participants à ce collectif appliquent dans le domaine des études internationales axées sur la science (et particulièrement sur le changement climatique) les apports de la sociologie d’inspiration phénoménologique selon Berger et Luckmann, mais sans jamais citer nommément ces deux sociologues. Tout le débat de ce livre réside précisément dans la conception du changement climatique selon le point de vue des décideurs et des scientifiques : est-ce un ensemble de données et de résultats scientifiques ou une construction sociale, se demande Mary Pettenger ? (p.4). On comprend que cette construction sociale du changement climatique est très liée aux politiques publiques et aux débats alimentés par la société civile.

IV. Sur la théorie ancrée

5Pendant longtemps, les chercheurs de langue française devaient, pour se référer aux recherches de Barney Glaser et Anselm Strauss (sur la théorie ancrée), soit consulter l’ouvrage en anglais, soit utiliser des sources secondaires en français qui analysaient ou parfois réinterprétaient ces perspectives. Le livre de Barney Glaser et Anselm Strauss, La découverte de la théorie ancrée. Stratégies pour la recherche qualitative, est la traduction d’un classique de la méthodologie, The Discovery of Grounded Theory (1967). En fait, il ne s’agit pas tant d’un manuel de méthodologie, qui montrerait à un futur chercheur comment poser un problème de recherche ou comment élaborer un échantillonnage, mais plutôt d’une réflexion approfondie sur les manières de construire des méthodes et des théories sociologiques. Dans son avant-propos très précis, le traducteur Marc-Henry Soulet situe les prémisses de la théorie ancrée dans les écrits du pragmatisme américain de John Dewey, George Herbert Mead et de Charles Horton Cooley (p.37).

6Cet ouvrage se subdivise en trois parties et onze chapitres. Tout comme le livre de Peter Berger et Thomas Luckmann, La Construction sociale de la réalité, le présent ouvrage s’adresse d’abord et avant tout aux sociologues. Pour Glaser et Strauss, la théorie ancrée implique simplement d’ancrer la théorie dans la recherche et les données (et non pas sur d’autres théories, des postulats ou des hypothèses non-vérifiées), avec une prédilection pour les méthodes qualitatives (p.80). Le deuxième chapitre est particulièrement enthousiasmant. Pour les auteurs, le propre de l’analyse comparative est «de produire de la théorie» (p.109). Or, dans la pratique, les sociologues rencontrent certains problèmes particuliers, par exemple au moment de choisir ou de constituer des groupes à comparer (p.148). Une bonne partie de ce livre consiste pour les auteurs à donner des conseils pour les étapes de la recherche qui succèdent au codage et à l’analyse, en insistant sur l’importance de noter et d’illustrer sans délai les idées qui émergent de l’observation et de l’analyse : «Pour produire de la théorie, il est souvent utile de rédiger des mémos à partir de ses notes de terrain et de les coder» (p.211). Mais Glaser et Strauss ajoutent qu’au moment de la rédaction et de ce qu’ils nomment «l’élaboration théorique», le chercheur «doit déconstruire le récit et s’en détacher pour parvenir à une intégration claire de la théorie» (p.211).

7Le livre La découverte de la théorie ancrée. Stratégies pour la recherche qualitative de Barney Glaser et Anselm Strauss ne devrait évidemment pas être une initiation à la recherche ou à la méthodologie ; en revanche, les chercheurs aguerris apprécieront son ampleur et sa rigueur. Ce n’est pas un catalogue de théories, mais plutôt une invitation à réfléchir sur les théories sociales. En outre, la traduction méticuleuse de Marc-Henry Soulet est limpide et fournit même des précisions sur les choix terminologiques des concepts traduits de l’anglais avec la justification des décisions prises et les nuances pouvant exister d’une langue à l’autre (p.17).

V. La théorie de l’identité

8Autre ouvrage théorique, Identity Theory de Jan Stets et Peter Burke est un ouvrage important et innovateur, de la même ampleur que les précédents, et comme ceux-ci, il sera assurément traduit en plusieurs langues au cours des prochaines années. Ces deux sociologues américains de l’Université de Californie (sur le campus de Riverside) avaient déjà écrit ensemble plusieurs textes qui contenaient en substance l’embryon du présent ouvrage (Stets/Burke, 2000).

