Navigation – Plan du site

Présentation. Entre paniques et croisades : sociologues et claims-makers

Jean-Michel Chaumont
p. 1-13

Texte intégral

I. Panique morale : un homme, un concept, une expression

  • 1  Pour une présentation de l’homme et de ses engagements, du sociologue et de ses œuvres, on se repo (...)
  • 2  Signalons cependant l’excellent texte d’Erik Neveu L’approche constructiviste des “problèmes publi (...)
  • 3  Ainsi Ruwen Ogien publie-t-il La panique morale (2004) sans aucune référence à Cohen ou à la tradi (...)

1Hommage probable à la personnalité particulièrement attachante de Stanley Cohen1, il est un quasi rituel dans les introductions à l’étude des paniques morales qui consiste à citer le premier paragraphe de son ouvrage séminal Folk Devils and Moral Panics. The Creation of the Mods and Rockers (2002). Au moment d’introduire le premier dossier scienti­fique consacré au concept de “panique morale” dans l’espace sociologique francophone2, je sacrifie d’autant plus volontiers à cet usage que Cohen et son œuvre y sont restés étrangement absents et qu’à de rares exceptions près, il n’y est pas mobilisé de façon rigoureuse. La fortune de l’ex­pression “panique morale” a été telle par contre qu’on la retrouve fré­quemment utilisée, mais généralement sans la moindre référence à son auteur, sans même apparemment parfois la conscience qu’elle a un auteur3. Je cite donc ces quelques lignes au « statut canonique » (Jenkins, 2009 :35) en m’inspirant de la traduction de Peretti-Watel (2005 :110) :

De temps en temps, il arrive que les sociétés soient en proie à des épisodes de panique morale. Une condition, un incident, une personne ou un groupe de personnes sont brusquement définis comme une menace pour la société, ses valeurs et ses intérêts ; ils sont décrits de façon stylisée et stéréotypée par les médias ; des rédacteurs en chef, des évêques, des politiciens et d’autres personnes bien pensantes montent au créneau pour défendre les valeurs morales ; des experts reconnus émettent un diagnostic et proposent des solutions ; les autorités développent de nouvelles mesures ou - plus fréquemment - se rabattent sur des mesures existantes ; ensuite la vague se résorbe et disparaît, ou au contraire prend de l’ampleur. Parfois l’objet de la panique est plutôt inédit et parfois, il existe depuis longtemps mais surgit soudain en pleine lumière. Parfois la panique passe et n’existe plus que dans le folklore et la mémoire collective ; d’autres fois elle a des conséquences plus durables et peut produire des changements dans les lois, les politiques publiques ou même dans la manière dont la société se conçoit (Cohen, 2002 :1).

2Depuis 1972 le concept a non seulement inspiré des centaines de textes académiques – environ 400 sont cités dans la bibliographie de la nouvelle édition (2009) de l’ouvrage introductif de Goode et Ben Yehuda – mais également des milliers de titres hors des cercles scientifiques, en parti­culier dans les médias. Les mêmes Goode et Ben Yehuda (2009 :29) indi­quaient qu’en novembre 2007, une recherche google indexée sur le terme “moral panic” donnait 303 000 références. A peine cinq années plus tard, en avril 2012, ce nombre s’élève à 2 180 000…

3La fortune peu ordinaire de l’expression s’explique facilement par l’usage critique auquel elle se prête : quiconque qualifie un phénomène de “panique morale” indique ipso facto qu’il tient le phénomène, ou plutôt la réaction qu’il provoque, pour largement exagéré. Quand Nick Davies publie dans The Guardian le 20 octobre 2009 un article intitulé Prosti­tution and trafficking – the anatomy of a moral panic, chacun comprend d’emblée qu’il estime disproportionnée l’attention portée au problème de la traite des femmes à des fins de prostitution. De fait, son texte va con­fronter les estimations du nombre de victimes divulguées par différentes associations et agences gouvernementales à des sources plus fiables. Concluant qu’il convient de diviser au moins par 100 les chiffres propa­gés, il dénonce l’ineptie du diagnostic posé et par conséquent des mesures annoncées pour combattre le “fléau”. La confrontation entre le “mythe” et la “réalité” assortie d’une conclusion critique envers les politiques publi­ques est probablement la structure d’article la plus répandue quand l’ex­pression “panique morale” est invoquée. Le relatif appauvrissement du concept est alors la rançon de sa facilité d’utilisation et de son efficacité critique. Il n’y a cependant pas lieu de snober ces usages non strictement sociologiques. Au contraire, l’appropriation de l’expression par de nom­breux acteurs dans les média est de nature à y préserver un minimum d’esprit critique face aux “informations” souvent abracadabrantes – on se souviendra par exemple de la panique morale générée par la croyance en un réseau tentaculaire d’adeptes de la magie noire aux Etats-Unis à la fin des années 80 (de Young, 2004) – qui circulent en permanence. Que des journalistes développent le réflexe de se demander s’ils ne sont pas embauchés de facto dans une panique morale est un résultat pratique appréciable dont Cohen peut être crédité.

