Navigation – Plan du site
À propos de livres

Joas Hans, Knöbl Wolfgang, War in Social Thought. Hobbes to the Present

[Titre d’origine : Kriegsverdrängung : Ein Problem in der Geschichte der Sozialtheorie, Trad. de l’Allemand par Alex Skinner, Princeton, Princeton University Press, 2013, ix+325p.
Yves Laberge
p. 167-169
Référence(s) :

Joas Hans, Knöbl Wolfgang, War in Social Thought. Hobbes to the Present [Titre d’origine : Kriegsverdrängung : Ein Problem in der Geschichte der Sozialtheorie, Trad. de l’Allemand par Alex Skinner, Princeton, Princeton University Press, 2013, ix+325p.

Texte intégral

  • 1 Leur premier ouvrage conjoint était un traité assez dense sur les théories sociologiques, traduit e (...)

1Ce livre part d’un paradoxe : la guerre est omniprésente dans les relations internationales et dans les livres d’histoire, celle-ci occupe une place considérable dans les budgets de tous les gouvernements, mais d’après les professeurs Hans Joas et Wolfgang Knöbl, cette idée même de la guerre semble relativement peu présente dans les théories sociales, comme l’indique le titre d’origine (en allemand) de ce livre qui traite d’un «problème dans l’histoire de la théorie sociale» (Ein Problem in der Geschichte der Sozialtheorie). Pour leur second ouvrage rédigé conjointement1, les sociologues Hans Joas et Wolfgang Knöbl ont voulu explorer cette intuition en revisitant les écrits sociologiques des deux derniers siècles ayant touché d’une manière approfondie le thème de la guerre, à distinguer toutefois du thème des armées ou des conflits en général. Ces deux penseurs allemands rattachés à l’Institut de recherches avancées de l’Université de Fribourg-en-Brisgau ont relu les textes fondateurs des sciences sociales pour constater que la guerre était un thème relativement sous-estimé par les fondateurs de la sociologie et par les générations suivantes de sociologues. Quelques exceptions sont néanmoins relevées dans cette synthèse chronologique, notamment à propos de Raymond Aron, Anthony Giddens, ou encore Hannah Arendt (pp.1 et 150).

2La première moitié du livre subdivisé en sept chapitres propose un éclairage détaillé sur la naissance de la sociologie et de ses précurseurs, en ayant à l’esprit des écrits thé­oriques sur les guerres (Tocqueville, p.77). D’entrée de jeu, la théorie du droit naturel de Thomas Hobbes (1588-1679), philosophe mentionné dans le titre, sert d’amorce et de référence dès le deuxième chapitre, bien que L’Esprit des Lois de Montesquieu soit également comparé au Léviathan de Hobbes (p.22). Tout au long du livre, les questions méthodologiques et conceptuelles abondent, par exemple, comment définit-on sociologiquement la guerre ? Par la durée du conflit ? Par le nombre de morts ? Et si oui, à partir de combien de victimes ?, demandent les auteurs (p.223). Parmi les exem­ples retenus, des guerres impérialistes, les guerres napoléoniennes, quelques guerres coloniales (et de décolonisation) sont évoquées à partir des écrits de Tocqueville sur les États-Unis [1835-1840] et juste après sur l’Algérie [1841], mais on sent que beaucoup d’autres cas, notamment en Afrique, auraient pu être ajoutés ou étudiés (p.80). Inévitablement, les deux guerres mondiales sont aussi étudiées. Cependant, la volonté des auteurs n’est pas d’être exhaustifs quant aux régions étudiées, mais plutôt de conceptualiser une sociologie de la guerre au fil des siècles et sur différents continents. En ce sens, ce livre aplanit un terrain fertile sur le plan méthodologique et conceptuel pour délimiter un cadre théorique qui pourra éventuellement alimenter d’autres recherches sur des régions ou des dimensions négligées par Joas et Knöbl.

  • 2 Les lecteurs de Recherches sociologiques et anthropologiques avaient pu lire en français un article (...)

3Qualité rare pour un livre sur la guerre, War in social thought devient de plus en plus intéressant d’un chapitre au suivant. On gagne à lire attentivement le dernier chapitre sur les guerres survenues après la fin du conflit Est-Ouest, ne serait-ce que pour découvrir tant de théoriciens contemporains et de sociologues allemands dont les ouvrages n’ont pas encore été traduits en français, par exemple Herfried Münkler (pp.238 et 246). Mais on trouve également ici des penseurs anglais ayant écrit récemment sur le phénomène des “nouvelles guerres”, par exemple la politicologue Mary Kaldor, qui affirme qu’à l’ère du terrorisme, beaucoup des “nouvelles guerres” de notre 21ème siècle n’opposent plus des états ou des gouvernements entre eux, mais sont plus évanescentes et mondialisées, caractérisées par leurs nouvelles formes de financement d’origine criminelle et occulte, qui ne montrent aucun but idéologique ou géopolitique clair, sans pour autant être apolitiques (p.237)2.