9La théorie de l’identité exposée dans Identity Theory n’est pas liée aux identités nationales ou collectives. Il s’agit plutôt d’une théorie singulière sur la constitution de l’identité telle qu’élaborée par ces deux universitaires américains. D’entrée de jeu, Stets et Burke définissent l’identité comme «un ensemble de significations qui définissent qui on est lorsqu’on occupe un rôle particulier dans la société» (p.3). Ils situent leur approche au sein de l'école de l' «interactionnisme symbolique structurel», qui se distingue de l'interactionnisme symbolique tout en étant autre chose qu’une simple variante (p.33). Cette école venue des États-Unis tire son origine de la théorie du contrôle perceptuel, proposée en 1973 par William T. Powers dans un livre devenu introuvable, Behaviour – The Control of Perception. Ce courant a eu peu d’échos en France ou en Belgique. Toutefois, bien que les travaux de Jean-Claude Kaufmann ne soient pas mentionnés par Stets et Burke, son livre sur L’invention de soi. Une théorie de l’identité (2004) s’inspire de cette même école. C’est sans doute l’un des seuls représentants de ce courant théorique en France avec Claude Dubar.

10Tout le deuxième chapitre refait la genèse de la théorie de l’identité depuis les travaux précurseurs de George Herbert Mead, Charles Horton Cooley, Shelton Stryker et de quelques autres sociologues américains (pp.19-25). Ainsi, selon Shelton Stryker, un individu détiendrait une «position désignée internalisée» pour chacun des rôles qu’il occupe : par exemple, un époux détient une position sociale en tant que mari, et un ouvrier (peut-être le même homme) occupe également une position sociale en tant que travailleur, mais pas forcément similaire à celle de l’époux (p.25). Habituellement, l’invention de l’expression “interactionnisme symbolique” est associée à Herbert Blumer et à son ouvrage fondamental Symbolic Interactionism : Perspective and Method (1986 [1969]), qui, à ce jour, n’a toujours pas été traduit dans notre langue. Or, pour bien situer l’interactionnisme symbolique structurel, Stets et Burke expliquent que ce courant s’oppose nettement aux idées de Blumer : ses tenants se préoccupent davantage des effets de la structure, ils considèrent l’influence des cadres sociaux de l’expérience, ils se soucient de l’explication des phénomènes sociaux et se penchent sur la possibilité de les anticiper ou de les prédire (p.37). De plus, les tenants de l’interactionnisme symbolique structurel conçoivent la vie sociale comme étant suffisamment prévisible pour se permettre des généralisations théoriques (p.37). Tout le troisième chapitre décrit les différentes sous-catégories de cette même théorie de l’identité, à partir des préoccupations de certains sociologues et d’autres chercheurs en psychologie sociale. Ainsi, certains auteurs comme Greg Stone se concentrent sur l’apparence physique et vestimentaire, tandis que d’autres (George McCall et J. L. Simmons) insistent sur le rôle identitaire (Role Identity) qui correspond à la manière dont l’individu aime se concevoir, s’imaginer et se représenter imaginairement (p.39).

11Les deux derniers chapitres de Identity Theory sont inattendus et tout à fait passionnants. Le neuvième chapitre s’intéresse au changement identitaire ; les auteurs donnent l’exemple des couples de nouveaux mariés dont les activités se modifient lorsque les époux emménagent ensemble et que l’épouse adopte progressivement (ou non) des activités typiques du foyer (p.188). Enfin, le dixième chapitre examine les nouvelles avenues théoriques dans le domaine de la théorie de l’identité. Pour ce faire, les auteurs comparent la théorie de l’identité à d’autres courants similaires, examinent des innovations sur le plan méthodologique (à partir de recherches récentes) en s’attardant aux manières les plus originales de mesurer les identités (p.210). En ce sens, l’annexe du livre est un élément très important qui décrit d’une manière pratique comment constituer des questionnaires qui cerneraient à la fois l’identité et le Soi (voir pp.222 et sq.).