4Dans le champ scientifique, de nombreux textes très pertinents suivent le même modèle en lui ajoutant cependant une dimension critique spécifi­que que les journalistes n’ont généralement pas le temps d’investiguer : l’hypothèse – qui s’apparente parfois davantage à un soupçon – d’an­goisses latentes et d’agendas cachés dans le chef, respectivement, des populations paniquées et des propagateurs de paniques. Ainsi, l’ouvrage de Mucchielli, finalement intitulé Le scandale des “tournantes”. Dérives médiatiques, contre-enquête sociologique, mais dont il indique lui-même qu’il aurait aussi bien pu s’intituler Etude d’une panique morale (2005 :9), confronte également d’abord mythe et réalité – tant dans l’ampleur des phénomènes que dans leurs causes – mais il suggère ensuite des enjeux latents : quelles sont les “vraies” angoisses qui s’expriment, quelles sont les instrumentalisations qu’en font certains acteurs (politiques, média­tiques ou autres) ?

5A nouveau, la simplicité du geste critique ainsi effectué ne signifie nul­lement son inanité, bien au contraire. C’est un des nombreux avantages du concept que de fournir une démarche opératoire pour dégonfler ce qu’un élémentaire bon sens sociologique ne peut identifier que comme des bau­druches ou des impostures. Mais l’on voit de suite que cette reconnais­sance présuppose l’adhésion à une posture épistémologique telle qu’il demeure sensé de distinguer la réalité des représentations ou des revendi­cations (claims) faites à son propos. Si, au nom d’un constructivisme radi­cal, le jugement méthodiquement discipliné du sociologue sur les phéno­mènes n’est pas tenu pour qualitativement meilleur que le jugement des propagateurs de paniques, il n’y a aucun sens à opposer les deux “interpré­tations”, chacune ne reflétant plus alors qu’un mode de construction normé par des intérêts différents. Autrement dit, comme Goode et Yehuda (2009 :158) y insistent justement, le concept de panique morale, qui fut pourtant un des premiers dans la boîte à outils du courant constructiviste, suppose nécessairement un constructivisme modéré.

6Plus délicate est la question soulevée avec humour par Hunt dans Anxiety and Social Explanation : Some anxieties about Anxiety (1999) qui redoutait un trop grand arbitraire dans les manières de passer des enjeux patents aux enjeux latents des paniques morales. C’est une objection pour laquelle il n’existe pas de réponse simple, mais dans la mesure où elle se pose dans des termes similaires chaque fois qu’il y a passage de l’explicite à l’implicite, elle ne concerne pas spécifiquement les paniques morales et on ne s’y attardera pas davantage ici.

II. Un dossier

7Le propos de ce dossier – qui reflète une partie de la contribution socio­logique à l’Action de Recherche Concertée (ARC) “Jeunesse et Violence en Belgique : approches socio-historiques (1880-1980)” – est d’introduire simultanément à la fécondité et à certaines limites de la tradition de recherche initiée par Stanley Cohen. Bien que Chas Critcher ait contribué à l’un des fleurons de cette tradition – soit Policing the Crisis : Mugging, the State, and Law and Order (1978) dont Stuart Hall fut le premier auteur –, aucun des signataires des articles qui suivent n’adhère sans de sérieuses réserves au modèle élaboré par Cohen.

8Le parti pris a été de se centrer d’abord sur un cas qui peut être consi­déré comme un cas d’école : les croisades lancées avec succès en Grande-Bretagne au début des années 1980 contre les video nasties et leurs effets4 non seulement présumés mais surtout dénoncés avec la dernière des énergies par un certain nombre d’entrepreneurs de morale. Inscrites dans une longue série de campagnes fomentées contre de nouveaux médias depuis le début du 19ème siècle, souvent analysées en profondeur comme des paniques morales exemplaires, elles illustrent remarquablement le type d’objets privilégiés par cette tradition de recherche. Après l’article détaillé de Martin Barker principalement consacré au déroulement du pre­mier acte de la tragi-comédie, l’article de Julian Petley s’intéresse davan­tage à ses conséquences politiques et légales tandis que, dans le prolonge­ment de son article programmatique intitulé Widening the Focus en l’ap­pliquant aux mêmes video nasties, Chas Critcher suggère quelques inflé­chissements majeurs à la théorie des paniques morales afin de l’arrimer davantage au mainstream de la sociologie contemporaine. Considérant simultanément la quasi-totalité des manifestations d’hostilité envers les nouveaux médias, Anne Laure Wibrin apporte une contribution originale au débat en montrant que les auteurs ayant analysé ces manifestations d’hostilité en termes de paniques morales ont très généralement omis d’examiner si le sentiment de panique des entrepreneurs de morale était partagé par des segments significatifs de la population. On y reviendra. A partir de deux objets dépourvus de tout lien entre eux ou avec les précé­dents (les très ordinaires repas de famille pour Anne Murcott et la très insolite “rumeur d’Orléans” pour Jean-Michel Chaumont), l’attention se porte davantage sur les collègues sociologues et la manière dont ils peu­vent à l’occasion participer eux-mêmes à la production ou la reconduction des idées reçues qui alimentent les paniques. Intellectuels engagés ou désabusés, experts et autres penseurs organiques sont ainsi les entrepre­neurs de réalité qui, parfois, accompagnent et soutiennent de leur autorité les entrepreneurs de morale.