  • 3 Durkheim É., Leçons de sociologie physique des mœurs et du droit, Paris, Presses universitaires de (...)

4Le style de Joas et Knöbl est un modèle de précision et de méticulosité, comme on en voit peu souvent de nos jours. La documentation réunie ici est d’une richesse impressionnante. Regroupées en fin de volume, leurs notes bibliographiques fourmillent d’idées élaborées, de références commentées et de prolongements détaillés. Je ne citerai ici que quelques passages, en commençant par cette remarque (sous forme de criti­que à peine voilée) que Hans Joas et Wolfgang Knöbl osent énoncer à propos de la dif­ficulté de Durkheim à formuler des définitions claires et opératoires sur l’état, dans ses cours publiés sous le titre Leçons de sociologie physique des mœurs et du droit (note 7, p.270)3. Cette opposition entre Durkheim et Max Weber revient d’ailleurs à quelques occasions dans ce livre (voir p.126). Ailleurs, un éclaircissement est apporté dans une autre note qui souligne le grand nombre d’analyses quantitatives sur la guerre comparativement au nombre plus restreint d’études qualitatives sur ce même sujet (note 2, p.273). Plusieurs autres notes en fin de volume mériteraient d’être mises en évidence.

5Les auteurs de ce livre sont en quelque sorte victimes de leur réussite commune et de leurs recherches approfondies, car en mettant en évidence tant de textes sociologi­ques pertinents mais peu diffusés ou encore des écrits méconnus de théoriciens importants, ils démontrent que le thème de la guerre n’a pas vraiment été ignoré par les théoriciens, mais font plutôt la preuve que ces écrits sociologiques sur la guerre (et sur la militarisation) sont restés trop peu diffusés ou négligés et ce, pour diverses raisons. En ce sens, leur livre apporte une conceptualisation précise de l’idée de guerre en termes sociologiques, bien que ces apports théoriques soient diversifiés et parfois opposés, selon les cas et les théoriciens cités.

6Il n’existe pas à ce jour de livre de Hans Joas ou de Wolfgang Knöbl qui soit traduit dans notre langue. Cette traduction de l’allemand vers l’anglais effectuée par Alex Skinner rend le texte fluide et vivant, mais nécessite néanmoins pour le lecteur francophone une très bonne compréhension de l’anglais écrit. L’exercice est assurément profitable car il met en lumière plusieurs travaux sociologiques actuels sur un thème relativement négligé (ou méconnu), tout en montrant les mutations récentes dans les conflits armés depuis une vingtaine d’années. Les sociologues, les géopoliticiens, mais surtout les historiens, gagneraient à étudier ce livre rigoureux et instructif qui n’a pas d’équivalent en français.

Haut de page

Notes

1 Leur premier ouvrage conjoint était un traité assez dense sur les théories sociologiques, traduit en anglais : Joas H., Knöbl W., Social Theory : Twenty Introductory Lectures, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

2 Les lecteurs de Recherches sociologiques et anthropologiques avaient pu lire en français un article de Mary Kaldor, qui annonçait déjà une idée omniprésente dans le livre War in social thought : «La distinction entre guerre et paix opérée par les théoriciens classiques de la société civile dans le contexte extérieur du pays ne tient plus». Voir Kaldor M., “L’Idée de société civile mondiale”, Recherches sociologiques et anthropologiques, Vol.XXXVIII, n°1, 2007, p104.

3 Durkheim É., Leçons de sociologie physique des mœurs et du droit, Paris, Presses universitaires de France, 1950 [Cours donnés en 1890-1900 à Bordeaux, puis repris en Sorbonne en 1904 et 1912].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Laberge, « Joas Hans, Knöbl Wolfgang, War in Social Thought. Hobbes to the Present », Recherches sociologiques et anthropologiques, 43-2 | 2012, 167-169.

Référence électronique

Yves Laberge, « Joas Hans, Knöbl Wolfgang, War in Social Thought. Hobbes to the Present », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 43-2 | 2012, mis en ligne le 30 décembre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/827

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

(PhD)
Centre de recherches en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté – Centr’ERE – Québec.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org