12Un seul mot pourrait résumer ce livre : l’effervescence. On sent chez les auteurs une sorte de jubilation dans leur manière de décrire leurs concepts, leurs idées, leurs avancées théoriques dans la trajectoire initialement choisie. Il est heureux que Jan Stets et Peter Burke aient choisi un titre au singulier car leur ouvrage est tout sauf un panorama des théories sociales liées aux identités. Un tel outil de référence sur les théories en général existe déjà aux éditions Wiley-Blackwell ; il est présenté à la dernière section de cette lecture critique.

VI. Ce que la sociologie fait à la philosophie

13Auteur prolifique et professeur à l’École des Hautes Études en Sciences sociales, Louis Pinto a lui aussi rédigé un traité sur les théories et leur évolution au cours du siècle précédent : La théorie souveraine. Les philosophes français et la sociologie au XXème siècle. Son livre occupe une place à part dans le survol proposé ici. Pour le résumer (trop brièvement), on pourrait dire que Louis Pinto s’est intéressé au statut de la philosophie et de la sociologie, et qu’il s’est penché sur la validité des recherches menées en France par les chercheurs, philosophes, sociologues et enseignants actifs dans ces disciplines. Pour exprimer ce projet en termes sociologiques, Louis Pinto écrit qu’il veut explorer «le champ philosophique», saisi comme «un espace de possibles», avec «des mots, des mots d’ordre, des problèmes à résoudre» (p.22). Son ouvrage se subdivise en cinq parties principales : l’ère du durkheimisme au début du 20ème siècle, l’influence de la phénoménologie, la philosophie allemande en France (Husserl), le structuralisme, et enfin la dispersion de courants théoriques plus radicaux (Foucault, etc.). On aurait tort de réduire l’excellent livre de Louis Pinto à un simple panorama du 20ème siècle ou à une histoire des idées philosophiques ; l’auteur procède avec rigueur (p.22). Selon Louis Pinto, il est clair qu’Émile Durkheim sentait que la sociologie naissante pouvait supplanter la philosophie par sa rigueur et sa méthode : «Étudier les faits sociaux “comme des choses”, c’est tenter d’en finir avec “l’ère des constructions et des synthèses philosophiques”, avec “les brillantes généralités”, les “examens sommaires” et les “intuitions rapides”» (p.30).

14Le livre traite autant de philosophie que de sociologie, et ne manque jamais une occasion de mettre en évidence les intersections (et les interférences) entre les deux domaines. S’inspirant de Durkheim, le philosophe Maurice Merleau-Ponty estimait que «La vie sociale doit être considérée, non pas comme une “chose”, mais comme la dynamique d’une culture» (p.166). Mais Louis Pinto y voit une forme de «condescendance» de la part de l’éminent philosophe envers Durkheim et la profession sociologique : «Le sociologue fait de la philosophie dans toute la mesure où il est chargé, non seulement de noter les faits, mais de les comprendre» (cours de Merleau-Ponty à la Sorbonne, cité par Louis Pinto, p.166). La dernière moitié de l’ouvrage est parfois palpitante, lorsque entrent en jeu ces penseurs transdisciplinaires qui seront adoptés par la suite par toutes les disciplines, des sciences sociales aux Cultural Studies, sans oublier la philosophie et la sociologie : Foucault, Bourdieu, Deleuze, etc. Parce qu’il est sociologue, Louis Pinto examine avec les outils du sociologue l’institutionnalisation progressive du champ philosophique parisien : à propos des nouveaux professeurs engagés à la Sorbonne au cours des années 1950 et 1960, il parle fort pertinemment de «la conformité des agents aux valeurs inscrites dans l’institution» ; pour expliquer comment la diversité apparaît dans cette université marquée par la tradition, Louis Pinto établit un lien entre «l’accroissement des effectifs» dans les université françaises au cours des années 1960 et la création de nouveaux postes, mais surtout du fait que «les modes de sélection se sont diversifiés» (p.184).