  • 5  Pour les raisons bien exposées dans McRobbie A., Thornton S. L., 1995.

9Au terme de ce dossier et des nombreuses discussions qui ont accompa­gné sa confection depuis deux ans, une conclusion forte se dégage qui est en un sens parfaitement résumée dans la phrase laconique de Philip Jen­kins : « No claims-makers, no panic » (2009 :44). Les paniques morales apparaissent en définitive comme une issue possible, parfois volontaire et parfois involontaire, de croisades qui sont morales au moins aux yeux des claims-makers qui les organisent. D’où le titre du dossier : Paniques et croisades morales. Cette conclusion pourrait être infirmée, mais des rapports de conditionnalité univoques semblent apparaître. Des activités de claims-making sont possibles sans paniques morales, des croisades sont possibles sans paniques morales, mais l’inverse n’est pas vrai : aucune panique morale ne semble avoir existé sans claims-makers et sans cam­pagne aux allures de croisade. De manière plus ou moins directe, on retrouve ainsi toujours des entrepreneurs de morale (autorités morales et politiques, militants…) et des entrepreneurs de réalité (experts, socio­logues, historiens…) en amont des paniques morales qui ont associé la jeunesse et la violence. La spécificité de la panique morale n’est pas alors, comme certains continuent à le croire, la réaction morale irrationnelle de “la” population ou de segments significatifs de celle-ci. Jusqu’à présent, la réception des discours alarmistes reste largement une boîte noire. Elle mériterait d’être investiguée mais faute d’en connaître la teneur – qui a toutes les chances d’être très diversifiée5 –, il est téméraire de penser que le concept dise quelque chose de la réalité des réactions morales (ou autres) des populations concernées. La spécificité des paniques morales réside plutôt dans les modalités d’action des claims-makers sachant que dans leur cas, l’essentiel de l’action réside dans la parole, à la fois dans son contenu, dans sa forme et ses modalités d’énonciation. Il s’agit d’une parole qui cherche à s’imposer en suscitant la peur, une parole alarmante dont les ressorts sont l’exagération (quantitative) et la dramatisation (qua­litative). C’est cette parole, et bien sûr aussi les acteurs qui la profèrent, la logistique qui la soutient ou encore ses conséquences politiques, que les analystes des paniques morales prennent pour objet et décryptent avec des fortunes diverses.

10Mais, en un sens précis qu’il restera à définir, les sociologues ne sont pas neutres dans cette affaire. En effet, quoique les fondateurs de la socio­logie constructiviste des problèmes sociaux aient explicitement récusé ce rôle (Spector/Kitsuse, 1973) les sociologues aussi sont des claims-makers quand il s’agit d’attirer l’attention du public ou du politique sur des aspects problématiques des réalités sociales : soit qu’ils le restent sans s’en rendre compte (Woolgar/Pawluch, 1985), soit que leurs contributions tournent en rond faute de l’être (Best, 2002), ils sont donc dans un rapport de concurrence objective avec les instigateurs de panique morale. Cohen l’illustre doublement. A la fois dans le choix de ses objets sociologiques – […] From moral panics to states of denial (Downes, 2007) – et dans l’im­pact de son œuvre hors de l’académie. Le sociologue est plus ou moins directement un cultural worker comme il l’écrivait lui-même (Cohen, 2002 :xxxiii).

  • 6  Du côté des historiens, autres utilisateurs assidus du concept, voir aussi Donovan D., 2006, p. 13 (...)

11Juge et partie face à cet objet, le sociologue marche sur des œufs et ris­que à tout moment de déraper. C’est pourquoi les objections les plus fortes adressées au concept de panique morale traitent précisément du rapport du sociologue à son objet et plusieurs auteurs déclarent renoncer à son usage en raison de ce que Hunt (1999 :416) appelle la « posture normative de l’observateur »6. Le dernier texte publié par Stanley Cohen (2011) y est entièrement consacré. Les objections y sont condensées sous la forme de deux questions : le concept est-il intrinsèquement normatif ? Y a-t-il lieu de distinguer les “bonnes” des “mauvaises” paniques morales ? Je vou­drais suggérer que dans la compréhension qui se trouve présentée et défendue tout au long du dossier, le concept est assez fort pour y résister.

III. Un concept normatif ?

  • 7  Confer Waddington P. A. J., 1986, p. 256 : « Without some clear criteria of proportionality, the d (...)
  • 8  C’est la substance de la Wertfreiheit wébérienne : « Une recherche empirique, d’ordre psychologiqu (...)

12Formulée pour la première fois par Waddington7 dans une critique féroce de l’ouvrage susmentionné de Stuart Hall et al. (1978), la première objection se résume comme suit : quiconque déclare qu’une réaction sociale est une “panique morale” signifie simplement qu’il estime la réac­tion des autres disproportionnée au regard de ses critères moraux. Le diag­nostic de “panique morale” ne serait donc rien d’autre qu’un jugement de valeur déguisé et, à ce titre, un intrus dans la boîte à outil d’une sociologie non partisane. A ce jour, comme le constataient aussi bien Garland (2008 :22 ) que Cohen lui-même (2002 :xxxi), la discussion ne peut être considérée comme close et les cinq indicateurs empiriques de dispro­portion proposés par Goode et Ben-Yehuda (2009 :76) en réponse à Wad­dington ne s’appliquent pas aussi simplement qu’ils le soutiennent à l’ensemble des cas. Il y a sans aucun doute quantité d’ “informations” susceptibles de générer des paniques qui peuvent être légitimement consi­dérées comme exagérées par un élémentaire travail critique sur les sources : qu’elles soient qualitatives (l’exagération est alors dramatisation) ou quantitatives (les guestimates disent-ils en anglais), leur manque de rigueur peut aisément être établi et les indicateurs de Goode et Ben-Yehuda fonctionnent bien pour les identifier. Mais dans certains cas, le jugement de disproportion ne porte pas tant sur le phénomène lui-même et ses caractéristiques empiriques que sur la réaction morale qu’il suscite et leurs indicateurs sont alors inopérants. Prenons l’exemple des jeunes Mui-Tsai, ces petites filles issues de la paysannerie pauvre du sud de la Chine dont le sort a ému nombre d’expatriés britanniques à Hong-Kong dans l’entre-deux guerres (Pedersen, 2001). Pour l’élite chinoise de Hong Kong, “recueillir” une Mui-Tsai, c’est poser un acte charitable qui lui évite de mourir de faim et si l’élite admet que certains maîtres abusent des jeunes filles, il s’agit d’exceptions qui ne remettent nullement en cause la bienfaisance du système. Pour les sujets britanniques qui s’engagèrent pendant deux décennies à la suite des époux Haslewood dans la campagne anti Mui-Tsai, ces pratiques étaient esclavagistes et il n’était pas question de transiger : il fallait libérer les petites esclaves. Comment trancher entre les jugements des uns et des autres sans prendre parti soi-même ? Parler de “panique morale” pour qualifier la réaction de Clara Haslewood et se ranger dès lors du côté de l’élite chinoise ou au contraire récuser la quali­fication de “panique morale” et se positionner rétrospectivement dans les rangs de ses partisans… Il semble pourtant que ce ne soit pas l’affaire du sociologue – ou, en l’occurrence, de l’historien – de s’ériger en arbitre des jugements moraux contradictoires portés par les acteurs8. Il lui revient plu­tôt de chercher à comprendre pourquoi ce qui était une pratique charitable pour les uns représentait une immoralité intolérable pour les autres et d’expliquer donc pourquoi et comment l’élite chinoise avait le sentiment d’être confrontée à une panique morale. Dans un tel cas de figure, les cri­tères de Goode et Ben-Yehuda ne fonctionnent pas, mais l’objection de Waddington tombe car ce n’est pas l’analyste qui prend parti ; il s’efforce seulement de reconstruire les logiques normatives des acteurs.

13Il convient également de distinguer les écrits et discours paniqués des “lanceurs d’alertes” (Chateauraynaud/Torny, 1999) des réactions (éven­tuellement) paniquées de leurs lecteurs et auditeurs. Si ces derniers n’ont d’autres informations sur le sujet que les dramatisations et les exagérations des premiers, il n’est pas surprenant qu’ils paniquent et leur réaction ne peut pas être considérée comme disproportionnée au vu des “informa­tions” dont ils disposent. Dans cette perspective, c’est d’ailleurs plutôt la rareté des paniques morales que leur fréquence qui surprend car tant de messages alarmants parviennent de toutes parts au grand public qu’il devrait être constamment en alerte. Enfin, même si les croisés sont sin­cères dans leur engagement subjectif, il n’est pas exclu qu’ils qualifient erronément de morale une normativité d’un autre ordre et on pourrait dans ce cas parler de panique morale sans entrer dans une guerre des dieux. Il faudrait évidemment pour cela disposer d’une théorie des limites du champ moral ou d’une théorie de la réaction morale adéquate, deux pré­tentions ambitieuses mais qui ne sont pas nécessairement hors d’atteinte. Deux voies au moins paraissent empruntables pour y arriver. Dans le champ francophone, Pharo situe l’intérêt de la démarche qu’il propose à la sociologie morale notamment en ceci qu’elle permettrait « d’éviter de moraliser abusivement toutes sortes de pratiques dont les normes et les raisons ne relèvent pas nécessairement de la morale, mais d’autres fonc­tionnalités normatives » (2006 :424). Dans la mesure où de nombreuses croisades et paniques n’ont de morales que le nom, la possibilité d’iden­ti­fier les intruses grâce à une démarche sociologique permettrait d’établir la disproportion sans faire intervenir de jugement partisan. Dans le champ anglophone, Garland suggère de s’appuyer sur la notion de “trauma cultu­rel” élaborée par Alexander :

Si le concept de panique morale a été développé pour réfréner la réaction sociale en diagnostiquant son caractère névrotique ou hystéri­que, son antithèse est peut-être le concept de “trauma culturel” destiné à caractériser des événements moraux fondamentaux et leurs conséquences culturelles durables (2008 :26).