15Non seulement le propos de Louis Pinto nous éblouit par son originalité et son acuité, mais on apprécie sa documentation et ses citations pertinentes, parfois relevées dans des textes introuvables, par exemple cet article méconnu de Michel Foucault publié dans une revue japonaise, dans lequel il écrivait que la position privilégiée de la philosophie dans le domaine des savoirs ne s’expliquait que par «une configuration historiquement déterminée» (Foucault, cité par Pinto, p.284). De ce fait, selon Foucault, «la philosophie n’est ni historiquement ni logiquement fondatrice de connaissance» (Foucault, cité par Pinto, p.284). La conclusion de La théorie souveraine sur l’aveuglement occasionnel de la philosophie contient une critique nécessaire et salutaire des errements de la philosophie des dernières années et de sa propension maladive au jargon (le postmodernisme, les philosophes-vedettes à la télévision, Derrida) (p.360). Avec ironie, Louis Pinto laisse le dernier mot à Max Weber, qui «montrait que l’affaire propre de la science est la “clarté”» (Weber, cité par Louis Pinto, p.362). On peut certainement affirmer que ce livre de Louis Pinto est limpide et absolument stimulant pour l’esprit. Et comme certains des titres précédents, cet ouvrage pourrait aussi à être traduit un jour dans d’autres langues, car il en a le potentiel et l’originalité.

VII. Un dictionnaire des théories culturelles et de la théorie critique

16Pour la réédition de leur Dictionary of Cultural and Critical Theory, Michael Payne et Jessica Rae Barbera ont réuni une multitude de concepts admirablement définis et articulés ; chaque terme a droit à quelques pages pour situer ses significations et ses usages. On y trouve des notices relatives à des concepts (“Archeology of Knowledge”, “Enlightment”, “Enterprise culture”, “Frankfurt School”, “Gender”, “Interpellation”, “Orientalism”), à des penseurs influents (Adorno, Althusser, Arendt, Freud, etc.), et même à des revues célèbres (Cahiers du cinéma, Camera Obscura). Parmi une multitude de notices sur des concepts définis de diverses manières (parfois contradictoires), on trouve à la fois «Idéologie», «Appareils idéologiques d’État» (d’après Althusser) (p.340), ou encore l’imaginaire (p.345). Toute l’introduction de ce livre situe admirablement les bases des études sur la culture selon les us et coutumes dans le monde anglo-saxon, avec une prédilection pour certains thèmes majeurs comme la théorie critique, l’étude des idéologies, le post-colonialisme, les “Cultural Studies”, l’impérialisme culturel (pp.1-11). Cette deuxième édition du Dictionary of Cultural and Critical Theory semblerait presque complète ; il n’y manquerait qu’une notice sur l’identité. En lisant ce livre exhaustif, on sent qu’il existe encore trop peu d’ouvrages de référence portant exclusivement sur le vaste domaine des études sur la culture. C’est un réel plaisir que de butiner au hasard d’une notice à l’autre. Cet ouvrage magnifique n’en est que plus précieux ; il conviendrait de ce fait aux bibliothèques universitaires et semblerait indispensable aux enseignants en anthropologie et en sociologie de la culture.

VIII. Conclusion

17Tous ces ouvrages sont un peu comme des explorations des grands thèmes de la sociologie, ou comme des invitations à faire de la théorie. Chacun propose des avenues nouvelles et originales. Ils ont été présentés sans ordre particulier, et les lecteurs potentiels pourront les découvrir avec profit. Les étudiants aux cycles avancés apprécieront particulièrement ces outils qui stimulent la réflexion sur nos manières de concevoir les théories et la recherche en sciences sociales.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Blumer H., Symbolic Interactionism : Perspective and Method, Berkeley, University of California Press, 1986 [1969].

Kaufmann J.-C., L’invention de soi. Une théorie de l’identité, Paris, Armand Colin, 2004.

Powers W. T., Behaviour – The Control of Perception, Chicago, Aldyne, 1973.

Searle J., La construction de la réalité sociale, Paris, Gallimard, 1998.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Stets J. E., Burke P. J., “Identity Theory and Social Identity Theory”, Social Psychology Quarterly, vol.63, n°3, 2000, pp.224-237.
DOI : 10.2307/2695870

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « De l’hypothèse à la théorisation : comment utiliser les théories sociales (construction sociale, théorie ancrée, théorie de l’identité, microsociologie) », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 43-2 | 2012, mis en ligne le 03 avril 2013, consulté le 26 novembre 2014. URL : http://rsa.revues.org/806

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

(PhD)
Centre de recherches en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté – Centr’ERE – Québec.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Recherches sociologiques et anthropologiques

Haut de page