  • 9  Alexander annonce une discussion des rapports entre panique morale et trauma culturel dans un ouvr (...)

14Dans cette optique également, il y aurait un moyen proprement socio­lo­gique de distinguer une réaction morale “proportionnée” et une réaction morale “disproportionnée”. Ce n’est pas le lieu d’entrer dans le détail d’un débat plus approfondi à ce propos même si je pense que l’on aurait avan­tage à considérer ledit “trauma culturel” comme l’œuvre de claims-makers raisonnables, au nombre desquels les sociologues figurent en bonne place9. Quoiqu’il en soit, comme on le voit, la question de la disproportion ne peut être tranchée aisément ni dans un sens, ni dans l’autre et, en attendant mieux, c’est au cas par cas qu’il faut examiner si l’analyste reste dans les limites de ses compétences ou s’il se permet abusivement de juger de la moralité d’autrui.

IV. Bonnes et mauvaises paniques morales ?

15Dans son dernier texte publié (2011 :237), Cohen attaque de front la question déjà abordée dans sa troisième introduction à Folk Devils and Moral Panic (2002 :xxxiii) de savoir s’il peut y avoir de “bonnes” pani­ques morales, question qu’il estime également irrésolue. Il n’y donnera pas de réponse univoque en définitive et c’est assez surprenant car dans l’introduction de 2002, il se demandait si nous ne devions pas fomenter de bonnes paniques :

Peut-être que nous pourrions délibérément recréer les conditions […] qui ont fait le succès de la panique au sujet des Mods et Rockers et ainsi passer outre les barrières de déni, de passivité et d’indifférence qui préviennent une pleine reconnaissance de la souffrance et de la cruauté humaines (Cohen, 2002 :xxxiii).

  • 10  Notons ici que Cohen lui-même ne s’inquiète pas de savoir si, par exemple, la criminalisation du s (...)

16Un an après la publication de son ouvrage sur le déni social de viola­tions graves des droits humains (2001), on le sentait là presque disposé à franchir le pas et à recommander la propagation de “bonnes” paniques morales. Pourtant, après avoir noté que les paniques contemporaines diffé­raient notamment en ceci des paniques morales des années 60 que bien souvent le sociologue pouvait adhérer aux valeurs de leurs instigateurs (2011 :241)10, il s’abstient de conseiller au sociologue d’y participer plutôt que de les analyser.

17Comment expliquer cette réserve de la part d’un homme qui n’a jamais caché ni ses sympathies politiques, ni le fait qu’il jugeait l’engagement plus important que la science ? C’est qu’ici encore des distinctions sont nécessaires. On peut distinguer en l’occurrence trois manières de faillir d’un point de vue scientifique : d’abord en laissant les préférences norma­tives interférer avec les analyses, ensuite en utilisant sélectivement le concept et enfin en admettant de promouvoir les causes que l’on juge importantes en utilisant les moyens des instigateurs de panique morale. Je m’explique.

18Il nous est loisible d’approuver ou de désapprouver les valeurs reven­diquées lors d’une panique morale. En réalité, c’est non seulement possi­ble mais probablement inévitable et tout à fait légitime si nous nous expri­mons en notre capacité de citoyen. Le danger est alors que l’approbation ou la désapprobation citoyennes ne biaise les analyses du sociologue : que, parce qu’il les désapprouve, il manque d’empathie envers les acteurs ou que, parce qu’il les approuve au contraire, il manque de sens critique envers les exagérations et les dramatisations dont ils font preuve. Mais s’il est capable, comme il devrait l’être, de se prémunir contre ces deux écueils, le fait d’être convaincu qu’il y a des paniques morales moins mau­vaises ou nuisibles que d’autres n’invalide nullement le concept.

19Le sociologue qui déciderait par contre de réserver l’usage du concept à des paniques morales qu’il réprouve risque non seulement de décrédibi­liser son outil, mais surtout commet une confusion majeure entre ses capa­cités en tant que citoyen et en tant que sociologue. Dans cette dernière posture, il ne dispose absolument pas des compétences pour trancher puis­qu’il ne lui revient pas de juger les valeurs portées par les acteurs qu’il étudie. Tout ce que le sociologue peut dire, c’est qu’il trouve suffisam­ment de similarités dans les caractéristiques empiriques d’acteurs en cam­pagne et des phénomènes d’emballement qui s’ensuivent plus ou moins directement pour justifier l’usage d’un même concept quel que soit l’objet de la panique. De facto, comme Goode et Ben-Yehuda le remarquent (2009 :46), les analystes des paniques morales ont eu tendance à privilé­gier pour objet des paniques dont ils désapprouvaient les valeurs. Mais c’est une donnée contingente, et rien ne devrait prévenir les prochaines générations de sociologues d’utiliser l’appareillage conceptuel des pani­ques morales pour analyser des campagnes auxquelles ils adhèrent sur le fond, comme Stanley Cohen en montre l’exemple quand il remarque que les climatosceptiques sont devenus de nouveaux folk devils (2011 :241). Le problème n’est pas alors de disqualifier (ou non) les croisades sur le réchauffement mais plutôt d’accroitre les connaissances sociologiques sur les paniques morales…

  • 11  Nicolas Marquis (2012) a récemment réfléchi avec brio une situation de ce type confronté aux disco (...)
  • 12  Sur les liens entre leur sociologie des problèmes sociaux et la sociologie des paniques morales, o (...)
  • 13  Contre Johansson qui soutient au contraire : « Moral panics may thus become a major political weap (...)

20Comme l’a rappelé Heinich avec talent (2002 :120), le sociologue n’a qu’un registre sur lequel non seulement il peut, mais, plus encore, il doit prononcer des jugements de valeur : le registre épistémique. Au sens étroit du terme, les jugements de valeur ne portent là que sur les – bonnes ou mauvaises – manières de produire de la connaissance : c’est le débat criti­que entre pairs. Mais il est de nombreuses occurrences où des non-sociolo­gues prétendent, mieux que les sociologues, connaître les réalités sociales, leurs causes sous-jacentes et la solution des problèmes qu’elles posent11. Dans ce cas, la critique sociologique s’apparente à de la légitime défense. Par extension, le sociologue ne peut pas ne pas porter un jugement norma­tif sur les (bonnes ou mauvaises) manières d’attirer l’attention publique et politique sur un problème « putatif » (pour reprendre l’adjectif consacré de Spector et Kitsuse (1973 :415)12 car dans ce prolongement inévitable de son activité de recherche il se trouve aussi en situation de concurrence objective avec des claims-makers, ce qui a pour effet automatique de le transformer lui-même, volens nolens, en claims-maker. Bien que ce ne soit pas son activité principale, à travers ses recherches, le sociologue est en effet constamment amené à “découvrir” et à signaler des problèmes qui lui semblent importants et négligés. Le rationalisme quelque peu laborieux auquel il doit souscrire sous peine de contradiction performative lui impose d’exposer sobrement ses arguments et ses données pour faire valoir son point de vue. De même qu’il récuse une lecture enchantée de la réalité sociale, il rejette – ou du moins il devrait le faire (Weber, 1992 :378) – les manières prophétiques de pointer le doigt sur certaines de ses facettes. A ce double titre, à l’inverse du citoyen, le sociologue ne peut estimer qu’il y a de bonnes paniques morales : tout d’abord les exagéra­tions et les dramatisations relatives aux situations dénoncées en font des interprétations enchantées (et d’ailleurs peuplées de ces créatures surnatu­relles que sont les folk devils) et ensuite les manières hystériques de pro­mouvoir la cause défendue préviennent tout débat raisonnable sur son bien-fondé. Bref, si le sociologue comme citoyen peut se sentir normative­ment plus proche de certains instigateurs de panique que d’autres, il ne devrait jamais, parce qu’il est sociologue, endosser les modalités de lutte qu’ils adoptent, quel que soit le bien fondé de leur cause à ses yeux13. Sous l’influence de nombreuses croisades et paniques, la prostitution a longtemps été considérée aux États-Unis comme the social Evil. De nos jours, comme Alexander le note justement (2002 :12), le mal social par excellence, c’est la Shoah. Cela indique que dans la compétition pour l’hé­gémonie symbolique, les chercheurs en sciences sociales et leurs alliés objectifs (philosophes, artistes…) ne partent pas nécessairement perdants.

21En définitive, il ne parait pas contestable que le concept de panique morale puisse être et ait été abusivement utilisé pour disqualifier les valeurs de tiers et promouvoir insidieusement ses préférences normatives. Mais si l’on admet – ce qui n’ira pas sans débat – les conclusions théori­ques exposées relatives à une nécessaire ressaisie des moral panics studies comme un sous-ensemble des moral crusades studies, les deux critiques examinées ne sont pas dirimantes en ce sens qu’il est concevable d’utiliser l’outil sans s’y exposer.

22Nous avions voulu donner l’occasion à Stanley Cohen lui-même de se positionner par rapport à nos propositions. Avec la complicité d’Anne Murcott qui fut sa collègue et son amie, une série de questions lui avait été adressée. C’eut été un grand privilège que de pouvoir publier ses réponses. Le sort en a décidé autrement puisqu’avant qu’il ne s’attelle à la tâche, il a subi une attaque cérébrale et, à l’heure où ces lignes sont écrites, on ignore s’il pourra jamais reprendre le travail. Puisse-t-il dès lors recevoir ce petit dossier comme étant à la fois l’expression de nos regrets face à une ren­contre manquée et un hommage tardif de ses collègues francophones.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Alexander J., 2002 « On the Social Construction of Moral Universals : The ‘Holocaust’ from War Crime to Cultural Trauma », European Journal of Social Theory, 5, 1, pp. 5-85.

Ben-Yehuda N., 2005 « Cultural Trauma and Collective Identity » (compte rendu du livre d’Alexander J. et al., 2004), American Journal of Sociology, 110, 6, pp. 1848-1850.

Best J., 2002 « Constructing the Sociology of Social Problems : Spector and Kitsuse Twenty-Five Years Later », Sociological Forum, 17, 4, pp. 699-706.

Chateauraynaud F., Torny D., 1999 Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Editions de l’EHESS.

Cohen S., 2001 States of Denial : knowing About Atrocities and Suffering, Cambridge, Polity.

Cohen S., 2002 Folk Devils and Moral Panics. The Creation of the Mods and Rockers, New York, Routledge, [1972].

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cohen S., 2011 « Whose Side were we on ? The Undeclared Politics of Moral Panic Theory », Crime Media Culture, 7, 3, pp. 237-243.
DOI : 10.1177/1741659011417603

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Critcher C., 2009 « Widening the Focus : Moral Panics as Moral Regulation », British Journal of Criminology, 49, pp. 17-34.
DOI : 10.1093/bjc/azn040

David M., 2011 Posture et itinéraire de recherche face à un objet problématique, document inédit, Nantes, 55 pages.

Davies N., 2009 « Prostitution and Trafficking : the Anatomy of a Moral Panic », The Guardian, 20 octobre 2009, http://www.guardian.co.uk/uk/2009/oct/20/trafficking-numbers-women-exaggerated/print, consulté le 30 avril 2012.

Donovan B., 2006 White Slave Crusades. Race, Gender, and Anti-vice Activism, 1887-1917, Urbana, University of Illinois Press.

Downes D. et al., 2007 Crime, Social Control and Human Rights. From Moral Panics to States of Denial. Essays in Honour of Stanley Cohen, Cullompton, Wilan Publishing.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Garland D., 2008 « On the Concept of Moral Panic », Crime Media Culture, 4, 1, pp. 9-30.
DOI : 10.1177/1741659007087270

Goode E., Ben-Yehuda N. 2009 Moral Panics. The Social Construction of Deviance, Oxford, Wiley-Blackwell.

Hall S. et al., 1978 Policing the Crisis : Mugging, the State, and Law and Order, London, MacMillan.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Heinich N., 2002 « Pour une neutralité engagée », Questions de communication, 2, pp. 117-128.
DOI : 10.4000/questionsdecommunication.7084

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hunt A., 1999 « Anxiety and Social Explanation : Some Anxieties about Anxiety », Journal of Social History, 32, 3, pp. 509-528.
DOI : 10.1353/jsh/32.3.509

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Jenkins P., 2009 « Failure to Launch. Why Do Some Social Issues Fail to Detonate Moral Panics ? », British Journal of Criminology, 49, pp. 35-47.
DOI : 10.1093/bjc/azn016

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Johansson T., 2000 « Moral Panics Revisited », Young, 8, 1, pp. 22-35.
DOI : 10.1177/110330880000800102

Kitsuse J. I., Spector M., 1973 « Toward a Sociology of Social Problems : Social Conditions, Value-Judgments, and Social Problems », Social Problems, 20, 4, pp. 407-419.

Marquis N., 2012 Sociologie de la pratique de lecture du ‘développement personnel’ en régime d’autonomie : du texte à l’expérience, Thèse présentée en vue de l’obtention du grade de docteur en sociologie, Bruxelles, Facultés universitaires Saint Louis.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

McRobbie A., Thornton S. L., 1995 « Rethinking ‘Moral Panic’ for Multi-Mediated Social Worlds », The British Journal of Sociology, 46, 4, pp. 559-574.
DOI : 10.2307/591571

Mucchielli L., 2005 Le scandale des « tournantes ». Dérives médiatiques, contre-enquêtes sociologique, Paris, La Découverte.

Mucchielli L., Sd. « La violence des jeunes » : peur collective et paniques morales au tournant du 20ème et du 21ème siècles, http://www.islamlaicite.org/article320.html.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Neveu E., 1999 « L’approche constructiviste des ‘problèmes publics’. Un aperçu des travaux anglo-saxons », Études de Communication, 22, pp. 41-58.
DOI : 10.4000/edc.2342

Ogien R. 2004 La panique morale, Paris, Grasset.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pedersen S., 2001 « The Maternalist Moment in British Colonial Policy : The Controversy over ‘Child Slavery’ in Hong Kong 1917-1941 », Past and Present, 171, pp. 161-202.
DOI : 10.1093/past/171.1.161

Peretti-Watel P., 2005 Cannabis, ecstasy : du stigmate au déni. Les deux morales des usages récréatifs de drogues illicites, Paris, L’Harmattan.

Pharo P. 2006 « Qu’est-ce que la sociologie morale ? », Revue du Mauss, 2, 28, pp. 414-426.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Waddington P. A. J., 1986 « Mugging as a Moral Panic : A Question of Proportion », The British Journal of Sociology, 37, 2, pp. 245-259.
DOI : 10.2307/590356

Weber M. 1992 Essais sur la théorie de la science, Paris, Presses Pocket [1917].

West J., 2010 Video Nasties : the Definitive Guide, (coffret DVD), Nucleus Films.

Woolgar S., Pawluch D., 1985 « Ontological Gerrymandering : The Anatomy of Social Problems Explanations », Social Problems, 32, 3, pp. 214-227.

Haut de page

Notes

1  Pour une présentation de l’homme et de ses engagements, du sociologue et de ses œuvres, on se reportera au volume édité en son honneur (Downes D. et al., 2007).

2  Signalons cependant l’excellent texte d’Erik Neveu L’approche constructiviste des “problèmes publics”. Un aperçu des travaux anglo-saxons (1999) qui présente un développement et surtout contextualise son apparition dans la sociologie de l’époque.

3  Ainsi Ruwen Ogien publie-t-il La panique morale (2004) sans aucune référence à Cohen ou à la tradition de recherche qu’il a inspirée. Notons que Cohen lui-même (2002 :xxxv) prend soin de préciser que l’expression fut d’abord utilisée par Jock Young et qu’elle a été probablement créée par Marshall McLuhan mais personne ne conteste que ce soit Cohen qui ait donné ses ailes et sa consistance au concept.

4  Pour une présentation succincte, http://en.wikipedia.org/wiki/Video_nasty. A noter la participation de J. Petley et M. Barker dans l’excellent documentaire intitulé Video Nasties : Moral Panic, Censorship and Videotape inclus dans le coffret Video Nasties : the Definitive Guide (West J., 2010).

5  Pour les raisons bien exposées dans McRobbie A., Thornton S. L., 1995.

6  Du côté des historiens, autres utilisateurs assidus du concept, voir aussi Donovan D., 2006, p. 133.

7  Confer Waddington P. A. J., 1986, p. 256 : « Without some clear criteria of proportionality, the description of publicly expressed concern, anxiety or alarm as a ‘moral panic’ is no more than a value judgment. It simply says that the person using the term does not believe that the particular problem is sufficiently serious to warrant these expressions of concern or actions designed to remedy the problem ».

8  C’est la substance de la Wertfreiheit wébérienne : « Une recherche empirique, d’ordre psychologique ou historique, portant sur un point de vue évaluatif déterminé pour en analyser les conditions particulières, sociales ou historiques, ne peut aboutir à rien d’autre qu’à expliquer par voie compréhensive ce point de vue » (Weber M., 1992, p. 383). Pour une discussion particulièrement éclairante à ce propos, voir David M., 2011, p. 25.

9  Alexander annonce une discussion des rapports entre panique morale et trauma culturel dans un ouvrage qui ne m’est malheureusement pas arrivé au moment d’écrire ces lignes (Alexander J., 2002, p. 62). Dans sa reconstruction des voies et moyens par lesquels le judéocide est devenu le symbole du mal absolu, il me semble sous-estimer la part du travail culturel collectif (quoique nullement concerté) auquel les sociologues participent. Ben-Yehuda a bien vu que le trauma culturel d’Alexander était autant l’œuvre de claims-makers que les paniques morales (Ben-Yehuda N., 2005, p. 1849) et il ne manque plus que les critères pour distinguer les uns des autres.

10  Notons ici que Cohen lui-même ne s’inquiète pas de savoir si, par exemple, la criminalisation du scepticisme climatique réclamée par les activistes rencontre un grand soutien populaire… Peut-on parler, dans la population ou des segments significatifs de celle-ci, de “panique” en lien avec le changement climatique ? Lui non plus ne semble pas s’en préoccuper outre mesure.

11  Nicolas Marquis (2012) a récemment réfléchi avec brio une situation de ce type confronté aux discours à prétention sociologique d’adeptes du développement personnel.

12  Sur les liens entre leur sociologie des problèmes sociaux et la sociologie des paniques morales, on lira l’article de Joel Best (2002). La discussion des limites du choix inaugural de Spector et Kitsuse de renoncer à se prononcer sur l’importance “objective” des problèmes est particulièrement pertinente.

13  Contre Johansson qui soutient au contraire : « Moral panics may thus become a major political weapon in the struggle for a more equal and less repressive society, an important contributions to the democratic discussion, taking place in the public sphere. So, could it be that Cohen’s view on moral panics, moral guardians, etc, is turned upside down ? Yesterday villains are today’s heroes and vice versa » (Johansson T., 2000, p. 33).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Chaumont, « Présentation. Entre paniques et croisades : sociologues et claims-makers », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 43-1 | 2012, mis en ligne le 11 mars 2013, consulté le 06 décembre 2016. URL : http://rsa.revues.org/836

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Chaumont

Chaire Hoover, UCL.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page